Last Flag Flying

Last Flag Flying : un road movie pour l’honneur

Hollywood a toujours su mettre en scène des histoires sur nos guerres modernes, révélant les désastres humains et psychologiques qu’elles entrainent.
Last Flag Flying est un film poupée russe qui fait résonner deux conflits majeurs de ce pays, à 30 ans d’intervalle.
Des acteurs sensibles, un scénario subtil et sans misérabilisme, au service d’une œuvre bouleversante.

Last Flag Flying

Last Flag Flying : la rédemption

2003, la guerre d’Irak menée par un pays bousculé par le 11 septembre bat son plein. Larry « Doc » Shepherd (Steve Carell) vient de perde son fils, un marine tué à Bagdad. Il est à la cherche d’anciens camarades Marines qui ont fait la guerre du Vietnam à ses côté. Il veut qu’ils l’accompagnent à la sépulture de son fils au cimetière militaire d’Arlington.

Last Flag Flying

Mais, depuis la fin de leur engagement, Sal Naelon (Bryan Cranston) et Richard Mueller (Laurence Fishburne) ont totalement changé de vie. Et tous deux ont évacué  leur ancienne vie de combattant. Sal est devenu patron de bar désabusé et retord. Richard a renié son passé militaire en devenant pasteur, et s’est marié.
C’est sans compter un secret resté dans la jungle vietnamienne qui lie Sal et Richard au Doc. C’est ce secret qui va permettre à Larry d’entrainer ses vieux compères dans ce road-movie.

Image de prévisualisation YouTube

Semper Fidelis : toujours fidèle

Cette histoire est baignée de combats multiples. Celui d’un père meurtri, celui de compagnons d’armes qui vivent avec une vérité cachée.
Elle offre aussi à Richard Linklater l’occasion d’égratigner la politique militaire de son pays. Tout en douceur mais avec une amertume certaine. La guerre du Vietnam fait écho à celle d’Irak.
Même but, même manipulation, même mensonge.Last Flag Flying

Malgré tout, on se surprend à être compatissant avec la froide rigueur militaire du Colonel Wilits (Yul Vazquez).
On a de l’empathie pour le soldat Washington (J. Quinton Johnson), le militaire ami du fils défunt, coincé entre l’ordre martial et la révolte des trois anciens GI’s.

Steve Carell est magnifiquement juste dans son rôle de père endeuillé. A fleur de peau, il est toujours sur le fil des émotions.
Bryan Cranston et Laurence Fishburne se révèlent être de parfaits anges gardiens ; ni totalement purs, ni totalement malveillants.
Jusqu’à la scène finale, le rôle de chacun est d’amener le « Doc » à faire les bons choix pour la dépouille de son fils.

Last Flag Flying

Sans trop de musique, ni trop de mélo, le scénario nous conduit petit à petit à un dénouement plein d’émotions.
Des émotions brutes mais douces qui permettent aux non-dits de s’estomper tout au long du film et aux personnages de chasser les fantômes du passé, pour ensemble se reconstruire.
Respectant la devise des Marines américains: Semper fidelis.

Il restera aussi de ce film le regard de Steve Carell qui reflète à merveille l’humanité de cette histoire et de ses protagonistes.
Touchant.

Last Flag Flying

Last Flag Flying
(La dernière tournée)

Sorti le 17 janvier 2018

Réalisation : Richard Linklater
Avec : Steve Carell, Bryan Cranston, Laurence Fishburne, Yul Vazquez, J. Quinton johnson, Deanna Reed-Foster et Cicely Tyson.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *