SOL en interview : on a parlé voix, écriture et 1er album

SOL (Samy Defosse), talent de The Voice 2016, parcourt les routes de France tout en offrant des reprises (sur)prenantes de Sting, Rag’nBone Man ou Bill Withers sur sa page Facebook.
En attendant son premier album au casting prestigieux (Boris Bergman, parolier de Bashung en tête), l’EP Mon Frère confirme le talent de ce jeune homme indocile et charmant.

INTERVIEW-SELFIE DE SOL

Sol

UsofParis : Comment on sort de l’aventure The Voice ?

Sol : On sort très fatigué, surtout physiquement. C’est beaucoup de rythme, c’est du 7j/7. On est très sollicité et on chante beaucoup. Mais mentalement, du fait que ce n’est pas une télé-réalité qui pénètre ton quotidien, c’est assez tranquille.
Émotionnellement c’est chargé. Pour faire descendre la pression, je suis rentré chez moi.
J’ai gardé la même vie après : mêmes amis, même appart.

Les meilleures leçons à retenir pour ta jeune carrière ?

L’importance de l’image que l’on renvoie. La résistance en tant que chanteur. Comment arriver, semaine après semaine, à performer, à aller plus loin.
Donner l’impression « step-up » à chaque, devenir meilleur.
Et imagination : pour se renouveler. Trouver des façons de chanter différentes, procurer des émotions autres.

Être un sujet d’observation via les réseaux sociaux, c’est troublant ?

Au début, on passe son temps à tout regarder. Je regardais les commentaires Youtube. Et au final, on apprend à se détacher, car Internet est une zone de récré pour tout le monde et pour des trolls que l’on a du mal à cerner. J’ai fait rapidement le tri.
Et j’ai eu beaucoup de choses positives pendant The Voice.
Je jouis d’une côte de sympathie, je le vois dans la rue.

Une voix, ça s’entretient aussi quand on est jeune chanteur ?

Ce sont des muscles, des tissus. C’est de l’organique. On s’entraine comme un sportif. On se préserve aussi. Y’a du coaching. On prend de la propolis, de l’homéopathie.

Ils ne sont peu nombreux les finalistes de The Voice à signer un EP, un album. As-tu eu une bonne étoile ?

Une bonne étoile. Et un bon directeur artistique. Universal m’a contacté dans l’été qui a suivi l’émission, pour me proposer un contrat d’artiste. C’est une grosse boite mais un label à taille humaine.
Il faut être à la hauteur. C’est un challenge.
C’est bonne enfant mais on travaille beaucoup.

Quand as-tu écrit la chanson Mon Frère ?

Sandro Abaldonato m’a proposé un sample de guitare des 70’s, des Commodores (groupe de Lionel Richie). En rentrant chez moi, dans le TGV Paris-Dijon, j’ai écrit le texte. Sur un bout de table. Après je l’ai finalisé chez moi.

Comment se passe la conception de ton premier album ?

J’aime bien bosser en équipe, en atelier, comme les pôles d’auteurs US qui bossent sur les séries. C’est l’émulation qui motive. On pouvait être 7/8 autour de la table avec l’équipe des Mutin & Nazim qui sont des hit makers français. Ils écrivent pour beaucoup de monde.
Mais j’aime aussi être seul ou m’isoler dans la musique quand il y a du monde autour pour être sûr de ce que je dis, ce que j’écris.
En fait, on a tout essayé avec cet album et c’est génial.

Quel sera le style ?

Je suis très fier de cet album : il est populaire et chic ! Le mélange est assumé.
Je suis très content. Les thématiques sont pour tous, les mélodies faciles à fredonner. Sans léser les moyens : arrangements, les timbres, les couleurs musicales, de vraies cordes, des guitares enregistrées à l’ancienne.

Comment s’est faite la rencontre avec Boris Bergman ?

Sol : C’est grâce à Benjamin qui est mon DA. Il m’a posé la question : « t’aimerais bosser avec qui dans un monde idéal ? » Je lui réponds : « Sais pas, Bergman, Faulque… des mecs comme ça ! »
Il me dit répond : « ok, on se rencontre la semaine pro« .
Bergman revenait d’Oxford – il est prof d’écriture – style rockeur à l’ancienne : « suis crevé, jet lag… » Ça déconne pas !
Il me raconte sa vie, incroyable : ‘j’ai travaillé pour Placebo, Prodigy et puis Christophe il a pris 2 chansons… »

Bergman t’avait vu à la télé ?

Oui, il avait vu ma presta dans The Voice, il était flatté que je connaisse si bien son boulot, sa vie.
On avait une instru sur laquelle j’avais posé un yaourt en anglais et je l’ai proposée à Boris.
Il était à Londres, il l’a écrit en 3 jours. Le texte était génial. Le Grand Écart parle des relations homme/femme et de la difficulté d’être fidèle dans ce monde et des remords que l’on peut avoir.
Il a le son au cœur de sa démarche d’écriture.

Qu’es-tu prêt à faire pour qu’il rencontre le plus grand nombre d’oreilles ?

Je suis prêt à le défendre, à m’investir totalement. On est sans arrêt sur scène. Il y a du contenu numérique qui sort Et le laisser vivre aussi, car l’album a sa vie propre.

Arrives-tu à t’étonner encore ?

Tous les jours ! Suis étonné de tout. Je suis étonné là.

As-tu trouvé un moyen d’évasion ? De partir ailleurs ?

Je suis un éclectique, je suis intéressé par tout : les jeux vidéo, le cinéma, la zic c’est sûr. Je reprends le sport. Je geek.

La plus belle chanson d’amour ?

Les vieux amants de Brel.

Une chanson qui te fait pleurer ?

Les vieux chanteurs de soul américains comme Anne Peebles. Les vieilles divas : Ella Fitzgerald.
Round midnight de Thelonious Monk me fout à l’envers.
Radiohead aussi. Les Anglais qui font de la belle folk.
Je suis un peu un tire l’arme au cinéma et en musique mais moins dans la vie.

Dernière claque musicale ?

C’est tous les jours quand on écoute ce que font les autres. Mais la toute dernière : Kendrick Lamar.
Hoshi en France.

Un mantra ?

Sol : « Je suis le maître de mon destin. Je suis le capitaine de mon âme » de William Ernest Henley
Et Nelson Mandela : « Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends. »

Interview by Alexandre

Sol

SOL
EP Mon Frère

Page FB officielle : SolMusicOfficiel

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *