Archives de catégorie : #Yummy

All is #foodporn ! La preuve ici

Charlotte aux fruits rouges de la Pâtisserie des rêves : délice à découvrir !

Tel un clin d’œil à notre enfance, la Pâtisserie des rêves a profité de la Fête des mères pour présenter sa toute dernière création : la charlotte aux fruits rouges. Imaginée par Étienne Leroy, on y retrouve toute sa sensibilité, sa douceur et sa passion.
Afin de vous garantir un avis sérieux et dans un souci de loyauté envers vous, nous avons repris trois fois de cette charlotte fondante, moelleuse, croustillante et savoureuse !

L’évocation de ce dessert m’a immédiatement replongé dans les souvenirs lointains d’une époque heureuse et insouciante… Un temps où j’aidais ma mère à tremper les biscuits à la cuillère (et mes doigts, soyons francs…) dans un gourmand sirop sucré. Quelle fierté nous avions avec mon frère lorsque nous démoulions cette charlotte. Un dessert de famille, à faire en famille.

Charlotte aux fruits rouges

Charlotte aux fruits rouges

C’est de ce constat qu’Étienne Leroy, chef pâtissier en charge de la création et champion du monde de la pâtisserie 2017, s’est inspiré.

Bien entendu, et pour notre plus grand plaisir, le niveau est différent !

Pour commencer, le fond sablé spéculoos-cranberry-zestes de citron est croustillant à souhait. Puis un appareil vanille-fève Tonka aux notes subtiles de Grand Marnier le recouvre. Cette crème infusée, toute en rondeur, contrebalance l’acidité des agrumes. Une délicate et fraîche compotée de groseilles, griottes, fraises et framboises l’accompagne. Enfin, l’aérien biscuit viennois rose est imbibé d’un sirop framboises-griottes-groseilles. Agrémenté de fruits entiers, l’ensemble est exquis…

Aussi, entre deux bouchées, nous avons eu le plaisir d’échanger avec Étienne Leroy.

Charlotte aux fruits rouges
selfie original pour UsofParis

USofParis : Pourquoi avoir choisi la charlotte ?

Étienne Leroy : Je pensais au gâteau idéal que je pourrais faire à ma mère. Cette charlotte, c’est pour elle. C’est un cadeau que je lui fais pour la rendre fière de son petit garçon. 🙂

Quel est ton processus créatif ?

En réalité, tout est question de rencontres humaines, d’échanges ou de voyages. Ces expériences changent tes idées ou ta façon de procéder. J’aime travailler avec les produits et ingrédients locaux. Par exemple, le citron que nous trouvons à Paris n’aura pas le même aspect ni la même saveur qu’au Japon. Du coup, pour une même recette, il faut s’adapter et recréer sans cesse. C’est très stimulant !

Devant une course à l’originalité, tu n’as pas peur de la surenchère ?

Mon but est de faire une pâtisserie afin de se retrouver. Si tu fais une combinaison très originale avec des saveurs uniques c’est super. Mais si tu es le seul à l’apprécier autour d’une table, c’est dommage… D’où l’idée de cette charlotte. C’est le gâteau emblématique du partage ! 🙂

Charlotte aux fruits rouges

Parfois, les petits bonheurs quotidiens nous rendant la vie plus douce portent de bien jolis noms : Paris-Brest, Opéra, Charlotte aux fruits rouges ou autres Saint-Honoré…

Ma meilleure amie était présente avec moi lors de la dégustation. Le sourire aux lèvres, le regard complice et les yeux pétillants autant que nos papilles, nous étions en train de nous créer un beau souvenir. Merci Étienne. 😉

by Jean-Philippe

Charlotte aux fruits rouges

Nouveauté de  La Pâtisserie des Rêves

Disponible du vendredi au dimanche.
Format 4-6 personnes
A commander directement en boutique.

Share

Pâtisseries new-yorkaises : nos 4 adresses alléchantes à Manhattan

À New York, en bon européen on tente toujours de manger en mode healthy.
Mais on craque toujours, avec plaisir,  pour quelques douceurs et viennoiseries grasses ou très sucrées.

Lors de notre dernier périple dans la Big Apple, l’équipe a testé 4 petites perles qui vous feront oublier Dunkin’ Donuts, Manoglia Bakery et même les Cronuts de Dominique Ansel.
Subtilité, gourmandise et tradition avec Eileen’s Special Cheesecake, Supermoon Bakehouse, Besfren et Little Pie Company.
Partant pour notre tour des pâtisseries new-yorkaises ?

Supermoon Bakehouse

En une visite, cette pâtisserie au design épuré est devenue le phare de nos mâtinées.
Impossible de ne pas s’y arrêter pour y dégoter une viennoiserie qui rivalise avec le savoir-faire français, mais twistée en mode Kawaii.

Donut Gelée de Litchi

Côté donuts, si celui à la Gelée de Litchi est très agréable, on mettra un gros cœur créatif à celui au sésame noir et fruit de la passion.

Donut Sésame noir et fruité de la passion

Les croissants sont haut de gamme (et grand format), aussi fin que les meilleurs de notre côté de l’Atlantique.  Et le gros plus c’est les versions fourrées comme le Matcha-citron à l’intérieur vert émeraude.

Mais le Spécial wknd est définitivement hors catégorie.
Lors de notre séjour, c’est un Toasté dôme de mousse au chocolat avec un cœur de caramel au beurre salé, des touches de gelée aux fruits format cube.

Et pour les réfractaires du sucré, il y a aussi un croisant jambon-fromage et la version tourte épinard doublement dorée au four.
A vous de les tester !

Prix : de 3,75 $ à 8 $

Supermoon Bakehouse
120 Rivington Street
New York, NY, 10002

Eileen’s Special Cheesecake

A quelques rues de Supermoon (et 15 min de marche à pied  ;-), vous trouverez les cheesecakes d’Eilleen’s.
Oubliez tout de suite les parisiens Berko ou Rachel’s, aucune adresse parisienne et même new-yorkaise ne pourrait tenir la comparaison.

Avec environ 28 parfums différents, il faut prendre son temps et ne pas être accompagné d’un(e) balance pour assurer un choix judicieux.
Dans tous les cas, ce sera toujours le bon !

Tous fondent en bouche et le sucre est toujours bien dosé. Alors inutile de réfléchir trop longtemps.

On a jeté notre dévolu sur le cheesecake Pumpkin (courge) : un parfait mélange de sucré/salé, le cookie (Oreo) savoureux, le Blackberry (mûre) et sa gelée de fruits qui ne coule pas sur les doigts quand on le mange dans le métro. Et sans oublier le Salted Caramel (caramel salé) aussi doux que gourmand.

Si vous souhaitez faire une cheesecake party un soir, vous pouvez commander un grand format (avec aussi des gluten-free, des sugar-free ou au tofu )

Prix : 3,50$ pour les individuels

Eileen’s Special Cheesecake
17 Cleveland Place
New York, NY 10012

Little Pie Company

Une vraie Apple Pie de tradition, c’est ce que promet Little Pie Company.
Petit détour dans Hell’s Kitchen entre la 9e et la 10e avenue pour plonger la cuillère dans la Old Fashionned Apple Pie.


Après quelques mots en français échangés avec la serveuse, un sourire (chose devenue rare à New York), la tarte nous est servie tiède dans une assiette et plusieurs cuillères pour partager.

Premier coup de cuillère, la masse de l’Apple Pie décompresse. Avec plaisir, on détache une portion de ce dessert. Les goûts sont parfaits, les pommes fondantes. Les papilles sont ravies. Surtout que côté sucre, c’est très light.

On recommande tout de même de prendre une portion pour deux, sauf si vous n’avez pas fait de pause dej.  🙂
Sinon les différentes recettes sont servies à la part.

Prix : entre 9,5$ et 12 $ la tarte portion

Little Pie Company
424 West 43 Street
New York, NY 10036

Besfren

En descendant la 5e avenue, à deux pas de l’Empire State building, on tombe sur Besfren : une pâtisserie moderne empreinte de l’esprit du quartier : Koreantown.

Au départ, on est attiré par les glaces au matcha ultra photogénique.
Et puis, on se laisse séduire par le gâteau nuage, une sorte de donut ultra léger avec un nappage au choix.
On a choisi framboise-camomille, un mélange subtil et très savoureux.

Besfren
315 5th Avenue
New York, NY 10016

Et vous, quelles sont vos bonnes adresses de pâtisseries new-yorkaises ?

Share

Signature : perle gastronomique franco-coréenne à Montmartre

Share

Initiation à la mixologie au bar Shake N’Smash, notre nouveau repère !

Avec une personnalité affirmée, tant dans l’esprit que dans ce qu’il propose, le Shake N’Smash joue la carte de la singularité. Loin d’être un énième bar à cocktails comme ceux qui pullulent en ce moment à Paris, il possède véritablement une âme. Sa carte aux influences cosmopolites ainsi que son univers très années folles, fleurant bon le swing et l’insouciance, incitent à l’évasion…

Une ambiance intimiste

Ce que l’on voit compte tout autant que ce que l’on boit ! La décoration est raffinée et élégante, la musique délicatement choisie. Rien n’est laissé au hasard. Entre les dossiers de chaises léopard, les abat-jour en plumes duveteuses ou les tables art déco, nous guettons le moment où Joséphine Baker fera son entrée. 😉

Shake N'Smash

Chaque partie du bar peut se privatiser. Selon l’espace, vous avez même la possibilité de diffuser votre propre musique, bénéficier d’un barman attitré ou encore de participer à un cours interactif de mixologie !

Une carte innovante et stylée

Jérôme Susini est un véritable artiste concevant ses cocktails comme une peinture. Sa palette regorge d’une « foultitude » (son mot fétiche) de combinaisons et de nuances. Comme tous les passionnés, il ne se satisfait pas de ce qu’on lui propose. Il veut toujours plus. Du coup, il explore et parcourt le monde à la recherche de nouvelles essences pour magnifier son art.

Grâce à cette exigence, il peut renouveler sa carte tous les six mois en proposant une quinzaine de créations, alcoolisées ou non, accompagnées de petites assiettes aussi savoureuses les unes que les autres ! Salut Tu Suze, Folie Bergère, I’m Qualified To Satisfy You, Itsi Bitsi Petit Bikini, ça donne envie, non ?

Shake N'Smash

Pendant l’initiation, j’ai pu profiter de son savoir-faire. La base d’un cocktail réussi ? Beaucoup de glaçons et la règle des 3S : Sweet, Sour and Spirit ! Un quart sucré, un quart acidulé et le reste en alcool. Privilège suprême, j’ai eu la chance d’avoir un cocktail sur mesure. En effet, son sirop maison Fève de Tonka-Hibiscus me faisait dangereusement de l’œil !

Nous avons improvisé dans la bonne humeur et j’ai précieusement noté les proportions de mon cocktail perso by Jérôme Susini. La classe totale ! 😉

Shake N'Smash
Mon cocktail personnifié

Ainsi, à la prochaine visite de mes potos, exit le sempiternel Mojito ! Je vais enfin pouvoir utiliser le Cointreau de mamie et le kit barman offert il y a des années. Maintenant, je sais à quoi servent les ustensiles (notamment l’étrange passoire !).

Interview-selfie

Tandis que les vapeurs des cocktails se dissipaient lentement, Jérôme Susini s’est livré à un petit jeu de confidences dans le salon-cabinet de curiosité du sous-sol…

USofParis : Quel est l’alcool que tu préfères travailler ?


Jérôme Susini : Le rhum ! C’est un alcool chaleureux, tout en rondeur avec lequel on peut quasiment tout faire. On peut partir sur un cocktail sec, un long drink…

Si tu devais créer un cocktail pour une personnalité, qui choisirais-tu ?
Jean Dujardin, sans hésiter ! Un cocktail décalé à la OSS 117.

Il serait composé de quoi ?
C’est un faux James Bond alors il faut un faux truc de bogosse. Genre un Dry Martini remixé. Qu’il puisse dire en tenant son verre : « Et ouais mec, c’est un Dry Martini ! » alors qu’en réalité c’est quelque chose de très doux et léger !

Le cocktail dont tu es le plus fier ?
Le Nikka-Melon-Martini. Des tranches de melon broyées avec du citron jaune, du sucre de canne et du whisky japonais Nikka. C’était censé être une création unique et il s’est finalement retrouvé sur la carte !

Ton plus beau souvenir en tant que barman ?
Un jour, des clients sont venus au Shake N’Smash pour goûter mon Sazerac. Juste pour ce cocktail ! Ils ont aimé, sont revenus puis sont devenus des amis. Par leur intermédiaire, j’ai eu la chance de pouvoir partir aux États-Unis pour une performance dans un bar clandestin digne du temps de la prohibition. C’était assez incroyable !

by Jean-Philippe
photos by Émilie Bacher

Shake N'Smash

Shake N’Smash

87 rue de Turbigo
75003 Paris
Tél : 01 42 72 30 76

du mardi au jeudi : 18h à 01h
vendredi et samedi : 18h à 02h
Food : 18h à 23h

 

Site officiel : shakensmash.com

Share

Irrésistibles Poissons de Pâques par la Maison du Chocolat 

Friture décalée et inventive pour Pâques 2018.
La Maison du Chocolat cède pour la 1ère fois à l’appel de la mer avec cinq poissons en chocolat rigolos, beaux et joueurs ; Pâques tombant un 1er avril.
Cette collection conçue par Nicolas Cloiseau, meilleur ouvrier de France, va ravir aussi bien les enfants que nous trentenaires ou quadras qui aimons la fantaisie. 

Poissons de Pâques

Poissons de Pâques en majesté !

Poisson chat, poisson pané, poisson scie, Nicolas Cloiseau s’est amusé avec les noms composés pour cette collection de 5 beautés des mers chocolatées pour Pâques.
Les enfants seront forcément séduits. Espérons qu’ils ne demandent pas tous le poisson clown (praliné lait amandes) en souvenir d’un certain Némo.
Nous on a pris un certain plaisir à mettre en scène le Poisson Rouge qui ne souffre absolument pas de son hameçon et le Poisson Pané tout en haut de l’Arc de Triomphe.

La composition nous séduit littéralement : plaque de chocolat et praliné croustillant.
On a gouté au Poisson Pané. Au programme ; chocolat au lait associé à un praliné noisette aux éclats de crêpe de dentelle. C’est une pure merveille ! Finesse, craquant, saveur chocolatée endiablée.
Autant préciser que la durée de dégustation de ce poisson partagé en trois a été réalisée à une vitesse éclaire. Notre petit groupe a réellement succombé.
Le Poisson Rouge, lui, fait de la résistance pour le moment. Mais son chocolat ivoire coloré, praliné noir amande/noisette aux éclats de biscuits caramélisés ne tiendra pas d’ici Pâques.

BONUS : nous gardons nos distances vis-à-vis de l’œuf d’eau douce. Un œuf géant qui pèse 6,6 kg en édition limitée et qui est surtout composé de 34 petits poissons. Lui faire face serait un vrai défi pour les gourmands que nous sommes.

Poissons de pâques

Poissons de Pâques
créations originales de La Maison du Chocolat

En boutique et en ligne à partir du 7 mars 2018

Collection de 5 poissons : poisson scie, poisson chat, poisson pané, poisson clown et poisson rouge.
Poid : 130g chacun.

Share

Planète Bière Paris 2018 : tour du monde de saveurs

Planète Bière 2018 en deux chiffres : 100 exposants et 500 bières à découvrir sur 2 jours : les 25 et 26 mars à la Cité de la Mode et du Design. Ce salon incontournable a pour objectif : la dégustation. 
Découvrir des brasseurs inconnus, des bières venues de loin, des nouveautés, des saveurs inégalables. 
Ici, on parle avant tout produits et créativité. 
Et les brasseries, qu’elles soient micro, moyenne ou giant n’en manquent pas. 

Planète Bière

Planète Bière : salon des nouveautés

Un tiers des exposants proposera des nouveautés comme un nouveau super héros côté Frog, une Bad Boy sera officiellement lancée. Il faudra aussi compter sur de nouvelles brasseries venues d’Espagne ou de Belgique. Car oui, la Belgique a permis à beaucoup de Français de découvrir et d’apprécier la bière à sa juste valeur.
La nouvelle scène belge risque fort d’être à l’origine de nouvelles excitations gustatives.
De jeunes brasseurs seront à rencontrer comme Arthur Ries (BeerStroming) de Saint-Gilles ou Laurent De Volder (Brasserie Lion) de Wavre.

Planète Bière

Et il n’est pas nécessaire d’être un fin connaisseur ou d’être une passionnée de houblon pour apprécier. A Planète Bière, toutes les rencontres sont bonnes pour être initié(e) et apprécier ce breuvage au même titre qu’un bon vin.
A ce sujet, il sera question d’accords met/bière lors d’animations autour de l’alliance avec charcuterie ou autour d’un plateau d’huitres.
Des brasseurs de renoms comme Steve Grossman, co-créateur de Sierra Nevada (USA) ou Garrett Oliver, maitre-brasseur de Brooklyn (USA) seront présent pour vous éveiller les sens.

Le salon fait la part belle au made in France. Mélusine, Jenlais, Ninkasi ou encore les brasseries des Sources et du Cateau nous réservent de belles envolées.

A noter aussi le golden ticket qui permettra de déguster 20 bières en exclusivité, le Diner des Epicurieux en ouverture à La Fine Mousse Restaurant, 20 conférences et une librairie spécialisée avec plus de 200 livres.
Planète Bière

Bonus : quatre noms de bière nous ont accrochés l’œil lors de la présentation chez Brussels Beer Project Pigalle. La Buteuse, Jambe de Bois, Red my Lips ou Parisis Smash.

Planète Bière 2018

le dimanche 25 mars de 12h à 19h : journée grand public
et le lundi 26 mars de 11h à 18h : journée pro (sur invitation)

à la Cité de la Mode et du Design
34 quai d’Austerlitz
75013 Paris

site officiel : planete-biere.com 

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION

Planète Bière

Share

Pop-up store Food is Great @ Galeries Lafayette Gourmet

Jusqu’au 6 mars, les Galeries Lafayette Gourmet nous font économiser le prix d’un billet aller-retour Eurostar. Le pop-up store Food is Great concocté par Emma’s Corner regorge de produits anglais de qualité pour s’inspirer de saveurs inédites.

Food is greatFood is great Bonne nouvelle ! Le porridge, une des exceptions culinaires anglaises, est apprécié par les Français, la preuve avec la marque Rude Health dans plusieurs enseignes parisiennes. Et pourtant c’était encore inimaginable il y a une dizaine d’années.
Maintenant que nous sommes prêts aux audaces Made in England, cédons à d’autres tentations !

Sous le thème de Shakeaspeare in love, en mode trendy, quirky et innovant, le pop-up store Food is Great dévoile quelques merveilles à tester sans attendre.

Food is greatBien sûr, c’est le sucré qui nous a tapé dans l’œil en premier.
Notamment la belle collection de tablettes de chocolat carrées signées Willie’s Cacao. On a adore les noms : Milk with the stars, Luscious Orange, Milk of the Gods… Il y en a une dizaine d’autres à découvrir sur place.

Food is great

La représentante de l’Ambassade de Grande-Bretagne nous a conseillé de céder au sticky toffee pudding, à réchauffer pour une pause sucrée, idéale en plein hiver. Il faut aussi goûter aux pies, les tourtes salées anglaises : traditionnelles (creamy mushroom) ou un peu plus originales (épinards). Les produits de la marque Clive’s sont bio, vegan et faits maison. Une gageure.

Food is great

La famille royale est représentée dans les rayons du pop up store avec la Mey Selections du Prince Albert qui valorise les producteurs autour du Castle of Mey, demeure royale en Écosse.

Préparons-nous dès maintenant à l’été, il va vite arriver. En réserve : la boisson rafraichissante number 1 en UK et encore inédite en France, Pimm’s. Car aussi incroyable que cela puisse paraitre : « il peut y avoir les mêmes vagues de chaleur à Londres qu’à Paris ! »

Food is Great

Pop-up store FOOD IS GREAT
by Emma’s Corner

aux Galeries Lafayette Gourmet
Rez-de-chaussée
35, Boulevard Haussman
75009 Paris

jusqu’au 6 mars 2018

Share

Eclair noir de cassis : nouvelle tentation de la Maison du Chocolat 

La Maison du chocolat aime renouveler ses gammes et proposer de nouvelles tentations sucrées.
L’éclair noir de cassis est le dernier né de l’atelier de Nicolas Cloiseau (meilleur ouvrier de France). Il offre un duo saisissant entre chocolat noir et cassis noir.
Le seul risque à encourir avec cette association, c’est de ne pas résister, surtout à la Saint-Valentin !

Eclair noir de cassisEclair noir de cassis

Un éclair nommé désir

A l’occasion de la Saint-Valentin, un nouveau parfum est dévoilé.
Je l’ai tout de suite baptisé « mon nouveau précieux ! »

Son apparence est raffinée. Pas de couleur criarde. Pas de cœur non plus, sa dégustation pourra donc se prolonger au-delà de l’événement.
Une fine couche violette sur le dessus associée à une ligne graphique de chocolat avec touches sucrées  pour rehausser une pâte à chou claire.

En bouche, délicatesse et double sensation. Selon son palais, le cassis fait son numéro de charme en premier. Sinon, si le chocolat noir qui accroche, aguiche et déploie ses talents.
Le mélange est savoureux et fait chavirer.

On aime. On déguste sans complexe d’ajouter une dose sucrée à notre journée.
Le bonheur peut être aussi simple qu’un éclair.

Eclair noir de cassis

Éclair noir de cassis 
nouveauté signée La Maison du Chocolat

disponible depuis le 1er février
Exclusivement en boutique

Share

Bouillon Pigalle : une cantine comme on aime

Pressés par le temps avant un spectacle, on a poussé la porte du Bouillon Pigalle. Ouvert en automne, il nous fallait goûter à cette adresse qui affiche des mini-prix et une carte avec des incontournables de la bonne bouffe française populaire.
A table ! … sans réservation.

Bouillon Pigalle

Si vous pensez la gastronomie uniquement par la Bistronomie, passez votre chemin. Le Bouillon Pigalle propose une carte simple et sans chichi. A voir le monde qui fait la queue à partir de 19h/19h30, c’est déjà une réussite.
Et franchement, ça fait du bien de ne pas se faire  matraquer par les prix. De quoi remettre au goût du jour ce concept du 19e siècle.

Le Bouillon : un classique parisien

A cette époque  250 établissements portaient cette mention.
Et si l’héritier le plus célèbre de cette tradition restaurative reste le Bouillon Chartier, l’établissement n’est pas le propriétaire de cette appellation.

Alors, on franchit la porte tournante du Bouillon Pigalle et l’on découvre la salle principale. Une atmosphère 1900 mais avec un gros brin de modernité.
On aime les porte-bagages en hauteur pour déposer sac à main, sac à dos, vestes ou autres. Un big up aussi pour les prises électriques qui parsèment le haut des banquettes afin que l’homme et la femme connectés puissent recharger leurs accessoires vitaux.

Bouillon Pigalle

Le Bouillon Pigalle : côté carte

Ce qui va séduire, c’est la tradition, le côté cuisine de maman, de famille.
Oeuf mayo, museau graines de moutarde, escargots au beurre persillé, bulots, poireau vinaigrette et son topping de noisettse : ces entrées sont rustiques et goûtues. Simples mais bonnes (entre 1,80€ et 8,80€ pour le pâté en croûte au foie gras).
On n’en demande pas plus dans ce type d’établissement.

Bouillon Pigalle

Pour suivre : 12 plats au choix entre 8,50€ et 11, 50€.
On a fait simple ce soir : un gratin de chou-fleur sauce Mornay.
Et on se laissera séduire à coup sûr une prochaine fois par le pot-au-feu, la tête de veau sauce gribiche, la blanquette de veau ou l’agneau de 7 heures…

Un petit appétit ? On a cédé à un A côté, régressif, comme Les coquillettes au bouillon de bœuf, parfaites !

Bouillon Pigalle

Ce soir-là pas le temps de tester les desserts, mais on reviendra pour se laisser séduire par les classiques de la brasserie : baba au rhum, profiteroles, clafoutis ou mousse au chocolat.

Et c’est sans parler des boissons à prix rikiki : le 25cl d’eau plate à 1€, le soda à 1,90, le 1/4 de vin à 2,90€ …

Bouillon Pigalle

Nous, on a kiffé ce retour aux goûts simples et bien faits.
Et il y aussi une terrasse à l’étage…

Au prochain spectacle dans le quartier, on y retournera.
Mais ne le dites pas trop pour que cette enseigne ne devienne pas un lieu trop bobo…

Bouillon Pigalle

Bouillon Pigalle

22, bd de Clichy
75018 Paris

Horaires :
de 12h à minuit, 7 jours / 7

Sans réservation

Share

Le Petit Commines : dîner béni dans le 3e

Alors, quand Mathieu nous conte le menu du moment, on a envie de tout goûter.
C’était le week-end de la truffe noire dans le Périgord, alors pourquoi pas la Fondue de Brie à la truffe ? Ou un poison sauvage des côtes bretonnes ? Le turbot ou le cabillaud cuisson nacrée à l’arête.
Ou alors une belle entrecôte maturée maison pendant 21 jours ?
Même Cinq nuances de blanc, un plat végétarien aux cinq légumes, nous titille les papilles.
Et pour les allergiques et les intolérants, le chef s’adaptera.

La viande rosée, n’est pas forcément notre fort.

petit commines
Mais nous avons été charmés par le goût et les saveurs de ce plat.
Fin et savoureux.

Steak maturée « Mi-mot-laid »

Oui, ce trompe-l’œil champêtre en forme de cèpe est bien un steak !
Cet énorme haché est donc fait maison. La viande provient des chutes du train de côtes qui a servi à découper les entrecôtes de la carte.
Et comme pour la terrine, la maille de taille est généreuse. Alors on ne s’offusque pas si quelques parties moins nobles se retrouvent dans notre assiette.

petit commine

La pièce est extrêmement généreuse. La longue maturation de 21 jours donne une saveur prononcée à la viande. Le mélange Porto, Cognac, ail et échalote adoucit ce côté fort. Et la sauce qui accompagne le plat rend celui-ci encore plus gourmand.

Mais si ces plats vous semblent peu copieux, c’est normal.
Les accompagnements sont servis à part et à volonté.
Le soir de notre venue : égrainé de chou-fleur, pommes grenailles et purée carotte-clémentine.

petit commines

Share