TALISCO concert à la Cigale le 9 novembre 2016 – Run Tour des grands espaces

Après avoir cru un moment que Talisco pouvait nous venir tout droit des States, la découverte du court-métrage Run nous a révélé un talent rare de songwriting. Et si Talisco était le son du moment que nous attendions ? Lumineux, rythmé et capable de nous faire voyager dans les grands espaces américains, islandais ou tout autre.
Ce mardi, Jérôme Amandi prend le pouls à La Cigale de son beau succès public, accompagné de ses deux acolytes : Gauthier à la batterie et Thomas à la basse. Cette date parisienne affichait complet depuis quelques jours avant une prochaine au Festival Solidays. 

Début du show à 21h, après une première partie assurée par le groupe Duel. 3 hommes font leur entrée sur scène, en chemise bleu jean. Un amoureux trentenaire a tout juste le temps de lancer à son amoureuse : « t’as vu il n’y a pratiquement que des filles devant la scène ? »

Le premier titre, Sorrow, est parfait pour une entrée progressive dans la fougue et la dynamique du set. On enchaine direct sur My Home, extrait du premier EP du chanteur. La batterie entrainante ne nous lâche pas une minute. L’efficacité des trois musiciens à emporter le public dans cette envolée musicale est assez incroyable et donne un putain de coup de fouet au moral.

Follow me finit d’emporter le public dans un décor, un paysage loin de Paris. Ca sent le farwest, les chevauchées à n’en plus finir. Jérôme fait une pause dans sa course pour dire le bonheur de cette première Cigale, en précisant que « c’est une aventure de plus d’un an ! »

Les trois titres qui suivent offrent des variations autour d’un sujet inépuisable : le sentiment amoureux. Bring me back, hypnotique, In Love, fougueux comme un ado et Lovely, plus doux et propice aux regards tendres lancés à son ou sa partenaire. Les couples dans le public ont la bande-son idéale de les prochaines aventures estivales.

Et puis on perd le fil. On oublie de retenir les chansons qui suivent. On se laisse emporter par le charisme du Jérôme qui ne lâche pas son micro, le sourire de Gauthier qui sourit derrière sa batterie et le charme post-ado de Thomas qui aurait pu faire ses armes au sein de Placebo.

Prochaine chanson, cover de Depeche Mode. On rajeunit de plus de 25 ans. Never let me down again apparait plus rugueux avec la Talisco touch, délesté des synthés de l’origine.
Jérôme fait un clin d’oeil à une personne en coulisses. Un ami, sans doute, dans la fosse lance : « Tu parles bien anglais ! »

Fin de set avec The Keys qui pourrait faire penser à la poprock d’un Nada Surf, avec une reprise en choeur du public. Une instru pour finir en douceur.
Rappel et nouvelle version de Follow me, qui débute unplugged sans batterie. Le texte se fait plus évident et proche, la version moins tapageuse mais tout aussi entrainante. Fin de partie avec Everyone, lumineux. Le public reprend son souffle et tente de trouver un peu de fraîcheur à travers les portes battantes de la salle. Difficile pourtant de partir après une telle claque.

Image de prévisualisation YouTube

TALISCO en concert à la Cigale, le 9 novembre 2016

L’album RUN (RoyMusic) est disponible chez tous les bons disquaires et en téléchargement légal.

Share

Une réflexion au sujet de « TALISCO concert à la Cigale le 9 novembre 2016 – Run Tour des grands espaces »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *