Tous les articles par Jean-Philippe

Manon Lepomme impose sa décapante énergie au Point Virgule !

En ce début d’hiver, avec le froid, l’actualité et la routine, une certaine morosité semble peu à peu nous envahir. L’idéal serait de rencontrer une personne dynamique et pleine de vie pour nous redonner le sourire. Ça tombe plutôt bien, Manon Lepomme pose ses valises à Paris avec Non, je n’irai pas chez le psy ! Grâce à son one-woman-show, elle a trouvé un substitut réconfortant à la thérapie. Au Point Virgule, elle fait fi d’absolument tout avec un humour franc, direct, parfois provoquant, mais toujours efficace !

Manon lepomme

Il y a deux ans, Manon plaque tout. Après trois pénibles années passées à enseigner l’anglais à des ados fatigués et fatigants, elle décide de réaliser son rêve en devenant comédienne et humoriste.

Lorsqu’elle entre sur scène, il ne vous faut pas plus d’une minute pour cerner le personnage. Un incroyable tonus, un caractère bien trempé, un débit verbal impressionnant : pas de doute, elle est entière !

À partir du moment où elle se met à nous raconter les délicieux petits riens de sa vie quotidienne, le temps défile à toute allure. Les anecdotes sur son passé de prof sont hautes en couleurs. Visiblement, ça devait filer droit en cours ! D’ailleurs, son compagnon Benoît pourrait le confirmer. À en juger le récit épique de leur relation, c’est un garçon soit courageux, soit très amoureux !

Manon aime également interagir avec le public. En étant tantôt charmeuse, tantôt despote, elle mène la danse comme bon lui semble et gare à celui qui lui fait une réflexion sur sa prétendue gourmandise !

Par moments, derrière sa spontanéité et sa répartie, nous captons la sensibilité allant au-delà du rire. Alors, l’humoriste devient attachante et attendrissante.

Pour conclure, nous vous invitons à découvrir rapidement Manon Lepomme, un fruit qui se laisse délicieusement croquer !

by Jean-Philippe 

Manon lepomme


Non, je n’irai pas chez le psy !

De : Manon Lepomme, Marc Andreini
Avec : Manon Lepomme
Metteur en scène : Mathieu Debaty

Jusqu’au 25 décembre

les dimanches et lundis à 21h15 sauf les 24 et 25 à 20h30

Au Point Virgule

7, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie
75004 PARIS

Téléphone : 01 42 46 26 19

Share

L’Affranchie : révélation ardente au théâtre La Croisée des Chemins !

Le travail de construction identitaire menant à notre épanouissement personnel est fastidieux, surtout si nous évoluons dans un milieu hostile…
L’Affranchie, c’est
une femme qui était sous le contrôle d’un entourage malveillant lui délivrant avec parcimonie des échantillons de sa vie. Mais un jour, elle trouve la force de briser son flacon d’existence. C’est ainsi que vous sentirez se répandre, au Théâtre La Croisée des Chemins, le souffle libérateur et enchanteur d’une personne s’éveillant de nouveau à la vie.

l affranchieAlice nous accueille dans son nouvel appartement où tout est à construire. Elle espère y recevoir bientôt son fils qu’elle n’a pas revu depuis la plus tendre enfance. En attendant, elle commence à faire du tri dans ses cartons, mais également dans son esprit, en se remémorant son passé.

Après avoir perdu sa mère à 4 ans, Alice grandit au sein d’une famille recomposée. Avec son frère adoptif Vincent, elle partage un amour fusionnel, passionné, au point de tomber enceinte à l’âge de 13 ans. En conséquence de quoi sa mère de substitution demande la garde de l’enfant et la fait interner jusqu’à ses 18 ans, ne supportant pas cette grossesse précoce et quasi-incestueuse.

Aujourd’hui, libérée de sa camisole chimique annihilante, Alice découvre qu’elle possède un don. En effet, elle développe une hypersensorialité transformant son rapport au monde en un instant serein et éternel. Alors, sans amertume, elle part à la redécouverte du bonheur et tend à retrouver l’amour de son fils.

L affranchie

Pauline Moingeon Vallès incarne avec ferveur un personnage prenant, troublant et extrêmement attachant. Lorsque le visage d’Alice s’illumine enfin, vous sentez presque de la chaleur vous atteindre, c’est un enchantement…

Ce seule-en-scène dégage énormément d’espoir. Il nous rappelle qu’en dépit de situations difficiles, il faut toujours croire en notre propre force. C’est le sel de notre vie, accordant toute sa saveur aux moments vécus, en nous reliant les uns aux autres…

by Jean-Philippe

l affranchie

L’Affranchie

Auteur et Interprète : Pauline Moingeon Vallès
Metteur en scène : Elise Touchon Ferreira

Jusqu’au 29 décembre 2017

Les jeudis et vendredis à 19h30

au Théâtre La Croisée des Chemins
43, Rue Mathurin Régnier
75015 Paris

Réservations : 01 42 19 93 63

Share

Propriété Caillebotte : exposition Guillonnet, une bienheureuse découverte

Le perpétuel bouillonnement de Paris en fait tout son charme. Cependant, il est parfois nécessaire de s’en éloigner l’espace d’un instant afin de pouvoir l’apprécier à sa juste valeur. Située à 30 minutes de Paris en RER à Yerres, la Propriété Caillebotte semble convenir parfaitement à ce genre d’échappée belle ressourçante. Voici 3 bonnes raisons de vous y rendre !

Propriété Caillebotte Propriété Caillebotte

Sur les pas de la famille Caillebotte

Acquise en 1860 par les Caillebotte, cette résidence de villégiature servait de refuge, loin de l’agitation du Paris en pleine mutation haussmannienne.

Conçue dans un style néo-classique avec un aménagement intérieur fastueux, la maison a bien failli disparaître. Laissée à l’abandon, il aura fallu pas moins de 20 ans et la ténacité de la municipalité pour lui restituer sa splendeur d’antan.

Ainsi, vous êtes plongés dans une maison de la bourgeoisie française célébrant l’art de vivre au XIXe siècle. Avec le concours du Mobilier National, les différentes pièces sont richement aménagées dans un style Charles X et Restauration. À l’étage, les salles muséales interactives retracent l’histoire de la famille Caillebotte. Vous sentirez enfin la présence de Gustave dans son atelier où quelques toiles sont exposées.

En outre, il existe une anecdote assez incroyable concernant la chambre à coucher Empire. Vendue en 1962, elle a été retrouvée dans une vente aux enchères en 2016 par un fabuleux hasard !

Propriété Caillebotte Propriété Caillebotte

Un vaste parc parsemé de fabriques

Avec pas moins de 89 toiles peintes dans la propriété, Gustave Caillebotte s’est largement inspiré de son parc. Effectivement, comment ne pas être influencé par les arbres remarquables (certains sont aujourd’hui classés) ou le potager ? Mais aussi par les nombreuses fabriques (constructions pittoresques) et l’Yerres jouxtant la propriété, incitant au voyage.

Sophie, rencontrée avec ses 3 petits-enfants en parle le mieux : «Habitant dans un appartement parfois étouffant, c’est une chance de pouvoir s’évader dans cette bulle de verdure en plein milieu de la ville. Il y a toujours quelque chose à découvrir !»

Bonus : Une visite guidée numérique ! À l’aide de la réalité augmentée, nous pouvons comparer des tableaux de l’artiste avec le décor actuel. De plus, nous en apprenons davantage sur l’agencement du parc, les œuvres d’art contemporain implantées dans le jardin ou l’utilité des différentes fabriques.

Propriété Caillebotte Propriété Caillebotte

Exposition temporaire Octave Guillonnet

Artiste reconnu en son temps, Octave Guillonnet a marqué la IIIe République par son foisonnement artistique. Peintre, décorateur, ensemblier ou illustrateur, il a reçu de nombreuses commandes prestigieuses mais aussi d’État.

Saviez-vous par exemple que nous lui devons le plafond de la salle des fêtes de la mairie du XVe arrondissement de Paris ?

C’est pour cela que la propriété Caillebotte lui rend hommage dans son orangerie avec l’exposition À la recherche de la lumière. Par sa façon de transposer sur toiles la beauté de femmes, de paysages ou de portraits, c’est une véritable ode qui s’offre à nous.

Sa singularité dans la perception de la lumière vient du fait qu’il ne se sert pas uniquement de son intensité ou de sa vibration dans l’air. En effet, il arrive à en saisir les différents contrastes. Venez découvrir le résultat, c’est remarquable…

Depuis 2015, la propriété Caillebotte est une étape du trajet «Destination impressionnisme : Paris Île-de-France – Normandie», vous devinez maintenant pourquoi !

by Jean-Philippe

Propriété Caillebotte

8 Rue de Concy
91330 Yerres
Ouverte de 14h à 18h30

Exposition Guillonnet – À la recherche de la lumière



À l’orangerie de la propriété Caillebotte

jusqu’au 17 décembre 2017

Téléphone : 01.80.37.20.61

Site officiel : proprietecaillebotte.com

Share

Et j’ai pensé à la révolte : récit sociétal avisé à la Croisée des Chemins

Sujets brûlants de notre actualité, le cycle Récits de femmes du Théâtre La Croisée des Chemins aborde le sexisme et le harcèlement. Face à une conscientisation de ce fléau, le Collectif Campe a fait le choix de libérer la voix des femmes par une approche artistique. Sans être dans la revendication ou le militantisme, la démarche réflexive de Et j’ai pensé à la révolte incite au dialogue.

Et j'ai pensé à la révolte
Selfie original pour UsofParis

Sur scène, trois personnages nous attendent. Ils représentent chacun une femme avec son histoire, sa personnalité et son caractère unique. Cependant, un lien les unit. En effet, elles ont toutes subi à un moment une violence de la part d’hommes. Ces agressions, quel que soit leur degré de gravité, résonnent en elles depuis trop longtemps.

Alors, devant nous, tout en pudeur, elles se confient. Le paralangage est fort et les mots, entrecoupés de silences. Les récits dévoilent les sentiments ressentis : l’isolement, la honte, la culpabilité, la déshumanisation et l’indifférence d’autrui.

L’interprétation des comédiens est impressionnante. Nous ressentons terriblement ce que les hésitations masquent ainsi que l’indescriptible sensation de vide provoquée par ces situations…

Et j'ai pensé à la révolte

Subtilement, une transition est réalisée vers un registre semblant plus léger. Par le biais du jeu, les personnages exposent avec finesse le sexisme disséminé un peu partout. Saurez-vous par exemple me dire quel politicien a dit : «Un ministère de la Condition féminine ? Et pourquoi pas un sous-secrétariat du tricot ? »

En réalité, avec la vision anthropologique amenée sur des témoignages difficiles autour d’un théâtre documentaire, le Collectif Campe n’a pas seulement donné la parole aux femmes. En effet, la portée va plus loin. Grâce à la surprise des derniers instants sur scène, nous prenons pleinement conscience du chemin restant à parcourir. Nous avons alors envie d’échanger, de débattre et d’ouvrir la discussion.

C’est ainsi qu’en sortant, autour d’un verre, nous avons rejoint la révolte…

by Jean-Philippe

Et j'ai pensé à la révolte

Et j’ai pensé à la révolte

Auteur : Collectif Campe
Artistes : Anne-Sarah Faget, Morgan Pihet, Anna Ten
Metteur en scène : Anna Ten



jusqu’au 29 décembre 2017

les jeudis et vendredis à 21h30

au Théâtre La Croisée des Chemins
43, Rue Mathurin Régnier
75015 Paris

Réservations : 01 42 19 93 63

Share

Entrée plat dessert @ La Croisée des Chemins : confidences pimentées au menu !

Se retrouver autour d’une table avec des amis, c’est partager un moment d’éternité avec ceux que nous aimons. Du moins, c’est ce que nous croyons… Entrée plat dessert explore les relations entre deux couples autour d’un dîner où tout va basculer. Au Théâtre la Croisée des Chemins, les non-dits, la trahison, le manque de loyauté et les incompréhensions forment le cocktail détonant d’une touchante et manifeste comédie humaine.

Entrée Plat dessert

À notre entrée en salle, Pierre est déjà là. Il feuillette un magazine et attend, nerveux. L’écho de Barbara et Brel résonne dans le salon/salle à manger à l’ambiance soulagienne. C’est alors qu’arrive son amie de longue date, Lise. Ensemble, ils partagent un lourd secret concernant Pierre. C’est d’ailleurs pour s’en décharger qu’est organisée cette soirée.

Ils attendent Margaux et Arthur, leurs conjoints respectifs. Par chance, ils s’entendent très bien ! Une connivence s’est ainsi spontanément installée entre eux pour s’allier contre les deux amis d’enfance. Du reste, avec le temps, cette connexion s’est petit à petit transformée en affection puis en amour. C’est pour cette raison que, de concert, ils se sont mis d’accord pour dévoiler au grand jour leur amour au cours de ce dîner tombant à pic !

Nous vous laissons imaginer l’animosité découlant de ces situations ! Néanmoins, on ne tombe jamais dans la facilité. Les personnages alternent alors avec habileté un panel d’émotions allant de la colère à l’abattement ou à la consternation. C’est pourquoi le suspense est excellemment maîtrisé jusqu’au saisissant dénouement final…

Une parenthèse intense

Grâce à l’écriture sensible et pudique d’Alexis Bloch, sublimée par une mise en scène délicate au charme indéniable, les mots et les maux vibrent. De surcroît, la complicité naturelle et l’échange des comédiens vous transportent dans ce salon. Vous avez envie d’échanger avec eux ? Ils le font avec plaisir après la représentation !

by Jean-Philippe 

Entrée plat dessert

Entrée Plat Dessert

De et mise en scène : Alexis Bloch

Avec : Alexis Bloch, Sandra Desz, Niko Ravel, Anne Seigneurioux

jusqu’au 30 décembre 2017

les samedis et dimanches à 19h30

au Théâtre La Croisée des Chemins
43, Rue Mathurin Régnier
75015 Paris

Réservations : 01 42 19 93 63

Share

Libérez vos émotions avec Lefranc Bourgeois & JonOne !

Avec près de 300 ans passés à stimuler l’histoire de l’Art, la maison Lefranc Bourgeois se réinvente pour répondre plus que jamais aux besoins des passionnés de peinture. Ainsi, la marque dévoile une nouvelle identité, un packaging restylisé et une texture huile extra-fine retravaillée avec une palette de couleurs élargie. Nous avons eu le plaisir d’assister à la soirée de présentation #Libérezvosémotions aux Beaux-Arts de Paris.
Nos impressions. 

Avant tout, quelle chance de pénétrer dans ce lieu chargé d’histoire ! Au détour de couloirs, nous croisons des étudiants un peu surpris de nous voir ici. C’est avec une délectation totale que nous nous infiltrons dans leur univers secret et hermétique.

Lefranc Bourgeois

Une prestation remarquée

Afin de vanter les mérites d’une peinture entièrement repensée dans la matière et l’intensité des couleurs, quoi de mieux qu’une prestation en live ?

Place au street artist JonOne. Il se lance dans une performance sur les sons survoltés de Christine and The Queens. Nous retrouvons bien sa marque de fabrique en cohérence totale avec le thème de la soirée. En effet, tout l’espace de la toile est utilisé dans un assemblage harmonieux où les couleurs explosent. Le geste est libre tout en étant précis, dégageant une énergie emprunte de liberté. Le résultat est lumineux et éclatant !

Lefranc BourgeoisLefranc Bourgeois

Un atelier pratique

Peintres en dilettante, c’est avec hâte que nous voulions tester la nouvelle huile extra-fine ! La première impression est positive. La texture est plus agréable à utiliser. Elle est ferme, homogène et non-huileuse pour un travail tout en souplesse. Enfin, le petit plus que nous n’avions pas remarqué est l’absence de cadmium. La force et la puissance du pigment sont préservées avec un impact écologique et toxique moindre. D’ailleurs, mon écharpe en témoigne, le bleu de cobalt est intense ! 🙂

Aussi, nous avons pu contribuer au tableau participatif ! Bien loin du talent des artistes exposés, nous nous sommes pris au jeu en faisant de belles rencontres. En partant, nous avons contemplé le résultat en patchwork. Finalement, derrière chaque petit carré se trouve un peintre qui a fait corps avec la matière jusqu’à vivre le moment où ses émotions se sont libérées sur la toile.

C’était notre première exposition et nous étions plutôt fiers !

Lefranc Bourgeois

by Jean-Philippe

site officiel : www.lefrancbourgeois.com

Share

Dieu est mort au Théâtre de la Contrescarpe : caustique et clairvoyant !

L’actualité de notre monde est régulièrement touchée par la violence de l’être humain au nom d’idéaux religieux. Régis Vlachos soulève en toute perspicacité les véritables questions sur le rapport qu’entretient l’Homme avec ses croyances. Dieu est mort. Et moi non plus j’me sens pas très bien ! en est une riposte lucide et éclairée. De ce fait, c’est un cri du cœur entre révolte, espérance et humour habile que vous retrouvez au Théâtre de la Contrescarpe.

Dieu est mort

Un petit garçon essaie de grandir mais il ne comprend pas le comportement des personnes autour de lui. Il existe un décalage important entre ce qu’il voit et ce qu’on lui inculque. Il réfléchit beaucoup, peut-être trop, trop loin, mais c’est ainsi. En grandissant, il en arrive à la conclusion que Dieu est mort.

Puis, devenu adulte, il décide de régler ses comptes. Pour l’aider dans ce dessein, le souvenir de sa sœur partie trop tôt l’accompagne. Elle lui donne ainsi le courage de se battre et d’affronter le monde.

Et en effet, tout y passe ! L’éducation religieuse de son enfance, sa mère, le psy, les incompréhensions avec la hiérarchie mais également l’élection de Mitterrand, Michel Sardou (hilarant !), un cours de philosophie qui dégénère…

Dieu est mort

Une verve flamboyante

Alors, un joyeux bordel se met en place devant nous avec des marionnettes-prophètes, un aquarium, un coffre… Le spectateur averti reconnaîtra ici et là des citations philosophiques ou poétiques subtilement mêlées à l’ensemble. Nous sommes happés par l’énergie, le jeu scénique et le style déployé. Beaucoup de dérision et d’audace émanent de l’interprétation des personnages.

Au final, nous rigolons beaucoup malgré la réflexion induite par la pièce. C’est d’ailleurs ce qu’il faut retenir. En étant omniprésent, le rire donne toute la force au spectacle, mais également à la vie…

by Jean-Philippe

Dieu est mort

Dieu est mort
Et moi non plus j’me sens pas très bien !

Auteur : Régis Vlachos
Artistes : Charlotte Zotto, Régis Vlachos
Metteur en scène : Franck Gervais

Jusqu’au 24 décembre 2017

Les dimanches à 20h30
(17h le 24 décembre)

Théâtre de la Contrescarpe
5, Rue Blainville
75005 Paris

Réservations : 01.42.01.81.88

Share

Château de Cheverny : l’escapade familiale idéale !

Inaltérable joyau de la Sologne depuis le 17ème siècle, Cheverny est aujourd’hui le deuxième château de la Loire le plus visité. La raison d’un tel engouement ? L’attrait insufflé par une famille ingénieuse et passionnée pour ce décor déjà exceptionnel. À travers une présentation autant ludique qu’instructive, enfants et plus grands (re)découvrent un lieu dont le présent compte tout autant que le passé.

Un patrimoine familial

Depuis plus de six siècles, le domaine de Cheverny a traversé les aléas de l’Histoire en restant dans la même famille. Aujourd’hui encore, le château est habité par le Marquis et la Marquise de Vibraye. C’est probablement de là que vient le charme si singulier de cet endroit.

L’intérieur nous fait découvrir l’ambiance chaude et feutrée de véritables lieux de vie aux styles variés. Le mobilier, les tapisseries et les œuvres d’art sont dans un état de conservation remarquable. De la salle à manger à la chambre du Roi en passant par la salle d’armes, c’est toute la quintessence de l’art de vivre à la française depuis 1634 qui s’offre à nous.

Si de charmants chérubins restent insensibles aux subtilités du style Empire, ce n’est pas bien grave ! Ils s’amuseront alors à reconnaître les fables de La Fontaine en Lego® disséminées un peu partout dans les pièces. C’est ça, le petit plus Chevernyen 😉

Chateau de ChevernyChateau de Cheverny

Des invités surprenants !

Mais que font donc Tintin et ses acolytes à Cheverny ? Observez-bien les lignes classiques du château, Hergé s’en est inspiré pour créer Moulinsart ! Partez à l’aventure à travers un parcours interactif, sensoriel et stimulant qui recrée les scènes mythiques de la bande dessinée.

Dans le grand salon, le téléphone sonne. Répondez ! Nestor est absent, c’est peut-être urgent. Vous pouvez également mettre en marche les inventions farfelues du Professeur Tournesol dans une réplique fidèle de son laboratoire. Gare à vous !

En outre, de nombreux objets tirés de la saga ont été fabriqués. Vous verrez ainsi un disque de Bianca Castafiore, une reproduction de La Licorne mais surtout le sous-marin requin de Tournesol.

Chateau de ChevernyChateau de Cheverny

Haut lieu de vénerie

La chasse à courre fait partie de l’héritage culturel du château. Une meute de plus de cent chiens y réside à l’année. Ainsi, vous pourrez assister à la « soupe des chiens », moment insolite où nous observons la subordination des chiens à l’homme qui les a élevés.
Bluffant : l’homme en question connaît le nom de chaque chien !

Chateau de ChevernyChateau de Cheverny

La nature comme écrin

Le parc arboré à l’anglaise se distingue par sa grande diversité : séquoias, tilleuls, cèdres, labyrinthe en lauriers du Caucase…

Des espaces verts viennent ponctuer la balade avec en premier lieu le Jardin des Apprentis. Mélangeant avec subtilité la rigueur d’un jardin à la française et la liberté d’un jardin à l’anglaise, vous aurez plaisir à le traverser pour vous rendre à l’orangerie savourer un chocolat chaud « maison ».

Il y a également le Potager-Bouquetier, où les légumes côtoient les fleurs avec une certaine poésie. C’est une parenthèse très agréable.

Chateau de Cheverny

Enfin, pour un instant bucolique, privilégiez la visite du domaine forestier en bateau sur l’ancien canal. Vous succomberez à coup sûr au charme des cyprès chauves…

Vous souhaitez profiter plus longuement du scintillement magique des décorations de Noël sur le château ? Cheverny propose d’agréables suites dans ses dépendances. De surcroît, des activités éphémères s’ajoutent quasiment tous les mois.
Ainsi, l’expérience est sans cesse renouvelée.

Par ailleurs, si vous avez le plaisir de croiser le Marquis et la Marquise de Vibraye, partagez un moment avec eux. Avec leur dynamisme et leur humour, vous percevrez mieux la magie du lieu 🙂

Des échafaudages gâchent vos photographies ? Gardez à l’esprit cette citation du Marquis : « Un château en travaux est un château en vie ! Il s’inscrit ainsi dans l’éternité ! »

C’est tout ce que nous lui souhaitons !

Chateau de Cheverny

Château de Cheverny

Avenue du Château
41700 CHEVERNY

Tél. : 02 54 79 96 29

Ouvert tous les jours sans exception

Site officiel : www.chateau-cheverny.fr

Share

La putain du dessus : éveil salvateur d’être femme au Théâtre de la Huchette

Tout chemin menant à la liberté a un prix. La putain du dessus, c’est l’histoire d’une femme, Erato, qui l’apprend à ses dépens. Alors qu’arrive l’heure de l’insubordination après des années de souffrances et de violences, son mari décède. S’ensuit alors progressivement son émancipation avec énergie et humour piquant. Le Théâtre de la Huchette nous fait vivre la rébellion et l’épanouissement d’une femme affirmant simplement la juste place qu’elle mérite.

La putain du dessus

Erato nous accueille tout de noir vêtue, avec mantille, dans son appartement sens dessus dessous. Elle revient des funérailles de son époux, policier corrompu jusqu’à la moelle. Mais loin d’être peinée, un sentiment de soulagement semble se dégager de son être. Alors, en toute intimité, elle décide de nous dévoiler son vécu.

Des différents moments ponctuant sa vie semblent émaner un sentiment récurrent : sa soumission à l’homme. En effet, toute sa vie durant, ses choix ne furent pas pris en considération voire dénigrés. Par la suite, timidement et inconsciemment, Erato s’octroie quelques plaisirs égoïstes. Elle se surprend à être troublée par un autre homme que son mari, à se préoccuper de migrants ou à envier sa nouvelle voisine du dessus…

Puis vint l’ultime humiliation qu’Erato ne peut supporter. À partir de ce moment, rien ne sera plus comme avant. Elle fulmine d’abord pour finir par exploser avec l’intensité propre à ceux qui n’ont plus peur de rien. C’est avec frénésie et sensibilité que son esprit se délivre enfin devant nous.

La putain du dessus

Une interprétation remarquable

Au début, le choix d’une mise en scène chambardée de l’espace est déroutant. Finalement, il apparaît bien plus subtil au fil de l’œuvre. Émilie Chevrillon éclaire avec beaucoup de délicatesse ce monologue où elle sombre, se perd avant de renaître. S’il existe parfois quelques longueurs dans le texte, vous les oublierez avec les dix radieuses dernières secondes du spectacle…

by Jean-Philippe

La putain du dessus

La putain du dessus

Auteur : Antoine Tsipianitis
Artistes : Emilie Chevrillon
Metteur en scène : Christophe Bourseiller

Jusqu’au 23 décembre

Du mardi au vendredi à 21h
matinée le samedi à 16h

Théâtre de la Huchette

23, rue de la Huchette
75005 Paris

Réservations: 01.43.26.38.99

Share

Chambre 113 : une co-médico musicale palpitante & totalement cocasse !

L’hospitalisation est toujours une mise en abyme dans nos vies où la vulnérabilité de notre esprit rejoint celle de notre corps. Chambre 113 relate avec délicatesse et sensibilité l’histoire d’un couple traversant ce moment particulier. Entre émotions retrouvées, rencontres humaines saugrenues ou bouleversantes, le Théâtre de Ménilmontant résonne aux sons éclatants de cette comédie !

Chambre 113
photo Eric Bongrand

Un sujet délicat…

Mathilde et Julien forment un couple en proie au manque d’interaction et au désintérêt progressif. C’est ironiquement une communication qui va changer le cours de leur histoire… Ainsi, l’hôpital informe Julien que sa femme a été victime d’un grave accident la plongeant dans un sommeil profond. Il se rend alors sur place et découvre un univers jusqu’ici inconnu…

En premier lieu, il est accueilli par le Docteur Grinsky, grand mégalomane à la vision étriquée par la science exacte. Viennent ensuite les infirmières entourant la femme qu’il a trop longtemps délaissée. D’abord Roseline, personnage fantasque ne mâchant pas ses mots puis sa collègue Natacha, incurable romantique à l’optimisme sans faille.

L’esprit de Mathilde n’est pas prêt à quitter le monde des vivants et tente à tout prix de s’exprimer, en vain. C’est ainsi que, dans une intimité qu’ils partagent désormais, les personnages vont peu à peu se dévoiler, offrant une perspective inattendue sur le véritable sens de la vie…

Chambre 113
photo Eric Bongrand

… dépeint avec adresse !

C’est avec dynamisme que les cinq comédiens chantent, dansent et nous éblouissent ! Ainsi, le partage est intense et nous transporte complètement. Nous sommes submergés par les émotions dégagées, aussi bien par les failles humaines se révélant que par l’éclat des petits bonheurs de la vie redonnant espoir.

Le décor est modulable sur scène, permettant au spectateur de reprendre son souffle entre deux tableaux. Les chants et les arrangements musicaux sont soignés et énergiques, n’ayant rien à envier à Mogador !

L’humour et la dérision des dialogues créent un équilibre subtil avec le côté grave du sujet. Ce qui fait que nous rigolons beaucoup, nous pleurons parfois mais nous apprécions toujours. 🙂

by Jean-Philippe

Chambre 113

Chambre 113
Bienvenue à l’hôpital !

Auteur : Claire-Marie Systchenko, Eric Bongrand
Metteur en scène : Vincent Vittoz
Artistes : Claire-Marie Systchenko ou Cloé Horry, Fred Colas, Noémie François, Hélène Hardouin, Emmanuel Quatra, Antoine Lefort, Samuel Domergue ou Nicolas Didier
Musiciens : Antoine Lefort, Samuel Domergue ou Nicolas Didier

jusqu’au 11 février 2017

Les vendredis, samedis et certains dimanches.
Horaires (19h ou 21h) en fonction du jour

au Théâtre de Ménilmontant
15, rue du Retrait
75002 PARIS

site officiel : chambre113.com

Share