Printemps de Bourges 2017 : Petit Biscuit, Jacques, French 79 #livereport

J5 avec un bain d’électro aussi inspiré, trippant que relaxant. Notre top 3 des révélations électro du Printemps de Bourges 2017 sont : Petit Biscuit, French 79, Jacques et Jabberwocky. Quatre concerts aux styles bien distincts pour des DJsets détonants ! 

 

Jabberwocky groovy

C’est au trio électro poitevin Jabberwocky qu’incombe l’ouverture du W ce samedi.  En arrière scène, des lumières aveuglantes masquent l’entrée du groupe. Quelques notes de leur électro suffisent à faire monter le groove sous le chapiteau.


Mais le trio ne restera pas seul très longtemps. Le chanteur Opé Smith (vu aux côtés de Ben l’Oncle Soul, C2C et Beat Assailant) prend le micro, rapidement accompagné de Tessa B – comme pour leur Olympia de la veille.
Durant tout le show, ils enchaîneront les titres de Jabberwocky, tantôt en solo, tantôt en duo. Jeux de lumières léchées, percus bien appuyées et basses profondes : le groupe embarque avec lui le public qui afflue doucement vers la scène du W.

French 79 : on dit oui !

On ne l’attendait pas particulièrement, French 79. Sa scénographie est très simple. Trois petits écrans blancs derrière lui, des vidéoproj, 3 consoles. Pendant qu’on shoote les 3 premiers titres, une jeune crie : « Il est Français ! » comme s’il y avait eu un doute.


L’électro du Frechy ne joue pas le tour de force, elle se déploie avec charme et séduit tous les publics.
Peu à peu la lumière laisse percevoir la blondeur du DJ qui semble touché par l’accueil et la présence en nombre des festivaliers « malgré l’heure« .


À la sortie, on capte un drôle d’échange dans le public. Un trentenaire lance à un autre qu’il aperçoit dans les gradins : »il n’a pas d’organe ! » Étrange 

Petit Biscuit à la conquête des States


Dans la catégorie, jeune talent. Après Fakear la vieille, au tour du Petit Biscuit pour un DJset en solo. Alors que Fakear misait sur un gros dispositif (musicos, effets visuels…) le Rouennais auteur du génial Sunset Lover joue la discrétion avec guitare et écran fond de scène qui envoie des images d’aurores boréales.


Son set est maîtrisé, malgré une certaine timidité. Son échange avec le public ne pousse pas encore le délire des foules.  Mais il n’est qu’au début de sa longue carrière. Un set éblouissant qui va s’exporter au cours d’une tournée aux Etats-Unis cet été. 


Jacques : décoiffant !

Début de set en pleine lumière. Jacques débute ses bidouillages. Il sort une spatule  pour enregistrer un son. Un festivalier lui balance : « Tu vas faire des crêpes avec ?« 


Faut dire que Jacques ne fait rien comme les autres. Il fait tout en direct alors que la plupart des sets électro balancent des boucles pré-programmées. Ses instruments sonores sont classiques guitare, flûte à coulisse et plus avant-gardistes : raquette de badminton, cloche, ruban adhésif…


La lumière baisse, la tonalité sera rouge pendant une bonne partie du live. « Le concert a débuté… C’est le Printemps ! » nous lance le facétieux compositeur. Jacques est un peu le Orlan de l’électro. Son choix capillaire peut dérouter, mais ça en fait toute sa différence.
Et au final, il bluffe tout simplement ! 

Rendez-vous l’année prochaine pour l’édition 2018 du Printemps de Bourges !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *