Archives par mot-clé : geek

Gentleman cambrioleur de Gamescape : un vol parfaitement maitrisé

L’équipe d’USofParis est partie à l’aventure chez Gamescape. Transformés en Gentleman cambrioleur, on a tenté d’éviter les chausse-trappes mises sur notre chemin par l’as des as du cambriolage : Arsène Lupin. A nous de dérober son secret le plus précieux.
Nous nous sommes frottés avec enthousiasme à ce nouvel escape game !

 

L’objectif est simple : dérober une lettre pour le compte de la comtesse Cagliostro. Celle-ci nous conduira au trésor des rois de France. Et si la mission est couronnée de succès, nous toucherons notre part. Mais Arsène Lupin aime compliquer la tâche.

Gentleman cambrioleur

Gentleman cambrioleur : un univers mixte

Avec notre capeline et notre canne à la main, l’entrée dans la salle fleur bon l’ambiance début 20e siècle. Direct, nous fonçons sur les détails évidents.
« Ça commence comme un escape classique, avec la fouille, chercher, mettre la pièce en désordre«  confirme Alexandre.

Alors, oui, la pièce on la retourne, on farfouille dans tous les recoins. On trouve des indices, mais aussi des mécanismes obscurs. Et en cinq minutes, des interrogations surgissent. Tant de choses à faire et le temps qui défile.
Au téléphone, notre complice nous aide à avancer. Il nous aiguille afin de suivre la bonne piste. Mais au final pas tant que cela.

Gentleman cambrioleur

« On se retrouve face à un ensemble de mécaniques à la fois intrigant et stimulant », Alexandre

Car, oui cette pièce mécaniquement simple dévoile, au fur et à mesure, des engrenages plus complexes.
Et il faut être attentif à tout pour arriver à combler notre commandataire, à défaut de passer à côté du but final.
Et on y est presque parvenu. Il a fallu composer avec notre léger manque d’attention et d’écoute. 😉

Notre avis : « On ne s’ennuie pas ! « 

Et c’est déjà un bon point pour une salle d’escape game.
« Il y a une approche différente par rapport aux autres escape games. La recherche d’indices est différente.«  pour Jean-Philippe.
« Notre mission n’est pas forcément claire mais à aucun moment on ne s’ennuie. Il y a toujours moyen que personne ne se fâche chier. »

Gentleman cambrioleur

D’ailleurs Emmanuel le confirme. « C’est un bon jeu d’équipe : tout se fait à plusieurs, au moins à 2. C’est cool de pouvoir se séparer pour résoudre des énigmes en même temps. » Et sans cela, on reste sur le carreau. Une bonne cohésion d’équipe est nécessaire.

« Une fois résolues, les énigmes semblent évidentes. C’est assez intuitif !«  constate Caroline. « Tout était cohérent. »
Et c’est aussi ce que l’on attend d’un escape game : aller de bout en bout sans que ce soit rocambolesque.

Gentleman cambrioleur

 

Et Alexandre donne une mention toute particulière pour cette salle.
« On croit deviner qu’il va se passer certaines choses, mais en fait la résolution de l’énigme va avoir d’autres incidences. J’ai vraiment été bluffé par certaines évolutions du décor. » Une apparence simple peut souvent cacher des énigmes plus technologiques.

Gentleman cambrioleur n’est pas une salle pour les novices des jeux d’évasion. Les pièges et les mécaniques combleront de plaisir les voleurs les plus aguerris.
Et même dans la défaite, on a pris notre pied.


Gamescape
17 rue de la pierre levée
75011 Paris

Gentleman cambrioleur de 3 à 5 joueurs

Et pour d’autres aventures, tentez Le cachot de la bastille, Entretien avec Gustave Eiffel ou Société Secrète

Share

Star Wars les fans contre-attaquent : une expo folle !

Quelques années après Star Wars Identities, une expo d’un nouveau genre est dévoilée à Paris : Star Wars les fans contre-attaquent.
Sur les 3 niveaux du nouveau Centre expo Lafayette-Drouot, Daniel Prada, un fan de la saga, nous dévoile son incroyable collection personnelle.
Sculptures rares, cosplay fait maison, pièces originales provenant des tournages : les visiteurs pourront vite avoir la tête qui tourne…

Depuis son plus jeune âge, Daniel Prada est un dingue du conte intergalactique de George Lucas. Sa collection débute par les cadeaux offerts par ses parents : diverses figurines, des jeux vidéos, des vaisseaux, des jouets pour enfants et des objets insolites.
Mais c’est à 23 ans que ce tatoueur espagnol entreprend l’acquisition de pièces plus volumineuses. Dans cette exposition, elles sont présentées par épisode, du 1 au 7.

Star Wars

Les statues en majesté

Des 600 pièces qui composent cette exposition, beaucoup sont des statues et des figurines en édition limitée peintes à la main (les moules sont détruits à la fin de la fabrication de la série).
On est stupéfait par leur précision et leur finesse. Il faut dire que les créateurs de ces statuettes ne tolèrent aucun défaut.
Impossible de pointer nos préférées tellement les mouvements, les postures sont magnifiquement réalisées. Mais nous savons que le cœur de Daniel le collectionneur bat pour le buste du Général Grievous.

Star Wars

On adore le dynamisme de celle de Jango Fett. Et le socle sur lequel il se tient est sublime, tout comme celui du combat entre Anakin et Obi-wan.

Star Wars Star Wars

Parfois, une statue permet d’avoir un personnage en taille réelle  : ici Maitre Yoda et ses 66 cm de haut.

Star Wars

Petit focus aussi sur ce très beau Grand Moff Tarkin  et son droïde interrogateur. C’est l’une des statues les plus recherchées par les collectionneurs !

Star Wars

Pour la plupart, ces pièces sont « sold out »  bien avant leur fabrication. Des vrais objets d’art et de collection !

Il y a aussi des statuettes en format plus réduit dont les finitions sont parfois moins fines mais intelligemment mise en scène.

Star Wars Star Wars

On regrettera toutefois qu’aucune info sur le fabricant, la date de réalisation et, pour le reste de l’exposition les mentions créations originales, ne soient inscrites dans les descriptions.  Ce n’est semble-t-il pas ce qui est recherché par la majorité des visiteurs.

Costumes, constructions et véhicules

La plupart des costumes a été conçue par Daniel et ses amis.
Le dernier né étant l’empereur sur son trône.

Star Wars

Et Daniel est très fier de ceux-ci car ils sont tous homologués par Lucas Studio. Et parfois, cela se joue à un détail.

Star Wars
Comme pour ce Sandtrooper dont un élément du sac à dos est un siphon commercialisé exclusivement par une plomberie anglaise. Le même modèle que celui du costume original de 1977 et toujours fabriquer uniquement pour les cosplay !

Il y a bien sûr d’autres costumes de trooper à admirer et bien évidemment Chewbacca, Dark Vador…

Star Wars

Ne manquez pas aussi le Rancor, en taille réelle (près de 4 mètres) tapi dans un recoin. Lui aussi est façonné par Daniel et ses amis.

Ce n’est pas le cas du Jawa exposé un peu plus loin. Lui vient tout droit des plateaux de tournage de la saga. Une des rares pièces d’époque.

Star Wars

Côtés vaisseaux, impossible de manquer le module de course d’Anakin qui ouvre l’espace Episode 1. Cet objet de fan a reçu son dernier coup de peinture peu de temps avant l’ouverture au public.

Star Wars

Plusieurs fois vous tomberez sur des vitrines jouant sur les échelles des véhicules. Une mise en scène astucieuse. Et une info de poids concernant celle des motojets d’Endor, la plus grande coûterait le prix d’un appartement…

Star Wars Star Wars

Cette exposition en met de toute façon plein les yeux, à tout le monde, du fan absolu au néophyte.

Star Wars  : Les fans contre-attaquent

Prolongations jusqu’au 4 mai 2019
Du mardi au vendredi : de 12h30 à 18h
Samedi et dimanche : de 10h30 à 19h

16 euros (adulte) et 11,50 euros (enfant)
Le week-end : 18 euros et 13,50 euros
Tarif réduit pour les cosplayers

Centre expo Lafayette-Drouot
44 rue du Faubourg Montmartre
75009 Paris

Plus d’info sur www.lesfanscontreattaquent.com

Share

Illucity : un max d’aventures en Réalité Virtuelle à la Villette

Bienvenue chez Illucity, la nouvelle enseigne de loisirs en Réalité Virtuelle (VR) qui a ouvert ses portes mi-décembre à la Villette.
Cet espace de 1000 m2 a été pensé comme un parc d’attractions. Avec une volonté chevillée au projet : attirer tous les publics, des geeks aux familles, des néophytes de la VR aux joueurs experts.

Jeux d’arcade, Assassin’s Creed, science-fiction, pirates, courses automobiles : a
vant de plonger dans notre aventure, on fait un petit tour du propriétaire.

Illucity

2 niveaux de jeux pour le plaisir

A faire en mode solo, à deux, à quatre et même à six grâce à la vingtaine d’expériences disponibles.
La volonté première de ce parc d’un nouveau genre, c’est, dès l’entrée, de nous couper de la réalité.

Illucity

Pour parvenir au meilleur de l’expérience, c’est le même casque HTC Vive qui équipe toutes les salles (le meilleur, avant qu’un nouveau détrone tout).
La principale innovation mise en place par Illucity est le backpack qui équipe 3 des espaces de jeu. C’est un petit sac à dos rigide, bourré de technologie, qui permet une connexion sans fil aux serveurs. Que ce soit dans 15 m2, 25 m2 ou 100 m2, nous évoluons en totale liberté. Sans avoir peur de nous prendre les pieds dans les câbles… Et ça c’est top !

Illucity

Et pour ceux qui ne sont jamais passé en mode VR, il est possible d’en appréhender les sensations via un film en 360 et en 3D à voir dans un siège rotatif spécialement créé pour l’enseigne.

Mais passons en mode pirates !

Les joyeux pilleurs d’épave

Répartis en deux équipes, nous nous préparons à plonger à la recherche du trésor de Robert le Corsaire. Et c’est aussi notre premier test de VR avec un backpack. Certainement un plus pour résoudre les énigmes malicieuses et échapper à La malédiction du corsaire.

IllucityAprès une petite séquence de prise en mains de la technologie, toujours aussi facile, on se retrouve dans nos deux aires virtuelles de jeu.
Même pour le néophyte de notre équipe aucun problème d’adaptation : « C’est hyper accessible et simple de compréhension. Tu te fais hyper vite à l’univers. C’est assez intuitif.« 

Au début, les deux teams ne peuvent communiquer entre elles.
Au fur et à mesure, l’architecture du galion évolue pour nous mettre dans une situation totalement inédite et drôle. Une situation impossible à créer dans un escape game classique ! Et là, la communication redevient essentielle.Illucity

Côté décor, cette chasse au trésor est donc une belle surprise. Point de réalisme pour le graphisme décalé qui se rapproche d’un film d’animation. « C’est vraiment très bien fait surtout dans les détails. C’est vraiment immersif dans le jeu et dans le corps. Les sensations sont vraiment pas mal« .
Car, en plus de l’illusion visuelle, le plancher de jeu vibre lors de certaines actions et on ressent aussi le vent .A tel point qu’on peut oublier le côté virtuel des objets. N’essayons pas de nous appuyer sur une table, un tonneau ou un bastingage : c’est la chute garantie ! Ça aussi, on l’a testée pour vous 😀

Illucity
Les mécanismes de jeu reprennent beaucoup des codes de l’escape game classique. « L’univers de jeu et la mise en scène sont intelligents. » Et sans en dire trop : »on a adoré le jeu d’échelle !« 

La malédiction du corsaire est une vraie aventure familiale qui peut faire une vraie transition entre un escape game réel et la réalité virtuelle.

La VR à grande échelle

Après cette première histoire, on a vraiment hâte de jouer à Eclipse dans la salle de 100 m2 avec plancher vibrant lui aussi.
C’est la pièce maîtresse, en mode laser game VR de l’espace. Avec la liberté de mouvement que donne le backpack, l’heure de jeu devrait nous laisser sur les rotules  ! Surtout après avoir dégommer des aliens à la pelle, bien sûr.

Illucity
Et cet espace de 100 m2 va bientôt s’enrichir d’une 2ème histoire.
Cette fois, se sera une ambiance Toy Story avec des éléments techniques en plus comme des sièges sur vérins, pour simuler un hélico ou une voiture… #cantwait !

Si, pour le moment, tous les jeux ne sont pas exclusifs à Illucity, comme Assassin’s Creed, la société vise une production originale de 80 % des aventures proposées.
L’enseigne de jeu virtuel ne possède pas de studio de création en interne. Elle travaille déjà avec des studios français pour mettre en pixels ses folies narratives et visuelles.

Illucity

Vous voulez vous prendre pour King-Kong ? tuer des zombies ? Faire une course sur un circuit (qui est très réaliste paraît-il) ? du grand huit ou vivre en groupe une épopée fantastique mais uniquement armé d’un arc ?

Illucity
Poussez vite les portes d’Illucity à la Villette et vous trouverez forcément une expérience qui vous fera traverser la réalité.

Illucity

Ouvert tous les jours.

Horaires et réservations sur le site.
Bon à savoir : les expériences en solo sont sans réservation.

Bar et petite restauration sur place

Parvis de la Cité des Sciences
32 avenue Corentin Cariou
750019 Paris

Share

Comic Con Paris 2018 : Franck Miller, Shannen Doherty, Larry Franco & projo exceptionelle

Le programme du Comic Con Paris 2018 s’annonce excellent !
La Grande Halle de la Villette va se faire à nouveau envahir par des cohortes de fans, geeks, artistes et stars du 26 au 28 octobre. 
Suite à la conférence de presse de lancement de cette 4e édition, voici les grandes lignes excitantes de ce rendez-vous incontournable de la pop culture.

Rencontres cultes

Partons direct dans le lourd !
C’est trois maîtres du comics que s’apprête à accueillir Paris : Franck Miller (Sin City, The Spirit, 300 et The Dark Knight), Andy Kubert (Batman vs. Predator, Wolverine : Origin, Flashpoint) et Nael Adams (Ras Al Ghul et Man-Bat, Green Lantern/Green Arrow).
Conférences, rencontres et dédicaces… 

Comic Con

Côté grand écran, c’est un producteur Larry Franco qui devrait offrir un panel (rencontre/conférence de 45min) le plus riche.
Le Californien a fait ses classes sur la série L’homme qui valait 3 milliards puis Columbo. Par la suite, il a produit 8 films de John Carpenter (dont New York 1997, The Thing,…) mais aussi Batman Le Défi (Tim Burton), Batman Begins (Chistopher Nolan) ou Jumanji (l’original avec Robin Williams).
#SoCulte

Comic Con

Au cours de ce Comic Con Paris, d’autres actrices et acteurs prendront part aux panels et dédicaces. Comme l’iconique Shannen Doherty (Charmed, Beverly Hills 90210), mais aussi Dean Cain, l’incontournable Clark Kent de Loïs & Clark, qui a signé son retour en 2015 dans la série Supergirl.
L’Angleterre sera aussi à l’honneur avec Jenna Coleman, la Clara Oswald de Doctor Who.  Elle évoquera certainement son prochain rôle dans The Cry, une nouvelle série de la BBC, adaptée d’un roman de Helen FitzGerald.

Et c’est sans oublier la présence de Ricky Whittle (NCIS Enquêtes spéciales, The 100, American Gods), Orlando Jones (la série Sleepy Hollow , American Gods) et Stefan Kapicic (Deadpool 1 et 2).

Un max de concours !

Bien sûr, le Championnat français de Cosplay sera le phare de ces trois jours de Comic Con. Car c’est aussi ça le plaisir de cette manifestation : les costumes à foison dans toutes les allées.

Et pour la première fois, il y aura une sorte de rencontre du Cosplay. Les novices pourront s’initier à cet art particulier, poser toutes les questions pour parfaire leur technique. Et peut-être, un jour, participer au championnat.

Comic Con

Mais il y a aussi trois autres concours qui se déroulent actuellement et dont les résultats seront annoncés lors de la Comic Con Paris 2018.
A vous de voter !

Le prix Jeunes Talents Comics

C’est la deuxième fois que ce prix récompensera la meilleure cover de comic. Le thème de cette année : L’univers de Spider-Man
Vous pouvez déjà voter pour l’une des 30 couvertures en compétitions ici !
Le vainqueur du prix Jeunes Talents Comics 2018 dessinera la variant cover d’un comicbook Panini Comics.

Prix du public webséries avec BetaSeries

10 webséries qui participent au dernier round de ce concours.
Il y en a pour tous les style et donc pour tous les publics.
Vous avez jusqu’au 1er octobre pour les visionner et voter sur le site BetaSerie. Attention : vous ne pourrez voter que pour une seule série !

Le concours d’écriture 404 Factory

Ce défricheur de talents a relancé son concours d’écriture afin d’entretenir la culture geek. Le but : trouver de nouvelles plumes pour de futures belles aventures.Comic Con
Les 5 finalistes ont été choisis et le Jury délibère. Le gagnant sera connu le 29 octobre, mais vous pouvez lire les textes des finalistes sur le site de 404 Factory.

Animations, master class et avant-premières

Le 26 octobre, une avant-première exceptionnelle : avec la projection du blockbuster de l’automne Overlord produit par J.J. Abrams.

Films, séries, et autres cartoons

On pourra compter sur la présence de Peter Ramsey et Bob Persichetti. Ils devraient partager leurs secrets de fabrication du film d’animation Spider-Man New Generation.

Comic Con
La mort de Superman sera projetée en exclusivité le 27 octobre, juste après un panel avec le créateur de la saga Dan Jurgens. Dean Cain (Loïs et Clark) sera aussi de la partie pour cette scéance de questions/réponses.
L’acteur et réalisateur Philippe Lacheau montera sur scène pour son film Nicky Larson et le parfum de Cupidon, adaptation cinématographique du célèbre manga City Hunter.

Bien d’autres projections de séries, films ou rencontres (Netflix, Canal+, Turner, Son, UGC…) sont au programme de ce week-end de pop culture.

Dans les allées et sur les stands…

Il y aura les traditionnelles animations partenaires et rencontres d’artistes sur la Comic Alley.

Une nouveauté sera offerte par Les Pyjamasques : le premier espace destiné aux jeunes enfants ! Les 27 et 28 octobre, les plus petits pourront devenir des héros masqués et profiter d’activités en accès libre.
Pour les plus aventureux (et nostalgiques), venez célébrer la diffusion sur Fox Play de Prison Break. Transformez-vous en Michael Scofield avec un tatouage éphémère…

Hasbro est encore de la fête avec sa boutique qui offrira des figurines exclusives Comic Con Paris. Les collectionneurs y trouveront aussi des exclusivités européennes Star Wars et de la Comic Con 2019 de San Diego ! #Rareté

Comic Con Paris

Comic Con Paris 2018

Vendredi 26 & samedi 27 octobre de 9h30-19h00
Dimanche 28 octobre de 9h30-18h00

Tous les infos et tarifs sur le site du festival

Grande Halle de la Villette
211 Avenue Jean Jaurès
75019 Paris

Share

Les disparus de Phobia Paris : l’escape game qui fait frissonner de plaisir

La nouvelle énigme de l’enseigne Phobia Escape Game aurait fait perdre la boule à plus d’un détective. La chambre dans laquelle pénètrent les joueurs renfermerait des phénomènes insoupçonnés.
Les Disparus relève encore le niveau de la tension. Le stress des minutes qui s’égrènent est balayé par celui provoqué par les éléments ambiants.

Les disparus

Nous avions déjà succombé à la qualité des décors et des énigmes de Phobia avec Da Vinci. Après la recherche du St Graal, enquête sur une mystérieuse disparition. Une famille complète : parents et petite fille et aussi des équipes de détectives qui ne sont pas arrivées au bout.

L’aventure Les Disparus offre un terrain de jeu aussi maléfique qu’inspirant, flippant qu’amusant. Nous arrivons dans une large chambre plongée dans la pénombre. Nous sommes faiblement éclairés.

Les disparus
Premières recherches et premiers phénomènes.
Les réactions sont bien différentes d’un participant à un autre. Il y a des cris de surprise, des frissons, des éclats de rire et aussi un peu de frustration quand on a eu le dos tourné.
Les mécanismes sont intelligents, exit les cadenas.

Les Disparus vaut pour la qualité de ses bruitages sonores, on se croirait dans un film. Parfois, il faut tendre l’oreille pour saisir un indice à la volée. C’est malin et ça conditionne notre attention.
L’ambiance visuelle est aussi très stimulante aussi entre crépuscule et coups d’éclats.Les disparus

Les éléments s’animent au fil de la partie mais tous différemment. On se fait avoir très facilement et on apprécie l’effet de surprise.

Les Disparus est un scénario bien ficelé, palpitant et haletant avec des énigmes intelligentes et aussi ludiques. Cette nouvelle aventure entre dans notre top 5 de nos escapes préférés.

Les Disparus

Nouvelle aventure pour 2 à 5 personnes.

Phobia Escape Game

127, rue Jeanne d’Arc
75013 Paris
tél. 01 44 24 85 28
mail : contact@escapephobia.com

Share

L.A Confidential à la Lock Academy : génial du début à la fin

La Lock Academy vient d’ouvrir une nouvelle adresse avec 2 aventures inédites et palpitantes. 
Rdv à l’Académie Sébastopol pour L.A Condifential.
La référence au film avec Kim Basinger est totalement fortuite. Pas d’ambiance film noir rétro, il faut en fait simplement deviner les initiales de l’enseigne d’escape game. 

L’équipe de créateurs adore jouer avec les férus d’aventure comme nous et n’a pas fini de nous bluffer. 

L.A Confidential

Joue-la comme dans une start-up ! 

On nous propose de pénétrer dans la salle détente de la Lock Academy pour le bien-être des élèves détectives. Pas d’ambiance bureau en bois avec archives, ni de musée. On cache un peu notre surprise (déception ?).
Pour le moment, on ne nous vend pas du rêve : bien joué ! 😉 
Une fois entrés, on se retrouve face à des coussins au sol, des bonhommes Lego et d’autres accessoires. 
On part à la recherche de quoi au juste ? On ne sait toujours pas. Mais on s’applique à chercher.

L.A Confidential
Alors oui, on joue un peu, mais ce n’est pas le plein repos et la décompression. La tension monte assez vite : il y a, bien sûr, un compte à rebours, des messages qui viennent nous révéler et ensuite nous rappeler l’échéance.
Bien sûr, on bloque sur des conneries, quand on y repense, on pourrait avoir honte ! 🙂

L.A Confidential, la mécanique percutante 

Et puis d’un seul coup, basculement, la tension monte d’un cran. On se prend un coup de chaud collectif car une surprise arrive pile à mi-parcours. Et c’est le pied total même si on angoisse un peu. Arriverons-nous à nous en sortir cette fois ? Ou faudra-t-il hurler pour être libéré ?
En fin de partie, Manu trouve que « l’aventure est intuitive et fluide. »
En effet, les mécanismes sont en lien avec l’histoire. Marie, elle, a flashé sur le cadre : « les décors sont vraiment canon ! »

L.A Confidential

La Lock Academy ne joue pas dans la demi-mesure et assure à tous les niveaux. La salle de jeu a été réalisée par un archi d’intérieur.
Jean-Philippe de rajouter : « Parfois dans certains escapes, certains bossent plus que les autres. Alors qu’ici, tout le monde bosse. »
Alexandre a adoré se faire surprendre. Il a dû mettre un peu d’ordre dans la répartition des tâches au sein du groupe dans les dernières minutes du jeu : « c’était un peu le bordel ! 🙂 »
On est tous et toutes sortis crevés mais avec le smile. Preuve de l’efficacité encore de cette nouvelle aventure qui est programmée pour être à l’affiche 6-7 ans.

L.A Confidential

Debrief avec Rémy, un des concepteurs de cette aventure, avec Laurent et Océane (qui a participé au Casse du Siècle).
Il a à son actif près de 210 escapes testés (80-90 à Paris, le reste en France, Angleterre, Belgique…). Il a été game master pour une autre enseigne. « Je sais ce qui plait et ce qui ne plait pas aux joueurs. »
Pour ouvrir cette adresse et concevoir les 3 nouvelles aventures : » On ne dort plus beaucoup mais on est très contents. »

Pendant les beta-tests, Rémy a pu remarquer que : « changer de cachette peut modifier la fluidité du jeu. » Preuve que tous les détails doivent être réfléchis pour que l’aventure soit au top de l’adrénaline.

Une fois de plus avec la Lock Academy, vous ne verrez rien venir !

L.A Confidential

Lock Academy
Académie Sébastopol

131, boulevard de Sébastopol
75002 PARIS

2 nouvelles aventures : L.A Confidential et Révolte à la Lock
Et une 3e prochainement : L’Examen 

Share

Game of Thrones expo : magistrale minutie & costumes sidérants

L’exposition Game of Thrones ou The Touring Exhibition est le meilleur moyen de calmer l’impatience des fans de la série à succès avant la diffusion de l’ultime saison, en 2019.
La plongée est grisante à souhait et révèle une incroyable précision dans les détails des costumes et accessoires qui ne peut être perçus sur votre écran.

Nous avons visité l’expo à deux : Emmanuel un vrai fan qui n’a manqué aucun épisode mais qui n’est pas prêt à dépenser des sommes folles en merchandising et moi qui n’ai vu aucun épisode.
Mon seul lien avec Game of Thrones est un modeste selfie avec Kit Harington rencontré à Londres.

Game of thrones

Le jour de la visite de presse, trois personnages de la saga étaient au rendez-vous : Meryn Trant (Ian Beattie), Melissandre (Carise Van Houten) et Bran Stark (Isaac Hempstead-Wright).
Autant dire que les journalistes et blogueurs présents s’en sont donné à coeur joie.

Alors que beaucoup de questions posées portaient sur l’expo, nous avons axé nos échanges autour #GOT et du tournage, afin de ponctuer ce billet.

Game of thrones
Costume de Tyrion Lannister

Un seul spoiler pour la saison 08 : « Winter is coming« 

On va évacuer tout de suite les deux choses qui fâchent :
– L’absence de mise en scène poussée avec des reprises de décors pour encore plus mettre en valeur les costumes et les objets.
– Un audio guide en option, et en surplus un peu cher (6€), mais qui apportera des compléments d’infos essentiels aux grands fans de la série.

Image de prévisualisation YouTube

Cette expo est vraiment conçue pour permettre d’admirer le travail de création dans ses moindres détails.
Incroyable de voir tout le soin apporté aux broderies ou enluminures des costumes et des accessoires, notamment les armes.
Des détails que jamais le téléspectateur ne voit, par manque de gros plans et par manque de temps.

Game of thrones

Et pour comparer : sur les costumes vus dans l’expo Harry Potter, point d’ouvrage autant abouti.

« C’est un degré de perfection extraordinaire, qui révèle l’esprit de toute la série. » nous confirme Ian Beattie.

Game of Thrones : émerveillement pour les yeux

Ce qui est surprenant c’est que certains costumes ont vraiment vécus, ils semblent avoir combattu.
Une fois que votre œil a capté cette parcelle de vie, il se focalise sur leurs enluminures.
Alors il devient impossible de ne pas chercher l’élément qui rend la création unique.

Comme ce lion brodé sur les épaules de la robe de Cersei.

Game of thrones Game of thrones

Ce sont les enchevêtrements de roses et d’épines argentées de la robe de mariée de Margaery Tyrell, délicats à souhait.

Game of thrones Game of thrones

Ce sont les écailles de dragons de l’armure de Jaime Lannister qui donnent l’impression d’être tranchantes.

Game of thrones

Ou encore l’élégance des boutonnières et la finesse des broderies de la tenue de mariage de Joffrey Baratheon dans un épisode tant attendu…

Game of thrones

Côté accessoires, la poignée l’épée de Ramsay Bolton sous-tend toute l’ignominie du personnage.

Game of thrones

Ou encore cette hache de la Maison Greyjoy sur laquelle on découvre une pieuvre d’une finesse incroyable qui enlace toute la partie tranchante. Vraiment magnifique.

Impossible de percevoir ces éléments en pleine scène de sang et de  règlements de compte. A croire qu’ils sont conçus pour être exposés et ainsi faire entrer encore plus la série dans la légende.

Game of thrones

Des tableaux pour un univers foisonnant 

Dans chaque salle, un univers de Game of Thrones est mis en avant : le Dieu Multiface et Arya, les contrées au-delà du mur, les différentes maisons de Westeros, Port Réal et les Lannister-Baratheon, Witerfell…

Mais l’on est toujours fasciné par quelques lieux ou scènes emblématiques.

Image de prévisualisation YouTube

Un panneau « Traître » qui résonne de façon particulière dans la cour de Château Noir.

Game of thrones Game of thrones

L’épique et terrifiante Garde des Immaculés entourant les costumes de Daenerys, la Reine des dragons.

Game of thrones

Et impossible de ne pas croiser la route de l’inénarrable Trône de Fer.
Une sensation épique.

Game of thrones

Chaque salle a son univers propre et contient son lot de surprises.

Image de prévisualisation YouTube

Une expo pour les fans mais pas que…

Alors oui, entre un fan de Game of Thrones et un néophyte, la visite a suscité des réactions diverses.
Et ce n’est pas forcément celui que l’on croit qui a été le plus bluffé par les pièces présentées.

Car oui à force de créer des expositions évènements autour de sagas, si le fond (costumes et accessoires) est bien présent, la mise en espace et les décors méritent une attention tout aussi particulière.

On a aussi aimé les petits spots photo où chacun peut se transformer en Arya Stark ou en marcheur blanc grimpant le mur de Château Noir.

Game of thrones

Mais au final, le néophyte et le fan n’ont qu’une seule envie : (re)commencer la série du début !

Game of Thrones Exposition
The Touring Exhibition

du 1er juin au 2 septembre 2018

Tous les jours de 10h à 19h

Paris Expo -Porte de Versailles
Pavillon 2.1
Place de La Porte de Versailles
75015 Paris

Plus d’info sur : Gameofthronesexposition.fr

Share

Exposition Game of thrones : plongée immersive dans Westeros

L’exposition évènement Game of thrones : The Touring Exhibition s’apprête à envahir la capitale pendant 3 mois.
L’univers artistique et créatif de la série HBO a un fort impact sur le spectateur.
A prévoir donc une affluence record Porte de Versailles entre le 1er juin et le 2 septembre
 pour arpenter Westeros en mode interactif.

Sur 2 000 m2, les fans de la série Game of thrones seront plongée dans l’univers d’héroïc fantasy au générique envoutant.
Décors originaux, costumes, armes et accessoires, vous admirerez de près la qualité de réalisation de ces objets.

La scénographie vous fera voyager dans 4 des grandes régions de la série de HBO :

Les paysages hivernaux du Nord et les décors princiers de Port-Réal
Meereen : la mythique cité conquise par Daenerys Targaryen, la Khaleesi mère des dragons.
Châteaunoir : le siège de la Garde de Nuit, et les terres glacées Au-delà du Mur.
La salle du Trône de Fer : l’emblème du pouvoir de Westeros dans toute son inquiétante splendeur.

Game of thrones

 Game of thrones : The Touring Exhibition promet un parcours immersif, des expériences interactives et des contenus multimédias.
De quoi se prendre, pendant 1h ou 2, pour John Snow, Daenerys, Tyrion, Cersei, Ver Gris, Sansa ou Arya…
Espérons simplement que les visiteurs qui voyageront sur les terres de Westeros et Essos profiteront d’une expérience à la hauteur de leurs attentes qui seront forcément grandes. Comme le fût  Starwars Identities par rapport à la décevante  Harry Potter, l’exposition !

Les billets d’entrée sont en vente depuis le 24 avril 2018.

Image de prévisualisation YouTube

Game of thrones

Exposition Game of thrones : The Touring Exhibition

du 1er juin au 2 septembre 2018

Paris Expo / Porte de Versailles
Pavillon 2.1
Place de la Porte de Versailles
75015 Paris

Horaires :
Ouvert tous les jours de 10h00 à 19h00,
Nocturne le samedi jusqu’à 22h

Plus d’infos et prévente  des billets sur le site : gameofthronesexposition.fr

Share

Majestic t’envoie couler avec le Titanic ! #grisant #escapegame

Majestic, la nouvelle enseigne d’escape game à Paris, nous fait traverser la toile de ciné pour une plongée dans les entrailles du Titanic qui prend l’eau.
Une heure pour ne pas finir congeler comme Leonardo : la tension est palpable et les décors ultra crédibles pour une aventure palpitante.

Immersion poussée et pleine logique

A deux, dans le Titanic qui coule : pas le temps de rêvasser, ni de chanter avec Céline. Faut foncer !
Le scénario du Majestic est imparable : séparation des joueurs dès le début de l’aventure.  Même si c’est stressant car on a chacun une vraie grosse responsabilité, – on ne peut pas attendre que l’autre trouve à notre place – on prend son pied.

Écrous, objets métalliques, fusible, on cherche un peu de tout à travers la salle des machines, pour se retrouver. Les conditions pour dialoguer ne sont pas optimales : c’est le jeu ! Faut hurler derrière la paroi pour se faire entendre. Mais les casse-têtes sont logiques et en pleine cohérence avec l’histoire. Preuve que les deux concepteurs Guillaume et Rémi ont une vraie expérience de joueur.

Comme au cinéma ! 

Le décor est parfait, notre ligne d’horizon n’est pas tout à fait droite.
On fout du bordel, forcément.
Nouvelle génération d’escapegame, Majestic nous fait l’économie de cadenas en tout genre et de codes archi-vus.

Le moyen de communication avec le gamemaster n’est pas un vulgaire téléphone, non. C’est un peu plus long pour avoir un message mais plus authentique. Et il ne fait pas que nous donner des indices.
Une attention particulière a été apportée au bruitage. Rien que pour ça, on est content de sécher sur des énigmes. Recevoir un message ferait presque plaisir !

PS : prévoir des chaussures confortables. Pas de talons, Mesdames, on n’est pas à une soirée de gala.

BONUS 1 : une demande de mariage s’est produite dans la salle Atlantide. Un garçon a demandé la main d’un autre garcon. #Lovely

BONUS 2 :
une équipe, pour sa première aventure escape game est venue avec calepin, papier et lampe de poche. Quelle préparation !

Majestic

Majestic
2, rue Française
75001 PARIS

2 aventures au choix : Titanic et Atlantide
Et en prochainement : Tchernobyl

Majestic c’est 350 m2 en plein centre, proche des Halles et d’Etienne Marcel ! Et le 1er escape game a avoir ouvert à l’heure, aucun retard de travaux n’a été constaté. 😉

Site officiel : majestic-escapegame.paris

Share

SériesMania 2018 : bon cru avec Kepler(s), Kiss me first & Aux animaux la guerre

Le festival SériesMania 2018 fait une étape remarquée à Lille avec une programmation tout aussi emballante que celle des précédentes éditions.
87 séries au total et le binge watching est entièrement gratuit et légal ! Ce mardi, visite de village du festival au Tri Postal, projection des deux premiers épisodes de Kepler(s), une série avec un flic muté volontairement à Calais, rencontre de Bryan Elsler, cocréateur de Skins, une star suédoise nommée Sofia Helin et un bodybuilder mi-ange mi-démon.

SeriesMania 2018

SériesMania 2018, le village au TriPostal

Le village du festival est l’occasion d’une immersion dans l’univers des séries avec des décors pour photos souvenir, des ateliers pour enfants. L’exposition d’affiches de la chaîne FX rappelle que les liens entre séries et cinéma sont très très poreux. L’inventivité est excellente et nous donnerait des envies de parodies.
L’expo photo d’un fan de la série Twin Peaks, Blake Morrow nous a emballés. Un travail de fou pour reconstituer l’univers de Davis Lynch et lui rendre hommage. Le photographe attend l’accord du cinéaste pour sortir un livre.

Kepler(s), l’après United States of Tara

7 séries françaises en compétition parmi elles, Kleper(s) présentée en première mondiale avant sa diffusion sur France 2.

C’est Frédéric Schoendoerffer qui est à la réalisation et qui a assuré le tournage en région Hauts de France, notamment à Calais.

Le premier épisode n’est pas fou fou mais c’est de bonne facture. Le second nous met réellement plus en émoi pour vouloir voir la suite. Une enquête policière sur fond de problèmes de migrants à Calais, portée par un flic doté de « passagers » ou personnalités multiples.
Ce qui nous a fait penser immanquablement à la série culte à l’origine du nom du blog : United States of Tara. L’histoire de cette mère de famille aux personnalités multiples et barrées.

Le casting est emballant : Marc Lavoine, même s’il faut un peu de temps pour l’envisager comme flic, et non plus chanteur-charmeur.
Sofia Essaïdi est brillante en policière qui a encore bien à apprendre.
Notre chouchoute : Élodie Navarre, en épouse du flic malade, convaincante.
Serge Riaboukine délirant. C’est plus des happenings que des scènes réellement pertinentes pour l’intrigue.

Sériesmania 2018
Bryan Esley

Kiss me first, Skins en VR

Bryan Elsley, cocréateur de la série Skins, de retour avec une nouvelle immersion dans le prisme des adolescents. Cette fois, on suit Leila qui se trouve connectée à d’autres jeunes de son âge, via le secret qu’elle porte et en pleine réalité virtuelle.

Dans Kiss me first, on sent une filiation avec Ready Player One de Spielberg. Trouver une vie meilleure et se faire de nouveaux amis par l’intermédiaire d’un jeu vidéo. Le roman de Lottie Moggachi qui se déroulait dans un chatroom de Facebook, ouvre de nouvelles voies à la double narration : réelle et virtuelle.

Les liens entre les jeunes intriguent, comme leurs motivations à se retrouver tous dans le virtuel. Les personnages Tallulah Rose Haddon (Leila) et Simona Brown (Tess) sont captivants.

Une coproduction Channel 4 et Nextflix à gros budget pour assurer une animation de qualité. C’est un studio écossais qui a conçu tout la création visuelle.

SériesMania 2018
Sofia Helin

Sofia Helin, The Bridge l’original

En France, nous avons eu droit au remake avec Le Tunnel (sous la Manche) pour frontière.
Il ne faut pas oublier que la série originale vient de Suède et que la créatrice du rôle est Sofia Helin.
« Pour le scénariste, le personnage de Saga souffrait d’autiste, du syndrome d’Asperger. Elle est totalement à l’opposé de ce personnage. Elle m’irritait beaucoup au début. Mais j’ai compris sa solitude. Quand j’ai commencé je ne connaissais pas son histoire et pourquoi elle était aussi bonne. C’est maintenant que je sais. »

Anecdote : la comédienne n’a su que plus tard que son personnage était, au départ, destiné à mourir à la fin de la saison 1.

SériesMania 2018

Au animaux la guerre : drôle d’équipée !

Un syndicaliste, un bodybuilder et une contrôleuse du travail. Le trio est pour le moins original. Aux animaux la guerre est une adaptation du roman de Nicolas Mathieu.
On suit les vies chaotiques de trois personnages. L’accumulation des emmerdes pourrait être un peu excessive mais elle est la condition pour donner du corps au récit et réunir ces trois entités.
Roschdy Zem n’est pas le premier à fauter pour des problèmes d’argent. On se souvient d’un chauffeur de taxi anglais obligé de s’allier à un truand notoire…

Les deux premiers épisodes campent un décor de France désenchantée et de contexte social tendu.
L’humour n’est pas absent heureusement. Il y a des scènes cocasses comme une vache dans une boîte de nuit.
De quoi donner envie de voir la série complète.

Sériesmania 2018

Le festival SériesMania 2018 continue jusqu’au 5 mai 2018 dans tout Lille. 

Share