Archives par mot-clé : Festival

Le Sacre du Printemps par Circa aux Nuits de Fourvière #concours

Le Sacre du Printemps en plein air, de nuit, avec l’Orchestre national de Lyon et la folie de la compagnie australienne Circa de retour en terres lyonnaises : on fonce direct !
Aux Nuits de Fourvière 2018, les 28 et 29 juin, le chef d’œuvre de Stravinksy ne sera exceptionnellement pas dansé mais acrobatique, aérien, sensuel.

Le Sacre du Printemps

Le Sacre du Printemps circus 

Le plus excitant c’est que l’on ne sait rien de cette création qui est a éclos début avril en Australie.
Lyon, coproducteur du spectacle, est seulement la 2e étape d’une tournée qui s’annonce longue comme les autres envolées de la compagnie australienne.

Pour avoir vu deux précédents spectacles : Wunderkammer à Paris et Beyond dans un magic mirror à Lyon, Circa est une valeur sûre quand il s’agit de performance, force physique, dépassement de soi, le tout avec des pointes d’humour et de sensualité.

Circa émerveille, subjugue et se réinvente à chaque spectacle.
En plus du Sacre du Printemps, deux autres compositeurs, cette fois français, auront les honneurs d’une réinterprétation musclée. Berlioz et Ravel seront, à n’en point douter, aux anges comme nous, de là où ils seront fin juin.

Le sacre du printemps

CIRCA avec l’Orchestre national de Lyon
Direction artistique Yaron Lifschitz

Le Sacre du Printemps (Igor Stravinsky)
Les Nuits d’Eté (Hector Berlioz)
Le Tombeau de Couperin (Maurice Ravel)

les jeudi 28 et vendredi 29 juin à 21h30

au festival Les Nuits de Fourvière (Lyon)
Grand Théâtre
17 Rue Cléberg
69005 Lyon

#CONCOURS 

Je serai de retour à Lyon, le vendredi 29 juin pour célébrer le grand retour de Circa et passer une soirée à la belle étoile renversante.
Je vous propose de partager cette soirée en vous faisant gagner 2 invitations.

Pour participer au tirage au sort, remplissez vite le formulaire ci-dessous.

Bonne chance à tous et toutes !

Concours Circa NDF 2018
Sending


Plus de jeux concours

Concours Gratuits

Share

SériesMania 2018 : bon cru avec Kepler(s), Kiss me first & Aux animaux la guerre

Le festival SériesMania 2018 fait une étape remarquée à Lille avec une programmation tout aussi emballante que celle des précédentes éditions.
87 séries au total et le binge watching est entièrement gratuit et légal ! Ce mardi, visite de village du festival au Tri Postal, projection des deux premiers épisodes de Kepler(s), une série avec un flic muté volontairement à Calais, rencontre de Bryan Elsler, cocréateur de Skins, une star suédoise nommée Sofia Helin et un bodybuilder mi-ange mi-démon.

SeriesMania 2018

SériesMania 2018, le village au TriPostal

Le village du festival est l’occasion d’une immersion dans l’univers des séries avec des décors pour photos souvenir, des ateliers pour enfants. L’exposition d’affiches de la chaîne FX rappelle que les liens entre séries et cinéma sont très très poreux. L’inventivité est excellente et nous donnerait des envies de parodies.
L’expo photo d’un fan de la série Twin Peaks, Blake Morrow nous a emballés. Un travail de fou pour reconstituer l’univers de Davis Lynch et lui rendre hommage. Le photographe attend l’accord du cinéaste pour sortir un livre.

Kepler(s), l’après United States of Tara

7 séries françaises en compétition parmi elles, Kleper(s) présentée en première mondiale avant sa diffusion sur France 2.

C’est Frédéric Schoendoerffer qui est à la réalisation et qui a assuré le tournage en région Hauts de France, notamment à Calais.

Le premier épisode n’est pas fou fou mais c’est de bonne facture. Le second nous met réellement plus en émoi pour vouloir voir la suite. Une enquête policière sur fond de problèmes de migrants à Calais, portée par un flic doté de « passagers » ou personnalités multiples.
Ce qui nous a fait penser immanquablement à la série culte à l’origine du nom du blog : United States of Tara. L’histoire de cette mère de famille aux personnalités multiples et barrées.

Le casting est emballant : Marc Lavoine, même s’il faut un peu de temps pour l’envisager comme flic, et non plus chanteur-charmeur.
Sofia Essaïdi est brillante en policière qui a encore bien à apprendre.
Notre chouchoute : Élodie Navarre, en épouse du flic malade, convaincante.
Serge Riaboukine délirant. C’est plus des happenings que des scènes réellement pertinentes pour l’intrigue.

Sériesmania 2018

Kiss me first, Skins en VR

Bryan Elsley, cocréateur de la série Skins, de retour avec une nouvelle immersion dans le prisme des adolescents. Cette fois, on suit Leila qui se trouve connectée à d’autres jeunes de son âge, via le secret qu’elle porte et en pleine réalité virtuelle.

Dans Kiss me first, on sent une filiation avec Ready Player One de Spielberg. Trouver une vie meilleure et se faire de nouveaux amis par l’intermédiaire d’un jeu vidéo. Le roman de Lottie Moggachi qui se déroulait dans un chatroom de Facebook, ouvre de nouvelles voies à la double narration : réelle et virtuelle.

Les liens entre les jeunes intriguent, comme leurs motivations à se retrouver tous dans le virtuel. Les personnages Tallulah Rose Haddon (Leila) et Simona Brown (Tess) sont captivants.

Une coproduction Channel 4 et Nextflix à gros budget pour assurer une animation de qualité. C’est un studio écossais qui a conçu tout la création visuelle.

SériesMania 2018

Sofia Helin, The Bridge l’original

En France, nous avons eu droit au remake avec Le Tunnel (sous la Manche) pour frontière.
Il ne faut pas oublier que la série originale vient de Suède et que la créatrice du rôle est Sofia Helin.
« Pour le scénariste, le personnage de Saga souffrait d’autiste, du syndrome d’Asperger. Elle est totalement à l’opposé de ce personnage. Elle m’irritait beaucoup au début. Mais j’ai compris sa solitude. Quand j’ai commencé je ne connaissais pas son histoire et pourquoi elle était aussi bonne. C’est maintenant que je sais. »

Anecdote : la comédienne n’a su que plus tard que son personnage était, au départ, destiné à mourir à la fin de la saison 1.

SériesMania 2018

Au animaux la guerre : drôle d’équipée !

Un syndicaliste, un bodybuilder et une contrôleuse du travail. Le trio est pour le moins original. Aux animaux la guerre est une adaptation du roman de Nicolas Mathieu.
On suit les vies chaotiques de trois personnages. L’accumulation des emmerdes pourrait être un peu excessive mais elle est la condition pour donner du corps au récit et réunir ces trois entités.
Roschdy Zem n’est pas le premier à fauter pour des problèmes d’argent. On se souvient d’un chauffeur de taxi anglais obligé de s’allier à un truand notoire…

Les deux premiers épisodes campent un décor de France désenchantée et de contexte social tendu.
L’humour n’est pas absent heureusement. Il y a des scènes cocasses comme une vache dans une boîte de nuit.
De quoi donner envie de voir la série complète.

Sériesmania 2018

Le festival SériesMania 2018 continue jusqu’au 5 mai dans tout Lille. 

Share

Claire Diterzi éblouit avec l’Arbre en poche

Claire Diterzi est une créatrice capable de tout, de folies pures, de bidouillages magistraux. Elle vient de concevoir L’Arbre en Poche, une sorte d’opéra contemporain jubilatoire à l’histoire insensée.
Le plus surprenant est d’avoir été happé copieusement, au Printemps de Bourges 2018, sans aucune préparation et connaissance de ce que nous allions voir.
L’irrésistible fougue musicale a fait le reste.

Claire Diterzi

 

Percussionnistes de génie

Une mise en scène barrée, une table dressée avec des verres, carafes, saladiers, origamis et autres bougies. Un peu plus tard, un échafaudage fera son apparition.
Au changement de plateau, c’est déjà un spectacle de voir l’équipe technique installer cet ensemble « d’instruments » originaux et des percussionnistes accorder leurs verres, pour assurer le bon niveau d’eau contenu.

Un homme se lève du 1er rang, costume noir et sneakers orange. Il nous conte la formidable histoire de son frère jumeau, Philippe.
On ne sait pas du tout où il va nous embarquer. On s’étonne de ne pas voir arriver tout de suite Claire Diterzi.
L’homme enfile un grand manteau à la Merlin l’enchanteur, s’assoie sur un trône de bois aux côtés d’hommes et de femmes vêtus de noir.
Première embardée musicale à coups de bruits de bouches et cliquetis sur verres en tout genre.
« Ce sont des brutes : des premiers prix de conservatoire ! » nous lancera heureuse l’artiste après le spectacle.

Claire Diterzi

Claire Diterzi

Claire Diterzi, divine sorcière

L’arrivée d’un contreténor aux pieds nus vient nous bloquer dans notre siège. Le mélange des genres est absolument improbable et efficace.
On se prend à nous laisser bercer, entre bruitages, contes et belles créa musicales comme on les aime.
Claire Diterzi fait enfin son entrée, au bout de 30 min de spectacle, en sorcière fumante. Elle est grandiose dans son grain de folie.

L’arbre en poche charme d’un bout à l’autre. Il bouscule tous nos repères. Il n’est pas non plus nécessaire de tout saisir de ce récit fruit d’un esprit inventif, voire délirant. Nul besoin non plus d’une initiation à l’art de Claire Diterzi pour aimer.

Le mot de la fin à l’artiste : « C’est de la musique contemporaine !
Preuve que les gens peuvent apprécier des choses qui élèvent. »

Claire Diterzi

Claire Diterzi

Claire Diterzi
album L’arbre en poche


Et spectacle
texte et conception : Claire Diterzi
musique : Francesco Filidei, Claire Diterzi
mise en scène : Claire Diterzi et Fred Hocké

chant : Serge Kakudji (contreténor), Claire Diterzi
jeu : Alexandre Pallu
percussions : Matthieu Chardon, Lucie Delmas, Stéphane Garin, Thibault Lepri, Lou Renaud-Bailly, François Vallet

l arbre en poche

Share

Printemps de Bourges : la vague Hyphen Hyphen, Rone, Ben Mazué, Bagarre

Fougue, poésie, folie et danses …
Un 5ème jour au Printemps de Bourges 2018 en communion avec Hyphen Hyphen, Rone, Corine, Ben Mazué et Bagarre.
Découvertes et t
êtes d’affiche dans les 4 salles principales du festival. Du slam dans la foule et de l’électro pure.
Et une affluence plus faible qu’à l’accoutumée pour un samedi… (les grèves ont-elles éloigné les festivaliers ?). 

Hyphen Hyphen

Hyphen Hyphen

Hyphen Hyphen is back! 

Ce sera notre point d’orgue de la journée. Alors que certains attendent Laurent Garnier qui joue à 3h du mat’. Trop tard pour nous en cette fin de semaine, même pour voir un monstre sacré de l’électro.

C’est dans la chaleur du Palais d’Auron, qu’Hyphen Hyphen (HH pour les intimes) fait son apparition. Énergie et lumière stroboscopique seront les valeurs sûres de leur set.Hyphen Hyphen

Le groupe défend en live son nouvel album HH qui sortira fin mai 2018. On sent un peu moins de fureur sur scène mais Santa et Adam se démènent toujours autant. Et le public danse sans bouder son plaisir.

« On s’approche de la fin, il va falloir danser terriblement ! »

Après un (petit) show de 45 min, HH le clôt avec son hymne Just Need Your Love. Santa s’offre un bain de foule. Le slam est décidément le must-do de cette édition du festival.
La chanteuse finira en communion total avec le public avec un retour sur scène en fendant la foule !

Le tumulte de cette chanson finit d’emporter le public et nous dans nos élans festifs.

Rone is the one! 

Avant Hyphen Hyphen, on s’était posé devant Rone.
En déroulant ses premiers sons, on se dit que le DJ est placé un peu tôt dans le line-up de la soirée.
Ses morceaux ne sont pas si légers pour simplement chauffer les festivaliers accros à la musique électro et à la fête.

Comme le set se chevauche avec Hyphen Hyphen, impossible de le voir en totalité. Dommage.

Ben Mazué : épopée onirique

Rendez-vous était pris à l’Auditorium avec La princesse et le dictateur. Le spectacle de Ben Mazué que l’on avait raté à l’automne dernier.

« J’ai tellement de rêves d’enfant que je n’ai pas renoncé à être footballeur. J’ai 35 ans et il me reste un an avant la retraite sportive ! »
Le postulat de ce spectacle est posé et l’humour est de mise.

Le rêve à Ben c’est aussi de réaliser un film. Alors avec son clavier Robin Notte, ils vont jouer en live la bande-originale de ce film qui ne sera jamais produit.
« On dirait qu’on serait à Bercy »
Ben Mazué sait conter une histoire et en un rien de temps, il nous téléporte dans son univers.


Dans ce stand-up musical, on sourit, on rit et on est touché par l’histoire d’amour de Vincent et de Romy. On y trouve aussi Ben Mazué, fantasmé, chanteur à la réussite fulgurante.

Acteur, Ben l’est autant que compositeur ou chanteur.
Il séduit par sa poésie et son imagination folle.

Bagarre : fougueuse découverte

Pour les non-initiés, on pourrait croire à un simple groupe de hip-hop.
Bagarre c’est Emmaï Dee, La Bête, Majnoun, Mus, et Maître Clap : 4 gars et une fille. Chacun a son propre style vestimentaire.
Mais musicalement, le groupe n’en a aucun.

Bagarre symbolise la génération YouTube qui n’a pas de frontière en matière de genres musicaux.

« Ce soir, nous sommes Bagarre, vous êtes le Club ! »
Hip-hop, rock (parfois punk), world, électro, rien ne fait peur à Bagarre et ils le font bien.
A part le batteur, tous changent d’instrument à chaque titre et passe par le micro, ça nous rappellerait presque Arcade Fire. Sur scène, les 5 jeunes ont une énergie bondissante.
Le public les suit dans leurs grains de folies musicales et leurs passions : la fête et la danse.

Pas facile d’entamer la soirée sous le chapiteau du W. Bagarre s’en sort foutraquement bien tiré !

Corine : un univers à part

Un stop au 22 s’imposait pour assister à la fin du concert de Corine, une créature particulièrement fascinante et subjuguante.

Corine, c’est une choucroute bouclée 80’s sur la tête. Elle suscite d’ailleurs beaucoup de « Oh Polnareff ! » côté festivaliers venus passer une oreille.

Cocktail, Il fait chaud… des titres qui permettent à Corine de partager sa personnalité artistique barrée.

Une énergie dingue qui clôt parfaitement notre édition du Printemps de Bourges 2018.

SAVE THE DATE : le Printemps de Bourges 2019 c’est du 16 au 21 avril !

Share

Printemps de Bourges : la folie Shaka Ponk, Mat Bastard, Thérapie Taxi

De la folie, de l’énergie, des slams d’artistes dans la foule.
4e jour tonitruant pour le Printemps de Bourges 2018 avec Shaka Ponk, Mat Bastard et Thérapie Taxi.
Avec les pointes de douceurs de Hollydays, Ibeyi. Report.

 

Mat Bastard, fucking influencer !

Concert défouloir total avec Mat Bastard, séparé un temps du groupe Skip the use.
Il s’est trouvé une nouvelle bande de musicos entièrement dévoués à sa folie.
Le chanteur peut crever un photographe de festival en courant d’un côté et de l’autre de la scène, à prendre de la hauteur sur son estrade.
Le délire est total, prend la foule du Palais d’Auron.
On fait des doigts d’honneur en chansons, on se prend une reprise de Louise Attaque, J’t’emmène au vent.
Attention Mat a prévu de « devenir influenceur sur Instagram ! » La concurrence va être rude.

Shaka Ponk, forever nuts

« La musique est un prétexte pour se rouler par terre, en criant ! On a envie de partager. Les gens nous donnent une sorte d’énergie, c’est notre fioul. »
Frah et Sam se souviennent de leurs années de galère, qui leur a permis d’avoir une réelle expérience de la scène. « Le live c’est irremplaçable ! »

La scène est un vrai terrain de jeu pour Shaka Ponk qui avait besoin de repartir en tournée après s’être, pour la première fois, poser pour créer le nouvel album. Ils ont appelé leur studio la Factory, en référence à Warhol. C’est devenu la Fac pour les intimes.  « On a eu plus de temps, on est resté 2 ans car il y avait le tournage des clips en parallèle« .

Au W, ce vendredi soir, costumes de scène grandiloquents, caméra gopro sur le micro. Attention les yeux au dérushage, avec les jeux de scène des deux chanteurs, on sera proche des conditions extrêmes de tournage, genre une tempête !

Thérapie Taxi is the new french punk!

En interview, ils avaient prévenu : « c’est différent de Rock en Seine ! »
Le set semble effectivement plus maîtrisé mais il y a toujours une part de débordement improvisé, comme le slam à deux reprises.
Et honnêtement c’est assez dangereux, vu le nombre de girls au centimètre carré devant la scène. L’avantage est que Raph soit svelte.

Adelaide est très internationale. On peut lire deux destinations : Venezuela et Tokyo s’affichent en lettres sur sa veste et son haut.

 

Le retour à Bourges, 1 an tout pile après le premier concert est hautement symbolique pour le groupe qui a opéré une belle ascension. PVP, Adena, Pigalle avec une gorgée de rhum, Hit Sale. Il y a de très bonnes punchlines : « je cicatrise dans l’alcoolisme » ou « … dans les partouzes gay » « t’as bugué nos entrailles. »

Thérapie Taxi c’est le retour en adolescence pour les trentenaires que nous sommes. C’est joyeux, fougueux, furieux.

Hollydays à ne pas lâcher

A l’Auditorium, je me retrouve assis à côté du grand-père de l’auteur de chansons du groupe Hollydays. Il m’incite à photographier le groupe qui va arriver.
Je connaissais L’odeur des joints. Le titre subversif n’est, en fait, pas une provocation, juste une histoire d’amour.
Le duo est accompagné d’un claviers en concert. Il nous distille une pop élégante avec du fond dans le texte : « L’histoire finit toujours par un gros plan ».

Le Printemps de Bourges c’est pas fini ! Encore deux jours de concerts.

Share

Printemps de Bourges : passion Orelsan, Feu! Chatterton, Eddy de Pretto

Printemps de Bourges 2018 – J3.
Equilibre parfait entre les artistes qu’on voulait voir absolument comme Orelsan et Charlotte Gainsbourg et ceux que l’on souhaitait retrouver : Feu! Chatterton avec son nouvel album lumineux, Eddy de Pretto qui prend de la maturité scénique à chaque nouvelle apparition.
Report !

Orelsan en pleine puissance

Orelsan est une tête d’affiche de festival à lui tout seul. Une raison de prendre son billet pour une des nombreuses dates à travers la France. Il fallait forcément en être ou passer à côté d’une soirée tonitruante.
Avant même l’arrivée sur scène du rappeur, le public est surexcité et scande déjà « Aurélien une chanson ! » gimmik du tube Défaite de Famille.

« Faites pas de pari, c’est moi qui fait la putain de setlist !»

 

Orelsan a l’art de savoir composer un set de festival. Alors pour embarquer direct le public du W, il attaque franchement avec San suivi de Basique : simple !
La setlist est largement dévoué au succès retentissant de l’album
La fête est finie avec Bonne meuf, Zone (sans le feat de Nekfeu), La pluie, Christophe (avec la voix de Maître Gims en PBO), Paradis
Du coup, fierté : on connait tous les titres par coeur.
On retrouve la richesse des arrangements sur scène, avec même de belles évolutions .
Les tubes moins récents ne sont pas absents pour autant : La terre est ronde, Le chant des sirènes (pimpé avec des choeurs) ou Raelsan très rock avec d’audacieux rifs de guitares électriques.
Il  joue en continu avec le public : « Je peux pas chanter Défaite de famille car j’ai d’la famille dans la salle ! 🙂 Ok vous l’aurez voulu ! »
Aucun centimètre carré de la scène n’aura échappé aux sauts d’Orel.
Il assure même un petit tour devant la fosse pour faire chanter les plus jeunes fans compressés sur les barrières.
On est du côté lumineux du rap français grandiloquent.

Feu! Chatterton : « roucoulons, Printemps »

« C’est la saison de l’amour, les phéromones ouverts, le pollen. »

Le quintet de garçons déploie une belle énergie pour partager les titres de son dernier album L’oiseleur.
On débute par Souvenir, « mais maintenant, je pleure ton nom », des mots justes que l’on pourrait dire à un.e ex.

L’espiègle Arthur fait se lever l’auditorium, un peu top sage, après « avoir fait connaissance ». Tout le monde s’exécute.
Il est temps de se lover contre Ophélie, les guitaristes de Feu! Chatterton sautent sur scène, la communion peut débuter.
Un pigeon, celui de « mon cœur » passe avec élégance.
Le concert est sans doute moins grave que celui de 2016 et ça fait du bien.
Ginger qui pourrait faire l’ouverture d’un James Bond par son orchestration éloquente.
Un peu d’Ivresse et pointe l’Aube pointe dans une version magnifique. On redécouvre encore la beauté de ce titre.

Eddy de Pretto, définitivement incontournable

Avant de retrouver le public de Bourges, un an après le tout premier concert, Eddy de Pretto a eu droit à une conf de presse pleine à craquer. Médias debout ou assis par terre. Personne ne voulait rater la rare occasion de voir le phénomène de près.
Comme Christine and The Queens en son temps, Eddy attire la pleine attention de tous et toutes.
A 24 ans, il a réussi une fulgurante ascension avec son flow unique.
Au Palais d’Aurion, comme à son habitude, Eddy entre son smarphone à la main, pour lancer la bande-son de ses exhalations musicales.
Un plus par rapport à la première fois, un batteur l’accompagne.
Rue de Moscou, Jimmy, Beaulieue, 3 titres au cours desquels les photographes ne ratent aucune miette de la silhouette de l’artiste. Eddy joue avec la lumière, latérale, débute un déhanchement, puis des enjambées pour se déployer sur la scène.
Les enchaînements de mots sont denses, on ne saisit parfois pas tout mais le rythme prend au corps.
C’est un artiste fascinant à voir performer. On imagine l’évolution encore jusqu’au Zénith de Paris, en mars 2019.

Le sourire de Charlotte Gainsbourg

Interviews au compte goute, Charlotte Gainsbourg joue la carte de la rareté -pour ne pas saturer le buzz médiatique ? J’ai quand même pu la croiser en coulisses, furtivement, et j’ai pu voir son sourire timide et touhant.

Sur scène, elle se dissimule derrière son double synthé ou derrière un bord de cadre juste devant elle.
Assez fascinant de se rendre compte que l’on distinguerait mieux ses compagnons de tournée : 5 boys qui portent fier chemise ou veste en jean bleu. Des musiciens fougueux et plaisant à voir bidouiller au fond ou se déchaîner sur la batterie, exceptionnellement en bord de scène.

La scénographie est proche de l’installation design, elle aurait pu être conçu par l’artiste Xavier Veilhan. C’est très graphique, beau, distrayant parfois un peu trop l’oeil.

Charlotte osera descendre de son podium, pour se déhancher timidement lors d’une instru. La réserve fait partie de son charme.
Les jeux de lumière opèrent par moment des déflagrations visuelles, on serait prêt à sortir nos sunglasses.
Les titres de son dernier album Rest séduisent, un album dédié à sa concert, comme son concert. L’émotion monte quand elle reprend deux titres de la légende Gainsbourg Père et Fils : Charlotte for ever et Lemon Incest, magnifique. « Bourges représente beaucoup pour moi et aussi pour mon père. » Des mercis viennent par grappe du public.
C’était beau.

Le Printemps de Bourges continue jusqu’à dimanche !

Share

Printemps de Bourges : le souffle de Lomepal, Brigitte & Rag’n’Bone Man

UsofParis a le don d’ubiquité. La preuve, notre présence au W pour un plateau international avec Rag’n’Bone Man, Walk of the Earth, Brigitte et à la Halle au Blé pour deux sets rap français portés par la jeune garde talentueuse Ash Kidd et Lomepal.

Lomepal

Ash Kidd, « Viens chez moi, Bourges »

10 minutes avant son live, on apprend que l’ancien Inouïes refuse de se faire shooter par les photographes pros. Ash Kidd aura certainement un meilleur profil sur les écrans de smartphones de son public.
Alors oui, c’est auto-tuné à mort, à l’instar de PNL, ça plait un max aux ados, il porte des polo et t-shirt trop grands, mais on perçoit une âme de lover romantique sous le bad boy. Et puis Coeur de Gangster nous fait penser à Frank Ocean.

Le sac à dos Young & Winner aperçu dans le public donne le ton. Un ado enchaîne les snap, sans rajout d’effets, ni de smiley. Du pur live ciselé en continu, le dos contre une colonne de pierre de la Halle au blé.
Sa copine ou sœur lui monte sur le dos pour faire une vidéo.
Le jeune rappeur saute sur un pied, puis l’autre, déchaîne les jeunes qui connaissent ses titres par cœur, Lolita...
Il fait beaucoup de « Yeah, yeah », fait crier les girls en relevant une unique fois son t-shirt sur des abdos impecs.
« Je partirai quand le soleil se lèvera… ». On continue à aimer après ce live en solo, sur bande enregistrée.

LomepalLomepal

Lomepal : « c’est beau la folie ! »

Chef Antoine envoie un max de flow à la Halle au Blé, dès le 1er titre, Palpal, que je connais par coeur comme tous les ados, pour cause de clip excellent.
Enchaînement direct avec Ray LiottaMais on s’habitue, bientôt ça me fait plus d’effet »). Les filles des premiers rangs connaissent toutes les paroles et crient à donf.
Lomepal appelle que son premier album est disque de platine et que son titre Flip est un hommage au skate : « je suis pas un musicien, je suis un très sombre skateur. Je suis chanteur depuis quelques semaines !  »
La décontraction est à son max, bermuda sans forme, t-shirt blanc et torse poil à la fin.
Lomepal a un vrai talent pour enflammer le public, mais sans le provoquer à longueurs de chansons. Pour l’avoir vu de près, ce mec a vraiment tout d’un grand et ne va pas quitter la scène tout de suite. 

Lomepal

Walk off the Earth, incroyable ! 

C’est le buzz canadien de la soirée ! Mélange de reprises (Ed Sheeran en ouverture, Happy de Pharrell Williams) et de morceaux originaux, le groupe envoie un son très rock US mais avec un décalage et un humour typique made in Canada.
On sent que les membres de Walk off the Earth prennent leur pied sur scène. Dans le public, plutôt jeune devant la scène, c’est la folie.
Drapeaux français et canadien en communion. Le canon à fumée en continu pour les effets spéciaux et totale déconnade pour les reprises comme l’incontournable Champs Élysées de Joe Dassin.
Hey Ya! d’Outkast fait soulever une nouvelle fois la foule.
Dommage qu’un problème technique coupe la chique au groupe. La dernière chanson se termina côté public en chœur et un peu déçu.

Brigitte day

Les girls ont débuté la journée avec la Ministre de la Culture pour le lancement de l’exposition Femmes ! consacrée aux auteures et compositrices. Brigitte, marraines de l’event, ont rappelé que le Chant des Partisans avait été écrit par une femme.
En conf de presse, Sylvie et Aurélie confient : « c’est une énorme galère de faire la setlist. Il faut bien choisir, on ne peut pas faire les 3 albums en entier. Les setlists évoluent selon les festivals, que ce soit de jour ou de nuit. »
Et une question pertinente qu’elles posent au festival : « sera-t-il aussi paritaire l’année prochaine ? »
Sur la scène du W, leur charme fait une nouvelle fois mouche. Ca chaloupe, ça aguiche et joue la sensualité.

Rag’n’Bone Man, une voix de fou

L’Anglais qui porte du 4XL a une voix qui ravage. Tout le corps vibre à son écoute. Malgré ses tatouages, sa carrure qui pourrait démolir un mur de briques, la douceur de son regard touche.
Son brin de timidité que l’on perçoit entre les chansons donne encore plus envie de se rapprocher, de ne pas lâcher notre attention, de s’isoler si notre voisin.e venait à trop parler.
Son orchestre est excellent, donnant le plein souffle aux compositions.
A la sortie du concert, on serait presque tenter de garder le silence un moment, comme après une séance de yoga. Pour apprécier les bienfaits de Rag’n Bone Man pour le coeur et l’âme.

Le Printemps de Bourges c’est pas fini !
Encore 4 jours de concerts.

Share

Printemps de Bourges : le coeur bat pour Véronique Sanson, Armanet & Ringer

Affiche 100% féminine pour le premier soir de concerts du Printemps de Bourges 2018.
Des fleurs pour l’anniv de Véronique Sanson, Catherine Ringer joyeuse et virevoltante, Juliette Armanet bête de scène et une révélation nommée Naya.

Véronique Sanson

Naya seule en scène, t-shirt blanc, pantalon argenté, guitare et ordi ouvre la soirée devant exceptionnellement un public assis mais attentif.
Les titres de la jeune artiste nous charment. Il y a une assurance impressionnante, le rythme nous parcourt le corps. On se prend à aimer cette voix qui nous rappelle celle d’une autre artiste : Aurora.
Naya en impose avec sa guitare et aussi sans, à la fois douce et rugissante.
Le dernier titre du set Girl on the moon finit de confirmer son talent.

Juliette Armanet : « Ça danse, ça vie ! »

Si vous n’avez pas vu « le renouveau de la chanson française » en concert, vous ne pouvez pas comprendre.
Nous n’écoutions pas les chansons de Juliette Armanet avant le Printemps de Bourges et les évitons quand elles passaient à la radio.
Mais une fois en concert, on a fait profil bas et on s’est laissé happer.
Oui, on a aimé à la folie son (trop) court set, parce qu’énergique, généreux, drôle, débordant.
Ce brin de trentenaire est un vrai talent, qu’il est aussi plaisant de voir chanter que d’entendre (simplement) parler.
Quelques heures auparavant, lors de sa toute première conf de presse, elle a réussi à charmer une salle entière de médias.

Entrée éclatante avec salut et large sourire puis elle enfourche son piano pour Manque d’amour.
Elle veut que ça bouge et donc invite le public à se lever dès le 2e titre L’Indien.
L’artiste est galvanisée par ses fans, en majorité féminines qui connaissent ses chansons, claquent des mains.
Pour Star Triste, elle lâche son piano et salue malicieusement les photographes, s’autorisant un commentaire un peu graveleux, qu’on lui pardonne aisément.
Et elle swingue dans son costume argenté, fait le show, joue avec le public.

Au W, ce mardi, on pouvait entendre à la sortie, côté spectatrices : « Quand j’ai vu Juliette sur scène, j’ai pensé à toi ». Les good vibes ont perduré toute la soirée.

Catherine Ringer, l’éternelle sauterelle

Un petit pas de danse en direction de chaque musicien à son arrivée sur scène, la gracieuse Catherine Ringer affiche un sourire tendre et malicieux.
Il est question de (re)naissance avec le titre Senior qui évoque un œuf et un poussin. On poursuit avec Como Va pour mieux apprivoiser le public. L’interprétation de la grande Ringer est très gestuelle, captivante.
La chanteuse ne boude pas le plaisir du public en lui offrant quelques beaux succès comme Le Petit Train, en version électrique et choré d’époque, Alors c’est quoi sur lequel elle sera rejointe par son batteur pour une battle de danse.
Marcia Biala à la guitare sèche fait chavirer et nous replonge dans les années 80. La voix est éclatante, le grain de folie intacte, la présence sur scène chavirante. Qu’il est bon de la retrouver.

Au rappel, la Ringer reprend le titre Pars, en hommage discret et sincère à Jacques Higelin. Une majorité du public connaît les paroles.
Fin de set en apothéose avec Andy.

Véronique Sanson, un nouvel âge

Pour fêter ses 69 printemps, Véronique Sanson s’offre une salle en pleine attente, attentionnée qui entonne à plusieurs reprises un « Joyeux Anniversaire ».

Les premiers titres donnent du rythme à défaut d’être des purs tubes : Dignes Dingues Donc, Radio Vipère.

L’artiste prend le temps de l’échange et lance un touchant : « Vous m’avez manqué ». Elle confie aussi sa passion pour les queues de pie, surtout quand elle s’assoie à son piano.
Une dédicace à Simone Veil « qui avait une belle âme » et un titre fort : Je me sens tellement manquée.
On avait oublié la force d’interprétation de Véronique Sanson, totalement habitée par ses textes. Capable en quelques minutes de passer d’un joyeux sourire et un visage quasi au bord des larmes.

Séquence de chansons guillerettes, rigolotes qui se termine par une arrivée clin d’œil de Catherine pour l’anniv de sa complice.

Véronique Sanson

Les grands tubes n’ont rien perdu de leur emprise : Vancouver, Rien que de l’eau, Bernard’s song.
Fin de soirée, seule au piano pour deux beaux derniers titres : Toute seule, Bahia.
Tout au long du concert, on pouvait entendre des merci côté public, touché de ce retour en grâce.

Véronique Sanson

Le Printemps de Bourges 2018 se poursuit jusqu’au dimanche 29 avril.

Share

Printemps de Bourges 2018 : à la folie avec Orelsan, de Pretto & Armanet !

Le Printemps de Bourges 2018 va être magistral avec une programmation qui allie sensation qui buzze grave (Eddy de Pretto), perles de la chanson française (Véronique Samson, Juliette Armanet, Brigitte, Dani…), du rap qui emballe (Orelsan, Lomepal, Ash Kidd…), un hommage à un éternel Leonard Cohen et autres révélations avec les Inouïs.
#Concours en bas de la page. 

Eddy de Pretto

Le Printemps Bourges est bon pour la santé 

La grève SNCF n’aura pas raison de notre motivation et notre désir impériale de musique live du 24 au 29 avril, très précisément.
D’autant plus quand une étude sérieuse récente avance qu’assister à des concerts augmenterait notre espérance de vie.

Alors avec le programme du Printemps de Bourges 2018 ultra chargé, dont Orelsan qu’il nous faut absolument voir, Eddy de Pretto notre chouchou débusqué à Bars en Trans 2016, nous nous sommes tous et toutes sûrs d’être centenaires ! 😉

Printemps de Bourges 2018

Femmes on vous aime ! 

Le festival commence fort avec un plateau de 4 chanteuses. On serait tenté d’écrire que la pièce maitresse est Véronique Sanson. Mais Catherine Ringet, Juliette Armanet et Naya vont cartonner tout autant.
Notre cœur vibre toujours autant pour Claire Diterzi, une personnalité scénique particulièrement attachante, même si barrée.
Le Brésil nous envoie une jolie pépite, violoncelliste et chanteuse, Dom La Nena.
Alors que le grand retour de Jeanne Added affiche complet, d’autres jolies minois (Sexy Brigitte et L.E.J.) vont faire vibrer le W.

Immanquable la soirée Insolentes avec Garçons, un trio de girls (dont Carmen Maria Vega et Zaza Fournier) qui chantent des chansons de mecs.

Notre cœur bat aussi pour Ibeyi, nos chouchoutes absolues, Alice Merton dont on a vu le tout premier live à Paris, Hollysiz que l’on veut vraiment voir sur scène et l’incroyable et énigmatique Corine.

Printemps de Bourges 2018

On ne les connait pas encore 

Pour cette section, nous avons cliqué au hasard sur des noms inconnus. 
Zerolex
est un nom d’artiste qui ne s’oublie pas ! Il a tout juste 24 ans, il porte une barbe rousse et vient de Besançon et n’est pas à son premier Printemps de Bourges.
Raoul Vignal est un Lyonnais de Berlin. Waouh ! C’est suffisamment original pour nous intéresser. Il porte fier la moustache, ce qui ne va pas à tout le monde, nous par exemple.
Walk off the Earth est un groupe canadien surexcité et joyeux. Il cumule quand même 13 millions de vues pour Rule the World avec des danseurs peinturlurés. Audacieux !
Mat Bastard. On ne connait pas non, mais il n’est pas inconnu puisque c’est le chanteur de Skip the Use qui se la joue solo.
Queen Zee vient de UK. Y’a un côté métalleux à la Marilyn Manson, avec un bon lot du punk et de la peinture dans la bouche. Bref, une expérience de live déconseillée à nos mères qui vont lire ces lignes.

Le Printemps de Bourges 2018
du 24 au 29 avril 2018

site officiel : printemps-bourges.com 

Printemps de Bourges 2018

CONCOURS 

Tu veux assister avec nous à la soirée d’ouverture du Printemps de Bourges avec un très beau plateau de chanteuses ?
Au programme du mardi 24 avril à partir de 19h30 :
Naya que l’on a interviewée
Juliette Armanet que Joan a déjà vue 2 fois en concert
Catherine Ringer qu’on aime à la folie
Véronique Sanson qui a eu la chance de voir Alexandre débouler à la porte de sa loge, il y a une bonne vingtaine d’années.

 

Le concours est terminé.
Merci pour vos participations.

Share

Session of tenderness : festival d’art érotique post-soviétique à Paris

Du 15 mars au 1er avril prochains, le collectif Q Rators en partenariat avec la Queer Week, la galerie Treize et le Point Éphémère, propose un événement entièrement consacré à l’érotisme et aux multiples visions de la sexualité.
Le festival Session of tenderness nous invite à réfléchir sur les normes des rapports intimes, la vision de notre corps et de la beauté dictées par la société.
Pas moins de 17 artistes aux disciplines différentes vont permettre de créer un dialogue artistique entre l’Europe et les pays de l’ex-URSS en s’interrogeant sur le monde actuel.

À cette occasion, nous avons pu interviewer le groupe artistique russe Bobo qui proposera une performance pour le moins inédite : se faire tatouer par de parfaits inconnus ! Le public devra répondre à une question en apparence simple et banale : « Qu’est-ce que l’amour ? » et la réponse restera gravée à tout jamais sur le corps de l’artiste. Votre vision de l’amour conservera ainsi une trace singulière. 😉

Interview

Session of tenderness
Selfie exclusif pour UsofPairs

USOfParis : Confier son corps à de parfaits inconnus est osé. Surtout en conservant une trace à vie. Vous n’avez pas peur ?

Cyanide Zloy : Un peu.
Natalia Petukhova : Il veut juste avoir des tatouages gratuits ! 🙂

La performance que vous proposez est assez radicale. Quel a été l’élément déclencheur du projet ?

Cyanide : En réalité, c’est la suite d’une performance réalisée en 2013 intitulée : « la définition de la liberté », dont le principe consistait à confronter les symboles de la liberté et de l’amour pour avoir une belle photographie.  En fait, ce n’est pas si radical que ça pour l’artiste que je suis, ou pour l’art contemporain en général.

Natalia : Nous aimons l’art et nous voulons vraiment qu’il nous suive à chaque instant… J’ai un gigantesque tatouage tout le long du  corps et ce n’était pas une performance, mais un désir personnel. Les Russes n’ont pas réussi à recouvrir la totalité de ma peau, mes espoirs se tournent alors maintenant vers Paris !

En utilisant votre corps afin de laisser le public s’exprimer, vous pensez qu’il se révélera plus facilement ?

Cyanide : Aucune idée mais je l’espère. Nous verrons ça ensemble pendant la performance !

Natalia : Comme ce sera dans un bar (le Point Éphémère), je pense que le public sera plus détendu et donc plus ouvert. Comme le disait Jacques Lacan, l’être humain a besoin de l’autre pour se comprendre. Ici, l’encre sera cet « autre » pour vous.

Session of tenderness

Quel message souhaitez-vous délivrer par le biais de cette performance ?

Cyanide : Bien entendu, il y a un message codé dans la forme mais je veux laisser le travail de décodage au public ! D’autre part, comme la plupart des œuvres d’art contemporain, cette performance remet en question le sens même de l’art : « Qu’est-ce que l’art ? »
Dans le cas d’un tatouage, c’est un message à long terme, mais il n’est pas éternel car il ne dure que le temps d’une vie humaine. Cette citation résume bien le problème :« Ars longa, vita brevis« .

Natalia : Pour moi, le message serait « tout est connecté ». Toutes les personnes rencontrées au cours de nos vies laissent une trace en nous. D’anciens tatoueurs soviétiques pensent que le fait de tatouer quelqu’un est quelque chose de sacré, reliant l’artiste et son modèle pour toujours. Et comment peut-on commencer à aimer un garçon russe sinon en le blessant un peu ? 😉

Quel est votre rapport au corps ?

Cyanide : Nous avons nos hauts et nos bas vous savez.

Natalia  : Le concept du festival Session of Tenderness semble être la description plutôt exacte de nos relations avec le corps : le sexe, l’érotisme et l’amour.

Et vous, quelle est votre vision de l’amour ?

Cyanide : Dans la Russie actuelle, lorsque je pense à l’amour, c’est le ministère de l’amour de 1984 de George Orwell qui me vient à l’esprit.

Natalia : L’amour, c’est un peu comme un tatouage. C’est douloureux, c’est un peu dangereux, mais tu en veux quand même 🙂

Comment imaginez-vous l’amour dans le futur ?

Cyanide : Tout dépendra de ce à quoi je vais ressembler après la performance !

Natalia  : Par Wi-Fi. Peut-être que les gens se réuniront dans des bars et se tatoueront avec des nanopuces d’amour.

Quel conseil donneriez-vous aux nouvelles générations à venir ?

Natalia  : Plus il y a de tatouages, mieux c’est !

Une philosophie de vie ?

Cyanide : Il ne sert à rien de me tuer avant mes 70 ans !
Natalia : L’amour partira, le tatouage restera pour toujours !

Session of tenderness

Session of tenderness
festival d’art post-soviétique
par Q Rators

 

exposition à la Galerie Treize
24, rue Moret
75011 PARIS
Du 15 mars au 1er avril
avec échanges entre les artistes Ukrainiens, Russes et Biélorusses : Kseniya Platanova, Seleznev Nikita, Zhanna Gladko, Sergey Shabohin, Alyona Petit et les artistes partenaires de la Queer Week : Sébastien Hamidèche, Céline Drouin Laroche, le collectif Black(s) to the future et Mathilde Fenoll

Les 21 et 22 mars de 20h30 à 23h
Soirées de performances avec Alina Kopytsa, Mikhail Badasyan, Alyona Petit, SVITER art-group, Bobo, Tekhnopoeziya
au Point Éphémère
200 Quai de Valmy
75010 Paris 10

Les 21 et 22 mars dans les laveries du 19ème arrondissement : Concerts de Tekhnopoeziya

Le 23 mars toute la journée : Installation interactive d’Alexandre Budaey, marché Place des fêtes (Paris 19).

Programme complet sur l’Event FB du festival

Share