La bande à Dave St-Pierre – Théâtre de la Ville

Un spectacle de Dave St-Pierre c’est une sorte de Pina Bausch qui aurait disjoncté. A la croisée des chemins de la performance, de la danse et du théâtre, Un peu de tendresse bordel de merde! dépoussière les codes de la danse contemporaine. Les parasitant, les accentuant ou les parodiant dans une démesure jubilatoire.

 Le légendaire 4e mur vole en éclats, la scène déborde dans la salle offrant un formidable terrain de jeu aux 23 danseurs qui s’offrent de tout leur corps, à même le spectateur. Il n’est pas rare, au cours de la soirée, de se retrouver nez à nez avec une paire de fesses gentiment exposée.

 Vous l’aurez compris ça se dessape un max mais ça se rhabille aussi, se gifle, se hurle, se « fight », et surtout, plus surprenant, s’enlace et s’embrasse. Toutes les émotions sont convoquées pour ce spectacle patchwork.

 La nudité ici ne rime pas avec obscénité – il suffisait de voir l’affiche pour en être averti — tant la dose de rigolade, de décontraction et de légèreté est communicative. Celles et ceux qui étaient venus « pour mater » n’en auront pas forcément pour leur argent.

 On se laisse facilement aller à ce côté régressif, ces petits cris hystériques. On prend même plaisir à se faire réprimer par une meneuse de troupe autoritaire.

 Ceux qui ont quitté la salle à l’arrivée des bouteilles d’eau sur scène ne se douteront jamais de l’intensité de la séquence finale : un ballet sur l’eau, dépouillé et d’une beauté féroce.

 Alors oui, Dave St Pierre déborde d’attentions. Des attentions plus ou moins délicates, mais il a le mérite de nous surprendre et de ne pas oublier les parties dansées et rythmées.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *