Loïc Nottet, Beth Ditto, Fishbach affolent la Creative Live Session #report

Ce mercredi au Yoyo, le plateau de la Creative Live Session #9 by Sony Music Fr enthousiaste les invités qui ont décroché leur sésame. Au programme : Loïc Nottet, le tombeur de ces dames, Beth Ditto en solo mais toujours aussi volubile, Fichbach et sa guitare électro incroyable et la révélation venue d’Australie : Malo’.

Les tweets défilent sur le grand écran, beaucoup d’attente pour Loïc Nottet, une partie de son fan club est bien en place au 1er rang collé à la scène. Moi, mon cœur bat toujours autant pour Beth.
Une spectatrice attend tranquillement en mattant la série pas forcément la plus gaie du moment 13 Reasons Why en streaming.

Malo, le Frenchy revenu d’Australie
La soirée débute par Malo’, le jeune Français exilé volontaire en Australie. Il nous offre une alternance de textes anglais et français et de couleurs musicales de haute volée.  Quand il se met à la guitare acoustique pour La Colline, j’entends à côté de moi : « sa voix ressemble à Raphaël » Pas faux, mais il ne sature pas son répertoire de ballades. Ça envoie aussi avec des titres efficaces comme I Believed et Let It go qui va te réveiller ton été. Ça tombe bien son album sort dans quelques chose.

« Fishbach la craquante »
Ce n’est pas moi qui le dit mais le présentateur Lionel de Virgin. Je choisirais plutôt énigmatique pour décrire ce brin de girl, élancée, tout de noir vêtue. Fishbach, révélation des Transmusicales 2016, poursuit sa percée. Même court, son set prouve la maîtrise de son univers et de sa fascinante emprise sur ceux qui écoutent au-delà des références.
Certains couplets de chansons sont de beauté pure : « J’attendrais mille ans mon garçon« .
« Perchée » sans doute, déstabilisante surement. Elle ne laisse pas indifférent, d’autant plus quand elle est armée de sa guitare électrique bicolore, rouge-blanc. 

Loïc Nottet : toutes folles de lui !
Les smartphones se lèvent pour immortaliser l’écran qui fait apparaître le nom de l’artiste belge en lettres couleur rouge passion.
Le set débute et on ne comprend pas tout de suite d’où vient la voix du chanteur. Il faut se retourner pour tenter d’apercevoir Loïc Nottet émergé des têtes et des smartphones. Entrée remarquée sur Mud Blood (son titre préféré de l’album Selfocracy) et pleine proximité avec son public. Il arrive sur scène et saute littéralement dans tous les sens. Impossible de le saisir au vol.
Il se fige devant son micro pour Million Eyes et transpire à grosses gouttes. A sa place, je serai mort d’hydratation avec un pull noir sur chemise blanche et un col fermé.
Poison
le fait à nouveau se déhancher sur toute la largeur de la scène. Il se dérobe facticement aux objectifs, l’option caméra sur ton phone a dû bon, mais on se croirait à un match de tennis où les suiveuses regardent d’un côté et de l’autre de la scène.
Loïc Nottet ne tient pas en place, il se couche au sol et casse son boîtier micro. Un concert pour lui est une séance cardio pour nous.
Respect !
Les résa sont ouvertes pour l’Olympia du 12 décembre.

Beth Ditto endiablée
Entrée lumineuse de l’Américaine déchainée avec robe et paupières pailletées, sur In and Out, extrait de son album solo Fake Sugar. Elle salue les visages qu’elle reconnait. Il y aurait presque une petite timidité mais qui sera vite balayée. Suit sa « U2 song » : We could run, un beau titre aux élans romantiques. Les échanges avec le public sont toujours spontanés. Chaque pause est l’occasion d’une bonne blague, d’une demande de mot en français (ce soir ce sera échelle), d’une gorgée d’alcool et de dialogue improbable du genre : »Dad, je t’avais demandé de rester à la maison ! » quand elle découvre un spectateur de plus de 40 ans.
Fake Sugar suivi du tube Fire déchainent le Yoyo.
Ooh Lala, beau clin d’œil à l’amour que la chanteuse a pour la France. Final avec Heavy Cross en souvenir de la période folle de feu Gossip. On en aurait voulu plus. On nous annonce une tournée en France à la rentrée. #cantwait

Creative Live Session c’est l’assurance d’une soirée de ouf avec des artistes majeures et des petites pépites. Alors reste connecté.e pour ne pas râter la 10e !

Share

Une réflexion au sujet de « Loïc Nottet, Beth Ditto, Fishbach affolent la Creative Live Session #report »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *