Archives par mot-clé : concert

IMANY superbes dernières révérences à Paris #livereport

Concert sold out à la Salle Pleyel avec Nadia Mladjao de son vrai nom, ce mardi à Paris. Imany, qui signifie « espoir » en swahili, nous invite depuis deux ans et demi à travers une tournée folle de 130 dates à assister à sa reconversion musicale à laquelle on adhère !
Privilège, ce sont les toutes dernières dates de concert de la belle artiste avant une pause d’une longueur inconnue.

Imany
Tout démarre dans une ambiance pesante portée par sept musiciens vêtus d’habits militaires. Un petit clin d’œil à Imany fille de militaire ? Puis arrive la chanteuse qui nous accueille très simplement… on a l’impression de recevoir une copine à la maison dans une tenue décontractée et colorée. Beaucoup d’humour dans chacune de ses questions et une promesse d’entrée de jeu : nous faire passer une soirée inoubliable. Allez sans suspens, promesse tenue ! Et on ne peut être insensible à son jeu de jambes dans ses différentes danses.µ
Et malgré la fatigue de fin de concert, l’artiste et ses musiciens assurent !

Musiques entrainantes et entêtantes, tel est le fil conducteur du concert. Des chansons connues issues de son répertoire telles Don’t be so shy ou Silver Lining (Clap your hands), revisitées musicalement, se mêlent avec celles de son nouvel album. Des reprises fortes ponctuent judicieusement le set : Bohemian Rhapsody de Queen, Sign your name de Terrence Trent d’Arby, Human de Rag’n’Bone Man. Elle en profite pour faire participer le public dans les différents arrangements en stimulant l’audience à travers des provocations : « on était à Brest hier et c’était vachement bien ! Mais les champions de la saison c’est Rodez ! ». Rien de mieux pour surchauffer le public parisien et ça marche !

L’ancienne mannequin manifeste beaucoup de béatitude dans ses différentes interprétations de ses chansons ; elle se sent comme libérée, emportée, envoûtée, possédée et cela ne peut nous laisser indifférent. Notamment dans ses dernières interprétations où elle se laisse aller à détacher ses cheveux et on la découvre comme pour une première fois sous ce nouveau jour, elle, habituée à envelopper ses cheveux de tissus colorés. Mise à nue, elle se livre sans concession.
Imany

Émotion pure

Deux moments très touchants ne peuvent passer inaperçus. Un premier en parlant de la mort où elle se laisse à une citation de Jean d’Ormesson : « Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents, dans la mémoire des vivants. ». Un second où elle annonce, à bâton rompu, une pause dans sa carrière de façon à redonner du sens à tout ce qu’elle fait, mais également pour profiter de pleins de moments de partage avec son fils à peine âgé de deux ans.

Émotions à son comble au bout de ces deux heures de live. On ressort de la salle sur un nuage.

by Cédric

Imany

IMANY en concert

à la Salle Pleyel : le 13 décembre 2017 – sold out !
au Casino de Paris : les 5 et 6 juin 2018

Réédition de l’album The Wrong King Of War
version Deluxe enrichie de 7 titres inédits
(Think Zik!)

site officiel : imanymusic.com

Share

PINK hallucinante @ NRJ Music Tour Paris ! #livereport

Soirée de ouf à l’Élysée Montmartre avec en tête d’affiche PINK pour le NRJ Music Tour Paris.
Un bouquet de fleurs dans les premiers rangs de la fosse, une bande de lutins à bonnets rouge de Noël, un public venu de toute la France et une team de fans européens de Pink.
A ses côtés, Rag’n’Bone Man bluffe, Kyo le grand retour et un talent en pleine ascension Malo’.

PinkPink

PINK : show woman hallucinante !!! 

Même court – 6 chansons – le concert a droit à un collage de setlist sur la scène, quelques minutes avant l’entrée de la star américaine.
Les fans sont fébriles. Même moi, je n’en peux plus d’attendre. Je ne l’ai jamais vue sur scène. Alors aussi près de Pink : forcément c’est le pied !
Get the party started met le feu total. Les écrans de téls bougent dans tous les sens, la lionne parcourt la scène, s’amuse de son micro. Elle descend pour un bain de foule maîtrisé mais joue la proximité, ce qui est rare pour une telle artiste.
Bête de scène, Pink arrive à signer des photos tout en chantant. 

Le nouveau titre Beautiful Trauma a déjà de nombreux adeptes, les paroles sont connues d’une grosse partie du public. 

Pink

What about us, on plane total, c’est d’une intensité folle. On surlike. Toute de noir vêtue, ses chaussures rouges à talon en impose.
La chanteuse n’hésitera pas à se mettre à se mettre à genou devant son guitariste sur Just like a pill. 

Elle se confie rapidement et évoque toutes ces artistes féminines en tête. Parmi elle, Gwen Stefani à qui elle rend hommage avec la reprise du démoniaque : Just like a girl mixé avec le titre Funhouse.

Cette femme a décidément tous les talents. Un fan lui tend un bonnet de Noël. Elle l’enfile sans se décoiffer pour le dernier tube So what! Une dernière acrobatie sur une enceinte et la star s’en va, déjà.

À la fin du show, on n’a qu’une envie : partir en tournée avec elle en 2018 ! 

Rag’n’Bone Man : peace and love 

Révélation internationale de l’année aux NRJ Music Awards 2017, Rag’n’Bone Man en impose. On pourrait croire à un bad boy en mode Booaa, mais l’Anglais d’1m96 surprend par ce sourire bluffant. 

Les smartphones se lèvent sur les premières notes de Human. Le titre est incroyable en live et galvanise le public. Roy offre un bonus avec une version « rappée » tout aussi trippante.

About you, titre plus doux offre une qualité d’écoute côté public assez rare. Ils sont peu à parler à leur voisin. Le chanteur touche littéralement et semble sincèrement heureux de cet accueil qui lui a été réservé.

Kyo « Ça faisait longtemps !«  

« C’est un vieux groupe ! »  Ai-je bien entendu, dernière moi ?
Si Kyo est un vieux groupe alors quid de Pink ? 

Les smartphones se lèvent dès le premier titre sur Contact, suivi de Je saigne encore. Les fans sont surexcitées de retrouver le groupe. Une voix hurle entre deux titres : « Ça faisait longtemps !«  

Les boys s’échauffent avant la tournée qui ne débutera qu’en mai avec passage par l’Accor Hotel Arena en novembre seulement.

Ton mec, extrait du nouvel album Dans ta peau, séduit aussi bien les fidèles des premières heures que les jeunots qui découvrent le groupe. 

Ça chante à tue-tête sur neiges éternelles. Duo parfait pour Le Chemin avec le public, exit la chanteuse Sita. Fin de set avec un inédit. 

Et un constant : je suis toujours admiratif de ces artistes capables de chanter avec un chewing-gum en bouche. 

Étoiles dans le public pour Malo’ 

Y’a un côté à la fois Polnareff et Simply Red dans le cheveu. Le jeune homme a assuré la première partie des Insus au Stade de France à seulement 23 ans. Total respect ! 

Il danse franchement sur I Believe. Malo a pris de l’assurance depuis la dernière fois qu’on l’a vu sur scène.  Bien sûr, certaines lui préféreront le charme de son bassiste barbu. Mais Malo assure ! 

Il s’en va en partageant : « J’aurais envie de chanter toute la nuit, avec un public comme vous !« 

 

Share

Le top 10 des sorties en famille

Les vacances sont déjà loin et l’hiver approche à grands pas… Pas de panique, nous vous proposons 10 excellentes raisons de ne pas vous laisser aller à la morosité ! Pour ne pas rater une occasion de partager de bons moments en famille, voici le Top 10 des meilleures sorties à faire dès aujourd’hui. Musées, concerts, spectacles ou parcs d’attraction, voici plusieurs idées qui plairont à toute votre petite tribu. Faites le plein de bons plans et préparez dès maintenant votre planning d’événements à ne pas rater et de sorties familiales pour 2017/2018 !

Des concerts à partager

Soprano
Loin d’être un débutant, Soprano s’impose depuis plusieurs années comme une étoile qui n’en finit plus de monter. L’année dernière, son titre « En feu » a boosté la France pendant plusieurs mois. Depuis, votre aîné(e) vous a fait écouter le « Coeurdonnier » et « Mon précieux » et vous aussi, vous êtes accro à Soprano… Alors, si l’envie d’aller découvrir sur scène -et en famille- le talent de ce rappeur vous démange, ne résistez pas ! Courez voir ce prodige du rap qui fait l’unanimité en réconciliant les générations. Après son concert mémorable au Vélodrome de Marseille, il est en tournée dans toute la France avec son « Everest live Tour ». L’occasion de découvrir en live les meilleurs morceaux de ce phénomène, bien au-delà des clichés habituels du rap et débordant de bonne énergie.

Calogero
Calogero roule sa bosse depuis bientôt 30 ans dans l’univers de la pop française. Après avoir partagé la scène avec son groupe les Charts, il connaît un succès grandissant en solo dès la fin des années 90. Depuis, chaque sortie d’album est un succès renouvelé, avec des chansons souvent marquantes aux textes sensibles et aux mélodies rock ou nostalgiques. Avec son dernier album « Liberté chérie », il est de retour sur les ondes et dans plusieurs villes françaises, pour une tournée qui passe forcément près de chez vous !

Indochine
C’est officiel, Indochine revient. Porté par le charismatique Nicola Sirkis, le groupe mythique pop-rock/new wave français qui a marqué les années 80 et 2000 est de retour. Embarquez pour le « 13 Tour », une tournée de 29 dates à Paris et dans tous les Zéniths de France. Poétique et romantique en diable, cette tournée vient accompagner le dernier album de ce groupe culte. Indochine sait rester fidèle à ses origines tout en se renouvelant. Le cocktail parfait pour toucher leurs fans de la première heure et conquérir un auditoire beaucoup plus jeune.

Grease le musical

Des spectacles musicaux pour petits et grands

Grease
Depuis sa création à Broadway en 1971, la love story rock n’roll de Sandy et Danny traverse les décennies sans prendre une ride. Après avoir connu un succès fulgurant sur les planches du monde entier et une adaptation au cinéma portée par Olivia Newton John et John Travolta, « Grease the Musical » débarque en France. Réservez vite vos places pour cette comédie musicale cultissime aux mélodies inoubliables qui s’installe au Théâtre Mogador à Paris jusqu’à juillet 2018.

Disney sur glace
Retrouvez votre âme d’enfant et partez en famille pour un « Voyage Imaginaire » féerique à la découverte des héros de Disney. Laissez-vous entraîner dans les univers du Roi Lion, de la Petite Sirène, de Peter Pan et de la Reine des Neiges accompagnés par Mickey, Minnie, Donald et leurs amis. À découvrir au Zénith de Paris avant les fêtes de Noël puis en tournée dans toute la France. Conçu pour faire le bonheur des petits et des grands, ce spectacle ravira les fans de Disney et de ses héros si attachants.

Parc d’attraction : la féerie à tout âge

Disneyland Paris
Disneyland Paris souffle ses 25 bougies cette année ! À cette occasion, le célèbre parc d’attraction de Marne-la Vallée regorge d’événements spéciaux qui vont vous donner envie de célébrer ce joyeux anniversaire.

Et pour vous mettre encore plus d’étoiles plein les yeux, jusqu’au 7 janvier 2018, Disneyland Paris sort le grand jeu pour vous faire vivre des moments de magie. À l’occasion des fêtes, retrouvez le Père Noël, les personnages emblématiques tels que la Reine des Neiges. Joignez-vous à eux pour un inoubliable moment de bonheur partagé en famille.

Une chose est sûre : les animations de fin d’année créées spécialement pour le 25e anniversaire du parc réservent un bon nombre de surprises à ne pas rater… Avec 4 nouveaux spectacles et des parades grandioses, voilà de quoi régaler toute la famille ! L’occasion rêvée de faire le plein d’émotions avant de repartir la tête pleine de magnifiques souvenirs.

Art de DC

Musées et expositions de 7 à 77 ans

Musée Grévin
Loin d’être figé et poussiéreux, le Musée Grévin est une galerie de personnages historiques et de célébrités qui sait rester au goût du jour. Si vous êtes de passage à Paris, allez vite découvrir cet univers bluffant ! Plus de 200 représentations des personnages les plus célèbres s’y côtoient dans des mises en scènes saisissantes de réalisme. Nulle part ailleurs vous n’aurez l’occasion de croiser Matt Pokora, Jeanne d’Arc ou Donald Trump à quelques minutes d’intervalle…
Parmi les derniers arrivés, Katy Perry, Mick Jagger et Kendji Girac seront bientôt rejoints par un Maître Gims plus vrai que nature. De quoi réunir toutes les générations en partant à la découverte de l’impressionnant travail que nécessite chaque sculpture de cire. Passer sans complexe de Mozart au jury de The Voice, avouez que c’est tentant !

Exposition « L’Art de DC L’aube des super-héros »
Jeunes et moins jeunes fans de super-héros, voici une expo incontournable consacrée à l’univers de DC Comics ! Batman, Superman, mais aussi Wonder Woman et le Joker posent leurs valises (et leurs plus beaux costumes) au Musée d’Art Ludique jusqu’au 7 janvier 2018. Planches originales, costumes et accessoires mythiques, recherches destinées aux adaptations cinématographiques… Près d’un siècle de travaux sont réunis à travers plusieurs centaines de pièces consacrées à ces personnages iconiques qui ont nourri l’imaginaire de plusieurs générations. Une exposition unique élaborée par des passionnés, à découvrir de toute urgence !

 

 

 

Share

Hercules and Love Affair interview Omnion : « Ne crois pas en la hype ! »

Hercules and Love Affair revient en concert à Paris cette semaine pour faire tripper le public avec son excellent nouvel album Omnion, en version live.
Andy Butler, rencontré à Rock en Seine 2017 nous révèle son rapport à la scène, les secrets de sa condition physique et les coulisses de création de son album.

Hercules and love affair
Selfie original pour UsofParis

INTERVIEW – SELFIE 

UsofParis : Qu’y-a-t-il de nouveau avec cet album, Omnion ?
Andy Butler : Il y a beaucoup de nouveautés. Déjà, il y a un cast de nouveaux chanteurs : Gustaph, Rouge Mary ! 🙂
J’ai changé de direction aussi. Ce n’est pas un album typé électro, disco ou house. Je n’aime pas les genres en musique. Même si je sais que les gens ont besoin d’étiquettes, mais c’est ridicule !
La musique dépasse la simple catégorie.
J’ai pas mal expérimenté avec différents sons, textures, instruments. Plus de digital que les précédents albums, d’instruments analogiques et enregistrés live.

Quels instruments ? 

Il y a beaucoup d’instruments enregistrés live pour cet album, comme un quatuor à cordes, un petit ensemble de cuivres.
J’ai besoin de mélanger tout ça.
Le contenu du disque est un peu moins de mon identité ou de l’identité queer et plus de frontalité avec ce qu’est vraiment le monde, sortir de mon nombril en quelque sorte. 🙂

Image de prévisualisation YouTube

J’adore la chanson Omnion. Elle m’obsède ! 

C’est aussi une expérimentation et une technique de production.
J’étais intéressé plus par l’atmosphère, l’artisanat sonore plus que par trouver la bonne sonorité de synthétiseur.
La participation de Sharon Van Etten donne encore plus de mystère au titre.

Regardes-tu le public dans les yeux quand tu es sur scène ?
A chaque début de set, j’essaie d’en regarder quelques-uns. Mais ça prend du temps, avant que je sois vraiment à l’aise pour les regarder dans les yeux. J’ai cette tendance à être anxieux malgré le nombre de concerts. Depuis le tout premier jusqu’à maintenant, je me sens toujours un peu mal avant de monter sur scène. Y’a quelque chose de terrifiant.
Mais c’est une bonne adrénaline malgré tout.

Hercules and love affair
Rouge Mary
Hercules and love affair
Gustaph

Qu’aimes-tu faire quand tu joues en festival ? 
J’adore vérifier si la bouffe est bonne ou mauvaise. Et j’adore être surpris qu’elle est bonne ! 😉

Image de prévisualisation YouTube

As-tu un conseil pour un Américain de 20 ans, qu’il soit gay ou pas ?

C’est une chance, en tant qu’Américain, d’avoir vu le monde.
Chaque pays pense qu’il est le meilleur et les Etats-Unis ne sont pas différents.
Mon conseil : pars découvrir le monde et ne crois pas à la hype.
Et ton modèle ne doit certainement pas être Kardashian, regarde au-delà. 🙂

Quel est ton mantra dans la vie ?

Je me dis simplement : fais le meilleur que tu puisses et amuse-toi ! Parce que le plaisir que tu as sur scène, tu le transmets forcément au public.
Et ne jamais être misérable sur scène ! 😉

Faire de la musique te rend plus heureux ? 

Absolument ! Je pense que c’est la meilleure – pas l’unique – thérapie que j’ai eue dans ma vie. 🙂

Ton corps est waouh ! 🙂 J’adorerais avoir le même. Quel conseil peux-tu me donner ?

🙂 Ce n’est pas évident de l’entretenir… avec l’âge.
Mais le meilleur conseil : fais en sorte que ce soit toujours fun et change tout le temps d’activité. Si tu fais toujours la même chose pendant 6 mois, un an, ça ne marchera pas. Ce sera ennuyant !
J’ai fait plein de choses dans ma vie : j’ai étudié le ballet, la danse moderne, la danse africaine, la natation, j’ai joué dans des équipes sportives. J’ai fait du pilates.
J’adore les activités physiques !
La clé c’est le changement

Que fais-tu actuellement ? 
Une sorte de crossfit. Je suis un horrible addict ! 🙂

Interview by Alexandre

Hercules and love affair

 

Hercules and love affair
nouvel album : Omnion

(BMG)

concert unique en France :
le samedi 2 décembre 2017

au Trabendo 
Parc de la Villette
211 Avenue Jean Jaurès
75019 Paris

site officiel : herculesandoveaffair.net

Share

Les Inrocks Festival 2017 : Moodoïd retour réussi et prometteur #livereport

Samedi – Gaité Lyrique – Derniers concerts de l’édition anniversaire Les Inrocks Festival 2017.
Soirée à déclinaison pop-rock, de l’acidulée Calypso Valois aux électriques Obliques
.
On retiendra une sensation : Moodoïd mais aussi une déception : Alex Cameron.
Report.

Moodoïd

Moodoïd : 1 salle, 2 ambiances

On commence en mode pop, plus que rock avec Moodoïd.
Le groupe présente pour la première fois en live des titres de son nouvel EP, Reptile. Rythmes chaloupés, Pablo Padovani chante l’amour avec des mots décalés, une légèreté assumée et pointe d’humour incluse.
« Faisons l’amour » clame le chanteur. Les 5 premiers rangs du public sont à fond. A l’arrière un peu moins pour ce début de set.
Miss Smith, une de leur dernière compo clôt la partie aérienne du live.

Moodoïd

« J’entends des gens sifflés?  Oui, Je sais que mon batteur, c’est le plus beaux des batteurs !  »
Nous, on a kiffé sa grosse voix trafiquée en mode Dark Vador qui ponctue certains apartés du chanteur.

Et d’un coup, le groupe switche en mode rock.
Les guitares sont puissantes. Ça pulse sur scène.
Les textes sont toujours autant décalés mais les orchestrations plus amples. Cette partie de show, plus pêchue, emporte toute la salle de la Gaîté Lyrique.

Moodoïd

Un « A poil ! » jaillit du public avant le dernier morceau.
« C’est un peu tôt, le premier concert pour se mettre tout nu 🙂 ! » lance Pablo.

Pour conclure son retour sur scène, Moodoïd interprète une reprise d’Yves Simon, Au Pays Des Merveilles de Juliette.
Une version classe et parfaite, avec deux rythmes différents.
Une métaphore parfaite du concert de ce soir.
Moodoïd

Calypso Valois : une pop girly mais pas que

C’est une pop plus acidulée que propose la chanteuse. Mais si la musique est plus légère, les paroles à l’inverse sont plus noires.

« N’hésitez pas à avancer, il y a un espace de creux-là. » dit-elle en montrant le devant de scène.
Dans ce concert aussi il y a un creux,  car la voix de la chanteuse est un peu en dessous.

Moodoïd

Si elle et ses musiciens sont impeccables sur scène, on en veut un poil à l’ingénieur du son. Il faut tendre l’oreille pour saisir sa voix, couverte par les instruments de ses partenaires.  Et cela en tous points de la salle… Dommage

On aurait aimé profiter un peu plus du timbre sensuel de Calyspo. Et aussi des textes à la poésie classe pour ce live envoutant.

Moodoïd

Posé en fond de salle près des consoles, l’un des 2 programmateurs du Fnac Live profite des concerts, tranquillement accoudé aux barrières.

Obliques : pas de faux pas

Venu de New York, le groupe, emmené par Zach Van Hoozer et Ben Flesch, a posé ses enceintes rock. Une première française pour eux et on sent qu’ils prennent leur pied.Moodoïd

Coté zick, c’est un bon pop rock new-yorkais.  On sent bien l’influence US dans les mélodies et les guitares.
Ce n’est pas révolutionnaire musicalement mais leurs chansons sont taillées pour la scène.
Une découverte de festival comme on aime.

Alex Cameron : l’OVNI australien

On se demande parfois si assumer autant les années 80 est une bonne chose.

Les Anglo-saxons ne connaissant pas le second degré, il y a fort à parier que le public de la Gaité Lyrique en a beaucoup plus qu’Alex Cameron.

Moodoïd

Vous l’aurez compris, on n’a pas trop accroché à ce beau show au kitsch musical 80’s assumé.
Le public lui ne semble pas bouder son plaisir devant la tête d’affiche du festival.

Les Inrocks Festival 2017 c’est pas fini !

Dernier jour de festival ce dimanche avec des débat, des courts-métrages et un concert d’Angèle à 18h30 

Share

Les Inrocks Festival 2017 : révélation Otzeki, Django Django psyché #livereport

Jeudi – Gaité Lyrique – Première soirée de concerts Les Inrocks Festival 2017 à afficher complet en partie à cause de la présence de Django Django.
À 18h, l’artiste superstar Xavier Veilhan s’est posé le temps d’une rencontre pour partager son aventure folle à la Biennale de Venise – qui connaît ses dernières heures.
La bonne bouffe bat son plein avec le cuissot du Verre Volé, Antony Cointre.
Et côté scène, 4 groupes dont Dani Terreur, Rex Orange County, L.A Salami ont fait le show. Report 

Otzeki : sensation et bogosse à mèche 

On aimerait bien comparer le groupe à un autre pour nous aider, accrocher une ref. Mais rien ne vient pendant le concert, excepté David Bowie. La voix de  Joel emballe, surprend, touche.
« What you gonna do » chante-t-il, on se laisse prendre par le flow. 

Mike le synthé sourit timidement, se plaque les mèches de cheveux derrière les oreilles entre les morceaux.
django django
Quand le chanteur lâche sa guitare, prend le micro en main et jongle avec, sa voix devient tout autre, comme sur I was in touch. 

Il se mue alors en bab boy, montant sur une enceinte, jetant sa bouteille d’eau dans le public et traversant la fosse pour imprimer les esprits. Il y a quelques excès de voix à la Kurt Cobain mais ça reste sage. 

django djangoI’m already dead passerait presque pour un titre optimiste tant le rythme nous prend, une transe s’opère. Mais ne pas trop répéter les paroles pour autant, notre subconscient risquerait d’y croire. 

Dans le public, j’aperçois des petites tapes aux fesses du côté de deux trentenaires barbus, lovés, lovers. 

Joel, le bogosse à mèche a aussi un sourire ravageur. Otzeki est taillé pour la tournée à rallonge. django django

En sortant de la salle, je capte un très beau « C’est quand même questionnant ! » au sujet des parents d’une quadra.
Un peu plus loin, une trentenaires se plaint de ses échanges avec les mecs. Certainement pas la saison pour tomber amoureuse. 

Django Django : « here we go! » 

« Monsieur, vous savez qui joue après ? » Une spectatrice étourdie à un cameraman. Il y a pourtant des programmes des Inrocks Festival 2017 un peu partout dans la Gaité Lyrique. 

L’aventure recommence ici même avec les tout nouveaux morceaux du prochain album. Cela faisait un moment que les musiciens ne s’étaient pas retrouvés sur scène de l’aveu du chanteur. django django

Tout est propice à fêter les 30 ans du festival.

Une projection avec effets d’optique psyché sur écran de fond de scène donne le ton. 

Une quadra un peu saoule pousse son keum en costard à s’approcher de plus en plus du chanteur pour ses Instastories. 

Et il a envie d’impressionner sa belle avec son iPhone semble-t-il X, en main. Il fend donc la foule à plusieurs reprises. 

En son absence, la quadra tente bien quelques photos avec son ptit modèle… de smartphone, mais additionne les flous et les surex. Elle me fixe par deux fois, flippant. Je lui souris. Elle me demande via une note sur son tel si j’ai fait une belle photo, je lui fais un beau signe positif de la tête et m’éloigne un peu. 

django django

Couleurs pop rainbow sur Each Day, comme un côté Beach Boys 2017 qui nous fait du bien.
Django Django reprend ses tubes, flashs de souvenirs. Le public connaît les chansons, secoue la tête. 

Une blonde totale in love de son homme au gabarit de rugbyman trouve toujours un prétexte pour lui rouler une pelle. La passion sur fond musical est toujours plus euphorisante. 

Le nouveau single est plus efficace en live que sur YouTube ! On apprécie. 

Django Django sourit, ne perd pas de temps à parler entre les morceaux. Le groupe apprécie tout autant que nous nos retrouvailles. 

Les Inrocks Festival 2017 c’est pas fini !

Encore 2 jours de food, cinéma, talks et concerts dont Ibeyi ce vendredi et Moodoid samedi.

 

BONUS food
Très bon le hot-dog de Linda Granebring servi dans le foyer historique de la Gaité. Attention, son prix est un peu bourratif.
Il faut compter 7€ pour un sandwich fait avec amour par une jeune chef venue de Suède.
django django

 

Share

Alice Merton en concert à Paris / Une girl No Roots #report

Vous n’êtes sans doute pas passé à côté du tube No Roots que l’on entend partout depuis plusieurs semaines ! La jeune chanteuse Alice Merton est numéro 1 des écoutes sur Spotify et accumule plus de 50 millions de stream.

Image de prévisualisation YouTube

D’origine germano-britannique, Alice a beaucoup déménagé durant son enfance. Née en Allemagne, elle s’est envolée ensuite à New York, a passé une partie de son enfance au Canada avant de finir au Royaume-Uni.
Et c’est justement de cela dont il est question dans son titre No roots.

Auteure et compositrice de ses morceaux, la chanteuse est perfectionniste. Il lui aura fallu 2 ans pour sortir les 4 titres de son EP. L’album est prévu pour 2018.

Celle qui s’est affranchie des labels, qui lui demandaient de changer des choses dans ses compo pour vendre, en créant le sien (Paper plane records) afin de garder sa liberté, a eu bien raison. Nous sommes sortis de son concert totalement conquis.

Alice Merton

Ce Lundi, à La Boule Noire nous avons donc pu écouter les 4 titres (No Roots, Jealousy, Lie to my face et Hit the ground running) en live ainsi que plusieurs inédits.
Nous avons rarement vu un public aussi enthousiaste, réceptif pour le premier concert d’une artiste dont l’album n’est même pas sorti.

Il faut dire qu’Alice Merton prend vraiment possession de la scène et captive la foule dès la première chanson. Accompagnée par trois musiciens (dont un petit Frenchy), les titres pop rock s’enchaînent et le public n’en finit plus de danser et chanter. Un vrai beau moment de partage, de musique, de bonheur.

Alice MertonAlice Merton
Alice Merton fera même l’effort de quelques mots en français « Je suis très contente d’être à Paris ce soir ». Elle prendra plusieurs fois la parole pendant la soirée, pour présenter certains morceaux et en dévoiler un peu plus sur ceux-ci.

Le public le lui rend bien. Quel plaisir de voir une artiste émue, qui n’en revient pas de l’accueil qu’on lui fait.

Alice a aussi réussi à nous émouvoir avec Back to Berlin. Seule sur scène en piano-voix, même si elle n’était pas très à l’aise avec le piano sur lequel elle n’a pas l’habitude de jouer,  l’émotion était bien là. Ce titre chanson évoque ce cœur qu’elle a brisé en Allemagne et auprès de qui elle demande pardon.
A la fin du titre, une promesse : revenir avec son piano de tournée lors de son prochain concert à Paris.

Le concert se termine en apothéose sur No Roots, qui est définitivement un tube. Repris en chœur par le public, qui en redemande après sa sortie de scène. Elle revient avec un inédit I don’t hold a grudge.
Et à la demande du public, elle a enflammé une dernière fois La Boule Noire en reprenant à nouveau son tube pour notre plus grand plaisir.

Un vrai bon concert d’une artiste qui aime la scène et qui partage avec son public. Une très belle découverte, le coup de cœur de cette fin d’année 2017. On attend la sortie de l’album avec impatience.

by Joan

Alice Merton

Alice Merton
EP No Roots
(Columbia)

Share

CORSON dévoile son nouvel single Nos amours embouties

Comme David Bowie ou U2, Corson s’est frotté à l’énergie berlinoise. C’est là que les premières notes du nouveau single, Je respire comme tu mens, ont été posées.
Cordon nous dévoile, en avant première, quelques secrets sur cette nouvelle aventure et son nouveau single Nos amours embouties.

INTERVIEW SELFIE / CORSON

Corson

Quand as-tu décidé de devenir chanteur ?
Très tôt. Déjà petit, je pianotais sur le piano de mon cousin. Je pouvais y rester des heures.
Ça a donné l’idée à ma mère de m’inscrire au solfège. J’ai commencé à prendre des cours de piano, tout en débutant le chant. C’est venu assez instinctivement.
J’ai commencé à avoir des groupes. J’ai fait le conservatoire de ma région, en chant lyrique.
Après mes études, je me sentais pas de bosser dans une banque. Je suis parti, vers 22 ans, pour essayer de ne faire que de la musique et d’en vivre.  Je l’ai dit à mon père. Il n’était pas très content.

Une émotion musicale intense dans ta jeunesse ?
C’était à l’âge de 12-13 ans. C’était la première écoute de Bloody Sunday. J’étais en colo de ski. C’était le soir de la boom où tu essaies de pécho un peu.
Ça m’a fait une réaction physique quand j’ai entendu le titre. Et quand on m’a dit U2, j’ai filé tout écouté ! Et je me suis dit : « je veux être Bono, je veux faire de la scène ! »

Image de prévisualisation YouTube

Qu’est-ce qui est à l’origine de ton nouveau titre Je mens comme tu respires ? Du vécu ? Un sentiment ?
C’est un constat de ce que je peux voir autour de moi : des séparations, certains qui se trompent. Arrivé à mon âge – c’est pas une préoccupation à 20 ans – tu te poses la question de savoir si ta relation va durer, si tu vas avoir des tentations, si la routine va tuer le couple ou pas.

La rythmique de ce titre est prenante.
J’ai composé la chanson à Berlin avec mon collègue danois, Jesper Nielsen. Nous avions la base de chanson. Et je suis revenu poursuivre la compo à Paris.
J’ai fait les arrangements avec le réalisateur de mon 1er album, Boban Apostolov. On voulait un rythme répétitif et lancinant qui retrace la routine du couple. Comme si tout était écrit et qu’un marteau vienne marteler tout ce qui allait se passer année par année, jour après jour.

Tu retravailles beaucoup tes compos ?
Je suis partisan du premier jet. Il est toujours bon pour moi. Les premières notes au piano sont les bonnes. Plus je travaille une mélodie moins elle est bonne.
Ensuite, c’est au niveau des arrangements qu’on se prend la tête. Le choix de vraies cordes ou de cordes synthétiques, par exemple.

Image de prévisualisation YouTube

Qu’est-il autorisé de dire sur le nouvel album ?
Il parle essentiellement des relations amoureuses dans tous les états possibles.
Fille à Copenhague parle d’un amour manqué, quelqu’un qui croise une jeune femme dans cette ville (je suis aussi allé y composer un titre). C’est quand on se dit : pourquoi je ne suis pas allé lui parler ? Qu’est-ce qui ce serait passé, si je l’avais rencontrée ?
Le titre Faisons l’amour parle des gars qui sont timides. Je l’étais il y a dix ans, quand je sortais en boite. 🙂
J’ai fait quelques titres aussi en Bretagne.

Une anecdote de studio ?
L’enregistrement des cordes s’est fait à distance. J’étais en Bretagne et Boban à Skopje avec les cordes. Je suivais l’enregistrement à distance. Mais j’avais une mauvaise connexion. J’entendais tout en décalé et je suis devenu fou.

Qu’a-t-il de particulier Jan Pham Huu Tri ?
Jan est un ami. Il a collaboré avec David Hallyday, Brigitte et il a fait les guitares de mon premier album. Pour le nouvel album, il joue de la guitare (avec un archet) et de la basse. Il a un son bien à lui. Il a une façon d’aborder les titres très instinctive.

Corson
Selfie original pour UsofParis

Un duo de rêve ? Un fantasme ?
J’en ai plein ! 🙂
Il y a le titre Fil Amant que j’aimerais partager avec une artiste. Je n’ai pas encore d’idée. Mais je cherche.
Sinon, j’aimerais beaucoup chanter avec Cœur de Pirate. Une artiste que j’aime de plus en plus.

Une anecdote de concert ?
Une première partie au début chaotique. C’était au Zénith, en ouverture du concert de Laura Pausini. J’étais avec mon musicien, Brice Davoli. Et il avait un clavier connecté à un ordi pour une palette de notes mais qui ne marchait pas. On ne comprenait pas pourquoi.
On a fini par faire le live en piano voix. C’était un beau moment mais beaucoup de stress.

Une belle rencontre musicale ?
Mon réalisateur : Boban Apostolov. On s’est rencontré à Londres. C’est un jeune réalisateur macédonien. Et je bosse depuis mon premier album tout le temps avec lui. On travaille aussi pour d’autres artistes. Il a beaucoup de talent.

Quel rapport as-tu avec les réseaux sociaux ?
C’est moi qui gère. J’aime tweeter des photos, des vidéos, j’aime beaucoup Instagram parce que j’adore faire de la photo.
FB c’est un lien quand t’es pas en promo, en concert. Je réponds aux questions quand je peux.

Une chanson pour dire Je t’aime ?
La nuit je mens d’Alain Bashung.

Une chanson pour pleurer ?
Ne me quitte pas de Brel.

Une chanson pour s’évader, quitter Paris ?
No Surprises de Radiohead.

Une claque musicale récente ?
Half Moon Run, un groupe canadien. Je l’avais vu au Trianon, en 1ère partie.
Le batteur faisait à la fois de la batterie et du pad. J’aimerais bien l’avoir pour mes prochains lives.
Le groupe mélange pas mal l’électro et l’acoustique et j’adore la voix du chanteur.

Corson

CORSON

Nouveau single : Nos amours embouties

Follow Corson sur FB
Site officiel : corson.artiste.universalmusic.fr


Itv réalisée au Terrass’Hôtel
Share

Petit Fantôme en interview – Un mouvement pour le vent

Rencontré au début de sa tournée estivale au festival We Love Green, Pierre Loustaunau alias Petit Fantôme nous dévoile son album Un mouvement pour le vent avec sincérité.
Un accident technique l’a conduit à tout recommencer en urgence. Le résultat est planant, une série de haïkus musicaux, purs à l’image de leur interprète.
Petit Fantôme est en tournée et sera en concert à la Gaité Lyrique le 20 mars 2018.


INTERVIEW PETIT FANTÔME

Petit Fantôme

 

UsofParis : Que retiens-tu de ton aventure avec François and The Atlas Mountains ?
Petit Fantôme : Ça m’a bâti ! La personne que je suis maintenant n’est pas la même sans tout ce que j’ai vécu. Ça a fait mon ADN. C’est ma base, mon essence. Et ce que j’ai vécu avec François c’est d’une intensité incroyable. J’ai tout appris : la scène, un langage, un langage commun de concert, de live, de transe…

Un langage musical ? Un langage corporel ?
C’est un langage mystique, un langage commun… un langage avec les gens, avec ce qui se passe sur scène… Pourquoi on fait de la musique, pourquoi on veut montrer sa musique… Pourquoi on veut l’expliquer, pourquoi on veut la jouer, pourquoi on veut la mener plus loin, la jouer plus fort.

Et cet album tu l’as conçu où ? En tournée ? En voyage ?
En revenant vivre au pays basque. Je me suis reposé, un peu, avec mon amoureuse. Je me suis décentré de plein de choses, de la vie de tournées avec François. Je me suis décentré un peu de ma vie, en prenant un peu de recul. Je me suis apaisé.
Je vis à côté de la montagne et de l’océan. Ça m’a fait beaucoup de bien, ce petit moment où j’ai fait autre chose : des travaux, du bâtiment, du plâtre,  des cuisines, du chantier.

C’était pour te libérer l’esprit ?
Oui. Pour faire autre chose. Et aussi peut-être inconsciemment pour me créer une frustration, pour me donner une envie forte de faire de la musique. 🙂

Et le premier titre composé a été ?
Ma naissance qui vient de sortir.
Et l’autre morceau qui s’appellera Quelque chose à vivre.
L’album, je l’ai créé à Bayonne et j’ai tout perdu ce qu’il y avait sur mon disque dur. J’ai dû le recréer très vite avec Vincent qui joue à la base dans le groupe. J’ai récréé des morceaux que j’avais réussi à faire comme Ma naissance et après on a retravaillé, on a écrit des morceaux.
C’était nouveau, c’était plus frais. C’était super !

Image de prévisualisation YouTube

Finalement, la perte ça a été une bonne chose ?
Oui car je m’étais enfermé dans des choses qui étaient très compliquées et comme dirait un bon copain : « ne fais pas compliqué quand tu peux faire simple. »

Donc tu as simplifié du coup ? Parce que c’était l’urgence ?
Oui, parce que j’allais perdre trop de temps sinon.
Je suis allé à Paris enregistré les basses et les batteries avec Jean de François and The Atlas Mountains et Vincent à la basse. On a enregistré les batteries dans son studio à Pigalle, dans une toute petite cave. Après j’ai récupéré toutes les pistes et j’ai fait tout chez moi, dans ma chambre, une petite chambre de musique.
Je suis revenu mixer à paris.

Quelle est la chanson la plus personnelle de cet album ?
Elles le sont toutes !
Il y en a une sur ma mère qui a été très malade. C’est celle-là la plus personnelle.

Et pourquoi écrire sur ce sujet ?
Ce groupe c’est une catharsis et m’aide à libérer la parole, les mots… des choses qui m’émeuvent, des choses qui me font mal.
J’essaie d’universaliser le message du coup ça peut paraitre perso mais ça passe. Les gens ne font pas gaffe, alors que moi je sais que c’est très perso. C’est très référencé et vraiment ça me fait du bien.
Ça peut paraitre comme un manque d’humilité de parler de soi, d’avoir des choses personnelles, mais moi je ne fais pas de psychanalyse, je fais de la musique.
C’est quand même assez génial de pouvoir se libérer par la musique et c’est de transcender l’âme ; d’aller en profondeur dans des choses libératrices et de pouvoir chanter de sa mère qui est malade devant des gens ou devant ses copains ça me libère…

Mais ça fait remonter des émotions ?
Si mais ça fait du bien d’être pur comme ça, d’être dans la pureté. Je ne suis pas là pour raconter un mec qui va coucher avec une meuf.
Je déteste raconter des histoires en fait et a part William Sheller y a personne qui sait le faire.
Il y a très peu de paroles dans mes titres c’est des sortes de haïkus.

Image de prévisualisation YouTube

Qui a grâce à tes yeux dans la chanson française ?
Sheller, Manset, Dominique  A, Katerine.
Et Amadou et Mariam c’est mon groupe préféré qui chante en français ! Je les ai vus plusieurs fois sur scène.
Et il y a aussi Chocolat, un super groupe canadien que j’adore. Corridor aussi.

As-tu as un mantra qui t’aide à vivre où qui t’aide à survivre ?
« Sois bien ! ». J’adore me dire ça. Et « Offre ta musique », tu te dis ça avant un concert, « Ne t’excuse pas pour qui tu es ». C’est un poème de René char qui dit «Impose ta chance, à te regarder ils s’habitueront ».
Çacorrespond plus à ma musique. Fais ta musique, même si c’est trop chelou, ils s’habitueront.

Claques scéniques récentes ?
Teenage FanClub ! C’est un groupe culte écossais. Ils ont 60 ans.
J’ai enchainé 3 concerts géniaux : les Swans à Biarritz, Teenage FanClub et Chris Cohen à Bordeaux.
Pour mes claques musicales : c’est Powerdove et Chocolat.
Chocolat c’est super !

Une chanson qui te fait pleurer ?
Un homme heureux de William Sheller me fait pleurer et je suis souvent touché par Le petit bal perdu de Bourvil.

Interview by Alexandre

 Petit FantômePetit Fantôme

Petit Fantôme
nouvel album : Un mouvement pour le vent
(Because Music)

sortie le 6 octobre 2017

Site officiel : petitfantome.com

EN CONCERT
A la Gaité Lyrique, le 20 mars 2018

& EN TOURNÉE
08/11 : AMIENS / LUNE DES PIRATES
12/11 : LA ROCHELLE / LA SIRÈNE (AVEC PARCELS)
15/11 : TOURS / TEMPS MACHINE
16/11 : BEAUVAIS / OUVRE BOITE (AVEC HER)
27/11 : NANTES / SOY FESTIVAL
09/12 : CLERMONT / COOPE CLUB

Tournée 2018
18 janvier — Bordeaux — Rock School Barbey
19 janvier — Biarritz – Atabal
27 janvier — Saint Etienne – 10 ans du Fil
2 février — Montpellier – Rockstore
3 février — Lyon – Transbordeur Club
(20 ans du Festival Woodstower)

 

Share

AYO en interview : on a parlé maternité, amour, inspirations

AYO, un sourire qui fait littéralement fondre, revient avec un nouvel album au charme profond, fort et émouvant. Un 5e disque qui a suivi l’arrivée d’un troisième enfant. Ce petit dernier accompagne sa maman lors de la promo.
On a parlé maternité, amour, inspirations avec la chanteuse qui a quitté Paris pour New York.
Une interview sur un nuage.


INTERVIEW AYO

Ayo

UsofParis : Le premier post FB après une longue absence a été la photo de la naissance de ton ptit dernier. Pourquoi partager cet événement très intime ?

Ayo : Parce que je n’ai rien posté pendant ma grossesse. Personne ne savait. Même mes amis proches. Ce n’était pas la peur. Mais javais déjà eu une grossesse extra-utérine. C’est un cadeau donc c’était entre moi et Dieu.
J’étais tellement heureuse le jour de la naissance que je souhaitais partager.

Comment on gère sa vie entre la famille, ce nouveau né et le nouvel album ?

Je ne sais pas sincèrement. 🙂 Je suis un peu dans la twilight zone. J’avais même peur, j’ai 36 ans. Je pouvais être plus fatiguée. Je voulais presque annuler la promo.
Je me demandais si mon fils allait supporter, car chaque enfant est différent. Mais en fait, c’est la paix. Il est calme.
Il y a le jet lag bien sûr mais aussi l’excitation d’être là.

Image de prévisualisation YouTube

Quand as-tu écrit I’m a fool pendant ta grossesse ?

C’est une vieille chanson. La vidéo n’a rien à voir avec l’histoire d’origine.
Je l’ai écrite pour mon premier fils qui était amoureux fou d’une fille. Il était tellement maladroit. Ça m’a fait penser à ma première fois quand je suis tombée amoureuse. Je me souviens de ces sentiments.
Et c’est en fait le même sentiment qu’avec un bébé, les papillons dans le ventre.

Mais l’origine c’est une jeune fille de 11 ans qui était venue à un de mes concerts. Sa mère m’a contactée 8 ans après pour m’informer que sa fille, Yasmine, allait signer pour Wagner. J’ai voulu l’aider, la conseiller.
J’ai tenté d’écrire une chanson pour elle, alors que je n’écris jamais pour d’autres artistes. Et j’ai pensé à l’amour, mon fils m’inspirant.

Image de prévisualisation YouTube

Tu as sorti un album après ton 2e enfant, là ton dernier album avec ton 3e enfant.

C’est par hasard !
Avant la grossesse, je ne savais pas si j’allais signer et avec qui, si j’allais faire un nouveau disque. J’ai quitté Paris, je me retrouvais à New York.
J’avais envie d’être maman, d’être avec mes enfants. Je n’avais pas eu l’habitude de faire la cuisine pour eux. Ils ont voyagé pas mal avec moi.

Ayo

Quelle est l’histoire de Boom Boom ?

Boom Boom a 3 ans. Je l’ai écrite suite à l’assassinat de Michael Brown à Ferguson, ça m’a touchée énormément. J’ai pensé à mon fils qui avait 8 ans et me suis dit que ça pouvait être lui. Comment une mère peut ressentir ça ?
Je voulais sortir cette chanson sans maison de disque. J’ai fait la vidéo chez moi avec des images fortes. Et je l’ai mise en ligne sur Youtube en pleine nuit. Plus de 10 000 personnes l’ont vue en très peu de temps. Je l’ai retirée après.
C’est une histoire qui fait écho à d’autres actuelles.
Je ne comprends pas pourquoi un Jay-Z (le rap c’est la voix des gens) n’écrit pas sur ces drames.

Et Pray ?
Je l’ai écrite à Paris, dans mon appart de 45 m2, j’avais mon stanway. Je l’ai enregistrée avec mon smartphone et c’est le son que l’on entend sur le disque. Mais ce n’était pas un contexte heureux. J’ai eu des problèmes avec l’administration française, à cause d’impôts à payer,. J’avais pourtant une cabinet qui s’occupait de mes droits. J’en payais en Allemagne, j’en payais en France. Et j’ai écrit Pray la nuit précédent ma comparution au tribunal. J’avais tellement peur.  J’ai écouté la musique, je me suis mise à danser, la preuve avait disparu.

As-tu une anecdote de tournage du clip I’m a fool ?
J’étais tellement enceinte. La vidéo était mon idée, c’était ma première réalisation.
Tout a débuté en retard. Le studio était disponible pour peu de temps.
On a loué la baignoire. 3 semaines après le tournage, j’avais encore de la couleur dorée.
A la fin de la vidéo, j’ai eu des contractions. Je me suis dit que c’était dangereux si l’accouchement avait lieu dans toute cette couleur.
Les mouvements de tissu représentaient les mouvements du bébé dans le ventre.

Quelle est la meilleure raison d’écouter ton disque ?

Il y en a plein !
Si on veut être inspiré et avoir un regard sur le monde actuel. Avoir l’amour et un message aussi.

Interview by Alexandre et Joan

Ayo

AYO 

nouvel album Ayo 
(Believe Rec / 3 Pom Prod)

sortie le 13 octobre

concerts du 24 au 28 octobre 2017

aux Bouffes du Nord
37 bis Boulevard de la Chapelle
75010 Paris

Et en tournée en France : Nîmes, Nancy, Lyon, Reims, Bordeaux, Carpentras…

site officiel : ayomusic.com 

Share