Comtesse de Ségur au Studio Hébertot : destin croisé de deux femmes d’exception

Si le nom de la Comtesse de Ségur est connu, qu’en est-il de son histoire personnelle ? Son intense parcours de vie est pourtant étroitement lié à son œuvre. Il est l’essence même de son inspiration. Joëlle Fossier nous permet ainsi de découvrir cette facette confidentielle de la romancière au Studio Hébertot.

Le rideau se lève sur un décor intime et sobre : un canapé douillet, un samovar, une étole, beaucoup de livres et surtout Bérengère Dautun. Élégante, distinguée, elle nous attend. Nous apprenons alors qu’elle est la Comtesse de Ségur, venue ici nous faire le récit de sa vie : «Je serai moi et tous les personnages à la fois ». Le ton est donné. Elle semble amusée de nous observer et ne se prive pas de nous dispenser quelques critiques sur notre comportement contemporain tout au long de la pièce avec tact et délicatesse.

photo : Chantal Depagne

La précellence dont fait preuve la comédienne est telle que nous observons deux âmes réunies en un seul corps. Sincèrement, c’est un délice !

Née en Russie d’un père aimant, mais effacé, une mère maltraitante pour « l’endurcir », Sofaletta (comme on l’appelait) émigre pour la France où elle épouse le Comte de Ségur, un mari volage qui lui fera huit enfants. S’enchaîne une kyrielle d’anecdotes tantôt joyeuses et légères, tantôt sombres et graves.

Lorsqu’elle perd son neuvième enfant, la Comtesse de Ségur sombre dans une dépression qui durera treize années. À ce moment précis, l’interprétation de Bérengère Dautun est saisissante de justesse…

Sa reconstruction passera par l’écriture. D’abord de façon épistolaire, puis par le biais de contes qu’elle écrit pour ses enfants et petits-enfants. Elle met en scène ses souvenirs d’enfance, les personnages qui lui sont chers… S’ensuit alors une carrière tardive qui rencontrera le succès que nous lui connaissons.

C’est une découverte inattendue, brillante de sensibilité et de partage. Tant dans le personnage que dans l’être qui l’incarne.

C’est avec regret que nous quittons la salle…

by Jean-Philippe

Comtesse de Ségur, née Rostopchine

Auteur : Joëlle Fossier                                                                                   
Metteur en scène : Pascal Vitiello
Avec : Bérengère Dautun

du 25 avril au 2 juillet 2017

Du mardi au samedi à 19h et le dimanche à 17h

au Studio Hébertot
78, bis Boulevard des Batignolles
75017 Paris

tél. 01.42.93.13.04

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *