Festival de Dinard 2015 : sacre de Couple in a Hole, un très jeune réal & bogosses sur tapis rouge

« Ton futur va être merveilleux ! » Jean Rochefort

C’est lors de la cérémonie de clôture que le président du Festival du Film Britannique de Dinard a livré cette phrase d’une belle poésie – tranchant avec ses nombreuses pointes d’humour – au réalisateur Tom Geens dont le film a été sacré par 3 fois. Couple in a Hole a reçu les Prix du Jury, du Public et du meilleur scénario.
Équipe du film Couple in a Hole movie crew Tom Geens Paul Higgins Jérôme Kircher Kate Dickie golden Hitchcock d'or 2015 photo by usofparisThe Couple in a Hole day avait débuté ce samedi à 11h avec la projection du film en présence du jury en entier bien réveillé, un peu moins maquillé en revanche. Ce récit est bluffant. On ne sait pas précisément où l’on est, si ce n’est une forêt. Un homme et une femme vivent totalement isolés. La suite du récit est à découvrir par vous-même. Moins on en sait sur ce film et plus son atmosphère aura une réelle emprise sur vous. Jean Rochefort n’a pas hésité à partager sa surprise : « Je n’ai jamais vu un film aussi désorganisé. Un jour c’est l’été, le lendemain c’est l’hiver, un lièvre gambade dans la forêt… Et puis après on oublie et on se laisse happer. » Il n’a pas tort. L’incompréhension du début laisse place à un réel attachement aux personnages. La performance de la comédienne Kate Dickie est incroyable. Ses partenaires ne sont pas en reste, citons le casting franco-anglais : Paul Higgins, Jérôme Kircher et Corinnne Masiero.

Craig Roberts
Craig Roberts

L’on avait poursuivi fissa notre journée projection sur le tout premier film en tant que réalisateur du comédien Craig Roberts, Just Jim. Précocité qui nous en rappellerait une autre, celle de Xavier Dolan. Peut-être ne faut-il pas lui souhaiter la carrière du réalisateur canadien. Et de tracer sa carrière différemment. En tout cas, ce qui n’a pas échappé au public c’est la présentation du jeune réal de 24 ans.
Maladresse, franchise, il a fait rire. Film brodé sur une base autobiographique : « mon enfance au Pays de Galle. Jeune, je cherchais à être cool. Mais à force de chercher, on se plante. » Avant de rajouter, un cinglant : « ce film est une façon de regarder en arrière et de voir comment j’étais pathétique. »
Avant de s’excuser de faire perdre son temps au public, il confie ce jeu très personnel : imaginer quand il mourra qui viendra à son enterrement. « Présenter ce film devant vous, c’est comme si c’était mes funérailles. » Glaçant.
Son film débute un peu comme un Jacques Tati avec une compilation de foirages : à l’école, de retour à la maison, avec les parents. Et puis il vire littéralement avec l’arrivée d’un Amerloque. Un récit sur la manipulation très bien mené.

17h45 Tapis rouge devant les Alizés 
Juste avant l’arrivée des invités, une séquence touchante. Un jeune homme a mis un genou à terre pour demander la main de sa petite amie sur tapis rouge et devant les photographes. Applaudissements et musique de circonstance dans les enceintes, plein soleil : toutes les conditions favorables étaient réunies pour faire de cet instant un cliché inoubliable pour le jeune couple.

La jurée tant attendue, présente dans le programme du festival et absente des projections : Virginie Efira a fait une apparition toute de noir vêtue.
Virginie Efira jurée très attendue du festival du film Britannique de Dinard 2015 tapis rouge soirée de clôture photo by usofparis

A la différence de Cannes, à Dinard, l’ensemble des équipes des films en compétition assiste à la cérémonie de clôture. Le suspense n’est donc pas pipé pour le public.

Des bogosses aussi sur le tapis parmi les équipes de films en avant-première. Les actrices n’ont pas le monopole du glamour !

Bogosse anglais sur le tapis rouge de la cérémonie de clôture du festival du film Britannique de Dinard 2015 photo usofparisDuane Hopkins movie director movie festival du film Britannique de Dinard 2015 British tapis rouge red carpet photo by usofparis

Et dernière séance photo du jury.
Jean Rochefort et son jury Amara Karan Natalie Dormer Bernard Lecoq festival du film de dinard 2015 tapis rouge photo by usofparis

Natalie Dormer
Natalie Dormer

 

Hanif Kureishi et son épouse
Hanif Kureishi et son épouse

Après le Hitchcock hommage à l’écrivain et scénariste Hanif Kureishi, une première surprise : le public de Dinard a plébiscité l’audace en décernant par ses votes Couple in a Hole. Rochefort précisera son émotion et celle de son jury que le choix du public et celui de son équipe soient à l’unisson, preuve de la qualité du film. « Ca ne peut se passer qu’en Bretagne ! »

Tom Geens, réalisateur de Couple in a Hole
Tom Geens, réalisateur de Couple in a Hole

Le réalisateur Tom Geens, modeste, témoignera sa culpabilité vis-à-vis des autres équipes de films en compétition.
A noter que le jury a décerné un prix spécial au film The Departure et à ses interprètes.

La soirée se terminera par la projection en avant-première de 45 years (45 ans) de Andrew Haigh avec Tom Courtenay – qui témoigna sur scène qu’il avait lu le scénario sur son Iphone, sans pouvoir s’en décrocher – et Charlotte Rampling. Jean Rochefort aura le mot de la fin en rappelant une anecdote avec la comédienne lors du tournage d’une « scène de coït » A la 9e prise, Rochefort ne peut cacher une « légère bosse. » Sa partenaire lancera, un subtil et complice : « enfin ! »

Rochefort a confirmé au cours de ces quelques jours à Dinard son statut de « national treasure » (trésor national) comme l’a dit Natalie Dormer à son évocation, en interview.
Respect !

Share

Une réflexion sur « Festival de Dinard 2015 : sacre de Couple in a Hole, un très jeune réal & bogosses sur tapis rouge »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *