Archives par mot-clé : Cinéma

Deux Fils : Félix Moati & Mathieu Capella impressionnent

Félix Moati est un acteur comblé qui a déjà de très beaux rôles à 28 ans (A trois on y va, Gaspard va au mariage) et une participation au dernier film de Wes Anderson.
Deux Fils est son premier film rendu possible par la participation de son ami et double de cinéma : Vincent Lacoste.
Le jeune réalisateur surprend par sa maîtrise et par ce récit porté par un élégant casting.

Deux Fils

Paumés de père en frères

Alors sont-ils réellement tous paumés ces hommes ? Deux Fils c’est d’abord un père, Joseph, qui perd son frère et qui change de braquet professionnel. Il vit avec Joachim et Ivan, ses fils.
Chacun tente tant bien que mal de comprendre l’autre, les deux autres, dans cette famille sans figure maternelle.
Ivan, le plus jeune, semble être celui qui est le plus sensé. Mais il se met à boire et son idéal amoureux semble inaccessible.
Son frère, Joachim, est l’ombre de lui-même, masquant ses échecs universitaires et sentimentaux.

L’équilibre est précaire. Toutefois, l’attention que chacun porte aux deux autres est touchante. Entre ces trois hommes, ça vibre malgré les difficultés. Ça palpite même.
Il y a de l’humour mais jamais au dépend des personnages.

Deux Fils
Rencontre projo privée Ciné +

Une légende, une révélation

Félix Moati voulait « un acteur dont la légende déborde » pour jouer le rôle du père. Benoit Poelvoorde avec qui il a pataugé dans Le Grand Bain de Gilles Lelouche était parfait : « Benoît protège de son aura comique. »
Lors de la projo privée Ciné +, le jeune réalisateur nous décrit le comédien bien éloigné de sa réputation : « Benoît n’est pas ingérable. Il aime jouer, vraiment. Il aime être dirigé. C’est quelqu’un de très élégant, qui aime se mettre en retrait. »

Deux Fils

La révélation du film Mathieu Capella, 14 ans au compteur, qui incarne Ivan a un regard impressionnant !
Félix Moati a choisi Mathieu parmi 450 jeunes castés. « Mathieu était ouvert aux autres. Comme Vincent Lacoste, il est très juste. Il dit les mots avec une sorte de distance. »
Et le plus amusant, le jeune interprète ne se destine pas à devenir acteur alors qu’il a déjà un agent. Il veut être chef opérateur.

Deux Fils est un premier film gracieux, unique, avec des figures d’hommes attachantes.

Deux fils

Deux Fils

un film de Félix Moati
scénario : Félix Moati avec la collaboration de Florence Seyvos
Avec Vincent Lacoste, Benoît Poelvoorde, Mathieu Capella, Anaïs DemoustierNoémie Lvovsky, India Hair et Patrick d’Assumçao.

Sortie le 13 février 2019

Image de prévisualisation YouTube
Share

Une intime conviction : un polar judiciaire palpitant

Ce lundi, première projection publique d’Une intime conviction, film d’Antoine Raimbault sur l’affaire Viguier.
Quelques minutes avant que la salle tombe dans le noir, la voix de stentor d’Eric Dupond-Moretti, campé par Olivier Gourmet, retentit lorsqu’il prend place, non loin de son double cinématographique. Des frissons ! 

Une intime conviction est l’histoire de Nora qui prend à bras le corps le soutien à Jacques Viguier. Acquitté en première instance lors d’un procès d’assises pour le meurtre de sa femme, il doit comparaitre à nouveau, suite l’appel du parquet. Nora, sûre de son innocence, fait appelle à l’avocat Eric Dupond-Moretti pour assurer sa défense. Elle sera embarquée dans les tumultes de ce deuxième opus juridique.

Une intime conviction

Des acteurs magistraux pour un film passionnant

Oui, ce film nous emporte, nous transporte dans cette histoire folle.
Tout est filmé avec brio. Tout est découpé au cordeau. Les scènes de procès sont happantes. Impossible de résister à la passion qu’à déclencher ce procès et à l’enjeu pour l’accusé.

D’ailleurs cet accusé, Jacques viguier, mutique car bipolaire  est interprété avec retenu par Laurent Lucas, parfaitement impassible. Nora, l’enquêtrice besogneuse et amateure, Marina Foïs lumineuse et convaincante, glisse petit à petit dans l’exagération de ses convictions. Et le brillant Olivier Gourmet qui, dans le rôle de l’avocat Éric Dupond-Moretti, en impose tout du long. Sa stature et sa voix donnent des frissons au cours de la plaidoirie finale.  A l’instar certainement du vrai avocat dans un prétoire.

Une intime conviction

« C’est une affaire singulière, un procès pour meurtre sans cadavre et sans preuve. C’est un peu un fiasco judiciaire ! » Antoine Raimbault, réalisateur et scénariste.

« Tout ce qui est de l’affaire est vraie ! »

C’est le réalisateur qui l’affirme. Et pour être franc, on ne le savait pas être si proche des protagonistes dans cette affaire.

Une intime conviction
« J’ai assisté au premier procès {en 2008}. Et j’ai rencontré Jacques Viguier et sa famille. Un lien s’est créé avec eux. »
A l’annonce du second procès en assises, c’est lui qui contacte Éric Dupond-Moretti. Ce qui donnera une première facette au personnage de Nora. « Mais mon point commun avec Nora s’arrête là » conclut-il.
« C’était aussi mon premier procès d’assises. Rapidement, je tombe du banc en me rendant compte que je ne connais pas la procédure française. On connaît mieux la procédure accusatoire aux États-Unis, par les films, les séries. Peu de films parlent de la justice française. »

Maître Dupond-Moretti

Olivier Gourmet est fabuleux dans le rôle de l’avocat aux 146 acquittements.
Mais il a dû louvoyer entre réalité et fiction. Même si le réalisateur a « créé un Dupond-Moretti de cinéma« , libre de contrôle du maître du barreau.

« J’ai eu la chance de pouvoir le suivre durant deux jours et demi.
On dînait le soir ensemble, je lui demandais son ressenti, ses impressions. Mais à cause de nos emplois du temps, je ne l’ai jamais vu plaider. »
« On a une ossature un peu commune. Et la robe aide à imposer le personnage. J’ai fait une espèce de copier-coller, une sorte de halo, d’aura de Dupond-Moretti. » confie l’acteur.

Une intime conviction

Mais malgré tout, l’acteur a su toucher à la quintessence orale de l’avocat dans la joute oratoire finale. Une gageure.
« Je me suis appuyé sur son bon sens qui parle au gens. Il ne tourne pas en rond durant 3 h. Il va droit au but. »

Une intime conviction

Une prestation saluée par ténor du barreau lui-même présent dans la salle : « J’admire la prestation d’Olivier Gourmet. Je reconnais mes mots mais il en a fait quelque chose à lui. »

Éric Dupond-Moretti lancera aussi « Depuis 12 hommes en colère, je n’ai jamais vu de film aussi bon. C’est vraiment l’apologie du doute ! »

On reste ébahi par Olivier Gourmet et on soutient une Marina Foïs fébrile et passionnée.
Un film à ne manquer sous aucun prétexte.

Image de prévisualisation YouTube

Une intime conviction

Une intime conviction

un film d’Antoine Raimboult
Avec Marina Foïs, Olivier Gourmet, Laurent Lucas, Jean Benguigui.

en salle le 6 février 2019

Pour en savoir plus sur l’Affaire Viguier :
Écoutez le podcast de Christophe Hondelatte sur le site d’Europe 1
Revoyez le Spécial Investigation : Affaire Viguier, dans l’intimité du procès

Share

DAU à Paris : expérience immersive très intriguante

DAU garde encore un peu de son mystère.
La presse a eu droit à une matinée de « dévoilement ».
Une déambulation dans des décors. Les loges du Théâtre du Châtelet transformées en pièces d’un appartement soviétique. Une salle inconnue du public peinte par des artistes russes. Le Théâtre de la ville dépouillé de tout confort.
T
out est mystère. Tout est source de fascination aussi comme ce projet qui serait plus que du théâtre immersif, plus qu’une simple projection de film, plus qu’une folie visuelle. Un projet de 12 ans.

DAU

DAU : fiction / réalité

A l’origine de DAU, un cinéaste russe Ilya Khrzhanovsky fasciné par le scientifique Prix Nobel, Lev Landau.
Il se lance dans un biopic qui va devenir en fait un vrai institut scientifique en Ukraine avec l’intention de faire de la « vraie science. »
Une centaine de personnes seront invitées à participer à ce projet : scientifiques, rabbins, chamans, artistes… En 3 ans, ils ont vécu 30 ans de la vie soviétique.
Le résultat : 13 longs-métrages réalisés à partir des 7 000 heures de pellicule tournées.

DAUDAU

Décors originaux

Deux théâtres parisiens en chantier s’ouvrent pour quelques semaines alors que les ouvriers s’affairent encore.
Les gradins du Théâtre de la ville ont perdu leurs sièges et révèlent leur béton. Une petite porte de service pour entrer dans le Théâtre du Châtelet et s’engager dans les coulisses et les loges.
Enfin, la reconstitution d’un appartement d’un scientifique russe au Centre Pompidou.

DAUDAU

La bande-son, une création en continu

De la musique en live menée par un orchestre, des enregistrements en continu, de la data sonore.
Plusieurs concepts vont être menés pendant cette expérience : la propagation d’une même bande-son au Châtelet et au Théâtre de la Ville, une boucle de sons conçue en live.
Il y aura des artistes invités : Brian Eno, Robert del Naja, membre du groupe Massive Attack…

DAU
Brian Eno

Brian Eno présent à Paris : « c’est le projet le plus ambitieux auquel je participe ! »
Le musicien brave les conditions difficiles : l’acoustique du Théâtre de la ville qui l’horrifie et le froid qui le glace.
Il est en pleine composition. Les visiteurs seront témoins de cette création en cours.

« DAU est un système en constante mutation. Ce n’est pas du cinéma, ce n’est pas du théâtre, ni de l’art contemporain… »
Martine d’Anglejan-Chatillon, productrice exécutive du projet.

Bonus : un triangle rouge russe viendra illuminer le ciel de Paris chaque soir.

Pour participer à l’aventure, demandez votre visa sur dau.com

DAU

DAU
première mondiale

jusqu’au 17 février 2019
au Théâtre du Châtelet, au Théâtre de la ville et au Centre Pompidou

Share

My beautiful boy : portrait d’un père déchiré

My beautiful boy est l’histoire forte et vraie d’une relation père/fils qui se délite à cause de l’addiction aux drogues.
Steve Carell est ce père déchiré par la descente aux enfers de l’être le plus cher qu’il a vu naître. Timothée Chalamet incarne un fils en fin d’adolescence malmené par sa part la plus noire.
My beautiful boy montre combien un enfant peut apporter de la joie à ses parents mais aussi être la source d’une infatigable angoisse vissée à jamais au corps de ceux-ci.

My beautiful boy commence par une série de flash-back montrant l’union d’un père et de son fils à différents âges. Ils font écho à la réalité plus dure, celle d’un ado brillant et aussi torturé qui a débuté une relation continue avec la drogue.

My beautiful boy

Un duo d’acteurs bouleversant

Steve Carell est étonnant. Loin de ses rôles potaches, le comédien américain prouve qu’il est capable de tout.
Il incarne un père fou d’amour pour son fils, doux, patient et aussi totalement perdu face à ce drame qui se joue devant lui.
Steve Carell est cet homme blessé, déchiré, fragilisé et malgré tout combatif.

My beautiful boy

Timothée Chalamet, en peu de films, montre une palette de jeu assez incroyable. Il est à la fois ce fils léger, créatif, torturé et malade de son addiction.

Avec My beautiful boy, le réalisateur Felix Van Groeningen n’épargne pas les spectateurs. Ça rend le film encore plus juste et essentiel.

Bonus : joie de retrouver Maura Tierney , comédienne de la série The Affair.

My beautiful boy

My beautiful boy

de Felix Van Groeningen
avec Steve Carell, Timothée Chalamet, Maura Tierney, Amy Ryan

au cinéma le 6 février

Share

Star Wars les fans contre-attaquent : une expo folle !

Quelques années après Star Wars Identities, une expo d’un nouveau genre est dévoilée à Paris : Star Wars les fans contre-attaquent.
Sur les 3 niveaux du nouveau Centre expo Lafayette-Drouot, Daniel Prada, un fan de la saga, nous dévoile son incroyable collection personnelle.
Sculptures rares, cosplay fait maison, pièces originales provenant des tournages : les visiteurs pourront vite avoir la tête qui tourne…

Depuis son plus jeune âge, Daniel Prada est un dingue du conte intergalactique de George Lucas. Sa collection débute par les cadeaux offerts par ses parents : diverses figurines, des jeux vidéos, des vaisseaux, des jouets pour enfants et des objets insolites.
Mais c’est à 23 ans que ce tatoueur espagnol entreprend l’acquisition de pièces plus volumineuses. Dans cette exposition, elles sont présentées par épisode, du 1 au 7.

Star Wars

Les statues en majesté

Des 600 pièces qui composent cette exposition, beaucoup sont des statues et des figurines en édition limitée peintes à la main (les moules sont détruits à la fin de la fabrication de la série).
On est stupéfait par leur précision et leur finesse. Il faut dire que les créateurs de ces statuettes ne tolèrent aucun défaut.
Impossible de pointer nos préférées tellement les mouvements, les postures sont magnifiquement réalisées. Mais nous savons que le cœur de Daniel le collectionneur bat pour le buste du Général Grievous.

Star Wars

On adore le dynamisme de celle de Jango Fett. Et le socle sur lequel il se tient est sublime, tout comme celui du combat entre Anakin et Obi-wan.

Star Wars Star Wars

Parfois, une statue permet d’avoir un personnage en taille réelle  : ici Maitre Yoda et ses 66 cm de haut.

Star Wars

Petit focus aussi sur ce très beau Grand Moff Tarkin  et son droïde interrogateur. C’est l’une des statues les plus recherchées par les collectionneurs !

Star Wars

Pour la plupart, ces pièces sont « sold out »  bien avant leur fabrication. Des vrais objets d’art et de collection !

Il y a aussi des statuettes en format plus réduit dont les finitions sont parfois moins fines mais intelligemment mise en scène.

Star Wars Star Wars

On regrettera toutefois qu’aucune info sur le fabricant, la date de réalisation et, pour le reste de l’exposition les mentions créations originales, ne soient inscrites dans les descriptions.  Ce n’est semble-t-il pas ce qui est recherché par la majorité des visiteurs.

Costumes, constructions et véhicules

La plupart des costumes a été conçue par Daniel et ses amis.
Le dernier né étant l’empereur sur son trône.

Star Wars

Et Daniel est très fier de ceux-ci car ils sont tous homologués par Lucas Studio. Et parfois, cela se joue à un détail.

Star Wars
Comme pour ce Sandtrooper dont un élément du sac à dos est un siphon commercialisé exclusivement par une plomberie anglaise. Le même modèle que celui du costume original de 1977 et toujours fabriquer uniquement pour les cosplay !

Il y a bien sûr d’autres costumes de trooper à admirer et bien évidemment Chewbacca, Dark Vador…

Star Wars

Ne manquez pas aussi le Rancor, en taille réelle (près de 4 mètres) tapi dans un recoin. Lui aussi est façonné par Daniel et ses amis.

Ce n’est pas le cas du Jawa exposé un peu plus loin. Lui vient tout droit des plateaux de tournage de la saga. Une des rares pièces d’époque.

Star Wars

Côtés vaisseaux, impossible de manquer le module de course d’Anakin qui ouvre l’espace Episode 1. Cet objet de fan a reçu son dernier coup de peinture peu de temps avant l’ouverture au public.

Star Wars

Plusieurs fois vous tomberez sur des vitrines jouant sur les échelles des véhicules. Une mise en scène astucieuse. Et une info de poids concernant celle des motojets d’Endor, la plus grande coûterait le prix d’un appartement…

Star Wars Star Wars

Cette exposition en met de toute façon plein les yeux, à tout le monde, du fan absolu au néophyte.

Star Wars  : Les fans contre-attaquent

Jusqu’au 31 mars 2019
Du mardi au vendredi : de 12h30 à 18h
Samedi et dimanche : de 10h30 à 19h

16 euros (adulte) et 11,50 euros (enfant)
Le week-end : 18 euros et 13,50 euros
Tarif réduit pour les cosplayers

Centre expo Lafayette-Drouot
44 rue du Faubourg Montmartre
75009 Paris

Plus d’info sur www.lesfanscontreattaquent.com

Share

GLASS, inattendu dénouement de la trilogie M. Night Shyamalan

Depuis la fin du film Split, on attendait qu’une chose : la rencontre entre David Dunn (Bruce Willis) et La Bête (James McAvoy). C’est ce que nous offre M. Night Shyamalan avec le début du film Glass.
Un affrontement qui prend fin un peu trop rapidement puisque la police intervient, capture les deux rivaux et les enferme dans un asile psychiatrique. C’est d’ailleurs dans ce même asile qu’est enfermé Elijah Price (Samuel L. Jackson).

C’est ici que l’action principale du film va se dérouler, puisque les trois protagonistes vont rencontrer une psy (Sarah Paulson) qui a pour mission de les soigner. Elle part du principe que les super-héros n’existent pas, qu’ils se sont persuadés de l’être et qu’ils pensent avoir des pouvoirs incroyables alors qu’il n’en est rien. Ce serait le monde qui nous entoure, les gens que l’on rencontre, ce que l’on nous dit qui nous persuade que cela existe.
Glass est donc la clef de cette trilogie créée par M. Night Shyamalan. Mais il ne faut pas oublier que le twist est un élément phare des films du réalisateur…

Glass

3 bonnes raisons d’aller voir Glass

Retrouver Bruce Willis dans le rôle de David Dunn.

20 ans après la sortie du film Incassable, nous retrouvons Bruce Willis dans le rôle de David Dunn, seul survivant lors d’une explosion de train. 
Dans Glass, David Dunn est désormais un justicier. Avec l’aide de son fils Joseph – joué par Spencer Treat Clark, le même acteur qu’à l’époque, il protège les habitants de Philadelphie qui l’ont surnommé le Surveillant. Même s’il a le statut de héros, il est controversé et activement recherché par la police. Malgré tout, il s’est donné pour mission de retrouver Kevin Wendle Crumb, qui continue de kidnapper des adolescentes pour nourrir La Bête.
Bruce Willis est toujours aussi charismatique dans ce rôle de super-héros, il parle peu mais il en impose.

Glass

Le génie de M. Night Shyamalan

On ne cache pas notre plaisir de retrouver le réalisateur américain. Incassable, Sixième Sens, The Thing, Split…, il est le maître du thriller et du twist par excellence. C’est d’ailleurs à la fin de Split qu’il nous surprend encore. M. Night Shyamalan y avait glissé un caméo. On y voyait David Dunn dans un diner en train de regarder les news ayant pour sujet La Bête. Et c’est là tout l’art de ce réalisateur ! Quel effet de surprise ! Incassable et Split sont liés.

« On a voulu avec Split faire un thriller qui fonctionne tout seul. Séparément du reste. J’ai demandé à Disney d’utiliser le personnage d’Incassable à la fin de Split et ils m’ont donné l’autorisation. Ce OK de Disney nous a permi de penser à la suite. Mais avant la sortie de Split, je n’avais pas écrit Glass, car je m’étais dit que s’il ne marchait pas ce ne serait pas la peine de donner la suite. »

Le réalisateur dévoilera également lors d’une interview que le personnage de Kevin Wendle Crumb devait apparaître dans Incassable mais que finalement il l’a retiré du scénario pour ne pas créer de déséquilibre.
De deux films complètement différents, à l’histoire et à l’intrigue qui n’ont rien à voir les unes avec les autres, il crée un troisième récit réunissant ces trois personnages formant ainsi sa trilogie.

« J’aime les films imparfaits, les films incompris qui laissent le public lorsqu’il sort de la salle terminer l’histoire par lui-même. Beaucoup de films que j’aime fonctionnent comme ça et c’est comme ça que j’aime faire des films. »

Glass La performance de James McAvoy

Split a confirmé les talents d’acteur exceptionnel de James McAvoy. En effet, il y tient le rôle de Kevin Wendle Crumb, un homme possédant 24 personnalités.

« Dans Split, c’était Patricia ma personnalité préférée, dans Glass c’est peut être Hedwig. Mais j’ai aussi un petit faible pour la personnalité qui raconte tout à la 3e personne, j’ai vraiment adoré la jouer ! »

A la fois terrifiant, complexe mais aussi fascinant, ce dernier est l’un des personnages les plus captivants du film. Le jeune homme doit en effet cohabiter avec Patricia, une femme bourgeoise, Barry, un créateur de mode, Hedwig, un enfant de 9 ans… 23 personnalités formant la horde au service de la 24e qui est la Bête.

« C’était plus difficile de jouer la Bête que Patricia. Le rôle de la Bête a été plus compliqué à trouver. Ce qui est dur avec ce type de personnage, c’est de surjouer. »

Le jeu d’acteur est juste fou, une véritable performance. On est totalement fan de James McAvoy.

La fin ?

M. Night Shyamalan nous l’a annoncé lors de la conférence de presse parisienne, Glass clot la trilogie.

« J’en ai fini avec ces personnages. Il faut que je passe à autre chose maintenant. »

Mais le réalisateur aime surprendre, donc qui sait ! 🙂

By Joan

Glass

Glass

film de M. Night Shyamalan
avec James McAvoy, Bruce Willis, Samuel L. Jackson, Sarah Paulson… 

sortie le 16 janvier 2019

Share

Speakeasy à la Cigale : la Cie The Rat Pack impose son style !

La Compagnie Rat The Pack nous embarque dans un spectacle hybride qui allie arts du cirque, chorégraphies, références cinématographes et bande-originale hip-hop. Speakeasy en envoie et ne laisse aucun répit aux spectateurs pris par le rythme des musiques de Chinese Man.
Deux dates exceptionnelles à la Cigale, Paris, les 23 et 24 mars.

Speakeasy

Un mafieux et son garde du corps, une pin’up glam à mort, une jolie poupée version Betty Boop, un barman fou et un électron libre, un brin anarchiste. Le cadre film noir US des années 30 – avec quelques variantes – est planté.

Les hommes portent fier chemise blanche, pantalon, veste et gilet. Ces dames sont élégantes à souhait. On imagine les contraintes que ça peuvent engendrer ces habits de scène pour leurs mouvements. Mais rien n’y paraît.
La Cie The Rat Pack joue la carte de la putain de classe pour assurer son show.

Voltiges, portées à grands renforts de muscles, mat : les numéros sont prenants et ne souffrent pas de longueurs. On va à l’essentiel.
Le jeu de balancier entre la gracieuse voltigeuse (Clara Huet) et le garde du corps, (Guillaume Juncar) qui la retient de tout le poids de son corps avec une agilité déconcertante est bluffant.
Rivalités et complot se traduisent par des bagarres derrière le bar et autres cascades relevées sur la piste.

Speakesasy est un savant mélange de force, de technique, d’action et d’humour. Les membres de la compagnie ont un talent fou.
Il manque sans doute le numéro qui nous clouerait vraiment à nos sièges. Mais la soirée n’en est pas moins savoureuse.

Speakeasy

Speakeasy

par la Cie The Rat Pack
Mis en scène : Régis Truchy
Avec Vincent Maggioni, Andréa Catozzi, Clara Huet, Ann-Katrin Jornot, Xavier Lavabre, Guillaume Juncar
musique originale : Chinese Man

Deux dates exceptionnelles les 23 et 24 mars 2019 à 19h 

à La Cigale
1210 boulevard de Rochechouart
75018 PARIS

Image de prévisualisation YouTube
Share

Les Invisibles : des femmes extras !

L’année 2019 débute par une cure d’optimisme qui célèbre l’humain.
Les Invisibles est le regard d’un homme, Louis-Julien Petit, posé sur des femmes qui en aident d’autres. Des femmes qui font de leur vie un combat pour tenter de sauver la vie d’autres, en difficulté.

Les Invisibles est un film d’une sincérité désarmante et nous happe dès les premières minutes.

Les Invisibles

Les invisibles

L’audace de Louis-Julien Petit

Louis-Julien Petit nous fait rencontrer des femmes à la rue, sans domicile fixe, sans ressource et aux vies chaotiques.
Elles sont aidées par d’autres femmes via un centre d’accueil, L’Envol. L’équilibre est précaire, le soutien des pouvoirs publics vient à chanceler. Pourtant, la détermination de l’équipe de travailleuses sociales va réveiller et révéler les destinés de chacune.

D’ailleurs, on comprend assez vite que les quatre comédiennes de l’affiche sont face à des non-professionnelles. C’est toute l’audace du réalisateur ayant réussi une alchimie parfaite et sans répétition.
Non sans malmener quelque peu une de ses comédiennes : Audrey Lamy.

Les invisibles

Après sa rencontre avec Louis-Julien, la comédienne a avoué qu’elle attendait le moment de répéter. A défaut, elle a fait appel à une répétitrice pour assurer ses « deux pavés de texte », le premier jour de tournage.
Une fois arrivée sur le plateau, Louis-Juiien lui balance : « Tes deux pavés c’est de la merde. Tu me réinventes tout. On tourne ! »
Ce qui n’a pas déplu à Corinne Masiero qui lance : « je m’en fous ! » quand on lui demande si elle se prépare pour les rôles. Elle préfère faire confiance aux réalisateurs. « J’aime être surprise par ce qui se passe, par les autres. J’aime les accidents. Et on a été servis ! 🙂 »

Les invisibles

Et le résultat est incroyable. Aucune fausse note. Un accord parfois entre toutes ces femmes mises en lumière par un homme.
Et la révélation de personnalités incroyables comme Adolpha en tête.

Les invisibles

Noémie Lvovsky a été touchée par « le regard aimant de Louis-Julien, sans hierarchie. » Les comédiennes non-professionnelles « étaient portées par ce regard. Il y a eu une très très grande camaraderie. »

Les vidéos de la projo privée du film Les Invisibles sont en ligne sur le site de Ciné +

Les invisibles

Les Invisibles

un film de Louis-Julien Petit
avec Audrey Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky, Déborah Lukumuena, Sarah Suco, Pablo Pauly

Sortie le 9 janvier au cinéma 

Image de prévisualisation YouTube
Share

The Happy Prince : Oscar Wilde fascinant !

Rupert Everett rend un hommage touchant à un auteur culte, joueur des mots avec The Happy Prince.
Le comédien britannique qui a interprété, à plusieurs reprises, les textes d’Oscar Wilde sur scène, confirme sa passion en réalisant ce portrait cinématographique. 
Les dernières années d’Oscar Wilde n’ont pas été aussi noires. 
The Happy Prince révèle un homme que le génie n’a jamais quitté malgré les épreuves. Le film est profond, miraculeux et émouvant.

The Happy Prince

J’imaginais la fin de vie d’Oscar Wilde tel un naufrage. Tout le monde fuyant l’écrivain sulfureux, la maladie affaiblissant l’auteur déchu. La France et Paris comme seuls témoins impuissants de l’ultime déchéance.

Il n’en est rien ou, tout du moins, la fin n’est pas si désastreuse. Rupert Everett décrit l’exil d’Oscar Wilde, ses remords, ses tourments. Mais aussi la capacité de l’homme à toujours pouvoir se lier d’amitié, à créer un nouveau cercle autour de lui, joyeux, composé de personnalités fortes.
Oscar Wilde aime la jeunesse qui lui rappelle la sienne, sans doute, et aussi qu’il a dû s’éloigner de ses deux fils restés en Angleterre avec leur mère. L’auteur britannique aime les hommes et ne cessera de s’enflammer, de jouer la passion, de virevolter et de souffrir et faire souffrir.

The Happy Prince

« Oscar Wilde est un saint patron, voire le Christ ! »

Rupert Everett a débuté l’écriture du scénario en 2008. Il n’envisageait pas de réaliser le film. « Je n’ai pas eu les rôles que je voulais. Avec ce film, je voulais remettre du feu dans la cheminée de ma carrière » se justifie-t-il lors de la rencontre suivant la projection de son film lors du festival Chéries-Chéris.

Le comédien s’est imprégné suffisamment de ce personnage devenu modèle et pygmalion pour être légitime à l’interpréter. Son jeu est à la fois digne, généreux, n’occultant ni la fatigue, ni la santé chancelante de l’écrivain.

Bonus : le duo d’artistes McDermott & McGough a conçu une chapelle dédiée au culte d’Oscar Wilde. Cette installation artistique originale est à voir à Londres jusqu’au 31 mars 2019 au Studio Voltaire.

The Happy Prince

The Happy Prince

un film écrit et réalisé par Rupert Everett

avec Rupert Everett, Colin Firth, Colin Morgan, Edwin ThomasEmily Watson 

Sortie le 19 décembre

Image de prévisualisation YouTube
Share

Le retour de Mary Poppins : un concentré de féerie et de magie pure

Une question sur toutes les lèvres, en cette fin d’année : Mary Poppins devait-elle revenir au cinéma ?
La réponse est sans appel : OUI !
Le retour de Mary Poppins est une ode à l’enfance, à la persistance de l’émerveillement et à la croyance en tous les possibles.
Emily Blunt est absolument éclatante dans le rôle de la célèbre gouvernante qui a la capacité de voler avec un modeste parapluie. Charming!

Le retour de Mary Poppins

Le retour de Mary Poppins : une réussite !

Pour aimer Le retour de Mary Poppins, il est impératif d’être un enfant ou d’avoir garder sa juvénilité (si on pense avoir dépasser l’âge de déraison). Mais aussi aimer les comédies musicales et les contes et être absolument capable de s’émerveiller.

Une fois que l’on accepte que Mary Poppins 2018 ne ressemble pas à celle de 1965, l’originale, alors on peut se laisser emporter dans la féerie de l’histoire.

La famille Banks, un père et ses trois enfants soutenu par sa sœur, est en difficulté. Les huissiers frappent à la porte pour saisir la jolie maison de la rue des cerisiers à Londres.
Mary Poppins fait son entrée en pleine tempête pour prendre soin des petits, leur permettre de continuer à rêver et les aider à grandir.

L’intrépide gouvernante ne laisse pas trop le choix à la petite famille. Mais les enfants vont vite comprendre leur intérêt d’accepter son autorité. Les récompenses qu’elle prodigue vont au-delà de l’entendement.
Les jeux d’enfants deviennent encore plus stimulants, aventureux et audacieux.
La scène de la baignoire est une vraie folie, irréaliste mais magique. Pour autant le film n’est pas naïf. Le récit est très bien mené et arrive à nous surprendre, pimentant encore plus notre adhésion.

La séquence qui envoie la petite troupe dans un dessin animé m’a rappelé Qui veut la peau de Roger Rabbit ?
Des personnages de cartoon interagissent avec de vrais personnages, forcément c’est magique.

Le film est une vraie comédie musicale avec des numéros brillants de chants et de danse. La séquence des allumeurs de réverbères sur leur bolide est virevoltante à souhait.

Emily Blunt shines light like a diamond

L’actrice britanno-américaine rayonne littéralement d’un bout à l’autre du film.
Oui, j’ai été enchanté, comme un enfant, en la voyant arriver des airs. C’est kitsch et absolument irrésistible. Et j’ai eu aussi ma petite larme quand elle est repartie.
Emily Blunt n’efface bien sûr pas le souvenir de Julie Andrews mais elle a pleine légitimité à reprendre le rôle. Elle est à la fois autoritaire comme il le faut, tranchante parfois et délicieusement complice de la famille Banks.

Les trois jeunes comédiens incarnants les enfants (Pixie Davies, Nathanael Saleh et Joel Dawson) sont des graines de stars nées. Souhaitons-leur que ce film ne soit pas l’unique rôle majeur de leur longue vie.

Le retour de Mary Poppins

Longévité, voire immortalité pour Angela Lansbury qui a fêté ses 93 ans en octobre dernier. Elle donne la réplique et pousse la chanson en toute fin de film. C’est touchant de retrouver cette actrice incroyable.

Le retour de Mary Poppins

BONUS : Meryl Streep n’en finit de nous estomaquer à chaque film. Sa capacité de se muer tel un caméléon, de mise en bouche d’un nouvel accent et sa folie trouvent un nouveau terrain de jeu dans Le retour de Mary Poppins. C’est de la jubilation pure !

Le retour de Mary Poppins

Le retour de Mary Poppins

un film de Rob Marshall
Scénario de David Magee, d’après l’oeuvre de P.L Travers 
avec Emily Blunt, Lin-Manuel Miranda, Ben Whishaw, Emily Mortimer, Julie Walters, Colin Firth, Meryl Streep, Dick Van Dyke, Pixie Davies, Nathanael Saleh, Joel Dawson, Angela Lansbury

sortie le 19 décembre 2018

Image de prévisualisation YouTube
Share