FARBEN au Théâtre de la Tempête : les couleurs d’une vie manquée

Farben, actuellement au Théâtre de la Tempête, retrace la vie gâchée d’une scientifique allemande du début du XXe siècle. Mise en scène très photographique et texte coupé à la serpe, c’est beau et déroutant à la fois.

photo Philippe Declacroix
photo Philippe Declacroix

Année 1900, Allemagne. Elle est la première femme à obtenir un doctorat de chimie. Coupée dans son élan par le machisme, l’antisémitisme et les pressions sociales, Clara Haber va vivre une existence de frustrations et d’humiliations quotidiennes. Pourtant, elle restera passive devant ce monde d’hommes qui l’étouffe. Naïve, elle voulait chercher, tout savoir et faire progresser l’humanité. Mais c’était sans compter sur la mentalité de l’Allemagne rétrograde du début du XXe siècle et l’ambition de son mari. Ce dernier donnera le coup de grâce aux rêves de la scientifique, quand il inventera la formule qui donnera le tristement célèbre gaz moutarde, utilisé sur les champs de bataille de la première guerre mondiale.

C’est cette vie pathétique que relate Farben, la pièce de Mathieu Bertholet, mise en scène par Véronique Bellegarde, au théâtre de la Tempête. Quatre tableaux titrés découpent l’histoire. Chacun de ces actes a la couleur d’un gaz, rappelant les travaux de chimie qu’aurait voulu mener Clara Haber (Odja Llorca). La pièce est composée d’une centaine de micro-séquences, comme des morceaux de puzzle, que l’on emboite les uns dans les autres.

photo Philippe Delacroix
photo Philippe Delacroix

Troublante mise en scène
Il faut l’avouer, lorsque les acteurs sont entrés en scène, nous avons eu peur. L’écriture est un peu prétentieuse, et le jeu, déroutant. Des bribes de phrases sont jetées au public, dans des apparitions fantomatiques successives. Le résultat est très esthétique, certes, mais on ne comprend pas bien où l’auteur et le metteur en scène veulent en venir. Mais petit à petit, sans nous en rendre compte, nous nous laissons porter. Il est difficile de définir clairement ce qui nous fait changer d’avis. La forme du texte est plus accessible ? La mise en scène se simplifie ?  Quelque chose d’imperceptible agit. Nous entrons totalement dans l’histoire, fascinés par le destin tragique de Clara Haber.

Il faut dire que le jeu des acteurs y est pour quelque chose. Ils semblent vivre leur rôle, jusqu’à ne faire plus qu’un avec leur personnage. On s’apitoie alors sur cette femme, tant écrasée par les conventions sociales, qu’elle ne peut plus réagir à l’hypocrisie qui l’entoure. L’odieux mépris de son mari (très bon Olivier Balazuk) nous laisse pantois. Le spectacle accorde également une grande place à la chanson. Les amateurs de Lieder, ces vieilles chansons traditionnelles d’outre-Rhin, et de chanteuses moulées dans des robes au style très art déco, apprécieront.

By Joël Clergiot

Affiche pièce Farben Théâtre de la Tempête Paris texte de Mathieu Bertholet mise en scène Véronique Bellegarde

Farben
de Mathieu Bertholet
mise en scène : Véronique Bellegarde
Avec Olivier Balazuc, François Clavier, Hélène Delavault, Laurent Joly, Odja Llorca, Sylvie Milhaud

jusqu’au 13 décembre 2015

du mardi au samedi à 20h30
le dimanche à 16h30
durée 1h30

Théâtre de la Tempête
Cartoucherie Route du Champ- de-Manœuvre
75012 Paris

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *