Printemps de Bourges : le souffle de Lomepal, Brigitte & Rag’n’Bone Man

UsofParis a le don d’ubiquité. La preuve, notre présence au W pour un plateau international avec Rag’n’Bone Man, Walk of the Earth, Brigitte et à la Halle au Blé pour deux sets rap français portés par la jeune garde talentueuse Ash Kidd et Lomepal.

Lomepal

Ash Kidd, « Viens chez moi, Bourges »

10 minutes avant son live, on apprend que l’ancien Inouïes refuse de se faire shooter par les photographes pros. Ash Kidd aura certainement un meilleur profil sur les écrans de smartphones de son public.
Alors oui, c’est auto-tuné à mort, à l’instar de PNL, ça plait un max aux ados, il porte des polo et t-shirt trop grands, mais on perçoit une âme de lover romantique sous le bad boy. Et puis Coeur de Gangster nous fait penser à Frank Ocean.

Le sac à dos Young & Winner aperçu dans le public donne le ton. Un ado enchaîne les snap, sans rajout d’effets, ni de smiley. Du pur live ciselé en continu, le dos contre une colonne de pierre de la Halle au blé.
Sa copine ou sœur lui monte sur le dos pour faire une vidéo.
Le jeune rappeur saute sur un pied, puis l’autre, déchaîne les jeunes qui connaissent ses titres par cœur, Lolita...
Il fait beaucoup de « Yeah, yeah », fait crier les girls en relevant une unique fois son t-shirt sur des abdos impecs.
« Je partirai quand le soleil se lèvera… ». On continue à aimer après ce live en solo, sur bande enregistrée.

LomepalLomepal

Lomepal : « c’est beau la folie ! »

Chef Antoine envoie un max de flow à la Halle au Blé, dès le 1er titre, Palpal, que je connais par coeur comme tous les ados, pour cause de clip excellent.
Enchaînement direct avec Ray LiottaMais on s’habitue, bientôt ça me fait plus d’effet »). Les filles des premiers rangs connaissent toutes les paroles et crient à donf.
Lomepal appelle que son premier album est disque de platine et que son titre Flip est un hommage au skate : « je suis pas un musicien, je suis un très sombre skateur. Je suis chanteur depuis quelques semaines !  »
La décontraction est à son max, bermuda sans forme, t-shirt blanc et torse poil à la fin.
Lomepal a un vrai talent pour enflammer le public, mais sans le provoquer à longueurs de chansons. Pour l’avoir vu de près, ce mec a vraiment tout d’un grand et ne va pas quitter la scène tout de suite. 

Lomepal

Walk off the Earth, incroyable ! 

C’est le buzz canadien de la soirée ! Mélange de reprises (Ed Sheeran en ouverture, Happy de Pharrell Williams) et de morceaux originaux, le groupe envoie un son très rock US mais avec un décalage et un humour typique made in Canada.
On sent que les membres de Walk off the Earth prennent leur pied sur scène. Dans le public, plutôt jeune devant la scène, c’est la folie.
Drapeaux français et canadien en communion. Le canon à fumée en continu pour les effets spéciaux et totale déconnade pour les reprises comme l’incontournable Champs Élysées de Joe Dassin.
Hey Ya! d’Outkast fait soulever une nouvelle fois la foule.
Dommage qu’un problème technique coupe la chique au groupe. La dernière chanson se termina côté public en chœur et un peu déçu.

Brigitte day

Les girls ont débuté la journée avec la Ministre de la Culture pour le lancement de l’exposition Femmes ! consacrée aux auteures et compositrices. Brigitte, marraines de l’event, ont rappelé que le Chant des Partisans avait été écrit par une femme.
En conf de presse, Sylvie et Aurélie confient : « c’est une énorme galère de faire la setlist. Il faut bien choisir, on ne peut pas faire les 3 albums en entier. Les setlists évoluent selon les festivals, que ce soit de jour ou de nuit. »
Et une question pertinente qu’elles posent au festival : « sera-t-il aussi paritaire l’année prochaine ? »
Sur la scène du W, leur charme fait une nouvelle fois mouche. Ca chaloupe, ça aguiche et joue la sensualité.

Rag’n’Bone Man, une voix de fou

L’Anglais qui porte du 4XL a une voix qui ravage. Tout le corps vibre à son écoute. Malgré ses tatouages, sa carrure qui pourrait démolir un mur de briques, la douceur de son regard touche.
Son brin de timidité que l’on perçoit entre les chansons donne encore plus envie de se rapprocher, de ne pas lâcher notre attention, de s’isoler si notre voisin.e venait à trop parler.
Son orchestre est excellent, donnant le plein souffle aux compositions.
A la sortie du concert, on serait presque tenter de garder le silence un moment, comme après une séance de yoga. Pour apprécier les bienfaits de Rag’n Bone Man pour le coeur et l’âme.

Le Printemps de Bourges c’est pas fini !
Encore 4 jours de concerts.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.