Archives de catégorie : Coups de coeur !

Les Grandes Eaux Musicales de Versailles 2018 : éternelle féérie

Chaque année, il y a un évènement qui marque l’arrivée du Printemps : l’ouverture des Grandes Eaux Musicales de Versailles !
Même si, comme aujourd’hui, le temps est grisonnant,
la magie des fontaines et des jardins créés par Le Nôtre reste intacte d’une année sur l’autre.
Pause bonheur avec cette visite exceptionnellement placée  sous l’égide de Laurent Brunner, le Directeur de Château
de Versailles Spectacles.

Grandes Eaux Musicales

Classicisme et nouveauté 2018

C’est face au bassin de Latone que débute nôtre visite. La majesté de cette fontaine ouvre la perspective sur une partie des jardins.
En effet, la volonté de Le Nôtre a été de cacher les bosquets du jardin dans de petites forêts.

Grandes Eaux Musicales

Après une petite déambulation, on découvre la nouveauté de cette édition 2018 sur le bassin de Neptune: des jets automatiques ! Il y en a neuf, en circuit fermé sur le bassin. Ils assurent une chorégraphie synchronisée sur de la musique toutes les 15 minutes. Mais pourquoi ?

Grandes Eaux Musicales

Premièrement : pour animer et mettre en valeur ce bassin qui, avant cela, ne fonctionnait que 10 min par jour car consommant beaucoup trop d’eau.
Deuxièmement : ceux installés dans le bassin du Miroir ont rencontrés un grand succès.

On poursuit la visite en traversant les différents bosquets et en restant conquis par la puissance du Titan de l’Encelade,

Grandes Eaux Musicales

ou le charme de l’enfilade du bosquet des 3 fontaines.

Grandes Eaux Musicales

Notre guide a toujours une info ou une anecdote à glisser à chaque arrêt. Alors on a compilé quelques infos insolites sur les jardins.

Grandes Eaux Musicales Versailles 2018 jardins avis Bosquet 3 fontaines photo © USofparis

350 ans de traditions et de technicités

Les jardins de Versailles sont bien évidement une merveille technique. Entre 1660 et 1690, le plus grand réseau d’eau du monde a été construit. La mise en eau des fontaines utilise 4 000 m3 d’eau par heure : colossal ! Et c’est toujours le même réseau aujourd’hui sauf pour le pompage de l’eau : les moulins à vent ont été remplacés par des pompes électriques !
Pour une visite souterraine plus poussée, lisez notre article sur les dessous des Grandes Eaux.

A l’époque de Louis XIV,  les jeux d’eau des bosquets étaient mis en route uniquement au passage du Roi (toujours pour la grande consommation d’eau). Manière de montrer les jardins de Versailles, écrit en 7 versions, est un guide de visite écrit par Louis XIV !

Grandes Eaux Musicales

Un élément important dans le jardin : les arbustes.
Pour garder la forme précise du feuillage, leur taillage est un travail quasi quotidien. Sachez aussi, que les arbres ou plantes en pots sont une volonté de Le Nôtre afin de pouvoir changer quotidiennement l’ornementation des bosquets et des allées.

Grandes Eaux Musicales

Il a fallu créer une fabrique de faux-vrais rochers pour ériger le bosquet des Bains d’Apollon. Car cet éperon rocheux est bien en pierre, mais en pierres taillées pour obtenir la forme voulue.
Ce bosquet est aussi  le seul à avoir un jardin à l’anglaise.

Grandes Eaux Musicales Grandes Eaux Musicales
Ce style laisse place végétation en apparence non domestiquée donnant une impression naturelle. Le Parc des Buttes Chaumont en est un parfait exemple.

Notre visite aura aussi permis aux touristes du jour de profiter gracieusement ces mises en eau des bassins. #CoolGrandes Eaux Musicales

Si vous aimez les Grandes Eaux Musicales, prenez alors sans attendre vos billets pour la version nocturne ! Pour une autre ambiance et un autre kiff.


Les Grandes Eaux Musicales

les samedis et dimanches du 31 mars au 28 octobre
les mardis du 22 mai au 26 juin
et vendredis 30 mars, mardi 8 mai, jeudi 10 mai et mercredi 15 août

Les Jardins Musicaux
les mardis du 27 mars au 15 mai (sauf le 1er mai) puis du 3 juillet au 30 octobre
les vendredis du 6 avril au 26 octobre

Horaires :
Ouverture des bosquets de 9h à 19h.
Mise en musique de 10h à 19h.

Mise en eau du Bassin de Neptune : samedi et dimanche, toutes les 15 minutes de 10h à 17h, puis de 17h45 à 19h
les mardis et vendredis, toutes les 15 minutes de 10h à 19h

Mise en eau du Bassin du Miroir : toutes les 10 minutes de 10h à 19h
Mise en eau du Bosquet du Théâtre d’Eau : toutes les 15 minutes de 10h à 19h

Plus d’info sur la page du Château de Versailles

Share

Château de Versailles : sous les Grandes eaux musicales – visite exceptionnelle !

La saison des Grandes Eaux Musicales revient en force. L’occasion de visiter les coulisses de ce patrimoine français. Pas d’électronique, ni d’ordinateur à Versailles pour contrôler l’ensemble de la mise en eau des bosquets et autres fontaines dorées de jour comme de nuit. La mécanique souterraine n’a plus d’âge : 400 ans, imaginez !
Et nous de crapahuter dans les galeries souterraines et sous le spectaculaire et étroit Bassin de Latone.
 

Les petites mains des fontaines 

C’est une équipe de plus d’une dizaine de personnes qui se charge tous les week-ends d’avril à septembre d’actionner les manivelles pour lancer la féerie des eaux.
Ce samedi d’avril, c’est le fontainier Jean-Luc et son adjoint Jean-Paul qui nous font la visite des souterrains qui cachent 35 km de canalisations.
Claustrophobes et autres craintifs.ves de lieux humides, notre terrain d’exploration du jour ne vous plairait sans doute pas.

Et pourtant, il recèle quelques secrets que nombreux aimeraient découvrir en vrai.
Petite descente sur chemin de terre et les premières canalisations nous accueillent dans une lumière électrique, la lumière du jour n’est qu’un souvenir. Les longs tuyaux vont nous suivre jusqu’à la découverte de l’araignée sous le Bassin de Latone. 

On ne sait même pas si Louis XIV y a mis seulement un seul soulier, mais nous, c’est généreusement que nous offrons mains, dos et jean pour cette visite exceptionnelle.
Le parcours est semé d’obstacles : sol glissant par endroits, canalisations qui vous encerclent, voûte qui invite à vous courber, échelle étroite et tuyauterie humide.
En chiffre, c’est 4 500 m3 d’eau à l’heure qui circulent pour alimenter les bassins.

Spectaculaire Bassin de Latone

Pour explorer les dessous du Bassin de Latone, le meilleur moyen est d’escalader cette araignée faite de bras soudés au plomb. L’occasion pour le fontainier de nous rappeler qu’il n’y a plus de formation pour la soudure au plomb d’où la difficulté de recruter de nouveaux profils. C’est étroit, humide et sans éclairage naturel. Et pourtant la vision est unique et inoubliable.

Une fois dehors, on contemple le coup de mains et reins du fontainier qui s’attelle à lancer le ballet d’eau du Bosquet des Rocailles ou salle du Bal.

Découvrir la fontaine d’en haut est impressionnant. Proximité totale avec cet ensemble de rocailles qui compose cette architecture.

Le Bassin de Latone se déploie et joue de sa brillance avec les rayons de soleil. L’avantage des mois d’avril et mai est l’affluence plus raisonnable des jardins qui permettent de profiter au mieux de cet ensemble.

BONUS : depuis l’année dernière, Le Bassin des Enfants Dorés est remis en eau. Discrète, cette fontaine ne doit pas vous échapper pour autant.
Enfin, l’art contemporain est présent aussi de manière pérenne avec la création de verre par Jean-Michel Othoniel jouant de sa transparence. Captivant !

Processed with VSCO with nc preset

Château Versailles spectacles 2018

Les Grandes Eaux Musicales
les samedis et dimanches du 31 mars au 28 octobre
les mardis du 22 mai au 26 juin
et vendredis 30 mars, mardi 8 mai, jeudi 10 mai et mercredi 15 août

Les Jardins Musicaux
les mardis du 27 mars au 15 mai (sauf le 1er mai)
puis du 3 juillet au 30 octobre
les vendredis du 6 avril au 26 octobre

 

Horaires :
Mise en eau du Bassin de Neptune : samedi et dimanche, toutes les 15 minutes de 10h à 17h, puis de 17h45 à 19h
les mardis et vendredis, toutes les 15 minutes de 10h à 19h

Mise en eau du Bassin du Miroir : toutes les 10 minutes de 10h à 19h
Mise en eau du Bosquet du Théâtre d’Eau : toutes les 15 minutes de 10h à 19h

Share

Les Inséparables @ Théâtre Hébertot : généalogie des sentiments

Les apparences sont trompeuses, aussi bien dans la vie qu’au théâtre. Nous n’attendions pas grand-chose de cette pièce, Les Inséparables, exceptée l’excitation de retrouver nos deux chouchous Valérie Karsenti et Thierry Frémont sur scène. Nous avons été happés par le double rôle de Didier Bourdon et cette histoire qui touche au cœur.

Deux hommes entrent dans un atelier d’artiste à la large verrière pour faire entrer la lumière. Ils attentent un troisième homme, sujet de leur conversation. Il est question d’un artiste mondialement connu : Gabriel Orsini (Didier Bourdon), de l’héritage de cet appartement et de son manque d’inspiration depuis 3 ans.
Arrive un homme aigri, peu affable et cassant vis-à-vis de son fils et de son galeriste.

Les Inséparables
photo © Bernard Richebé

Le décor tournoie et offre une nouvelle histoire. Celle d’un banquier amoureux d’une peintre russe. La vie de bohème en plein Paris.
La vraie trouvaille de cette mise en scène est le décor, qui en pivotant, permet de changer d’époque.

Très vite, on s’attache à ces personnages qui ont tous des fêlures, des contradictions. On se prend à sourire face à ce banquier attentionné, à cette peintre pas si légère que cela et à ce peintre qui se révèle à nouveau à lui-même.

Les Inséparables
photo © Bernard Richebé

Didier Bourdon surprend par son jeu et sa capacité à changer de rôle tout au long de la soirée, jusque dans l’émotion.
Valérie Karsenti est divine en artiste espiègle et provocante.
Thierry Frémont touche aussi. Le cynisme de son personnage cachant une instabilité affective.

Les Inséparables

Les Inséparables est une pièce sur l’amour, la filiation, l’attachement, la mémoire.
Elle parle aussi des non-dits familiaux qui peuvent malmener les relations.

Quelques larmes couleront sans doute sur les joues d’hommes et de femmes sensibles, comme nous. Sans doute aussi, vous penserez à votre propre histoire et à la nécessité de vivre intensément chaque jour.

Les Inséparables

Les Inséparables

Une pièce de Stephan Archinard et François Prévôt-Leygonie
Adaptation et mise en scène Ladislas Chollat
Avec Didier Bourdon, Valérie Karsenti, Thierry Frémont, Pierre-Yves Bon, Élise Diamant

Du mercredi au samedi à 21h
Samedi à 16h30
et dimanche à 16h

au Théâtre Hébertot
78 bis Boulevard des Batignolles
75017 Paris

Tel. 01 43 87 23 23

Share

Le Manoir de Paris : des légendes à couper le souffle

Le Manoir de Paris c’est plus qu’un train fantôme, plus fort qu’un donjon avec automates !
Les légendes de Paris et le Royal Hotel Paradis sont un vrai spectacle qui joue sur l’interaction totale avec les monstres qui hantent les lieux.  Une sorte de théâtre immersif avec des histoires folles, des rencontres flippantes à souhait.
Les Américains qui ont pourtant leur haunted houses nous envient notre Manoir.
Moi, j’y suis allé en mode collègues de boulot.
Hilarant et jouissif !

Le Manoir de Paris

Une machine de frissons

La mécanique est bluffante, plus de 30 monstres et donc autant de comédiens.nes grimés, une maquilleuse et une costumière dans les coulisses pour les préparer.
La possibilité d’accueillir des visiteurs étrangers car toute l’équipe peut jouer en anglais, à la demande. Bluffant !

Des scènes spectaculaires dignes d’un film d’horreur, des personnages renouvelés, comme cette année : l’arrivée d’une adorable pestiférée et de la Reine Margot.
J’avoue que je n’ai pas fait le fier quand je me suis retrouvé sur le fauteuil du Barbier Sanguinaire. Seul homme du groupe, je n’ai pas eu le choix que d’accepter son invitation. La lame était très proche, le souffle du comédien tout autant.
L’hiver m’a aidé : j’ai pu me protéger avec mon écharpe. La tension est troublante, on finit par se demander si on ne va pas passer une autre dimension.

Les décors sont stupéfiants  me rappelant l’aventure de Sleep No More à New York. Il y a des images qui restent en mémoire comme une scène de cinéma.

Le Manoir de paris

Chacun.e à ses raisons 

Le profil des visiteurs consentants n’est pas le même d’un groupe à un autre.
A savoir : il y a ceux-celles qui veulent vraiment se foutre une trouille d’enfer, comme une de mes collègues de boulot qui a hurlé à gros poumons, se cachant les yeux et en criant en continu : « non, non, non ! » dès qu’un monstre s’approchait.

D’autres viennent pour se marrer et voir la réaction des autres ; j’avoue que j’ai plus souvent hurlé de rire que de peur, même si je me suis fait quelques frissons 2-3 fois.
C’est aussi pour ça que le Manoir de Paris est très apprécié des team buildings qui veulent tester le sang-froid et les réactions des salariés.

D’autres visiteurs encore voient la possibilité de soigner leur peur et viendront plusieurs fois, comme une thérapie, pour franchir les différentes étapes, d’abord l’entrée, puis le 1er étage, ensuite le 2e.
Car plus, on monte dans les étages du Manoir de Paris, plus la peur augmente.
Il y a aussi les grands-mères qui viennent sans savoir précisément ce qu’elles viennent voir, voulant avant tout faire plaisir à leurs petits-enfants. Adorable !

Et le plus trippant dans cette aventure, c’est qu’il est possible de revenir. Les Légendes de Paris se renouvèlent, changent de scénario.
Certains fans du Manoir viennent plusieurs fois dans une même journée, des  addicts du coup de flip’ !

Le Manoir de Paris

Le Manoir de Paris

Deux spectacles :
Les légendes de Paris et le Royal Hotel Paradis 

18 Rue de Paradis
75010 Paris
Tel. 06 70 89 35 87

Horaires :
vendredi de 18h à 21h30
samedi de 15h à 18h30
dimanche de 15h à 18h30

Le Manoir de Paris BONUS : les soirées spéciales pour redécouvrir les lieux : dans le noir total pour la Dark Night, en amoureux avec un bâtonnet de lumière pour la Dark Valentin Night ou dans un délire total pour Halloween.

Bad boy : il est arrivé qu’un Valentin ressorte sans leur Valentine du Manoir. Les monstres ont ramené la jeune femme, perdue, esseulée à la sortie, car abandonnée par son chevalier froussard.

Bon à savoir : préférer le vendredi et dimanche avec une influence raisonnable que le samedi.

Share

Cartes de Saint-Valentin pour amoureux blagueurs ! vues à Londres

À Liberty London, je me suis retrouvé devant une collection assez incroyable de cartes de Saint-Valentin. Ça m’a donné envie de poursuivre ma découverte dans d’autres boutiques de Londres.

Il est ainsi possible de déclarer sa flamme de manière loufoque, décalée ou complément barrée.
Au choix : famille royale, homard, roi de cœur, olive ou volcan…

Il est évident que votre bien-aimé(e) doit partager votre second degré pour apprécier la vraie valeur de votre amour. Et savoir un minimum parler anglais.

Share

Baby au Théâtre de l’Atelier : pièce saisissante !

Pièce forte, belle et émouvante, Baby de Jane Anderson aborde un sujet d’actualité avec justesse mais sans en exclure toutefois l’humour ou la cocasserie de certaines scènes.
Au Théâtre de l’Atelier, Hélène Vincent, la metteure en scène, sublime ses comédiens à l’interprétation exceptionnelle.

Baby

Caravane palace

Tout de suite, on est embarqué dans la vie chaotique de Wanda et Al. Leur caravane offre un espace de vie fonctionnel à défaut d’avoir un vrai confort. Les couchages s’accumulent sur le côté gauche, normal la famille a déjà 4 enfants.
La perspective d’un cinquième angoisse Wanda. Elle trouve, dans le journal, l’annonce qui pourra « régler le problème » : un couple aisé ne pouvant avoir d’enfant est prêt à tout pour accéder à leur dessein.

Très vite, Rachel, la seconde mère potentielle arrive. Le choc des cultures, le décalage des classes bousculent progressivement les deux femmes.
Ce qui est intéressant c’est de comprendre la motivation qui se cache derrière les questions de Rachel, ses précautions par rapport à l’état de Wanda.

Des acteurs éclatants

Camille Japy (Rachel) est sur une partition à la fois bienveillante, à l’écoute, retenant son autorité et toujours en équilibre, malmené par l’espèce d’aversion que lui inspire cette situation.
Isabelle Carré (Wanda) donne un supplément d’âme à un personnage qui semble à première vue simple et sans relief.
Vincent Deniard bluffe en ours immense et baraqué quant à Bruno Solo, il excelle dans le rôle de père en devenir, à la fois dur et à fleur de peau. Cyril Couton est parfait en avocat, parfait stratège.

Baby

Baby, c’est à la fois l’enfant de trop pour un couple, l’enfant tant attendu pour un autre. La croyance folle d’une mère, la peur d’un père.
La détresse de deux couples. Le jeu de l’argent alors qu’il est question avant tout de vie.
Une pièce essentielle à l’interprétation excellente.

Baby

Baby
une pièce de Jane Anderson
Mise en scène : Hélène Vincent
Avec Isabelle CARRÉBruno SOLOCamille JAPYVincent DENIARD et Cyril COUTON

du mardi au samedi à 21h
Matinée le dimanche à 15h

Théâtre de l’Atelier
Place. Charles Dullin
75018 Paris
Tel. 01 46 06 49 24

Share

Paris Mystères : plongée dans les secrets de Paris avec Jean-Marc Léri

Jean -Marc Léri et Christophe Pascal s’associent pour révéler ce qui se cache derrière les beaux beaux et fascinants mystères de la capitale : comme l’alchimie, le Fantôme de l’Opéra ou l’ordre des Templiers.
Paris Mystères c’est un livre-carnet passionnant, richement illustré et c’est aussi une série de documentaires diffusée sur RMC Découverte dès le 22 janvier.

Paris Mystères
Jean-Marc Léri

Paris Mystères – L’affaire des poisons

Nous avons fait la rencontre du duo, Léri et Pascal, au Musée François Tillequin caché au 1er étage de la Faculté de Pharmacie à Paris. Cet écrin renferme une collection unique de matières médicales, la plus importante de France et d’Europe. Au total, plus de 25 000 produits, échantillons, plantes séchées… 
Ce musée ouvre ses portes exceptionnellement et exclusivement au grand public pendant les Journées du Patrimoine. En entrant, on a l’impression que le temps s’est arrêté. Fascinant !

Paris Mystères

Paris Mystères

Le décor est idéal pour évoquer l’affaire des poisons qui a touché la France dans la seconde partie du 17e siècle. Un détail qui a son importance : les produits permettant de se débarrasser d’une personne ou d’un ennemi étaient en vente libre jusqu’à cette époque.
A cause de la Fronde, beaucoup d’hommes ont quitté Paris, laissant les femmes libres pendant une vingtaine d’années. Quand ils sont revenus, nombreuses sont celles qui ont voulu se débarrasser de leurs époux.
Ce mystère de Paris fait sourire mais il ne fait pas bon de connaitre certaines conditions de trépas. Tous n’étaient pas égaux devant la mort.

La marquise de Brinvilliers appréciait le sublimé corrosif ou chlorure mercurique, très à la mode et efficace. Il était versé dans le vin ou dans un bouillon. Le plus fou : l’amant de la marquise, Godin de Sainte-Croix avait suivi les cours public d’un démonstrateur en chimie au jardin du roi. Cet apothicaire enseignait la méthode pour fabriquer le sublimé corrosif, et donc tuer le plus discrètement possible.

Paris Mystères

Dans ce joli petit musée, on apprend l’existence d’un rare aphrodisiaque efficace : la mouche cantharide d’une belle couleur verte. Seul inconvénient : quand elle est en contact avec la peau, elle peut causer des pustules. La manipuler est donc dangereux.
Elle peut provoquer aussi une irritation de l’urètre. Elle assurait donc une érection durable mais douloureuse.

On découvre aussi que le lait peut être efficace comme antidote dans certains cas.

Il semblerait aussi que « parler sans arrêt est un bon moyen d’empoisonnement ! » C’est certainement une méthode que tente Donald Trump en nous inondant de ses paroles.

Paris Mystères est une évocation passionnante du Paris historique. Le récit de la légende de Nicolas Flamel, l’alchimiste, est absolument bluffante. On regretterait presque de découvrir la vérité.
Focus et lexiques offrent des suppléments d’infos pour en apprendre toujours plus sur l’histoire de Paris.

Paris Mystères

Paris Mystères
les carnets de Jean-Marc Léri
(Editions Bayard)

Paris Mystères
des révélations inédites sur les grands mystères de Paris

série documentaire de 6 épisodes de 26 min
le 22 janvier à partir de 23h15
sur RMC Découverte

Share

Ken Okada, le charme discret de l’Asie et l’élégance parisienne

C’est dans le luxueux Hôtel W Paris-Opéra, que la créatrice japonaise Ken Okada a décidé de nous présenter sa nouvelle collection Printemps Été 2018 lors d’un défilé.

Nous sommes nombreux (photographes, invités prestigieux, blogueurs influents…) et impatients de découvrir les nouveaux modèles concoctés par la créatrice.

Ken Okada

La chemise moderne et revisitée : produit iconique de la maison

 Ken Okada est une créatrice de mode japonaise diplômée du Bunka Fashion College à Tokyo tout comme Kenzo et Yohji Yamamoto.

Elle s’installe à Paris en 2001, date à laquelle elle fonde la maison de couture « Ken Okada ».

En 2009, les galeries Lafayette expose des chemises de la créatrice. Cette exposition “L’histoire de la chemise Ken Okada” fait définitivement prendre conscience à la marque qu’elle est devenue la référence de la chemise moderne.

Ken Okada

Une alliance subtile entre l’élégance parisienne et un style japonais épuré

 Pendant 14 minutes exactement, nous allons admirer de jeunes mannequins nous dévoiler cette nouvelle collection très attendue.

Toutes portent avec grâce des chemises élégantes, vaporeuses, transparentes mais de très bon goût.

Les vêtements allient la délicatesse à la modernité : des jupes fleuries, des vestes au design simple et délicat, des robes fluides et sensuelles, des couleurs douces… un pur moment de grâce.

Ken Okada

Pour une femme moderne, distinguée et élégante

Les vêtements sont épurés, chics et raffinés.  Ken Okada accorde énormément d’attention aux détails et à la précision. Les modèles sont élégants, gracieux et l’on sent  l’esprit créatif et subtil qui caractérise la mode japonaise.

Les pièces sont relativement abordables : vous pouvez devenir l’heureuse propriétaire d’une chemise Ken Okada à partir de 250 euros et si vous commandez par internet la livraison est offerte !

by Caroline

Ken Okada
la créatrice à droite

Ken Okada
1 Bis Rue de la Chaise
 75007 Paris

site officiel : ken-okada.com

Ken Okada

Share

Tous Mécènes au Musée du Louvre : spectaculaire livre de François 1er

Comme chaque année, le Musée du Louvre organise sa campagne Tous Mécènes. Pour cette 8e édition, c’est un objet unique et fascinant que le musée veut acquérir : Le livre d’heures de François 1er.
Avant son achat définitif, vous pouvez l’admirer actuellement au sein de l’exposition François Ier et l’art des Pays-Bas.
Une pièce qui a traversé 500 ans d’histoire et qui est miraculeusement dans un état exceptionnel.
On va vous donner l’envie de devenir #TousMecenes !

Le livre d’heures de François 1er : un miracle de l’histoire

Miracle, non dans un sens religieux, mais simplement dans le fait que cet objet soit parvenu intact jusqu’à nous. 
Même Philippe Malgouyres (conservateur en chef au Département des objets d’art, spécialiste du livre d’art) n’en revient pas.

Ce livre a été conçu en 1532 à Paris, 6 ans avant l’acquisition par le roi François 1er chez le joailler Allard Plommyer.
Depuis, il a traversé l’Histoire de France pour finir sa périple en 1942 à Londres, où il y est resté depuis.

Image de prévisualisation YouTube

« Cet objet, en particulier, est unique. Il n’a pas d’équivalent dans le monde. » précise le conservateur.  » Ce n’est pas une commande de  François 1er car il n’y a aucune armoirie royale dessus. À cette époque, c’était la mode de surcharger les objets de valeur des signes distinctifs. Seuls les livres de compte d’Allard Plommyer sont la preuve que le roi de France l’a bien acheté. »
« Mais à travers les époques, dans de nombreux inventaires, on retrouve la description exact de ce livre : les pierres, les camées... Au XVIIIe siècle, les gens savaient qu’il avait appartenu à François 1er. »

Tous Mécènes

Si on ne sait pas exactement qui est le créateur de cet objet, il est certain que des nombreux artistes ont travaillé à sa fabrication. Ce n’est pas l’œuvre d’un seul homme. Rien que pour les enluminures, trois peintres différents y ont mis leur patte. Reste alors l’écriture des textes, la création d’orfèvrerie des couvertures.
« C’est un peu comme pour la haute couture de notre époque,  précise Philippe Malgouyres. Il y a le créateur, par exemple Yves Saint Laurent. Mais les broderies sont faites dans des ateliers. Les bijoux dessinés par quelqu’un d’autre et conçus par d’autres petites mains…« 

Tous Mécènes

Une expression d’un visiteur a marqué l’esprit du conservateur : Ce livre  « c’est un bijou de l’Histoire« .  Et d
ans tous les sens possibles…

Tous Mécènes : c’est quoi ? 

Sur les 10 millions d’euros nécessaires pour acheter cette œuvre majeure du patrimoine français, le Musée du Louvre met en financement participatif public à hauteur de 1 million €.
Nul besoin d’être riche pour y prendre part. Tous les dons sont les bienvenus, de 1 à 500 € ou plus…
Et chaque don est déductible des impôts, à hauteur de 66 % du montant.
Si aujourd’hui, 69% de cette somme a déjà été récolté avec près de 4 900 donateurs, vous avez jusqu’au 15 février 2018 pour devenir un mécène du Louvre.

Mickaël. B : un mécène parmi d’autres

Lors de notre visite, nous avons pu discuter avec Mickaël.
Ce jeune particulier participe à chaque campagne #TousMecenes depuis 2013« C’est un rendez-vous que j’attends chaque année.« 

Le plus fou c’est qu’il a fait « ce premier don sans jamais être venu au Louvre »
« Au début,  on se dit « pourquoi pas ! » et c’est quand on arrive devant l’œuvre, on se dit « waouh, j’y ai participé !«  C’est un peu dans l’esprit que l’on a tous envie de laisser une trace. Mais c’est aussi un rapport à tout l’argent que l’on dépense dans une année, là on est sûr que c’est utile. »

« La victoire de Samothrace, c’est ma première donc elle tient une place particulière. Chaque fois que je la voie, j’ai une émotion particulière« .

Devenir mécène, outre le plaisir personnel, c’est la possibilité de visiter le département qui accueillera l’œuvre, la voir en visite  privée, faire partie des Amis du Louvre… Et contribuer à la sauvegarde du patrimoine.

Tous Mécènes

Tous Mécènes

Opération ouverte jusqu’au 15 février 2018

Comment faire un don ? 
Sur le site dédié : donate.louvre.fr
Sur la borne sans contact (maximum autorisé 20€) à la sortie de l’exposition François Ier et l’art des Pays-Bas (jusqu’au 15 janvier 2018)
Pour les dons en espèces, à
 l’accueil du Musée du Louvre

Pour chaque don, un reçu fiscal est fourni

site officiel : tousmecenes.fr

Share

Libérez vos émotions avec Lefranc Bourgeois & JonOne !

Avec près de 300 ans passés à stimuler l’histoire de l’Art, la maison Lefranc Bourgeois se réinvente pour répondre plus que jamais aux besoins des passionnés de peinture. Ainsi, la marque dévoile une nouvelle identité, un packaging restylisé et une texture huile extra-fine retravaillée avec une palette de couleurs élargie. Nous avons eu le plaisir d’assister à la soirée de présentation #Libérezvosémotions aux Beaux-Arts de Paris.
Nos impressions. 

Avant tout, quelle chance de pénétrer dans ce lieu chargé d’histoire ! Au détour de couloirs, nous croisons des étudiants un peu surpris de nous voir ici. C’est avec une délectation totale que nous nous infiltrons dans leur univers secret et hermétique.

Lefranc Bourgeois

Une prestation remarquée

Afin de vanter les mérites d’une peinture entièrement repensée dans la matière et l’intensité des couleurs, quoi de mieux qu’une prestation en live ?

Place au street artist JonOne. Il se lance dans une performance sur les sons survoltés de Christine and The Queens. Nous retrouvons bien sa marque de fabrique en cohérence totale avec le thème de la soirée. En effet, tout l’espace de la toile est utilisé dans un assemblage harmonieux où les couleurs explosent. Le geste est libre tout en étant précis, dégageant une énergie emprunte de liberté. Le résultat est lumineux et éclatant !

Lefranc BourgeoisLefranc Bourgeois

Un atelier pratique

Peintres en dilettante, c’est avec hâte que nous voulions tester la nouvelle huile extra-fine ! La première impression est positive. La texture est plus agréable à utiliser. Elle est ferme, homogène et non-huileuse pour un travail tout en souplesse. Enfin, le petit plus que nous n’avions pas remarqué est l’absence de cadmium. La force et la puissance du pigment sont préservées avec un impact écologique et toxique moindre. D’ailleurs, mon écharpe en témoigne, le bleu de cobalt est intense ! 🙂

Aussi, nous avons pu contribuer au tableau participatif ! Bien loin du talent des artistes exposés, nous nous sommes pris au jeu en faisant de belles rencontres. En partant, nous avons contemplé le résultat en patchwork. Finalement, derrière chaque petit carré se trouve un peintre qui a fait corps avec la matière jusqu’à vivre le moment où ses émotions se sont libérées sur la toile.

C’était notre première exposition et nous étions plutôt fiers !

Lefranc Bourgeois

by Jean-Philippe

site officiel : www.lefrancbourgeois.com

Share