Fictions en interview : on a parlé UFO, live et cinéma

Guillaume Leglise alias Fictions compose avec la même aisance au piano ou à la guitare. L’inspiration, il la trouve partout, en studio, à partir d »une sensation ou inspiré par un film. Il lui arrive de regarder un film avec sa guitare et réinventer la bande-originale.
Il cite volontiers Mizoguchi, sa façon de filmer, ses paysages animés.
Il a 17 morceaux en stock pour un album à venir. Mais il attend, car la scène le nourrit.
Son actu : l’EP UFO accompagné de ses remix et d’un second titre, A la lueur de l’eau.

INTERVIEW / FICTIONS

Fictions

UsofParis : Comment on se fait entendre au milieu de tous les autres artistes qui sortent des EP ?

Fictions : Bien s’entourer. L’idéal : avoir un label, une attachée de presse qui savent le défendre.
Au niveau artistique, faire quelque chose de contemporain, dans l’air du temps et en même temps personnel.

Tu te tortures pour maintenir cet équilibre ?

Je me torture moins qu’avant, je suis dans la spontanéité de ce que je veux faire.
Et je comprends à peu près ce que le public peut aimer et ne pas aimer, et ma place. Il ne faut pas calculer.
Ça fait 15 ans que je fais de la musique. J’ai eu plusieurs vies. Mon propre projet est mon espace de liberté. Je prends plus le temps.

Est-il possible qu’un remix révèle quelque chose d’inattendu, comme pour ton titre UFO ?

Ce qui est intéressant. Chaque remix a mis l’accent sur un arrangement particulier. L’un a mis la ligne de basse en avant, l’autre a ressorti la guitare alors qu’on l’entend très peu dans la version originale. Un autre a fait plus un travail sur la voix.
Les gens qui remixent sont d’autres producteurs. Ce que j’aime c’est partager la création avec des gens que j’aime.
Je fais presque tout tout seul, je produis très vite en studio.

A la lueur de l’eau, c’est une co-écriture ?

Oui. J’avais le refrain et j’étais bloqué sur les couplets. J’ai rencontré un duo d’amies, Aurélie Oziol et Agathe genieys. On a eu un gros coup de cœur. On a écrit à 3.

J’adore ce titre. Il me fait penser à Lescop.

C’est marrant ! J’ai eu l’idée de ce morceau, après mes concerts – je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas fait de live.
J’avais envie d’un titre assez trippant. J’avais aussi vu Flavien Berger que j’aime beaucoup. Il a une façon particulière d’écrire ses chansons. Et on comprend mieux quand on le voit sur scène.
Je me suis inspiré de tout ça.
Je voulais quelque chose qui évoque les souvenirs, les rêves, la transparence, d’assez vaporeux.
Et j’aime Lescop, son premier album. Je suis inspiré comme lui par les années 80. Le côté enfant de la new wave.

Comment gères-tu le live ?

Fictions : J’essaie d’avoir un maximum de sensations avec le public, le chercher. On est deux en live, avec la bassiste, Clémence Lasme, qui a joué avec Moodoïd, Pyjama, Buvette…
On a des machines contrôlées, des synthés. Et surtout, je chante.
C’est le premier projet où je suis chanteur et non derrière une guitare.
Je travaille beaucoup pour le théâtre et je joue très souvent sur scène. Être avec les comédiens qui sont en connexion avec la salle, je les ai vus réagir. Et avec ces expériences, je ressens plus l’écoute du public. La musique c’est du contact, du lien.

Image de prévisualisation YouTube

J’ai lu que tu étais un infatigable chercheur. Cherches-tu aussi des instruments ?

Je n’ai pas beaucoup de matériel. Mais à chaque fois, je suis dans un processus de désir avec chaque instrument. Je me renseigne, je vais regarder des vidéos…
Il peut se passer 3 ans entre le moment où je rêve de l’instrument et son achat.
Par exemple, j’ai racheté un Yamaha DX7, un synthé des années 80, l’un des premiers synthés digital grand public. T’en trouves à 200-300 e. Malgré le budget raisonnable, il m’a fallu du temps pour l’acheter. Il y a un besoin de certitude.
J’ai une guitare que j’adore d’un luthier japonais. J’ai mis 2 ans aussi l’acheter.
Ensuite, ils sont centraux dans ma production.

Le DX7 est présent dans ton EP UFO ?

Il est sur UFO, A la lueur de l’eau et aussi sur les prochains morceaux.
Il a ce grain digital et a une sortie 12 bits (une sortie un peu grossière) ce qui fait qu’il a une grosse patate.

Est-ce que tu composes en pensant à des images, des films ?

Pour le titre Riviera (dans le prochain EP), j’ai pensé au film La Piscine. Je pense souvent à une projection de moi dans un film pour que ça me donne des idées.
Fictions, c’est idée de raconter des personnages. Et concevoir chaque chanson comme un court-métrage.

Tu cites le film Sombre de Philippe Gandrieux comme un chef d’œuvre.

Je ne l’ai pas revu après sa sortie. Il y a des scènes qui m’ont marqué. La première avec le spectacle de clowns que l’on voit à travers les yeux des enfants. C’est fascinant !
Je viens de Brest, une ville sombre. Les images de Grandieux m’ont touché.

Qu’est-ce qu’elle a de plus que les autres la géniale chanteuse Victorine ?

Sa personnalité, sa liberté. Elle ne calcule pas comment elle va plaire, elle laisse aller sa fantaisie et sa poésie. Victorine met en avant ce qu’elle est. Je trouve que c’est plus authentique. Elle voit la scène comme un moment unique.
On avait des amis en commun. On s’est retrouvé au Pop’in. Nous avons travaillé sur une quinzaine de morceaux. Un album va sortir. J’adore sa poésie, son second degré. Elle a un humour immense.

Les artistes que tu aimes ?

J’aime Tirzah, c’est underground. Une sorte de néo trip-hop. Un côté assez brut. Elle a une belle voix assez soul.
Je réécoute des albums des années 90 comme Jean-Louis Murat et j’adore Julien Baer.

by Alexandre

Fictions

FICTIONS
Nouvel EP : UFO

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.