Archives de catégorie : Cinéma

Baywatch – Alerte à Malibu : abdos, maillots, dingo #cinéma

Si tu as besoin d’une nouvelle bonne raison de retourner faire du sport pour entrer dans ton joli maillot cet été : fonce voir Baywatch. Les abdos inouïs de Zac Efron (il a repris encore du muscle), les silhouettes gracieuses et sculpturales de Kelly Rohrbach et Alexandra Daddario peuvent être des maître-étalons pour fixer ton prochain programme sportif. L’adaptation de la série 90’s nous offre aussi une grosse dose d’action (avec feu, noyade, trafic de drogue…), de sketchs potaches poilants, le tout avec de belles vues sur la baie d’Emerald en Floride. 

Baywatch – Alerte à Malibu 1990/2017

Le torse poilu de David Hasselhoff fait place au corps gonflé à bloc de Dwayne Johnson, avec tatouages en supplément. Le « body » de Pamela Anderson – qui avait inspiré une bouteille de soda à l’époque – est dynamité par les mensurations de Summer et C.J. Parker. C’est démoniaque, il n’y a pas que les protagonistes qui sont troublés.

Mitch Buchannon est un héros pour la baie. Il est connu de tous et toutes, il a sauvé tellement de vies qu’il a droit au respect et à l’autorité quand on vient le titiller de près. Comme cet ancien champion olympique, Matt Brody, en reconversion et qui vient se redorer le blason suite à de gros écarts de conduite.

La complétion est rude pour faire partie de l’élite des sauveteurs ou lifeguards. Les surnoms que Mitch réserve au beau gosse sont jubilatoires et seront les guimmicks qui te suivront pendant toute l’aventure. 

Les scènes les plus poilantes sont sans au doute celles portées par Ronnie, le geek mou du ventre de l’équipe, dans la veine des films des frères Farrelly. Son trouble face à C.J lui occasionne une série de déconvenues complètement barrées.

Le second degré est totalement assumé avec les ralentis sur les filles plantureuses, les apparitions de David H et Pamela A en guest. 

Dommage que certains effets spéciaux soient approximatifs comme le feu sur un bateau, le feu d’artifice et certaines incrustations sur fond vert peu convaincantes.

Baywatch, c’est la série Alerte à Malibu qui a pris en muscles et en testostérone. Des personnages qui ne se prennent pas trop au sérieux alors qu’ils sauvent des vies. Une aventure bien menée avec une bande-originale entêtante (en tête : Easy de Lionel Ritchie !)

Baywatch, Alerte à Malibu 

de Seth Gordon 
Avec Dwayne Johnson, Zac Efron, Priyanka Chopra, Alexandra Daddario, Jon Bass, Kelly Rohrbach, Ilfenesh Hadera

Sortie le 20 juin 2017

Image de prévisualisation YouTube

Share

National Parks Adventure à la Géode : un voyage stupéfiant et éblouissant

National Parks Adventure  est un magnifique documentaire sur la relation homme/nature. Grâce à l’écran de la Géode – un des plus grands au monde qui recouvre la quasi-totalité de la salle – nous plongeons immédiatement au cœur de cette grande expédition dans laquelle nous allons découvrir la beauté et les secrets des parcs nationaux américains.

La technologie Imax prend toute son importance dans cette aventure. Nul besoin de s’équiper de lunettes 3D, nous survolons à grande vitesses des pics escarpés, des canyons aux roches sculptées par la glace, des déserts arides, des lacs immenses et bien d’autres splendeurs de ces grands parcs nationaux.

La découverte de ces lieux à couper le souffle nous est contée à travers l’expédition de trois aventuriers amoureux de la nature et sportifs invétérés : Conrad Anker, alpiniste, grimpeur et auteur américain célèbre pour ses ascensions difficiles dans les hautes montagnes de l’Himalaya et de l’Antarctique, Max Lowe, son beau-fils et Rachel Pohl, artiste, aventurière, humanitaire et écologiste. Attachants et captivants, nous suivons avec plaisir les exploits sportifs de ces trois passionnés.

Un périple unique et époustouflant 
45 minutes de voyage, 45 minutes d’images exceptionnelles, une bande-son soignée et percutante, une prouesse technologique indiscutable. Andréa, 8 ans, a l’impression de voler et s’accroche à son siège dès que nous approchons du sommet d’une montagne…

National Parks Adventure nous offre réellement la possibilité d’en prendre plein les yeux ! Toute la famille est conquise et nous repartons en nous disant que oui, nous aussi, nous irons un jour découvrir la beauté de ces grands parcs nationaux.

by Caroline 

National Parks Adventure
Amérique sauvage 

à La Géode 
26, avenue Corentin Cariou
75019 Paris 

Tous les jours jusqu’au 3 septembre 2017
Horaires : 10hh30, 12h30, 15h30, 18h30

film de 45 min
Réalisateur : Greg MacGillivray
Directeur musical : Steve Wood
Directeur de la photographie : Brad Ohlund
Scénario : Tim Cahill
Distribution : Robert Redford, Conrad Anker, Rachel Pohl, Max Lowe

Partenaires : Mac Gillivray freeman, USAvisit the usa.com, Expedia, Subaru

Share

Noma au Japon : miracle en cuisine ! #cinéma

Noma de Copenhague à Tokyo : dans les coulisses d’une aventure folle, un défi qui a transporté un restaurant (celui de René Redzepi) : cuisine et équipe complète de 70 personnes à + de 8 600 km et au 37e étage du Mandarin Hotel. Difficile de penser qu’un film documentaire culinaire nous emporterait à ce point. 

Un nom qui fait saliver, des clients qui viennent du monde entier, une liste d’attente qui n’en finit plus. Noma à Copenhague est une institution qui a donné un souffle impressionnant à la cuisine scandinave. René Redzepi est le pape de cette révolution qui a un dogme, des fidèles, des passionnés et même des détracteurs. 

« Don’t huge people in Japan! »

Le film Noma au Japon nous fait comprendre tout de suite que se frotter à la cuisine japonaise pour créer plus d’une dizaine de recettes 100% originales en 6 mois est tout simplement fou. Le scénario du documentaire de Maurice Dekkers est en cela absolument prenant. 

« On est en sécurité entre 4 murs »

L’aventure humaine est exceptionnelle, les personnages ont des gueules (l’Américain Lars Williams en tête) et de vraies émotions et problématiques.  Le sacrifice est évident : la pâtissière, Rosio Sanchez, avoue être seule, certains parlent de journée avec si peu de sommeil. On suit toutefois deux membres de l’équipe (Lars Williams et Thomas Frebel) prendre  le temps de faire du sport pour sortir de la cuisine. 

Ce microcosme est fascinant et d’une ingratitude totale : combien d’échecs pour arriver au sublime plat, à la saveur qui fera toute la différence et surtout qui emballera le chef ? 

Pas une minute de trop pour Noma au Japon, le spectateur fait le pacte d’un coup de bluff, de vraies tensions et d’une admiration sans faille pour ces hommes et ces femmes qui ne comptent pas la fatigue, qui travaillent en sous-sol sans fenêtre, qui refont leurs gammes tous les matins comme un musicien jusqu’à sortir la plus belle note. Avec le respect d’un précepte : « sortir de sa zone de confort » comme le demande René Redzepi.
Quel sera le sort de cette tortue serpentine japonaise, coriace ? Le canard sera-t-il servi entier ou en petite portion ?

Alors que Top Chef et les autres émissions de cuisine envoient du vent, faisant croire que l’on peut se mesurer aux plus grands, Noma au Japon offre une vraie leçon de modestie.
Il faut compter, par exemple, 30 heures pour préparer les palourdes à chaque service. 

Séquence culte : quand Vivienne réinvite le fish and chips avec une composition audacieuse ! Mieux vaut ne rien lire avant pour ne pas gâcher la surprise. 

Attention danger : en sortant de la salle, votre premier réflexe sera de vous renseigner sur les prix du restaurant et les conditions de réservation.
Sachez, dès à présent, que le Noma change d’adresse et sa réouverture n’est pas prévue avant cet automne.
En attendant, il s’offre une nouvelle épopée en terres mexicaines.

NOMA AU JAPON
6 semaines pour (ré)Inventer le meilleur restaurant du monde

un film de Maurice Dekkers

avec : René Redzepi, Lars Williams, Rosio Sanchez, Dan Giusti, Thomas Frebel, Kim Mikkola

sortie en salle : le 26 avril 2017

Share

French Waves : doc et websérie sur l’électro française #interview

A la seule lecture des quelques lignes du projet French Waves, notre cœur a bondi. Julian Starke, réalisateur de 25 ans, a fait le pari fou de faire dialoguer les générations de créateurs qui ont réinventé la musique électro en France. Laurent Garnier, Cerrone, Justice, Bob Sinclar, Breakbot, Rone, Jacques, Fakear et beaucoup d’autres partagent leur parcours, éclairent sur leurs influences et leurs succès à travers un documentaire événement et une websérie de 10 épisodes.
SAVE THE DATE : soirée de ouf au Grand Rex le 23 février avec projection, DJ Sets et lancement de la tournée mondiale.

INTERVIEW / JULIAN STARKE

UsofParis : Comment a débuté ta culture électro ?
Julian Starke : J’ai découvert la musique électro, adolescent, avec les Justice. Ça m’a rendu complètement fou. J’étais du rock et eux faisaient un truc plus énervé qui correspondait à cette énergie que j’avais, l’envie de se rebeller. J’ai adhéré à leur univers. Ils disaient à l’époque ce que j’avais envie d’exprimer. J’ai découvert Daft Punk après Justice.
En arrivant à Paris, j’ai commencé à m’immerger dans la jeune scène électro.

Quel a été le déclic pour ce projet French Waves ?
Un ami,  Félix,  a été choisi pour jouer le rôle de Sven Love, un DJ des années 90, dans le film Even. En lisant le scénario, j’ai senti ce lien entre l’énergie collective de la French Touch des années 90 et ce que je vivais avec mon collectif en organisant des fêtes, je réalisais des clips, des courts-métrages.

http://www.dailymotion.com/video/x5a6zbo

Quel est ton point de vue sur la scène électro française pour ce film ?
Ce n’est pas un point de vue de journaliste mais vraiment mon regard sur l’histoire de transmission entre les différentes générations, les 20-30-40. Comment les jeunes se sont inspirés des anciens et qui se nourrissent de plein d’influences glanées sur le net.
Sur toute la première partie du film ou les premiers épisodes de la websérie, je partage le point d’un jeune mec qui n’a pas vécu cette époque fantasmée, que j’aurais aimé vivre : rave party…
Dans la deuxième partie du film, je capte la scène de l’intérieur, je suis dans le présent et le témoin des débuts de ces jeunes artistes.
L’énergie est commune pour toutes les générations.

Qu’est-ce qui t’a surpris en cours de tournage ?
Un truc surprenant. J’appréhendais la rencontre avec Bob Sinclar. J’aime beaucoup ses 2 premiers albums. Après, c’est moins ma came.

Lors de l’interview, j’ai trouvé qu’il était hyper sincère dans ses réponses. Love Generation était un titre spontané, fait dans un studio. Il veut toucher les DJ commerciaux, pour être joué dans les clubs commerciaux pour toucher un max de monde. Tout en étant honnête. Ça le rend touchant.

Un titre qui t’a mis une grosse claque au cours de ton projet ?
Un titre complétement underground : Cuartero de Dioneli. Je l’ai découvert lors d’un DJ-set de Carl Craig quand on tournait au Rex. Je ne sais pas qui c’est. Mais ça m’a traumatisé.
J’aime aussi Valentin Stip, un jeune mec inconnu. Il est assez fou et on a fait un épisode de la websérie sur lui. Il est capable de casser une branche dans la forêt de l’enregistrer avec son Iphone. A partir du son, il est capable de faire de la musique.

Il a une vision de la techno hyper poussée, proche de la transe.

Tu t’étais préparé à interviewer Jean-Michel Jarre ?
C’est justement en me documentant que je me suis rendu compte vraiment de son impact. Il est recordman des plus grands concerts dans le monde. On a parlé avec des Chinois pour des events là-bas et ils s’en souviennent comme le premier artiste a joué de la musique occidentale sous Mao.
Ensemble, on a beaucoup parlé de la jeune génération. Il a débuté à l’époque du GRM (Groupe de recherches musicales), de Pierre Henry, donc une autre sphère. Il a finalement été hyper bienveillant quand a débuté la French Touch.

Il adore la musique de Rone. On a beaucoup de points communs malgré la différence d’âge.

Quel artiste a le plus de références musicales parmi tous ceux que tu as rencontrés ?

Dans les jeunes artistes avec qui j’ai noué un rapport fort avec le projet : Superpoze. Il a une culture musicale incroyable en electro, house, hip-hop, rap, toutes sortes de niches et sous-niches, en jazz. Tout ça a nourri sa musique. Il a déjà fait 2 albums C’est aussi un super producteur de musique.

Celui qui a le plus d’humour ?
Jacques ! D’humour, de second degré…
Image de prévisualisation YouTube
 
Le plus modeste ?

Rone dans les « jeunes ». Et Laurent Garnier. Il est d’une sincérité incroyable, surtout avec lui-même. Il vieillit mais son public a toujours le même âge. Il joue toujours devant des gens de 20 ans. Il continue de faire la musique qui lui plait mais quand ça ne marchera plus, il n’en fera pas une autre pour plaire.

Celui qui dort le moins ?
Ils ne sont pas nombreux à dormir beaucoup. Les tournées sont longues. Je dirai Jacques qui tourne pas mal ou Superpoze.
Celui qui fait des phrases trop longues, difficiles à couper en montage ?

Jean-Michel Jarre ou Bambounou. Je ne peux pas tout garder. 😉

Le plus classe ?

Philippe Cerboneschi de Cassius. Il est bogosse, bien sapé. Tous les détails sont maitrisés. Le studio est beau en plus.

Ça parle musique classique chez les artistes électro ?
Superpoze a étudié au conservatoire. Et Valentin Stipe était pianiste. Il a hésité à être concertiste. Il jouait 7-8 heures de piano par jour pendant une dizaine d’années. Il maîtrise !

FRENCH WAVES

documentaire, web-série et site immersif de Julian Strake associé au producteur Guillaume de la Boulaye
et tournée internationale avec masterclass, live et DJ Set

Rdv chaque jeudi pour un nouvel épisode de la websérie

Jeudi 23 février à partir de 21h
projection du documentaire au Grand Rex suivi de DJ sets au Rex Club !

Site officiel : french-waves.com
FB officiel : Frenchwavesexperience


BONUS !
Anecdote de tournage

Image de prévisualisation YouTube
Share

John Wick 2 : Keanu Reeves pro du gun-fu et car-fu !

Keanu Reeves – la classe faite homme et acteur hollywoodien – était à Paris ce mardi pour présenter John Wick 2. D’une discrétion assez rare – sur les heures d’entrainement (son réalisateur parle de 5 à 6 heures par jour), sur ce qu’il est (idem, Chad Stahelski dit de lui qu’il a « une élégance de gentleman, que c’est un homme généreux, ying et yang » – il a tenu à partager cette nouvelle aventure dans laquelle il a participé à la conception, avant même l’écriture du scénario.

Keanu Reeves press conference presse film John Wick 2 Chad Stahelski The Ritz Paris portrait photo usofparis blog

John Wick is back et il n’est pas super content. Je réagirai pareil si on me volait la prunelle de mes yeux (que je n’ai pas parce que j’habite à Paris) : ma voiture. Alors oui, elle est belle, vintage à mort, ses freins font un bruit de ouf et ses phares dans la nuit, quelle folie ! 

Une fois récupérée cette petite merveille dans une course-poursuite tonitruante dans un vieil entrepôt, avec flaques d’eau pour les reflets, John rentre chez lui avec quelques égratignures. Pause de courte durée, il est contraint de renfiler son total look noir pour reprendre du service. Le monsieur a une dette depuis le premier épisode et c’est Santino D’Antino (le troublant Riccardo Scamario) qui va tirer les ficelles de ce jeu.

John s’envole donc à Rome pour une séquence impressionnante dans les thermes de Caracalla inaugurées en 216 après JC. Une anthologie de coups de feu dans un décor exceptionnel où la salle de bains de vos rêves se love dans les vieilles pierres de ces ruines antiques. Saisissant !
Cette séquence réserve, en effet, un lot de tirs assez incroyable. Nous attendons le nombre exact de décharges calculé à coup sûr par un confrère plus rigoureux que nous.

Keanu Reeves photo tournage film John Wick 2 séquence musée exposition reflection of the soul photo Niko Tavernise

L’un des derniers affrontements au sein d’une exposition d’art conceptuel du Metropolitan Museum, Reflections of the soul – sorte de palais des glaces design – est très fort visuellement et offre de très beaux jeux de miroirs. C’est un hommage au film Opération Dragon. On imagine que cette scène a été un vrai enfer à tourner pour l’ancien cascadeur devenu réalisateur. Chad avoue que tous les trucages possibles ont été utilisés. Et quand l’équipe est arrivée à bout, c’est les effets spéciaux en post-production qui ont pris le relais.

Riccardo Scarmacio et Ruby Rose film John Wick 2 séquence musée exposition reflections of the soul photo Niko Tavernise

Question cruciale : peut-on voir #JohnWick2 sans passer par le 1 ? Oui ! La preuve. Je me suis laissé emporter par la déferlante, sans connaître un seul détail de l’histoire de John. Les plans de New York by night, les lumières de Times Square participent à l’adhésion dès les toutes premières secondes coups de poing du film.

John Wick 2 est palpitant, excessif et spectaculaire. Keanu Reeves excelle dans l’art du gun-fu, le car-fu (la voiture est une arme). #Respect !

L’acteur avoue, en plus d’apprécier sincèrement son personnage, qu’il a en commun avec John, une forme de chagrin, une volonté forte de se relever quand il est à terre et son sens de l’humour. Raisons de plus pour nous assurer un nouvel opus.

On nous promet Paris pour le prochain épisode. Le suspense est entier !
En attendant action pour tous et toutes, Keanu a l’avantage de plaire aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

Image de prévisualisation YouTube

Affiche John Wick 2 avec Keanu Reeves film réalisé par Chad Stahelski Metropolitan Films

John Wick 2
un film réalisé par Chad Stahelski
avec Keanu Reeves, Laurence Fishburne, Ian McShane, Ruby Rose…

sortie le 22 février 2017

Share

James Bond 007, l’exposition : Permis de kiffer à la Villette

Mythique, forcément mythique, James Bond 007, l’exposition, 50 ans de style Bond qui prend place, jusqu’au 4 septembre, à la Grande Halle de la Villette. De Dr No à Spectre, l’univers des 24 longs-métrages de la franchise double zéro retrouve la lumière des projecteurs à travers plus de 500 objets originaux exposés.
Juste le temps d’enfiler un smoking, de se rejouer le légendaire pré-générique avant de sauter dans une Aston Martin et de foncer au cœur de cette l’exposition 007 !

Image de prévisualisation YouTube

Telle une balle, nous traversons un fût de canon pour nous lancer dans la visite. Et, tout de suite, nous sommes dans le bain avec cette scène majeure de Goldfinger : Jill recouverte d’or.

James Bond exposition 007 expo avis critique évènement prix Grande halle la villette cinéma goldfinger Bond Photo by blog united states of Paris

Considérant l’étendue de cette exposition – et on ne s’en plaindra pas – difficile de faire court mais impossible d’être exhaustif non plus.
Alors, voici 007 raisons de vous rendre à la Villette.

007, l’exposition : des scènes cultes !

Aux origines du mythe Bond, il y a les girls, les bikinis, la plage et l’iconique Ursula Andress, the first one. Une scène culte, une sortie de la mère incroyable, quelques pas sur une plage. Une scène que d’aucuns rapprochent de la célèbre toile de Boticelli, Vénus dans une coquille.

James Bond 007 l exposition 50 ans expo avis critique Grande halle la villette cinéma culte bikini ursula andress Photo by blog United States of Paris
Cette scène sera reprise dans Casino Royale (2006), en version masculine. Il faut, bien entendu, avouer que ces maillots sont un peu moins sexy sans leur acteur, mais ils restent très évocateurs de la charge érotique des films.

My name is Bond

Le casino est un lieu emblématique de la saga 007. C’est que l’agent british adore s’y détendre et y débusquer ses ennemis.
C’est donc l’endroit parfait pour présenter la vaste collection de smokings et robes de soirée agrémentées d’accessoires.

James Bond 007 l exposition 50 ans expo avis critique Grande halle la villette cinéma casino royale Photo by blog United States of Paris

James Bond exposition 007 expo avis critique évènement Grande halle la villette cinéma Casino Photo by blog united states of Paris

Profitons de l’occasion pour rendre hommage à George Lazenby (qui n’a incarné qu’un seul fois James Bond) et à son kilt, vu dans Au service secret de Sa Majesté.

James Bond 007 l exposition 50 ans expo avis critique Grande halle la villette cinéma lazenby Photo by blog United States of Paris

Les moyens de fuite

James Bond a toujours besoin d’échapper aux ennemis qui le pourchassent sur les routes, dans les airs et même sous l’eau.
Impossible donc de rater la Lotus Esprit version amphibie.

James Bond 007 l exposition 50 ans expo avis critique Grande halle la villette cinéma gadget Q Photo by blog United States of Paris
Même si elle n’est pas présente en taille réelle, d’autres véhicules à l’échelle 1 sont présents dans l’exposition.

Département Q : l’ange gardien

Des gadgets pour toutes les situations périlleuses, c’est aussi ça la vie de double-zéro : montre scie, laser ou aimant, stylo lance-missile, respirateur, détecteur de micro, jet pack…

James Bond 007 l exposition 50 ans expo avis critique Grande halle la villette cinéma valise bons baisers de russie Photo by blog United States of Paris
La valise de Bons Baisers de Russie est l’un des accessoires emblématiques présents à Paris.
Bien évidemment, les gadgets des méchants ont aussi droit au chapitre.

James Bond 007 l exposition avis critique Grande halle la villette vivre et laisser mourir cinéma Photo by blog United States of Paris

De la conception au tournage

A la Villette, vous rencontrerez nombre de dessins de conception de décors de storyboards et de croquis de costumes.

James Bond 007 l exposition 50 ans expo critique avis Grande halle la villette cinéma dessin moonraker Photo by blog United States of Paris
Ces dessins d’étude pour Mooraker sont à mettre en parallèle de ces figurines de travail et des modèles réduits présents dans cette vitrine

James Bond 007 l exposition 50 ans expo avis critique Grande halle la villette cinéma Moonraker Photo by blog United States of Paris
Explosions et cascades : les effets spéciaux

Si 007 a ses gadgets, les spécialistes des cascades et autres effets visuels ont eux aussi droit à leur marotte secrète.
Un décor à faire s’écrouler, rien ne vaut une maquette pour simuler la destruction.

James Bond 007 l exposition 50 ans expo avis critique Grande halle la villette cinéma évènement maquette effets spéciaux Photo by blog United States of Paris

Et si votre héros doit se battre sur un téléphérique, pourquoi ne pas le recréer en miniature ?

James Bond 007 l exposition 50 ans expo avis critique Grande halle la villette cinéma culte Photo by blog United States of Paris

A l’autre bout du monde

Russie, Turquie, Bahamas, Jamaïque, Thaïlande, Japon, Italie, France, Maroc… Bond n’a pas de frontières, son passeport doit être rempli de tampons et visa de tous ses périples.
Et si ces pays sont parfois caricaturés, les détails des costumes et autres accessoires sont toujours créés avec un souci de minutie et de réalisme.

James Bond exposition 007 expo avis critique évènement Grande halle la villette cinéma espion qui aimait Photo by blog united states of Paris

Et cela se remarque encore plus dans Spectre et la parade vaudou de Mexico.

James Bond 007 l exposition 50 ans expo avis critique Grande halle la villette cinéma évènement spectre vaudou mexique mexico Photo by blog United States of Paris

James Bond 007, l’exposition : Rien que pour nos yeux

Dans la lignée des grandes rétro de sagas cultes, tels Starwars Identities, Harry Potter, l’exposition ou actuellement Marvel Avenger STATION à la Défense,  007 l’exposition en met plein les yeux et ravivent un maximum de souvenirs.

Le seul reproche que l’on pourrait faire à cette exposition, c’est de faire la part (un peu trop) belle au dernier volet de la saga, Spectre, au détriment des autres films. Mais il n’ y a vraiment aucune raison de bouder son plaisir….
La preuve : nous sommes prêts à y retourner !

James Bond exposition 007 50 ans de style Bond avis expo critique Grande halle la villette paris cinéma affiche Blog Usofparis

James Bond 007, l’exposition

Share

COMIC CON PARIS 2015 ! Cosplay en folie, bogosses et créations à la Villette

Pendant 3 jours, les passionnés de séries télé, de super héros et de jeux vidéo n’ont pas su où donner des yeux avec l’avalanche qui s’est abattue à la Grande Halle de la Villette pour ce premier rendez-vous indépendant du Comic Con Paris

Batman super classe et une lady Comic Con Paris cosplay festival 2015 Grande Halle de la Villette photo united states of paris blog

Et le festival qui affichait sold out a proposé un casting en or malgré une défection de taille : Maisie Williams. La comédienne devait passer 2 jours à la rencontre des fans de Game of Thrones.
Mais la simple présence de Frank Miller (dieu du comics US), Shawn Ashmore (X-Men) Eric Balfour (Haven, 24, Six Feet Under), Kristen Ritter ou encore Carrie-Anne Moss ont comblé les festivaliers. Sans oublier le parrain Louis Leterrier (réalisateur de L’Incroyable Hulk, Le Choc des Titans), des Youtubers de renom et des artistes français comme le dessinateur de BD Joann Sfar, ou le compositeur Eric Serra

Comic Con Paris 2015 Jurassic park maquette fun best of Grande Halle de la villette Photo by United States of Paris
Sans compter le nombre impressionnant de participants qui se sont éclatés en déguisement, maquillage et autres accessoires. Et les exclus : masterclass, rencontres et autres différents d’exclus télé. 

Super-héros de père en fils
Super-héros de père en fils

 

Cat woman avec l'équipe du Petit Journal
Cat woman avec l’équipe du Petit Journal

Le Petit Journal ne s’est pas trompé et a tendu son micro aussi bien à des avatars qu’à Cat Woman ce samedi.

Les pass VIP se sont vendus comme des petits pains. Ils offraient, entre autres, un meet and greet privé avec un des invités, un accès 30 minutes avant l’ouverture public ce qui permettait surtout de s’assurer d’avoir le Graal : un ticket de dédicace pour Frank Miller.
Sa dernière apparition au Festival de Deauville, très affaibli, laissait présager que le créateur de Sin City ne pourrait peut-être pas être présent à la rencontre quotidienne avec ses fans. Et il a assuré avec une réelle élégance pour un artiste de son calibre. 

Eric Balfour Haven 24 Six Feet Under actor signing session Comic Con Paris festival 2015 séance dédicaces La Grande Halle de la Villette photo united states of paris blog
Eric Balfour
Funny selfie with Eric Balfour Haven 24 Six Feet Under actor signing session Comic Con Paris festival 2015 séance dédicaces La Grande Halle de la Villette photo united states of paris blog
Eric Balfour et une fan

Le bogosse Eric Balfour a aussi été généreux, dépassant l’heure et quart prévu au planning. Et rajoutant 45 minutes de plus pour combler son public de son sourire, ses dédicaces et de la photo en supplément. Aucun refus n’aurait été rencontré lors de la rencontre, même le farfelu selfie langue.

Un autre visage très ciné-génique a eu les faveurs du public : Shawn Ashmore. On a vérifié, c’était bien lui et non son jumeau, Aaron, qui était présent à Paris. Deux options : séance photo pro à 30 euros le tirage et la séance de dédicaces sans selfie par manque de temps. Certaines amatrices ne se sont rien refusées et ont pris les deux.

Comic Con Paris shawn ashmore dédicace fan xmen best of Grande Halle de la villette Photo by United States of ParisOn tire aussi notre chapeau à la 501st Légion France qui a animé ce Comic Con Paris avec toute la galerie des personnages Starwars pour le plaisir des visiteurs.

Comic Con Paris selfie 501 St Légion France Dark vador Darth vador star wars starwars Grande Halle de la villette Photo by United States of Paris
Dark Vador aime les selfies

Comic Con Paris 2015 501 St Légion France star wars starwars Grande Halle de la villette Photo by United States of Paris
Comic Con Paris cosplay 501 Stfrench garrison Légion france star wars starwars Grande Halle de la villette Photo by United States of ParisComic Con Paris 501 St Légion France star wars starwars festival cosplay Grande Halle de la villette Photo by United States of ParisEt notamment avec cette maquette échelle 1 dans laquelle les visiteurs pouvaient se faire prendre en photo. Comic Con Paris 2015 501 St French Garrison star wars starwars festival maquette Grande Halle de la villette Photo by United States of Paris

Le public a joué le jeu du Comic Con Paris

A côté des guests, un déferlement de super héros et personnages de pure fiction. Des Joker de tous les genres : classe, chemise ouverte sur poils mais aussi la version tenue d’infirmière (très recherchée) ou torse nu imberbe et musclé avec faux tatouages. Batman était l’autre personnage à être répliqué en plusieurs exemplaires.

Voici un concentré des quelques rencontres faites au cours de vendredi à dimanche.
On commence avec un gros coup de coeur pour ce magnifique costume de Groot !

En famiile au Comic Con Paris
En famille au Comic Con Paris
Petit Chaperon Rouge
Petit Chaperon Rouge

Joker and Thor girl Comic Con Paris festival 2015 Grande Halle de la Villette cosplay batman photo united states of paris blog

Comic Con Paris 2015 costume avenger captain américa film festival cosplay best of Grande Halle de la villette Photo by United States of Paris
On se compare les boucliers !
Dead Pool
Dead Pool

Captain America Super woman Comic Con Paris cosplay festival 2015 Grande Halle de la Villette photo united states of paris blog

Chicken Bomb!
Chicken Bomb!

Breaking-Bad-funny-team-Comic-Con-Paris-cosplay-festival-2015-Grande-Halle-de-la-Villette-photo-united-states-of-paris-blogComic Con Paris 2015 costume breaking bad heisenberg festival cosplay best of Grande Halle de la villette Photo by United States of Paris

Réunion de Marty Mcfly
Réunion de Marty McFly et synchronisation de smartphones !
Emily, la mariée défunte du film Les Noces Funèbres
Emily, la mariée défunte du film Les Noces Funèbres

 

Comic Con Paris festival cosplay jack tim burton danny elfmann Grande Halle de la villette Photo by United States of Paris

Vintage american men Comic Con paris cosplay festival 2015 Grande Halle de la Villette photo united states of paris blog

Aux côtés des nombreux comics et autres goodies à l’effigie des plus grands personnages du cinéma et de la télé, un stand nous a particulièrement passionnés : Nous sommes des Héros qui crée des bijoux originaux, faits à la main en France. Iron Man, Thor, Star Wars : les plus grands films ont leur bague pour femme et aussi homme. Sans oublier Les Chevaliers du Zodiaque et Actarus du dessin animé mythique Goldorak.

Bagues originales V for pour Vendetta créées par Nous sommes des héros artefacts légendaires bijoux fabriqués à la main en France Comic Con Paris festival 2015 Grande Halle de la Villette

Bague originale I am the immortal créé par Nous sommes des héros artefacts légendaires bijoux fabriqués à la main en France Comic Con Paris festival 2015 Grande Halle de la VilletteNotons aussi les masques d’un réalisme parfait de Stargate ou Iron Man fabriqués par Les Armures Fantastiques qui sont à couper le souffle.
Comic Con Paris 2015 costume stargate film comics masque festival cosplay best of Grande Halle de la villette Photo by United States of Paris

Enfin, une créatrice, Junkie Brewster, nous a également emballés avec ses cups de Starbucks customisés Superman mais aussi Breaking Bad. Super crayonné, non ?

Cup customisée par l'artiste Junkie Brewster
Cup customisée par l’artiste Junkie Brewster

A l’année prochaine avec le Comic Con Paris 2016

Avant de souhaiter longue vie au Comic Con Paris, voici quelques remarques entendues dans les files d’attente  au cours du week-end :
– Il y a trop peu d’animations, d’activités, et les produits vendus dans les boutiques ne sont pas exclusifs. Pas besoin de venir ici pour les acheter. Je peux les trouver sur Internet. Pourquoi il n’y a pas plus d’objets estampillés Comic Con Paris ?
Il n’y avait pas assez d’invités pour les dédicaces afin de contenter tout le monde. Les cessions de dédicaces sont trop courtes. Les VIP prennent toutes les places de dédicace, c’est pas cool. Et ça s’est vérifié pour les dédicaces Frank Miller. 

Espérons que ces quelques réflexions donneront des idées aux organisateurs pour l’édition 2016.

Share

Interview: Lauren McQueen, revelation of the movie The Violators & of the Dinard British Film Festival

At the latest Dinard British Film Festival, she was one of the 2 revelations, with her partner Brogan Ellis, who brought both viewers at the theaters and photographers on the red carpet head over heels.
It was the first time in France for Lauren McQueen in order to present The Violators directed by Helen Walsh.
A strong movie that stays with you. An impressive acting performance that did not leave anyone indifferent.
Before the release in France, let’s meet the young actress.

Lauren McQueen & Brogan Ellis
Lauren McQueen & Brogan Ellis

UsofParis : If you had to describe Dinard, in a few words, to one of The Violators cast member to make him/her want to come here, what would you say?
Lauren McQueen : I’d say, It’s a beautiful town, with really nice beaches, cause Liverpool does hardly have nice beaches. It has beaches, but not as nice as these. And the food is really nice!

What made you want to become an actress?
Well, I started of the Musical theatre on the stage and seeing a play when I was younger and I kind of looked up to them and I wanted to be like them. I always used to watch a lot of films when I was younger, Annie. That made me wanna looking a lot of TV and films set. When I was 11, I went to acting classes and just went on from there.

Who was your inspiration?
I absolutely love Angelina Jolie!

Why?
I love watching her, she’s so… you can’t take your eyes off her when she’s on the screen. She always plays strong female roles, which I really like.

Actress Lauren McQueen The Violators movie director Helen Walsh Dinard British Film Festival 2015 competition Grand Hotel Barrière France photocall photo by usofparisAt what point in your life did you decide to become one?
It was when I was 11. When I went to the acting classes when we started to do a lot of improvisation, a way to make me confident. I started to go into castings for TV and film. I think that was just the drive and enjoying and, you know the scripts.

It’s very young!
Yeah, I know. I’ve always enjoyed performing arts.

Lauren McQueen Brogan Ellis The Violators movie actress director Helen Walsh red carpet dinard british film festival oprining 2015 france competition photo by usofparisHow much did you learn about your profession while shooting The Violators movie?
Steven Lords who plays Mikey, was important important for me. Cause it was my first feature film, so he kind of really helped me when we were in the scenes like, he was very natural, yeah he really helped just with the conversation in the scripts to be very natural and intense as well and Helen kept us both apart, until day one of filming because on the schedule the first scenes were the lock scenes, they were the really hard, like intense scenes. It really came across, it was like true intensity.

Image de prévisualisation YouTube

What kind of advice did the team give you?
« Shelly» is like a motherly role. She has to look after her younger brother. I have a younger brother so I could use that, with Shelly; a vulnerable side as well. That’s quite similar to me.
But advice, just keep it natural because the film is natural.

How does the director, Helen Walsh work?
Because she was the writer and the director, it was very beneficial because sometimes if you’ve got directors who’s not the writer they can’t change anything in the script. But because Helen was, we kept putting all new ideas into the scenes and I felt really involved in the story.

Did you change anything?
It was a year ago now! We could suggest things and Helen was really open to…, yeah.

How did the movie change your personal and professional life?
I was still at school while I was doing it. I had to take seven weeks off school. I was doing A-levels. After, when I got back to school, I found everyone being dead immature, because I had worked with adults for seven weeks, so I was like: « This is not what I want to do, I want to go back on the set ».

Can you name one very emotional moment you lived on a set?
The moment in the car. The rape scene. That was my first time doing a scene like that. I was a bit nervous for the other, for that compared to the other scenes. That was the main one. The more emotional and especially the scene after, when she is in the bathroom, and she can’t believe what she’s done. She’s done it because she wants to get out of this life. She’s traumatized.

Next step of you?
I’ve got another feature film at the end of this month. It’s a harder film. The name is The Wasting. It’s a writer from Canada. She’s also director for the first time. So it’s kind of a link again first time directors!

Thanks to Emilie, Aude & Joël

Share

Denis Ménochet : interview sans filtre pour le film Norfolk

Présent lors de la dernière édition du Festival du Film Britannique de Dinard pour présenter Norfolk (de Martin Radich)le comédien Denis Menochet est l’exemple parfait de la bonne entente franco-anglaise. Son jeu n’a pas de limite géographique, sa maîtrise de la langue anglaise dénuée de tout french accent fait le reste. Cet acteur à la carrure massif révélé par Inglorious Basterds de Quentin Tarantino revient, avec une sincérité rare, sur ses doutes et quelques-uns de ses grands moments de cinéma.

Il n’a pu nous rassurer sur la possible suite de la série originale de Canal Plus : Spotless – dont le dernier épisode de l’unique saison nous a laissé sur notre faim – mais nous a réjoui en toute fin d’interview avec une très bonne nouvelle.
Le court-métrage Jeanine ou mes parents n’ont rien d’exceptionnel (de Sophie Reine) dans lequel il formait un duo de parents barrés avec Léa Drucker aura une suite. Nous retrouverons les personnages 20 ans après.

Denis Menochet avec Martin Radich (réalisateur) et Finlay Pretsell (producteur)
Denis Menochet avec Martin Radich (réalisateur) et Finlay Pretsell (producteur)

UsofParis : D’où vient ton envie d’être comédien ?
Denis Menochet : J’ai toujours aimé… (Ah la question !)
J’aimais bien faire rire les autres. Quand j’ai vu un film pour la première fois, ça m’a fasciné, la magie, tout ce qui était lié à l’imaginaire…
Après, j’ai rencontré une professeure, Leslie. Je faisais du skate, je fumais des pétards, j’étais bon à rien. Et elle m’a fait passer une audition alors que j’y étais allé pour accompagner un pote.
Elle m’a dit « toi, tu devrais venir » et elle m’a offert le stage d’été. Je lui ai répondu : « je viendrai jamais ! ». Et pourtant, j’ai fait le stage et j’ai adoré pouvoir m’exprimer – c’est pour ça que ça devrait être enseigné à l’école. T’as beau être un mec cool – qui avait des Creeks ou un Chevignon, à l’époque ou le mec un peu timide dans la cour – dès que tu es sur scène avec des personnages, tout le monde est vraiment à égalité, quand on se regarde vraiment dans les yeux et quand on est écouté.
Ce qui m’a attiré : c’est d’être vrai. De ne plus avoir à gérer ce sentiment de rejet.

Pourtant c’est que du fake !
Jouer c’est vivre sincèrement dans des circonstances imaginaires.

Et quand as-tu eu déclic que tu devais faire ce métier ?
Aujourd’hui, je me pose encore la question. Je te jure. Je pense que tu vis avec le doute quoi qu’il arrive.
Chaque fois j’en suis malade de bosser sur un nouveau projet. Je me dis que j’y arriverai jamais, que je ne suis pas à la hauteur. Tout le monde va s’apercevoir que je suis une imposture. J’en fais des cauchemars la nuit où je me retrouve à poil et tout le monde se fout de moi.

A quel moment sur le tournage, tu arrives à te calmer ?
Au bout de 3-4 jours. Et encore, ça dépend s’il y a des scènes difficiles qui arrivent, le trac peut revenir. Mais c’est une bonne énergie. Il faut l’accepter.

Ca ne t’a jamais paralysé ?
Si une fois. En fait, à force, tu développes une espèce d’instinct. C’est comme si tu faisais constamment des fausses notes quand tu essaies de jouer à la guitare.
J’avais dû m’excuser, prendre 5 minutes.

Les comédiens anglais ont tendance à plus travailler leurs gammes de jeu que les français ? Comment travailles-tu ?
Grâce à cette peur, je travaille beaucoup. Je répète un maximum mais sans figer les choses. Je fais aussi confiance à ce qui va se passer le jour même.
J’ai travaillé en Angleterre pendant presque 2 ans, récemment et malgré moi. J’ai eu de la chance. Et j’ai beaucoup pris de distance par rapport à plein de choses. Ca m’a fait beaucoup de bien.
Les acteurs anglais passent de la télé, au théâtre, au cinéma avec un grand film, parce qu’ils sont formés autrement et qu’il y a moins de films produits aussi. Ca correspond à ma conception du métier. Alors qu’en France, c’est : « quoi ? Tu fais de la télé ? » ou alors il faut faire un film où tu pleures derrière une vitre pour aller à Cannes.
Tout ça, je m’en fous totalement. Ce qui m’importe c’est l’histoire.

Les équipes anglaises et américaines te considèrent encore comme un acteur français ?
On m’appelle « the french actor ». Et je réponds : « non, je suis un acteur qui vient de France, parce que je n’ai pas grandi en France. Ma langue maternelle est le français mais je parle anglais couramment. » C’est vraiment te mettre dans une case.
Le seul problème que j’ai : c’est que pour les Anglais, je suis un french actor et pour les Français, je suis un acteur qui tourne avec les Américains et les Anglais – ce qui n’est pas vrai car la plupart du temps j’ouvre une porte ! Et mon texte c’est « Quelqu’un a vu Michel ? »
Ce que je me dis : je devrai faire des films dans une barque, sur la Manche, entre la France et l’Angleterre, pour que l’on me dise enfin que je suis simplement un acteur.

Image de prévisualisation YouTube

Qu’est-ce qui dans l’histoire de Norfolk (Martin Radich) t’a accroché ?
Il y avait une violence dans le scénario, dans le personnage, qui m’a énormément plu, alors que c’est une ambiance poétique. Car le film se passe au milieu de la nature, comme dans une espèce de futur imaginaire, où tous les gens ont fuit les villes pour se réfugier à la campagne. Et l’histoire de ce jeune garçon qui veut devenir un homme car il rencontre cette fille, et du père qui est toujours dans son milieu de mercenaire pour gérer la survie de sa famille. Je trouvais ça intéressant parce que ça pourrait arriver dans un futur proche. Enfin, ça me plaisait de montrer une violence sans qu’elle soit vraiment visible au début.

Et sur le tournage, tu as appris sur ton métier ?
J’ai beaucoup appris. On a tourné en 24 jours, ce qui est très peu. On n’avait pas beaucoup de prises, on devait enchainer rapidement. Il fallait être créatif assez vite.
J’en reviens à cette peur : je ne pouvais pas demander une prise de plus, car tout le monde était fatigué.
J’ai appris à mettre cet égo de côté pour être efficace au service de l’histoire et de l’équipe. C’était une bonne manière d’assouplir ma façon de jouer.

Qu’est-ce que tu retiens de cette expérience de série avec Spotless ?
La leçon que j’en tire c’est que je ne referai plus jamais de projet où les réalisateurs ne sont pas capitaines du bateau et où ce sont des gens dans des bureaux qui décident du dialogue, de la scène. Quand il y a beaucoup de gens qui décident alors qu’ils ne sont pas sur le plateau, c’est un enfer pour tous ceux qui sont là depuis 4 heures du mat’. A moins qu’il y ait un vrai showrunner.

Denis-Menochet-acteur-actor-Norfolk-movie-director-Martin-Radich-producer-tapis-rouge-red-carpet-Festival-du-film-britannique-de-Dinard-2015-british-photo-usofparis-blog

Dans quelle mesure qu’Inglorious Basterds a changé ta vie ?
Çaa changé totalement ma vie. Quentin Tarantino m’a mis sur la carte. J’étais d’un seul coup reconnu. Et toujours aujourd’hui, il y a un énorme respect pour ce film et cette scène.
Et quand on sait que Christophe Waltz a eu 2 oscars, et moi j’ai juste une chance d’être dans ce film. Et j’espère un jour leur faire honneur à tous les deux. C’est quelque chose qui me drive car Quentin ce qu’il écrit c’est ce qui se fait de mieux : il combine le rap, Shakespeare, tout ce que j’aime. Ses dialogues sont incroyables.
Et Waltz c’est un jazzman dans tout ce qu’il fait.
Et j’espère durer pour un jour lui montrer que je suis à la hauteur. Ca me motive.

Un instant d’émotion forte sur un plateau de tournage ?
Je pense à La Rafle de Roselyne Bosch. Je jouais l’adjudant du camp de concentration de Beaune-la-Rolande. Nous tournions à Budapest avec des acteurs de complément (de théâtre…). J’étais face à des femmes et leurs enfants. Et je leur annonce que l’on va les séparer de leurs enfants, alors qu’elles ne le savent pas. Et l’instinct de ces femmes est remonté. Il paraît qu’à l’époque l’on entendait les cris des femmes dans les villages proches du camp.
Elles ont joué la scène et je me la suis prise en pleine gueule. C’est devenu quelque chose d’animal. Je suis parti dans un coin pour essayer de m’en remettre. J’ai vraiment vu ce qui s’était passé il y a plus de 70 ans.
Dans un autre style, il y a aussi les bons moments avec Ludivine Sagnier dans Pieds nus sur les limaces (Fabienne Berthaud). Elle a une mémoire visuelle folle, elle est capable de réciter les adresses des stagiaires du film. Quand je m’en suis rendu compte, j’étais éclaté de rire. Elle est très drôle et j’ai eu du mal à m’en remettre.

Le lieu de tournage le plus improbable dans lequel tu aies tourné ?
L’Afghanistan. Stéphane Rybojad nous a fait prendre un hélico pour tourner quelques plans pour le film Forces spéciales. On était au Tadjikistan et d’un seul coup on a traversé la rivière et on atterri en Afghanistan. Le réalisateur a fait quelques plans et on est reparti. C’était totalement improbable.
Il pouvait nous arriver n’importe quoi. C’était une bonne adrénaline.

La notoriété c’est un inconvénient pour toi ?
En fait, on ne me reconnaît pas. Mise à part dans des festivals comme à Dinard. Mais ça se passe toujours bien. On est dans une époque tellement « Kardachiante » que ça ne me dérange pas les selfies quand on m’en demande !


ACTU ! Denis Ménochet
à retrouver prochainement dans les films Norfolk et Assassin’s Creed (de Justin Kurzel)

Share

Festival de Dinard 2015 : sacre de Couple in a Hole, un très jeune réal & bogosses sur tapis rouge

« Ton futur va être merveilleux ! » Jean Rochefort

C’est lors de la cérémonie de clôture que le président du Festival du Film Britannique de Dinard a livré cette phrase d’une belle poésie – tranchant avec ses nombreuses pointes d’humour – au réalisateur Tom Geens dont le film a été sacré par 3 fois. Couple in a Hole a reçu les Prix du Jury, du Public et du meilleur scénario.
Équipe du film Couple in a Hole movie crew Tom Geens Paul Higgins Jérôme Kircher Kate Dickie golden Hitchcock d'or 2015 photo by usofparisThe Couple in a Hole day avait débuté ce samedi à 11h avec la projection du film en présence du jury en entier bien réveillé, un peu moins maquillé en revanche. Ce récit est bluffant. On ne sait pas précisément où l’on est, si ce n’est une forêt. Un homme et une femme vivent totalement isolés. La suite du récit est à découvrir par vous-même. Moins on en sait sur ce film et plus son atmosphère aura une réelle emprise sur vous. Jean Rochefort n’a pas hésité à partager sa surprise : « Je n’ai jamais vu un film aussi désorganisé. Un jour c’est l’été, le lendemain c’est l’hiver, un lièvre gambade dans la forêt… Et puis après on oublie et on se laisse happer. » Il n’a pas tort. L’incompréhension du début laisse place à un réel attachement aux personnages. La performance de la comédienne Kate Dickie est incroyable. Ses partenaires ne sont pas en reste, citons le casting franco-anglais : Paul Higgins, Jérôme Kircher et Corinnne Masiero.

Craig Roberts
Craig Roberts

L’on avait poursuivi fissa notre journée projection sur le tout premier film en tant que réalisateur du comédien Craig Roberts, Just Jim. Précocité qui nous en rappellerait une autre, celle de Xavier Dolan. Peut-être ne faut-il pas lui souhaiter la carrière du réalisateur canadien. Et de tracer sa carrière différemment. En tout cas, ce qui n’a pas échappé au public c’est la présentation du jeune réal de 24 ans.
Maladresse, franchise, il a fait rire. Film brodé sur une base autobiographique : « mon enfance au Pays de Galle. Jeune, je cherchais à être cool. Mais à force de chercher, on se plante. » Avant de rajouter, un cinglant : « ce film est une façon de regarder en arrière et de voir comment j’étais pathétique. »
Avant de s’excuser de faire perdre son temps au public, il confie ce jeu très personnel : imaginer quand il mourra qui viendra à son enterrement. « Présenter ce film devant vous, c’est comme si c’était mes funérailles. » Glaçant.
Son film débute un peu comme un Jacques Tati avec une compilation de foirages : à l’école, de retour à la maison, avec les parents. Et puis il vire littéralement avec l’arrivée d’un Amerloque. Un récit sur la manipulation très bien mené.

17h45 Tapis rouge devant les Alizés 
Juste avant l’arrivée des invités, une séquence touchante. Un jeune homme a mis un genou à terre pour demander la main de sa petite amie sur tapis rouge et devant les photographes. Applaudissements et musique de circonstance dans les enceintes, plein soleil : toutes les conditions favorables étaient réunies pour faire de cet instant un cliché inoubliable pour le jeune couple.

La jurée tant attendue, présente dans le programme du festival et absente des projections : Virginie Efira a fait une apparition toute de noir vêtue.
Virginie Efira jurée très attendue du festival du film Britannique de Dinard 2015 tapis rouge soirée de clôture photo by usofparis

A la différence de Cannes, à Dinard, l’ensemble des équipes des films en compétition assiste à la cérémonie de clôture. Le suspense n’est donc pas pipé pour le public.

Des bogosses aussi sur le tapis parmi les équipes de films en avant-première. Les actrices n’ont pas le monopole du glamour !

Bogosse anglais sur le tapis rouge de la cérémonie de clôture du festival du film Britannique de Dinard 2015 photo usofparisDuane Hopkins movie director movie festival du film Britannique de Dinard 2015 British tapis rouge red carpet photo by usofparis

Et dernière séance photo du jury.
Jean Rochefort et son jury Amara Karan Natalie Dormer Bernard Lecoq festival du film de dinard 2015 tapis rouge photo by usofparis

Natalie Dormer
Natalie Dormer

 

Hanif Kureishi et son épouse
Hanif Kureishi et son épouse

Après le Hitchcock hommage à l’écrivain et scénariste Hanif Kureishi, une première surprise : le public de Dinard a plébiscité l’audace en décernant par ses votes Couple in a Hole. Rochefort précisera son émotion et celle de son jury que le choix du public et celui de son équipe soient à l’unisson, preuve de la qualité du film. « Ca ne peut se passer qu’en Bretagne ! »

Tom Geens, réalisateur de Couple in a Hole
Tom Geens, réalisateur de Couple in a Hole

Le réalisateur Tom Geens, modeste, témoignera sa culpabilité vis-à-vis des autres équipes de films en compétition.
A noter que le jury a décerné un prix spécial au film The Departure et à ses interprètes.

La soirée se terminera par la projection en avant-première de 45 years (45 ans) de Andrew Haigh avec Tom Courtenay – qui témoigna sur scène qu’il avait lu le scénario sur son Iphone, sans pouvoir s’en décrocher – et Charlotte Rampling. Jean Rochefort aura le mot de la fin en rappelant une anecdote avec la comédienne lors du tournage d’une « scène de coït » A la 9e prise, Rochefort ne peut cacher une « légère bosse. » Sa partenaire lancera, un subtil et complice : « enfin ! »

Rochefort a confirmé au cours de ces quelques jours à Dinard son statut de « national treasure » (trésor national) comme l’a dit Natalie Dormer à son évocation, en interview.
Respect !

Share