Session of tenderness : festival d’art érotique post-soviétique à Paris

Du 15 mars au 1er avril prochains, le collectif Q Rators en partenariat avec la Queer Week, la galerie Treize et le Point Éphémère, propose un événement entièrement consacré à l’érotisme et aux multiples visions de la sexualité.
Le festival Session of tenderness nous invite à réfléchir sur les normes des rapports intimes, la vision de notre corps et de la beauté dictées par la société.
Pas moins de 17 artistes aux disciplines différentes vont permettre de créer un dialogue artistique entre l’Europe et les pays de l’ex-URSS en s’interrogeant sur le monde actuel.

À cette occasion, nous avons pu interviewer le groupe artistique russe Bobo qui proposera une performance pour le moins inédite : se faire tatouer par de parfaits inconnus ! Le public devra répondre à une question en apparence simple et banale : « Qu’est-ce que l’amour ? » et la réponse restera gravée à tout jamais sur le corps de l’artiste. Votre vision de l’amour conservera ainsi une trace singulière. 😉

Interview

Session of tenderness
Selfie exclusif pour UsofPairs

USOfParis : Confier son corps à de parfaits inconnus est osé. Surtout en conservant une trace à vie. Vous n’avez pas peur ?

Cyanide Zloy : Un peu.
Natalia Petukhova : Il veut juste avoir des tatouages gratuits ! 🙂

La performance que vous proposez est assez radicale. Quel a été l’élément déclencheur du projet ?

Cyanide : En réalité, c’est la suite d’une performance réalisée en 2013 intitulée : « la définition de la liberté », dont le principe consistait à confronter les symboles de la liberté et de l’amour pour avoir une belle photographie.  En fait, ce n’est pas si radical que ça pour l’artiste que je suis, ou pour l’art contemporain en général.

Natalia : Nous aimons l’art et nous voulons vraiment qu’il nous suive à chaque instant… J’ai un gigantesque tatouage tout le long du  corps et ce n’était pas une performance, mais un désir personnel. Les Russes n’ont pas réussi à recouvrir la totalité de ma peau, mes espoirs se tournent alors maintenant vers Paris !

En utilisant votre corps afin de laisser le public s’exprimer, vous pensez qu’il se révélera plus facilement ?

Cyanide : Aucune idée mais je l’espère. Nous verrons ça ensemble pendant la performance !

Natalia : Comme ce sera dans un bar (le Point Éphémère), je pense que le public sera plus détendu et donc plus ouvert. Comme le disait Jacques Lacan, l’être humain a besoin de l’autre pour se comprendre. Ici, l’encre sera cet « autre » pour vous.

Session of tenderness

Quel message souhaitez-vous délivrer par le biais de cette performance ?

Cyanide : Bien entendu, il y a un message codé dans la forme mais je veux laisser le travail de décodage au public ! D’autre part, comme la plupart des œuvres d’art contemporain, cette performance remet en question le sens même de l’art : « Qu’est-ce que l’art ? »
Dans le cas d’un tatouage, c’est un message à long terme, mais il n’est pas éternel car il ne dure que le temps d’une vie humaine. Cette citation résume bien le problème :« Ars longa, vita brevis« .

Natalia : Pour moi, le message serait « tout est connecté ». Toutes les personnes rencontrées au cours de nos vies laissent une trace en nous. D’anciens tatoueurs soviétiques pensent que le fait de tatouer quelqu’un est quelque chose de sacré, reliant l’artiste et son modèle pour toujours. Et comment peut-on commencer à aimer un garçon russe sinon en le blessant un peu ? 😉

Quel est votre rapport au corps ?

Cyanide : Nous avons nos hauts et nos bas vous savez.

Natalia  : Le concept du festival Session of Tenderness semble être la description plutôt exacte de nos relations avec le corps : le sexe, l’érotisme et l’amour.

Et vous, quelle est votre vision de l’amour ?

Cyanide : Dans la Russie actuelle, lorsque je pense à l’amour, c’est le ministère de l’amour de 1984 de George Orwell qui me vient à l’esprit.

Natalia : L’amour, c’est un peu comme un tatouage. C’est douloureux, c’est un peu dangereux, mais tu en veux quand même 🙂

Comment imaginez-vous l’amour dans le futur ?

Cyanide : Tout dépendra de ce à quoi je vais ressembler après la performance !

Natalia  : Par Wi-Fi. Peut-être que les gens se réuniront dans des bars et se tatoueront avec des nanopuces d’amour.

Quel conseil donneriez-vous aux nouvelles générations à venir ?

Natalia  : Plus il y a de tatouages, mieux c’est !

Une philosophie de vie ?

Cyanide : Il ne sert à rien de me tuer avant mes 70 ans !
Natalia : L’amour partira, le tatouage restera pour toujours !

Session of tenderness

Session of tenderness
festival d’art post-soviétique
par Q Rators

 

exposition à la Galerie Treize
24, rue Moret
75011 PARIS
Du 15 mars au 1er avril
avec échanges entre les artistes Ukrainiens, Russes et Biélorusses : Kseniya Platanova, Seleznev Nikita, Zhanna Gladko, Sergey Shabohin, Alyona Petit et les artistes partenaires de la Queer Week : Sébastien Hamidèche, Céline Drouin Laroche, le collectif Black(s) to the future et Mathilde Fenoll

Les 21 et 22 mars de 20h30 à 23h
Soirées de performances avec Alina Kopytsa, Mikhail Badasyan, Alyona Petit, SVITER art-group, Bobo, Tekhnopoeziya
au Point Éphémère
200 Quai de Valmy
75010 Paris 10

Les 21 et 22 mars dans les laveries du 19ème arrondissement : Concerts de Tekhnopoeziya

Le 23 mars toute la journée : Installation interactive d’Alexandre Budaey, marché Place des fêtes (Paris 19).

Programme complet sur l’Event FB du festival

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *