Archives par mot-clé : interview

Ehla interview de l’ombre à la lumière pour l’EP Au loin

Ehla, jeune artiste pétillante, qui cache bien sa timidité, sort cette semaine son premier EP Au loin. Fabien alias Grand Corps Malade, en véritable ange gardien, l’a aidée à révéler ses talents d’écriture.
Au total, 4 titres qui dévoilent une personnalité attachante que l’on a hâte de découvrir en live sur la scène du Réservoir à Paris, le 25 septembre.

Interview selfie EHLA

Elha
selfie original pour UsofParis

UsofParis : Te souviens-tu de ta première émotion musicale ?

Ehla : Mon père fait de la musique. Pendant les voyages en voiture, je me souviens qu’on chantait tous les 3 avec ma sœur, Lara.
Les premiers émois sur scène, ça a été avec la danse.
Et Alicia Keys, le premier gros concert que j’ai vu. Elle est musicienne, souriante, auteur-compositeur. J’ai un vrai crush pour elle. Et aussi Ben l’Oncle Soul, j’aime le RnB, la soul.

Qui a dégainé en premier pour faire de la musique, ta sœur ou toi ?

J’étais un peu le Tanguy de la famille. 🙂 Je faisais de la musique dans ma chambre en attendant que ça arrive. Clara est partie plus tôt, à 18 ans. Moi, ça a été 5 ans plus tard. J’avais besoin de faire d’autres expériences.

Si elle n’avait pas ouvert la voie, tu serais quand même partie ?

J’ai eu des opportunités qui m’ont convaincue que j’étais faite pour la musique. C’était tellement une passion pour moi, que je serai partie quand même.

Vous donnez-vous des conseils mutuellement ?

Oh oui ! J’ai un manager mais ma sœur est mon 2e manager et inversement.
On se consulte pour tout : une tenue pour la scène, pour les clips (je suis la première à voir ses clips). Qui peut être plus franc qu’une sœur ?
Des fois, ça fait mal mais au moins c’est réaliste.
Image de prévisualisation YouTube

Quels mots de Grand Corps Malade t’ont touchée ? 

Fabien m’a vue en concert à la Bellevilloise et quand je suis sortie de scène, il m’a attrapée par le bras et m’a dit : « y’a pas de doute, t’es une putain d’artiste !« 
Ce qui est touchant, c’est qu’il est le même sur scène et en dehors, sincère. J’ai envie de suivre son exemple.

Comment s’est passée l’écriture des textes ?

Dans l’EP, j’ai coécrit Demain Encore et La Perle avec Fabien.
Sinon, je suis allée le voir sur une petite scène dans le Sud. Il a eu le temps de m’analyser, on a voyagé en train ensemble. Il y a peu de chansons sur la timidité. Je lui en ai parlé et deux jours après je recevais le texte La Timide. C’était du sur-mesure. Je me reconnais dans toutes les paroles. C’est juste moi et beaucoup d’autres personnes aussi.
Pour les musiques, je travaille en studio avec High P, mon producteur. Pour Demain Encore, on a débuté guitare-voix, j’ai fredonné un mix franço-anglais, j’ai commencé à écrire.
Avec l’intervention de Fabien, le texte a été bouclé en 30 minutes.

Pour l’écriture, tu as besoin d’être seule ?

Seule oui et avec aucun bruit, pour être concentrée. C’est plus dur d’écrire que de trouver des mélodies avec mon synthé. Ce n’est pas encore un plaisir.
Je suis dans la rythmique avec les mots. Ils sonnent bien mais n’ont pas forcément de sens.
C’est là que Fabien m’aide aussi. Il m’aide à concevoir une histoire.

L’album sera-t-il différent de l’EP ?

Sur l’EP, il y a des sonorités différentes. Et le liant de tout ça c’est la patte musicale d’High P et ma voix. C’est assez éclectique. Je ne pense pas que l’EP sera un avant-goût de l’album.
High P est très rapide, il est très ouvert. Il a mille inspirations. C’est un guitariste.

Comment passe-t-on de l’ombre à la lumière et on va au-delà de sa timidité ?

Je ne sais pas si je la dépasse. Sur scène, je continue de l’être. 🙂
Je l’ai intégrée, je ne cherche pas à être quelqu’un d’autre. Ca peut être touchant aussi.
Il y a 10 ans, je pense que j’étais incapable d’acheter une baguette de pain sans bégayer. Ce sont, au final, des caps que l’on passe sans s’en rendre compte.
Mes premiers concerts,  chanter devant Grand Corps Malade pour la première fois sont aussi des étapes qui ont fait que je suis moins timide.

Faire de la musique, c’est s’exposer à des critiques, des faux amis aussi. Te sens-tu prête à affronter ce côté-là ?

Avant, j’étais agent administratif, je faisais un métier qui ne me plaisait pas, avec une équipe difficile. Je me suis battue pour faire de la musique maintenant et je suis tellement heureuse, je fais en sorte de positiver.

Un mantra qui t’aide à vivre ?

N’avoir aucun regret. Tout tenter et n’avoir peur de rien.
Ehla
Chaussures d’Ehla

Qu’est-ce qui te fait le plus rire ?

J’adore rire ! Je me calme quand je suis en interview. 😉
Il y a de très bon youtubeurs : Norman, Kemar. Et à la base, j’adorais Eric et Ramzy.
Mon côté du sud est d’observer les gens et de voir ce qui est drôle dans certaines situations.

Les réseaux sociaux, comment tu gères ? C’est naturel pour toi ?

Oui. J’adore Instragam, car j’aime la mode. Ça me permet de puiser des inspirations.

Tu as partagé sur FB que New York était une ville inspirante. 

J’ai bossé là-bas, je suis partie avec mon ordi et un mini-synthé Logic.
La ville est plus énergique. Ça inspire d’autres choses. J’ai composé des titres, je vais les faire écouter à mon équipe. J’espère bien que ça se retrouvera dans l’album. 😉

Un spot à New York à nous conseiller ?

Le restaurant Sylvia’s.
De la cuisine traditionnelle américaine, très simple et c’est très bon.
On y est allés un dimanche, les clients sortaient de l’église et chantaient du gospel.

 

by Alexandre

Ehla

EHLA
EP Au loin
(Capitol Music France)

 

en concert le 25 septembre

au Réservoir
16 rue de la Forge Royale
75011 PARIS


FB officiel : ehlamusic

CONCOURS

 

Nous aimons partager nos coups de cœur !
Pour la peine, on vous laisse le choix : 1 EP dédicacé ou 2 places de concert pour le Réservoir, le lundi 25 septembre pour voir Ehla en live.

Il suffit de remplir le formulaire en ligne pour participer au tirage au sort.

Augmentez vos chances de gagner, en likant le post sur la page FB du blog

Bonne chance à toutes et toutes !

Concours Ehla
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Inüit : interview du groupe nantais qui sait gérer ses RH

Inüit est le jeune groupe qui te faire du bien, la cure de jouvence de tes lendemains de cuite, la touche de fraicheur qui te manquait dans tes écouteurs.
Le groupe nantais sillonne la France avec de beaux festivals avant de dégainer un premier album. Pour le moment, aucun titre, la bande des 6 entre en studio cette rentrée.
A Rock en Seine, on a extrait deux membres pour les cuisiner : 
Pablo, claviers, trombone et percus, passionné de synthé modulaire – oui oui, ça existe ! – et Simon, le batteur frénétique à casquette. 

INTERVIEW DE PABLO & SIMON d’Inüit 

UsofParis : Comment on se prépare à un gros festival comme Rock en Seine ?

Simon : On n’a plus travaillé plus qu’un autre concert. Même si c’est plus gros. Mais on a eu la petite pression de Culture Box.
Pablo : Avec ces morceaux, on a fait pas mal de dates. On fait des filages tous les jours. C’est plus un instant qu’une vraie préparation.
Simon : On les a dans les doigts les morceaux, ça fait 2 ans qu’on les joue pour la plupart.
Le but : c’est d’être tous les 6 synchro, dans la même énergie.

Vous ressentez la différence de public d’une date à une autre ?

Simon : C’était un public de 15h30. 🙂 Et sincèrement il était super à l’écoute. C’est grisant !
Quand tout le monde danse, ce n’est pas forcément mieux. Je suis sorti de scène en me disant : « je ne sais pas trop ». Et deux heures après : « j’ai trouvé ça mortel ! »
Pablo : Et le bon indicateur c’est qu’il y avait de plus en plus de monde.

Image de prévisualisation YouTube

Comment s’est faite la rencontre avec Benjamin (The Shoes) ?

Simon : Notre 4e date de concert c’était les Transmusicales de Rennes. Et il fallait enregistrer des titres pour être sur le CD promo du festival.
On a enregistré avec plusieurs personnes, mais on n’était pas satisfait. Comme on est 6 dans le projet et qu’on est un groupe de live, c’était pas évident.  On avait envie d’un réal. L’album de The Shoes est sorti entre temps. On a adoré la rythmique.
Pablo : On a envoyé un mail à un intermédiaire pour nous aider à contacter Benjamin. Il a aimé notre projet et notre manière de le contacter, hors agent.
Simon : On est devenu super potes. Il nous a apporté beaucoup, le fait de signer notamment chez Cinq7.

Quel conseil vous a-t-il donné ?

Pablo : Il nous a aidés à appréhender certaines difficultés de musiciens comme l’impossibilité de composer. On a eu un moment de blocage, à nous 6.
Simon l’a eu au tél un soir et son conseil nous a libérés. Il nous a proposé d’enregistrer des petits bouts : « et on verra ça quand on réalisera l’album. »
C’est un peu notre tonton qui nous protège, qui a plus d’expérience que nous et qui nous guide. Inüit c’est une histoire de famille !
Simon : C’est du collectif !
Son meilleur conseil : « faites comme vous faites d’habitude ! »

Que nous réserve le premier album d’Inüit ?

Simon : Un peu plus de musique africaine, un peu plus de jazz, de hip-hop. On évolue au gré de nos influences.
Pablo : Il y a une plus grande place de nuances aussi, à la différence de l’EP. Parce qu’on a tenté d’aller plus loin dans l’énervé et aussi dans le calme et le minimal (quitte à ce que certains de nous ne jouent pas sur des morceaux). Explorer le calme et l’énervé. Y’a plus qu’à agencer tout ça.
Simon : Y’a pas mal de taff !

Vous écoutez quoi en ce moment ?

Pablo : Ce qui nous met d’accord depuis très longtemps : Bad Bad Not Good
Simon : Arcade Fire aussi.
On a tous des goûts différents. J’ai pris une mandale avec l’album de Bon Iver (je vais le voir à la Salle Pleyel). J’écoute aussi Smino qui fait du hip-hop un peu jazz. C’est chamé.

Faire de le musique, ça vous rend plus heureux ?

Pablo : Pas pour moi. Ça dépend des genres en fait. La musique est plus un compagnon. Quand je ne vais pas bien, la musique ne va pas bien non plus.
Simon : Moi c’était différent. J’ai fait une inversion vis-à-vis de l’école et il fallait très très vite que je ne fasse que de la musique. Ça fait mon bonheur pour le moment. Je ne ferai pas ça toute ma vie.

Image de prévisualisation YouTube

Un mantra, une philosophie de vie ?

Pablo : La remise en question.
Simon : Et la discussion. Comme on est 6 et qu’on compose à 6. Donc c’est de l’écoute et avoir un but commun. Ce n’est pas toujours évident.
Pablo : C’est dealer avec tous les aspects des personnalités. Pour composer l’album, on a passé un mois à se voir tous les jours, sauf le week-end. Et quand ça ne va, il faut discuter, savoir si ça va influencer le morceau en cours…
Simon : Il faut faire extrêmement gaffe aux ressources humaines !

Vous arrivez à vous surprendre encore ?

Pablo : Ça fait tellement qu’on se côtoie, qu’on arrive à capter les micro-évolutions de ses amis. Et on se rend compte qu’en un an, l’un de nous va vachement se calmer sur sa personnalité, par exemple.

Qui se charge des réseaux sociaux au sein du groupe ?

Simon : C’est moi ! J’aime ça !
Pour Snapchat, je galère, je pense être trop vieux. Twitter : je galère aussi mais j’essaie. Je suis plus Insta.

Qu’est-ce qui vous fait le plus rire ?

Pablo : Les jeux de mots !

Mais c’est ringard ! 😉 

Simon : On est hyper ringards ! 😉 On a un humour chelou.
Pablo : Le dernier gros tweet qu’on a balancé c’était une série de jeux de mots car on s’emmerdait dans le camion.
Simon : 1 Etienne / 2 Crécy. Et il nous a retweeté ! 😉

Interview by Alexandre

Inüit

EP Always Kevin

Concert à Paris : MaMA festival le 19 octobre

concerts en France en 2017 / 18 : Rezé, Lyon, Charleville-Mézières, Cognac, Nevers, Nîmes, Alençon, Dunkerque, Auxerre, Tourcoing, Ajaccio, Pornichet…

FB officiel d’Inüit : facebook.com/thisisinuit

Share

Anne Sila en interview : on a parlé concert, écriture, The Voice et Jésus

C’est au lendemain de son concert acoustique au Théâtre Déjazet que nous avons rencontré Anne Sila. L’occasion de revenir sur son passage dans The Voice, sur ses deux tournées et ses futurs projets dont la fresque musicale Jésus. Un véritable moment d’échange et de partage avec une artiste adorable et passionnée.
Anna Sila sera en concert à Portes les Valence, le 21 juillet.

INTERVIEW SELFIE ANNA SILA

USofParis : Ton album est sorti il y a plus d’un an, tu as fait une première tournée avec un groupe et ensuite une tournée plus intimiste en acoustique. Comment ça va Anne Sila ?

Anne Sila : Je me sens chanceuse parce que j’ai vraiment un public attentif et ça me touche beaucoup car je cultive beaucoup l’instant et le moment très intime. Je trouve ça hyper agréable. On a commencé par une grosse tournée avec beaucoup de musiciens sur scène, qui avait son charme aussi parce qu’on avait une grosse énergie de groupe. Et là on est sur quelque chose de plus intime, qui me plaît beaucoup aussi, on a plus de possibilités d’interagir avec le public. En piano-voix, on a beaucoup plus de plages d’improvisation et de moyens de proposer des concerts différents chaque soir.

anne sila
Selfie pour USofParis

Tu reviens un peu à ce que tu faisais à New York, le piano-bar, c’était une volonté de ta part ?
Ma volonté ce n’est pas vraiment de revenir à ça, mais c’est de mélanger les styles. Et ce qui est cool dans le piano-voix c’est que c’est assez subtil, on peut faire une chanson pop, une chanson française la transformer un peu, partir vers des allures jazz, un peu classique. Ce qui m’intéresse c’est de mélanger ça. Je trouve que là on a un bon compromis et je sens que les gens sont réceptifs à ça. C’est ça qui me plaît et me rend encore plus heureuse.

Tu nous as fait revivre ton audition de The Voice à l’aveugle, en plongeant la salle et la scène dans le noir. C’était un moment important pour toi j’imagine cette émission ?

Ça apporte de l’adrénaline d’une manière improbable, dont on ne peut pas se douter quand on n’y est pas, mais il y a surtout tout cette médiatisation qui apporte le lien avec les gens. Aujourd’hui, il y a pleins pleins de groupes, de personnes qui chantent, qui écrivent des trucs de dingues qu’on ne connaîtra jamais… et c’est vrai que ce n’est pas évident d’avoir un lien avec le public aussi « facilement » qu’avec une émission qui est vue par des millions de personnes. Forcément c’est énorme médiatiquement !

anne sila

Tu avais essayé déjà de présenter ton travail en maison de disque ?
J’étais en train d’écrire un peu mais je ne savais pas trop, donc je n’avais pas vraiment essayé. J’avais sorti des choses mais c’était dans ma région.
Effectivement, The Voice ça te propulse là-haut, ensuite il faut faire bien là-haut et savoir vers quoi tu vas. C’est une super expérience. J’ai rencontré Florent Pagny (ndlr : son coach dans l’émission), j’ai rencontré pleins de gens que j’adore et j’admire. J’en garde un très bon souvenir.

Si Zazie s’était retournée, elle ne pouvait pas puisqu’elle était complète, est-ce que tu aurais fait un autre choix ?
Moi je voulais Zazie ou Mika. C’est drôle parce que Jenifer et Florent se sont retournés et dans ma tête c’était les deux autres que je voulais.
Mais je suis vraiment fière d’avoir fait l’aventure avec Florent. C’est une rencontre inattendue et je le respecte beaucoup, c’est quelqu’un de très humble et de très fiable. Il me soutient encore aujourd’hui. Si c’était à refaire, je referais la même chose.

Tu as écrit et composé la plupart de tes chansons sur l’album, comment se passe ton processus d’écriture ?

Je suis du genre à ne pas écrire beaucoup. Une chanson elle sort d’un coup comme ça. Soit il m’est arrivé quelque chose soit à une personne de mon entourage. J’aime bien parler de l’humain, du rapport aux gens. J’ai du mal à faire quelque chose de descriptif. Je suis dans le toi et moi, l’humain, la relation à l’autre. C’est assez instinctif, je ne me dis pas : « aujourd’hui, j’écris un couplet. »

Il y a certaines de tes chansons qui datent de 10 ans, ça veut dire que ton album était déjà prêt avant l’émission ?
Non, en fait quand on m’a proposé de faire l’album je leur ai dit « Voilà ce que j’ai ». J’ai pris toutes les chansons que j’avais, pour moi c’était l’occasion de ma vie de faire un album donc j’ai pris Tends-moi les bras que j’ai écrit à 19 ans, Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? quand j’avais 17 ans.
C’est pour ça que j’ai hâte aussi de faire un deuxième album. Le premier c’est un peu une sorte de melting-pot de mes 10 ans passés. Le prochain ce sera Anne de maintenant.

A la dérive
C’est une amie qui s’appelle Norig qui m’a envoyé un texte en me disant qu’elle avait pensé à moi et que je pouvais en faire ce que je veux. Le texte m’a beaucoup touché. J’étais devant mon ordinateur, je me souviens parfaitement de ce moment, j’ai reçu le texte, je l’ai pris et j’ai composé la musique dessus. Ensuite ce qui est rigolo c’est que je suis parti en studio pour enregistrer Mon amour qui est une chanson d’un autre ami, Mehdi. On avait des cordes à disposition. J’ai demandé à l’arrangeur de faire une surprise à Norig : d’enregistrer la chanson et de mettre des cordes dessus. Pour moi, c’est une des chansons les mieux produites de l’album.

anne sila

Tu as été choisie pour jouer le rôle de Marie dans Jésus, de Nazareth à Jérusalem la comédie musicale de Pascal Obispo. Qu’est-ce qui t’a attiré dans ce projet ?

Anna Sila : Sur le coup, c’était un peu comme The Voice, un peu comme tout ce que je fais, je suis souvent dans le doute quand on me propose des projets. Puis on me propose surtout des projets à l’inverse de ce à quoi j’aspire, enfin je crois. Par exemple, The Voice, je sortais du jazz, pour moi c’était improbable de passer à la télé et j’étais sûre que je n’allais pas le faire, et pourtant.

Quand ils m’ont dit le titre, j’étais un peu sceptique. Je me suis dit que comme projet c’était compliqué, surtout aujourd’hui. J’ai eu la chance de rencontrer Pascal Obispo et Christophe Barratier que j’admire beaucoup.
Et j’ai été touchée vraiment par le côté humain de l’histoire. Je ne suis pas du tout dans une approche religieuse. Quand on a tourné le clip de L’ Adieu j’ai appréhendé le rôle dans une manière très humaine. Je me suis imaginée une mère qui perd son fils. C’est comme ça que je vis pour l’instant le projet. Le clip qu’on a tourné c’est une des meilleures expériences de ma vie.

C’était une envie de faire de la comédie musicale ?

Ça m’attirait depuis longtemps. Après, je rêvais de Broadway, de New-York. Je pense que ça va être un beau projet. C’est vrai que ce sera sûrement quitte ou double mais en tout cas ce sont des gens biens qui savent ce qu’ils font. Je crois que juste pour le côté humain, il faut y aller.

Et si tu pouvais jouer dans une comédie musicale, laquelle choisirais-tu ?
C’est une bonne question. Je ne pense pas que je pourrais faire ce rôle-là, mais c’est un rôle qui m’a vraiment marqué lorsque j’avais vu The Lion King à New-York. C’est le rôle de Rafiki qui était joué par une femme dingue. Ça c’est un beau rôle. C’est n’est pas très sexy mais c’est un beau rôle.

anne sila
Tu prépares déjà le prochain album ?

Anna Sila : On est déjà en train d’y réfléchir. J’ai déjà quelques chansons qui arrivent et je suis en pleine prise de possession du terrain. Je commence à me demander ce que je vais faire. Je tate un peu. J’écris des chansons, je demande aux gens autour de moi ce qu’ils en pensent. On n’est pas en train de faire l’album mais on y réfléchit sérieusement.

Tu sais déjà un peu ce que tu as envie avec cet album ?
J’ai envie d’être plus proche de moi aujourd’hui. Un peu plus comme ce que je fais en tournée acoustique, un peu plus sobre que l’album dans la manière de produire. Je voulais en mettre partout, j’étais très enthousiaste. Pour moi ça manque un peu d’authenticité. Peut-être quelque chose qui va plus à l’essentiel, où la voix et les paroles sont plus mises en valeur.

Ton dernier coup de cœur musical ?
Ce n’est pas le dernier, mais j’écoute l’abum My favorite faded fantasy de Damien Rice (Elle est trop marrante car à chaque fois qu’elle dit un nom, elle s’approche du micro pour que j’entende bien après pour retranscrire).
Je l’écoute en boucle en ce moment.
J’ai un vrai coup de cœur pour la nouvelle chanson d’Amy Lee, c’est exactement le genre de truc que j’aimerais faire. Elle faisait partie d’Evanescence et elle a fait un projo solo : Speak to me. C’est magnifique ! La chanson est parfaite.

anne sila

Le dernier concert que tu aies vu ?

Anna Sila : Oh la, il serait temps que j’aille voir un concert… Je crois que c’était Francis Cabrel il y a un an.
Ah ! Puis Pascal Obispo, j’ai fait sa première partie à Bercy et après j’ai vu son concert.

Si je pouvais faire apparaître n’importe qui pour que tu puisses faire un duo, ce serait qui ?
Alain Leprest ! Tu écouteras Le temps de finir la bouteille. Il y a une version live où il est malade, c’est un peu compliqué, mais c’est magnifique. Le pire c’est que je l’ai rencontré, et je n’ai pas osé lui parler. 3 fois et je n’ai jamais osé.

La chanson que tu aurais aimé avoir écrite ?
Aimer pour deux d’Alex Beaupain.

Interview by Joan

Anne Sila en concert à Jazz à Vienne, le 4 juillet
et à Portes Les Valence (Portes en Fête), le 21 juillet

et à l’affiche de Jésus à partir du 17 octobre 2017 au Palais des Sports

 

Share

Fnac Live 2017 – Benoit Brayer en itw : « l’excitation de la nouveauté ! »

Benoit Brayer, le programmateur du festival, dévoile les nouveautés de l’édition 2017, les talents à ne surtout pas manquer et quelques coulisses avec Julien Doré, Camille en guest !
Pour coller au nouveau calendrier de Paris Plages, le Fnac Live prend place, cette année, plus tôt sur le Parvis de l’Hôtel de ville RDV du 6 au 8 juillet.


INTERVIEW BENOIT BRAYER

Pourquoi être passé de 4 à 3 jours de festival ?
Cette année, on avait une volonté de rafraichir notre format d’événement, avec l’envie de changer plein de choses. Et dans les premières idées (indépendamment d’avancer la date, de changer le logo et de modifier l’organisation des soirées), s’est posée la question de changer le tempo. Et on a trouvé un bon équilibre sur 3 soirs. Le nombre d’artistes proposés n’est pas réduit pour autant.
C’était aussi un moyen de retrouver l’excitation de la nouveauté.

7 artistes sur la grande scène au lieu de 6, c’est plus de tension pour les équipes ?
C’est vrai. Et je leur tire mon chapeau. Parce qu’à chaque fois les équipes suivent mes idées aussi farfelues soient-elles 🙂
Elles se donnent beaucoup de mal pour les accomplir le mieux possible. C’est une chance !
En fait, il y a 2 scènes cette année : un grand plateau et un proscenium (avancée au niveau du public) pour les artistes « Attention talent » qui pourront faire un show plus intimiste.
On a trouvé des moyens astucieux d’avoir plus de concerts et de donner de la visibilité à des artistes émergents en pleine soirée et pas en tout début. C’est un vrai pari de 2017 !

Deux jeunes talents à voir absolument ?
On a 6 talents cette année. Et le plus dur était de les choisir.
Loyle Carner, le rappeur anglais, est un des concerts à ne pas rater. Parce qu’il va devenir un des grands de la scène musicale à venir.
Je suis très content d’avoir Polo & Pan, que tout le monde a envie de voir. Leur electro-pop « tropicale » séduit beaucoup et on n’a peu eu l’occasion de les voir jouer.

Image de prévisualisation YouTube

Julien Doré a été facile à caler en pleine tournée Esperluette ?
Il est l’un des premiers à nous avoir dit oui. Et c’est une chance incroyable. Maintenant, ses terrains de jeu sont les Zénith et l’AccorHotels Arena x2. Il n’a pas besoin de nous.
Mais il a gardé un très fort souvenir de son concert au Fnac Live 2014 où il lui a fallu aller à la conquête du public.

Comprends-tu que Fishbach puisse autant enthousiasmer qu’agacer ?
Oui ! Et c’est la nature des grands artistes d’être capables de ne laisser  personne indifférent. C’est aussi le cas pour Eddy de Pretto.
Les deux peuvent soit nous embarquer très loin soit on les rejette.
C’est ça aussi qui est passionnant : proposer des artistes avec de fortes personnalités qui ne feront sans doute pas l’unanimité.
Fishbach est très sollicitée et je suis hyper heureux qu’elle vienne. C’est un des grands marqueurs de la chanson de l’année.
Et on ne peut comprendre son propos que quand on la voit en live. Elle amène tout un univers et une sincérité.

Image de prévisualisation YouTube

Focus sur The Blaze. Leur titre sert de musique au teaser du Fnac Live 2017.
Benoit Brayer : C’est un vrai pari, car leur premier concert a eu lieu il y a quelques jours seulement. On est convaincu par le projet notamment avec leurs deux clips récompensés à Cannes.
Leur grande force c’est cette capacité d’évocation et de narration, à la fois musicalement et visuellement. Ce n’est pas de l’électro sans fond. On ne sait pas si on est face à de la musique cinématique. On danse, mais il y a aussi un côté mélancolique.
On leur prédit une carrière mondiale.

Juliette Armanet réinvente la chanson française, pour toi ?
En tout cas, elle lui donne un souffle et une fraicheur qu’on n’a pas entendus depuis longtemps. Elle a aussi une sincérité forte.
Ce qui m’intéressait c’était de proposer un concert piano-voix, dans son plus simple appareil. L’idée lui a beaucoup plu.
Juliette va inaugurer une nouvelle formule de concerts au Salon avec un live en ouverture pour un jeune talent. Ce sera au tour de Tim Dup le lendemain.

Microqlima, Vietnam, Beggars, qu’ont-il de plus que les autres labels pour être mis en avant cette année ?
Ça fait partie des labels que l’on aime bien à la Fnac avec lesquels on
Microqlima pour son côté laboratoire. Vietnam développe des artistes un peu underground, indé, très arty, comme H-BURNS.
Beggars est un peu indé mais c’est un label qui continue de proposer une production la plus belle qui soit. On avait reçu Ibeyi.

Une anecdote de programmation ?
Benoit Brayer :
Ça faisait 7 ans que j’essayais d’avoir Camille. Je l’invite chaque année et on n’a jamais réussi pour pleins de raisons. C’est une vraie victoire, un vrai bonheur !
The Horrors
sortent leur nouvel album à la rentrée. Et leur première date de tournée mondiale c’est chez nous.
On a plein de formats inédits, de nouveaux formats.

Une image forte du Fnac Live 2016 ?
C’est l’ouverture des portes. Après des mois de tension, avec un contexte sécuritaire très compliqué et des doutes sur la capacité de tenir l’événement.
Les gens se sont mis à courir pour se diriger vers la scène. Et ils nous ont remerciés d’avoir maintenu le festival.
Je n’oublierai jamais.

FNAC LIVE 2017
du 6 au 8 juillet

Concerts gratuits sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris

#CONCOURS

Bonne nouvelle ! Nous vous faisons gagner des packs cadeaux Fnac Live 2017 ! Au choix, l’album Esperluette de Julien Doré ou l’album Petite Amie de Juliette Armanet, dans le tote-bag officiel du festival pour vous préparer à l’ambiance du Fnac Live et en profiter pendant tout l’été.

Pour participer, il suffit de remplir le formulaire en dessous.

Un tirage au sort désignera les gagnants qui recevront leur lot chez eux.

Bon festival !

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Cyril Mokaiesh : une chanson, c’est un petit volcan ! #Interview festivals d’été

Cyril Mokaiesh a la poésie qui fait sens dans ce contexte particulier de secousses politiques, d’incertitudes, de rêves empêchés, gâchés. Avec son nouvel album Clôture, il nous encourage à nous débattre, à savourer, à crier notre liberté.
La loi du marché en duo avec Bernard Lavilliers est un regard porté poignant et efficace sur le monde qui se dérobe tout autour de nous.
Dans ces temps troubles, l’attachement à la musique est plus fort que tout, un vrai réconfort, que ce soit pour nous, que ce soit pour un artiste. D’ailleurs, C
yril redevient collectionneur de vinyles depuis qu’il a reçu une platine disque à Noël et son album préféré de Bashung, Fantaisie Militaire.

Il sera à l’affiche de 3 festivals cet été : Les Francos de la Rochelle, le Paléo Festival et les Nuits de Fourvière à Lyon !

Image de prévisualisation YouTube

INTERVIEW / Cyril Mokaiesh

Selfie original pour UsofParis

UsofParis : Trois duos dans cet album. C’est pour partager un moment privilégié avec un artiste ou lui faire dire des mots qu’il n’a pas l’habitude de dire ?

Cyril Mokaiesh : C’est un peu des deux. 🙂
Je n’avais jamais fait de duos. Je suis donc crédible en disant que je ne cours pas après cet exercice. Mais parfois, il y en a qui peuvent s’imposer dans un disque. C’était cohérent de chanter La loi du marché avec Bernard Lavilliers, un artiste avec lequel je peux revendiquer une espèce d’héritage. Je l’ai beaucoup écouté et je me fais encore cueillir par certaines chansons un peu confidentielles, d’une époque un peu révolue.
J’aime bien quand on prend la plume pour parler d’actualité de se mettre à deux pour le chanter. Ça peut avoir une résonance supplémentaire.
Le duo met de l’air aussi dans un album. Élodie Frégé amène une lumière. Je savais qu’il fallait une voix de femme. Il y a quelque chose qui plane dans ce titre. C’était naturel de faire appel à elle, parce que ça fait un moment qu’on se suit, qu’on s’aime, qu’on partage de la musique ensemble.
J’ai aussi pensé à Mélanie Doutey, mais la chanson n’est pas sur le disque.

Image de prévisualisation YouTube

Houleux avec Élodie Frégé est un très beau titre, comment l’as-tu conçu ?

Je l’ai écrit en pensant que j’allais le chanter tout seul. Et c’est en studio que j’ai pensé à elle.
C’est une des dernières chansons que j’ai écrites. Je voulais essayer de faire une chanson un tout petit plus fraîche même si je n’ai pas pu m’empêcher de parler de l’époque.
Ce mot houleux caractérise bien ce que l’on vit. Et il est peu utilisé.

C’est audacieux comme titre !

Je revenais d’Ostende aussi. Peut-être qu’à force de prendre du vent dans la gueule, ce mot est resté. ! 🙂

Il se passe de belles choses dans ces collaborations ? Ou c’est trop court pour en profiter ?

Il y a eu une petite correspondance par mail avec Stéphane Brizé, le réalisateur du clip La loi du marché, avant que l’on se rencontre. On avait la pudeur de se donner des nouvelles sans trop se dire que l’on aimerait bien faire quelque chose ensemble. J’ai aimé l’élégance de cet échange. Je me souviens du moment où je lui ai demandé de réaliser mon clip, il a dit oui. Je me suis dit : quelle chance !

L’écriture au fil des années est plus facile ?

J’aurais tendance à dire oui. Parce que j’ai commencé tard, et j’étais autodidacte. Parce qu’au début, je voulais mettre toute la poésie, la philosophie, la politique que je connaissais, dans une chanson. Ça passait en force.
Aujourd’hui, je m’autorise à penser qu’une chanson est une photo d’un moment qui dure 3 minutes, dans lequel on a le droit de se gourer, d’être maladroit. Une chanson c’est un petit volcan.
J’essaie d’écrire le plus possible et avec un peu plus de confiance qu’avant.

Image de prévisualisation YouTube

J’ai lu sur un site : « J’aime cet album, bien sûr, même s’il est très dur. »

Cyril Mokaiesh : Je suis conscient que c’est un disque sombre, qui ne mâche pas ses mots sur l’Europe, les hommes politiques, la confiance en l’avenir. Aujourd’hui, je suis très sceptique. J’ai l’impression d’avoir été trahi par un candidat à qui j’ai donné ma voix.
J’évoque mes doutes avec cet album.
J’ai lu un article dans Libé qui disait : « ça parle de l’époque et d’amour, les deux ne sont pas très en forme. » Et c’est vrai.
Je l’aime cet album car il n’a jamais été aussi vrai. Je ne pas être plus nu dans un disque, même s’il est âpre.

Image de prévisualisation YouTube

L’amour, c’est toujours l’espoir ?
Oui. C’est ce que l’on a inventé de mieux. Il n’y a pas de chanson qui ne soit pas d’amour. On peut parler de politique avec amour.
Quand on est romantique, on a envie que ça brûle sans cesse, que ça vibre.
Écrire, c’est poser des mots sur ce qu’on rate et sur ce qu’on aimerait réussir.

Image de prévisualisation YouTube

Quelle était ton intention avec le titre Clôture ?

Cyril Mokaiesh : On ne la connaît jamais avant de faire une chanson. C’est l’histoire d’un mec qui se balade dans Paris, avec les heures de la nuit, il fatigue un peu et fait le bilan de sa propre vie.
Il y a un lien avec le contexte actuel. Ça démarre sur l’Europe et ça finit par son fils. Il y a un côté à la fois désabusé et ironique car il est un peu bras cassé ce mec, mais il peut dire toutes les vérités du monde.

Quel est ton rapport aux réseaux sociaux ?

On se renifle un peu. On se regarde de loin, parfois on se rapproche un peu. Mais on ne passe pas nos journées ensemble.
C’est indispensable d’avoir une page Facebook pour un artiste. Et je m’aperçois que ça pourrait être un jour un outil si je n’ai plus de label. Si je décidais que j’avais suffisamment de personnes qui me suivent, que je ferai uniquement la promo avec. C’est peut-être l’avenir des labels.
Je le fais volontiers mais je ne suis pas très à l’aise.

Image de prévisualisation YouTube

by Alexandre

Cyril Mokaiesh

Cyril Mokaiesh
nouvel album Clôture
(Un Plan Simple / Sony Music)

CONCERTS

14 juillet – Francos de la Rochelle
20 juillet – Paléo Festival / Nyon
26 juillet – Nuits de Fourvière / Lyon

Share

Bessa en interview : on a parlé De l’homme à l’animal, Mexique et gym

Bessa nous a bercés avec un Héloïse, un EP magnétique, élégant. A la veille de la sortie de son premier album, De l’homme à l’animal, cette autodidacte du dessin et de la musique (« je ne connais pas les notes que je joue« ) nous dévoile quelques clés pour la découvrir. 
Celle pour qui « le chaos et l’art se mélangent si bien » a tous les talents.

INTERVIEW SELFIE / BESSA UsofParis : Te souviens-tu de la première fois que tu as chanté devant quelqu’un ?

Bessa : Au début, j’avais beaucoup de mal à chanter devant mes proches. Je préférais faire une scène devant des inconnus. Je pense que c’était dans mon jardin, devant mon chien. 🙂 Car c’est un auditeur incroyablement attentif et tolérant. Et il attend la fin du concert avant d’aboyer, un peu comme les Japonais qui applaudissent le concert fini.
Rien que pour ça, j’ai envie de jouer là-bas. Ça permet de raconter une histoire de A à Z, sans être interrompue ni interférée par des énergies. C’est assez fou !

Ta première émotion scénique ?

Je ne me suis jamais posé la question de légitimité : si la scène était une place ou pas pour moi. Le plaisir étant tellement intense que je n’y pense pas.
Quand je suis arrivée à Paris, j’allais dans pleins de jams et je lâchais le lion qui était en moi. J’allais faire des jams punk. Être sur scène, sans nom, inconnue, c’était grisant !
Je faisais des impros, je prenais le journal et j’essayais de construire autour, avec une répétition de mots.
En revanche, j’ai mis du temps après à retrouver cette fougue, cette liberté et émotion, avec mes propres textes, cette matière qui venait de moi. J’ai dû me détacher de ce que j’avais écrit pour exprimer le moment présent.
Image de prévisualisation YouTube
La chanson La fin du règne m’a accroché. Quand l’as-tu écrite?
Je l’ai écrite il y 4 ans environ, au Mexique, sur la Côte du Yucatan. Elle a eu plein de versions. Elle a été remodelée.
Je l’ai écrite en rentrant d’une séance photo (je travaillais et voyageais en même temps). Il y avait plein d’Américains dans mon hôtel et c’était la période de ponte des tortues. Les touristes les prenaient en photo, les empêchant de pondre sur cette plage. Et ça a été très violent, je me suis dit : »on est si laid que ça ? Faire une photo sans se soucier de l’impact sur ce qui nous entoure. » Je suis rentrée dans ma chambre et j’ai commencé à écrire. Ce qui me choquait aussi  c’était aussi les inégalités sociales.

Quelle est l’histoire du titre Exode ?

Je l’ai écrite en référence à ma grand-mère qui était pied noir. Elle nous racontait son histoire, son départ.
J’imaginais une population qui marchait sans savoir vraiment où poser ses valises. Pendant cette longue marche, lente, il y a plein de questions qui viennent. C’est une sorte de danse.
Et l’on trouve des clés en marchant. En tout cas, c’est ce que je fais. Ça me vide la tête.

As-tu besoin de t’isoler pour composer ?

Je n’ai jamais un thème quand j’écris. En général, j’ai toujours une espèce de premier jet qui arrive de manière volcanique. Une sorte de frénésie de mots qui sort. Je suis mes doigts qui au final écrivent tout ce que j’ai envie de dire, en mieux ! 🙂 Ils sont toujours très justes et sont en corrélation parfaite avec mon émotion du moment. Je pense que la raison est un frein. Alors que ton corps va s’exprimer sans limite.
Du coup, je me pose, j’écris des phrases et ensuite je sors mon couteau et j’élague. Et ça sculpte quelque chose de très vrai.

Que t’a apporté la pratique du sport pour ta carrière de chanteuse ?

Je ne sais pas si je suis rigoureuse mais je suis coriace. Je suis très endurante. J’ai beaucoup couru. Un été, je courrais 1h30 tous les soirs mais il a fallu que je m’arrête. Je continue de faire du sport car il y a quelque chose de méditatif comme dans la musique. Et dans la musique, c’est aussi un travail du corps.
La gym est un travail de répétition, avec une conscience de l’espace que prend ton corps.
Bessa

Et ton corps est à l’aise sur scène ?

Bessa : J’apprends à lui redonner une direction, car je suis devenue un chamallow à force de me désarticuler avec la gym. 🙂
Aux Francofolies, Bénédicte Le Lay, la coach corporelle m’a appris que je pouvais avec un simple mouvement de phalange exprimer quelque chose. J’ai appris à penser petit avec mon corps.
Car sur scène, en pleine lumière, une posture peut dégager une énergie folle. On noie le poisson à faire trop de mouvements. 🙂

Image de prévisualisation YouTube

Une chanson pour pleurer ?

Ça fait longtemps que je n’ai pas pleuré sur une chanson. J’ai beaucoup aimé Rodrigo Amarante qui a pu m’émouvoir, mais pas pleurer. 😉

Une chanson pour s’évader, quitter Paris ?

J’écoute beaucoup Brian Eno en ce moment. La dernière fois, j’ai mis Music for Airports sur un documentaire de Netflix sur les méduses. Et c’était incroyable. Je suis restée scotchée toute la soirée en regardant ces méduses évoluer sur les notes de piano. La musique du doc n’était pas au top. Le concept l’aurait médusé.

Un mantra, une philosophie pour t’aider à vivre ?

Je lis et relis et je pense que je le relierai toute ma vie : Autobiographie d’un yogi de Yogananda.
Le premier yogi à aller aux Etats-Unis et à monter un centre à Los Angeles, au Mount Washington. Chaque mot c’est de l’amour en barre. C’est tellement beau que tu ne peux qu’aimer la vie.
Interview by Alexandre
Bessa

Bessa

premier album De l’homme à l’animal
(Low wood / Elektra France)
Sortie le 9 juin 2017
Share

AUSTRA en interview : on a parlé Future Politics, États-Unis, Montréal

« C’est toujours une joie de revenir à Paris » pour Katie Stelmanis, la leader du groupe Austra. A l’occasion de son concert au Trianon dans le cadre du festival Les Femmes s’en mêlent, elle nous évoque son fascinant nouvel album Future Politics, sa relation avec les États-Unis, Montréal et surtout ce qu’elle attend de ses fans français !

INTERVIEW

 

UsofParis : Tu as débuté ta tournée aux États-Unis, comment
Katie Stelmanis : Notre live est une combinaison de nos trois albums. Il y a des moments très intimes, notamment avec les nouvelles chansons. Et on a remixé certains anciens titres pour les rendre encore plus dansant.
Je dirais que le public est plus passionné par le sens des chansons qu’en Europe. C’est surtout parce que l’on a débuté la tournée juste après l’élection de Trump. Les gens s’identifient vraiment au concept de « Future Politics« .

Comme David Bowie, es-tu « Afraid of America » ?
Je suis effrayée par certains côtés des États-Unis. Quand on s’arrête en plein milieu de nulle part avec notre tour bus, on se dit : »Fermez les portes ! » 🙂 Je pense toujours au fait qu’il y a des armes là-bas.

Image de prévisualisation YouTube

Qui est ton ange pour ce nouvel album ?
Alice qui l’a mixé ! On travaille ensemble depuis de nombreuses années ensemble.
C’était un peu un processus de création DIY (Do it yourself) : mix et production. Personne ne l’avait fait avant sans une aide extérieure.
Alice n’avait jamais mixé d’album avant. Du coup, j’ai été obligé de m’impliquer plus aussi dans cette partie.

We are alive est une de mes titres préférés.
C’est l’une de toutes premières chansons écrites pour cet album. J’ai passé des stades où je l’ai aussi bien aimée puis détestée. On l’a joué sur scène avant et je sortais du concert, en disant : « je veux la virer ! » 🙂 Et après je disais l’inverse.
J’ai eu cette réaction parce que ce n’est pas une chanson « habituelle » d’Austra. Elle est plus simple, basique, strip down. C’était donc un peu inconfortable parce qu’aussi très vocal.
Pour moi, cette chanson est plus une conversation, ce n’est plus une ballade. Je parle aux gens. Je dois donc être investie de ce que je dis.

J’aime aussi beaucoup I love you more than you love yourself.
C’est aimer une personne qui est dépressive. C’est très simple en fait comme sentiment. Et en même temps très difficile, de faire s’aimer une personne.

Image de prévisualisation YouTube

Quelle est l’histoire de la vidéo I love you more than you love yourself ?
L’idée du clip est basée sur l’astronaute, Lisa Nowak. Elle était la sensation aux États-Unis après son premier voyage dans l’espace. Et elle a eu un break-down. Elle était amoureuse d’un homme qui avait une autre femme dans sa vie.
Elle a essayé de le conquérir d’évincer s petite-amie. Elle avait tout un tas d’accessoires comme un pistolet et a traversé les Etats-Unis pour la kidnapper. Elle a été arrêtée et le mot qui lui était associé quand on cherchait sur internet était : lunatique.
On s’est servi de cette histoire, car les gens se sont acharnés sur elle, sans lui accorder justice. Il n’y a pas eu de jugement sur son état psychique et tout le stress qu’elle a pu ressentir en se préparer à son voyage dans l’espace. Avec cette vidéo, nous voulions apporter un point de vue compassionnel à son histoire.

Que pouvons-nous faire pour sauver l’humanité ?
Waouh ! Grande question. Je n’ai pas la réponse. 🙂
Mais ce que j’essaie de faire avec cet album c’est encourager les gens à penser différemment et à challenger les idées, à vérifier beaucoup plus les informations que ce que l’on fait.
Penser plus grand. Le changement doit être global et pas seulement local « être locavore », par exemple.

As-tu un mantra pour mieux vivre ?
Je n’ai pas une façon poétique de le dire, mais ce qui est le plus important pour moi est de toujours de déstresser.
Être libérée du stress te rend capable de créer. Ce métier peut être très stressant. Beaucoup de mauvaises choses peuvent arriver, de critiques, mais il faut arriver à prendre la distance.
C’est la chose la plus importante de ma vie.

As-tu une bonne raison d’écouter Future Politics ?
Je n’avais pas anticipé quel serait l’ambiance au moment de la sortie de l’album. Je suis pessimiste quant à la politique actuelle et maintenant j’ai des chansons tristes sur la politique.

Quand sais-tu que tu as écrit une bonne chanson ?
Je n’ai pas la moindre idée. Pour moi, c’est une question de longévité. J’écris une chanson, je vois combien de temps je peux l’écouter.
Mais je travaille avec beaucoup de monde : mes musiciens, mon équipe en tournée, les gens de la maison de disque. J’ai donc beaucoup de conseils.
Et la meilleure des choses est de la jouer en live. Ne serait-ce que la répéter avec le groupe est une étape cruciale. Quand tu es chez toi, seule, c’est impossible à dire.

Une histoire marrante qui te serait arrivée à Paris ?
La dernière fois que je suis venue à Paris, j’avais un date. Et j’ai eu l’idée d’un moment romantique au Sacré Cœur avec une bouteille de vin. Je n’avais pas anticipé le fait qu’il y ait des centaines d’autres personnes qui avaient la même idée que moi.


As-tu fait une cure de français à Montréal ?
J’ai tenté d’apprendre à parler français. Je suis resté dans le quartier pendant un an. Et après je suis partie à Mexico et j’ai appris l’espagnol. Et du coup, je confonds les deux langues tout le temps.
J’ai un meilleur accent espagnol que français, en tout cas.
Montréal est unique au monde. Comme Berlin. C’est une ville allemande bien sûr, mais tellement différente de toutes les autres. Il y a beaucoup de gens qui y habitent qui ne parlent pas allemand, comme Montréal. Il n’est pas nécessaire de parler français pour y habiter.

Une belle adresse à nous conseiller à Montréal ?
Oui, un spot pour le petit-déjeuner que j’adore : Byblos Café.
C’est la première adresse où je vais quand je retourne à Montréal. C’est beau, apaisant et la nourriture est bonne.

Un message pour tes fans français ?
Continuez à être toujours plus excités et débridés que les berlinois.
Ces temps, le public berlinois est vraiment ennuyant. J’ai beaucoup d’attente avec le public français, qu’il soit toujours aussi fou.

Interview by Alexandre


AUSTRA
nouvel album Future Politics
(Domino Records)

Concert en France :
le 23 juin au festival Rock in Evreux

Share

Carmen Maria Vega en interview : on a parlé Santa Maria, Lana Del Rey et Chilla

C’est une Carmen Maria Vega « émue » que nous avons rencontrée au Printemps de Bourges, dans le cadre de Rock in Loft dont elle était marraine. Chanter dans une chapelle n’était pas une première. Elle avait partagé un concert avec Mathias Malzieu aux Francos de la Rochelle. On a parlé de son dernier et bel album Santa Maria, Lana Del Rey, Mistinguett, VALD. Une rencontre passionnante avec une artiste déraisonnable à souhait.

INTERVIEW SELFIE / CARMEN MARIA VEGA

selfie exclu UsofParis

UsofParis : Pourquoi avoir accepté cette invitation de Rock in Loft ?

Carmen Maria Vega : J’aime ce concept de faire des concerts rock dans des lieux insolites et dévoiler l’adresse que la veille pour créer la curiosité et l’envie. J’aime encourager les jeunes talents. Je connaissais Catfish. J’aime Mini-vague, c’est charmant !

Qu’a-t-il de plus Mathias Malzieu pour faire partie de ton album Santa Maria ?

D’abord, c’est un ami ! Ça justifie beaucoup de choses. Mais c’est pas parce que l’on a des amis qu’on les invite !  😉 Certains, on les aime mais de loin. Y’a plein de choses en Mathias qui me passionnent et me donnent plein d’espoir en ce métier. Peu d’artistes sont romancier, musicien, chanteur, cinéaste. Il me fait penser à Boris Vian.
Je voulais parler d’identité dans ce disque, au moment où il était en pleine tourmente personnelle, relevant de son identité aussi avec le changement de son rhésus sanguin – c’est presque de la science-fiction. Je lui avais demandé cette chanson, il y a 5 ans. Il ne m’avait pas encore sondée. Et après moultes copinages, apéros… on a appris à se connaître. Cette histoire l’a touchée.
Et Grand Secret résume le mieux mon histoire personnelle.

Ce Grand Secret touche au plus juste pour toi ?

Il y a quelque chose d’universelle avec cette chanson. Mais ce qui est aussi troublant c’est que 4-5 chansons m’ont été offertes par des gens que je ne connaissais pas. Ils ont juste connu le projet du nouvel album.
Santa Maria parle parfaitement de la quête de départ et Baptiste, son auteur, je ne le connaissais pas avant qu’il ne me propose ce titre. J’étais épaté qu’il soit aussi juste.
L’identité ce n’est pas que l’endroit où l’on naît, c’est aussi ce que l’on construit dans sa vie personnelle, l’amour, les rencontres…

Le mot reconstruire est très juste.

Image de prévisualisation YouTube

Cette quête d’identité était-elle quand même légère ?

Carmen Maria Vega : Ce n’est pas un album thérapeutique. Je n’aurais pas pu sortir en pleurs du studio toutes les 5 minutes.
Il commence avec Santa Maria qui est très lumineux, parlant du voyage. Et ensuite, on enchaîne sur la vérité. Il y a des chansons dures comme Amériques Latrines ou La fille de feu, une confession. Puis ça s’ouvre sur Tout ce qui est se finit en ine qui est plus brutal et punk, garage, sur les addictions. On parcourt ce qu’est l’identité en mon sens dans tout l’album. Et puis, dans les ténèbres, il y a toujours de lumière.

L’ambiance de ton concert au Divan du Monde était totalement débridée !

Je rêverais de pouvoir transporter tout ce que nous avions au Divan en tournée. Ava la Dame en Verte en première partie était un rêve et Maria Dolorès en maîtresse de cérémonie ! La scénographie est en revanche la même en tournée. C’est du chant, de la danse, de la comédie. Ce n’est pas vraiment un concert au sens classique.

Les premiers retours sur ton album sont à la hauteur de tes attentes ?

Ils sont dithyrambiques ! 🙂 Sérieusement, je suis attachée à cet album, je suis ravie. Les gens sont surpris. Et pendant le live, il y a un gros charbon mais je rassure que l’on va le polir et que ça se passera bien. Ce qui me touche dans les retours, c’est la thématique du beau. J’avais demandé à Kim que les chansons soient belles, malgré les arrangements minimalistes – ce qui était volontaire.

Je suis assez passionnée par des personnages forts des années 70 comme Pink Floyd, Freddy Mercury, David Bowie, Klaus Nomie mais aussi Lana Del Rey sur l’album Honeymoon où il y a quasiment rien. Genre : « ma dépression, je suis belle... » Je trouve que c’est son meilleur !

Y’a quoi de Lana Del Rey en toi ?

Cette passion du rien. C’est un truc d’artiste contemporain !
Avec pas grand-chose, en étant juste chargée, les émotions passent.

Beaucoup de sensualité assumée. J’en profite car un jour le collagène va se barrer. 🙂

Tu arrives à garder une émotion intacte ?

Quand ça se barre, ça se voit.

Que t’a apporté l’aventure Mistinguett dans ta pratique du chant ?
Plein de choses ! J’ai refait de la danse professionnellement ce qui me manquait, car il faut du temps pour danser. Revenir au théâtre, c’est ma formation initiale. Y’avait une promesse tenue de comédie. Et en termes de chant, j’avais un coach vocal toutes les semaines. Ce qui aide à prendre confiance en soi.

Je suis beaucoup plus en paix maintenant. Ça s’entend dans ce disque. Je n’ai plus peur d’aller tâter mes aiguës que j’avais laissé sommeiller par crainte.

Un message d’un de tes fans, followers qui t’a touché ?
Ce qui me touche le plus, c’est que certains qui n’ont pas vécu l’adoption ou découverte de la vérité tardivement… sont bouleversés sans pouvoir dire pourquoi. Ils me disent : »j’écoute cette chanson et je ne sais pas pourquoi, mais j’ai la chiale ! »

Santa Maria fait beaucoup d’effet. Il y a aussi « J’ai tout aimé de toi » de Zaza Fournier qui parle d’identité sexuelle, de transsexualité.

Image de prévisualisation YouTube

L’aventure Garçons avec Zaza Fournier a été épanouissante ?

Carmen Maria Vega : Il n’y a rien de plus passionnant que de jouer sur les genres. On a tous ça en nous. A quel moment emporte le masculin ou le féminin sur nous ? Est-ce important ? Ça ne dérange au fond quelques cons et bien-pensants ou quelques c… de la Manif pour tous. 🙂
Ce qui était intéressant c’était de chanter des textes d’hommes sur des femmes. Et des hommes rustres qui avaient une certaine manière d’aborder l’amour. Ce qui était drôle c’était de faire sien un texte pareil, en assumant cette période.

Pareil pour Mistinguett, quand son amoureux lui donnait des coups et qu’elle revenait. J’ai eu des messages fous : « Comment peut-on chanter et mettre en avant la violence conjugale ? » Fallait juste remettre dans son contexte la vie de Mistinguett, les mœurs et mentalités des années 20…

Un coup de cœur musical récent ?

Mathilde Fernandez. Tu vas me dire : « vous êtes très obsédée par la mort, madame ! » Elle a un truc morbide. Il faut regarder son Instagram, passionnant : elle a des photos de sang.
Elle a une voix lyrique, dingue avec un physique très enfantin et très sexy. Un peu dérangeant comme l’actrice du film American Beauty.
J’ai aussi rencontré un jeune talent dans une émission radio : Chilla. Je l’ai écoutée et vue en live. Elle a 22 ans et elle a une maturité dans son écriture, étonnante. Elle est d’une beauté !

Ça donne de l’espoir au niveau du rap. Je ne sais pas ce que je déteste le plus entre PNL et Jul. Mais je suis devenue hystérique de VALD, c’est un génie ! Il est drôle et a une écriture animale.

Que représente le Printemps de Bourges pour toi ?

Ce festival a été très important dans ma carrière, en 2007. On est passé d’abord dans le off, en retournant Bourges à chaque concert. On a pourri la ville avec des affiches. Ceux qui ne voulaient pas nous connaître, ils étaient obligés de nous voir.
C’est de bons souvenirs. On est passé ensuite au In (Phoenix, avant le W).

Un mantra qui t’aide dans la vie ?

J’essaie de faire du sport, de courir. La danse ! Le corps doit être dans l’action pour aller bien.

Interview by Alexandre

CARMEN MARIA VEGA

nouvel album, Santa Maria
(Label Athome)

selfie exclu UsofParis blog
Share

Nord en interview : on a parlé Grand Turn Over, concert & Elle voudrait

Depuis le Point FMR où nous l’avions rencontré, Xavier Feugray alias NORD a foulé les scènes des Francofolies de la Rochelle, du Granby au Canada, reçu le Prix Félix-Leclerc « une belle surprise » et a signé avec Columbia pour son premier album qui sortira à la rentrée.
En attendant, on savoure comme des fous son single Elle voudrait (avez-vous vu les graffs au sol de Paris à Rouen ?) et nous nous impatientons pour son concert aux Etoiles, à Paris, le 14 juin. 

INTERVIEW SELFIE

selfie original pour UsofParis !

UsofParis : Une émotion forte depuis notre dernière rencontre ?
Xavier : Les Francofolies de la Rochelle ! On jouait au Théâtre Verdière en plein après-midi et dès le premier morceau, il s’est passé un truc dans la salle. Il y avait plein de monde. Le public était déjà à fond avec L’Amour s’en va. Je n’en revenais pas. Une belle émotion.
Jouer aussi devant 10 000 personnes, à Granby, au Canada, c’était trippant !

Tu acquières de l’assurance à force de tourner ?
Non pas du tout 🙂
Je suis toujours en train de me remettre en question. C’est pénible !

Personne ne te rassure ?
J’ai toujours ce doute. Il va falloir que je vive avec et que je m’adapte.
C’est sûrement ce qui me fait avancer.

Image de prévisualisation YouTube

Qui est « elle » de ton titre Elle voudrait ?
Une femme qui a envie de vivre autrement, de s’évader de son quotidien qui n’est pas forcément glamour.

« Elle » existe ?
Elle peut exister. Je l’ai peut-être rencontrée via des témoignages. Et j’ai fait une chanson à partir de bribes entendues. J’ai un peu inventé. 😉

Elle a quand âge ?
Une petite trentaine passée. Mais elle est très jeune dans sa tête. 🙂

Quand l’as-tu écrite ?
Au tout début de l’aventure Nord. Elle a évolué avec le temps.
Elle s’est dessinée pendant ces deux ans. J’ai tenté de trouver un bel écrin à cette chanson.
J’ai refait toutes les prods avec Thierry Minaud qui m’accompagne aussi sur scène. Je lui ai confié la réalisation du disque.
Il a remis des synthés au titre. Sinon, elle aurait été plus folk.

Le clip a été tourné en Normandie ?
A Cherbourg. On avait envie avec Erwin et Camille, les réalisateurs, d’un décor qui fasse penser à l’Irlande. Que l’on n’est pas l’habitude de voir ces côtes-là.
Il y a un côté sauvage à Cherbourg, avec l’idée de fuguer, d’aller ailleurs. Une très bonne idée de leur part.

Tu me disais avoir une tendance au noir, à une certaine chanson française sombre. Va-t-il y avoir plus de lumière dans l’album ?
J’avais pas mal de titres plus lumineux, comme Elle voudrait.
Avec le premier EP, j’étais dans quelque chose de plus intime. Je parlais de moi, de mes petits malheurs.
Et là, j’ai envie d’élargir. Que ce soit le Grand Turn Over (titre de l’album), des émotions et des sentiments qui te traversent et te chamboulent… C’est « ma petite entreprise« .

Il y aura moins de « je » dans cet album ?
Oui. J’ai tenté d’écrire autrement après l’EP, à partir d’Elle voudrait. Il y a une autre chanson qui parle de l’autre « Tu n’as pas changé« ..
Je prépare l’album, j’ai quelques titres à terminer. J’ai encore un mois pour me décider s’ils feront ou pas partie de l’album. 95% des titres sont enregistrés. J’ai posé des voix témoin sur certaines chansons, je vais les réenregistrer. J’ai encore un peu de boulot.

Comment écris-tu ?
J’aime bien écrire isolé. J’ai besoin de moment de concentration, de doute Les chansons viennent, en fait, du doute. Tu remets en cause pas mal de choses et tu poses ce qui te fait avancer, ce qui te fait réfléchir, réagir.
Je pars souvent d’un constat pour écrire. J’aime me mettre des frissons tout seul.

Quand sais-tu que la chanson est bonne ?
Quand tu as le premier frisson justement, tu sais que tu tiens quelque chose. Mais après, c’est parfois dans l’habillage que tu peux te prendre la tête.
Tu peux vouloir mettre une chemise, alors que tu préfères être en t-shirt. Et c’est difficile car le temps est changeant.

Avec qui collabores-tu ?
Thierry Minaud et Ludwig, guitariste, bassiste, claviers. Il est venu nous filer un coup de main sur les guitares électriques.
Et une copine qui est venue pour les cuivres.

Tu es prêt à rencontrer ton public ? A la plein lumière ? 
Un album fait en huis clos. J’aime travailler dans le secret aussi.
J’ai envie de connaître la lumière. J’aimerais que ça aille plus vite. Je suis impatient parce que je commence à vieillir.
Mais « On n’est jamais vieux quand on a le cœur ardent » comme le dit Clark Gable dans le film The Misfits.

Interview by Alexandre

NORD
single Elle voudrait
(Columbia)

Grand Turn Over, premier album
Sortie prévue à la rentrée

CONCERT
le 14 juin @ Les Etoiles Paris 

Share

Sônge en interview : on a parlé Debussy, contes et synestésie

Sônge fait partie de ces filles qui la jouent en solo pour créer et performer sur scène, comme Christine and The Queens ou Jain. Ces deux références n’en sont pas forcément pour cette fille au sourire inaltérable – et bien qu’elle trouve géniale leur évolution à chacune. Découverte aux Transmusicales, nous la retrouvons aux Inouïs 2017 du Printemps de Bourges pour un face-à-face sans filtre avant qu’elle file au festival Days Off et aux Vieilles Charrues.

SELFIE-INTERVIEW

UsofParis : Quand tu entres sur scène, on n’a pas l’impression que tu es une jeune femme adorable. Tu apparais mystérieuse.
Sônge : Je ne suis pas gentille ! 🙂
Quand j’arrive, je suis éblouie, je ne vois personne. Je suis dans ma bulle.
Pour l’anecdote, j’ai du mal à dormir et j’ai consulté plusieurs spécialistes. L’un d’entre eux m’a conseillé les lunettes de luminothérapie. Je les mets le matin, ça soulage le cerveau : c’est bon pour le stress, le moral et le sommeil. Du coup, je les ai gardées pour le spectacle.

As-tu le trac avant d’entrée sur scène ?
J’ai surtout le trac un mois avant le concert. Je stresse, du coup je me mets au point. Et comme j’ai réglé les choses bien avant,  j’arrive en meilleure confiance qu’un mois avant.

Ta tenue de scène, tu l’as prévoie un mois avant aussi ?
C’est en constante évolution. Jeanne Friot m’a confectionné ce bombers iridescent.
J’ai eu plusieurs retours. Comme à la Gaité Lyrique, on m’a dit : « c’est poétique, on dirait que tu marches sur des feuilles, à l’automne ». J’ai aussi eu : »la pluie qui ruisselle dans les rues de Paris. » J’ai beaucoup aimé. Les gens sont partis dans un trip.

Mon ingé son n’a pas du tout dit ça. Il a transpiré. C’est le piment du live ! 🙂

As-tu le temps d’écrire en pleine tournée ?
Entre les concerts, je fais des compos. Mais ça va très vite..
Et je ne peux pas créer si je ne vis pas. Je ne peux pas m’enfermer 2 semaines couper du monde avec mon ordi et synthés. Ce que tu vis se stocke quelque part, dans ton patrimoine. Et ça peut ressortir 5 après.
Quand j’ai vécu à Amsterdam, pendant un an, j’ai vraiment vécu et rencontré des gens de ouf. Mais je n’ai rien créé. J’ai créé quelques sons. Et j’ai eu ensuite des remontées, mais bien plus tard. Je me laisse nourrir.
Image de prévisualisation YouTube
Quand tu crées un titre, tu commences par la musique ou le texte ? 
C’est toujours la musique qui arrive en premier. Je commence par une trame harmonique. J’entends ensuite des couleurs (Colorblind), c’est le propre de la synesthésie.
Ensuite, je travaille comme un dessin, une peinture, avec les contrastes.

 

Qu’est-ce qui t’inspire ?
Je lis pas mal de contes. Enfin, je m’arrange pour que l’on me les lise, parce que je n’aime pas lire. 🙂
J’ai beaucoup de contes de Mongolie, Ethiopie, du Maghreb. C’est super inspirant.
J’aime les bêtes magiques, les forêts, les pleines lunes. Un de mes titres s’appelle Phacochère, ça évoque des phacochères magiques dans des savanes.
J’aime aussi les films de science-fiction magique, pas machine, robots.
Les rencontres.
Les oeuvres de tout sorte. Par exemple, I come from pain a été influencé par Claire de Lune de Debussy. Je suis partie d’une progression harmonique que j’aimais trop. J’ai tenté de la refaire avec mon synthé, en changeant des trucs. Et ça en a fait mon morceau. Bien sûr, ça n’a plus rien à avoir mais je connais le parcours.
Image de prévisualisation YouTube
La prochaine étape c’est de jouer sur scène avec des musiciens ?
Non. Je préfère rester toute seule.
Je préfèrerai plus avoir des danseurs que des musiciens avec moi.
Je me sens super libre et je veux garder ça.
Mon projet Sônge me donne de l’air et je ne voudrais pas qu’il devienne complexe avec des contraintes.

C’est instantané aussi. Si je veux faire une répét à 5h du mat, si je dors pas, je suis libre. Même chose, si je voulais faire une résidence à l’étranger.

Quel artiste du Printemps de Bourges te fait battre le coeur ?
Tommy Genesis !

Interview by Alexandre 

Sônge 

EP éponyme
A télécharger ici

CONCERTS  :
04.07.17 / Days Off – Soirée Hexagone #2 / PARIS
avec Jacques, Juliette Armanet, FAIRE et Requin Chagrin
14.07.17 / Les Vieilles Charrues / CARHAIX
28.07.17 / Cabourg Mon Amour / CABOURG

Share