Archives par mot-clé : comédie musicale

Le retour de Mary Poppins : un concentré de féerie et de magie pure

Une question sur toutes les lèvres, en cette fin d’année : Mary Poppins devait-elle revenir au cinéma ?
La réponse est sans appel : OUI !
Le retour de Mary Poppins est une ode à l’enfance, à la persistance de l’émerveillement et à la croyance en tous les possibles.
Emily Blunt est absolument éclatante dans le rôle de la célèbre gouvernante qui a la capacité de voler avec un modeste parapluie. Charming!

Le retour de Mary Poppins

Le retour de Mary Poppins : une réussite !

Pour aimer Le retour de Mary Poppins, il est impératif d’être un enfant ou d’avoir garder sa juvénilité (si on pense avoir dépasser l’âge de déraison). Mais aussi aimer les comédies musicales et les contes et être absolument capable de s’émerveiller.

Une fois que l’on accepte que Mary Poppins 2018 ne ressemble pas à celle de 1965, l’originale, alors on peut se laisser emporter dans la féerie de l’histoire.

La famille Banks, un père et ses trois enfants soutenu par sa sœur, est en difficulté. Les huissiers frappent à la porte pour saisir la jolie maison de la rue des cerisiers à Londres.
Mary Poppins fait son entrée en pleine tempête pour prendre soin des petits, leur permettre de continuer à rêver et les aider à grandir.

L’intrépide gouvernante ne laisse pas trop le choix à la petite famille. Mais les enfants vont vite comprendre leur intérêt d’accepter son autorité. Les récompenses qu’elle prodigue vont au-delà de l’entendement.
Les jeux d’enfants deviennent encore plus stimulants, aventureux et audacieux.
La scène de la baignoire est une vraie folie, irréaliste mais magique. Pour autant le film n’est pas naïf. Le récit est très bien mené et arrive à nous surprendre, pimentant encore plus notre adhésion.

La séquence qui envoie la petite troupe dans un dessin animé m’a rappelé Qui veut la peau de Roger Rabbit ?
Des personnages de cartoon interagissent avec de vrais personnages, forcément c’est magique.

Le film est une vraie comédie musicale avec des numéros brillants de chants et de danse. La séquence des allumeurs de réverbères sur leur bolide est virevoltante à souhait.

Emily Blunt shines light like a diamond

L’actrice britanno-américaine rayonne littéralement d’un bout à l’autre du film.
Oui, j’ai été enchanté, comme un enfant, en la voyant arriver des airs. C’est kitsch et absolument irrésistible. Et j’ai eu aussi ma petite larme quand elle est repartie.
Emily Blunt n’efface bien sûr pas le souvenir de Julie Andrews mais elle a pleine légitimité à reprendre le rôle. Elle est à la fois autoritaire comme il le faut, tranchante parfois et délicieusement complice de la famille Banks.

Les trois jeunes comédiens incarnants les enfants (Pixie Davies, Nathanael Saleh et Joel Dawson) sont des graines de stars nées. Souhaitons-leur que ce film ne soit pas l’unique rôle majeur de leur longue vie.

Le retour de Mary Poppins

Longévité, voire immortalité pour Angela Lansbury qui a fêté ses 93 ans en octobre dernier. Elle donne la réplique et pousse la chanson en toute fin de film. C’est touchant de retrouver cette actrice incroyable.

Le retour de Mary Poppins

BONUS : Meryl Streep n’en finit de nous estomaquer à chaque film. Sa capacité de se muer tel un caméléon, de mise en bouche d’un nouvel accent et sa folie trouvent un nouveau terrain de jeu dans Le retour de Mary Poppins. C’est de la jubilation pure !

Le retour de Mary Poppins

Le retour de Mary Poppins

un film de Rob Marshall
Scénario de David Magee, d’après l’oeuvre de P.L Travers 
avec Emily Blunt, Lin-Manuel Miranda, Ben Whishaw, Emily Mortimer, Julie Walters, Colin Firth, Meryl Streep, Dick Van Dyke, Pixie Davies, Nathanael Saleh, Joel Dawson, Angela Lansbury

sortie le 19 décembre 2018

Image de prévisualisation YouTube
Share

Chicago le musical à Théâtre Mogador : tout simplement brillant !

Heureux-heureuses, celles et ceux qui découvriront Chicago le musical au Théâtre Mogador.
L’adaptation française de ce classique 5 étoiles de Broadway est imparable.

Le cast est brillant : Sofia Essaïdi, Carien Kiezer, Jean-Luc Guizonne entourés d’autres excellents interprètes et danseurs.
Chaque soir, le jazz et la magie de Bob Fosse font se déchaîner les corps, palpiter les cœurs et briller les yeux !
Le glamour est sidérant de beauté. 

Chicago le musical

Chicago le musical, scène minimaliste

Alors oui, le décor est simple et il ne changera pas de la soirée : l’orchestre tient lieu – avec prestance – de fond de scène dynamique et classe.
Les costumes sont moulés à même les silhouettes des danseurs et chanteurs, chanteuses.
Il y a bien quelques plumes qui viennent égayer la sobriété du noir.
Nul besoin de surcharge de moyens pour concevoir un chef-d’œuvre scénique absolument inoubliable.

Chicago le musical

Chicago le musical

Velma, Roxie et Billy, un trio infernal 

Ce qui compte c’est la rencontre d’un trio improbable et imaginatif. Velma, Roxie et Billy. Deux meurtrières manipulatrices (une blonde incendiaire et une brune tonitruante) doublées d’un avocat véreux.
Ils forment une union à la moralité très douteuse mais qui ne manque pas de culot, d’éclat, voire même d’élégance.
On suit les jeux d’égo, les échanges croustillants dans cette prison pour femmes de Chicago.
Velma et Roxie attendent leur procès en médiatisant leur pauvre vie, tandis que leur avocat tient la dragée haute pour préparer sa brillante plaidoirie.

Chicago le musical

Chicago le musical

Sofia, Cairen et Jean-Luc au diapason 

On redécouvre Sofia Essaïda. C’est un éclat incroyable sur la scène de Mogador qui ouvre le show avec le titre phare : Faut que ça jazz !
Elle est magnétique, capable de grands écarts, de levers de jambe bluffants.
Chicago le musical est taillé pour elle. Elle réalise simultanément son rêve et sa plus belle performance scénique et physique.

Image de prévisualisation YouTube

Carien Keizer, ancienne meneuse de revue au Lido, a la silhouette parfaite pour incarner Roxie. Son léger accent – elle est originaire des Pays-Bas – lui donne un charme supplémentaire.
Elle joue à merveille l’espièglerie.
Sa chanson titre, Roxie, qui ne dure pas moins de 14 minutes tient lieu de performance.

Jean-Luc Guizonne a une classe folle. Il incarne un avocat aussi élégant que passionné avec un magnétisme de dingue.

Il y aurait tant d’autres talents à citer comme Sandrine Seubille éclatante en Mama, V. Petersen incroyable Mary Sunshine, Alex Freï, The Spirit of Bob Fosse…

Nicolas Engel va faire taire les mauvaises langues qui disent que : « Chicago c’est impensable sinon en anglais ! »
L’adaptation en français est de la dentelle. Ça passe magnifiquement. Donnant raison à Bob Fosse qui aimait tant notre langue.

Image de prévisualisation YouTube

Chicago le musical

Chicago le musical

au Théâtre Mogador
25 Rue de Mogador
75009 Paris

du mercredi au vendredi à 20h
samedi à 20h30
matinées : samedi et dimanche à 16h

Équipe artistique : 
mise en scène : Tania Nardini
chorégraphie : Ann Reinking
adaptation française : Nicolas Engel 
direction musicale : Bob Bowman – Dominique Trottein 
avec Jean-Luc GuizonneSofia EssaïdiCarien Keizer, Sandrine Seubille, Pierre Samuel, V. Peterson…

Share

Le pire contre-attaque avec Airnadette @ Le Grand Rex #CONCOURS

Costumes de dingos, répliques imparables,et toujours une énergie de grands malades : Airnadette débarque au Grand Rex avec Le pire contre-attaque.
Une date unique, le jeudi 25 octobre, pour kiffer à mot le air-jeu de cette bande de doux-dingue.
Moche Pitt, Jean-Françoise, Château Brutal , Scotch Brit,  M-Rodz, sous la coupe de Philippe Risotto te feront hurler, chanter et poiler comme jamais. 
Et du coup, on t’offre tes places !
#TROPCOOL BABY 

Airnadette

Un spectacle foutraque réglé au cordeau

C’est  à chaque fois un putain bonheur de retrouver la bande plus apprêtée que jamais.
Cette fois, Gunther Love n’est pas de la partie car il a été enlevé par des aliens. Alors ses acolytes vont déployer toute leur énergie pour le retrouver en nous faisant hurler de rire et surtout chanter.

Les 5 inséparables ou 5 fantastiques vont partir pour un voyage dans le temps et l’espace pour récupérer leur poto. Il y a aura des épreuves, des doutes et des révélations poilantes.

Les effets visuels sont de la partie avec un écran, au système super ingénieux, pour assurer décors, paroles type karaoké et autres inventions du cru Airnadette.

Image de prévisualisation YouTube

Dans Le pire contre-attaque, Airnadette assure comme des dieux du stade de baby-foot, avec un calage labial et physique quasi parfaits.
Aucun temps mort, des montages ingénieux, du suspense.
On surlike !

Airnadette
Le pire contre-attaque 

le jeudi 25 octobre 2018 à 20h
Date unique

au Grand Rex
1 boulevard Poissonnière
75002 PARIS

Le pire contre-attaque

#Concours

Envie de passer une soirée de dingos avec les Airnadette ?
On t’offre des invitations pour le jeudi 25 octobre au Grand Rex.

Pour tenter de gagner tes invitations, remplis vite le formulaire ci-dessous.
Les gagnants, tirés au sort, seront contactés par mail.

Bonne chance à tous et toutes !

Airnadette - Grand Rex 251018
Sending


Plus de jeux concours

Concours Gratuits

Share

Chicago le musical : ambiance électrique et glam en coulisses

Chicago le musical est taillé pour charmer le public, voire le chauffer avec toute la sensualité qui s’en dégage et l’incroyable génie de Bob Fosse. 
Avec une chorégraphe venue spécialement des USA (Anne Reinking), un casting au top (Jean-Luc Guizonne, Sofia Essaïdi, Carien Keizer) et l’une des plus belles scènes de la capitale, la comédie musicale de rentrée auréolée de son succès à Broadway va vous éblouir.
Nous nous sommes glissés dans les coulisses du Théâtre Mogador à quelques jours de la première.

Image de prévisualisation YouTube
Chicago le musical
Sofia Essaidi

Le grand écart de Sofia, le sourire éclatant de Carien 

Stage Entertainement France, le producteur de Chicago le musical, a réussi, en quelques minutes, à nous offrir de très belles images de cette 9e production à Mogador, dans le studio de danse, sans décor.
Trois chansons avec des plumes, des costumes noirs classieux, gracieux, des interprètes et danseurs magnétiques.
Il n’en faut pas plus pour saisir la puissance de ce classique de Broadway qui comptabilise plus de 9 000 représentations.

Chicago le musical
Jean-Luc Guizonne

Jean-Luc Guizonne, entouré de danseuses armées de larges éventails à plumes, impose carrure et charisme. Il est déjà habité par son personnage Billy Flynn, avec un minimum de mouvements.
Carien Keizer qui a déjà interprété Roxy dans la version allemande de Chicago est d’une grâce folle. L’artiste néerlandaise a tous les talents puisque qu’elle interprétera son rôle en français.
Enfin, Sofia Essaïdi a offert aux médias un incroyable grand écart portée par des danseurs. C’est Ann Reinking, la chorégraphe, qui aura lancé l’idée la veille du press day. Une performance que Britney Spears n’aurait pu assurer.

Chicago le musical
Ann Reinking

Chicago le musical réinventé pour Paris 

Que celles et ceux qui ont eu la chance de voir Chicago à New York ou plus récemment à Londres, ne s’attendent pas à un copié-collé de la production made in Broadway.
Ann Reinking qui a eu la chance d’avoir participé à la création du spectacle en 1975 aux côtés de Bob Fosse, a recréé la chorégraphie de son maitre dans le style de l’époque.
Lors de la rencontre, elle avoue avoir été bluffée par les comédiens et danseurs français : « ils ont compris tout de suite la sensualité, l’élégance du spectacle. Le chic et la sophistication viennent de France. »
Et sur la question du texte adapté en français, sa réponse rassure les amoureux des VO : « il y a un tempo dans la façon dont les Français parlent. Et ce tempo est en accord parfait avec le spectacle. »
Elle rajoutera que Bob Fosse était un amoureux de notre langue dont il trouvait que la sonorité était meilleure.

Chicago le musical
Carien Keizer

La délicate adaptation, l’art de l’essentiel 

Nicolas Hengel qui se charge de l’adaptation de Chicago, après avoir brillamment adapté Grease, la saison dernière, partage son étonnement. « Le spectacle parle des États-Unis, il transpire même les États-Unis. Et pourtant, ça coulait de manière harmonieuse de poses des mots français. Il y a un aspect européen dans la musique. »
La difficulté principale tient sur le fait que c’est toujours plus long de dire les choses en français. « En fait, Il faut donc abandonner quelques idées, un détail, en anglais car il n’est pas possible de tous les traduire. »
Pour certains dialogues, Nicolas a dû aller à l’essentiel.
Ce qu’il aime dans Chicago : « c’est que c’est du vrai théâtre ! Le spectacle est très finement écrit, toutes les scènes s’imbriquent les unes aux autres. Tous les personnages sont manipulateurs, menteurs et manigancent les uns derrière les autres. C’est très noir et ne même temps très réjouissant et gai. »

Chicago le musical
Alex Frei

En avant la musique !

Sur les 570 candidatures de musiciens reçues pour faire partie de l’aventure qui sera forcément folle et inoubliable, 40 vont assurer les représentations. Le directeur musical, Bob Bowman, assure : « nous avons la crème de la crème ! »
Et la partition est géniale : « c’est très 20’s. Tout était hot à l’époque. Il y a une urgence, l’énergie est électrique. » L’enthousiasme est tellement palpable que les musiciens ont du mal à lâcher leur instrument en fin de journée et sont prêts à poursuivre les répétitions.

Chicago le musical

Chicago le musical 

de Bob Fosse, John Kander et Fred Ebb

à partir du 26 septembre

(7 avant-premières à partir du 18 septembre)

au Théâtre Mogador
25 Rue de Mogador
75009 Paris

Équipe artistique
mise en scène : Tania Nardini
chorégraphie : Ann Reinking
direction musicale : Bob BowmanDominique Trottein 
avec Jean-Luc Guizonne, Sofia Essaïdi, Carien Keizer, Fanny Fourquez, Sandrine Seubille, Pierre Samuel…

site officiel : www.chicagolemusical.com

Share

Vous avez dit Broadway ? ardente déclaration au Lucernaire

Avec Vous avez dit Broadway ?, Antoine Guillaume nous transmet sa passion pour les comédies musicales avec un incontestable talent de conteur. Nous vibrons avec lui, nous passionnant pour l’histoire folle de Broadway. 

Vous avez dit Broadway ? Le rêve !

Antoine Guillaume a raison, la vie n’est pas assez musicale. Elle n’est pas assez joyeuse, inattendue, dansante.
L’artiste bruxellois a trouvé un moyen de s’émerveiller : en étant spectateur et en poussant les portes des théâtres de Paris, Londres et New York.
Ressentir la musique, l’émotion à en perdre la raison avec les partitions d’œuvres devenus cultes Cabaret, Chicago, Ragtime, les interprètes dont il nous incite à garder en mémoire leur nom – et il a raison.
On ne saura rien de son parcours professionnel. Ce qui compte c’est l’histoire de la comédie musicale conjuguée à son histoire d’amour personnelle pour le show à l’anglo-saxonne.

Certains y verront peut-être une délicieuse naïveté. Il n’en est ien.
Antoine Guillaume vibre la musique de tout son corps, avec force de costumes et de douceur.
Sa voix parlée est plus discrète que sa voix chantée. Le contraste est saisissant et conditionne aussi notre pleine attention.
Pas de chuchotement du côté spectateurs pendant la représentation. Il nous happe totalement avec les airs qu’il interprète avec un accent anglais parfait !

Vous avez dit Broadway

Ses souvenirs, mes souvenirs

En écoutant Antoine Guillaume conter ses souvenirs en tant que spectateur, les miens se sont réveillés. Et j’en ai beaucoup aussi de belles images en tête, peut-être autant que lui.
Comme Antoine, j’ai vu Glen Cloose dans Sunset Boulevard à’Londres. Mais aussi j’ai eu des joies immenses au Théâtre du Châtelet avec la reprise de standards comme My Fair Lady, Le Roi et moi…
Il est bon de se replonger dans ces incroyables moments de création, de divertissement auxquels on a eu la chance d’assister. Je me souviens aussi du fascinant Michael C Hall vu à Broadway (Angry Inch) et à Londres ( ), de Daniel Radcliffe dans How to succeed…

Vous avez dit Broadway ? est un très bel hommage à ce genre scénique qui passionne enfin la France avec des productions de qualité comme au Chatelet ou à Mogador.
Après avoir vu le spectacle, vous ne verrez plus la statue de sur Time Square, sans l’associer à Antoine Guillaume.

Vous avez dit Broadway

Vous avez dit Broadway ?

de et avec Antoine Guillaume
Au piano : Julie Delbart
Mise en scène : Michel Kacenelenbogen 

jusqu’au 28 octobre 2018

du mardi au samedi à 21h
Dimanche à 18h

Au Lucernaire
53 Rue Notre Dame des Champs
75006 Paris
Tel. 01 45 44 57 34

Image de prévisualisation YouTube
Share

LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES épopée musicale @ Théâtre de la Renaissance

La Petite Fille aux Allumettes, la comédie musicale tirée du célèbre conte d’Andersen revient sur la scène du Théâtre de la Renaissance. Un spectacle drôle, émouvant et bourré de rebondissements. La magie opère et toute la famille est conquise.

Entendons-nous bien, il s’agit d’une adaptation. Le spectacle est accessible dès l’âge de quatre ans, il fallait donc un peu l’édulcorer. Ici, pas de vision de famille heureuse festoyant devant un bon repas de Noël, pendant que la gamine, frigorifiée derrière la fenêtre, meurt de faim. Et ce, dans l’indifférence générale.

La petite filles aux allumettes
La petite fille aux allumettes a bien changé. Intrépide et déterminée, elle est libérée de la timidité du conte originel de Hans Andersen. Bien au contraire. Désireuse de retrouver sa grand-mère (Nathalie Lermitte) décédée, la frêle Emma (Marlène Connan)  navigue entre le monde réel et le monde imaginaire. Ce dernier, dirigé par une reine qui est également l’aïeule de la petite, est menacé par l’ignoble Fragotov (Julien Mior-Lambert). Pour l’affronter, Emma s’entoure de Sacha (Alexandre Faitrouni), un valet rigolo et facétieux ainsi que d’une magicienne drôle et charismatique(Gaëlle Gauthier).

La petite filles aux allumettes

Un monde féerique

Tout au long de ce voyage, les décors légèrement kitsch changent à une vitesse impressionnante et les instruments jouent à tout rompre. Les couleurs sont chatoyantes et la musique enlevée. Pour capter l’attention des enfants pendant 1h15, le rythme est soutenu du début à la fin. Les bambins en remarqueront à peine les quelques répétitions dans les thèmes musicaux. Quant aux adultes, ils y trouveront également leur compte. La musique est bien menée et enveloppe parfaitement le spectacle.

Seul petit bémol, dans le monde imaginaire, le château est dirigé d’une main de maître par Miroslav (Guillaume Beaujolais), un majordome aussi caricatural que possible. Le personnage très maniéré aurait certainement gagné à faire tomber les clichés en montrant un peu plus de modération. Cela reste toutefois un détail. La pièce est drôle et le bonheur des enfants, captivés par l’intrigue, se lit sur leur visage.

La petite filles aux allumettesLes couleurs, les danses et les chants (formidable casting) sont justes, mais comment aborder l’épilogue tragique de l’histoire ? Pendant qu’elle livre bataille dans ses rêves, Emma est rattrapée pas sa condition de simple mortelle. La faim et le froid se font sentir. Vient alors l’épineuse question de la mort. L’auteur évoque le trépas sans s’appesantir. En cela, c’est plutôt réussi car rien n’est caché. Le monde peut être cruel, avec son lot de violence et de mensonges. Les plus jeunes ne comprendront certainement pas toujours le concept de mort, libre alors aux parents de leur expliquer. Ou bien de les laisser rêver encore quelques temps, d’un ailleurs féérique.

by Joël Clergiot

La Petite Fille aux Allumettes

comédie musicale de 4 à 12 ans

d’après le conte d’Andersen

Mise en scène de David Rozen
Musique : Julien Salvia
Livret : Anthony Michineau
Paroles : Ludovic-Alexandre Vidal

Avec : Alexandre Faitrouni, Nathalie Lermitte, Gaëlle Gauthier,
Thomas Ronzeau, Julien Mior-Lambert, Guillaume Beaujolais,
Lilly Caruso, Marlène Connan, Lucie Riedinger, Sophie Delmas, Véronique Hatat, Pierre Hélie… 

au Théâtre de la Renaissance
20, Boulevard Saint-Martin
75010 Paris

à partir du 20 octobre 2018

les samedis et dimanches à 14h
1er novembre à 14h
tous les jours pendant les vacances scolaires à 14h
(relâche le 26 octobre et le 25 décembre)

Share

Chance ! la comédie musicale survoltée et drôle @ Théâtre la Bruyère

Chance ! la fantaisie musicale qui cumule les succès est de retour cette fois au Théâtre La Bruyère.
Dans un cabinet d’avocats, ça chante, ça danse à toute occasion. L’efficacité du travail serait à revoir mais pas la qualité de la partition.

Chance

Chance ! for everyone

La chance est à tous les niveaux. La nôtre de pouvoir assister à un spectacle léger, qui surprend, qui emporte…
Celle des comédiens interprètes qui s’amusent vraiment et qui peuvent montrer toutes les facettes de leurs talents : comédie, chant et danse. Chacun aura au moins sa chanson, son grand moment à pleine lumière. Pas de second rôle donc, tout le monde assure le show de sa belle prestance.
Enfin, chance aux personnages qui ont leur vie bouleversé grâce à un formidable coup du hasard.

Chance

Interprétation en or

Le spectacle tient par la qualité d’interprétation. Pour que le cabinet d’avocats puisse nous emporter, la principale gageure est la distribution.
Et c’est un sans-faute.
Bien que les comédiens jouent en alternance chacun assure.
Ce mercredi soir, nous avons le plaisir de retrouver la pétillante Rachel Pignot (Agnès), d’apprécier la voix qui en impose d’Arnaud Léonard (Le Boss), la délicatesse de Julie Wingens (Nina), le brin de folie de Cathy Arondel (Kate), de Grégory Juppin (Étienne), les muscles de David Jean (le coursier Fred).

Chance ! la comédie musicale est immanquable.
Un jour l’aventure s’arrêtera, il faut absolument avoir vu cette comédie musicale une fois dans sa vie.

Chance !

la comédie musicale de Hervé DEVOLDER
Mise en scène Hervé DEVOLDER

avec : en alternance Cathy ARONDEL, Carole DEFFIT, Julie COSTANZA, Rachel PIGNOT, Lévanie RAUD, Julie WINGENS, Grégory BENCHENAFI, David JEAN, Grégory JUPPIN, Arnaud LEONARD, Hervé LEWANDOWSKI, Franck VINCENT

Au piano : 
Thierry BOULANGER, Hervé DEVOLDER ou Daniel GLET, à la contrebasse : Benoït DUNOYER DE SEGONZAC, Bernard LANASPEZE ou Fred LIEBERT, à la guitare : Jean-Pierre BEUCHARD

lundi, jeudi, vendredi et samedi à 19h
matinée le dimanche à 17h30

au Théâtre La Bruyère 
5, rue La Bruyère
75009 PARIS
Tél. 01 48 74 76 99

Share

Comédiens ! au Théâtre de la Huchette : un trio virtuose

Pour ses 70 ans, le Théâtre de la Huchette s’offre un retour dans le passé à la fois musical, pétillant et original.
Comédiens ! pose un regard en coulisses à travers 3 personnages qui se préparent à leur soir de première parisienne.
Contraintes scéniques, débrouilles, foirages, révélations… ; les répétitions sont un joyeux bordel en chansons.

Comédiens

Ça répète à la Huchette

Pierre et Coco, couple de théâtre, lui est metteur en scène-comédien, elle muse et comédienne, s’activent pour la représentation du soir. Ils ont fait appel à un autre comédien au pied-levé, Guy, pour assurer le remplacement de leur partenaire de jeu habituel.
Retard, scène trop petite pour le décor, mémoire qui flanche, savonnages et autres cafouillages vont être le lot de ce filage improbable et incroyablement rythmé.
Sur scène, ça rit, chante, s’active.
Le mélange des genres est jouissif : vaudeville, comédie musicale, chansons gaudrioles, chansons avec fond, vaudeville et aussi drame.

Comédiens

A star is born : Marion Préïté

On s’attache très vite à ce trio.
Fabian Richard est un metteur en scène aussi séduisant qu’excessif. Marion Préïté, a star is born, touche par sa joliesse et son envie d’émancipation. Cyril Romoli campe un trublion aussi sensible que talentueux.
Peu à peu, les aspérités de chaque personnage apparaissent, déstabilisent l’équilibre précaire d’une création artistique. L’esprit de Pierre s’échauffe à cause de la pression.
La fin déstabilisera sans doute quelques-uns.unes, preuve que le compromis n’a pas sa place même en chansons.

Comédiens ! est une comédie lumineuse, un superbe trio d’acteurs et une très fine écriture de théâtre.
Ce spectacle a reçu 5 prix aux Trophées de la Comédie Musicale 2018.

Comédiens

Comédiens !

librement inspiré de l’opéra Paillasse de Ruggero Leoncavallo
Concept et mise en scène : Samuel Sené
Livret et paroles des chansons : Eric Chantelauze
Musique : Raphaël Bancou 

Avec Fabian Richard, Marion Préïté et Cyril Romoli 

Reprise à partir du 2 octobre 2018

du mardi au samedi à 21h
matinée le samedi à 16h

au Théâtre de la Huchette
23, rue de la Huchette
75005 Paris
Tél. 01 43 26 38 99

Share

Classe libre de comédie musicale au Cours Florent : tous en scène !

Stage Entertainment France c’est déjà 11 années de production depuis la gestion de la direction du Théâtre Mogador.
La production a adapté des comédies musicales célèbres. Et c’est pour une annonce plutôt marquante que nous avons rejoint la rue Mogador : une alliance avec le Cours Florent.

La création d’une classe libre Comédie Musicale, voilà une vraie (r)évolution dans le monde de l’enseignement artistique en France.

Comme il existe déjà une formation Comédie Musicale au Cours Florent, une seule question est à poser.

Dans les coulisses de Cats

Pourquoi une classe libre pour la Comédie Musicale ?

Frédérique Farina, qui dirige la filière Comédie Musicale du Cours Florent rappelle le contact : « Au début, on s’est posé la question d’une 4e année dans la classe Comédie Musicale.
Et puis, on s’est penché sur l’idée d’une classe libre donc ouverte à tous sur concours. »

Cours Florent

Les musicals sont des spectacles qui attirent les professionnels. « Pour Chicago [programmée la saison prochaine], il y avait  600 candidat(e)s à l’opencall. » complète Eric Loustau Carrère.
Mais la grande problématique a toujours été : y a-t-il de la place pour les musicals à Paris ?  « Oui ! affirme Laurent Bentata, DG de Stage Entertainment, et  il y a de bons acteurs ! Mais on va créer une passerelle entre la théorie et la pratique »

D’ailleurs, durant les auditions de Chicago, un casteur venu de New York a confié au staff : « Il y a 30 ans, c’était l’enfer pour trouver des acteurs au top niveau danse et chant à Broadway ! »

Alors que les comédies musicales acquièrent leurs lettres de noblesse en France, il était temps de créer un appel d’air d’un genre nouveau.

Cours Florent
Mais pour le créateur des Cours Libres Théâtre du Cours Florent,  Francis Huster, un seul mot d’ordre : « Il faut faire des élèves des objets rares. On ne doit rien exiger des élèves mais qu’ils trouvent leur rareté. Ce n’est pas de faire des acteurs des chanteurs et inversement. »
Pour résumer, si un boucher ou une boulangère qui a du potentiel scénique souhaite se présenter,  ni l’un ni l’autre ne doit être exclu.

Une formation diplômante

Le Cour Libre Comédie Musicale c’est 8 mois de formation intensive,  avec plus de 500 h de cours. L’enseignement se  répartira à moitié aux Cours Florent et pour l’autre moitié sur scène au Théâtre Mogador.
Le but s’est de former [les élèves] seul, ou à deux pas uniquement en groupe. » Alors tous les aspects de la comédie musicale seront approchés (danse, chant et jeu d’acteur) ainsi que la physicalité de la scène.

Grease le musical
Grease, le musical

 

L’objectif principal : une promotion de 16 à 20 élèves avant l’été 2019. Ils seront titulaires d’un diplôme reconnu à l’international grâce à la notoriété combinée du Cours Florent et de Stage Entertainment.
Et bien sûr, les élèves de cette classe auront automatiquement accès aux castings de des comédies musicales produites à Mogador.

Yanis Si Ah
Grease, le musical

C’est parti pour les inscriptions…

Ce concours est donc ouvert à tous et toutes, de 16 et 35 ans au niveau européen !
Un seul prérequis : avoir des bases, en chant,  en danse, ou en jeu (ou les trois).
Il se déroulera donc en 3 tours qui testeront toutes ces aptitudes : épreuve de danse en groupe, épreuve de chant libre ou imposé (en français et ou en anglais) et aussi des scènes à jouer.

  • 1er Tour au Cours Florent : du 1er au 16 juin 2018
  • 2ème Tour au Cours Florent : du 20 au 23 juin 2018
  • 3ème Tour au Théâtre Mogador : du 2 au 3 juillet 2018

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 28 mai 2018 à 18h.

Cata, le musical

Et pour vous motiver un peu plus le parrain de cette première promotion sera Laurent Lafitte

Plus d’infos sur les modalités du concours sur la page des Cours Florent.

Inscription au concours : 95 €
Frais d’inscription annuelle (pour les lauréats) : 370 €

Bonne chance à tous les futurs candidats

Share

Bodyguard le musical : « sentir la chaleur ! »

Bodyguard le musical fait battre le cœur avec sa romance imparable, des voix grandioses, des costumes à strass et des jeux de lumière ambiance concert.
Le spectacle est l’occasion de replonger dans l’histoire culte qui a triomphé au cinéma dans les années 90 et surtout dans les succès de l’inoubliable Whitney Houston, le temps d’une soirée.

Bodyguard le musical

Les tubes de Whitney

Bodyguard le musical offre les plus grands tubes de Whitney Houston (I’m every woman, So Emotional, Where do broken hearts goes…) en live avec des voix qui n’ont rien à envier à l’originale.
La présence d’un orchestre est essentielle pour la réussite du show. Une bande musicale n’aurait pas donné autant de puissance aux chanteuses.
Ce soir-là, c’est Sofia Mountassir qui tient le rôle de Rachel Marron. Et question charisme et cordes vocales, il n’y a rien à redire.
Sa partenaire Cylia (Nicky, la sœur de Rachel) offre également une belle performance, tout autant appréciée par le public.
Le point d’apothéose reste le titre I will you always love you qui sera chanté par 2 fois. La première étant un peu moins magistrale que la seconde. On vous laisse la surprise.
Et vraiment impossible de ne pas ressortir de la salle en chantonnant : I wanna dance with somebody.

Bodyguard le musical Bodyguard le musical

Les bogosses de ces dames

Ça commence avec 4 danseurs torses nus. Des abdos qui méritent le respect : on imagine les heures d’entraînement, de répétitions et de séances de sport.
Arrive très vite Benoit Maréchal, le bodyguard, à la chemise blanche qui cintre bien. Son visage anguleux impressionne et ferait presque des envieux.
Quant au harceleur de Rachel (Enzo Ambrosini), il est étonnamment loin d’être répulsif. Lui aussi affiche des abdos qui en imposent et troublent le public féminin.

Bodyguard le musical

Aucune retenue 

Il ne faut pas s’encombrer de retenue face à ce show. Bodyguard le musical est une histoire d’amour, une sucrerie douce, simple, mielleuse et connue de tous et toutes.
Une fois accepté le deal, rien ne choque plus : la perruque de Rachel et les flammes sur le premier titre, les robes « princesse Disney » des derniers titres, les décors qui font très 90’s, la projection flash-back sur grand écran pour le grand final.

« Ça parle beaucoup ! » c’est ce que lance une spectatrice à une de ses complices. C’est vrai que l’on aimerait que ça soit plus concis et surtout que ça danse un peu plus.

Mais le show reste efficace, plaira aux groupes de copines qui vont s’amuser à noter les différences avec le film, les couples de lovers, les amoureux.ses des comédies musicales et toutes celles et ceux à qui Whitney Houston manque.

Bodyguard le musical

Avec Valérie Daure, Benoît Maréchal, Cylia, Sofia Mountassir, Alain Azérot, Enzo Ambrosini, Rémi Creissels, Matyas Simon, Aliocha Itovich…

Au Dôme de Paris – Palais des Sports
Porte de Versailles
75015 PARIS

du mardi au vendredi à 20h00
samedi : 15h et 20h30
dimanche : 14h30

jusqu’au 11 mars 2018

et en tournée en France à partir de mai : Lyon, Saint-Herblain, Rouen, Toulouse, Dijon, Lille et Bordeaux

site officiel : the-bodyguard.fr 

Share