Théâtre du Gymnase : Hollywood avec Russo, Frémont et Le Bihan joue les prolongations

« Hollywood est un arc-en-ciel, un immense arbre de Noël. Sa splendeur couvre l’horizon, d’un incendie rose bonbon. » Rien de plus beaux que les mots de la facétieuse et surréaliste Brigitte Fontaine pour décrire la fascination de ce quartier mythique de Los Angeles.

D’incendie, il en est question justement dans la pièce de Rod Hutchinson, mise en scène par Daniel Colas à l’affiche la saison dernière au Théâtre Antoine et maintenant au Théâtre du Gymnase et interprétée par un trio d’acteurs: Daniel Russo, Thierry Frémont et Samuel le Bihan. Le récit revient sur l’aventure mouvementée de l’écriture d’un chef d’oeuvre absolu du cinéma: Autant en emporte le vent.

David O.Selznic, producteur de cinéma, en mauvaise passe, ayant misé toutes ses billes sur le projet le plus ambitieux de sa carrière a stoppé net le tournage du film. Il recrute une nouvelle équipe. Exit Georges Cukor remplacé par Victor Fleming. A la poubelle, la première mouture de scénario.
La copie doit être entièrement revue par l’oeil expert du scénariste, ancien journaliste, Ben Hetch.

Le nabab du cinéma, le seul à connaître le roman de Margaret Mitchell, fait le choix de s’enfermer 5 jours avec ses nouveaux partenaires artistiques pour réécrire entièrement le scénario.

Et c’est à ce moment précis que la pièce tombe dans un registre boulevard piteux.
Les scènes rejouées pour les besoins de l’écriture, par le producteur et le réalisateur, offre un lot de loufoqueries indigeste. Des minauderies pour interpréter Scarlett, un concours de gifles  – un Molière devrait être décerné dans la catégorie: endurance des acteurs – un caprice sur la moquette, et l’overdose de mièvrerie foudroie sur son siège.

Catherine Barma, productrice et amie du nouveau propriétaire du Théâtre Antoine, Laurent Ruquier, semblait avoir du mal à prendre quelque plaisir. En tout état de fait, la salle est comme coupée en deux. Un public qui recherchait le mythe de Scarlett O’Hara et Rhett Butler, et un public qui finalement rit à gorge déployée des gaudrioles des acteurs.

Difficile aussi d’accorder du crédit au charisme aléatoire de Daniel Russo, pour ceux ayant lu les mémos de Selznick. De ces écrits synthétiques, informatifs, sentencieux, se profilait une personnalité autoritaire, exceptionnelle et forte.
Rien de cela devant nous.

Et que dire de l’agacement face à la secrétaire qui répond à tout va: « Oui Monsieur Selznick« , « Très bien Monsieur Zelznick« , « Bien sûr Monsieur Zelznick« . On plaint l’actrice, Françoise Pinkwasser, de devoir s’infliger pareil répertoire chaque soir.

Hollywood au Théâtre du Gymnase
Du mardi au samedi à 21h
Matinées le samedi à 16h et dimanche à 17h

Share

2 réflexions sur « Théâtre du Gymnase : Hollywood avec Russo, Frémont et Le Bihan joue les prolongations »

  1. Ping : L’ENTERREMENT (Festen… la suite) de Thomas Vinterberg au Théâtre du Rond-Point @Paris | Blog Paris / United States of Paris
  2. Ping : L’ENTERREMENT (Festen… la suite) de Thomas Vinterberg au Théâtre du Rond-Point @Paris | Blog Paris / United States of Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *