Archives de catégorie : Coups de coeur !

Ceremony by JCDC à la Maison de Créteil : Jean-Charles de Castelbajac en majesté – Festival Exit

La Maison des Arts de Créteil a droit aussi à ses grandes premières. A l’invitation du Festival Exit, Jean Charles de Castelbajac a scénographié son premier spectacle, Ceremony, en périphérie de la scène hype parisienne.

Ca aurait pu être un grand mix de formes  — théâtre, cinéma, cabaret, cirque – histoire d’en mettre plein les yeux et de montrer les multiples influences de sa palette. Au contraire, JCDC a préféré choisir la forme épurée d’un concert, celui du groupe Nouvelle Vague, en habillant l’ensemble de subtiles pointes de fantaisie et de couleurs.

Ca commence par un texte à deux voix. Un échange étrange, fantomatique, en hommage au poète Robert Malaval, avec la présence de sa petite-fille, en mannequin d’un soir, face au créateur de mode.

Second levé de rideau et première chanson. Deux silhouettes féminines isolées sur une scène  épurée, les musiciens concentrés sur une plate-forme étroite dans le fond, un Rubik’s Cube lumineux et géant à gauche, un chœur de jeunes garçons à droite.

Les perspectives surprennent, la distance physique artistes-public inquiète.  Mais le metteur en scène est un farceur et va jouer sur l’espace tout au long du concert. Tantôt une apparition, tantôt un pas de danse, une pluie de néons colorées, un guitariste à épaulettes surdimensionnées, quelques projections sur un écran, des tenues joyeusement allumeuses. Cet ensemble sert de cadre magique aux reprises de standards musicaux allant de Cure à Jacno en passant par The Clash et Joy Division, des reprises toutes plus hallucinées les unes que les autres.

JCDC pourrait renouveler l’expérience plus vite qu’on ne le croit. On chuchote que le spectacle pourrait être repris à Broadway après seulement deux dates et une critique dithyrambique d’une journaliste américaine. L’impatience gronde. En attendant, un dvd du spectacle est sous presse.

Share

Live-report concert Sophia Charai : l’étoile montante au Café de la Danse

On m’avait pourtant prévenu : « Tu vas adorer !« . J’avais quand même un petit doute face à une telle affirmation, mon niveau de connaissances en musiques du monde s’arrêtant à Misia, Madredeus et Angélique Ionatos. Autant dire que je partais avec un sérieux handicap.

Et puis le charme de Sophia Charaï a irradié la scène du Café de la Danse, dès le premier titre. Après tout va très vite: mon cœur chavire, mes épaules suivent le rythme et une puissante envie de parler marocain me vient en tête entre deux morceaux.

Je m’étonne de cette langue méconnue et si mélodieuse. La malice et les hanches de Sophia font le reste, si bien que l’on ne s’étonne plus quand elle reprend la langue de Molière pour une invitation à la sensualité avec le titre : Mêle ta langue.

Elle profitera d’une reprise toute en subtilité de Piensa en mi, pour dévoiler un peu d’elle et évoquer son attachement au cinéaste Almodovar.

Comment rester de marbre face à ce talent qui sait aussi bien se nourrir de ses origines, d’une pointe de pop que de jazz manouche.  Au final, on se prend à rêver de s’enchanter à nouveau avec Sophia Charai sur la scène d’un bar reculé de Saint-Ouen ou d’un cabaret coloré.

Web : www.sophiacharai.com
Dernier album : Pichu

En concert le vendredi 30 mars 2012 à 19h30
Au Café de la Danse
5, passage Louis Philippe 75011 PARIS

Share

Exposition Tony Oursler: un artiste vidéaste Américain qui dérange

Rencontrer seul les créations de l’artiste américain Tony Oursler a quelque chose d’un brin angoissant. Passé l’euphorie du vernissage, les salles sombres de la galerie JGM invitent à un drôle de recueillement.

Face à des formes assez incongrues, le visiteur rencontre tour à tour une chimère à 4 paires d’yeux et une seule bouche, une sorte de sculpture abstraite soutenue par un gode et un vermisseau croisé à un alien.

Heureusement, la figure humaine n’est pas tout à fait absente. Un homme nu tente de faire sienne une silhouette imposée.

Où se trouve la cohérence dans tout cela ?
Du côté de l’utilisation hallucinée de la vidéo. Elle se fait gargantuesque ou lilliputienne, selon l’ampleur du support sur laquelle elle est projetée.
Tony Oursler nous prouve, avec cette nouvelle série d’installations, que la vidéo contemporaine peut être intrigante, jouissive et simplement curieuse.

JGM Galerie
79, rue Temple 75003 Paris
Jusqu’au 12 mars 2011

Share

Exposition Andrée PUTMAN à l’Hôtel de ville Paris: la lumière sur le tard

A l’heure du jeunisme à gogo, il est bon de prendre un peu le large. Mais sans quitter Paris.  Les Justin Beiber (17 ans), Lady Gaga (24 ans) ou autres Alexandre Bompard (38 ans),  nous feraient presque oublier que la consécration peut arriver sur le tard. Preuve en est : la carrière tout en nuance et en progression de la designer Andrée Putman.

A 53 ans, elle pensait avoir passé l’âge, qu’il n’était plus question de faire carrière. Après avoir pourtant été successivement directrice artistique, révélatrice de talents ou encore ardent soutien d’un retour en grâce des designers des années 20 et 30, tombés dans l’oubli.

Face à ce constat, elle choisira de créer sa nouvelle agence, Ecart, car elle croit vouloir se mettre en retrait de l’euphorie créatrice.

Un très bon carnet d’adresses plus tard. Et un nouveau séjour à New York avec la commande du réaménagement de l’Hôtel Morgans : le style Putman prend une nouvelle dimension. Le damier devient sa marque de fabrique, son visage et sa blondeur ses plus belles cartes de visite. Désormais, elle ne quittera plus la lumière. Warhol et Pierre et Gilles l’immortaliseront.

L’exposition que lui consacre l’Hôtel de ville revient sur les créations les plus emblématiques (une maison à Tanger pour Barbie Dombasle et Ken BHL, un piano Pleyel, des meubles en carat, un sac Vuitton aérien) et des portraits au graphisme savamment étudié.

Avec Putman, le design est une véritable écriture contemporaine. Le créateur une égérie et une personnalité sur laquelle il est judicieux de spéculer.

Share

Le Musée du quai Branly invite les femmes d’Orient

Les parisiennes ont enfin trouvé une concurrente à leur hauteur. Ne cherchez pas de l’autre côté de l’Atlantique. Si les américaines avaient du style ça se saurait.
Non, c’est dans l’évocation d’un Orient passé que la concurrence peut se percevoir. Jusqu’au 15 mai 2011,  les parisiennes pourront se frotter à des influences de couleurs, de parures et d’inventivité, venues de Palestine, Syrie, Jordanie ou  du désert du Sinaï.

Le trouble est évident quand on interroge nos souvenirs des défilés de Christian Lacroix et que l’on ose comparer le travail de broderie de ces tuniques venues de pays chauds avec les créations du couturier. L’ensemble semble se  connecter, s’échanger dans un autre temps qui n’est déjà plus tout à fait le nôtre.

Il fallait bien un metteur en scène, un complice. C’est donc tout naturellement que le grand couturier s’est associé à ce projet aux multiples influences : le noir de Soulages, les premières impressions du jeune voyageur qu’il était découvrant les atouts de ces femmes. Son parrainage est aussi pertinent que subtil : aucune pièce signée de sa main ne sera présentée en parallèle.

Reste un regret : ne pas voir ces habits de fête et de cérémonie en mouvement. On peine à imaginer les teintes colorées des tuniques chahutées par les rayons du soleil, le trouble de ces voiles dissimulant un visage ou encore le son de ces pièces de monnaies soulignant un coup ou un poignet.

Les costumes et parures exposées ici dépassent le symbole même de religion auxquels ils sont associés, invitant à une échappée poétique en terres sensibles.

Web: www.quaibranly.fr

Share

Affaire de la semaine: Kumi Solo

Les soldes ont finalement toujours du bon. Ils permettent de nouvelles expériences aussi bien en terme vestimentaire – y’a qu’à voir mes dernières bottes, au bout d’une semaine, elles sont toujours aussi improbables – ou culturel : des albums à foison ressortis, pour l’occasion, du monde parallèle où ils s’étaient égarés.

Au détour d’un rayon disques affichant des prix riquiqui, je croise le regard d’une amusante petite frimousse. Il y a comme un air de Björk à la japonaise sur la pochette de Kumi Solo.

Les Inrocks n’ayant pas chroniqué sa sortie, en 2009, je suis, bien entendu, passé totalement à côté de l’album: My love for you is a cheap pop song.

Mon retard rattrapé, je m’attache assez vite à ce brin de voix et à cette électro pop sucrée. Pour un gourmand comme moi, il n’en fallait pas plus pour céder à autant de légèreté.

L’exotisme des quelques titres en langue nipponne croisant le fer avec les textes français participe à ce joyeux cocktail boostant une journée de février un peu morose.

Vous aurez bientôt l’occasion d’en découvrir  un peu. Rendez-vous est pris avec cette japonaise installée à Paris pour une interview vérité.

Retrouvez Kumi en concert le mercredi 23 février à l’International. Entrée libre

Web: www.kumisolo.com

Share