Leçon de cinéma de Robin Campillo @ Festival cinéma Télérama

Le Festival cinéma Télérama a clos son édition 2018, ce lundi soir, au cinéma Luminor à Paris. Parmi les films présentés en salles, les cinéphiles ont désigné leur Prix des festivaliers : 120 battements par minute de Robin Campillo.
Le réalisateur était l’invité de cette ultime soirée pour une rencontre avec le public, en forme de masterclass et la projection surprise de son film fétiche : Providence d’Alain Resnais.

Après les César 2018 et 6 trophées pour son film, Robin Campillo semble apaisé de pouvoir refermer ce cycle de plus de 30 ans d’images.
« Maintenant, je mets un verrou sur ce film. Je vais passer à autre chose. »

Robin Campillo
Un ton particulier qui sera celui de cette heure en forme de leçon de cinéma autour de ses trois réalisations : Les Revenants (2004), Eastern Boys (2013) et 120 Battements par minute (2017). On a senti de la franchise et surtout beaucoup de chaleur et de passion lors de cet échange.
Rappelons que Robin Campillo est aussi monteur et scénariste pour d’autres artistes.

Le cinéma dans le sang

Les années SIDA, fin des années 80, sont le marqueur du cinéma de Robin Campillo.
L’épidémie « m’a paralysé pour tout : l’amour, le sexe, le cinéma, la création. » Les notions de mort, du deuil et du retour à la vie sont la base de son travail personnel.
D’ailleurs, il estime que le SIDA ait changé l’écriture des films, la façon de raconter des histoires. « Dans les films de la Nouvelle Vague, il n’y a pas de maladie. Le seul film qui évoque le sujet [le cancer] durant 2 heures c’est Cléo de 5 à 7« .

« L’idée du film Les Revenants m’est venue avec l’arrivée des trithérapies. On a dit aux gens : « Maintenant que vous allez mieux, il faut retourner au travail. » Mais, ils n’allaient pas forcément mieux. » Avec un sous-texte : comment intégrer des gens qui reviennent à la vie ? Qui ont des droits à un travail, par exemple, mais que la société ne veut pas vraiment accepter.

Et pour ceux qui se posent la question : oui la série de Canal + Les Revenants est bien adaptée de son film. « Je n’ai pas souhaité travailler sur le scénario de la série. Je ne voulais pas passer pour un gardien du temple. J’avais déjà tourné la page de ce film. »

On a pu voir que Robin était radical, une fois la vie d’un film terminée, il n’aime pas y retourner. Il faut avancer.

« Ça m’emmerde le 35 mm ! »

« Je m’engueule parfois avec des amis réalisateurs sur le retour à des tournages en 35 mm,  en pellicule « . Le numérique libère de certaines contraintes. « Le problème de la pellicule, c’est que ça coûte cher. Alors vous avez toujours un compteur dans la tête quand vous tournez. »

« Le numérique ça permet aussi de laisser respirer les acteurs, de faire des prises longues. Quand vous faites une prise de 15 min, au bout d’un moment, les techniciens font partie de la prise, les acteurs peuvent les oublier. »
« Quand un acteur se plante, ça permet de reprendre une scène sans couper, de replacer les acteurs dans la continuité du jeu, de leur donner un conseil en plus pour jouer. »

Le tournage en numérique est ce qui donne le souffle de la mise en scène dans Eastern Boys.

Image de prévisualisation YouTube

Les séquences dans l’appartement ont été tournées dans l’appartement du réalisateur « C‘était plus simple pour les repérages et le budget » dit-il en apostrophant sa productrice.
Toute cette partie du film dure 25 minutes à l’écran. Un vrai ballet qu’il a fallu coordonner. Et en pellicule, impossible d’y arriver.

« Avec mon assistante, on avait fait un plan de l’appartement et dessus on y a placé des Playmobil. Durant deux jours de préparation, on a simulé pleins de mouvements de caméra. Mais une fois sur le tournage, on s’est rendu compte que ça n’avait servi à rien. »
Au cours des deux jours de tournage (très court pour 25 minutes de film), Robin Campillo se posait toujours la question de la justesse de ses choix. Alors « le soir, je demandais à plein de gens de regarder les rushs du jour pour savoir si c’était bien, car je n’arrivais pas à savoir ».

120 BPM : la synthèse d’un univers créatif

Robin Campillo est un réalisateur-monteur qui pense donc montage tout en écrivant.
« J’avais prévu les transitions entre les scènes lors de l’écriture mais je n’avais pas prévu que la stroboscopie prendrait autant de place. »
Normal, il s’inspire du tournage pour façonner le film, notamment lors des scènes en boite de nuit.
« Il y a un côté angoissant, un peu morbide, à voirles gens qui dansent apparaître et disparaître grâce à la lumière. » Alors, il en a joué pour accentuer le rythme du film.

Image de prévisualisation YouTube

La symbolique de ces scènes importantes : « Je voulais y montrer le plaisir ambigüe d’être ensemble mais finalement les personnages se retrouvent seuls face à eux-mêmes. »
La façon de les réaliser l’est tout autant.

« Toutes les scènes de boite ont été tournées en même temps dans le même espace.  Il y avait deux cameras, décalées, sur un travelling circulaire. On changeait juste les costumes suivant les scènes.
On a tourné ces scènes en musique et il y a toujours un peu de son d’ambiance dans le montage.
C’est plus juste et plus vrai ! « 

120 battements par minute

On comprend alors mieux comment le sentiment de vie et d’urgence transparait au travers de ce film. Elles sont l’exutoire de ces jeunes gens qui luttent, pour eux et pour leurs amis.

La page de 120 Battements par minute est désormais belle et bien tournée pour son réalisateur.
Il aurait un scénario de science-fiction sous le coude… Mais rien de définitif.

 

Le Festival cinéma Télérama s’est déroulé en partenariat avec BNP Paribas.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *