Archives par mot-clé : danse

Saturday Night Fever, le spectacle glamour à mort !

Frustré(e) de ne pas voir danser Fauve Hautot dans la dernière saison de #DALS ? Inconsolable même ?
Pour vous, comme pour nous, un shoot live avec un max de danse, de musique et de jeux de lumière est prescrit sans attendre !
Rdv dès le 9 février 2017 pour vibrer, chanter et s’éblouir avec Saturday Night Fever au Dôme de Paris – Palais des Sports. 

fauve-hautot-et-nicolas-archambault-saturday-night-fever-le-spectacle-comedie-musicale-photo-scene-usofparis-blog
Fauve plein les yeux

Pour avoir vu en live et en exclu quelques tableaux du spectacle prochainement à l’affiche à Paris, le rythme vous attrape sans appel.
On a manifesté aucune résistance et la magie a opéré sans aucun préliminaire.
Quand Fauve Hautot fait son entrée à La Fièvre du samedi soir !, notre regard est capté. Vous aurez beau venir en couple, l’infidélité des yeux ne trompera pas. Impossible de la lâcher, on oserait à peine cligner des yeux de peur de perdre un moment de grâce. Fauve magnétise tout simplement.
La danse semble si naturelle, si simple avec elle.
Ses robes de lumière savent épouser ses formes tout en laissant à la danseuse la pleine maitrise de ses mouvements.

fauve-hautot-danseuse-saturday-night-fever-le-spectacle-comedie-musicale-photo-scene-usofparis-blog
Un Travolta tatoué

Fauve a un pendant masculin tout aussi doué de son corps dans son costume blanc quelque peu rétro – ça sent en fait la fin des 70’s à plein nez ! – mais au charme indéniable.

nicolas-archambault-danseur-est-tony-saturday-night-fever-le-spectacle-comedie-musicale-photo-scene-usofparis-blog
Nicolas Archambault va marquer les esprits et va faire des émules, en reprenant le rôle de Tony incarné au cinéma par John Travolta. Le trentenaire nous vient de loin, du Québec. Il a la particularité d’être largement tatoué. Avez-vous remarqué le hérisson en dessous de la silhouette d’Edward aux mains d’argents sur son bras gauche ?
Pas besoin de sortir votre paire de jumelles, il suffit de mater le clip Stayin’ alive !

Image de prévisualisation YouTube

saturday-night-fever-le-spectacle-fievre-du-samedi-soir-danseurs-comedie-musicale-photo-usofparis-blogsaturday-night-fever-le-spectacle-fievre-du-samedi-soir-troupe-danseuses-comedie-musicale-photo-usofparis-blogsaturday-night-fever-le-spectacle-fievre-du-samedi-soir-troupe-danseurs-comedie-musicale-photo-usofparis-blog
Beaux et belles gosses
Alors que la distribution finale n’est pas encore connue entièrement, l’on sait déjà que la troupe de danseurs et danseuses qui va accompagner les artistes a de quoi émoustiller les spectateurs. Ils et elles ont tous les atouts : charisme, muscles, agilité et silhouettes parfaites pour assurer le show sur le large plateau du Palais des Sports de Paris.

saturday-night-fever-le-spectacle-comedie-musicale-fievre-du-samedi-soir-chanteurs-danseurs-photo-scene-usofparis-blog

If I can’t have you 
Un soin tout particulier a été accordé à la réorchestration des chansons cultes de Bee Gees. La version 2016 de If I can’t have you est entêtante à souhait avec la voix de Jess Glynne.
L’album du spectacle offre aussi d’autres invités de marque comme Kylie Minogue, Julien Perretta ou Nile Rodgers. Ils ne seront pas sur scène mais les chanteurs de cette production ne démériteront pas. Ils ont assurés lors du showcase de lancement.

fauve-hautot-et-nicolas-archambault-couple-amoureux-saturday-night-fever-le-spectacle-comedie-musicale-photo-scene-usofparis-blog

Image de prévisualisation YouTube

Saturday Night Fever, le spectacle musical
La Fièvre du samedi soir !

avec Fauve Hautot (Stéphanie), Nicolas Archambault (Tony), Gwendal Marimoutou (Monty, le DJ)…

Mise en scène : Stéphane Jarny
Scénographie : Stéphane Roy

Au Dôme de Paris – Palais des Sport de Paris
à partir du 9 février 2017

#BONPLAN ! Offre spéciale Premières : bit.ly/billetsSNF

et en tournée dans toute la France à partir du 13 mai 2017 : Épernay, Amneville, Amiens, Lille, Dijon, Orléans, Toulouse, Marseille, Bordeaux, Lyon, Nice, Montpellier, Albertville, Limoges, Caen…

Share

100 % : Le nouveau festival global et explosif @ La Villette

Exposition, théâtre, danse, cirque, performance et balade à travers le parc : c’est toutes les promesses du festival 100 % imaginé par La Villette. Ce nouvel évènement a la volonté d’englober tous les lieux du site afin de mettre en avant des arts pluridisciplinaires.

Image de prévisualisation YouTube

100 % Expo

16 artistes, 17 œuvres, installations, ou performances, 3 lieux.
La pièce maîtresse de 100 % Expo sera bien évidement la Grande Halle de la Villette. Charles Carpopino a créé un parcours parmi des œuvres interactives, plus ou moins technologiques. Petit tour d’horizon.

Une sphère de 3 mètres de diamètre implantée de fusains dans une pièce blanche, voilà ADA de Karina Smigla-Bobinki. Le visiteur est invité à pousser, faire rouler ou simplement jouer avec l’œuvre pour laisser la trace de son passage sur les murs de la pièce : totalement interactif et poétique.

Photo © DR
Photo © DR

Mettez votre casque et plongez dans le virtuel avec The Nail Polish Infern « Born Digital » : immersion totale dans l’univers psychédélique de Geoffrey Lillemon. Déambulez dans l’espace d’exposition transfiguré par les yeux de l’artiste à la rencontre de créatures grotesques ou effrayantes.

Photo © Geoffrey Lillemon
Photo © Geoffrey Lillemon


A Two Dogs Company / Kris Verdonck
propose deux installations dans des styles opposés.
Les neuf boites d’Isos renferment des vidéos 3D, des détails d’une même scène, pensées comme des sculptures virtuelles. Et c’est à vous de réaliser le montage, suivant votre ordre de visionnage, de ces différentes scènes pour réaliser votre propre court-métrage.

Photo © atwodogscompany.org
Photo © atwodogscompany.org

Avec Bogus, c’est le gigantisme qui envahit la Grande Halle. Titillant le faîte du lieu, ces structures gonflables sont des totems symboliques qui sortent avec répétitions de leur boîte. Elles figurent une ville renaissant de ses cendres.

Photo © Anna Scholiers
Photo © Anna Scholiers

Toujours à la Grande halle, Le Fresnoy (Studio National des Arts Contemporain) met en avant cinq artistes pour 100 % Expo.

Lukas Truniger pose ses écrans et haut-parleurs avec Déjà Entendu, une création effectuée à partir de mélodies d’opéra autour du mythe de Faust. Les 102 écrans forment un espace immersif permettant d’explorer la nature rythmique et mélodique du langage.

Photo © Le Fresnoy
Photo © Le Fresnoy

La dernière révolution technologique, l’impression 3D, entre dans l’art. Mais Ludivine Sibelle en inverse le processus. De manière imprévisible l’imprimante de Burn out creuse un bloc de sel pour façonner une sculpture unique et propre au lieu d’exposition.

Photo © Le Fresnoy - Cyprien Quairiat
Photo © Le Fresnoy – Cyprien Quairiat

Après la Grande Halle, poussez les portes du WIP et la Folie L5, plus orientés vers les performances, pour terminer votre exploration de 100 % Expo.

100 % festival Focus sur la danse, le théâtre, et les performances

Le spectacle vivant a une place majeure dans la programmation de la Villette tout au long de l’année.
Voici une petite sélection des spectacles qui nous ont tapés dans l’œil.

Speak Low if you speak Love
Wim Vandekeybus/ Ultima Vez reviennent à La Villette avec un spectacle de danse autour de l’amour. Parmi les clins d’œil et les séquences décalées, on plonge dans tous les états de l’amour.
Mais dans l’amour il n’y a pas que des choses tendres. Le chorégraphe propulse sur scène un ballet passionné, en explorant les tréfonds de ce sentiment.

 Photo © Danny Willems
Photo © Danny Willems

Horror
Méliès, Hitchcock, Kubrick, Carpenter ou Polanski sont convoqués sur scène. Dans cette maison hantée, les objets s’animent, les souvenirs refont surface et l’ambiance s’alourdit. Entre illusion,  humour noir et effets visuels, la compagnie Stichting Pels / Jacob Ahlbom joue de l’épouvante et du gore (parfois) : un spectacle garanti 100 % frissons !
Attention : spectacle déconseillé au moins de 15 ans

Photo © Sanne Peper
Photo © Sanne Peper

Retrouvez toute la programmation, les horaires et tarifs des spectacles sur le site de La Villette.

100 festival la villette grande halle expo exposition danse théâtre cirque paris Blog United States of Paris

100 % Festival

du 22 mars au 10 avril 2016

100 % Expo
Tarif : 8 €  en plein tarif
Accès gratuit pour les détenteurs d’un billet spectacle

La Villette
211, Avenue Jean Jaurès
75019 PARIS

Share

Étourdissant TUTU par les Chicos Mambo de retour à Bobino : #lepied !

Une soudaine envie de danse classique avec tutu et pointes, mais sans se ruiner avec une sortie à l’Opéra Garnier ? Les Chicos Mambo sont aussi doués pour les grands écarts que des danseurs étoiles. La seule légère différence serait qu’eux assument entièrement leur côté cabot.

Tutu la danse dans tous ses états spectacle Chicos Mambo Bobino Paris avec Julien Mercier Anthony Couroyer Mikael Fau Alexis Ochin danseurs photo Val Productions

Pour s’en assurer, rien de mieux que de céder aux appels de Tutu au Off d’Avignon, un show rythmé, parodique et pro jusqu’au bout des pointes.

Dans la catégorie compagnie de danse 100% masculine – enfin presque – nous avions les indétrônables Ballets Trokadero de Monte Carlo, qui ne se sont d’ailleurs pas renouvelés depuis un bail. Il faut aussi compter sur les Chicos Mambo qui aiment tout autant rire de la danse qu’impressionner les amateurs de portées et autres prouesses corporelles.

Tutu par Chicos Mambo spectacle la danse dans tous ses états avec Loïc Consalvo et Julien Mercier danseurs photo salut scène by United States of Paris blog

Six hommes sur scène et une présence mystérieuse qui vient pimenter le tout composent un spectacle qui assume ce qu’il est : coloré, sensuel, décalé, barré aussi par moments, kitsch, inventif et diablement critique sur les figures imposées de la danse.

Pina Bausch en prend pour son grade, les traits sont tout juste grossis. Tout y est : chevelures amples, soubresauts incontrôlés, tirades énigmatiques lancées à la face du public.
La danse abstraite – qui ne danse plus depuis trop longtemps – trouve enfin le sens qui lui manquait avec l’œil du chorégraphe Philippe Lafeuille.

Tutu chicos mambo Festival Off Avignon Collège de la Salle spectacle la danse dans tous ses états humour

Dans l’exercice de la relecture du Lac des Cygnes, 100 fois imité, Tutu vient ajouter une nouvelle interprétation originale qui a tous les atouts pour devenir culte à l’égal de la chorégraphie de Matthew Bourne – qui avait fait le choix de cygnes masculins.

Fauve Hautot, quant à elle, a trouvé en la personne d’Anthony Couroyer un double quasi parfait avec robe moulante et chevelure rouge vif. La version de Danse avec les Stars par les Chicos Mambo est hilarante.

On ne vous dit pas tout. Et ne lisez pas tout non plus sur Tutu. La surprise fait partie du jeu de ces gaillards dont certains ont plus un physique de boxeur que de danseur, sans alourdir la danse pour autant. Impressionnant !

Image de prévisualisation YouTube

TUTU par les CHICHOS MAMBO

de retour à BOBINO
14-20, rue de la Gaîté

75014 Paris

jusqu’au 26 juin 2016

le vendredi et samedi à 19h
le dimanche à 17h
et plein d’autres jours en semaine !!! (
checke le calendrier) 

Pour suivre l’actu du spectacle, rendez-vous sur la page officielle FB : facebook.com/tutuchicosmambo

Share

Believe : Roméo & Juliette sur patins le nouveau show d’Holiday On Ice

Holiday on Ice, c’est 72 ans de spectacles et c’est le premier événement donné dans un hôtel de Toledo, Ohio, en décembre 1943,  qui a laissé son nom à la troupe : Holiday.
Les spectacles ont bien changés depuis et la troupe revient en France ce printemps avec un spectacle inédit, Believe.
Nous avons assisté, ce mercredi, à la conférence de presse de présentation.
Et dans ce show, beaucoup de nouveautés pour Holiday on Ice, tant sur le fond que sur la forme.

Holiday on Ice 2016 Believe new spectacle évènement show Paris tournée scène décor costumes France troupe Photo ©Morris McMatzen
Photo by Morris McMatzen

Believe : de l’histoire aux costumes

Premier changement : ce spectacle a une histoire du début à la fin.
Et résumer son livret est simple : un Roméo et Juliette, sur glace, en mode lutte des classes.
Antonio (Andrew Buchanan), le héros, vit dans le monde d’en bas, un univers de machines et de labeur. Clarissa (Robin Johnstone), l’héroïne, vit dans la prospérité et l’opulence du monde d’en haut. Lorsque les deux personnages se rencontrent, l’inéluctable surgit : le coup de foudre entre  Antonio et Clarissa. Confrontés au rejet de leurs semblables, ils feront tout pour que leur amour triomphe.

Image de prévisualisation YouTube

Pour restituer la dualité de ces univers, Luc Peumans, (qui en est à sa 7ème collaboration avec Holiday on Ice) a imaginé deux scènes superposées : une pour le monde d’en haut et une pour celui du bas. Celles-ci sont reliées par deux ascenseurs et deux rampes qui permettent aux acteurs d’évoluer entre les différents plateaux.
Un écran LED géant englobe ce décor pour faciliter le voyage entre ces deux univers.

Photo by Morris McMatzen
Photo by Morris McMatzen

C’est le champion des Jeux Olympiques 1984 de danse sur glace Christopher Dean qui a été choisi pour mettre en scène et chorégraphier le show Believe.
C’est une double première pour lui : la mise en scène d’un spectacle et sa collaboration avec Holiday on Ice.
Believe est aussi l’occasion d’une autre première collaboration celle de Nicolas Vaudelet pour la création des costumes.

Photo by Morris McMatzen
Photo by Morris McMatzen

Durant les 6 mois de travail, de la conception à la réalisation définitive, il a dû se confronter aux spécificités techniques d’un spectacle de si grande ampleur : matières souples pour les mouvements, zip pour les pantalons des hommes car ils ne peuvent enlever leurs patins lors des changements rapides de costumes. Mais il a aussi dû prendre en compte les impératifs artistiques. Car, si le metteur en scène souhaitait donné une silhouette plus « couture » aux costumes, il lui a fallu garder l’ADN d’Holiday on Ice : le cristal et les paillettes. Le parcours professionnel de Nicolas Vaudelet l’a certainement aidé à relever ce défi : concevoir 120 costumes en un temps si court.
En effet, le styliste a fait ses classes chez Christian Lacroix. Puis, il est passé parles maisons  Dior, Louis Vuitton, Givenchy et Sonia Rykiel. Il a aussi participé, chez Jean-Paul Gaultier, à la conception des tenues de scène de Madonna pour son Confessions Tour. Après une période au ballet national espagnol, il travaille depuis 2013 pour le groupe Franco Dragone pour lequel il a conçu les costumes de la dernière revue du Lido : Paris Merveilles.

Holiday on Ice 2016 Believe new spectacle show troupe tournée France Lido Photo by United States of Paris

De l’innovation !

Pour ce spectacle, point de grand sportif médaillé sur la glace. Nathalie Péchalat, qui aurait dû être sur scène, prend le rôle de narratrice (pour cause de grossesse). Mais on nous a assuré qu’elle serait tout de même visible par le public. Mais par quel moyen ? Surprise.

Avec Believe, il y a une réelle volonté de faire évoluer la troupe d’Holiday on Ice. De nouvelles disciplines ont été incorporées à la troupe classique. Acrobates sur glace,  pole-dance, et chanteurs en live qui sont les voix deux protagnistes de cette histoire.

Photo by Morris McMatzen
Photo by Morris McMatzen

Et cocorico !  La pole danseuse est française, mais surtout talentueuse. Un de ces numéros dévoilés lors de la conférence de presse est magique. Il faut dire que Vanessa Biel a remporté de nombreux prix internationaux.

Holiday on Ice 2016 Believe new spectacle show Andrew Buchanan Robin Johnstone Candice Parise tournée France Photo by United States of ParisCandice Parise et John Eyzen sont les voix du spectacle.
Leur parcours est bien distinct. Candice a joué le rôle d’Esmeralda dans la tournée asiatique de Notre Dame de Paris, mais aussi dans Hair et Roméo et Juliette. John, lui, a été repéré dans la Star Academy 2004. Il est aussi passé par la comédie musicale Roméo et Juliette.
L’extrait qui nous a été montré nous fait dire que le chant en direct va certainement donner une autre dimension émotionnelle à l’histoire qui sera jouée devant nous.

Holiday on Ice 2016 Believe new spectacle show tournée France Lido Acroboys Adam Nadas Ievgen Lukashenko Photo by United States of Paris
Adam Nadas & Ievgen Lukashenko

Adam Nadas & Ievgen Lukashenko sont impressionnants sur scène.
Véritables acrobates, ils vont sans conteste apporter une touche plus folle et débridée au spectacle.

Holiday on Ice 2016 Believe new spectacle show Philippe Candeloro casting Team 23 tournée France Lido Photo by United States of Paris
Philippe Candeloro, notre champion du patinage français, a été plusieurs fois danseur étoile des spectacle d’Holiday On Ice.
Pour Believe, il a revêtu une nouvelle casquette celle de directeur de casting à la recherche de nouveaux talents.

Mister Candeloro a pris la tête d’un casting organisé dans toute la France et ouvert à tous styles d’artistes (patineurs, acrobates, free stylers). La volonté du champion : créer un pont les milieux amateur et professionnel sans pour autant passer par le monde sportif.
Le gagnant de ce grand casting aura l’opportunité de participer à un numéro qui sera présenté en première partie de Believe.

Et le nom nous a été dévoilé nous a été dévoilé ce jour. Parmi les 100 candidats et les 12 sélectionnés c’est la Team 23 qui décroche la première place !
C’est l’occasion de mettre en lumière une discipline peu connue : le free style sur glace.
Découvrez la Team 23 avec une de leur vidéo. On a hâte de les découvrir sur la scène glacée !

Image de prévisualisation YouTube

Ce spectacle créé en 2015, est déjà en tournée en Allemagne. Celle-ci, prévue pour trois ans, passera par la France en mars 2016.
La production attend d’ailleurs prêt de 250 000 spectateurs français.
Serez-vous de ceux-là ?

Believe par Holiday on Ice
En tournée en France à partir de mars 2016 :

Zénith – Paris : du 03 au 13 mars
Zénith – Nantes : du 18 au 20 mars
Zénith – Caen : les 22 & 23 mars
Le liberté  – Rennes : du 25 au 27 mars
Le Millesium – Epernay : les 29 et 30 mars
Grand Hall – Tours : du 1er au 03 avril
Zénith – Orléans : les 05 & 06 avril
Meriadeck  – Bordeaux :  du  08 au 10 avril
Parc Expo – La Rochelle : les 12 & 13 avril
Zénith – Toulouse :  du 15 au 17 avril
Zénith Pyrénées – Pau : les 19 & 20 avril
Zénith  –  Montpellier : du 22 au 24 avril
Zénith – Saint-Étienne : les 26 &27 avril
Palais des sports  – Marseille : du 29 avril au 1er mai
Zénith d’Auvergne – Cournon : les 03 et 04 mai
Halle Tony Garnier  –  Lyon :  du 06 au 08 mai
Arènes – Metz : les 10 & 11 mai
Zénith Arena – Lille : du 13 au 15 mai
Phare –  Chambéry : les 17 & 18 mai18 MAI
Zénith – Dijon :  du 20 au 22 mai

Share

JOHN – Spectacle brut par DV8 Physical Theatre à la Villette #concours inside

John est le nouveau spectacle mélangeant théâtre et danse créé par Lloyd Newson,  fondateur et directeur artistique de DV8 Physical Theatre.
Habitué des sujets forts et délicats, ce dernier s’est entretenu avec plus de 50 hommes, les interrogeant à propos de l’amour et du sexe. John c’est l’homme qui compile cet ensemble de propos.
Présenté dans le cadre du Festival d’Automne à la Grande Halle Villette, cette création est Intense, sans détour et encrée dans le réel. Ce spectacle est déconseillé au moins de 16 ans.


John,
c’est certainement « John Doe », le patronyme donné aux personnes inconnues, dans les pays anglo-saxons. Il signifie aussi « Monsieur X » ou « Monsieur Tour-le-monde ».

Après une enfance difficile entre les sévices de son père et l’overdose de sa mère, John, délinquant et consommateur de drogue, passe de centres pénitentiaires en centres de désintoxication. Entre temps, il erre seul dans les bas-fonds de Londres, luttant pour sa survie et nous entraînant avec lui dans des lieux inconnus.

La compagnie DV8 Physical Theatre (prononcé « deviate« ) transpose les mots de ces 50 hommes en une performance de théâtre dansé.
Ce n’est pas une fiction, mais la vie recomposée de ces inconnus.
Parole brute et attitudes authentiques sont mises en avant par le mouvement des corps, parfois épileptique et parfois sensuel.Cette combinaison crée une expérience intense, émouvant et poignante.
DV8 Physical theatre John Grande Halle de la villette Lloyd Newson spectacle théâtre danse concours Paris affiche Andi Xhuma Ian Garside © photo by Laurent Philippe
 CONCOURS

Parce que nous aimons les spectacles forts et intenses, nous vous offrons des invitations pour la première du spectacle de John, le mercredi 9 décembre 2015.

Pour cela, rien de plus simple, remplissez le formulaire ci-dessous avant le 5 décembre 23h59. Et n’hésitez pas à nous laisser un commentaire sympathique (on aime beaucoup ça !)

Les gagnant(e)s seront tiré(e)s au sort parmi les inscrits. Ils recevront un mail leur confirmant leur lot : 2 places pour la représentation du mercredi 9 décembre 2015 à 20h  à  La Halle de la Villette (Paris).

Avant de vous inscrire, vérifiez bien que vous êtes libre le 9 !

DV8 Physical theatre John Grande Halle de la villette Lloyd Newson spectacle théâtre danse concours Paris affiche © Photo by Kris Rozental Visuel by Sophie Lavoiejpg

JOHN
Compagnie DV8 Physical Theatre
du 9 au 19 décembre 2015
Lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20h, jeudi à 19h30

Grande Halle de la Villette
211, Avenue Jean Jaurès
75019 PARIS

Spectacle en anglais surtitré en français
Attention, le texte et certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes. Conseillé à partir de 16 ans.

Pour des raisons artistiques, les retardataires ne sont pas acceptés sur ce spectacle

Création en partenariat avec le Théâtre de la Ville, la Biennale de la Danse de Lyon et le Festival d’automne à Paris

Concours JOHN DV8 Physical Theatre
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Come, Been and Gone : le spectacle au glam bien trempé

Come, Been and Gone de la Michael Clark Company, à la Grande Halle de La Villette sonne comme un bouquet final de l’expo Bowie Is… de la Philharmonie de Paris. Bigaré et pour le moins musclé, le spectacle est une incroyable ode à la maitrise du corps.

Image de prévisualisation YouTube

L’affiche est intrigante et la bande-annonce nous balance à toute allure des images colorées façon stroboscope. En un mot comme en cent, Come been and gone de Michael Clark nous promet du lourd. Surtout quand on connaît le goût pour l’éclectisme musical du chorégraphe britannique.

De ce côté-là, nous avons été servis, la musique de David Bowie et du Velvet Underground (mais aussi Lou Reed et Iggy Pop), avec laquelle le spectacle a été quasiment entièrement créé, retentit à fond les ballons. Les six danseurs (trois hommes ultra musclés et trois femmes aux formes voluptueuses) exécutent une performance technique parfaite. Ils oscillent entre la grâce du ballet classique et la recherche permanente de nouvelles formes d’expression de la danse contemporaine. Des pointes, des pointes et encore des pointes. Et tout autant de portées. Ce contraste avec la musique des années 70 et 80 plonge les jeunes spectateurs dans un ballet d’un genre nouveau.

Come been and gone Michael Clark Company critique Grande Halle La VIllette spectacle danse blog United States of Paris photo by Jake Walters

Le meilleur pour la fin
Malheureusement, pour l’œil averti, il sera plus difficile de s’extasier. Michael Clark n’est pas un novice dans l’art d’accoquiner les styles et les genres artistiques. Bien au contraire, c’est un maître en la matière, voire sa marque de fabrique.
Les tableaux s’enchainent et se ressemblent un peu. Et c’est un peu dommage mais malgré les quelques longueurs, rien de bien méchant. Seul un tableau est totalement raté. Projetée sur tout le mur du fond, une vidéo géante de David Bowie chantant son titre Heroes capte totalement notre attention, au détriment de la prestation des danseurs. Ça ne dure que trois minutes. Nous n’en parlerons pas plus.

Et surtout, vient ensuite le final, véritable débauche de couleurs, de musique tonitruante et de recherche chorégraphique. Le glam’ envahit totalement la scène. Les corps, moulés dans une combinaison orange qui brille de mille feux, sautent dans tous les sens.
Après une heure d’hésitation, la musique, les mouvements, les lumières et les costumes semblent s’être accordés.

Come been and gone Michael Clark Company Grand Hall La VIllette spectacle danse concours affiche blog United States of Paris
Come, Been and Gone
de Michael Clark

Jusqu’au 6 juin 2015
Mercredi, vendredi et samedi à 20h30
Jeudi à 19h30

Grande halle de la Villette
211, Avenue Jean Jaurès
75019 PARIS

Share

Come, Been and Gone : la danse rock de Michael Clark Company à La Villette – Gagnez vos places

Alors que l’expo Bowie Is… bat son plein à la Philharmonie de Paris, la Grande Halle de La Villette programme, comme une sorte de bouquet final : Come, Been and Gone de Michael Clark Company. spectacle de danse basé principalement sur les musiques de l’icône de la pop britannique mais aussi de Lou Reed et Iggy Pop.
Image de prévisualisation YouTube

« Rock is my rock – le rock est l’un des piliers de ma vie. Il a joué un rôle vital pour moi sur le plan personnel ; c’est le rock qui a fait de moi l’individu et l’artiste que je suis aujourd’hui. «  Avec ces propos, Michael Clark risque fort d’électriser la scène de La Villette.

Depuis 25 ans, ce chorégraphe anglais crée des mises en scène inspirées de sa formation classique. Elles évoluent toujours vers un univers plus contemporain dans lequel les danseurs oscillent entre le contrôle et l’abandon de soi, la gaucherie et la grâce, le tout dans une parfaite maîtrise technique et artistique.

Et quand on voit l’énergie et les pointes des danseurs sur le titre The Jean Genie de David Bowie,

C’est barré, stylé, coloré, musclé et malicieux. Les meilleurs arguments pour vous prédire que ce ballet n’est pas prêt de vous lâcher.

Salué par la critique, ne manquez pas Come, Been and Gone lors de son (court) passage à Paris.

CONCOURS

Envie d’un spectacle de danse plutôt rock ?  Come, Been and Gone est le parfait spectacle de ce mois de juin.
Nous vous offrons des invitations pour assister au spectacle le  mercredi 3 juin 2015 à 20h30 à La Grande Halle de la Villette.
Pour les gagner, rien de plus simple, envoyez-nous un mail, gentil et poli avant le 28 mai 2015 23h avec vos nom et prénom (avec en objet Come, Been and Gone) à : usofparis@gmail.com

Les gagnant(e)s seront tiré(e)s au sort parmi les inscrits. Ils recevront un mail leur confirmant leur lot : 2 places pour le spectacle à La Villette.
Assurez-vous de bien être dispo le 3 juin pour laisser sa chance aux autres participants.
Bonne chance à toutes et tous !
Come been and gone Michael Clark Company Grand Hall La VIllette spectacle danse concours affiche blog United States of Paris
Come, Been and Gone

Michael Clark Company
Du 3 au 6 juin 2015

Mercredi, vendredi et samedi à 20h30
Jeudi à 19h30

Grande Halle de la Villette
211, Avenue Jean Jaurès
75019 Paris

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Aurélie Dupont : les adieux de la danseuse étoile par Cédric Klapisch

Lors d’une conférence de presse donnée dans un des salons feutrés du Palais Garnier, Aurélie Dupont a annoncé ses adieux à la scène de l’Opéra de Paris, le 18 mai prochain à la fin du ballet L’Histoire de Manon.  Cet événement fera l’objet d’une captation exceptionnelle  réalisée par Cédric Klapisch diffusée au cinéma en direct et sur France 3 lors d’une soirée spéciale. La danse n’aura jamais été aussi accessible et l’occasion unique d’être subjugué une dernière fois par le talent de la danseuse étoile sur la scène de Garnier.

photo de Delphine Ghosarossian
photo de Delphine Ghosarossian

Un regret
Benjamin Millepied n’a pas manqué de partager son amertume : « j’ai beaucoup de tristesse d’arriver à l’Opéra et de voir partir Aurélie Dupont. »
« Parce qu’elle représente ce qu’il y a de meilleur dans la danse et la musicalité », le nouveau directeur du ballet de l’Opéra de Paris qui a collaboré avec la danseuse étoile –  pour Amoveo en 2006 et 2009 – lui  a proposée d’être maitre de ballet à partir de septembre. Sa volonté étant qu’elle « puisse transmettre son savoir, son intelligence, avec une grande facilité. »

Benjamin Millepied, directeur du ballet de l'Opéra de Paris
Benjamin Millepied, directeur du ballet de l’Opéra de Paris

« Après 32 ans de maison », l’intéressée ne se voyait pas rester quand elle a pris la décision de son départ. Ce n’est que parce que c’est Benjamin Millepied qui lui demandé qu’elle a choisi de rester.
Et la bienveillance et l’écoute du Directeur de la danse sur la danseuse lors de cet échange avec la presse confirme le lien fort qui unit ces deux artistes.
Elle explique son futur rôle : « maître de ballet c’est faire travailler les solistes (individuellement et en couple), travailler leur endurance, leur personnage. Avant de préciser : « je vais leur poser beaucoup de questions pour qu’ils réfléchissent. Et je veux rendre les danseurs plus beaux qu’ils ne le sont déjà. »

Aurélie Dupont danseuse étoile adieux scène du Palais Garnier Opéra de Paris Cédric Klapisch réalisateur captation L Histoire de Manon ballet photo by united states of paris blog

Adieux à la scène de Garnier
L’interprète de Bausch, Preljocaj, Ek, Mc Gregor, Béjart, Kylian, Waltz ne fait pas ses adieux à la danse mais à la scène de Garnier : « j’ai encore envie de danser, de prendre des risques dans des créations contemporaines, pouvoir être riche de plein de choses. »

Aurélie Dupont dit s’être préparée au départ depuis 3 ans. « Ne plus être danseuse étoile, c’est comme si on n’avait plus d’identité », reconnait celle qui a eu justement du mal avant d’accepter ce statut si particulier dans la hiérarchie du ballet et d’en être pleinement fière.

Ses fils qui l’ont très peu vue sur scène n’ont pas manifesté un profond regret pour ce changement. Ce départ a même donné des envies à 180 degrés à l’aîné, Jacques, 7 ans : « Si tu n’es plus danseuse étoile, tu vas pouvoir danser au Moulin Rouge, alors ?« 

Pour Cédric Klapisch, réalisateur d’un portrait documentaire sur la danseuse, cet événement sera une première : « c’est un vrai challenge de filmer un ballet en direct. »

Les tragédies et Pina Bausch
De cette carrière impressionnante, Aurélie Dupont retient les tragédies qui lui ont donné ses plus beaux rôles. Comme cette Dame aux Camélias (Neumeier) à laquelle elle pensait aussi pour son tout dernier pas de danse sur la scène de Garnier.
Il sera aussi question de la chorégraphe Pina Bausch qui aura révélé la danseuse à elle-même et à ses propres faiblesses, lors d’un Sacre du Printemps bestial et spectaculaire.

Cédric Klapisch Aurélie Dupont danseuse étoile adieux Palais Garnier Opéra de Paris réalisateur captation L Histoire de Manon ballet photo by united states of paris blog

L’Histoire de Manon (Kenneth MacMillan)
suivi des adieux d’Aurélie Dupont
au Palais Garnier, Paris

le lundi 18 mai à 19h30

Projection en direct dans 30 salles de cinéma UGC et cinémas indépendants France et Europe dans le cadre de Viva l’Opéra !
Paris, Région Parisienne et Province (Lyon, Toulouse, Strasbourg…)


Soirée exceptionnelle sur France 3
le samedi 30 mai à partir de 22h40
avec le ballet L’Histoire de Manon et le documentaire Aurélie Dupont, l’espace d’un instant

le 30 mai : sur Culturebox, une expérience live immersive et inédite ouvert à tous les internautes. Cliquez sur : culturebox.fr/aureliedupont 

Share

Le Théâtre Bobino vibre pour Sinfonia de Tango « Pasion »

Sinfonia de Tango, le nouveau spectacle de Tango Pasión revient sur la scène de Bobino. Il ne reste plus que quelques jours pour aller voir ce spectacle inspiré des chorégraphies du tango traditionnel et de musique des années 1950. Entre concentré de sensualité et de numéros ultra techniques.

Affiche spectacle Sinfonia de Tango Pasion Astor Piazzolla au Théâtre de Bobino Paris janvier et février 2015

Deux violons, deux bandonéons, une contrebasse et un piano. Voilà pour les musiciens. Quant aux danseurs, ils sont douze et enchaînent numéro sur numéro. Six couples virtuoses, dont les jeux de jambes sont rapides et parfaitement exécutés. Les danseuses roulent avec volupté sur les cuisses des danseurs. Les corps graciles ou musclés se croisent et s’entrecroisent, pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Constitué de deux actes, le spectacle présente trente-deux numéros chorégraphiés, entrecoupés d’intermèdes musicaux. Le premier acte recrée un bal populaire des années 1950. Les hommes sont en costumes rayés, portent un chapeau feutre et fument le cigare. Ils n’hésitent pas à draguer la copine de leur voisin, tout en offrant des fleurs à leur propre compagne, qui de son coté, fulmine de jalousie.
Toutes les musiques ont été réécrites par Gabriel Merlino. L’auteur a voulu faire la part belle à la musique du premier enregistrement studio d’Astor Piazzolla de 1955, dont il s’est inspirée. Son but : revenir à un tango plus traditionnel.

Show Sinfonia de Tango Pasion spectacle danse dance Astor Piazzolla Paris Bobino et tournée France

Paillettes et acrobaties
Le deuxième acte est beaucoup plus moderne et laisse place à des figures tournant souvent à l’acrobatie. L’amateur, qui les soirs d’été, voudrait s’essayer au tango sur les bords de Seine, est époustouflé. Il n’osera toutefois jamais imaginer reproduire la moitié des figures réalisées sur scène. Et c’est peut-être là où le bât blesse. Il n’y a aucun doute, les danseurs exécutent parfaitement leurs chorégraphies. Virilité, corps à corps et sensualité, tout y est. Manque pourtant un trait essentiel à la danse. La spontanéité. Le spectacle est si technique, si bien orchestré, que la passion, thème essentiel au tango argentin s’en trouve édulcorée. Cela risque d’en surprendre, voire d’en refroidir certains.

On passera également sur quelques tenues proches de vêtements de cabarets. On s’imagine les danseuses de tango généralement plus élégantes. Le grand spectacle offert par les danseurs ne s’en trouve toutefois pas gêné. Alors qu’importe, qu’ici ou là, la costumière ait ajouté quelques touches à la limite de la vulgarité. L’important est que le spectacle permette aux initiés d’apprécier des figures époustouflantes. Pour les autres, ce sera l’occasion de découvrir un univers composés de séductions, d’amour mais aussi de drames et de situations comiques. En gros, tout ce qui déchaine… les passions.

by Joël Clergiot

Sinfonia de Tango par Tango Pasión
spectacle chorégraphié par Hector Zaraspe

Théâtre Bobino
14/20, rue de la Gaîté
75014 Paris

du 20 janvier au 8 février 2015

Share

M&Mme Rêve show technologique de PIETRAGALLA au Grand Rex

Clairemarie Osta et Julien Derouault interprètent M. & Mme Rêve dans la nouvelle création du couple de danseurs chorégraphes : Pietragalla et Derouault au Grand Rex, à Paris. Un spectacle tout à fait inédit conçu avec un décor en 3D. La symbiose de la science et des arts.

Affiche spectacle danse M et Mme Rêve 3D expérience de Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault retour au Grand Rex Paris mars 2015 création musicale Laurent Garnier

Confortablement installés dans la salle de cinéma du Boulevard Poissonnière nous avons été littéralement transportés dans le monde imaginaire de M. & Mme Rêve.

Au départ, deux personnages qui évoluent dans leur maison bourgeoise effectuent les mêmes gestes tels des jumeaux. Dans la chambre à coucher d’abord puis dans la douche ou encore dans la salle à manger. Des mouvements sobres, mécaniques sur une scène sombre avec des décors en 3D vidéo projetés ahurissants.

Avec leur perruque de cheveux blancs et leur justaucorps noirs, les danseurs enchaînent une série de tableaux librement inspirés de l’œuvre de Ionesco.

Ainsi dans séquence intitulée Le mariage, Madame Rêve affublée d’un improbable masque à 4 têtes et d’un tutu en plume se déplace à la manière d’une poule. Dans L’interrogatoire, elle est attachée à une chaise, alors que des policiers en ombre chinoise la malmènent. Pour la partie Les Rhinocéros, on retrouve Monsieur et Madame Rêve contraints de danser avec des rhinocéros violents et déterminés.
Les scènes s’enchaînent à une allure folle, en alternant musique classique et musique électro. Certaines sont très noires comme La cité radieuse, véritable critique du monde moderne où l’on voit un Monsieur Rêve projeté dans un univers cauchemardesque travaillant sans relâche jusqu’à l’effondrement.

C’est Laurent Garnier, le DJ qui fait danser la planète depuis plus de vingt-cinq ans, qui a mixé la bande son de cette fable contemporaine. Pour sa deuxième collaboration avec Pietragalla et Derouault – il avait déjà composé la bande musicale du spectacle Sade ou le théâtre des fous – il travaille des sons électro avec beaucoup de ruptures. C’est parfois un peu oppressant, brutal.

Suite à une blessure à la cheville, « Pietra » qui danse habituellement aux côtés de son mari a dû céder sa place à une autre artiste Clairemarie Osta lors de notre venue. La gracieuse étoile relève le défi – de taille – haut la main. Les deux danseurs aux corps affutés sont prodigieux de justesse et de régularité.

On peut regretter parfois la succession un peu trop rapide des épisodes, à peine rentré dans un univers, on en sort pour en intégrer un autre, bien différent.

Le spectacle doit beaucoup à la scénographie époustouflante. Le pionnier en la matière est Merce Cunningham qui avait utilisé la vidéo comme décor en 3D dans les années 1990. Depuis ces nouvelles technologies ont inspiré nombre de chorégraphes mais peu se sont risqués à tenter l’expérience sur scène.

On assiste ici à un show accessible à destination d’un public large. La danse et la technologie s’associent pour nous plonger dans cet univers virtuel où les danseurs évoluent, faisant corps avec le décor. C’est inédit et donc un peu déconcertant.

Image de prévisualisation YouTube

M & Mme Rêve de retour au Grand Rex, à Paris, du 25 au 29 mars 2015

du mercredi au samedi à 20h30
dimanche 16h

Chorégraphie et mise en scène : Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault
En coproduction avec : Dassault Systèmes, The 3D Experience company, Mehdi Tayoubi
Collaboration musicale : Laurent Garnier
Conception et réalisation graphique : Gaël Perrin
Réalité virtuelle et mise en œuvre technologique : Benoit Marini
Costumes : Johanna Hilaire
Son, Lumière et Vidéo : Stars-Europe

By Hermine Mauzé
Share