Fnac Live 2017

FNAC LIVE 2017 : Julien Doré subjuguant, The Blaze assure, The Horrors en exclu #livereport

3e jour au Fnac Live 2017 intense de concerts avec des grands attendus : Julien Doré, le retour chargé d’émotions, The Blaze, le deuxième concert d’une longue carrière, The Horrors en exclu. Des révélations : Eddy de Pretto bluffant, Clara Luciani et Aliocha seuls à la guitare face à un public en nombre.

 

Eddy de Pretto bluffant

Ça débute par une Fête de trop, un titre fougueux et frontal. Ça claque direct.

Eddy a une peau de blond qui rougit vite au soleil mais il assure sans se plaindre. Pantalon porté taille haute, la main gauche qui se touche le haut de la cuisse comme un gimmick quand il se déhanche ou un tic ou toc d’artiste.
Malin, le jeune chanteur quand il se présente en précisant : « Je suis sur tous les réseaux sociaux« 
Virilité abusive, une chanson qui fait du bien quand on n’est pas un dieu du stade comme lui comme nous.


« Je suis complément normal, complément banal« , il y a du Stromae dans cette façon de déclamer ses mots dans une musicalité troublante.
Eddy de Pretto c’est un talent d’écriture inouï avec une rythmique imparable. 

Valerie June : from Tennessee to Paris

Les dreadlocks en vrac, mini-jupe en avec un haut en strass pour réfléchir les rayons du soleil. Bien joué !
L’Américaine débute certaines de ses chansons comme des sortes d’incantations jazzy, incompréhensibles, mystérieuses. Valerie June peut surprendre, subjuguer voir déplaire avec cette voix à la Betty Boop. Elle nous embarque dans une Amérique pleine de contrastes, de références, entre faux calme et de fulgurance. 

The Horrors are back! 

Exclu totale pour le Fnac Live, le premier concert du groupe pour annoncer la sortie de V, son nouvel album, est pour Paris.

Fnac Live 2017


Début de set tout en puissance, décibels et rythmiques à donf. Pas le temps de comprendre si ce sont des nouveaux titres ou des anciens. On shoote à mort les musiciens lookés, le chanteur, Faris Badwan, s’entortillant les bras avec le fil de son micro, balançant son pied de micro puis le retrouvant au titre suivant.

Fnac Live 2017


Celui qui se balade en coulisses avec un sac à main rétro – qu’on croirait sorti d’un cabinet de médecin du début du XXe siècle – a une manière très particulière de baisser le visage quand il ne chante pas, pendant les instru.
Le leader enlèvera ses lunettes malgré le fait qu’il soit « aveuglé par le soleil » (en français dans le texte). Classe !

Fnac Live 2017



Still Life fait rabaisser la tension. Le titre est moins en force, plus ténébreux. The Horrors fascine. Le groupe est capable d’envolées sensibles comme de coups de poings musicaux bien pensés.
On apprend à tomber sous le charme. Ce n’est pas forcément immédiat. 

Le charme assumé de Clara Luciani 

Seule à la guitare électrique, « je vais faire comme si je n’étais pas intimidée !«  La nuit n’est effectivement pas encore tombée. La jeune révélation ne peut donc qu’apprécier l’étendue de festivaliers face elle.

 La vingtaine de minutes de set nous fait découvrir un univers passionnant. Le titre Monstre d’Amour offrant une belle ballade électrique.

Julien Doré : « les yeux dans les yeux ! »

Affichant un petit 35 ans tout frais au compteur depuis 2 jours, assumant le choix de sa chemise fleurie et à manches courtes, Julien Doré est de retour au Fnac Live, festival qui avait marqué la pourtant longue liste de souvenirs scéniques de l’artiste. 
Un panneau « merci pour les animaux » sera aperçu dans le public, certainement pour la réhabilitation du bichon ou du panda dansant.

À quelques centimètres de l’artiste bondissant, il faut lâcher l’objectif pour apprécier la fougue qui s’abat sur soi. C’est impressionnant d’être aux pieds du chanteur.
Le Lac dont il fera chanter le refrain au public est l’occasion d’une montée d’émotion pour le beau Julien qui sourit au bord des larmes. 

Il n’hésitera pas longtemps à fouler l’avancée de scène, lui ouvrant une prise directe avec le public qui l’entoure.  Coco Câline et le public se soulève. Il a le don de savoir pousser ses spectateurs.trices au meilleur de leur enthousiasme. 

J. Doré innove ausi en introduisant une position de karaté en début de Kiss Me Forever, totalement improvisée. Comme Presley ou Cloclo, il balance sa serviette mouillée dans le public. Fétichisme en vue pour celle ou celui qui l’a rattrapée au vol. 

Il sort sa mob en milieu de set et non à la fin, comme lors de son premier concert en festival à Saint-Etienne.
En plus d’avoir une repartie d’enfer (cf notre échange mémorable sur Twitter), le chanteur a le don aussi de la douceur comme avec Eden (« et m’exiler de toi »), une superbe ballade au piano.

Il s’attache les cheveux qui fait l’effet d’un chignon avant de débuter On attendra l’hiver. On a du mal à valider, mais on pardonne forcément.
Quand au dernier morceau, il relâche ses cheveux, fait tomber la chemise en se retournant, dans une vague de fumée, la vision est ultra cinématographique. On parle de femme fatale, Julien Doré est un homme fatal, qui porte fier le débardeur à la manière d’un Brando.
En coulisses, les invités se masseront pour voir furtivement l’artiste descendre de scène.  On ne perd aucune miette d’un Julien Doré en live. 

The Blaze : sensationnel ! 

Une sensation qui a déjà eu droit aux pages des Inrocks. L’attente était très grande pour ce groupe dont un de son titre a servi de musique au teaser du festival.
Début de set, le duo envoie le son dissimulés derrière des écrans. Les photographes attendent que les DJ se dévoilent.


Il faudra attendre le 2e titre pour les voir en mouvement sur leurs platines et avoir confirmation que c’est bien eux qui assurent les parties vocales de leurs titres.
Leur show visuellement fait l’effet plus d’une installation artistique que d’un DJ est à la manière de Cassius. Projections d’images sur écran, jeu de formats aussi avec réduction du cadre, teintes de lumière en fonds, table réfléchissante.

Certains festivaliers ont gardé leurs lunettes de soleil face à la déferlante des spots lumineux.
La maîtrise est bluffante. L’électro de The Blaze débride l’adolescent qui est en nous.  On se déhanche et surkiffe comme les jeunots du bord de scène.
5 titres et puis s’en vont, les deux écrans se referment sur les dernières notes de l’excellent Juvenile. Générique de fin comme pour un film lumineux, intense et devenu en moins d’une heure une référence.

Rdv en juillet 2018 pour le prochain Fnac Live ! 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *