Archives par mot-clé : exposition

Chefs-d’oeuvre néerlandais @ Musée des Beaux-Arts Reims : révélation

Une sélection de 12 chefs-d’œuvre du Suermondt-Ludwig-Museum d’Aix-la-Chapelle est à découvrir au Musée des Beaux-Arts de Reims jusqu’au 31 décembre. Des natures mortes qui, aussi surprenant que cela puisse paraitre, ont des secrets à vous révéler. 


Autant être honnête, la nature morte n’est pas du tout un sujet de prédilection. 
Mais la présentation que nous a faite la Directeur et la Conservateur du Musée des Beaux-Arts de Reims ont réussi à éveiller ma curiosité et mon intérêt.
A ma surprise, il y a des sens cachés dans les natures mortes, qu’il est difficile de déchiffrer sans le regard d’un initiateur. 

Chefs d'oeuvre néerlandais
Bouquet de fleurs, 1684 ?, Nicolaes van Veerendael
Chefs d'oeuvre néerlandais
Bouquet de fleurs (détail)

Un simple bouquet de fleurs en apparence révèle ses secrets. La Vierge est symbolisée par la rose alors que la mort et Jésus sont évoqués par la présence de la jacinthe.
Le souci du détail du peintre l’a conduit à exécuter le reflet d’une fenêtre sur le verre du vase. Saisissant ! 

Chefs-d'oeuvre néerlandais
Vierge à l’enfant dans une guirlande de fleurs, autour de 1654 ?, Jan van Kessel l’Ancien

À quelques pas, la Vierge et l’enfant entourés d’une multitude de fleurs doit aussi une pleine observation avec notamment un choix d’insectes. Et surprenant : la guirlande de fleurs étant plus importante en proportion que les deux sujets, la toile est considérée comme nature morte. 

Chefs d'oeuvre néerlandais
La Chouette appelant, autour de 1620, Frans Snyders

Dans la seconde salle, un paysage avec des oiseaux diurnes à leur branche. Au centre, une chouette énigmatique.  Un œil distrait ou peu motivé ne verra pas que les oiseaux sont englués. Et que le responsable de cette scène est l’homme en arrière-plan qu’il faut apercevoir.  

Chefs-d'oeuvre néerlandais
Le coq et la pierre précieuse, entre 1616 et 1620 ?, Frans Snyders

Une autre toile étrange représente un coq et une pierre précieuse. Elle illustre une allégorie d’un autre temps. L’impossible rencontre entre l’animal qui cherche du grain à manger et une pierre qui n’a d’intérêt que sur un bijou et à être admirée.

Avec ces chefs-d’œuvre néerlandais vous reconsidérez avec plaisir votre approche de la nature morte.

Chefs d'oeuvre néerlandais

Exposition Chefs-d’œuvre néerlandais
du Suermondt-Ludwig-Museum d’Aix-la-Chapelle

Jusqu’au 31 décembre 2017

au Musée des Beaux-Arts de Reims
8, rue Chanzy
51000 REIMS
tél : 03 26 35 36 00

Share

Sophie Calle : sa renaissance au Musée de la Chasse & de la Nature

Beau doublé, Monsieur le Marquis (qu’il est long ce titre pour le web  😉) est la nouvelle expo de Sophie Calle au Musée de la Chasse et le Nature. Accompagnée de l’artiste Serena Carone, les deux femmes proposent aux visiteurs une déambulation très personnelle.
Un B
eau doublé en clin d’œil à une publicité pour une cartouche de chasse dans les années 70.
Un Beau doublé pour la mise en parallèle de deux artistes.
Une rétrospective du travail de Sophie Calle inédite depuis 2003 !

Sophie Calle
Sophie Calle & Serena Carone

Pour faciliter votre visite : les interventions de Sophie Calle sont toujours des objets existants (photos, objets personnels…) et côté Serena Carone, ses œuvres créées, façonnées, faites à la main.

Les fantômes du rez-de-chaussée

Dès le début, Sophie Calle a choisi de recouvrir d’un drap la pièce majeure du musée : le majestueux ours naturalisé,  afin de la rendre fantomatique. Juxtaposé à cette photo, un texte.

Sophie Calle
L’Ours – 2017


Elle a recueilli les impressions des collaborateurs du musée face à cet ours : leurs premières impressions, leurs peurs. Des phrases drôles, décalées ou très personnelles.

Avant de poursuivre la visite, il faut savoir que Sophie Calle a perdu son père il y a deux ans. Son père était son premier spectateur, son premier critique, son premier admirateur. 

Cette exposition est une invitation du Musée de la Chasse et de la Nature de collaborer avec Sophie Calle.
Alors en plein deuil, l’artiste-photographe a perdu l’envie de créer. Elle est sèche. « On est parti sans savoir où l’on irait ensemble » nous confie Sonia Voss, la commissaire d’exposition.

Sophie Calle
Et vous n’avez pas vu sa photo !. Bob – 2017

La suite du rez-de-chaussée est une ode à ce retour à la  création.
Malgré les fantômes qui entourent Sophie Calle, elle a choisi de mettre en avant des bouts de vie  à travers ces Histoires vraies. Un concept simple : une photo et un texte qui remet l’image dans son contexte.

Sophie Calle a toujours voulu se faire enterrer au cimetière Montparnasse. Maintenant, c’est totalement impossible faute de place. Alors, elle parcourt le monde à la recherche de l’endroit idéal. Serena Carone lui propose de créer son propre mausolée : Deuil pour deuil.

Sophie Calle
Deuil pour deuil – 2017

Autour d’un mannequin, des animaux naturalisés viennent complétés le tableau. Ces animaux  viennent de la collection personnelle de Sophie Calle.
D’ailleurs, elle les baptise tous ces animaux avec le nom d’un de ses proches. Et
sur ce mausolée, sont placés ceux avec lesquels elle souhaiterait être enterrée, des amis ou des membres de sa famille déjà morts.

Sophie Calle
Deuil pour deuil : le crapaud « Lou (Reed) » – 2017

 

Mais la mort n’est pas que physique. Elle peut être intellectuelle et Sophie Calle y a été confrontée plus qu’elle ne voulait.

Sophie Calle
Pêchez des idées chez votre poissonnier – 2017

Et avec autant d’œuvres créées pour cette exposition, Sophie Calle a bien retrouvé l’inspiration.

Les Histoires Vraies du premier étage

Pour entrer pleinement dans cette exposition, il faut lire.
Prendre le temps de comprendre les jeux de mise en scène entre Sophie Calle et Serena Carone.
Ce n’est pas moins de 38 Histoire Vraies qui sont disséminées à cet étage.

Ce dialogue entre les deux artistes trouve une osmose totale avec la Rêveuse.

Sophie Calle
Rêveuse – 2014

Dans la main de la sculpture de Serena Carone, une clef du Bristol.
Chaque fois que Sophie Calle passait devant cet hôtel avec sa mère, celle-ci faisait un signe de croix et lui demandait de rester silencieuse car « C’est ici que j’ai perdu ma virginité« .

Dans une alcôve du Cabinet de Diane, la Pleureuse de Serena Carone absorbe notre attention.

Sophie Calle
Pleureuse – 2012

De cette superbe sculpture diaphane tombent des larmes de façon continue. On profite de ce temps suspendu.

Sophie Calle profite aussi de cette exposition pour inventer des dispositifs iconoclastes comme Le langage de la chasse.

Sophie Calle
Langage de chasse – 2017

Dans cette installation audio de près de 3 minutes, elle énumère laconiquement toute une ribambelle de termes cynégétiques.
Chirurgical mais décalé.

Un peu plus loin, on est face à une autre création de Serena Carone qui trouve toute sa mesure dans ce Musée de la Chasse et de la Nature : Ours.

Sophie Calle
Ours – 2016

Cette faïence émaillée est construite par l’assemblage de multiples morceaux.
En effet, Serena Carone est une autodidacte de la création.
Cet ours a donc été fabriqué dans son atelier à l’aide d’un four de 40 cm x 40 cm. On imagine donc facilement la débauche de travail dont il a fait l’objet.

C’est le moment de s’arrêter sur cette artiste.
Ses créations s’insèrent dans les vitrines, sur le mobilier, sans carton, sans information.

Sophie Calle
Femme papillon – 2000

Un vrai jeu de piste artistique.
Et on a été bluffé par son talent, sa maîtrise de la matière. Cette pieuvre en faïence de de toute beauté tant elle semble vivante. Prête à capturer ses proies.

Sophie Calle
Mon amie – 2016

C’est donc dans chaque coin de pièce, dans chaque vitrine que la vie (romancée) de Sophie Calle nous capte.
On adore cette anecdote Voyage en Californie où un jeune Américain souhaite passer la fin de son deuil amoureux dans le lit de l’artiste.
Étant alors en couple, elle envoie sa literie complète à cet inconnu (sommier, matelas, draps…)

Sophie Calle
Voyage en Californie

Difficile de faire la synthèse complète de cet étage riche en découvertes et en moments de vie.

Les relations amoureuses du 2e étage

On accède à cet espace avec une des œuvres majeures de Sophie Calle : Suite vénitienne.

Dans les années 80, la photographe suivait des inconnu(e)s dans la rue, un plaisir de détective, les photographiant à leur insu.
Un soir, lors d’une réception, elle se retrouve face à face avec un de ces inconnus. Il lui fit part « d’un projet  imminent de voyage à Venise. Je décidai alors de m’attacher à ses pas« .

Sophie Calle
Suite vénitienne (sélection) – 1980

Dans ces 3 vitrines, est condensé le résultat de ce projet. Photos volées et textes.

Pour se rapprocher de ce côté invasif de l’artiste, Sophie Calle a choisi de compiler les annonces, mythiques, du courrier du cœur du Chasseur Français.

Sophie Calle
Le Chasseur français – 2017


Elle agglomère donc ces annonces parues entre 1985 et 2010 en un tourbillon de mots touchant, drôle et parfois décalé. Petit à petit, elle y insère aussi les annonces du Nouvel Observateur ainsi que des échanges enregistrés sur l’appli de rencontres Tinder.

Sophie Calle
Le Chasseur français – 2017

En ressort comme un dictionnaire des échanges amoureux pour des gens en perte de repère relationnel, en proie au désarroi amoureux.
Il en est de même avec la dernière pièce de l’exposition.
Ici, Sophie Calle a choisi de mettre en relation certaines de ses photos avec des textes d’annonces ayant uniquement un vocabulaire proche de celui de la chasse.

Sophie Calle
A l’espère – 2017

Beau doublé, Monsieur le Marquis est une exposition déroutante dans la forme. Il faut prendre son temps lors de la visite pour pénétrer l’univers commun de Sophie Calle et Serena Carone.
Et, au final, vivre une parenthèse suspendue de création.

Beau doublé, Monsieur le Marquis

exposition de Sophie Calle
Artiste invitée : Serena Carone

jusqu’au 11 février 2017

Du mardi au dimanche de 11h à 18h
Nocturne le mercredi jusqu’à 21h30

Musée de la Chasse et de la Nature
62, Rue des archives
75003 PARIS

Share

Voyage d’hiver au Château de Versailles : excursion douce et mirifique !

C’est dans ses jardins que le château de Versailles nous invite à flâner pour la 10e édition de son exposition d’art contemporain. En collaboration avec le Palais de Tokyo, 17 artistes viennent magnifier les différents bosquets pour un Voyage d’hiver allant de la gloire de l’automne à la minéralisation orgueilleuse hivernale. Les œuvres accompagnent avec majesté la métamorphose naturelle du jardin, tout en confirmant son statut de vitrine pour artistes en tout temps.

Voyage d'hiver

Voyage d’hiver : une formule novatrice

Pendant neuf saisons, à la fin de l’été, le château de Versailles laissait le champ libre à un artiste contemporain pour s’exprimer en accord avec l’esprit du lieu. Cette année, l’exercice est confié à dix-sept artistes aux univers différents où se mêlent étonnement et fascination.

Voyage d'hiver

Une nouvelle temporalité s’installe, avec Voyage d’hiver, en choisissant la période allant des prémices de l’automne jusqu’à l’intensité hivernale. Pendant ce moment, la royale verdure se repose, loin du faste et de l’extravagance estivale, révélant une beauté presque inattendue. Ceci permet au visiteur d’avoir une expérience inédite en renouvelant ses émotions.

Une approche sensorielle

D’entrée de jeu, nous sommes soufflés par l’installation de Marguerite Humeau au bosquet de l’Arc de Triomphe. Ce sphinx monumental, se faisant la métaphore de l’équilibre fragile de notre rapport au monde, se trouve à la fin d’un labyrinthe végétal aux couleurs sanguines lui conférant un charme sans pareil…

Voyage d'hiver

Au bosquet du Dauphin, Dominique Petigrand fait se révéler la structure du lieu par 24 haut-parleurs diffusant un monologue entrecoupé de silences. En déambulant dans les couloirs de végétation, le message de l’artiste concernant la mémoire défaillante du temps qui passe nous fait écho…

Les tons ocres et orangés de l’automne servent autant les travaux de David Altmejd au bosquet des Trois Fontaines que l’hommage rendu par Mark Manders à la jeunesse éternelle au bosquet de l’Etoile.

Sheila Hicks, au bosquet de la Colonnade, utilise des bandes textiles colorées pour reprendre le cycle du temps, servant de transition entre la végétation étincelante et la mélancolie d’une nature en repos.

Voyage d'hiver

Le contraste entre l’austérité et l’aspect immaculé de l’hiver est parfaitement représenté par Rick Owens. En faisant se revêtir les statues du bosquet de la Reine d’une matière enveloppante, le présent préserve le passé des intempéries hivernales pour une identité future…

Voyage d'hiver

L’apothéose de ce circuit est «Bruit blanc», l’installation de Stéphane Thidet. La représentation post-apocalyptique d’une salle de spectacle abandonnée à l’aide d’éléments réfrigérants trouve totalement sa place dans le bosquet de la Salle de Bal. La vie en mouvement d’une époque révolue semble avoir été cristallisée par le temps et la glace. Le résultat est saisissant, autant frêle que spectaculaire…

Voyage d'hiver

Nous laissons à votre curiosité la découverte des autres œuvres à l’éclat tout aussi immodéré. 😉

En partant, n’hésitez pas à vous procurer le catalogue de l’exposition dans lequel Céline Minard vous livrera une dernière surprise !

by Jean-Philippe

Voyage d’hiver 

exposition d’art contemporain dans les jardins du château

Jusqu’au 7 janvier 2018

Château de Versailles
Place d’Armes
78000 Versailles

Page officielle de l’expo : voyage-hiver 

 

Share

Cyclops Explorateur de l’océan : voyage ludique dans le monde marin

L’exposition Cyclops explorateur de l’océan à l’Aquarium Tropical du Palais de la Porte Dorée permet aux enfants de découvrir les secrets de nos  fonds marins. Ludique, sensorielle, scientifique et pédagogique, l’exposition plaira autant aux enfants qu’aux parent.

Avec ma fille de 8 ans, Andréa, nous commençons tout d’abord par la visite de l’aquarium  tropical. Même si ce dernier n’a plus de secrets pour elle, Andréa éprouve toujours autant de plaisir à regarder les nombreux poissons, tortues, crocodiles… qui font le succès de cet aquarium tant apprécié des parisiens.

Non sans mal, je réussi à la convaincre de se rendre à l’exposition Cyclops Explorateur de l’océan en lui promettant que nous reviendrons voir, avant de partir, les deux étonnants alligators albinos.

Un peu renfrognée, elle devient complètement excitée à la découverte des 7 sept « voyages » proposés par l’exposition : nous passerons de l’exploration planctonique à l’exploration polaire,  abyssale, littorale, tropicale, cartographique en terminant par le laboratoire où je prends autant de plaisir que ma fille à examiner des fioles de micro-algues cultivées et conservées dans une algothèque.

Ici, tout est pensé pour les enfants ! Chaque module est différencié par une couleur qui le caractérise et  l’enfant, pour une fois, peut toucher, s’assoir, se coucher, s’exprimer : l’exposition est faite pour ça ! Ils  s’en donnent donc à cœur joie.

Aidée par des consignes claires et concises qui accompagnent chaque module, Andréa touche tous les écrans qui peuvent lui apporter de l’information Elle ne veut rien rater et prends beaucoup de plaisir à découvrir ce que lui propose les différents espaces d’exposition. Je m’étonne moi-même devant mon enthousiasme à reconstituer les  associations entre espèces des mers et océans tropicaux par un jeu de plateau.

Pari réussi. Au bout d’une heure, nous repartons ravies et enrichies par les nombreuses découvertes faites grâce à Cyclops.

Si vos enfants sont passionnés par les mystères des fonds marins, soucieux de l’environnement ou tout simplement curieux du monde qui les entoure, alors n’hésitez pas, Cyclops est l’exposition à ne pas rater.

by Caroline

Cyclops

Exposition Cyclops Explorateur de l’océan

Aquarium tropical

Palais de la Porte Dorée
293 avenue Daumesnil
75012 Paris

du 3 octobre 2017 au 2 septembre 2018

Horaires :
Du mardi au vendredi de 10h à 17h30
Samedi et dimanche de 10h à 19h
Fermeture le lundi

Share

Robert Proch @ Galerie Openspace : notre communication virtuelle torturée

Fluo, énergique, sombre et pessimiste : voici le résumé abrupt de l’exposition Scroll Era de Robert Proch à la Galerie Openspace. Des toiles qui scrutent et tordent nos habitudes liées à la société ultramoderne et technologique. Mais aussi des compositions faites de couches de bois, en mode cellulos de film d’animation.
On a kiffé !

robert proch

Une peinture décomplexée

Ce qui détonne dans Scroll Era, ce sont les couleurs. Car, au premier abord, les grandes masses fluo laissent à penser que ces toiles sont un travail de grapheur. C’est vrai que ce choix de peinture flashy est plus l’apanage du street art.

robert proch
Mais en y regardant de plus près, Robert Proch a bien choisi l’acrylique pour cette série d’œuvres.
Un rendu fort et catchy qui colle bien au sujet : notre addiction aux réseaux sociaux qui tendent à rendre nos vie idylliques. Ou du moins l’image que l’on veut renvoyer de notre quotidien à nos « amis », nos followers, nos abonnés.

robert proch
Toutes les pièces montrent un tourbillon qui nous embarque vers les tréfonds de la toile.
Certains penseront se retrouver face à un univers proche de Blade Runner, voir Cube pour les plus négatifs.
Un futur que l’on n’aime pas mais que chacun se prépare à vivre.

Robert Proch et ses compositions

L’artiste polonais est animateur de film, à l’origine.
C’est donc naturellement qu’il a voulu s’absoudre de la toile pour créer. Sont donc nées ce qu’il nomme compositions : hors format et hors gabarit.

robert proch

Des œuvres en volume faites d’agglomération de bois peints.  Un travail tout en minutie où chaque couche rappelle les celluloïds utilisés en animation.

robert proch
Alors que dans les toiles, l’esthétique des scènes se caractérise par des carrés, dans ces compositions, les éclairs et les formes triangulaires créent les lignes de fuites, concentrent l’énergie de l’action.
Un résultat intense et captivant.

SCROLL ERA

exposition de Robert Proch

Jusqu’au 18 novembre 2017

Galerie Openspace
116, boulevard Richard Lenoir
75011 Paris

site officiel : www.prochrobert.com

Share

The Yokohama Project de Giada Ripa @ Magda Danysz Gallery

The Yokohama Project : une installation qui condense 150 ans d’Histoire (oui avec un grand H), géopolitique et artistique. En plein accrochage, la passion de Giada Ripa pour son travail issu d’une découverte familiale fortuite nous a alpagué, touché le cœur.

Ce vendredi, jour de présentation presse à la Magda Danysz Gallery, on était parti pour la performance de Superpoze autour de son exposition For We The Living.  Un poil en retard, on est happé par Giada Ripa, une artiste photographe avec un projet qui peut sembler hors norme.

The yokohama project

Au commencement : un trésor familial

Tout part d’une découverte inattendue dans une ancienne maison de famille du Piemont (Italie) : un lot de photos de Felice Beato. Dans les années 1860, il est le premier photographe à saisir sur papier albumine les us et coutumes d’un Japon confiné dans la tradition. Dans ce pays ultra fermé, à l’époque où les étrangers restent cantonnés dans les ports (exceptions pour les diplomates), il s’aventure à l’intérieur des terres et photographie les gens dans leur quotidien et fixe leur métier et leurs traditions.

The yokohama project

Cependant la question qui taraude Giada Ripa est comment ces photos, uniques et rares pour l’époque, se sont retrouvées en Italie.
Et c’est grâce à son aïeul Mathilde Ruinart de Brimont, femme du premier ambassadeur italien au Japon, que cet ensemble noir et blanc, rehaussé de pastels, a enrichi l’héritage de Giada.

Dès lors, l’artiste n’a qu’une seule envie : retourner sur les traces de son ancêtre en pays nippon. Cette femme, Mathilde, a brisé des tabous au pays du soleil levant. C’est une femme libre qui découvrait le pays,  pistolet à la ceinture.
Pour Giada, ce fût un travail de deux ans. Avec en tête la volonté de mettre en perceptive les clichés de Felice Beato avec le Japon actuel, sur les pas de Mathilde.

The yokohama project

Un mécénat bienvenu…

Sans le lien de parenté de son aïeul Mathilde avec la maison de champagne Ruinart, son projet n’aurait pas abouti. Parfois, le temps fait bien les choses et les liens du sang peuvent faire bouger des montagnes de refus.

C’est donc bien le mécénat de la maison champenoise qui a permis à Giada Ripa de pouvoir installer un studio photo au Japon.
En plus de se mettre en scène dans certains lieux visités par Mathilde Ruinart de Brimont, elle a pu capter la modernité de la vie japonaise.

The yokohama project

Il est fascinant de voir que certains métiers n’ont que très peu évolué depuis 150 ans mais aussi que d’autres formes de représentations sociales sont nées.
Elle a tenu à faire ses clichés avec une chambre photo, comme au 19e siècle. Cela renforce l’aura artistique du projet et donne une patte particulière au projet.

L’exposition est une juxtaposition des photos de Felice Beato, des prise de vues de Giada et des lettres de Mathilde envoyées en Italie à l’époque et retraçant son parcours sur les îles japonaises.

The yokohama project

Ce carambolage d’époques fait naitre une poésie et une magie. C’est autant l’histoire du projet de Giada Ripa que la force des images qui donnent une âme à ce travail.

Un seul regret : la galerie Magda Danysz ne peut pousser ses murs pour accueillir le travail complet de Giada Ripa sur ce Yokohama Project.

The Yokohama Project 1867 – 2017

de Giada Ripa

Jusqu’au 25 novembre 2017

Madga Danysz Gallery
78 rue Amelot , 75011 Paris

Share

Maria by Callas à la Seine Musicale : instant intime et délicat avec la diva

La Callas. Une femme au destin sans pareil dont le mythe, quarante ans après sa disparition, continue de perdurer. Grâce à des archives inédites et exceptionnelles, Tom Volf nous offre une parenthèse raffinée autour de l’univers de la cantatrice dont la voix si singulière se fait notre guide. Rendez-vous à la Seine Musicale où Maria la femme nous parle de Callas l’artiste et inversement. Maria by Callas tout simplement.

Après son décès, tous les biens de Maria Callas furent vendus aux enchères, même les plus intimes. C’est avec ténacité et passion que Tom Volf, le commissaire de l’exposition, a voyagé à travers le monde pour réunir des documents inédits et rencontrer ses derniers proches. Le résultat qui en découle est admirable.

Maria by callas

Une collection unique

Le nombre impressionnant de photographies issues de la presse, d’albums personnels ou d’admirateurs, nous exposent Maria Callas à différents moments de sa vie : du vilain petit canard des débuts qui ne se destinait pas au chant jusqu’aux derniers moments touchants d’une femme que la vie a rendue fragile. Nous retrouvons aussi, bien entendu, l’icône de mode jet-setteuse aux nombreux scandales !

Maria by callasMaria by callas

Le film de vacances enregistré par Grace Kelly avec Aristote Onassis représente la concrétisation de son véritable rêve d’enfant : être heureuse et amoureuse. Des enregistrements pirates en Super-8, dont Maria raffolait, enregistrés lors de ses concerts nous laissent pantois. Elle interprétait ses personnages avec la puissance d’une cantatrice et l’intensité d’une comédienne. C’est avec cette marque de fabrique personnelle qu’elle va révolutionner l’opéra !

Maria by callas

Maria by Callas : sa voix comme guide

Bien entendu, une part belle est donnée au son. Des interviews, des disques, des concerts… Un audio-guide très bien conçu donne la parole à Maria et à La Callas pour nous expliquer son point de vue personnel ponctué d’anecdotes sur les étapes de sa vie. L’apothéose est une salle à 360 degrés où nous assistons bel et bien à un concert avec la Diva : frissons et émotion garantis !

Maria by callas

Il y a également des objets personnels qui laissent apercevoir plus intimement la femme sous l’artiste : ses lunettes, sa robe de scène et ses chaussures pour «Norma», son opéra fétiche. Mais également une lettre de Marlène Dietrich ainsi que le premier cadeau de son mari Giovanni Battista Meneghini: « Je lui ai dit « offre-moi ce que tu veux » et, sans le savoir, il m’a offert ce dont je désirais le plus… Ce magnifique tableau .»

Maria by callas
Avant de partir, nous nous asseyons dans le salon de Maria Callas. Une transition nécessaire afin de savourer encore quelques instants le plaisir d’une rencontre touchante et émouvante avec une femme qui est entrée dans la légende…

by Jean-Philippe

Maria by callas

Exposition Maria by Callas

Commissaire : Tom Volf
Conception : Trafik
Scénographie : Philippine Ordinaire

Jusqu’au 14 décembre 2017

à la La Seine Musicale
Ile Seguin
92100 Boulogne-Billancourt

site officiel de l’expo : mariabycallas.com

Share

Beautiful Decay par Eric Lacan @ Galerie Openspace #sublime

Eric Lacan alias Monsieur Qui est un artiste plutôt rare en galerie. Il déserte le terrain de jeu qui l’a fait connaître (la rue) pour passer plus de temps possible à réaliser ses toiles en atelier. 
Il dévoile à la Galerie Openspace une collection de toiles qui fascinent, un cabinet de curiosités in situ avec objets chinés et dessins originaux et un mur monumental en papier peint en duo avec un sol de feuilles mortes.
Beautiful Decay est une exposition aussi renversante, sublime que crépusculaire.

Beautiful Decay

Beautiful Decay

Au total, 40 oeuvres sont dévoilées dans les larges espaces de la galerie sur différents médiums : faux cranes, toiles, assemblages de papiers peints coupés à la main.
On peut retrouver les thèmes chers à l’artiste comme : rat, crâne, femme, robe, notamment dans cette toile immense qui accueille les visiteurs et qui a nécessité quasiment une année de travail.

Samantha et Nicolas, les deux propriétaires d’Openspace, ont laissé les clés à l’artiste qui a travaillé pendant 10 jours intensifs. Il avoue avoir perdu la notion de temps en concevant son cabinet de curiosités influence 19e siècle avec tapisserie originale. La toile déborde du cadre et devient réalité à travers tous ces objets.

Beautiful decay

Beautiful Decay

« L’atelier : aller loin dans toutes mes envies« 

Rencontré la veille du vernissage, Eric Lacan confie qu’il souhaitait évoluer techniquement, concevoir des portraits plus complexes, avoir le temps de l’apprentissage. L’atelier lui permet de « résoudre ce qui est difficile techniquement. »
Il a ainsi intégré de la couleur, travaillé avec le jaune pour des effets de lumière, conçu une technique de papiers peints très particulière après moult essais. Il s’est aussi amusé à rajouter des motifs floraux dans certaines toiles ou des adorables poissons.

Ses toiles, il arrive tout à fait à s’en séparer. « Je ne vois pas l’objet, mais tout le process, la musique écoutée… » « Quand l’action est finie, le résultat m’importe peu. »
Eric avoue qu’il a du mal à regarder sa peinture. Il voit les défauts, les regrets, « tant mieux, l’oeil s’est aiguisé ! »

La BO de l’expo

Et c’est le grand écart dans la playlist d’Eric Lacan : Frehel, Sanseverino, The Cure, Joy Division, les musiques de vieux films composés par Vladimir Cosma, François de Roubaix et Ennio Morricone.
Il s’est fait la BO complète des Dents de la Mer, des Indiana Jones. L’artiste a un sérieux attachement pour les compositions de John Williams.
« Je me fais le film en écoutant. Quand je peins, je m’imagine au centre de l’action. Quelque chose pourrait surgir dans mon dos. »

Beautiful Decay

Exposition Beautiful Decay
par Eric Lacan
solo show

jusqu’au 7 octobre 2017

à la Galerie Openspace
116 boulevard Richard Lenoir
75011 PARIS

Share

L’art de DC à Art Ludique : l’expo WAOUH dans ta face (de geek)

Avec l’exposition l’Art de DC, ce sont des gros waouh dans ta face que tu prends. Si tu n’es pas fan de comics, de films de genre, et si c’est juste Mickey et l’animation qui t’intéresse, passe ton chemin.
Cette expo dégainée par Art Ludique le Musée est un panégyrique des héros musclés et des méchants azimutés… Bref l’univers de DC Comics, juste pour kiffer.

Art de DC

A l’aune des super héros

C’est en 1933 que Superman est créé. C’est le pionnier des super héros. Il est suivi en 1939 par Batman (chez DC comics) et
en 1940 par Captain America (chez Marvel).
C’est l’histoire des personnages de DC comics qu’Art Ludique le Musée met en avant dans cette expo.

Pour la première fois, le musée parisien propose sa propre production au public. On pourrait s’attendre à du superficiel. Mais on en prend plein les yeux. #Magique

L’Art de DC : de A à Z

Dans chaque salle, notre bouche fait  » waouh !  »
Des costumes de Superman portés par Christopher Reeves et ceux des reboot suivants. On ne pourra pas dire qu’Henry Cavill ou Brandon Routh ne sont pas bien gaulés à la vue de leurs tenus de cinéma. D’ailleurs, leurs finitions et leurs détails sont ahurissants.

Art de DC

Art de DC

Des dessins de production, des maquettes d’études de tournages.
Si vous avez toujours l’âme d’un gamin, impossible de ne pas jubiler.

Art de DC

I’m Batman

Le héros majeur de l’exposition reste Batman.
Et c’est juste sensationnel. On se demande comment Art Ludique le Musée a pu réunir des pièces aussi emblématiques.
De Tim Burton à Christopher Nolan, tout l’univers du justicier ailé est là.

Art de DC

C’est un bonheur de découvrir les costumes du Joker, de Catwoman, du Pingouin. De pouvoir se plonger dans les dessins de conception, de voir l’évolution du travail pour les décors et les costumes.

Mais l’univers créé par Christopher Nolan a aussi une part très conséquente dans cette exposition.
Batmobile à échelle réduite, Batmoto en taille réelle, maquettes de décors : comment ne pas avoir les yeux qui pétillent ?
Les costumes du Batman de chaque opus sont présentés.

Art de DC

Art de DC

Et côté méchant, on n’en revient pas de pouvoir s’approcher le costume de Joker porté Heath Ledger. En regardant de plus près, il y a même des cheveux dessus – ceux de l’acteur défunt ? Mais aussi celui de Bane qui est tout aussi impressionnant.
Et si tu lâcher ton audioguide un instant, tu découvriras les secrets de la création et les défis auxquels a dû faire face la chef costumière.

Art de DC

L’art de DC : la suite…

L’exposition ne fait pas l’impasse sur les films qui n’ont pas emballé le public. Batman Forever, Batman et Robin, Batman VS Superman ont aussi leur salle.
Il y a même une partie dédiée à la série Batman des années 60…

Art de DC

Il y a aussi des espaces dédiés à  SuperGirl, Suicide Squad,  la Ligue des Justiciers et Green Lantern, mais ils sont malheureusement moins fournis.
Dans cette exposition où le visiteur en prend plein les yeux, on regrettera tout de même que les audioguides soient un peu trop bavards.

Art de DC

L’Art de DC – l’aube des super-héros

Prolongations jusqu’au 7 janvier 2018
Fermé le mardi

Art Ludique, le Musée
34 Quai d’Austerlitz
75013 Paris, France

Share

Subodore au Palais Royal – sentir Louis XIV et Molière

Le Centre des Monuments Nationaux invite le grand public à jouer avec son odorat avec Subodore. 10 personnalités historiques qui ont habité, traversé, marqué le Palais-Royal sont évoqués à travers 10 parfums conçus par l’artiste parfumeuse Chantal Sanier.
Subodore est à inspirer sans modération jusqu’au 21 septembre.

Subodore

Molière, Anne d’Autriche, Le Régent en parfum 

Chantal Sanier a l’imagination débordante. Déjà, quand elle habitait le Palais-Royal, l’artiste avait l’impression de humer des présences fantomales. Elle a écrit, dessiné sur ce lieu emblématique. Il lui aura fallu 2 ans pour concevoir cette installation : traverser le temps, imaginer le souvenir de Molière, Richelieu, Louis XIV par le biais d’odeurs aussi puissantes, qu’énigmatiques, sensationnelles que déconcertantes. 

Il faut se pencher au-dessus des sphères en terre cuite pour basculer dans le temps.

L’artiste traduit les émotions qui se dégagent des histoires personnelles par des matières végétales. Et tente de retranscrire, par exemple, le désarroi de Louis XIV à l’âge de 5 ans, quand il perd son père et qu’il se retrouve seul dans une des ailes du Palais. L’enfant Roi se voit offrir un mélange de jasmin et d’amères racines. 

Elle imagine aussi le bouillonnement artistique autour de Mademoiselle Montansier qui a eu jusqu’à 40 théâtres en plein Paris. Ce sera un cocktail de mousses de chênes avec des fleurs. 

 

SubodoreSubodore

Métamorphose permanente 

La découverte peut être différente d’un jour à l’autre. Selon la chaleur, la fraîcheur. Chantal Sanier aiment aussi que les parfums évoluent seuls et rappellent que ce sont des matières vivantes. 

Subodore
Chantal Sanier partageant l’expérience Subodore

Le Palais-Royal plateau de cinéma 

L’administratrice du Palais-Royal nous a confié les coulisses de tournage de Mission Impossible. Quand elle a eu connaissance de la séquence de moto conduite à plein régime sous les arcades, elle a apposé un refus direct. La production a insisté. 

Alors Sylvie Vial a déballé une série de contraintes qui aurait dû démotiver toute équipe raisonnable. Mais Hollywood a les moyens : le studio a donc recréé un sol trompe l’œil, des bas de colonne pour éviter tout dégât. 

En fin de parcours une cascade avec une envolée spectaculaire à l’aide d’une grue qui soulevait une comédienne.
La séquence est en boite. Hâte de voir le résultat. 

BONUS : l’expérience Subodore réserve des scènes cocasses, visuellement originales. A vos appareils !

SubodoreSubodore

Subodore 

Expérience olfactive de Chantal Sanier

Galerie d’Orléans 

Au Jardin du Palais Royal

Jusqu’au 21 septembre 2017

tous les jours jusqu’à 22h

Share