C’est Moi Qui Fabrique : à la rencontre des salariés de Nescafé à Dieppe

La quête du consommateur d’aujourd’hui pourrait se résumer ainsi : transparence, sincérité, intégrité et authenticité. Nestlé France semble avoir compris l’importance du dialogue. Par l’opération C’est moi qui fabrique, le groupe nous ouvre les portes de ses usines françaises* avec une initiative atypique et appréciable. Rendez-vous directement sur les lignes de production avec les collaborateurs de Nescafé afin de partager leur quotidien. Une approche novatrice de l’industrie agroalimentaire afin de mieux comprendre ce que l’on consomme. Retour sur une rencontre inédite !

 

C'est moi qui fabrique

Nescafé à Dieppe : Une usine, des hommes, une histoire…

Implanté depuis plus de 40 ans sur ce site, Nestlé fabrique un de ses produits phare dont 5 500 tasses sont bues chaque seconde à travers le monde : le « Nescafé Spécial Filtre ». Mais comment est obtenu ce café soluble, si connu de nos foyers ?

C’est Siobhan, responsable de l’usine, qui va nous raconter l’histoire des grains de café vert qui vont devenir du café soluble.

Tout débute avec l’arrivée par Le Havre de grands containers chargés de café vert Robusta (corsé et puissant) et Arabica (fin, aux arômes plus développés) en provenance de différents pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine. Les effluves qui émanent du café vert sont bruts, d’origine végétale, assez surprenants.
C'est moi qui fabriqueDes contrôles de qualité sont réalisés en laboratoire pour chaque lot reçu avant son utilisation. S’ensuit alors la recherche de la combinaison idéale entre l’Arabica et le Robusta afin de garantir un arôme constant aux utilisateurs du « Nescafé Spécial Filtre ».

Après torréfaction, le café devient « rôti » et est moulu. Une infusion sous pression est réalisée pour obtenir un extrait de café très concentré. Il va alors être séché selon la texture désirée : à 350 degrés environ pour un café en poudre dit « atomisé » (retrouvé dans les dosettes ou Ricoré) soit à froid, où il est congelé puis broyé avant d’être lyophilisé afin de devenir soluble.

Soucieux de valoriser ses déchets tout en réduisant son empreinte environnementale, l’usine s’est équipée d’une chaudière biomasse fonctionnant au marc de café et au bois. Bon point pour la planète !

C'est moi qui fabriqueC'est moi qui fabrique

#Cestmoiquifabrique : La pratique dans les ateliers

À chaque étape son contrôle. On ne rigole pas chez Nestlé ! Avec Denise, consommatrice aguerrie et dynamique, nous avons rejoint Sophie sur les chaînes de conditionnement. Elle vérifie l’intégrité puis l’étanchéité du couvercle et de l’opercule assurant une atmosphère protectrice au café. Après avoir pris 2 flacons au hasard, nous contrôlons également que le poids soit bien celui désiré. Il y a une marge de plus ou moins 2 grammes. Cette opération s’effectue toutes les 5 minutes.

C'est moi qui fabrique

Nous avons beaucoup ri avec Sophie et Denise car, sous une apparente facilité, il faut de la technique pour attraper les flacons qui défilent au rythme soutenu de 300 par minute !

Puis, direction le laboratoire où nous retrouvons Alexandra pour le tri du café. Lorsque les containers arrivent à Dieppe, un échantillon est prélevé pour assurer la qualité des grains. Il faut tout de même 20 minutes pour vérifier 100 grammes de café vert. Chaque grain est méticuleusement inspecté pour éliminer ceux qui sont abîmés, cassés, trop légers ou piqués. Selon le pourcentage de perte, le lot pourra être utilisé ou renvoyé. À la sortie de l’atelier, je ne vous raconte pas les maux de tête…

Afin de clôturer la journée, nous avons eu droit à un test pour évaluer nos compétences acquises : reconnaître entre deux tasses l’Arabica et le Robusta. Test remporté haut la main ! (J’ai triché, Guillaume de Nescafé m’a aidé mais chut…)

Ce que je retiens de cette journée, ce sont des personnes passionnées, heureuses de partager leur savoir-faire et leur expérience. C’était vraiment interactif, touchant et captivant de pouvoir échanger avec eux. L’attachement des collaborateurs pour leur entreprise est flagrant. J’en ai vu certains prendre leur poste en chantant et en souriant, pourtant les conditions de travail sont assez difficiles…
C'est moi qui fabrique
Désormais, lorsque je prendrai un « Nescafé Spécial Filtre », je penserai au rire d’Alexandra, à l’accent Irlandais de Siobhan, à la dextérité de Sophie, aux mots d’Anne… Et à toutes les personnes qui font l’âme de ce grand groupe !

Un véritable plaisir de partager ces moments avec les blogueuses Marion, Laure, Sophie et Alexiane 🙂 Merci beaucoup Anaïs et Nestlé !

by Jean-Philippe


* Nescafé à Dieppe, Vittel à Vittel, Mousline à Rosières en Santerre, NaturNes à Arches et Purina à Veauche.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *