Jes les signe tous

Je les signe tous : Mathilde chante l’amour en langue des signes

Dans Je les signe tous, au Studio Hébertot jusqu’au 6 janvier 2018, Mathilde, révélée par le télé-crochet The Voice, propose un concert original mêlant chant, conte et langue des signes. Du point de vue de l’adolescente un peu niaise à celui de l’adulte réaliste et blasée, l’amour est disséqué sous toutes ses formes, des plus joyeuses aux plus tragiques.

Jes les signe tous
Photo © Christine Coquilleau

La mise en scène est épurée : quelques ampoules qui pendent au plafond, un tapis, deux fauteuils et un guitariste. Mathilde, la chanteuse lance des regards complices à son acolyte, Maylis, qui dans des mouvements gracieux signe les textes et les émotions que dégagent les chansons. Car c’est là que réside toute la beauté scénique du spectacle. Maylis Balian ne se contente pas de traduire les chansons en LSF (Langue des Signes Française), elle les interprète. Cela s’appelle le chansigne, une manière de signer la LSF, propre aux chansons, dans une expression plus libre, en inventant des mots et en remodelant la langue. Le spectacle devient alors accessible aux sourds, à qui se révèle le caractère poétique ou engagé des textes, ainsi qu’une initiation esthétique à la LSF pour les entendants.

Jes les signe tous
Photo © Christine Coquilleau

Une louche de sucre

Mathilde assume la naïveté de son personnage, mais pas sûr que tout le monde s’y retrouve. Les mots sont jolis et la voix est puissante. L’ensemble parlera toutefois davantage à une trentenaire fleur bleue à la recherche de l’âme sœur plutôt qu’au quadragénaire qui aura certainement plus de mal à s’identifier au personnage.

Jes les signe tous

Que cela ne l’empêche pas de pousser les portes du théâtre. Le concert est plus subtil qu’il n’y paraît. Sous cette énorme couche de sucre, tout n’est pas rose bonbon. Bien au contraire ! Au fil du spectacle, les chansons s’engagent : la liberté, le corps, le féminisme ou encore l’homosexualité, de nombreux sujets de société sont abordés, tantôt frontalement, tantôt de manière plus détournée. La langue des signes devient alors de plus en plus expressive. Mêlée à des textes incisifs, elle se transforme alors en chorégraphie.
Sourds comme entendants, elle ne laisse personne indifférent.

by Joël

Jes les signe tous

Je les signe tous

Avec Mathilde, Maylis Balian et Vladimir Medail (en alternance avec Antoine Laudière)

Tous les samedi à 17h

jusqu’au 6 janvier 2018

Studio Hébertot
18 bis, boulevard des Batignolles
75017 Paris

page officielle du spectacle : Je les signe tous

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *