Archives par mot-clé : street art

Ludo expose à la Magda Danysz Gallery : il nous avait manqué !

Après 5 ans de tour du monde, de projets fous, l’artiste revient enfin à Paris avec l’exposition I’ve been missing you à la Magda Danysz Gallery à partir du 17 juin. Un événement !
Le travail de Ludo aka Ludovic Vernhet s’est enrichi de ses expérimentations (peinture phosphorescente, broderie, nouveaux types fonds pour ses toiles) de ses rencontres, délaissant toujours autant l’ordinateur et s’inspirant des techniques des artistes qu’il aime. 

Ses collages géants sont célèbres, ils assurent à celles et ceux qui les partagent sur les réseaux sociaux, un nombre de likes tout à fait stimulant ! Ces images ont la particularité d’avoir toujours un élément « surligné de vert », « pas forcément l’élément le plus important du visuel ». Un vert conçu par l’artiste, en référence au bleu d’Yves Klein. Chaque image est un message, une critique, une référence comme ce serpent vu récemment dans un passage du 11e qui a un lien direct avec la Bible. A nous de trouver la clé de lecture à chaque nouvelle rencontre visuelle.
Son style a séduit la Chine, NYC, Radiohead qui l’a invité à performer à un de ses concerts à Berlin et même David Gilmour (du groupe Pink Floyd) lors d’une rencontre à Chantilly – le résultat sera à découvrir en septembre.

A la Magda Danysz Gallery, trois niveaux présentent les multiples talents de Ludo : dessinateur,-peintre avec des toiles faites de mine, fusain, peinture à l’huile et aérosol, photographe avec ses tirages d’installations spectaculaires dont ce navire dans les Caraïbes, de concepteur-sculpteur avec deux belles pièces dont cette rose célèbre qui aura demandé 6 mois de conception. Un musée allemand chercherait à exposer un modèle beaucoup plus grand.

Au sous-sol, l’artiste a conçu une installation avec une armée de lucioles phosphorescentes, plongées dans le noir. L’idée lui est venue de Chine où certains villages ne sont pas éclairés de nuit. Il en a conçu un collage phosphorescent représentant une luciole.
Ces « firefly » en vente individuellement sont au nombre de 100  et ont été réalisées avec une imprimante 3D et peinte à la main par Ludo lui-même. Il ne délègue pas les petites tâches à un assistant. Il assure aussi ses collages dans la rue, seul, sur les coups de 5h-6h du mat.

Il parle facilement de ses influences : « je suis fan de Basquiat, bien qu’il soit à l’opposé de tout ce que j’aime. Je peux mettre 3-4 mois pour une toile. Il est l’anti-thèse de tout ce que je fais. » Keith Haring, H.G Giger complètent le générique, aux côtés de Murakami dont il s’est inspiré pour la réalisation de ses sculptures. Des petites prouesses passant par l’étape de prototype, scan, rescan et retravail à la main.

Le Ludo tour va se poursuivre par une série d’expositions en Chine, Berlin, Amsterdam pour un projet fou. The Garage va accueillir un pop-tatouage proposant une série de visuels à se faire tatouer. « Via Instagram qui est le seul réseau que j’utilise, je reçois pas mal de photos de personnes qui se sont fait tatouer une de mes œuvres. J’aime l’idée que l’on ne puisse pas acquérir une œuvre mais qu’on ne puisse pas s’en séparer, une fois tatouée. »

LUDO aka Ludovic VERNHET
exposition I’ve been missing you

du 17 juin au 29 juillet 2017

Share

L’Atlas envahit la Maison Guerlain #streetart

Grosse affluence à La Maison Guerlain pour le vernissage de l’exposition Imperial Letters, une collaboration inédite avec L’Atlas, l’artiste calligraphe qui parcourt le monde.

L-Atlas-escalier-Maison-Guerlain-Paris-champs-Elysées-installation-performance-Imperial-Letters-photo-usofparis-blog

Jusqu’au 26 février, les 3 niveaux de la boutique des Champs-Élysées accueille les jeux géométriques avec la complicité de la galeriste Magda Danysz, commissaire d’exposition, sous forme de toiles et de ruban adhésif collé à même le sol. 

En franchissant la porte du 68 vous aurez la preuve que le street-art ou urban art se marie aussi bien à un intérieur design qu’à un salon rétro. Les toiles sont aussi spectaculaires quand on leur fait face que discrètes, elles ne cherchent pas à s’imposer non plus dans une pièce. 

L’un des clous de l’exposition est certainement la réinterprétation de la célèbre abeille royale de Guerlain, sur le trait de L’Atlas. Cette toile faite de laque et aérosol est entrée dans la collection de la célèbre institution de parfum.

L-Atlas-dédicace-vernissage-Imperial-Letters-exposition-Maison-Guerlain-Paris-photo-usofparis-blog
Le sourire et la gentillesse de Jules n’ont pas manqué de charmer toutes les tranches d’âge au cours de la dédicace improvisée derrière un comptoir. 

À ne pas manquer, les flacons de parfum revisités par un autre artiste phare de la scène urban art : Jon One, et son carré de soie.
L’Américain a d’ailleurs accueilli le Frenchy eu sein de son collectif : 156 All Starz.

 L-Atlas-Deep-Red-Stamp-Galerie-Magda-Danysz-expo-Maison-Guerlain-Paris-photo-usofparis-blogL-Atlas-installation-perfomance-boutique-Maison-Guerlain-Paris-shop-Champs-Elysées-photo-usofparis-blog

Exposition Imperial Letters by L’Atlas

du jeudi 12 janvier au dimanche 26 février 2017

MAISON GUERLAIN
68, avenue des Champs-Elysées
75008 PARIS

L-Atlas-Fluo-Rain-2016-laque-aérosol-sur-toile-Maison-Guerlain-Paris-expo-street-art-photo-usofparis-blog

Share

OtterBox au Pavillon des Canaux : Graff sur coques avec Paris Sketch Culture

L’appel du street-art est toujours plus fort que tout pour la team !
OtterBox crée l’événement les 24 et 25 septembre avec Raphäel Federici alias Paris Sketch Culture au Pavillon des Canaux et une performance immanquable.
L’été n’est définitivement pas terminé !

Protège ton phone !
OtterBox, c’est le créateur américain numéro 1 de coques résistantes et pratiques pour smartphones.
Le concept est simple : Stylish Protection for Mobile Devices.
Un allié de choix quand on connaît la terrible fragilité de nos équipements mobiles.
Il suffit de passer le test et on a vite compris l’utilité des bords renforcés de la coque pour éviter la casse de l’écran.
Et clairement, la prise en main(s) de notre iPhone6 est beaucoup plus agréable avec ces rebords offrant un vrai maintien en mode rédaction de mess ou de notes.
La transparence à l’arrière de la coque Symmetry Serie Clear nous permet en plus de retrouver contact avec le design de notre phone.

otterbox-coques-mobile-pavillon-de-canaux-street-art-evenement-graff-paris-sketch-culture-photo-by-blog-united-states-of-paris

Graff sur coques / Save the date
La marque à la loutre (otter en anglais) fête la sortie de l’IPhone 7, en même temps que son arrivée en France, avec un rendez-vous spectaculaire, inattendu et interactif.
Retiens tout de suite les 24 et 25 septembre.
L’artiste Paris Sketch Culture – qui a envahi Paris avec ses marins – va créer une fresque inédite sur un mur de coques. Oui oui.
A la fin de la performance qui durera 2 jours, les coques seront offertes au public. Classe : puisqu’elles seront toutes uniques !

Mais c’est pas fini !
Louis Lanne, un autre artiste – étudiant et soutenu par Raphaël Federici – va concevoir une deuxième fresque. L’occasion de voir une graine de talent en pleine action.
Mzelle Fraise et la blogueuse Margot de YouMakeFashion (180k abonnés sur insta) assureront des ateliers DIY dessin, illustration, mode et tendance.

otterbox-pavillon-de-canaux-street-art-evenement-graff-coques-paris-sketch-culture-blog-usofparisLe Pavillon des Canaux reste le spot idéal pour apprécier les derniers jours de l’été face au canal avec ses potos.
Nous on y sera les 2 jours, tu viens ?

#Bonplan
Sachant qu’on aura une coque à offrir sur place, suffit de nous faire un coucou via notre compte Twitter @Usofparis avec le #SymmestryStreet en nous disant quand tu as prévu de passer. Si ça correspond à un créneau horaire où nous sommes présents c’est gagné !

otterbox-pavillon-de-canaux-street-art-graff-coques-paris-sketch-culture-evenement-blog-usofparis

SymmetrySteeet par OtterBox

Au Pavillon des Canaux
39, quai de la Loire
75019 Paris

Les samedi 24 et dimanche 25 septembre 2016

Avec Paris Sketch Culture, Louis Lanne, Mzelle Fraise et YouMakeFashion

Share

Zevs : jubilatoire expo Noir Éclair au Château de Vincennes

Au premier abord, difficile de créer un pont entre le Château de Vincennes et le street art. C’est le pari qu’a relevé le sulfureux Zevs (prononcé Zeus) !
Street-artist – le terme peut paraître un peu péjoratif – déploie ici son talent aux multiples facettes à travers l’exposition
 Noir Éclair.
Graf, peinture, bronze, installation, vidéo… tout passe entre ses mains. Une expo tellement riche et créative qu’il est difficile de la synthétiser en quelques oeuvres.

Graffiti Light (Néon et peinture grattée)
Graffiti Light (Néon et peinture grattée)

Zevs : tout feu, tout flamme

Parmi les 24 créations présentent sur le site du Château de Vincennes, tout commence par les extérieurs.
On commence par Les Cibles – trois tourets de bobines de câblages installés dans la cour – évoquant l’homme de Vitruve de De Vinci ou encore les flammes de Proper Graffiti / Flaming taguées – ou plutôt grattées – dans les mousses recouvrant les murs des douves du bâtiment principal. Zevs impose tout de suite sa patte. Ces grafs organiques géants, (graffiti propres dont il est le précurseur) sont là pour mimer les flammes dévorant les tours du donjon principal. Une esthétique très brute.

noir-eclair-zevs-chateau-de-vincennces-expo-street-art-avis-critique-proper-graffiti-flaming-cmn-rmn-photo-by-blog-united-states-of-paris
L’autre touche exotique se trouve dans le dispositif lumineux mis en place tout autour du chemin de ronde du bâtiment principal : In girum… (imnus nocte et consuminir igni). Visible de nuit, il doit rappeler à chacun(e) que le lieu est investi d’une présence inhabituelle.

Zevs et Vincennes : l’osmose historique

Pour celui qui n’a jamais mis un pied au Château de Vincennes, cette exposition lui permettra de s’approprier les lieux d’une manière totalement unique.
Loin d’être un simple agrégat d’oeuvres contemporaines, Noir Éclair offre un vrai mix entre l’histoire du lieu et une mise en perspective artistique.

Avec Machination, Zevs confronte plusieurs degrés d’appropriation. Ce distributeur, issu du monde moderne, est couplé à la dimension historique de la Terreur révolutionnaire.

noir-eclair-zevs-chateau-de-vincennces-expo-avis-critique-creation-performance-cmn-rmn-photo-by-blog-united-states-of-paris-jpgEn effet, sur les assiettes, des personnages illustres condamnés à mort par l’échafaud : Louis XVI, Danton, Robespierre, Mari-Antoinette…
Un minuteur permet au visiteur de connaître le moment précis de la prochaine exécution. Il deviendra alors le spectateur passif, impuissant mais consentant de cette peine capitale moderne.

On retrouve aussi cette envie de confronter l’Histoire avec l’Autoportrait de Louis XIV.
Ce moulage en bronze, copie de celui  du Bernin exposé à Versailles, a été fondu à partir du moule original fourni par la Réunion des Musées Nationaux. L’artiste l’a ensuite emmené au four solaire d’Odeillo-Font Romeu afin d’être « scarifié » par les rayons du soleil.

noir-eclair-zevs-chateau-de-vincennces-expo-avis-critique-louix-xiv-le-bernin-cmn-rmn-photo-by-blog-united-states-of-paris-jpg
Cette oeuvre fait écho aux premiers travaux de Zevs qui parasitait les logos de marques comme McDonald’s ou Ferrari. L’idée étant ici de dégrader le Roi Soleil uniquement avec la puissance de l’astre « Soleil ».

Autre espace, autre gageure : Invisible Graffiti.
Ou comment rendre visible les traces du passé.
Le Château de Vincennes a été, durant de nombreuses années, une prison. Les détenus ont témoigné de leur passage via des textes ou des dessins gravés dans la roche.

noir-eclair-zevs-chateau-de-vincennces-expo-avis-critique-histoire-graffiti-cmn-rmn-photo-by-blog-united-states-of-paris-jpg

Grâce à une encre spéciale et une lumière noire, Zevs fait ressortir un des graffitis gravé par un prisonnier.
Et le message choisit résonne de façon toute particulière quand on sait que le Roi Louis XIV venait dans cette ancienne cellule de détenu pour observer le ciel avec sa longue vue.

noir-eclair-zevs-chateau-de-vincennces-expo-avis-critique-graffiti-hisoire-louis-xiv-cmn-rmn-photo-by-blog-united-states-of-paris-jpg

Zevs : les gènes de l’artiste

Appuyée sur un mur et seule dans la pièce, Ma musée est une oeuvre sonore particulière.
En 1998, à 20 ans, l’artiste a interviewé de façon anonyme et par téléphone des galeristes parisiens en leur demandant de répondre à une simple question : « Comment deviens-ton artiste ? »

noir-eclair-zevs-chateau-de-vincennces-expo-avis-critique-art-creation-cmn-rmn-photo-by-blog-united-states-of-paris-jpg
Zevs nous offre ici l’occasion d’entendre ces conversations dans une performance inédite. Les réponses sont parfois froides, bienveillantes mais aussi agacées.

LDV : Léonard De Vinci

Le génie italien est une référence ultime pour Zevs.
Ce dernier s’en inspire à de nombreuses reprises comme avec La Cène, détournée en repas à la Maison Blanche avec Obama et des chefs d’entreprise de la Silicon Valley dans Repas. Même le cadre en or blanc recèle des clins d’oeil logotypés de ces sociétés internationales.

noir-eclair-zevs-chateau-de-vincennces-expo-avis-critique-la-cene-de-vinci-cmn-rmn-photo-by-blog-united-states-of-paris-jpg

Il s’approprie aussi La Joconde dans Mona Lisa and Handbag en l’enfermant dans une cabine, style peep-show en référence à sa possible petite vertu. Le visiteur doit attendre son tour, que la lumière rouge indiquant l’occupation des lieux passe au vert, pour accéder à l’oeuvre.

noir-eclair-zevs-chateau-de-vincennces-expo-avis-critique-joconde-mona-lisa-ldv-cmn-rmn-photo-by-blog-united-states-of-paris-jpg

Le sigle LDV sur le sac renvoie à une marque inventée par Zevs en 2005 (LDV pour Léonard De Vinci)

Et c’est dans la dernière salle de l’exposition que vous pourrez découvrir des créations fabriquées spécialement pour cette exposition. Des pièces de maroquinerie réalisées par un artisan New-yorkais, toutes estampillées LDV.

noir-eclair-zevs-chateau-de-vincennces-expo-avis-critique-ldv-sac-cmn-rmn-photo-by-blog-united-states-of-paris-jpg

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, avec cette marque créée en 2005, ce n’est pas l’industrie du luxe qui est montrée du doigt ici, mais le commerce de la copie. Dans une salle, en recoin, vous découvrirez Alibaba : une installation de 100 sacs « Made in China ».

noir-eclair-zevs-chateau-de-vincennces-expo-avis-critique-ldv-cmn-rmn-photo-by-blog-united-states-of-paris-jpg

On ne pensait plus qu’un artiste français pouvait avoir un tel esprit d’éclectisme. Noir Éclair est vraiment une installation jubilatoire. Et les autres créations sont toutes aussi intéressantes, intrigantes voire même participatives.

Lors de votre visite, n’hésitez pas à vous arrêter sur les cartouches explicatives des oeuvres, vous n’en prendrez que plus de plaisir.

 

Noir Éclair de Zevs

Du 6 septembre 2016 au 29 janvier 2017
Jusqu’au 21 septembre : ouvert tous les jours de 10h à 18h
Du 22 septembre au 29 janvier: ouvert tous les jours de 10h à 17h

Fermé les 1er novembre, 11 novembre, 25 décembre et 1er janvier.

CHÂTEAU DE VINCENNES
1 avenue de Paris
94300 Vincennes

Share

Nairone, Phillips & McCoy : trio street-art pour Eristoff Wolf Pack Édition

Nombreuses sont les marques qui usent de la valeur street art pour changer leur image. Forcément, on est toujours un peu dubitatif quand on nous présente une nouvelle opé.
Mais une interview peut révéler que, même s’il y a une volonté commerciale derrière une opération marketing, elle peut être aussi, et surtout, à l’origine d’une vraie rencontre artistique.
La relation entre Eristoff et l’artiste Nairone en est l’exemple.

Debrief  de cette collaboration inédite entre Jim Phillips, Travie McCoy, Nairone, Thibault, chef de produit Eristoff, et John de l’agence HK Corp, lors de la soirée de lancement de l’Eristoff Wolf Pack Édition au Ground Control à Paris.

Eristoff street art Wolf Pack édition limitée 2015 Ground control Nairone Jim Phillips Travie McCoy design Photo by United States of Paris

Nairone et Eristoff : un coup de coeur artistique

Lors de la soirée de lancement limitée 2014, il y a un an, Thibault, chef de produit pour Eristoff, rencontre Nairone : un graffeur de 24 ans (à l’époque) venu réaliser une performance.
Nairone c’est un graffeur du nord de la France, installé depuis quelques années à Paris.
Son style et son univers séduisent Thibault qui décide de le faire collaborer à la prochaine campagne de la marque avec la réalisation du design de l’édition limitée 2015.
« Il fallait qu’on capitalise sur cette rencontre et que l’on fasse quelque chose de plus fort pour se démarquer du mouvement street art dans lequel se sont engouffrées les autres marques. On a voulu mettre en avant un jeune talent émergeant, Nairone » nous confie Thibault. « Il a une  patte extraordinaire avec laquelle on a tout de suite accrochée. En lui permettant de collaborer avec les plus grands noms du monde du graf, on souhaitait donner un vrai coup de pouce à sa carrière, le faire grandir et évoluer. »

Eristoff street art Wolf Pack édition limitée 2015 Nairone style art design Photo by United States of Paris
« Je ne sais pas définir mon style. Je fais juste ce que j’aime faire et je ne sais pas pourquoi je le fais. Je m’inspire juste de ma vie et du pop art. J’utilise la technique de Roy Lichtenstein : je fais mes images à plat, je reprends des images de BD que j’agrandis et que je projette sur la toile ou sur le mur. A partir de là, je le fais à ma sauce » nous précise l’artiste.

Mais pour un graffeur, n’est-ce pas vendre son art que de collaborer avec une marque ? Nairone assume : « Les gens qui font du graffiti passent leur temps à en faire mais pas à en vivre. Je vis de ma passion mais avant je suis passé par le vandale, par la police. Je profite de rencontres incroyables que je n’aurais jamais faites, seul, comme avec Phillips et McCoy. »

Eristoff Jim Phillips Nairone Travie McCoy street art Wolf Pack édition limitée 2015 art work design Photo by United States of Paris

Une volonté de pérenniser la valeur street art

Suite à l ‘édition 2014 qui a vu collaborer le chanteur Oxmo Puccino et Mambo, street artist installé à Los Angeles, avec la marque de vodka, l’agence HK Corp a souhaité, cette fois, « investir sur le long terme« , nous explique John, « avec un artiste qui a un style qui correspond à l’image de la marque, qui a envie de s’en imprégner et de la retranscrire de manière très naturelle. »

Donc l’édition limitée 2015 Wolf Pack d’Eristoff c’est la rencontre de trois styles : Nairone, pour la partie France/Europe, Travie McCoy, le New-yorkais et Jim Phillips, le Californien. Mais « la combinaison des trois n’a pas forcement été évidente » dixit Thibault.

C’est aussi quatre mois de collaboration entre les artistes qui a commencé par mails avant leur rencontre. Un jour, Nairone a reçu le tout premier croquis de Jim Phillips.

Eristoff street art Wolf Pack édition limitée 2015 Jim Phillips artwork dessin prototype Nairone Travie McCoy design Photo by United States of Paris
Premier croquis de Jim Phillips pour Eristoff Wolf Pack

Les loups de cette première esquisse n’ont que très peu évolués par rapport à la version finale.
« C’est quand on s’est vu qu’on a mixé nos croquis. McCoy et moi, on a décidé de laisser la face de la bouteille à Phillips », ajoute Nairone. « Travie a pris l’arrière et moi j’ai créé l’univers liant entre leurs deux visuels » et John de l’agence HK Corp de préciser : « Nairone a apporté le côté fusionnel entre les 3 artistes, créé l’association entre les 3 profils ».

Eristoff street art Wolf Pack édition limitée 2015 Jim Phillips collaboration artwork Nairone Travie McCoy design histoire Photo by United States of Paris
Une aventure artistique et humaine

Après de multiples échanges par mails, les trois artistes et l’équipe de com se sont retrouvés sur la côte ouest des USA, pour finaliser l’édition. Ils se sont tous immergés dans l’univers de Jim Phillips :
« Nous avons eu la chance de pénétrer la vie de Jim avec sa femme et ses enfants à Santa Cruz » confesse Thibault. « On est loin du marketing pur : j’ai pu participer de façon très concrète à la création autour d’une marque qui s’est faite de manière très naturelle. Un échange humain entre trois profils artistiques qui ne se connaissaient pas à l’origine et qui ont vécu une expérience commune pendant 10 jours. »

Pour Nairone, c’est l’occasion d’apprendre de ses aînés. « Travie m’a donné envie d’aller plus loin, de réussir, d’être ambitieux mais sans oublier la passion avant tout. Avec Jim, j’ai découvert l’envie de produire. Quand on est arrivé chez lui, son garage était un musée. Il y a 40 ou 50 ans de sa production, tout y est exposé. »

Eristoff street art Wolf Pack édition limitée 2015 Jim Phillips atelier art Photo by United States of Paris
Pour Thibault, il y a chez Phillips « une forme de maturité, on l’écoute. C’est un personnage passionnant. C’était fabuleux comme rencontre. »

Et au détour d’une petite frustration, Nairone a peut-être pu nouer une relation artistique plus profonde avec Jim. « Il nous emmenait que dans des restaurants de poisson. Et comme j’aime pas ça, je prenais que des menus enfants. Alors un jour, j’ai dessiné un skate en forme de hot dog et Jim m’a dit : Faut qu’on garde contact,  on va faire quelque chose de ça. »

Eristoff street art Wolf Pack édition limitée 2015 Nairone Jim Phillips Travie McCoy concept artwork design Photo by United States of Paris
« Tous les trois, on a partagé sur tout : le personnel et le professionnel. J’en ai pris plein la tête pendant 10 jours, fallait être là pour le vivre. La séparation à la fin du projet a été très dure » nous dit John. Quelques larmes ont coulé sur les joues de l’attachant Nairone qui ne cache pas l’émotion qu’il a ressentie à ce moment.

Eristoff : des contraintes techniques pour les artistes

Cette bouteille emblématique de la marque possède quelques particularités contraignantes pour les artistes.
« J’ai eu du mal à m’approprier le support. On a tous les trois fait des croquis séparément, puis on les a mixés pour la bouteille test. Et c’est là que l’on s’est rendu compte que ça n’allait pas avec la forme car les bourrelets du bas déformaient le dessin. »
Mais une visite de Nairone dans l’usine qui imprime les étiquettes a permis de déjouer ces contraintes : « j‘ai pu poser des questions et on a pu résoudre les problèmes. »

Eristoff street art Wolf Pack édition limitée 2015 Nairone Jim Phillips Travie McCoy tambour imprimerie design Photo by United States of Paris
Tambour d’impression de l’étiquette Wolf Pack Edition 2015

Rendre compte de cette collaboration hors norme

Image de prévisualisation YouTube

« C’est une collaboration artistique qui s’est super bien passée, même si elle n’était pas évidente. » Pour Thibault le chef de produit Eristoff, il y a eu une vraie volonté de rendre compte de cette coopération artistique à travers diverses vidéos mais comme le confirme John de HK Corp : « c’est difficile de transmettre les émotions dans les films d’une marque, c’est hyper délicat d’y faire adhérer le public, de ne pas penser que c’est du faux« .
« Ce qu’on voit c’est ce qui c’est réellement passé. » conclut Thibault.

Image de prévisualisation YouTube

Et l’équipe créa de HK Corp, sur un coup de tête et une idée improvisée, a voulu raconter l’histoire de cette aventure via l’intérieur de la bouteille dans un film 360°.
Il leur a donc fallu trouver des solutions techniques pour ne pas avoir de déformations causées par le verre de la bouteille mais aussi pour y intégrer le dispositif de tournage.
L’équipe a donc customisé une caméra, qui est du coup unique, avec un rendu plutôt intéressant. Elle a pris place dans une bouteille originale en plexiglas et non en verre.

Eristoff street art Wolf Pack édition limitée 2015 360 film histoire Jim Phillips Travie McCoy Nairone design Photo by United States of Paris

Le futur entre Nairone et Eristoff

Apparemment, le jeune artiste street art a forgé une belle relation avec la marque de spiritueux. A telle point que celle-ci voit plus loin dans leur partenariat : « la collaboration avec Nairone ne s’arrête pas à cette année. Les premiers retours sont positifs. C’est une histoire qui commence.  On souhaite faire des performances avec lui, travailler sur des projets d’édition limitées, sur des projets d’autres marques. »
Nairone adhère à cette entente réciproque : « Je sais ce qu’il faut faire ou pas, mais j’ai vraiment l’impression de dessiner pour moi, c’est ça qui est cool ! »

Quand on lui parle de sa relation à Instagram et de sa volonté de cacher son visage, il affirme : « Oui, je joue avec l’anonymat. Je ne sais pas pourquoi. Ça me fait juste rire, je crois. Mais comme on me suit c’est aussi pour montrer que ce que je fais est plus important que qui je suis. »

Eristoff street art Wolf Pack édition limitée 2015 Nairone Jim Phillips Travie McCoy art design Photo by United States of Paris

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Share

L’ATLAS met son style en bouteille pour Perrier Inspired by street art

Le street-artiste L’Atlas a été choisi pour imaginer le packaging de la nouvelle édition limitée de Perrier : inspired by street art.
Si l’édition 2014 a été créée à 6 mains par le Brésilien Eduardo Kobra, la Japonaise Sasu, et l’Américain JoOne, cette année, le Français L’Atlas est l’unique créateur de la série complète. Rencontre avec l’artiste lors de la soirée de lancement chez Colette.

Dédicace L Atlas street artiste pour le blog united states of paris soirée de lancement Perrier inspired by street art Colette water bar photo usofparis

Au départ, L’Altas devait concevoir uniquement les visuels des Perrier arôme. Il s’essaie aux classiques et là, banco ! La marque adore et lui donne l’ensemble de la collection à redessiner.

latlas perrier inspired by street art artiste edition limitee 2015 design photo by United States of Paris
La patte graphique de L’Atlas : des labyrinthes calligraphiques inspirés par les arts traditionnels arabes et orientaux. Il s’est formé auprès d’artistes réputés en Égypte, au Maroc et en Chine.
Toujours géométrique, sur toiles ou murs, son art devient spectaculaire quand il s’attaque à des espaces hors-normes. Sur une place ou lors de la résidence aux Bains Douches en 2013.

latlas perrier inspired by street art edition limitee 2015 design Capitole Toulouse 2012 plein Photo by LAtlas
Photo by L’atlas

La conception du design de la collection Perrier Inspired by street art a nécessité un an de travail, pour un résultat en total adéquation entre le style de L’Atlas et de la marque à bulles : la  cannette fine de 33 cl est vraiment accrocheuse vous ne trouvez pas ?

latlas artiste graffiti perrier inspired by street art edition limitee 2015 bouteille design photo by United States of Paris
Visuel made by USofParis avec Perrier®

Autour de ce travail et durant ces mois d’octobre et de novembre, l’artiste va parcourir le monde pour réaliser des performances autour des éléments naturels : le feu à Séoul, l’air à New York, la terre à Mexico City et l’eau à Paris. L’Atlas et son équipe vidéo et photo investiront donc ces quatre villes pour concevoir des oeuvres prenant la forme d’un Land Art.
Une invitation à découvrir son travail grandeur nature.

Share

Paris Sketch Culture en solo show à la Galerie Le Pari(s) Urbain

Nous avons croisé notre premier marin à barbe blanche et à musculature assurée, un soir d’été à la Cité de la Mode et du Design. Cet homme nous a piqué la curiosité. Pour découvrir le travail de l’artiste Paris Sketch Culture, RVD sans attendre à la Galerie Le Pari(s) Urbain jusqu’au 19 septembre.

French sailor - marin français by Paris Sketch Culture Raphael Federici Cité de la Mode et du Design graffiti street art wall photo de nuit by United States of Paris blog

Depuis ce soir-là, nous avons rencontré plusieurs de ces hommes de profil sur les murs de Paris. Enigmatiques, silencieux ou presque, certains sont plus menus que d’autres. Ils sont tous l’oeuvre de l’artiste Raphaël Federici qui devient Paris Sketch Culture quand il taquine les murs ou les vitrines de pâtisserie abandonnée.
Et ce qui frappe c’est la technique utilisée. Il mixe aussi bien peinture que collage et ne cherche pas à reproduire à l’infini la même formule d’une rive à une autre, comme certains. Si bien que partir à la recherche de ces créations réserve toujours une surprise au détour d’une rue.

French-sailor-marin-barbu-et-français-by-Paris-Sketch-Culture-Raphael-Federici-Patisserie-Rue-Volta-graffiti-street-art-wall-street-photography-by-United-States-of-Paris-blog
Le jeune homme est dessinateur, directeur artistique et donc street-artiste. Il se frotte aussi bien au graphisme, à la mode, qu’au tatouage et à la sculpture.
La Galerie Pari(s) Urbain présente actuellement une large sélection d’oeuvres : dessins, sculptures sur bois, huiles sur toile et sérigraphies. Toutes les techniques sont maitrisées et méritent une visite.
Ca hurle, ça fighte ou ça se bidonne avec les icônes de la culture contemporaine.

Pink-French-Sailor-by-Paris-Sketch-Culture-Raphael-Federici-graffiti-street-art-wall-street-photography-by-United-States-of-Paris-blog

A ne pas rater : la dédicace du samedi 5 septembre. L’occasion d’échanger et d’en savoir plus sur l’origine de ces marins et de repartir avec un beau dessin sur un support plutôt original (à découvrir sur place).

Flyer Feue ma France expo solo by Paris Sketch Culture Raphael Federici dessin original Rendez la nous street art graffiti wall art Galerie Le Paris Urbain

Paris Sketch Culture, Feue ma France

expo à la Galerie Le Pari(s) Urbain
51, rue de l’Echiquier
75010 PARIS
Tél. 01 42 46 37 84

jusqu’au 19 septembre 2015
du mardi au samedi de 14h à 19h

Dédicace le samedi 5 septembre de 14h à 19h !

Share

NUIT BLANCHE 2014 à Paris : street-art – installations évolutives et diner d’anniversaire – Galerie Photo

Cette année encore, le programme de la Nuit Blanche réserve un pur concentré de propositions artistiques qui vont vous transporter tout au long de cette nuit.
Belle surprise cette année : le street-art est à l’honneur à travers de nombreuses oeuvres dont le point d’orgue est la Halle Freyssinet dans le 13e.

Le directeur artistique de cette édition, José-Manuel Gonçalvès a voulu ouvrir à cet événement incontournable de nouvelles perspectives, en envahissant de nouveaux quartiers (le 13e en tête) et quittant progressivement le centre ville de Paris.

Nuit-Blanche-2014-carte-Blanche-Jef-Aérosol-portrait-graffiti-street-art-installation-Halle-Freyssinet-photo-by-United-States-of-Paris-blog

Première étape de notre parcours : l’Open Musée street-art contemporain avec la carte blanche de l’artiste culte des murs parisiens, Jef Aérosol.

Dan-23-work-in-progress-street-art-graffiti-mur-Nuit-Blanche-2014-Halle-Freyssinet-carte-blanche-Jef-Aérosol-photo-by-United-States-of-Paris-Blog

A ses côtés, d’autres valeurs sûres et de jeunes talents pour un face à face bluffant avec Brusk, Dan 23, Jean Faucheur
A la sortie de ce premier décor en friche, la rue reprend ses droits à vous offrir des perspectives impressionnantes, comme ce mur phosphorescent de SpY.

Im-not-a-real-artist-by-Spy-street-art-spain-mur-Rue-du-Chevaleret-Nuit-Blanche-2014-Paris-United-States-of-Paris-blog
De nombreux murs d’immeubles, des escaliers s’offrent au regard des plus curieux et des passionnés.
Aucune proposition ne ressemble à sa voisine. Le dépaysement est total.

Deuxième point de ralliement pour les noctambules : la petite ceinture du 15e, dont l’entrée Place Balard risque fort d’être très fréquentée.
Attendez-vous à vivre l’un de plus beaux moments poétiques de la soirée. L’artiste Yoann Bourgeois va jouer avec l’apesanteur lors d’une performance sur trampoline d’une réelle grâce.
Ce sera court forcément, mais suffisamment intense pour vous faire chavirer.

Installation-les-Vraissemblances-by-Mark-Jenkins-americain-street-art-Petite-Ceinture-15e-Nuit-Blanche-2014-Paris-blog-United-States-of-paris
Après cette introduction, face à face avec les silhouettes énigmatiques de Marks Jenkins, avant de devenir spectateur-voyeur d’un diner d’anniversaire, orchestré par Mateo Maté. Une soirée avec des invités laquelle vous n’êtes pas réellement conviés.

A-moveable-Feast-by-Mateo-Maté-spain-diner-danniversaire-Petite-Ceinture-15e-Nuit-Blanche-art-installation-photo-by-United-States-of-paris-blog

Devant le Panthéon, alors que l’installation de JR se fait plus discrète la nuit venue, une oeuvre impressionnante pourrait bien vous faire revenir au cours de la nuit, car difficile d’en croire nos yeux.

La Transumante by Johann Le Guillerm installation de bois performance place du Panthéon nuit blanche 2014 paris parcours Ceux qui nous sommes photo blog United States of paris blog

La Transumante de Johann Le Guillerm, circassien de son état, est une oeuvre évolutive qui se construit et reconstruit à la force du bras, en continu. De grands morceaux de bois blancs forment une sorte de sculpture qui ne va cesser d’évoluer toute la nuit, et surtout de se mouvoir dans l’espace urbain.
La-Transumante-by-Johann-Le-Guillerm-installation-de-bois-performance-place-du-Panthéon-nuit-blanche-2014-paris-photo-by-United-States-of-paris-blog

Conseils :

1-  Mini Burble une installation monumentale de 300 ballons LEDs multicolores est accessible à tout le public qui souhaite interagir avec la proposition du collectif Umbrellium. Rendez-vous sur le Parvis de l’Hôtel de ville s’annonce. Attention courte durée : de 21h à 2h du matin

 Mini Burble Paris by Umbrellium design Samsung Parvis de l'Hôtel de Ville Paris Nuit Blanche 2014 photo by United States of Paris blog

Installation-Mini-Burble-Paris-by-Umbrellium-design-Samsung-300-ballons-avec-LEDs-multicolores-Parvis-de-lHôtel-de-Ville-Paris-Nuit-Blanche-2014-photo-by-United-States-of-Paris-blog

 

2 – Du street-art encore ! Dans le marais et en photo et graff sur mur. Rendez-vous à partir de 21h à La Vitrine 8 bis rue Pecquay 75004 avec l’intervention du Lab 7

Scratching-the-surface-by-Vhils-portugal-street-art-portrait-on-wall-Hôpital-Necker-enfants-malades-paris-Nuit-Blanche-2014-photo-by-United-States-of-Paris-blog3 – si vous allez voir les 3 superbes murs gravés à coups de marteau piqueur par le portugais Alexandre Farto, alias Vhils à l’Hôpital Necker – Enfants Malades, ne perdez pas trop votre temps à vouloir jeter un oeil dans l’oeuvre de Hyperfocus des Frères Chapuisat. Le résultat pourrait vous décevoir face à l’attente : passage une personne à la fois.

Le programme complet de la Nuit Blanche 2014 est à retrouver sur le site officielquefaire.paris.fr/nuitblanche

Share

PHOTO DU MOIS #29 : sourire

Chaque mois, les bloggers et bloggeuses qui participent à La Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants, le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Le sujet du mois proposé par Laurent Nicolas est : sourire.

L’un des plus beaux sourires est sans doute celui de M. Chat, généreux trublion jaune des rues et création de Thoma Vuille. Celui-ci nous ne l’avons pas attrapé à Paris, mais à Lille.

M. Chat by Thoma Vuille sourire smilegraffiti street art wall Le Tri Postal Lille

 

Vite vite, maintenant un petit tour des autres blogs pour connaître les idées de nos camarades :
Nanouk, La Dum, Lau* des montagnes, Renepaulhenry, Testinaute, Krn, MissCarole, Marie, Cricriyom from Paris, Autour de Cia, Rythme Indigo, KK-huète En Bretannie, Mimireliton, Claire’s Blog, DelphineF, Eva INside-EXpat, Photo Tuto, Cécile Atch’oum, Nie, Elsa, Elodie, Vanilla, Fanfan Raccoon, Les Filles du Web, Sephiraph, Zaza, princesse Emalia, El Padawan, Akaieric, La Fille de l’Air, Woocares, Blogoth67, Crearine, Pilisi, Xoliv’, Lavandine, A’icha, eSlovénie, Mahlyn, Céline in Paris, Sandrine, Kantu, A chaque jour sa photo, BiGBuGS, Tataflo, Marmotte, Philae, Louisianne, Lavandine83, Marianne, Morgane Byloos Photography, Laurent Nicolas, The Parisienne, Arwen, Agnès, Nicky, Isaquarel, Aude, Brindille, Anne, Chat bleu, Laulinea, Dame Skarlette, Ava, Dr. CaSo, MauriceMonAmour, Guillaume, Un jour, une vie, Maria Graphia, La Berlinoise, Agathe, Salon de Thé, Alban, Les bonheurs d’Anne & Alex, Frédéric, Gilsoub, Cécile – Une quadra, Annick, Pixeline, Calamonique, Thalie, Alice Wonderland, Sylvie, Isa ToutSimplement, Josiane, Homeos-tasie, Champagne, hibiscus, Christophe, magda627, Giselle 43, La Nantaise à Paris, Bestofava, Lyonelk, Galinette, Blue Edel, Lucile et Rod, Ann, Julia, François le Niçois, Memories from anywhere, Cara, Mamysoren, Laurie, Gizeh

Share

IN SITU ART FESTIVAL – Le nouveau spot street art au Fort d’Aubervilliers avec Dan23, Jef Aérosol, FKDL, David Walker… PROLONGATIONS

Alors que le bâtiment des Magasins Généraux à Pantin – spot street-art gigantesque – ont débuté leur mue et que la Tour Paris 13 n’est plus qu’un tas de graviers, l’actu graff, wall art et #graffitiporn est en pleine effervescence à Aubervilliers.

La première édition de l’In Situ Art Festival a offert pendant plusieurs semaines un terrain d’inspirations et d’exploration idéal pour les street-artistes de la scène nationale et internationale qui ont donné libre cours à leur talent sur les murs, voitures et autres parking. BONNE NOUVELLE : le site rouvre tous les week-ends de septembre !

Graffiti-car-by-TAP-93-MC-street-art-In-Situ-Art-Festival-Fort-dAubervilliers-photo-United-States-of-Paris-blog

L’immersion débute par un chemin caillouteux bordé d’herbes longues et de plots customisés par Le Cyklop.
Les premiers murs se laissent deviner. Les premiers graffs interpellent dans ce no man’s land.
Les murs ne sont pas tombés mais les bâtiments ont été vidés de toute activité et présence humaine.
What-Kind-of-Cool-Will-We-Think-of-Next-by-Dan-23-street-art-graffiti-In-Situ-Art-Festival-Fort-daubervilliers-photo-United-States-of-Paris-blog

Joe-Stummer-The-Clash-band-by-Jef-Aérosol-street-art-graffiti-In-Situ-Art-Festival-Fort-Aubervilliers-photo-United-States-of-Paris-blog
Il n’en fallait pas plus pour motiver une association de doux dingues et passionné à préparer son coup à l’abri des regards curieux, en convoquant pas moins de 50 artistes dans ce terrain vague.
L’étalage des noms est impressionnant : Jef Aerosol, Levalet, Dan 23, David Walker, FKDL, Jana & JS
Des noms émergents aussi comme 13Bis, H101 de Barcelone, 93MC, BToy, Michael Beerens

Collage-by-Treize-Bis-street-art-In-Situ-Art-Festival-Fort-d-Aubervilliers-photo-United-States-of-Paris-blogHcientouno-H101-Barcelona-street-art-graffiti-and-Le-Cyklop-In-Situ-Art-Festival-Fort-d-Aubervilliers-photo-by-United-States-of-Paris-blogTous les styles sont dans la nature de cet événement. Du street-art ou collage naïf, sans réelle ambition, à la composition sur parking qui ne se découvre que vue du ciel, bluffant.
Les carcasses de voitures ont inspiré de belles facéties. Trouveront-elles leur place dans le hall d’une grande entreprise ou dans le living-room d’un PDG ? La question reste en suspend pour le moment.

Wall-by-Jana-and-JS-street-art-graffiti-pochoir-In-Situ-Art-Festival-Fort-d-Aubervilliers-photo-United-States-of-Paris-blogWall-by-Faucheur-and-Gilbert-Mazout-graffiti-street-art-In-Situ-Art-Festival-Fort-d-Aubervilliers-photo-United-States-of-ParisLieu éphémère, ce décor a fermé ses portes le 27 juillet dernier avec son lot de frustrés qui n’auront pas trouvé le temps de passer le périph’ et les autres venus en bande avec leur meilleur objectif histoire de garder en archives cette nouvelle aventure de la scène street-art du Grand Paris.

Wall-by-Sixo-street-art-graffiti-In-Situ-Art-Festival-Fort-d-Aubervilliers-photo-United-States-of-Paris-blogFortress-by-Dan23-street-art-graffiti-car-In-Situ-Art-Festival-Fort-d-Aubervilliers-photo-United-States-of-Paris
IN SITU ART FESTIVAL

Réouverture exceptionnelle en septembre !

samedi et dimanche de 14h à 19h30

Le Fort d’Aubervilliers
174, Avenue Jean Jaurès
93300 Aubervilliers

Métro ligne 7 station Fort d’Aubervilliers, sortie 1

Share