CATHERINE FROT une actrice solaire dans Oh les beaux jours de Beckett au Théâtre de l’Atelier

Sommes-nous devant une plage ? Un bout de terre fauché par un apocalypse facétieux ?
Une femme inconnue s’y est pourtant perdue, perdant l’usage de ses jambes, mais en connaissons-nous au juste la raison ?
Élément de décor

Pièce faite d’accessoires et d’un décor imposant, Oh les beaux jours est un écrin magique pour toute actrice téméraire.
Avantage spectateur: votre champ de vision ne sera jamais altéré par votre voisin de devant, de par la scénographie qui joue de sa pleine hauteur.

Pour accepter chaque soir de se contraindre physiquement et se confronter à la poésie si particulière de Beckett, il faut un amour féroce pour le dramaturge.

En reprenant ce rôle présenté au Théâtre de la Madeleine la saison dernière, Catherine Frot nous en fait l’une des plus belles démonstrations. Elle nous emporte, par son incarnation tout d’abord. Et par sa malice aussi.
Deux points qui n’ont pas échappé à ma voisine, qui avait du mal à quitter la salle, pourtant fine connaisseuse du maître irlandais.

L’oeil qui frise, la bouche moqueuse de la comédienne participe de ce charme que l’on peut ressentir pour ce personnage.
La partition de l’actrice est d’une intensité qui ferait perdre haleine à tout amoureux de théâtre. Si bien que concentré, le jeu si particulier nous permet pas de ne perdre une seule parole. Aucun élément extérieur si ce n’est l’omniprésence de Willie, compagnon silencieux, ne pouvant nous aider dans la compréhension de cette situation saugrenue.

Ne boudons pas notre plaisir d’évoquer le décor pour autant. La proposition de Gérard Didier prend effectivement tout son sens dans cette évocation de vagues rocheuses, de plages maltraitées, composant un atour délicat à l’interprète.

Avec un tel tableau, on en oublierait presque que nous faisons face – dans toute notre modeste présence de spectateurs – à l’une des comédiennes les mieux payées du cinéma français. Il fallait, en fait, que mon voisin évoque ce détail en se levant, pour me le rappeler.
Mais le propre d’un comédien ou d’une comédienne n’est-il pas justement de se faire totalement oublié lors de sa performance ?

Avec Oh les beaux jours au Théâtre de l’Atelier, le constat n’en est que plus évident grâce à la direction d’acteur de Marc Pacquien.

OH LES BEAUX JOURS 

de Samuel Beckett
Mise en scène: Marc Paquien, assisté de Martine Spangaro
Avec Catherine Frot et Jean-Claude Durand
jusqu’au 1er juin 2013
du mardi au samedi à 21h00
Matinée samedi à 17h
 
Théâtre de l’Atelier
1, place Charles Dullin
75018 Paris
Share

Une réflexion sur « CATHERINE FROT une actrice solaire dans Oh les beaux jours de Beckett au Théâtre de l’Atelier »

  1. Des mieux payées… Vous avez tout dit, car hormis son cachet, je ne vois pas bien ce que C.Frot a gagné en interprètent d’une pièce, de deux, de la sorte. Les deux tiers de la salle se sont endormis, l’autre tiers était venu voir l’actrice, simplement. Une déception à la hauteur des cachets de l’actrice et du talent de l’auteur, normalement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *