Coulisses du FNAC LIVE 2015 – Interview de Nicolas Preschey, programmateur et fou de musiques

Nicolas Preschey est le programmateur du Festival Fnac Live depuis sa création il y a 5 ans. Il est aussi le maître de musique de l’émission de Frédéric Taddeï Ce soir ou jamais depuis 7 ans. Passionné de toutes les musiques, il nous dévoile les coulisses de cette nouvelle édition qui nous émoustille au plus haut point. Un festival devenu en très peu d’années une vraie référence et un rendez-vous pour les Parisiens-nes qui préfèrent quitter la ville en août (comme ils ont raison !).
Une interview qui se révèle passionnante et riche. Focus sur Christine and the Queens (3e participation cette année), les révélations à ne pas rater : Jeanne Added et Ibeyi.
Sans oublier quelques anecdotes des éditions précédentes.

 Image de prévisualisation YouTube

USofParis : En combien de temps concevez-vous la programmation du FNAC Live ?
Nicolas Preschey :
Avec Benoit Brayer, responsable programmation du Fnac Live et en charge aussi de toutes les opérations culturelles à la Fnac, on a pensé aux premiers noms au cours du festival de l’année dernière.
Après les premières réunions autour d’une feuille blanche, pour savoir qui on aimerait bien avoir, commencent en septembre-octobre. Et c’est aussi à ce moment-là que l’on prend les premiers contacts avec les tourneurs.

Combien de concerts voyez-vous par an ?
A la grande époque, ça devait être un peu plus d’une centaine, là je dois être entre 50 et 90 par an, environ 2 par semaine.
J’ai un peu levé le pied, car je fais beaucoup de choses à côté. Et puis je commence à avoir un certain âge, j’ai du mal à récupérer (rires) et un peu moins de fraîcheur pour passer quatre soirs par semaine en concerts. La famille s’agrandit aussi, il y a plein de choses dans la vie qui fait qu’on n’est moins disponible pour les concerts.

Parce qu’il faut aussi voir le talent du chanteur sur scène pour programmer un festival ?
Tout a fait ! Travaillant sur la programmation musicale de l’émission Ce Soir ou Jamais, j’ai vu passer beaucoup de groupes. Au début, l’émission était quotidienne, je n’avais quasiment pas le temps d’aller voir des concerts.
Je suis devenu le spécialiste des vidéos sur internet, sur les réseaux sociaux pour me rendre compte de la portée des groupes sur scène. Avec les moyens modernes, on a un don d’ubiquité qu’on n’avait pas avant. J’arrive à voir beaucoup de choses sans être présent dans toutes les salles de Paris et de France.

Sur les 50/90 vus cette année, combien de concerts avez-vous vraiment appréciés, avec un vrai souffle ?
C’est assez étonnant mais maintenant j’ai du mal à aller à un concert pour le plaisir et le regarder naturellement. J’ai toujours soit un œil critique de programmateur de festival, soit de programmateur télé. Mais sur le nombre, je pense qu’il y a toujours une bonne vingtaine de concerts qui vous attire l’œil, ou l’oreille avant tout.

Christine and the Queens est présente à tous les festivals. Une 3e fois au Fnaclive ce n’est pas trop ?
Avec Christine, c’est un peu particulier puisque je l’avais découverte il y a très longtemps quand je faisais partie du jury des Inouïs au Printemps Bourges (concours qu’elle a gagné).
Je me souviens très bien de son concert : Les Inouïes c’est une petite salle. C’était assez particulier. Les groupes faisaient la force par le nombre, ils étaient quatre ou cinq.
Elle est arrivée toute seule avec un ordinateur et à l’époque elle avait des bois de rênes sur la tête. Le personnage était quand même très particulier. Et on se dit « qu’est-ce que c’est que ce truc ? ». Je n’aimais pas trop sa façon de chanter. Enfin je perdais tous mes repères en fait. Je crois que c’était ça. On se dit « ce n’est pas possible que j’aime ça ? »
Un morceau… Le deuxième : « je n’aime pas ça mais pourtant je reste ». Et au final, je suis resté, sans pouvoir m’en détacher, en restant bouche-bée. Donc il faut savoir s’avouer vaincu :« ok, je comprends pas, j’ai pas de repères mais c’est génial ! »

Image de prévisualisation YouTube

Après je lui ai fait faire ses premières télés chez Ce Soir ou Jamais.
On s’est dit qu’il nous la fallait cette année et effectivement on est très chanceux de l’avoir.
Les premières années où on a eu Christine sur le festival, elle était en découverte, elle jouait à 18h. Cette année, elle est en tête d’affiche, elle va jouer à 23h. Le parvis sera blindé. Les gens viennent pour elle. On ne va pas s’empêcher d’accompagner un artiste dans son développement, bien au contraire, on est très content de pouvoir l’accueillir et de l’accompagner.
Aujourd’hui, elle n’a pas besoin de nous. Elle n’a pas besoin de grand monde pour que ça fonctionne. Mais on est très content de la compter parmi nous.

Une tête d’affiche difficile à avoir cette année ?
L’artiste qu’on aurait aimé avoir cette année et c’est une vraie déception : Benjamin Clementine. Je l’aime beaucoup et je le suis depuis un long moment. Dans les salons de l’Hôtel de ville, en piano-voix ça aurait vraiment été un moment intense.

Image de prévisualisation YouTube

En revanche, les têtes d’affiche qu’on est content d’avoir cette année c’est Rone, parce que j’adore ce garçon. Dominique A car il nous fait souvent confiance et Ibeyi, même si elles ne sont pas en tête d’affiche. Mais aussi avoir des groupes en avant-première comme The Shoes, je suis super content que les garçons aient accepté de venir.
Et même dans un tout autre registre avoir Mika, je ne cache pas que ce n’est pas ce que j’écoute tout au long de l’année. Mais qu’un garçon comme lui accepte de venir et fasse confiance au FNAC Live, un peu comme M l’année passée, en se disant « c’est une grosse date à Paris en pleine air, les mecs vont être capable d’assurer pour que le concert soit super », et bien je ne peux être qu’honoré de la confiance de ces artistes-là.

Image de prévisualisation YouTube

L’artiste qui risque de surprendre tout le monde en live cette année ?
Mes coups de cœur pour cette édition : Jeanne Added, Ibeyi et The Avener dont on n’a pas vraiment entendu parler. Ils sont quand même programmés sur tous les plus gros festivals internationaux. Ils font une tournée de dingue et mondiale.

Image de prévisualisation YouTube

Qu’est-ce qu’elles ont en plus les jumelles Ibeyi ?
Elles ont une vraie fraicheur. Quand vous les rencontrez dans la vie ou à travers ce qu’elles chantent, elles sont entières en permanence.
Elles ont un parcours qui est atypique. Leur père est un ancien percussionniste et leur mère, leur manageuse, est une ancienne attachée de presse dans la musique. C’est des noms dont on entend parler depuis longtemps.
Et surtout, c’est leur complicité sur scène. Musicalement, c’est des choses qu’on n’a pas l’habitude d’entendre. Et puis cette fraicheur qu’on ne retrouve pas au sein de la production de cette année. Elles ont une façon d’aborder la musique d’une manière désarmante de sincérité et de simplicité.

Jeanne-Added-Prix-Deezer-Adami-Pros-2015-alum-be-sensational-A-War-is-Coming-Naive-Records-concert-musique-chanteuse-photo-by-united-states-of-paris-blog
Et Jeanne Added, qui vient de recevoir le Prix Deezer Adami ?

On a beaucoup entendu parler d’elle dans le monde du jazz. Elle est à la fois instrumentiste et choriste et chanteuse. Et quand Naïve a annoncé la sortie de son album, je me suis demandé si ça allait être un album de jazz.
Et on se retrouve avec un album produit pas Dan de The Do qui l’emmène à l’opposé de ce qu’on pouvait imaginer de sa carrière. Et ça c’est super surprenant.
C’est un trio de filles, une formation qu’on n’a pas l’habitude de voir. La batteuse c’est Anna Pacéo qui est une pointure du jazz. Au clavier, il y a une fille de Tristesse Contemporaine.
C’est une musique qui parle à la fois au corps et au cœur, c’est un peu con de le dire. Ça emmène les trips. C’est gras et c’est surtout un genre de tuerie, quelque chose qui vient vous gratter tout l’intérieur. Elle vous bouge, elle vous remue, elle ne laisse pas indifférent, elle vous marche sur les pieds. C’est surtout un très bon album. Il faut vraiment la voir sur scène. C’est un personnage.

Image de prévisualisation YouTube

Une anecdote d’un artiste reconnaissant après son passage au FNAC Live ?
Je me souviens, il y quelques années, d’Agoria qui refusait de faire des concerts gratuits, parce qu’ils trouvaient que ça n’avait aucun sens. On a vraiment dû se battre pour le faire venir sur le festival. Et en sortant de scène il m’a dit : « votre festival m’a fait changer d’avis sur le gratuit, sur le plein air ». Il est sorti de là conquis et c’était génial.
Les mecs de Alt-J, j’avais fait leur première télé il y a trois ans chez Taddeï, du coup j’ai eu la chance de les récupérer pour une première scène gratuite au FNAC Live à l’époque. Et c’est pareil, ils sont sortis de là avec un grand sourire.
La plupart des artistes descendent de scène avec le sourire. Pour moi, c’est le plus beau compliment et le plus beau commentaire qu’ils peuvent me faire. Et ça arrive assez régulièrement sur ce festival.

Image de prévisualisation YouTube

C’est vrai que Alt-J c’est grâce au FNAC Live que je les ai connus.
On a bataillé pour les avoir aussi. Ce n’était pas simple. Il y a toujours une petite guéguerre entre les festivals parisiens et nationaux. Et on a été très content d’avoir réussi à les récupérer.

Donc ça veut dire qu’il y a une concurrence accrue avec Rock en Seine ?
Avec Rock en Seine, avec Solidays, avec un peu tous les festivals. On peut que comprendre l’envie de chaque festival de défendre sa programmation, d’avoir des exclusivités. Nous on a le beau rôle.
On n‘a pas cette pression du public et d’une rentrée financière, d’une billetterie. Mais c’est vrai que c’est compliqué, chaque année un peu plus car on grandit. On n’est plus le même festival que la première année, que la deuxième année ou que de la troisième année.

L’année dernière le festival a passé les 100 000 spectateurs et cela a un peu fait peur à tout le monde. Cette année, on sent que les rapports se sont un peu tendus avec les autres festivals. Ça fait partie du jeu. Je trouve logique qu’un festival ait besoin de défendre ses  têtes d’affiche. Mais je trouve un peu dommage de bloquer, avec des exclusivités, les groupes en développement qui ont besoin d’être exposé. Ce n’est pas eux qui font vendre les billets.

Image de prévisualisation YouTube

Le concert qu’il ne fallait pas rater, pour vous, lors des précédentes éditions ?
Il y en a un tous les ans. Higelin qui ne voulait pas libérer la scène. C’était marrant. Et plus tu lui demandes de descendre de scène et moins il veut descendre. L’année dernière, Gregory Porter, qui est un artiste jazz et qui se retrouve au milieu d’une programmation rock. Il fait un super concert avec que des parapluies devant lui, c’était magnifique comme émotion. Le concert d’Orelsan, en 2014, enchainé avec Fauve où il y avait plein de gamins à fond. C’était magique !

Et toutes les soirées électro aussi. Je suis très content de réussir à défendre de l’électro en plein Paris, de nuit, de voir que tout se passe bien et que les gens ont les bras en l’air.
Cette année, je sais que la soirée Super Discount (avec Etienne de Crécy, Alex Gopher et Julien Delfaud), ça va être super. C’est un rêve de gosse. Ce sont des disques que j’achetais quand j’étais gamin. Et me dire que je peux les avoir, entre guillemets, pour moi sur scène : c’est des rêves éveillés chaque année.

Image de prévisualisation YouTube

Et puis il y avait Gaëtan Roussel qui se blesse et qui continue de chanter. J’étais bluffé !
J’étais en bord de scène quand c’est arrivé, à côté de son tourneur, pour nous c’était une entorse. On sort de là, c’est une rupture des ligaments. Et le mec tient la scène jusqu’au bout, il veut pas lâcher le morceau. C’est impressionnant de force et de courage. C’est vraiment se saigner pour son public. Après il a dû annuler des dates. Je me sentais responsable…

On vit aussi de très jolis moments dans les salons : c’est une réplique miniature de la Galerie de Glaces de Versailles. Et transformer ce lieu en salle de concert c’est fou.
On entend le planché qui craque, les gens qui chuchotent. Il y a une magie qui s’opère dans cette salle, je suis très content d’avoir pu développer.

Image de prévisualisation YouTube

En intérieur c’est une autre énergie, une autre dimension. Et surtout la chance d’avoir l’Hôtel de Ville qui nous prête ses salons. C’est complétement dingue ! Il ne faudra pas rater Ala.ni.

Le meilleur lieu pour un live à Paris, pour vous ?
J’ai la chance d’habiter pas loin du Boulevard Rochechouart, donc j’aime beaucoup le Trianon. Je trouve qu’ils ont très bien réussi la rénovation de cette salle. Par la déco, par la programmation, actuellement c’est lieu que je préfère, en terme de jauge. Après le son est plus ou moins intéressant. Ça dépend du groupe et de l’ingé son. Mais monter les escaliers, tourner à gauche, arriver sur ce bar, le plancher, l’autre bar côté droit, la moquette rouge, les étages. Je pense que c’est ma salle préférée du moment.

Une chanson d’un des artistes 2015 qui aurait un lien fort, ou utopique avec Paris ?
Quitter la Ville par Rone

Pour terminer, votre chanson préférée sur Paris ?
A Paris d’Yves Montand

Festival FNAC Live 2015

Du 15 au 18 Juillet 2015 à partir de 17h30
Parvis de l’Hôtel de Ville de Paris et Scène du Salon

Scène principale : Brigitte, Izia, The Avener, Django Django, The Shoes, Ibeyi, Jeanne Added, Curtis Harding, Sianna, Oscar and the Wolf, Arkadin, Nekfeu, Songhoy Blues, Dominique A, Baxter Dury, Etienne de Crécy et son projet Super Discount 3 Live

Soirée anniversaire du label BECAUSE MUSIC avec Christine and The Queens, Selah Sue, Django Django et Minuit le 16 juillet

Salon : ALA.NI, Benjamin Biolay, Piers Faccini & Vincent Segal, Cyril Mokaiesh, Giovanni Mirabassi, Pierre Lapointe

Concerts gratuits !

Share

2 réflexions sur « Coulisses du FNAC LIVE 2015 – Interview de Nicolas Preschey, programmateur et fou de musiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *