Archives par mot-clé : théâtre

Saloon du Cirque Eloize : audace musclée au Far West ! @ 13ème Art

Après nous avoir fait palpiter la saison dernière avec Cirkopolis, le Cirque Eloize nous transporte dans son délirant Saloon monté de toutes pièces au 13ème Art Théâtre à Paris.
Tout est possible : des cabrioles à n’en plus finir, des grands écarts, des portées, des voltiges, des bagarres, de l’amour, une course-poursuite… 

Cirque Eloize

Le Cirque Eloize a l’art de savoir captiver son public d’un bout à l’autre de la soirée.
Le rythme est bien sûr frénétique avec des numéros bluffants, jubilatoires et totalement maitrisés. Mais il y a aussi des moments au coin du feu, des instants qui échappent à la frénésie. Ces derniers sont courts mais ça fait du bien aussi.

L’ensemble de cette création s’adapte à l’univers du Far West Américain et à celui des cowboys. Du décor en bois, à la musique country-folk, aux costumes et aventures sur la piste.

Cirque Eloize

Dans ce Saloon, les numéros sont tous excellents et inventifs.
L’acrobate qui s’envoie en l’air à la force des bras avec ses sangles réalise en fait un rodéo imaginaire sur un cheval qui ne tient pas en place.
La course-poursuite se passe sur un train dont le wagon de tête est un piano. Et un duel entre hommes se fait à la force de sauts et de jeux d’équilibre sur une bascule.

Dans ce décor, une histoire d’amour arrive même à naitre, non sans difficulté. Mais c’est cela qui est palpitant !

Cirque Eloize

Saloon
du Cirque Eloize

mise en scène : Emmanuel Guillaume
avec Nathan Biggs-Penton, Andreas de Ryck, Rosita Hendry, Guillaume Larouche, Camille Leclerc, Giovanni Maldonado, Joana Martinho, Trevol Pool, Meghane Poulet, Johan Prytz, Paul Roberto et Owen Winship 

jusqu’au 6 janvier 2018

@ Le 13ème Art Théâtre 
Centre commercial Italie 2
Place d’Italie
75013 PARIS

du mercredi au samedi à 21h
matinées le samedi et le dimanche à 16h
Représentation supplémentaire le 31 décembre

Image de prévisualisation YouTube
Share

Le Parcours du Roi : immersion royale dans le Versailles du XVIIIe

Le Parcours du Roi offre un Château de Versailles libéré des hordes de visiteurs, touristes et autres passionnés d’histoire de France. La nuit tombée, les samedis de décembre émerveillent à travers une visite-spectacle immersive et exceptionnelle.
Entre concert impromptu, démonstration de danse dans la Galerie des Glaces, numéro de magie ou encore duel au fleuret, les salles du Château du Versailles se dévoilent aux téméraires, de la plus belle des manières.

Parcours du roi

Plus d’une heure de spectacle

Accueillis par des aboyeurs royaux, les portes du Château de Versailles version nocturne s’ouvrent à nous. Les costumes sont chatoyants et gracieusement ornés.

Parcours du roiParcours du roiEn plus d’une heure de déambulation, on peut toucher une partie  de la vie de cour du 18e siècle.
Les personnages sont travaillés, les expressions restent du grand siècle. Entre chaque représentation, les spectateurs déambulent dans les appartements royaux qui se montrent sous des lumières parfois un peu blafarde.

Dans la Galerie des Glaces, des danseurs entament menuet et autres danses avec en introduction la Marche pour la cérémonie des Turcs de Lully. Les costumes sont richement décorés et les pas de danse maitrisés.

Parcours du roi
Un instant musical suspendu qui nous plonge aussi dans cette vision particulière des confins du monde du temps de Louis XIV.

Dans une autre pièce, on croise le Grand Mamamouchi. Ce dernier joue de ses pouvoirs magiques et d’un humour un peu décalé pour le lieu. Un instant de complicité bien pensée.

Parcours du roi

Après avoir traversées les salles dédiées à l’exposition Louis Philippe, la foule fait masse autour d’une scène de duel improvisé.
Alors, les deux bretteurs font tinter l’acier de leur fleuret en un combat pour l’honneur. Homme contre femme, c’est une lutte singulière qui nous offerte.

Parcours du roi

Suite à cette joute à l’issue originale, petits et grands pourront rencontrer Louis XIV, reconverti en Père Noêl.
Et nous avons été touchés par sa gentillesse extrême et une douceur dans la voix qui nous a fait nous replonger dans une enfance et une magie de Noël, pas si lointaine.

Parcours du roi

Le Parcours du Roi

Tous les samedis
jusqu’au 29 décembre 2018


Séance à 18h, 18h20, 18h45, 19h10 et 19h35
de 30 à 45 €

au Château de Versailles

Place d’Armes
78000 Versailles

Share

Kiss & Cry à La Scala : entre poésie et douce mélancolie



«La poésie est mémoire, mémoire de l’intensité perdue». Grâce à cette citation de Yves Bonnefoy, nous captons l’essence même de la création Kiss & Cry présentée en ce mois de décembre à La Scala Paris. En effet, cette performance hybride au style propre explore avec éloquence cette sensation nécessaire, aussi vibrante que pesante dont nous ne pouvons nous défaire : le souvenir. 

Dès notre arrivée, la scène interroge. Nous avons l’impression d’être en coulisses. Alors, à côté de caméras se mêlent un aquarium, une maison de poupée ou encore un circuit de train électrique. Et, trônant au dessus de tout ça, un grand écran blanc, vide.

Kiss & Cry

Lorsqu’il s’allume, voix off, vue sur un décor de gare avec une femme, seule. Elle s’appelle Gisèle. Nous apprenons qu’en voyant défiler les trains, elle se rappelle le délicieux moment où, pour la première fois, elle s’est mise à aimer… L’unique souvenir de cet instant précieux se résume à une main. Mais aujourd’hui encore, il résonne en elle. Suivront ensuite quatre histoires à la durée, à l’intensité ou à l’impact différents. Débute alors devant nos yeux un tendre voyage au plus intime de sa mémoire…

Comme un hommage à ce premier amour, ce sont les mains qui s’expriment. Passés les premiers sourires, nous sommes étonnés et saisis. Ainsi, il se dégage volupté, grâce et profondeur de ces membres dansants et virevoltants dans un délicieux ballet. Accompagnés de musiques judicieusement choisies, nous vibrons avec ces corps s’aimant un temps, se séparant ou se retrouvant…

Kiss & Cry

Un style inédit

Le fait que les scènes soient filmées devant nous, en direct, rend chaque représentation unique et atypique. C’est fascinant de distinguer le rendu de l’œuvre pendant sa création. Deux moments, deux perceptions, deux effets, à nous de choisir si nous préférons observer les coulisses plutôt que l’écran !

En réalité, il est assez difficile d’exprimer par écrit le ressenti de cette expérience totalement innovante. Car clairement, Kiss & Cry n’est pas du genre à s’expliquer, il se vit ! Et ce soir-là, au vu de la durée des applaudissements, aucun doute que le spectacle en a fait vivre plus d’un… 😉

Bonus : Vous avez aimé Kiss & Cry ? Découvrez le reste de la trilogie avec Cold Blood et AMOR à partir de janvier à La Scala !

by Jean-Philippe 

Image de prévisualisation YouTube

Kiss & Cry

De Michèle Anne De Mey et Jaco Van Dormaelen
création collective avec Grégory Grosjean, Thomas Gunzig, Julien Lambert, Sylvie Olivé, Nicolas Olivier, Michèle Anne De Mey, Gregory Grosjean

Jusqu’au 31 décembre 2018

du mardi au samedi à 21h
matinée le dimanche à 15h

à La Scala Paris 
13, boulevard de Strasbourg
75010 Paris
Tél. : 01 40 03 44 30

 

Share

L’ordre des choses à la Michodière : recomposition familiale totalement rock

Alors que notre vie couple semble en parfait équilibre, une petite poussière peut tout faire valdinguer. C’est ce qui arrive dans L’ordre des choses au Théâtre de la Michodière.
Un trio juste (Gérard Darmon, Vincent Desagnat et Pascale Louange) porte un texte qui pourrait sembler léger mais qui ne manque pas d’épaisseur.

ordre des choses

Comment réagiriez-vous si un grand gaillard de 38 ans débarquait chez vous et affirmait être votre fils, preuve à l’appui ?  Surtout quand vous essayez depuis 10 ans de faire un enfant avec votre compagne et que vous n’y arrivez pas.
C’est ce qui arrive à Bernard et Juliette qui se retrouvent face à Thomas venu revendiquer sa filiation.
Est-ce un imposteur ou un potentiel rival amoureux. Est-ce le début d’un trio de vaudeville ?

Une pièce tout en équilibre

Sur scène, les acteurs sont parfaitement justes.
Gérard Darmon (Bernard) semble ne pas jouer. Il file à merveille la partition du mari qui se découvre un fils. Il jongle avec les situations, alternant demi-mensonges, demi-vérités et moments de sincérité folle.

ordre des choses
Pascale Louange (Juliette) reçoit cette nouvelle avec le plus de recul possible. De la surprise à la colère, elle ne peut entrer dans la folie et la surenchère des deux rôles masculins.
Vincent Desagnat est parfait, à tel point que l’on se demande durant une bonne partie de la pièce si ce n’est pas un imposteur. Pour celles et ceux qui  ne l’ont jamais vu sur scène, vous découvrirez un formidable comédien qui mérite d’autres beaux rôles au théâtre.

Dans cette pièce de Marc Fayet, toutes les situations s’enchainent à merveille. Les rebondissements et les secrets se dévoilent sans grosse ficelle. Les personnages évoluent subtilement.

« Au début, on devait faire du air guitar !« 

C’est ce que nous confie Gérard Darmon lors de notre rencontre après la pièce. En effet, au début du 3e acte, Bertrand et Thomas se lancent dans un moment épique de rock.

ordre des choses
« On joue vraiment de la guitare sur scène ! «  confirme Vincent Desagnat.
Et l’auteur Marc Fayet de rajouter : « Le fait que la pièce soit si rock c’est une volonté du metteur en scène, Richard Berry. Ce côté rock n’était pas si important à l’écriture. Il vient d’un travail de mise en scène et je sais l’importance pour le metteur de scène de créer son univers. »

Et ce travail d’adaptation a été une des clefs pour que Gérard Darmon participe à cette création. « J’ai dit oui parce que c’est bien écrit, parce que c’est un thème actuel, contemporain. Mais aussi parce que l’auteur est vivant. Et aussi parce que c’est Richard Berry qui mettait en scène. »

ordre des chosesC’est un peu la même chose pour Vincent Desagnat : « Quand on m’a contacté et qu’on m’a dit que c’était Berry et Darmon, je n’ai pas pu dire non. » Une chance de plus pour lui qui ne cache qu’il « n’a pas beaucoup d’expérience au théâtre. Alors j’apprends tous les soirs. Et plus ça va, plus ça me donne de plus en plus envie de jouer. »

Cette pièce de Marc Fayet, portée par trois acteurs au diapason, vous fera basculer du rire à l’émotion en quelques répliques.
Rendez-vous à La Michodière !

ordre des choses

L’ordre des choses

une pièce de Marc Fayet
mise en scène : Richard Berry
avec Gérard Damon, Vincent Desagnat, Pascale Louange

au Théâtre de la Michodière
4 bis Rue de la Michodière
75002 Paris

Jusqu’au 6 janvier 2019

du mardi au samedi à 20h30
matinée : le samedi à 16h30 et dimanche à 15h30

Share

La Goulue magistralement incarnée par Delphine Grandsart

Elle a été croquée par l’un des plus grands artistes du XIXe siècle, Toulouse-Lautrec. Elle a eu une vie aussi folle que dure, un tempérament enflammé et un cœur écorché.
Delphine Grandsart nous fait rencontrer une femme, artiste de scène, allumeuse, provocante : Louise Weber dite La Goulue.
La comédienne a chaque parcelle de son corps habitée par cette personnalité d’un autre siècle. Fascinant !

Louise Weber

La salle voûtée avec pierres apparentes de l’Essaïon Théâtre se prête idéalement à l’évocation de la vie de La Goulue.
Le spectacle débute par la fin, la misère, l’oubli, la vieillesse de ce personnage incontournable de la vie de Montmartre. Une figure effacée qui apparaît dans une sorte de clair-obscur, la voix éraillée, mais l’esprit toujours aussi vif.
Et l’on remonte le temps avec La Goulue brillamment incarnée par Delphine Grandsart qui pousse aussi la chanson, accompagnée à l’accordéon.

Les changements d’époque sont fluides, on comprend vite les fêlures, les douces illusions mais aussi le force qui irriguaient le corps entier de La Goulue.

On se laisse emporter dans cette évocation intense et rythmée de la vie d’une artiste, d’une muse qui a brillé et que Paris ne peut oublier.
Un portrait aussi touchant, joyeux qu’original.

Delphine Grandsart a reçu le Prix de la meilleure interprète féminine aux Trophées de la Comédie Musicale 2018.

Louise Weber

Louise Weber dite La Goulue

un spectacle musical avec Delphine Grandsart
avec Matthieu Michard à l’accordéon
auteure : Delphine Gustau

à l’Essaïon Théâtre
6, rue Pierre au Lard
75004 Paris

les vendredis et samedis à 21h30

du 9 novembre au 19 janvier 2019

Prolongations pour cause de succès :
du 1er février au 30 mars les vendredi et samedi à 21h30
du 15 avril au 25 juin les lundi et mardi à 21h30

FB officiel du spectacle : louiseweberditelagoulue

Image de prévisualisation YouTube
Share

HARD : une catho dans le porno au Théâtre de la Renaissance !

Culte la série de Canal + initiée à l’époque par Bruno Gaccio, en charge de la Nouvelle Trilogie !
Hard c’est l’histoire d’une veuve qui découvre que son époux menait une vie pro plus inhabituelle que prévue.
Original de plonger, au théâtre, dans l’univers du porno, à bout de souffle car mis à mal par l’hégémonie des internets, avec une galerie de personnages désopilante.

Hard
photo Charlotte Spillemaecker

Hard : plus dure est la révélation

Ce qui est dur c’est aussi bien le deuil quelque peu malmené de Claire que le cadre dans lequel elle va plonger, suite à la disparition de son bien-aimé.
Une catho dans le porno ! La situation est poilante d’autant que c’est la belle-mère qui est en charge de révéler l’innommable à la veuve.
S’ensuit le choc d’une vie : découvrir un monde inconnu, avec ses codes, son vocabulaire, ses extrêmes et ses personnalités : Roy la poutre, en tête !

Hard

photo Charlotte Spillemaecker

Une farce avec double péné

Il est évident que Nicolas Briançon n’a pas boudé son plaisir de metteur en scène pour diriger ses comédiens dans ce joyeux bordel où une histoire d’amour peut naître.
Chaque personnage a de la profondeur malgré les apparences. La veuve n’est pas qu’une catho effarouchée. Les acteurs porno ne sont pas à prendre seulement pour ce qu’ils sont : des corps objets.

Hard

photo Charlotte Spillemaecker

Distribution réjouissante

De François Vincentelli qui impose en hardeur au cœur tendre à Claire Bonotra bigotte ne manquant pas d’audace.
Nicole Croisille est pétillante en lesbienne du 3e âge, Stephan Wojtowicz génial en tenancier bourru. Isabelle Vitari campe quant à elle une divine manipulatrice.
Et total respect pour Charlie Dupont qui assure la performance non pas que physique mais surtout labiale en jouant avec un improbable accent sud-américain.

Hard une fantaisie pure qui fait valser les clichés qui peuvent coller aussi bien au porno qu’à la comédie populaire.

 

Hard

adaptation de Bruno Gaccio
mise en scène Nicolas Briançon
avec Claire Bonotra, François Vincentelli, Nicole Croisille, Charlie Dupont, Isabelle Vitari, Stephan Wojtowicz

au Théâtre de la Renaissance
20 Boulevard Saint-Martin
75010 Paris

du mardi au samedi à 21h
matinée : samedi et dimanche à 16h30

Image de prévisualisation YouTube
Share

Chapitre XIII : le grand guignol flamboyant de Sébastien Azzopardi

Sébastien Azzopardi renouvelle sa folie créative avec Chapitre XIII, une pièce démoniaque et drôle avec des meurtres particulièrement atroces, de l’hémoglobine, de la tension, des pointes de magie, de la sueur (les comédiens se donnent à fond), le tout dans un monastère.
Chapitre XIII c’est du grand guignol, des coups de sang, Seven (le film) avec les moyens du théâtre privé.
Deux heures inventives, haletantes et pleines de dérision sur la scène du Théâtre Tristan Bernard.

Chapitre XIII

Chapitre XIII : un écrivain, des meurtres

Sébastien Azzopardi est en quelque sorte le Michalik du suspense. Avec Chapitre XIII, il entremêle plusieurs récits en un seul. Attention, le début peut être un poil éprouvant, ça parle de Cathares, de religion, d’exécution… et d’un coup on est projeté dans notre siècle.
Toutefois, le récit nous happe suffisamment pour nous donner envie de suivre un jeune écrivain, Franz qui a l’imagination débordante.

Sébastien Azzopardi a le don de faire déborder la tension de la scène. Les comédiens ne restent jamais en place. Et l’hémoglobine non plus. C’est ça qui nous plaît aussi ! C’est grand guignol, décalé, kitsch assumé et inventif. La mise en scène ne souffre d’aucun temps mort.
Azzopardi aime jouer avec les spectateurs, leur proposer des vrais instants potaches, les surprenant au détour d’une rangée.

Chapitre XIII

Chapitre XIII
photo de Fabienne Rappeneau

L’autre atout ce sont les comédiens qui incarnent tous plusieurs rôles au cours de la soirée. Ils changent de costume, de registre avec brio. Donnant encore plus de rythme à l’action.
On imagine les contraintes pour que cet ensemble soit à son apogée chaque soir. Un accessoire oublié et c’est le récit qui dérouillera.

Sébastien Azzopardi aime nous faire peur au théâtre et nous on adore se flipper (et aussi rire) avec lui.
Et on avoue devant Dieu que c’est un vrai plaisir de retrouver un de nos chouchous : Alexandre Jérôme.

Chapitre XIII

Chapitre XIII

de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino
misée en scène : Sébastien Azzopardi
avec Thomas Ronzeau, Tadrina Hocking, Patrice Latronche, Alexandre Jérôme, Marica Soyer, Philippe De Monts

au Théâtre Tristan Bernard
64, rue du Rocher
75008 PARIS

du mardi au samedi à 21h
matinée : samedi à 16h

Share

La Légende d’une vie : Natalie Dessay, Macha Méril vibrantes

L’amour peut faire aussi bien des ravages qu’être la source de profonds bonheurs. Et c’est encore plus vrai sur la scène du Théâtre Montparnasse.
La Légende d’une vie conte de manière admirable l’impossible héritage, la folie de la filiation, les ravages d’un secret de famille, la vie dans ce qu’elle a de plus beau et de plus tragique à la fois.
La distribution est remarquable : Natalie Dessay, Macha Méril, Gaël Giraudeau, Bernard Alane et Valentine Galey.

la légende d'une vie

Un douloureux héritage

On croirait à un caprice ! Frederich, jeune auteur de poésie, ne veut pas assister à la lecture de son texte par un comédien pourtant connu. La tradition de la mise en scène de son œuvre est héritée de son père, illustre écrivain.
La mère Frederich se débat pour le faire réagir, prendre conscience de ses obligations. L’ami de famille, éditeur, essaie d’apaiser à la fois la mère et le fils.
La tension est palpable, le désarroi aussi.
La cohésion familiale ne tient qu’à un fil. Une visiteuse vient définitivement bousculer la maison et tout ce qu’elle contient. Le choc est violent et révélateur pour chaque personnage.
S’ensuit une quête de sens et de vérité palpitante.
Le texte de Stefan Zweig est fort. Il porte en lui des vérités sur l’amour, la fidélité, l’idéalisation, la famille…
Et ça fait brillamment écho en nous, en moi.

La légende d'une vie

la légende d'une vie

Natalie Dessay, Macha Méril

L’incarnation de ces personnages tiraillés par les non-dits, le poids du passé, le jeu de la représentation en Autriche, en 1919 est virtuose.
Natalie Dessay et Macha Méril sont dans une rivalité incroyable qui atteint son apothéose à la toute fin de la pièce rendant palpable les liens qui les ont unies, par le passé.
Gaël Giraudeau incarne avec excellence le tiraillement, l’envie d’émancipation de la figure paternelle et la quête de sens.
Bernard Alane est d’une classe folle. A la fois complice d’un terrible secret, à l’écoute de tous et toutes, mu par son besoin de sincérité.
Quant à Valentine Galey est dans la bienveillance et la discrétion.

PS : Et quel bonheur de pouvoir voir Natalie Dessay à une telle distance alors qu’il était quasi impossible de l’admirer dans ces conditions dans son autre vie, celle d’interprète d’opéras.

La légende d’une vie

de Stefan ZWEIG
Traduction Jean-Yves GUILLAUME
Adaptation Michael STAMPE
Mise en scène Christophe LIDON

Décor Catherine BLUWAL
Costumes Chouchane ABELLO-TCHERPACHIAN
Musique Cyril GIROUX
Lumières Marie-Hélène PINON

Avec Natalie DESSAY, Macha MÉRIL, Bernard ALANE, Gaël GIRAUDEAU et Valentine GALEY

au Théâtre Montparnasse
31 Rue de la Gaîté
75014 Paris

du mardi au samedi à 20h30
Matinées : samedi à 17h et dimanche à 15h30

Share

Misery au Théâtre Hébertot : Myriam Boyer – Francis Lombrail percutants

Œuvre culte de Stephen King, Misery est portée à la scène Daniel Benoin.
Il faut du cran pour oser s’attaquer à une histoire connue de beaucoup.
Myriam Boyer campe une infirmière double face, implacable et manipulatrice, mais aussi groupie et légère. Face à elle, Francis Lombrail est cet écrivain accidenté qui tente tant bien que mal de survivre au pire.
Tensions garanties tous les soirs au Théâtre Hébertot.

Misery

Misery, film culte et pièce

Qui ne connaît pas le film ? La tension, l’insoutenable scène où cette infirmière « fan numéro 1 » d’un écrivain célèbre va faire preuve d’une terrible inhumanité sur cet homme qu’elle garde séquestré chez elle.
L’intérêt de retrouver ce récit aussi brillant que dérangeant, insoutenable que révélateur, est son duo de comédiens.
Myriam Boyer que l’on sait douce et souriante en dehors de la scène, se révèle implacable et tordue. Elle fait vraiment peur car on sent bien qu’elle est capable de tout. La transformation de la comédienne est à elle seule une raison de voir la pièce. Avec sa banane autour du ventre, sa robe des grands soirs, elle tranche avec la classe de l’écrivain célèbre qu’elle héberge.
Le jeu de Francis Lombrail tient aussi de la performance. Une partie du temps, il joue alité, l’autre partie, en fauteuil roulant. Le handicap qui peut paraître contraignant donne aussi de l’épaisseur au personnage. Il est à la merci d’une femme. Il doit aussi être capable de jouer sur plusieurs registres pour garder la vie sauve.

Misery

Mise en scène inventive

Daniel Benoin, le metteur en scène de Misery, est à l’origine de belles trouvailles pour maintenir cet état de tension dans les rangées du Théâtre Hébertot, chaque soir. D’abord, les transitions faites de montages vidéo clipés à mort et d’une bande musicale forte. Enfin, le décor qui joue de sa relative transparente, l’infirmière menaçante est toujours présente derrière la chambre-cellule de l’écrivain.
Enfin, le hors-champ est exceptionnellement montré, avec des caméras placées de manière à ce que l’on puisse voir l’action en dehors de la chambre.

A la sortie, certains spectateurs vérifient le nom de l’un des deux interprètes du film, « Comment elle s’appelle déjà la comédienne ? » Contre toute attente, Myriam Boyer et Francis Lombrail sont à la hauteur de nos attentes.

Misery

Misery

Une pièce de William Goldman d’après le roman de Stephen King
Adaptation française : Viktor Lazlo
Mise en scène : Daniel Benoin
Avec Myriam Boyer et Francis Lombrail

 

au Théâtre Hébertot
78 bis bld des Batignolles
75017 PARIS

du mardi au samedi à 21h
matinée dimanche à 15h

Image de prévisualisation YouTube
Share

Pourvu qu’il soit heureux : l’audace de Laurent Ruquier au Théâtre Antoine

Pourvu qu’il soit heureux est l’histoire d’un outing, un coming out forcé en une d’un magazine people.
Un parti-pris et une écriture originaux pour une pièce de théâtre qui aborde un thème et ses répercussions toujours bien d’actualité.
Une comédie écrite en contrepoint textuel pour deux comédiens : Francis Huster et Fanny Cottençon.

Durant leurs vacances en Bretagne, Maxime et Claudine découvrent en une de Voici leur fils Camille au bras d’un autre homme.
De quoi déstabiliser le couple. Surtout que leur fils est étudiant en médecine et qu’il n’est que le compagnon de la star outée.
Pourvu qu'il soit heureux

Un sujet difficile, un texte en demi-teinte

Pourvu qu’il soit heureux de Laurent Ruquier questionne le fait d’être parents d’un fils homo en 2018. L’angle de l’outing est plutôt novateur pour ce sujet.
Le texte pourrait facilement basculer dans le lourd, surtout avec l’habituelle propension de l’auteur à aimer les jeux de mots.
Et si on n’échappe pas à certains effets faciles, pour ce texte, Laurent Ruquier a mis la pédale douce dans la globalité. Certaines répliques sont bien amenées, voire même percutantes.

La construction du récit, en quatre actes, est audacieuse. Malgré tout, il n’y a pas d’équilibre formel entre eux. Les deux premiers montrent la réception de la nouvelle par les parents. Chacun prenant, tour à tour, le rôle de celui ou celle qui n’accepte pas cette nouvelle.
Un parti-pris qui peut déstabiliser.

Et si ces deux premiers actes laissent une bonne place à la comédie, les deux derniers sont plus dramatiques. Un tournant d’auteur à saluer pour Laurent Ruquier.
Et passer du rire à l’émotion n’est pas une mauvaise chose au théâtre.
Mais le tout manque d’une certaine homogénéité.Pourvu qu'il soit heureux

Une direction d’acteurs contrastée 

Francis Huster (Maxime) & Fanny Cottençon (Claudine) jouent une palette de réactions aussi contradictoires que touchantes face au coming out.
Mais la colère de Maxime, dans le premier acte, est déstabilisante car intermittente. Ce qui donne un Huster éteint lorsqu’il est silencieux et excessif dans la colère verbale. Un mode binaire qui finit par lasser d’autant que cette première scène est un peu longue.
La partition que joue Fanny Cottençon (Claudine) dans le deuxième acte, en mère choquée, est plus nuancée et maitrisée.
Quant à Louis Le Barazer (Camille), difficile de comprendre pourquoi son personnage apparaît si hautain et un peu antipathique au début du troisième acte. Son texte parfois trop moralisateur renforce aussi ce sentiment.

Pourvu qu’il soit heureux reste une rencontre touchante avec une famille ordinaire qui se trouve déstabilisée par une annonce, en apparence simple.
Mais en sortant du théâtre, se formalise le sentiment que la pièce n’est pas inaboutie. Elle aurait mérité d’être plus travaillée, plus subtile encore, surtout dans la partie dramatique.

Pourvu qu'il soit heureux

Pourvu qu’il soit heureux

de Laurent Ruquier
Mise en scène Steve Suissa
Avec Francis Huster, Fanny Cottençon et Louis Le Barazer

au Théâtre Antoine
14 boulevard de Strasbourg
75010 Paris

du mardi au samedi à 21h
matinées : le samedi et dimanche à 16h

Jusqu’au 30 décembre 2018

Share