Archives par mot-clé : Festival

Printemps de Bourges 2017 : Fakear, Electric Guest, Calypso Rose, Gaël Faye, Talisco #LiveReport

J4 du Printemps de Bourges 2017 en mode zapping. Beaucoup de beaux concerts au même moment et un dont d’ubiquité défaillant. On a réussi à capter le rituel de la pédale de François and the Atlas Mountains, le flow d’Electric Guest, la poésie de Gaël Faye, le feu de Calypso Rose, la théorie de l’élastique par Wax Taylor, la déflagration Talisco et le débardeur de Fakear.

François & the Atlas métissé 

Dans le cadre feutré du Théâtre Jacques Coeur, François Marry et ses acolytes ont titillé le public pour le faire décoller de son siège. Le set est étonnant, il débute illico par les deux premiers singles du dernier album : Grand dérèglement et Tendre est l’âme. Des chansons-pépites, dansante pour la première et légère pour la deuxième. La mèche blonde du chanteur bat le rythme sur son visage. On devait d’avoir des cheveux comme lui à notre vingtaine, mais les nôtres rebiquaient.
Il est bon de retrouver François plus assuré qu’à ses débuts, qui s’autorise des apartés amusants comme le rituel de la pédale au 3e titre, couché au sol, sautant pour rattraper son micro.
La musique de François and The Atlas Mountains est métissée, gorgée de mille nuances qui nous portent et emportent. #fascinant

Electric Guest is back! 

Les Américains se sont offert plusieurs dates en France pour présenter au plus grand nombre l’album Plural. À leur étonnement, le public est au rendez-vous malgré les 5 ans d’absence. Pendant cette période, ils ont notamment composé plusieurs titres pour un album de Charlotte Gainsbourg qui n’a jamais vu le jour (« l’inconvénient de travailler avec une star de cinéma très prise« ). Le set du W est court. 40 petites minutes ne suffisent pas à apprécier à leur juste valeur nos retrouvailles avec le groupe. 

Mais il est toujours aussi plaisant de voir se déhancher Asa. Dear to me et Back for me sont deux premiers singles taillés pour le live. On en redemande ! 

Calypso Rose in fire! 

Immanquable la septuagénaire (77 ans le 27 avril) facétieuse venue de Trinidad. Elle a chauffé le Palais d’Auron avec un enthousiasme impressionnant. Elle arrive à tous petits pas sur scène, accompagnée d’un membre de son équipe. Et une fois dans son espace de jeu, elle navigue d’un bord à l’autre de la scène faisant découvrir sa tenue flamboyante et sa danse du ventre. À la fin du premier titre, elle quitte ses chaussures. Ses petits pieds font peine à voir mais ils continent de porter l’artiste.

Les textes des chansons sont simples, compréhensibles par tous et toutes. Et sa musique nous emporte dans des paysages de bord de mer, des nuits folles de danse, sans aucune peur du lendemain. 

Au salut, Calypso Rose aperçoit un enfant en fosse : »je veux qu’on lui donne un album ! » La classe ! 

Au même moment, Broken Back foule la scène du W : « Mon but dans un concert c’est de m’amuser « .
Alors la jeunesse de Bourges s’est massé contre les barrières de sécurité pour s’amuser avec lui. Faut dire que le jeune homme a l’énergie communicative, armé de sa guitare.


Même s’il a franchit le cap des 150 concerts donnée, sa fougue reste la même sur scène.
Du coup le public danse, chante et « quand 4000 personnes chantent avec toi, ça fout les poils ! »
Comme Bourges, on aime bien avoir les poils avec Broken Back.

Talisco : pur rock ! 

Une lumière en fond de scène qui fait l’effet d’un contre-jour, pas évident de capter avec précision le visage de Jérôme Amandi.
On le prend à faire un sourire de bogosse à une jeunette qui jubile avec ses copines. Le quadra à la barbe de plusieurs jours, chemise sur débardeur dont le col en V laisse respirer un échantillon de poils, fait de l’effet aux girls. Autre style, son clavier est plus dandy avec la mèche blonde mobile et le petit fouloir autour du cou. 

Talisco se souvient : « Bourges, il y a 4 ans, c’était le premier vrai concert, le début de l’aventure. » Depuis, une tournée qui a joué les prolongations l’emportant aux States.
Son nouvel album est tout aussi nerveux, vif et brut. Le concert est une vraie déflagration rock : le pied !

Gaël Faye : Petit Pays au Palais Jacques Cœur

Dans la magnifique Salle des Festins, une bulle se crée dans le tumulte du Printemps de Bourges.


Avec la lecture musicale de son livre Petit Pays, Gaël Faye nous transporte avec émotions, rires mais aussi violence dans le Rwanda de son enfance, celui de la haine ethnique et du génocide.
Les mots virevoltent, claquent et résonnent dans cette salle où le public capte chaque geste, chaque parole et chaque note du duo.


Après cette heure coupée du monde, c’est le choc en sorti de salle. Il faut quelques minutes pour revenir au réel et aux bruits du festival.

Wax Tailor et la théorie de l’élastique 

Leçon d’humilité en conf de presse avec Wax Tailor, « l’ours grinchon de la musique » comme il se plaît à se présenter. Il a partagé avec nous sa théorie de l’élastique. Quand il bosse sur un projet, un album, il a l’impression d’être hyper loin par rapport à ce qu’il a fait avant (élastique tendu au max) et quand il finit et réécoute, il s’aperçoit qu’il a bougé de quelques centimètres (élastique détendu, relâché).
« Au final, on ne change pas tant que cela de style. C’est pour cela que je fais en sorte d’ouvrir des petites portes.« 
Après Bourges, la grosse date de ouf de Wax est un live à Central Park (NYC) pour la Fête de la musique ! Un seul mot : waouh !

Le big show de Fakear

Le W devient une cour de récré en attendant l’artiste de 25 ans qui déplace les foules. Filles sur les épaules des garçons, ballons Calimero, cheval, Minions ou Barbapapa. Garçons déguisés en licorne ou lapin rose… L’ambiance est à la déconne totale. 

En conf de presse, Fakear avait prévenu : »ce soir, c’est un gros dispositif, qui ne sera présenté que deux fois dans l’année avec Rock en Seine. »
Avec du retard, Fakear fait son entrée sur scène sous les cris de jeunes surexcités. Deux-trois bugs sonores et le live peut débuter. Le bidouilleur de sons varie les plaisirs : Pad, percu ou platine. Il ne reste pas en place, ni figé comme certains dinosaures de l’électro. Seule fausse note du set : un débardeur de basketteur, trois fois trop grand pour sa carrure. 

Et si on pariait que dans 2-3 ans, il nous reviendra avec son nouvel album et des muscles en plus ? comme Bob Sinclar ou d’autres avant lui.

Le Printemps de Bourges c’est encore deux jours de live ! 

Share

Printemps de Bourges 2017 : Vianney, Jain, Boulevard des Aires, Sônge #livereport

J3 du Printemps à Bourges avec un soleil toujours au top. Une programmation dense qui fait sautiller de joie avec Boulevard des Airs, le nouveau show de Jain nous embarque dans un Sônge captivant et nous fait tomber sous le charme de Vianney. Poésie pure aussi avec un plateau 100% masculin qui a rendu hommage à Barbara autour du pianiste Alexandre Tharaud

 

Jain puissance 1000

Dès le début de journée, notre cœur battait pour le retour de Jain, elle en a dessiné un petit sur notre totebag de festival.
2e Printemps de Bourges consécutif pour l’adorable performeuse avec une création lumière au top dès le premier titre.
Elle prévient, elle termine sa tournée en proposant un « show progressif »
Et  c’est grandiose ! Elle fait rentrer ses musicos en plein milieu du 3e titre, en plein délire. Les percussions ont d’un coup une tout autre saveur et un vrai impact dans les corps comme sur les titres : Come ou Paris.



Derrière Jain, les téléviseurs du début ont fait place à 4 écrans carrés qui diffusent des créations graphiques avec des visuels pop et street-art (on reconnaît la patte de Shepard Farey sur un titre).
La version 2017 de Dynabeat convoque le disco. Ça pulse à fond. La fatigue nous a quitté jusqu’au dernier titre : Mabeka aussi spectaculaire que trippant. En sortant, une seule envie : partir en tournée avec cette fille extra.

Plateau générationnel au W

Les 3 artistes qui partagent l’affiche ce jeudi, ont tous découvert la scène au même moment. Boulevard des Airs nous a rappelé en conf de presse que le groupe était invité en première partie de Vianney. Vianney qui choisit lui-même celles et ceux qu’il souhaite mettre en avant au cours de sa tournée. Normal : « on est une petite famille sur la route, une petite famille qui est fragile« 


Boulevard des Airs a ouvert la soirée avec un set aussi festif, joyeux que généreux. Ces gars-là ont le contact facile et ne restent pas en place derrière leur micro. Le tube Bruxelles fait chavirer. Le bol d’euphorie tient tout le concert. #bonheur

« Pour ceux qui ne m’ont jamais vu, il ne faut pas attendre les musiciens »

Vianney ose ce que certains ne se permettent plus : porter une chemise manches courtes. Faut dire que c’est plutôt pratique quand on est seul à la guitare.
Et le jeune homme n’a pas fini d’être surprenant. D’une part, parce qu’il nous avoue en conf n’avoir aucun trac. D’autre part, il emporte le public avec une aisance confondante. La créa lumineuse ferait presque oublier qu’il n’a aucun musicien autour de lui.
En plus d’avoir un sourire charmant, il a de l’humour, exemple avec « ce morceau dure 8 min » pour annoncer le titre Pas là.
Au cours du set, il abhorre une jo
lie guitare au visage de femme dessiné ou peint et au moins un drapeau breton aperçu lors du concert. De 4 collaborateurs, il y a 2 ans, ils sont 14 autour du jeune chanteur maintenant. C’est une vraie machine à tournée. « Cet été, 26 festivals, celui-ci restera longtemps dans ma mémoire !« 

Plateau d’hommes pour chanter Barbara

Au Palais d’Auron, c’est une distribution 100% masculine qui a rendu hommage à Barbara. Le pianiste Alexandre Tharaud partage depuis de nombreuses années sa passion pour le répertoire de la chanteuse et auteur culte. Il nous a réservé avec ses invités de belles retrouvailles avec des textes, avec des découvertes de chansons plus rares.


Pierre Guénard (Radio Elvis) enchante avec ses versions de Ma maison et Mourir pour mourir. Albin de la Simone fait sourire avec Joyeux Noël et Les Voyages. A mesure que les invités se succèdent, on se surprend à apprécier ces textes forts avec une nouvelle palette vocale.
L’accordéoniste fidèle de Barbara est présent aussi. Romain Romanelli confie une anecdote à garder pour soi. La chanteuse se mettait à le vouvoyer quand il y avait un problème ou une contrariété, alors qu’ils se tutoyaient habituellement. C’est une très bonne méthode finalement pour faire comprendre à l’autre qu’il y un souci et désamorcer tout de suite le conflit.
Tim Dup fait siens les mots de l’artiste qui s’est éteinte l’année de sa naissance, comme « J’entends très bien du bout du cœur« . Superbe !
Vincent Dedienne délaisse son humour pour partager ces lettres de Vienne dans une version parlée, touchante à souhait.
En guest surprise : Julien Clerc vient clore le show avec Ma plus belle histoire d’amour avant un final collectif pour Göttingen.
Un spectacle beau et juste qui nous a fait ralentir notre course folle de festivaliers.

Inouïs 2017 : plateau hip-hop avec Sônge

Révélation des Transmusicales 2017, Sônge poursuit une trajectoire lumineuse avec un set plus assuré qui débute de manière spectaculaire avec cette paire de lunettes de luminothérapie. Mystérieuse, son entrée sur scène fait l’effet d’une apparition fantomatique.
Elle n’a qu’un EP dans la poche, dont elle offre quelques exemplaires avec un large sourire aux jeunes en bord de scène. Et elle arrive à planter un cadre musical passionnant, mouvant, charger de mille influences dont du Debussy.
30 minutes c’est définitivement trop court.


Printemps de Bourges c’est encore 3 jours de concerts !

Share

Printemps de Bourges 2017 : Placebo, Camille, Diva Faune, Inüit #livereport

2e jour de Printemps de Bourges avec du poids lourd : Placebo et Camille et des poids plumes qui n’ont rien à démériter : Last Train, Diva Faune, Inüit, Peter Henry Phillips.
Live-report complet en photos avec frissons, souvenirs et révélations. 


Placebo20 : tournée anniversaire
Une grande partie de l’attente de la journée était portée sur le passage événement de la tournée anniversaire de Placebo à Bourges.
21h, le public du W a rendez-vous avec ses souvenirs. 20 ans d’electropop qui a joué le glam, le mélange des genres, la liberté totale avec une pointe de subversif.
Mais avant, les festivaliers se familiarisent avec l’écran interdiction de smartphone. La consigne respectée, très peu d’écrans se lèveront en début de set.
Le clip Every me every you, en guise de mise en bouche, nous rappele sinon l’androgynie, la jeunesse de Brian Molko.
Et les idoles vieillissent. La frange droite et la coupe courte ne va finalement pas si bien à Brian Molko quand il débute sur l’excellent Pure Morning, parfaite intro pour une entrée de scène. C’est finalement son partenaire qui s’en tire le mieux, Stefan Olsdal se bonifie avec le temps. Tempes rasées et grisonnantes, queue de cheval, veste noire, bretelles qui pendent à l’arrière du pantalon, il faut le voir jouer de sa basse, tendre les bras pour porter son instrument.
Le sex appeal est à trouver plutôt derrière les deux leaders avec un guitariste ourson à la belle barbe, un cliché hipster qui colle à son époque. 

Le titre Loud like love annonce une soirée festive avec de belles émotions. Message de salut rapide de Brian pour souhaiter la « Bienvenue à la fête ! » Une jeunette a sorti ses oreilles de chat qui brillent dans le noir pour l’occasion, certains ont gardé leur bonnet pour faire style.
Les tubes s’enchaînent à grande vitesse, pas de pause : Jesus’Son, Soulmates qui donne des frissons, Special Needs romantisme d’ado, Lazarus

Tubes à plein régime
Un panneau en carton apparaît dans le public : I’m a Placebo addict. Pas sûr que ça émeuve tant Brian. On découvre un titre récent : Exit Wounds qui prouve que Placebo n’est pas en manque d’inspiration. Protect Me a étrangement perdu son couplet en français dans le texte. Without You I’m Nothing nous rappelle nos premiers émois avec Placebo, époque 1998, avec un featuring de David Bowie.
Après la « session mélancolique », place aux gros tubes qui en envoient : Slave to the wage, Special K, Song to say goodbye, The bitter end. Les bras se lèvent, les cœurs battent à plein régime.

Deux rappels qui leur permettent de faire une pause et offre un rapide échange eye to eye avec les festivaliers devant eux. Stefan brandit une guitare rainbow pour rappeler l’engagement des membres.

Au final, un show très pro mais sans réel échange avec le public comme si le groupe avait fait la fête dans son coin, sans se soucier que son public s’amuse ou pas. Dommage.

Pour préparer le W avec Placebo, Last Train a su envoyer toute la fougue de son jeune âge. Le groupe de Frenchies est à l’affiche du festival pour la 3e année consécutive. Il n’était pas prévu qu’il revienne cette année, mais les potos de Placebo a eu le dernier mot.
En 30 minutes de rock ténébreux comme on aime. 

Sur un nuage avec Camille
La chaleur humaine, rayonnante, poétique, il fallait prendre un aller simple pour l’Auditorium. Une salle pleine à craquer pour célébrer le retour de la sublime Camille avec son nouvel album Ouï.
Début tout en douceur et facétie, la chanteuse apparaît drapée, allongée au sol puis se lève pour entonner un premier titre.
Une rêverie éveillée, Camille nous prend à chaque fois au col pour nous emporter dans une transe musicale dont elle a le secret.
Tous les spectateurs ont pu profiter de sa présence, chevauchant les escaliers de la salle. Le charme est intacte.

Séquence révélations : Diva Faune, Peter Henry Phillips et Inüit 
On nous avait dit du bien de Diva Faune. Et en live le groupe assure. Il a réussi à faire se rapprocher le public qui était un peu éloigné de la scène, à notre goût. La pop est révélée, joyeuse à souhait.
The Age of man est l’exemple parfait de la maîtrise mélodique. On a envie de retourner en adolescence avec coup de foudre sur les bancs d’école ou bord de mer.


Juste le temps de capter deux titres au vol de Peter Henry Phillips, le Montréalais à bonnet. Suffisamment pour apprécier le songwriting du chanteur. 


Côté Inouïs 2017, notre cœur a chaviré pour Inüit. Pour le référencement Google, c’est sûrement pas le meilleur nom de scène. En revanche, pour la qualité du set, le groupe composé de 5 boys et d’une charmante girl fait un sans faute. C’est énergétique, captivant et dansant. Public conquis, les premiers fans attendaient la chanteuse à la fin du concert pour des selfies souvenirs. #cute 

Le Printemps de Bourges c’est encore un max de concerts dans toute la ville pendant 4 jours !

Share

Printemps de Bourges 2017 : Dylan, Renaud, Rebeka Warrior et des punks à Jacques Coeur #livereport

Brillant mélange desgens pour ce premier jour de Printemps de Bourges. L’édition 2017 a débuté avec une belle affiche : Bob Dylan avec la troupe du Français et Renaud malade mais résistant. Les anges déchus du punk, quant à eux, ressuscitent à travers les vieilles pierre d’un monument national. 

 

Comme une pierre qui… une première !

Première ce mardi d’ouverture. La Comédie Française prouve son audace et que, pour une institution de plus de 300 ans, elle peut aussi être pop et rock ! 
Bob Dylan : c’est pas trop mon grand amour. Et, très honnêtement, j’ai commencé à aimer Like a rolling stone quand Mick Jagger et sa team se sont décidé à la reprendre en 1995.
Mais la proposition de Marie Rémond et Sébastien Pouderoux qui font littéralement et musicalement revivre la session d’enregistrement de ce titre phare était immanquable.
Je ne pensais que je pourrais rire un jour avec Bob Dylan, un homme qui à la réputation de ne pas être très sociable, et la pièce nous le prouve.


1965, dans un studio à New York, un futur chef d’oeuvre de la musique est en train de naître. Plusieurs hommes à son chevet. Bob Dylan ne quitte pas son harmonica, Mike Bloomfield tente de traduire en mots et en musiques la vision du songwriter.
Dans cette proposition quasi documentaire d’un moment de création – tant de détails : des bouteilles de bières aux paquets de gâteaux, de la bouilloire au batteur qui se déchausse pour mieux jouer- l’humour vient nous surprendre.
Cette pièce qui mélange avec intelligence les genres est un pur bijou. Les apartés de chaque personnage permettent de comprendre l’importance de cet enregistrement dans leur vie.


L’interprétation est absolument excellente : les acteurs jouent en live. Sébastien Pouderoux (Bob Dylan) est mystérieux, silencieux et distant comme il faut. Son monologue en anglais dans le texte est impressionnant. Stéphane Varupenne (Mike Bloomfieldf) derrière sa guitare impose le profond respect : quelle assurance !
Christophe Montenez (Al Kooper) est touchant dans ses hésitations, son manque d’assurance. Gilles David (Tom Wilson) : une voix de producteur incroyable !
Gabriel Tur (Bobby Gregg), la classe avec ses baguettes de batteur et Hugues Duchêne, un geek d’un autre temps avec son piano, alto et yukulele.
Greil Marcus l’auteur du livre adapté pour ce spectacle a confié à la troupe : « Vous avez tout inventé mais tout est vrai !« 

Après la standing ovation, passage rapide par la scène du W pour le live de Renaud. Une voix d’outre-tombe nous accueille. Nous ne savons pas alors que le chanteur est malade : une petite rhinopharyngite. Les titres connus n’ont pas la même saveur que dans notre souvenir. La Renaudmania a l’air de pardonner, reprenant en chœur les refrains archi-connus, les bandanas rouges fleurissent dans la foule et la boutique de  merchandising ne désemplit pas à la fin du concert.

Self Made Punks

Le Palais Jacques Cœur est exceptionnellement punk avec une exposition de photographies en noir et blanc de la scène artistique de 1977. Des visages connus (Joe Strummer, Billy Idol, Patrick Eudeline…), d’autres tombés dans l’oubli (Squat Queen, Dave Vanian) viennent nous révéler le no future, l’underground, l’effervescence de cette époque. Combien d’entre eux-elles sont encore en vie ? Nous n’avons pas osé poser la question à l’un des photographes qui inaugurait cette expo.


C’est l’occasion de découvrir gratuitement pendant tout le festival ce monument assez incroyable par les détails multiples et incroyables. Cette demeure privée recèle de gargouilles, de sculptures discrètes sur les cheminées (lapins, singes, personnages, cœurs…). La charpente et certains plafonds en bois sont spectaculaires. A chaque nouvelle pièce, une découverte. Et des concerts cette semaine qui vont faire se rencontrer musique et littérature.

« Vous êtes doux mes agneaux »

Rebeka Warrior clôt la soirée avec un djset diabolique. Début de live en sweat à capuche et lunettes noires. On a comme un doute que l’égérie de Sexy Sushi soit bien présente sur scène.
Elle est accompagnée d’un jeune homme silencieux qui va débuter une danse très minimaliste avec enchaînement de gestes répétitifs et une séquence derviche tourneur en casquette.
Rebeka Warrior a décidé de mettre en transe les spectateurs téméraires avec son electro-techno qui décharge du beats à la seconde. Le djset est conçu comme un défouloir avec le public invité à se déchaîner sur scène et ces tenues improbables comme un chapeau de paille et même un chapeau léopard. On a même vu un festivalier en bermuda et tongs annonçant l’été. 

Le Printemps de Bourges se poursuit avec de nombreux concerts dans toute la ville jusqu’à dimanche !

Share

Les Femmes s’en Mêlent 2017 / ITV 20 ans de passion avec Stéphane Amiel

Les Femmes s’en Mêlent ont 20 ans !
20 ans que Stéphane Amiel, le directeur du festival culte, s’engage à faire connaître les artistes femmes de France et du monde avec une programmation aussi pointue qu’éblouissante.
Il nous éclaire sur cette édition anniversaire (avec Austra, Little Simz, Rebeka Warrior, Sônge…) et sur quelques souvenirs dont Christine & The Queens fait partie et que Stéphane aimerait retrouver pour une création.  

INTERVIEW

photo Anne-Laure Nomblot

UsofParis : Être un homme au milieu de toutes ces femmes, ce n’est pas un peu trop étourdissant ?
Stéphane Amiel : C’est galvanisant, enthousiasmant et étourdissant d’être entourée de toutes ces artistes assez exceptionnelles et talentueuses. Tant de talent, tant de générosité.
Les artistes que l’on accueille sont souvent au début de leur carrière ou en mode indé. On a une vraie « fraternité » avec ces filles. On partage les mêmes valeurs 

Sont-elles reconnaissantes ? 
J’espère ! 🙂 A chaque fois que je leur pose la question sur le fait d’être programmée dans un festival de filles, fait par un homme, la réponse : « c’est génial ! » ou « ça n’existe pas dans mon pays ! »
Elles sont en tout cas heureuses de jouer dans ces conditions. On met beaucoup de moyens de promo. On y travaille sur une année. On se met en danger aussi.

Programmer LFSM c’est beaucoup d’écoute ?
Comme le festival est assez unique. Je reçois beaucoup de propositions du monde entier. Que ce soient artistes, agents, de musiciennes venues aussi qui conseillent des amies.
Pour la plupart, je vais les découvrir au festival, comme JFDR ou Nilüfer Yanya. Je me laisse aussi une part de découverte, même pour moi. J’ai beaucoup de sympathisants dans plusieurs pays qui vont voir les concerts pour moi et qui partagent leur avis sur un projet.

Quelle est la petite perle de 2017 ?
Y’en a beaucoup. Nilüfer Yanya, l’Anglaise de 21 ans. C’est comme une évidence. Elle fait des chansons qui ont l’air un peu passéistes mais il y a un talent monstre. Une voix assez grave avec une guitare cristalline. Elle est très attendue.
Et Sônge côté français. Avec un spectacle très abouti. Je l’ai découverte sur scène et elle m’a bluffé. Elle a pensé à la dramaturgie. Elle apporte un personnage.

Image de prévisualisation YouTube

Sônge, elle est un peu trop gentille pour ce monde musical de brutes ?
Non, on peut survivre de plein de manières différentes dans ce monde, justement. Grâce au réseau. On peut être aussi dans une niche et survivre tout en étant content de ça. Toutes les artistes qui se produisent ne sont pas destinées à une carrière comme celle de Christine and The Queens qui est venue 2 fois et que l’on a emmenée en Russie et en Pologne.
Ce qui est dur surtout c’est qu’un projet en chasse un autre.
Sônge me fait justement penser CATQ, avec cette longueur d’avance, sur d’autres.

Image de prévisualisation YouTube

Qu’a-t-elle de si particulier Austra, une des têtes d’affiche ?
C’est historique avec le festival. On est un des premiers à l’avoir programmée.
J’étais fan de Katie Stelmanis avant qu’elle ne soit Austra. J’ai toujours été impressionné par sa voix, son culot et son kitsch électronique.
C’est une artiste qui évolue aussi. La Katie que j’ai rencontrée il y a 5 ans n’est pas la même que je verrai cette semaine. Elle ne voulait plus parler d’amour dans ses chansons. Son engagement actuel sur la politique, l’écologie montre son évolution. Et puis, il y a Maya aussi !
C’est une petite famille.

Une anecdote de programmation 2017 ?  
Je pourrais parler des ratés. Toutes les artistes que j’aurais voulues avoir. Il y a Kate Tempest derrière qui je cours après depuis 3 ans. A chaque fois, c’est presque et puis il y a de meilleures offres, une nouvelle tournée et c’est repoussé. J’ai peur que ce soit un rendez-vous manqué.

20 ans de festival, c’est 20 ans de… ?
D’aventures, de chemin solitaire. On n’a pas toujours été soutenus. C’est difficile de trouver de l’argent.
C’est 20 ans de curiosité et de passion et d’acharnement. On n’aurait pu tout laisser tomber plus d’une fois.

Une chanson d’une artiste programmée qui correspond à l’esprit du festival ? 
Michelle Gurevich, Party Girl. Une de mes chansons préférées de ces 10 dernières années. Une chanson magnifique, très triste. D’une mélancolie dont tu tires une force. Tellement puissante !

Image de prévisualisation YouTube

Une anecdote de coulisses de ces 20 ans ?
Tous ces moments qu’on passe avec les artistes ! C’était plus vrai il y a 10 ans que maintenant.
Je me souviens de Ari Up, de The Slits, un groupe anglais punk et culte des années 70 ans. Quand le groupe s’est reformé, on l’a invité à jouer en 2007. C’était les 10 ans du festival.
Elle m’a raconté toute sa vie et c’était assez triste. Et pourtant elle avait une force et une vraie énergie punk. Un « no future » permanent. Très peu de contrôle sur sa vie avec une bonne humeur.

Un mantra de directeur de festival ?
J’aime la chanson de Cindy Lauper, Girls just want to have fun. Quand on est trop sérieux, quand on est trop donneur de leçon, je rappelle que l’on est là aussi pour s’amuser. On peut avoir des questions sur la place des femmes mais on a toujours une attitude positive.
C’est un festival genré mais avec plein de garçons bienveillants autour.

Interview by Alexandre

FESTIVAL LES FEMMES S’EN MÊLENT #17
édition anniversaire 20 ans

festival du 23 au 8 avril 2017
à Paris et en tournée

Share

Faustin Linyekula – Dinozord à la Villette : invitations à gagner

Le Festival 100% Afriques débute le 23 mars avec un spectacle fort et intense : Sur les traces de Dinozord en provenance directe de la République Démocratique du Congo. Conçu par Faustin Linyekula, le Théâtre de la Villette offre 2 soirs à cette re-création exceptionnelle.

Le danseur et chorégraphe Faustin Linyekula redonne à voir son spectacle Dinozord : The Dialogue Series IV créé en 2006 à Vienne.
Il réunit l’ensemble de son équipe artistique cette année pour revisiter cette ville de Kisangani.

#CONCOURS

Envie de découvrir ce spectacle phare et de participer aux premières heures du festival 100% Afriques ?
Nous proposons de gagner des invitations pour 2, le soir de votre choix.

Pour tenter votre chance, exceptionnellement pas de formulaire, envoyez directemnet un mail de notre part à :  a.pourrey@villette.com
avec vos prénom, nom, en mentionnant « United States of Paris / Dinozord » et précisant la représentation de votre choix :
– jeudi 23 mars à 20h
– vendredi 24 mars à 20h

Avant de participer, vérifiez bien que vous êtes disponibles aux dates proposées afin de laisser sa chance à tous et toutes !

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Printemps de Bourges 2017 : waouh ! On adore !!

Notre coeur bat à plein régime pour la programmation du Printemps de Bourges numéro 41 : Electric Guest, Placebo, Wax Tailor, Jain, Vianney, Her, François and the Atlas Moutains, Fishbach
On dit waouh ! On a pris notre billet. Tu viens ?

Jain concert live Printemps de bourges 2016 festival musique album zanaka tour photo scène Usofparis Blog

Arguments bétons
Faut-il rappeler que le Printemps de Bourges, c’est le premier grand festival de l’année, c’est celui qui donne le pouls de tout ce qui va suivre ? Qu’il a visage humain, que la musique déborde de partout.

Comme nous, tu n’étais pas à l’Accord Arena pour les 20 ans de Placebo à Paris ? Sèche tes larmes, le groupe va faire vibrer la soirée du 19 avril pour plus de deux heures de tubes.
T’as vu Jain revient ! Elle était là en 2016, autant te dire que ça va être encore plus fort cette fois.
Y’a aussi le projet original signé Rachida Brakni et Gaëtan Roussel, Lady Sir, la première date de Camille : les poils des bras vont se lever tout seuls.

Lady Sir projet Rachida Brakni Gaëtan Roussel album Accidentally Yours

Des jeunes !! 
La jeune garde de la scène française risque fort de voler la vedette face à les déboulonnables Renaud et Vincent Delerm. Juge plutôt : l’électro de Fakear, les pépites de Petit Biscuit, la magnétique Fishbach révélation des Trans 2016, les ritournelles de Cléa Vincent et The Pirouettes, la folie capillaire de Jacques et nos précieux François and the Atlas Mountains, Talisco.

Comédie Française, lettres et musique
Non, la troupe du Français ne se met pas à la chanson. Mais l’adaptation du livre de Greil Marcus, critique rock américain, va faire appel à des belles références musicales dans « Comme une pierre qui…« 
En écho, des dialogues originaux auront lieu entre auteurs littéraires et chanteurs comme La Grand Sophie et Delphine de Vigan : 100% original !
Barbara aura droit à une création signée Alexandre Tharaud. Le projet s’appelle Mes Hommes : énigmatique à souhait.

N’oublie pas Les Inouïes : la scène des révélations musicales !

Printemps de Bourges 2017 affiche officielle 41e édition festival musique programmation

PRINTEMPS DE BOURGES 2017 
du mardi 18 au dimanche 23 avril

Site officiel : printemps-bourges.com
Hashtag : #PDB2017

Suis-nous : on aura bientôt des invits à faire gagner !!!

Share

Grand Prix FUP 2017 : sacre de Jean-Philippe de Tinguy & Alexis le Rossignol

Au cours d’une soirée de clôture du Festival d’Humour de Paris saison 2 aussi improbable, surprenante que drôle, deux jeunes humoristes ont fait chavirer le public de Bobino et le jury : Jean-Philippe de Tinguy, Grand Prix du FUP 2017 et Alexis Le Rossignol, Prix SACD.

Olivier-de-Benoist-Shirley-Souagnon-parains-Grand-Prix-du-FUP-2017-festival-d-humour-de-paris-bobino-photo-usofparis
Olivier de Benoist & Shirley Souagnon

Des parrains, des chanteurs
Ce mardi, le principe de la soirée est simple : trois coachs connus se sont penchés sur les prestations de leurs trois poulains chacun. Parmi les « parrains » plus ou moins consentants : Olivier de Benoist qui semble découvrir ses protégés le soir-même, poilant et une Shirley Souagnon très attentionnée et en forme malgré sa gastro.
On apprend, en autres, que de Benoist avait fini bon dernier à un concours d’humour, au début de sa carrière, et qu’il a eu droit à un : « bien habillé » en guise d’encouragement. Un élément inavouable de son passé a aussi refait surface : il a été scout ! #bermudaétécommehiver

Oldelaf-et-Alain-Berthier-Grand-Prix-du-FUP-2017-festival-d-humour-de-paris-bobino-photo-usofparis
Oldelaf & Alain Berthier

L’animation assurée par Oldelaf et Alain Berthier nous assure de beaux moments musicaux : entre espoir et dépression, échec et succès. Des chansons illustrant plus ou moins fidèlement l’avenir d’un jeune artiste qui se produit sur scène.

BenH-humoriste-festival-grand-prix-d-humour-de-paris-spectacle-bobino-photo-usofparis-blog
BenH
Céline Groussard
Céline Groussard

Jeune premier, folle dingue, transfert d’organe
Les premiers à se lancer sont BenH, un garçon de 29 ans qui fait bien 10 de moins. Incapable d’avoir une barbe de 3 jours « restée dans le ventre de ma mère ». Il parle avec facilité de guerre, de Marie #SainteVierge
Suit Céline Groussard, « la fille possible de Jean-Claude Van Damme et d’une licorne » dixit Shirley, sa marraine. C’est une fille qui manque de confiance, malgré ses grands gestes et son sourire. Elle a une vie moyenne et fait parler les rats dans le métro parisien. Sidérant !
Tristan Lopin, lui, n’a pas de « bite à la place du cerveau mais une chatte. » C’est assez rare pour ne pas évoquer son cas rapidement. Il boude, fait des listes à rallonge, fais checker les textos qu’il reçoit à toutes ses copines et il cherche un ours sauvage à apprivoiser. Apparemment, il l’aurait trouvé mais c’est pas tout à fait l’idée que l’on pouvait s’en faire.

Tristan Lopin
Tristan Lopin
Marion Mezadorian
Marion Mezadorian

Marseillaise, chanteuse-ventriloque et poto pour la life
Nouvelle salve de graines de comiques avec Marion Mezadorian,« coup de cœur » d’Olivier de Benoist. Père marseillais arménien et maraicher (c’est du lourd), cette « célibataire volontaire » croque les absurdités qui nous entourent avec un réel talent. Son concept du « petit batard ou célibatard » est poilante.
Séquence surréaliste avec Laura Elko à la fois chanteuse lyrique et ventriloque et gentille petite tranche de complicité avec Rey.

Alexis Le Rossignol
Alexis Le Rossignol

Humour suisse, nom pourri et Julien Doré
Au final, c’est dans le dernier groupe que les deux prix de la soirée étaient cachés. Après la rencontre de Marina Rollman, une Suisse (que Shirley Souagnon a tenté de pécho y’a 2 ans) qui a une belle distance sur le Français à l’étranger, Alexis Le Rossignol nous a impressionné sur la dure réalité de son nom, les Deux-Sèvres et les témoins de Jéhovah. Ce garçon a vraiment des idées brillantes mais dangereuses pour nous tous.
Un OSNI (objet scénique non identifié) fait son entrée. Jean-Philippe de Tinguy, sosie plus ou moins probant de Julien Doré, a une façon de se mouvoir sur scène assez impressionnante.
Il évoque son prénom (un beau délire de ses parents), la mort mais jamais sa coupe de cheveux original.
La surprise certainement, ou la maladresse lui fera malencontreusement casser son trophée dès réception de son Grand Prix FUP 2017. N’aurait-il aussi un lien avec Pierre Richard ?

Jean-Philippe-de-Tinguy-humoriste-Grand-Prix-du-FUP-2017-Festival-d-Humour-de-Paris-Bobino-photo-scène-usofparis-blog
Le Festival d’Humour de Paris saison 2 c’est fini.

Une bonne raison d’aller voir :

Jean-Philippe de Tinguy dans Le Dernier Jean-Philippe

au Point Virgule
le lundi et mardi à 19hle

Céline Groussard

à la Nouvelle Seine
le jeudi à 21h30

BenH

au Théâtre du Marais
le samedi à 20h et dimanche à 17h30

Tristan Lopin dans Dépendance affective

au Théâtre du Marais
le vendredi et samedi à 21h30

Share

Walking Thérapie : de l’humour en groupe & dans la rue ! FUP

Une thérapie de groupe en plein Marais ?
Le lancement du FUP – Festival d’Humour de Paris saison 2 est l’occasion d’une expérience géniale, décalée et jubilatoire.
Walking Thérapie ou comment affronter ses peurs devant tout le monde.

Walking-Thérapie-spectacle-de-rue-marais-festival-d-humour-de-paris-photo-usofparis-blog
« Walking Thérapie : un sourire face à mes doutes »

Le Festival d’Humour de Paris a fait le bonheur d’un petit cercle de spectateurs-acteurs pour un divertissement de rue en mode cour de récré.
Tout débute dans la rue, on s’équipe d’un casque, premiers échanges avec Jean-Yves, le psy et Francky, son assistant. Suit le brief collectif à l’intérieur du Théâtre Point-Virgule avec citations et chansons. En même temps que l’on comprend enfin que « nous sommes des récipients à chagrin« , nous réalisons que nous ne serons pas que de simples observateurs.

Le groupe se met en jambe armé d’un nouvel accessoire : un trépied pliable Quechua. Et très vite les premiers obstacles, les premiers exercices collectifs.

Walking Thérapie tire ses atouts d’une bande-son orchestrée en live par Nicolas Buysse, et du talent des deux interprètes (avec Fabio Zenoni) qui réagissent à tout ce qui bouge autour d’eux, du spectacle qui déborde littéralement du cercle, de tous ces yeux curieux que nous croisons sur notre route.

Ce déplacement groupé d’une bonne cinquantaine de participants ne passe, bien entendu, pas inaperçu. Alors quand (presque) tous et toutes se mettent à chanter, sautiller ou s’asseoir en pleine rue, forcément ça interpelle.
Pendant une heure, qu’on aurait aimé prolonger, la bonne humeur est contagieuse et miracle : on n’a plus peur de rien, pas même du ridicule, ni même de ce smartphone inconnu qui vient de nous filmer.
Walking Thérapie c’est un de ces rares spectacles qui laissent un vrai souvenir de spectateur.

Ne manquez pas Walking Thérapie, si d’aventure l’équipe revenait à Paris.

Fabio-Zenoni-Walking-Thérapie-festival-d-humour-de-paris-spectacle-de-rue-photo-usofparis-blog

Walking-Thérapie-festival-d-humour-de-paris-spectacle-de-rue-compagnie-Victor-B-spectateurs-sur-trepied-marais-photo-usofparis-blog

Le Festival d’Humour de Paris 2017 n’est pas fini !

Au programme soirée d’impro, stand-up, magie, plateaux nouveaux talents, un grand prix jusqu’au 17 janvier au Point-Virgule, à Bobino et à la Salle Pleyel.

Festival-d-humour-de-paris-saison-2-2017-ballons-devant-le-Point-Virgule-Paris-photo-usofparis

Share

Les Trans – révélations 2016 : Fishbach, Sônge, Comah…

Double première ! Vivre enfin les Trans Musicales de Rennes, le festival qui révèle les artistes qui vont compter dans l’année comme : Fishbach, Sônge, Metro Verlaine, Comah, Meute…
Et original : accompagner l’équipe des pages culture du journal 20 Minutes pour suivre le festival en mode journaliste.

les-trans-musicales-2016-fichbach-comah-the-jacques-con-brio-metro-verlaine-the-barberettes-nova-twins-photo-usofparis-blog

#Trans2016 : Fichbach sur toutes les lèvres

Avant même le début du festival, un nom fait déjà le tour les rédac : FISHBACH. C’est elle qui a eu les honneurs, cette année, du spectacle création du festival. Une mise en lumière doublée d’une bonne dose de pression pour l’artiste qui aura droit à tous les regards : des pros aux tourneurs, des journalistes à la communauté d’auditeurs et followers.

Rouge-Gorge-music-Robin-Poligné-concert-live-Les-Trans-Musicales-2016-festival-photo-scène-usofparis-blog.jpg
Une jeune femme d’une vingtaine d’années qui sourit, rit, assume la pleine détente en interview et qui, une fois sur scène, est tout autre.
Après une mise en bouche débridée avec ROUGE GORGE – sorte de mix entre Jean-Paul Goude, Pet Shop Boys en solo un garçon sans âge qui chante : »Je n’aurais plus jamais froid » et proclame : « Soyons cochons ! » – la gracieuse artiste fait son entrée dos au public. Audacieux !

Fishbach-concert-création-Trans-Musicales-2016-festival-à-ta-merci-tour-photo-scène-usofparis-blog
L’invitation est franche et directe avec le premier titre : « Tu vas vibrer »
A l’Air Libre, pendant 5 soirs, FICHBACH accompagné pour la première fois de musiciens, joue, interprète plusieurs femmes à la fois, envoie sa poésie à la face du public. C’est brut, beau, sauvage.
On pense à Catherine Ringer, Lou Douillon (pour la silhouette), une Bashung ou une Christophe au féminin.
Elle magnétise, surjoue parfois, se couche sur scène, fume une cigarette (bad girl) et nous emporte dans un univers teinté de noirceurs (Invisible désintégration de l’univers) de rêveries insolentes (« Je connais le jour de ta mort« ), de grands espaces.

Fishbach-chanteuse-oncert-création-Trans-Musicales-2016-festival-à-ta-merci-tour-photo-scène-usofparis-blog
Des « mercis » criés dans le public prouvent que la création est réussie. Unanimité avec toute l’équipe de 20 Minutes. Fishbach se prépare à une année 2017 en or.
Un festivalier l’a comparée à Jeanne Mas à la première écoute ! Mais ça c’était avant de la voir sur scène.
« Je suis fascinée ! » le cri du cœur d’une attachée de presse (autre que celle de l’artiste) à la sortie du concert.

Yuksek-live-concert-Trans-Musicales-2016-music-festival-sweet-addiction-EP-photo-usofparis-blog

Une petite marche d’une quinzaine de minutes dans le froid jusqu’au Parc Expo pour assister au grand retour de YUKSEK.
Grosse attente des festivaliers car le trentenaire se produit exceptionnellement avec des guests dont Monika et le groupe HER. Beau casting pour emporter la mise, soulever les bras en l’air et faire oublier les faussetés vocales du producteur à succès. Certains DJ et bidouilleurs devraient s’abstenir de chanter en dehors de leur studio d’enregistrement.

Sweet-Addiction-Yuksek-featuring-Her-band-live-concert-Trans-Musicales-photo-usofparis-blog

Monika-live-Yuksek-Make-it-Easy-track-Trans-Musicales-2016-music-festival-photo-usofparis-blog

Yuksek profitera de son passage aux Trans pour annoncer que son 3e album sera le dernier. Les tournées à rallonge peuvent fatiguer le commun des mortels. On ne lui en voudra pas.

Metro Verlaine / Con Brio / The Jacques / Leska

Raphaëlle-chanteuse-groupe-Metro-Verlaine-concert-Trans-Musicales-2016-festival-photo-scène-usofparis-blog

Vendredi, c’est une certaine Raphaëlle à la blondeur très Deborah Harry qui nous fait un numéro de charme tonitruant en milieu d’après-m avec METRO VERLAINE.

Metro-Verlaine-groupe-en-interview-concert-Trans-Musicales-2016-festival-photo-usofparis-blog
En interview, son mari et aussi partenaire de scène, sera d’ailleurs très sensible à la comparaison avec la chanteuse du groupe Blondie, alors que sa douce est plutôt comparée à Santa d’Hyphen Hyphen.
Avec ses potes d’Evreux (« le Manchester français »), Raphaëlle nous balance toute sa fougue, en français dans le texte. C’est vif, pas forcément comparable à un groupe existant (très bon point) et ça te prépare à la soirée qui va suivre.

Ziek-McCarter-Con-Brio-band-live-concert-Trans-Musicales-2016-stage-photo-usofparis-blog

Les Californiens de Con Brio ont fait le show au Hall 9 du Parc Expo. Le chanteur, Ziek Mc Carter a tous les talents : chanteur à voix, charmeur, danseur, acrobate ! Il a fait crier les girls, fait se déhancher les festivaliers quadra, quinqua. Il y a du Mickael Jackson, du Bruno Mars, Justin Timberlake.

Il y a certaines facilités dans le set comme une reprise de Woman’s world, mais peut-on vraiment en vouloir à Con Brio ?

Fin-O-Brien-The-Jacques-band-live-concert-Trans-Musicales-2016-music-festival-stage-photo-usofparis-blog

THE JACQUES, venus d’Angleterre, eux, ne peuvent souffrir que de la comparaison avec The Libertines. De vraies gueules, un look rétro indéfinissable. Et un gros problème de peau sur le visage du chanteur, Fin O’Brien, qui n’est pas sans rappeler Pete Doherty. Ca gueule, ça crache sur scène, ça fait de la batterie torse-poil, dissimule ses modestes pecs sous une chemise blanche. Des jeunes bad boys que l’on pourrait tout à fait retrouver au prochain Rock en Seine.

The-Barberettes-band-live-concert-Trans-Musicales-2016-music-festival-stage-photo-usofparis-blog

Séquence improbable mais « très distinguée » avec THE BARBERETTES, des ladies venues de Corée du Sud qui assurent question look et reprises acidulées de grands tubes internationaux. Le public rennais a, semble-t-il, fait son effet. Elles répéteront plusieurs fois : « Amazing » entre 2 titres.

Comah-dj-selfie-interview-live-concert-les-Trans-Musicales-2016-music-festival-photo-exclu-Usofparis-blog

Juste après, LESKA envoie du très bon son. A la différence de Yuksek, le duo ne s’aventure pas à chanter. Le show ne peut qu’être euphorique et emballant. Beaucoup de fumée, deux cerceaux de lumière et dance-party dans le Hall 8.

Comah, sensation bogosse / Sônge / Rocky

Comah-dj-selfie-interview-live-concert-les-Trans-Musicales-2016-music-festival-photo-exclu-Usofparis-blog

Début d’après-m avec la rencontre du très jeune talent des platines made in France. J’ai certainement dû être jalousé par les 18,4 K d’abonnés Instagram qui suivent, dans sa tournée mondiale, COMAH et sa belle plastique tatouée, écartée (au niveau des lobes d’oreilles) et musclée sec.
Il revient sur sa première fois : un live de fou au Mexique devant plus de 25 000 personnes alors qu’il n’avait partagé que 2 titres sur le web. Les réseaux sociaux se sont emballés et les tournées ont suivi.
#LesTrans sont une date importante pour lui : la première de son nouveau show annonçant la sortie de son album.

Sônge-chanteuse-concert-live-Colorbling-Trans-Musicales-2016-festival-music-stage-photo-usofparis-blog

Autre jeune artiste sensation #Trans2016 : Sônge a flashé comme jamais dans les rétines ébahies du public en nage du Liberté. Apparition irréelle : capuche, simplement éclairée par une paire de lunettes que l’on croirait de luminothérapie (l’enquête est ouverte).

Sônge-chanteuse-concert-live-Trans-Musicales-2016-festival-rennes-music-stage-photo-usofparis-blog

Il y a du Santigold dans la voix (M.I.A c’est pour tous les autres médias), du Christine and The Queens dans la mise en scène en solo, du Björk dans l’électro et du Jain dans la pulsation et les rythmiques venues d’ailleurs. Océane Belle venue de Quimper a tout juste signé avec Parlophone. Le début d’un beau succès.

Pas envie de prendre la navette ce samedi soir. Ce sera Bars en Trans pour la team avec EDDY DE PRETTO au look totalement improbable avec ce bonnet de marin et ses mèches blondes se faisant la belle. Un Parisien doué pour les textes et à la rythmique qui donne envie de danser.

 

 


Une Bretonne fait son entrée au Gatsby Club. LADYLIKE LILY, au profil très Audrey Fleurot. Une douceur dans le visage et une facilité à partager son bel univers.

Rocky-the-band-live-concert-Bars-en-trans-2016-music-festival-Soft-Machines-tour-stage-photo-usofparis-blog

Claque de ouf au 1988 Live Club avec ROCKY ! Une décharge de beats qui fait un bien fou. « Quel sourire ! » hurlé dans la salle : la chanteuse a l’euphorie contagieuse. Efficacité totale de l’électro, impossible de retenir son corps, il veut danser, se déchaîner.
Band against the wall fait partie de ces titres taillés pour les festivals.

Les Transmusicales de Rennes 2016, c’est :

Les plus :
– les Bretons et Bretonnes qui sont accueillants, chaleureux !
– l’ambiance, la diversité des musiques et des nationalités.
– des révélations tous les jours.
– la fête qui déborde de partout, jusqu’au lieu le plus improbable : le Parc Expo à côté de l’aéroport, loin de tout.

Les moins :
– la navette (payante) pour aller au Parc Expo. Tu te motives les 2 premiers soirs et le 3e, tu finis à Bars en Trans.
– les artistes rebelles qui ne sont pas 2.0 et qui ne pensent pas au référencement Google. Une pensée émue à ceux que l’on trouvera très difficilement sur le net : Rouge Gorge, Canari, Cliché, Volontiers, Chouette

Share