LES GRANDES FILLES au Théâtre Montparnasse : corrosives et éclatantes !

Les Grandes Filles au Théâtre Montparnasse. Quatre drôles de dames, mamies ingrates et vieilles harpies dézinguent généreusement tout ce qui bouge : enfants, petits-enfants, voisins, voisines, et autres feux époux « adorés ». Poilant !

Les Grandes Filles Théâtre Montparnasse Paris Judith Magre Claire Nadeau Geneviève Fontanel Edith Scob pièce de Stéphane Guérin Jean Paul Muel photo United States of Paris blog

Ces quatre femmes sont incarnées par les talentueuses et infatigables Judith Magre, Edith Scob, Claire Nadeau et Geneviève Fontanel, toutes de couleurs vêtues.
Ne cherchez pas une histoire, nous sommes plus du côté de brèves de bancs publics dont les échanges s’enchaînent à la fréquence d’une fois par mois à date commémorative pendant une année.
A la différence des brèves de comptoir, les personnages ont droit à leurs apartés en tête-à-tête avec le public pour entrevoir un peu plus de leur caractère bien trempé et de leur histoire toute singulière.

photo de J. Stey
photo de J. Stey

Si c’est pour emmerder le monde, je veux bien être socialiste !
Le mauvais esprit est roi dans ces dialogues piquants à souhait. C’est politiquement incorrect, salace, langue de p, et trash aussi parfois. Ces ladies bien sous tous rapports, à première vue, ont beau se fréquenter régulièrement, les messes basses entre elles sont légion.

Pour ajouter du piment à l’ensemble déjà bien corsé : chacune d’elles est de confession religieuse distincte, l’une d’entre elles préfère les femmes en robes à fleur, une autre est pied noir.

Difficile de ne pas apprécier les sorties corrosives, ces blagues potaches entre copines pour le 1er avril.
Edith Scob, silhouette filiforme, tremblotante est touchante. Judith Magre est égale à elle-même : dans l’assurance et le pétillant. Claire Nadeau, la plus jeune de la troupe, est imparable en vieille fille sourde. Geneviève Fontanel douée d’une parfaite équanimité.

Seul regret que chaque séquence se termine par la même litanie : « je nous souhaite une belle annéeune belle fête ses mères… »
Les dialogues pourraient se conclure de manière plus cut pour un meilleur enchainement.

LES GRANDES FILLES
de Stéphane Guérin

Mise en scène : Jean-Paul Muel
avec : Geneviève Fontanel, Judith Magre, Claire Nadeau, Edith Scob

au Théâtre Montparnasse
31, rue de la Gaîté
75014 PARIS

du mardi au samedi à 20h30
matinée le dimanche à 15h30

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *