LITTLE BOY avec Christophe Alévêque – pièce comique pour public averti

Pour Little Boy, joué le 4 février dernier au Théâtre Traversière, Christophe Alévèque change de registre. Dans ce spectacle tragi-comique, il montre qu’il sait faire rire, mais pas seulement.

Le spectateur qui s’attendrait à voir Christophe Alévêque faire du Alévêque, à coup d’humour pince sans rire et de petites piques bien senties, pourrait s’en trouver troublé. Dans Little Boy, l’acteur s’est mis dans la peau de Claude Eatherly, le pilote qui fit le repérage au-dessus d’Hiroshima, avant le largage de la bombe atomique, en ce triste jour du 6 août 1945.

little boy théâtre traversière avec Christophe Alévêque Régis Vlakos  critique ParisUn rôle qu’il joue parfaitement mais qui tranche avec la férocité comique qu’on lui connaît d’ordinaire. Certaines mimiques et traits de diction sont là mais le ton désabusé a disparu. On comprend toutefois pourquoi. Imaginez, après la guerre, Eatherly est resté rongé par le remord toute sa vie. Devenu fou, il fut interné et bâillonné par le pouvoir qui voulait en faire un héros national. Il y a de quoi perdre confiance en l’humanité, ainsi que son sens de l’humour !

Dialogue entre fou et philosophe

C’est depuis son asile, que Claude Eatherly commença une correspondance avec Günther Anders. De ces échanges avec le philosophe autrichien, Régis Vlakos en a tiré cette pièce qui mêle drame et humour. Le spectateur est balloté d’un sentiment à l’autre. Il rit, parfois beaucoup, parfois pas du tout. C’est selon que l’officier américain passe des facéties d’un homme naïf et profondément humain à l’état de stress post-traumatique. La performance d’acteur d’Alévèque est remarquable, dirigée par l’auteur lui-même, qui tient également le rôle de ce fameux Günther Anders.

Pièce engagée, elle aurait certainement des vertus pédagogiques. Mais la tragi-comédie n’est pas à montrer à tout le monde. Elle fait souvent sourire mais impose également la réflexion. Raison de plus pour s’y intéresser.

little boy théâtre traversière avec Christophe Alévêque Régis Vlakos Charlotte Zotto affiche critique Paris
By Joël Clergiot

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *