Véronique Sanson

Printemps de Bourges : le coeur bat pour Véronique Sanson, Armanet & Ringer

Affiche 100% féminine pour le premier soir de concerts du Printemps de Bourges 2018.
Des fleurs pour l’anniv de Véronique Sanson, Catherine Ringer joyeuse et virevoltante, Juliette Armanet bête de scène et une révélation nommée Naya.

Véronique Sanson

Naya seule en scène, t-shirt blanc, pantalon argenté, guitare et ordi ouvre la soirée devant exceptionnellement un public assis mais attentif.
Les titres de la jeune artiste nous charment. Il y a une assurance impressionnante, le rythme nous parcourt le corps. On se prend à aimer cette voix qui nous rappelle celle d’une autre artiste : Aurora.
Naya en impose avec sa guitare et aussi sans, à la fois douce et rugissante.
Le dernier titre du set Girl on the moon finit de confirmer son talent.

Juliette Armanet : « Ça danse, ça vie ! »

Si vous n’avez pas vu « le renouveau de la chanson française » en concert, vous ne pouvez pas comprendre.
Nous n’écoutions pas les chansons de Juliette Armanet avant le Printemps de Bourges et les évitons quand elles passaient à la radio.
Mais une fois en concert, on a fait profil bas et on s’est laissé happer.
Oui, on a aimé à la folie son (trop) court set, parce qu’énergique, généreux, drôle, débordant.
Ce brin de trentenaire est un vrai talent, qu’il est aussi plaisant de voir chanter que d’entendre (simplement) parler.
Quelques heures auparavant, lors de sa toute première conf de presse, elle a réussi à charmer une salle entière de médias.

Entrée éclatante avec salut et large sourire puis elle enfourche son piano pour Manque d’amour.
Elle veut que ça bouge et donc invite le public à se lever dès le 2e titre L’Indien.
L’artiste est galvanisée par ses fans, en majorité féminines qui connaissent ses chansons, claquent des mains.
Pour Star Triste, elle lâche son piano et salue malicieusement les photographes, s’autorisant un commentaire un peu graveleux, qu’on lui pardonne aisément.
Et elle swingue dans son costume argenté, fait le show, joue avec le public.

Au W, ce mardi, on pouvait entendre à la sortie, côté spectatrices : « Quand j’ai vu Juliette sur scène, j’ai pensé à toi ». Les good vibes ont perduré toute la soirée.

Catherine Ringer, l’éternelle sauterelle

Un petit pas de danse en direction de chaque musicien à son arrivée sur scène, la gracieuse Catherine Ringer affiche un sourire tendre et malicieux.
Il est question de (re)naissance avec le titre Senior qui évoque un œuf et un poussin. On poursuit avec Como Va pour mieux apprivoiser le public. L’interprétation de la grande Ringer est très gestuelle, captivante.
La chanteuse ne boude pas le plaisir du public en lui offrant quelques beaux succès comme Le Petit Train, en version électrique et choré d’époque, Alors c’est quoi sur lequel elle sera rejointe par son batteur pour une battle de danse.
Marcia Biala à la guitare sèche fait chavirer et nous replonge dans les années 80. La voix est éclatante, le grain de folie intacte, la présence sur scène chavirante. Qu’il est bon de la retrouver.

Au rappel, la Ringer reprend le titre Pars, en hommage discret et sincère à Jacques Higelin. Une majorité du public connaît les paroles.
Fin de set en apothéose avec Andy.

Véronique Sanson, un nouvel âge

Pour fêter ses 69 printemps, Véronique Sanson s’offre une salle en pleine attente, attentionnée qui entonne à plusieurs reprises un « Joyeux Anniversaire ».

Les premiers titres donnent du rythme à défaut d’être des purs tubes : Dignes Dingues Donc, Radio Vipère.

L’artiste prend le temps de l’échange et lance un touchant : « Vous m’avez manqué ». Elle confie aussi sa passion pour les queues de pie, surtout quand elle s’assoie à son piano.
Une dédicace à Simone Veil « qui avait une belle âme » et un titre fort : Je me sens tellement manquée.
On avait oublié la force d’interprétation de Véronique Sanson, totalement habitée par ses textes. Capable en quelques minutes de passer d’un joyeux sourire et un visage quasi au bord des larmes.

Séquence de chansons guillerettes, rigolotes qui se termine par une arrivée clin d’œil de Catherine pour l’anniv de sa complice.

Véronique Sanson

Les grands tubes n’ont rien perdu de leur emprise : Vancouver, Rien que de l’eau, Bernard’s song.
Fin de soirée, seule au piano pour deux beaux derniers titres : Toute seule, Bahia.
Tout au long du concert, on pouvait entendre des merci côté public, touché de ce retour en grâce.

Véronique Sanson

Le Printemps de Bourges 2018 se poursuit jusqu’au dimanche 29 avril.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *