Exposition événement: la rétrospective du peintre EDWARD HOPPER aux Galeries nationales du Grand Palais en 4 oeuvres PROLONGATIONS

Avec plus de 580 000 visiteurs, Edward Hopper joue les prolongations !

Vous croyez tout connaître du peintre du multi-célébré et parodié Nighthawks.
Pourtant, au Grand Palais, l’Américain vous surprendra là où vous ne l’attendrez pas.
Là où les médias ne se sont pas forcément arrêtés.

Edward Hopper, Conference at night, 1949. Huile sur toile, 71,75 x 102,4 cm. Wichita Art Museum, Roland P. Murdock Collection.

Tout d’abord, l’influence française sur l’œuvre du maître se retrouve dans des figures au sujet 100 % Frenchie. Comme cette évocation puissante et symbolique de l’oeuvre de Victor Hugo sur la Commune de Paris illustrée, et pendant troublant de La liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix, actuellement exposée au Louvre Lens.

Edward Hopper, Victor Hugo, L’Année terrible : On the Rooftops, 1906

Autre vision déconcertante, ce couple de buveurs qui pourraient sortir d’une arrière-salle d’une toile de Toulouse-Lautrec. Un regard visiteur-spectateur qui interpelle. Une question subsiste sur la nature du rapport entre ces deux figures de la Bohème parisienne.

Edward Hopper, Couple Drinking, 1906-1907. Aquarelle, 34,3 x 50,5 cm. New York, Whitney Museum of American Art, Josephine N. Hopper Bequest.

Les autres œuvres plus discrètes sont à chercher dans la salle des gravures et des pastels.

L’impression et la reproduction noir et blanc de paysages et autres scènes urbaines nous rappelleraient les films d’Orson Welles.
La splendeur des Amberson d’un côté ou La Soif du Mal pour cette plongée nocturne sur une rue, l’ombre-portée d’un passant invitant mille scénarios.

Edward Hopper, Night shadows, 1921. Gravure, 17,5 x 21 cm. Philadelphia Museum of Art : Purchased with the Thomas Skelton Harrison Fund, 1962.

Cinéma encore avec cette vue sur le toit du peintre (My Roof) qui pourrait être aussi bien le terrain de jeu d’une Mary Poppins ou d’un affrontement à la West Side Story. Ce décor sans personnage offre le cadre à de délirantes mises en scène pour l’enfant qui se réveille en vous.

Edward Hopper, My Roof, 1928. Collection Thyssen Bornemisza

Encore faudrait-il que vous puissiez être seul(e) à seul(e) avec l’œuvre pour prendre le temps à la rêverie. Face à l’affluence, cette option est difficilement envisageable.

De nouveaux billets sont à nouveau disponibles pour cette nouvelle année. Ne reculez pas devant l’appel de ce monument de la peinture cinématographique.

Exposition Edward Hopper

aux Galeries nationales du Grand Palais
Jusqu’au 3 févier 2013

 Lundi : 10h-20h
Mardi : fermé
Mercredi, jeudi, vendredi : 10h-22h
Samedi, dimanche : 9h-22h

Du 29 au jeudi 31 janvier: 9h-23h
Du vendredi 1er février 9h au dimanche 3 février 23h ouverture en continu.
62 heures d’ouverture sans interruption. 

3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
Entrée : Square Jean Perrin

Share

5 réflexions sur « Exposition événement: la rétrospective du peintre EDWARD HOPPER aux Galeries nationales du Grand Palais en 4 oeuvres PROLONGATIONS »

  1. Ping : NEW FRONTIER : l’art américain entre au Musée du Louvre – exposition, cycles de conférences & cinéma | Blog Paris / United States of Paris
  2. Ping : Concours Musée du Louvre: des invitations pour la conférence du jeudi 14 février – Cycle L’image-récit – L’art américain | Blog Paris / United States of Paris
  3. Ping : MUSIQUE : l’atelier de PATRICE MOULLET, rencontre avec l’artiste et concepteur sonore – savant fou musical VIDEO | Blog Paris / United States of Paris
  4. Ping : Expo Old Up: COMBO, culture kidnapper, un mashup street art à la Galerie des Petits Carreaux Paris 2e | Blog Paris / United States of Paris
  5. Ping : Exposition spectaculaire : DYNAMO un siècle de lumière et de mouvement dans l’art au Grand Palais | Blog Paris / United States of Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *