Master Class : Levy, Chattam, Frain, Dicker et Bourdin, auteurs de nouvelles inédites pour la Galaxy Note 8

Ce mercredi, fans de littérature et bloggers avaient rendez-vous avec 5 auteurs de romans qui se sont récemment prêtés au jeu de la nouvelle: Irène Frain, Françoise Bourdin, Marc Levy, Maxime Chattam et Joël Dicker.

Une Master Class conviviale prend place aux Café Restaurant Les Éditeurs au carrefour de l’Odéon, fermé pour l’occasion.

Un dialogue à plusieurs voix – rappelant les grandes heures d’un Pivot au temps d’Apostrophes – débute autour des 5 nouvelles conçues exclusivement pour la tablette Galaxy Note 8.0.

5 écritures sont célébrées ce soir.
Chaque auteur explique son inspiration. Irène Frain évoque la découverte de lettres entre ses parents, à l’origine de sa nouvelle. Joël Dickers a lui voulu s’attaquer à un monde qu’il ne connaissait pas: le sport, se posant la question de savoir comment parler de sport à des lecteurs qui n’aiment pas ou ne connaissent pas. Un double défi car l’écriture d’une nouvelle est « un exercice très difficile, car on n’a qu’une seule chance!« 

Alors que Maxime Chattam évoque en 3 pages le crime parfait, confiant qu’après lecture, nous ne verrons plus un stylet comme avant, Marc Lévy ne sait toujours pas comment vient une idée. Il a donné son accord à Samsung après avoir écrit la nouvelle. La trouvant à son goût après une semaine d’écriture, il a accepté de la publier, ajoutant dans un rire: « je ne suis pas courageux! »

Chacun n’oublie pas de citer quelques références de nouvelles qui l’ont passionné. C’est l’auteur H.P. Lovecraft qui a marqué l’imaginaire de Maxime Chattam, sans omettre la nouvelle de Stephen King: Brume, « un chef d’oeuvre du genre. » Françoise Bourdin évoque Edgar Allan Poe, Stefan Zweig et surtout La Sonate à Kreutzer, rare nouvelle de l’auteur russe Tolstoi.
Et non sans un brin de provocation, Irène Frain déclare que le plus grand auteur de nouvelles est certainement Shérazade. Chacune de ses aventures est une nouvelle à part entière.

La répartie et la bonhommie de Marc Levy surprend le côté de l’auditoire qui n’a pas l’habitude de se jeter sur son dernier opus.

Mais c’est à Maxime Chattan que revient la meilleure conception du thème de la soirée : « une nouvelle, il faut enlever le gras! Pour un roman, j’autopsie un corps en entier. Pour une nouvelle, j’autopsie un organe seulement. »

Après la Master Class, séance de dédicaces et rencontres au premier étage, pour poursuivre l’échange avec les auteurs.

Marc Lévy passe une tête et puis repart. Ce jeu du dialogue avec ses lecteurs ne lui plait sûrement plus.

Irène, Françoise, Maxime et Joël, quant à eux ne boudent pas leur plaisir de partager avec leurs lecteurs.
Françoise Bourgeois nous avoue qu’elle aurait aimé écrire un blog. Sur quoi? lui demandons-nous. Réponse: « mes coups de gueule! », dans un éclat de rire. Mais elle a toujours craint que le temps lui manque.

De son côté, Joël  Dicker s’autorise ce qu’il ne fait sans doute jamais sur son livre: La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert. C’est à dire des dédicaces dessinées. De futurs collectors très certainement.

Quand nous nous rapprochons d’Irène Frain, l’auteure partage avec jovialité son histoire, et surtout celle de son prénom.

Autre surprise, Maxime Chattam prend le temps du dialogue avec chaque lecteur venu à sa rencontre. Avec nous, il parlera de sa passion récente pour Ron Mueck qu’il a découvert à la Fondation Cartier, tout en s’intéressant à notre blog: »envoyez-moi l’adresse via Twitter!« 

On parle idées. Comment viennent-elles? Il dit s’en vouloir parfois de perdre 2 heures de sa vie à cause d’un mauvais film. Tout en ajoutant: « mais le plus étonnant c’est que tout me stimule même les pires films peuvent avoir des résonances 6 mois, voire 1 an plus tard. « 

Les 5 nouvelles inédites de Maxime Chattam, Marc Lévy, Françoise Bourdin, Irène Frain et Joël Dicker sont à retrouver sur le site Samsung.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *