IN THE WORLD BOX au Théâtre Aktéon : expérimentons !

Prémisse d’une création théâtrale originale, In the World Box est à observer au Théâtre Aktéon. Expérience d’une immersion dans le monde des Machumans – moitié Hommes, moitié Machines !
C’est aussi l’occasion de découvrir une auteure en devenir, Madame AF – Anne Falcon.

Au commencement, la voix Off nous donne la place. Nous, public, humains, sommes observateurs. Durée d’observation 56 minutes.

« Mesdames et Messieurs, nous sommes heureux de vous accueillir dans le centre d’observation de la World Box !« 

Photo © Philippe Denis
Photo © Philippe Denis

Le centre d’observation, cube exigu se situe dans le Théâtre Aktéon. Madame AF, n’aurait pas pu mieux choisir. Selon la mythologie grecque, Aktéon symbolise l’hubris de la curiosité humaine. On raconte qu’Aktéon surprend au cours d’une chasse, la déesse Artémis prendre son bain. Furieuse, elle le transforme en un majestueux cerf. Impuissant, Aktéon meurt déchiré par ses propres chiens enragés par la déesse qui ne le reconnaissent pas.

L’auteure nous expose le monde des Love Box, House Box, Work Box, … A l’origine de ce monde un certain Monsieur On. Il a créé un monde parfait « The World Box ». Ses habitants sont les Machumans, des êtres parfaits. C’est une espèce hybride : mi-biologique et mi-technologie de pointe. Pour survivre dans la World Box, chaque individu doit obéir aux règles. A défaut, il sera envoyé dans la Off Box.

Dans ce monde étrange, Mademoiselle C – Eve Saint Louis va rencontrer Monsieur A – Geert Van Herwijnen dans la Love Box. Ils ont un seul choix : se choisir en tant que couple amoureux.

Photo © Philippe Denis
Photo © Philippe Denis

Monsieur A : Vous savez ce que je déteste le plus au monde ?
Mademoiselle C : Les premières fois ?
Monsieur A : Non.
Mademoiselle C : Alors, je ne sais pas !
Monsieur A : Le silence !
Mademoiselle C : Le silence ?
Monsieur A : Oui
Mademoiselle C : Pourtant la parole est d’argent et le silence est d’or.
Monsieur A : Eh bien moi, voyez-vous, je préfère quand le silence dort.
Mademoiselle C : Je suis comme vous. Je trouve, en effet, que certains silences sont angoissants. Ils nous mettent trop souvent dans l’embarras.
Monsieur A : Ça ne devrait pas exister.
Mademoiselle C : Ou alors ce qui devrait exister, c’est une box à secours en cas de silence prolongé. A l’intérieur, on y mettrait pleins de sujets de conversation… »

Le couple AC se choisit. S’embrasser, faire l’amour – chut : je vous laisse découvrir dans le centre d’observation. Comme tout couple Machumans, ils intègrent une House Box. Pour ce faire, Mademoiselle C et Monsieur A doivent travailler. Mais Mademoiselle C n’arrive pas à trouver un travail.

Photo © Philippe Denis
Photo © Philippe Denis

Mademoiselle C : Nous n’étions plus que 3 candidats et ils nous ont demandé à chacun de mimer un souvenir d’enfance, celui qu’on voulait !
Monsieur A : Ok
Mademoiselle C : Chacun alors a mimé son souvenir d’enfance.
Monsieur A : Et après ?
Mademoiselle C : La world box n’a pas su nous départager estimant qu’il s’agissait de trois expériences intéressantes. Du coup, on nous a demandé de procéder à l’auto-élimination les deux autres candidats ont voté contre moi !

Le couperet tombe. Elle n’a plus que deux jours pour trouver un travail, sinon expédition à la Off Box. Elle rencontre le terrible Monsieur H – Germain Boissy, patron de la Work Box, tyran espiègle.

Photo © Philippe Denis
Photo © Philippe Denis

Mademoiselle C réussira à obtenir ce poste in extremis.

Le monde de la World Box distille subtilement les angoisses de notre société, vivre ou ne pas vivre ses émotions, la peur du silence et du vide, le travail, l’emprise de l’autre dans l’intimité.
Le quotidien du couple se résume à Travel box, Work box, et House Box – métro – boulot – dodo. La voix off conditionne leurs faits et gestes dans la House Box.

Photo © Philippe Denis
Photo © Philippe Denis

Je me suis surprise à effectuer la même chorégraphie gestuelle que les Machumans. Je me suis surprise à aimer cette Mademoiselle C et à moins aimer Monsieur A. Le jeu des comédiens participe sans doute à mon identification émotionnelle, au-delà des personnages qu’ils incarnent.

Mademoiselle C atteint le Burn Out professionnel. La cadence l’a épuisée. Elle s’empiffre de pop-corn. L’auteure, Madame AF nous invite alors à nous questionner sur les imaginaires de l’évolution et de l’humanité.

Monsieur A : Tu sais c’est important d’évoluer.
Mademoiselle C : C’est violent d’évoluer.
Monsieur A : On ne peut pas toujours rester au même stade.
Mademoiselle C : Et si, moi, j’ai envie de rester au même stade !

C’est à cet instant, que je sens le miroir opérer en moi. Qu’est-ce que je pense de la société qui prône la compétitivité et l’évolution comme figures de proue de la réussite ? Je la rejette en m’empiffrant comme Mademoiselle C parfois.

Photo © Philippe Denis
Photo © Philippe Denis

Scotchée dans mon fauteuil d’observatrice, j’ai eu de la compassion pour ces Machumans qui considèrent que l’évolution est une affaire de cadence de travail. Et j’ai gardé au coin de mon hippocampe (mémoire) cervical, cette scène qui je l’espère me rappellera dans un futur proche de redéfinir mon sens de l’évolution et du travail.

Mademoiselle C à l’intelligence émotionnelle développée n’aura de cesse de rejeter la World Box. Pour s’en sauver, elle nous interpelle. Et c’est le point fort de la pièce.

Dans le centre d’observation, qu’avons-nous fait, nous le public pour aider Mademoiselle C ?
Madame AF, nous a mis devant un choix : intervenir ou ne pas intervenir ?
J’aurais aimé me lever, aller prendre par la main Mademoiselle C et la sortir de la World Box.

Je ne l’ai pas fait. Pourquoi ? Parce que le silence dormait dans la salle. Parce que l’instant d’après la raison m’a rappelé que ce n’était qu’une pièce de théâtre. Parce que j’avais peur ? J’ai quitté le théâtre en me demandant : Et si je l’avais fait ?

Comme Artémis, Madame Anne Falcon m’a transformée en un animal. J’ai été dévorée par mes propres chiens de garde, comme Aktéon. Ainsi l’observateur est forcément transformé par ce qu’il observe.

In the World Box est une pièce qui nous observe et qui donne du choix. A vous de choisir d’aller vivre cette expérience jusqu’au 10 mars 2016.

By la Baleine Quantique

In the world box théâtre aktéon spectacle avis critique Anne Falcon blog United States of Paris

In the World Box
Jusqu’au 10 mars 2016 – Mercredi & Jeudi à 20h

Compagnie des Lueurs
Texte et mise en scène :  Anne Falcon
Avec : Germain Boissy, Geert Van Herwijnen, Eve Saint Louis, Mathilde Cessinas et Etienne Tho.
Voix off : Frédéric Courraud

Musique : ELEKTRO GUZZI
Création musicale : Alexandre Fergui
Lumières : Matthieu Barani & Olivier Ryder
Costumes : Donatella Franco

Aktéon Théâtre
11, rue du Général Blaise
75011 PARIS
Métro Saint-Ambroise

Share

Une réflexion au sujet de « IN THE WORLD BOX au Théâtre Aktéon : expérimentons ! »

  1. Analyse très fine de cette pièce que j’ai vue le mois dernier.
    Je suis cependant surprise de votre silence au sujet de Melle U, qui est à mon sens un rôle clé, qui nous parle de l’identité : homme/machine – homme/femme. Qui est-elle ?
    Entre Melle C qui reste au contact de ses émotions et les 3 autres personnages, il y a cette Melle U sur laquelle on se pose des questions. Chaque personnage est assez facilement « lisible » sauf Melle U qui laisse voir sa fragilité. La question se pose alors : que va-t-elle faire après ce licenciement terriblement violent ? Est-ce la partie humaine qui va prendre le dessus ? Quelles émotions vont alors émerger ? Suivies de quels actes ? Ou bien est-ce la partie « machine » qui prédominera ? Va-t-elle obéir aux règles de façon plus prégnante ? Comment ?
    Nous pouvons aussi nous poser la question : Est-ce vraiment à cause de sa faute professionnelle qu’est est licenciée ? Ou est-ce à cause de son ambivalence identitaire ?
    Le personnage de Melle U est le plus complexe de la pièce. Passionnant, intéressant comme la pièce elle-même.
    C’est une belle réussite avec un jeu d’acteurs excellent.
    Un immense bravo à l’auteure et à l’ensemble de la troupe !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *