Concert : The Light of Christine and The Queens à l’Olympia et au Zénith

« Est-ce que vous y croyez que nous sommes à l’Olympia ? Moi pas encore ! »

Christine and The Queens qui déchaine les passions depuis un peu plus d’un an a affiché son nom en lettres rouges sur la façade de l’Olympia non sans invoquer le fantôme d’Edith Piaf plutôt que l’esprit de Madonna. En bonus : un featuring avec Olivia Merilahti du groupe The Do et la bise de Jean Paul Gaultier en after-show. 

Christine and the queens concert Olympia Paris 2015 tournée chaleur humaine Zenith festival saint claude photo de scène by United States of Paris blog

Ce vendredi, des feuilles de papier ou des bouts de carton à la recherche d’une place fleurissent un peu plus que d’habitude sur le boulevard des Capucines. Concert sold out après quelques petits jours de location seulement. Christine and The Queens suscite une fascination qui se propage des inconditionnels purs à des grappes entières de curieux. La reproduction de son image sur papier glacé à des milliers d’exemplaires (Elle, Grazia, Les Inrocks…), ses prestations subjuguantes aux Victoires de la Musique 2014 et 2015 ont été les parfaits teasers pour ses soirs de concerts uniques et la tournée à rallonge de la belle nantaise.

21h05 – le public de l’Olympia s’impatiente. Le rideau rouge s’ouvre sur une silhouette accompagnée de deux danseurs sur plancher lumineux. C’est Starshipper qui va galvaniser les foules. Les projecteurs fendent le trio qui débute la chorégraphie de leur pleine puissance. La montée sous tension est progressive, le refrain I wanna be… opère un rythme lancinant accompagné de jets de lumière. Le show pur est en marche.

Christine ne réalise pas tout à fait que c’est son tout premier Olympia (après une mise en bouche pour la Fête de la Musique avec Lana del Rey). Elle lance généreusement à son public : « C’est chez toi, ce soir ! » après un Half Ladies euphorique – et juste avant de croiser un tampax sur scène (« ça peut toujours servir ! »).

Christine and the queens concert Olympia Paris 2015 tournée chaleur humaine Zenith festival saint claude musique chanteuse photo de scène by United States of Paris blog

Pieds nus dans chaussures vernies pour les quatre danseurs Queens et la belle ; chaussettes pour les trois musicos, pour une meilleure adhésion sans doute. Dans le public, c’est plus varié, le look de la chanteuse fait des émules, exception cependant pour cette paire de crocs aperçue dans la fosse. La preuve en photo ici !

Les Queens quittent la scène pour un IT sensuel et en solo avec les musiciens. Christine fait sienne la large scène, les mimiques à la Michael Jackson des premiers titres s’estompent pour mieux révéler une gestuelle originale et spontanée.

Christine and the queens who is it concert Olympia Paris 2015 tournée chaleur humaine Zenith festival saint claude photo de scène by United States of Paris blog

Il y a du Robert Wilson (metteur en scène américain) dans le monochrome en fond de scène et le visage de la chanteuse parfois seulement éclairé d’un faisceau de lumière colorée comme sur Paradis Perdus (cover R’n’B de Christophe) ou sur le duo inédit avec Olivia de The Do pour une reprise tout en émotions de Who is it de Mickael J. Il y a aussi du Kraftwerk dans les parfaites symétries vidéo, visuelles et corporelles. Et si nous tenions notre David Bowie au féminin, un(e) artiste qui  se nourrit avec déraison de mille influences pour offrir des performances jamais égalées ?

Le rythme ne faiblit pas, certains enchainement donnent droit à des moments de fantaisie pure avec des reprises hip hop (Short Dick Man) ou house. Le concert est spontané, déraisonnable et mené d’une main de maître.

« Dites-le avec des fleurs, comme dirait ma mère ! »
Sur le titre Christine, les danseurs sortent et rentrent avec une remarquable fluidité, ça étourdit, ça pulse un max et c’est d’une redoutable efficacité pour accompagner Christine, à la concentration inégalable.

Suivent Narcissus is Back, Ugly-Pretty, Dessassossego… Il est temps de remercier la fidélité du public qui soutient les « petites idées bizarres… » de la jeune artiste.
Moment suspendu pour Chaleur Humaine, en version body qui débute avec le cri d’une fan : « C’est toi la fleur Christine ». Sexy !
Et puis on se rhabille pour « une chanson triste sur la solitude extrême », Saint Claude, dont on redécouvre – pourtant après une bonne centaine d’écoutes – encore l’incroyable intensité émotive. Pas d’artifice, la grâce est palpable. Un ange passe, mais quel ange !

Le dernier titre avant rappel, Here, voit apparaître des ballons lumineux dans le public. Un petit ballet tout en poésie et improvisé qui attendrit Christine.

 Christine and the Queens façade Olympia complet sold out nuit concert live tournée Chaleur Humaine Saint Claude musique chanteuse photo by United States of Paris blog

« Fais-nous rêver ! »
Un nouvel élan dans le public avant d’entonner Safe And Holy sans doute un peu trop sage pour une fin de show. Le public ne trouvant pas tout de suite le silence. La chanteuse, à qui rien n’échappe lancera un « tu peux parler si tu veux… » entre deux couplets.
Retour sur le plancher lumineux pour magnifier le rythme endiablé de The Loving Cup.
Deuxième rappel pour finir avec un plein d’émotions, plutôt qu’en puissance : Nuit 17 à 52. Christine laisse tomber une de ses oreillettes de retour son pour entendre le public chanter avec elle. Communion totale, la Christine mania est à son comble. Fin de partie.

En sortant, le coeur transi, on se dit que ce sera sûrement un peu dur de partager Christine avec les ricains qui risquent fort de lui mettre le grappin dessus à la sortie de son EP spécial US dans les prochains mois. Profitons d’elle encore un peu…

Image de prévisualisation YouTube


Christine and The Queens en concert près de chez toi
: festivals et tournée des Zénith

prochaines dates à Paris :
We Love Green Festival : le samedi 30 mai
Zénith à Paris, le 25 septembre : complet ! 

Share

10 réflexions au sujet de « Concert : The Light of Christine and The Queens à l’Olympia et au Zénith »

  1. Superbe article. J’étais à l’Olympia et en lisant ces lignes, tout est remonté …les émotions, l’euphorie, l’enthousiasme , l’admiration et le respect pour une très belle artiste généreuse et talentueuse.
    J’écoute sa musique depuis mars 2012 et ne m’en lasse pas.
    Alors Merci Christine and the Queens

    1. Merci beaucoup ! On est très touché par votre message.
      CATQ nous passionne toujours autant depuis l’interview réalisée pour son EP Nuit 17 à 52…
      A très bientôt,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *