Archives par mot-clé : théâtre

La putain du dessus : éveil salvateur d’être femme au Théâtre de la Huchette

Tout chemin menant à la liberté a un prix. La putain du dessus, c’est l’histoire d’une femme, Erato, qui l’apprend à ses dépens. Alors qu’arrive l’heure de l’insubordination après des années de souffrances et de violences, son mari décède. S’ensuit alors progressivement son émancipation avec énergie et humour piquant. Le Théâtre de la Huchette nous fait vivre la rébellion et l’épanouissement d’une femme affirmant simplement la juste place qu’elle mérite.

La putain du dessus

Erato nous accueille tout de noir vêtue, avec mantille, dans son appartement sens dessus dessous. Elle revient des funérailles de son époux, policier corrompu jusqu’à la moelle. Mais loin d’être peinée, un sentiment de soulagement semble se dégager de son être. Alors, en toute intimité, elle décide de nous dévoiler son vécu.

Des différents moments ponctuant sa vie semblent émaner un sentiment récurrent : sa soumission à l’homme. En effet, toute sa vie durant, ses choix ne furent pas pris en considération voire dénigrés. Par la suite, timidement et inconsciemment, Erato s’octroie quelques plaisirs égoïstes. Elle se surprend à être troublée par un autre homme que son mari, à se préoccuper de migrants ou à envier sa nouvelle voisine du dessus…

Puis vint l’ultime humiliation qu’Erato ne peut supporter. À partir de ce moment, rien ne sera plus comme avant. Elle fulmine d’abord pour finir par exploser avec l’intensité propre à ceux qui n’ont plus peur de rien. C’est avec frénésie et sensibilité que son esprit se délivre enfin devant nous.

La putain du dessus

Une interprétation remarquable

Au début, le choix d’une mise en scène chambardée de l’espace est déroutant. Finalement, il apparaît bien plus subtil au fil de l’œuvre. Émilie Chevrillon éclaire avec beaucoup de délicatesse ce monologue où elle sombre, se perd avant de renaître. S’il existe parfois quelques longueurs dans le texte, vous les oublierez avec les dix radieuses dernières secondes du spectacle…

by Jean-Philippe

La putain du dessus

La putain du dessus

Auteur : Antoine Tsipianitis
Artistes : Emilie Chevrillon
Metteur en scène : Christophe Bourseiller

Jusqu’au 23 décembre

Du mardi au vendredi à 21h
matinée le samedi à 16h

Théâtre de la Huchette

23, rue de la Huchette
75005 Paris

Réservations: 01.43.26.38.99

Share

Jean la Chance ou l’histoire d’un anti-héros engagé !

La compagnie Frères d’Art vous donne rendez-vous au Théâtre de Ménilmontant à la (re)découverte d’une curiosité truculente : Jean la Chance, conte inachevé de Bertolt Brecht inspiré du conte éponyme des frères Grimm.

Cette œuvre de jeunesse, retrouvée par hasard, nous permet déjà de distinguer les prémices de ce qui va devenir le style de Brecht : une volonté de pousser le spectateur à la réflexion plutôt que d’être dans l’illusion théâtrale et qu’il nommera la « distanciation ».

Jean la chance

L’intrigue nous mène dans une ferme où Jean, fermier naïf et altruiste connaît une vie paisible auprès de sa femme Jeanne. Sa rencontre avec un homme va bouleverser cet équilibre et entraîner Jean dans un périple tumultueux.

Jean procède à différents échanges (où il est toujours perdant) avec les personnes opportunistes et dénuées de scrupules qu’il rencontre. Nous observons le renoncement à des modes de vie différents. En effet, Jean échange d’abord sa femme qui représente l’amour puis sa ferme qui évoque le foyer, une charrette qui symbolise l’aventure, un manège qui est le romantisme…  Jusqu’à se retrouver dépouillé de tout ce qu’il possède, hormis sa vie qui a peut-être aussi une valeur d’échange ! Qui sait ?

Jean semble vivre cette dépossession relativement bien. Plein de sagesse respectueuse, il reste fidèle à lui-même. Il est en harmonie. Il écoute son corps, la nature environnante et l’âme des gens qu’il rencontre. Il se retrouve sans rien d’autre que ses besoins fondamentaux à assouvir et il s’en réjouit. Il remercie même ses spoliateurs ! Il a atteint une certaine forme de bonheur simple voire l’ataraxie.

Jean la Chance

Les quatorze personnages sont brillamment interprétés par 4 comédiens. Ils se mêlent au public. Ils jouent la pièce avec coulisses apparentes et deux « flight-cases » pour créer l’ensemble de la scénographie. Ce choix de mise en scène nous plonge dans un monde étrange à la manière de Tim Burton ou Federico Fellini renforçant l’esprit du conte. Nous sentons véritablement l’osmose entre les différents comédiens. Nous sommes conquis par l’intensité de leur jeu ! La notion de plaisir est présente. Nous avons beaucoup ri. Nous avons beaucoup aimé et nous avons beaucoup réfléchi.

C’est une réponse à notre époque consumériste où la possession semble être à la base du bonheur…

by Jean-Philippe

Jean la chance

Jean la Chance

Adaptation du conte éponyme de Bertolt Brecht
Metteur en scène : Constant Vandercam
assisté de Tiphaine Canal
Lumières : Filipe Gomes Almeda
Comédiens : Benjamin Assayag, Lou Guyot, François Raüch de Roberty et Constant Vandercam

les mardi 21 novembre à 21h
mardi 5 décembre à 21h
samedi 9 décembre à 21h

au Théâtre de Ménilmontant
15, rue du Retrait
75002 PARIS

Share

Comme à la maison @ Théâtre de Paris : une folie incroyable !

Comme à la maison : Suzanne, mère de famille, tente de mettre de l’ordre sous son toit, chaque soir au Théâtre de Paris, à l’occasion de la bonne année.
Entre sa sœur sur un fauteuil, son mari mourant et ses trois enfants à problèmes, la première journée de l’année ne va pas être de tout repos. 

Comme à la maison

« On n’est pas très récupérables ! » Françoise Pinkwasser 

Il y a des familles que l’on préfère voir sur scène plutôt qu’avoir chez soi. En l’occurrence, celle croquée par les auteurs Bénédicte Fossey et Eric Romand ne manque pas de caractère, de piment et de surprises. 

Suzanne (Annie Gregorio) est une gueularde, maniaque de l’organisation, avec un avis bien tranché sur tout. Rien ne peut réellement l’émouvoir en apparence si ce n’est son garçon chéri, Titou, parti au Canada pour une vie meilleure.

À sa sortie de scène, Annie Gregorio nous confie : « Le passé de Suzanne, c’est des années et années de non-dits. Je la connais, je l’ai croisée, rencontrée. »
Pierre Cassignard, le metteur en scène : « je viens de province et je confirme que ce genre de famille existe. »

Avec sa sœur Ginou, Suzanne accueille avec vigueur ses premiers convives : Michel et sa femme Gwennaelle puis sa fille, Sylvie.
Il faut composer entre les appels répétés du patriarche en fin de vie à l’étage, le gratin au four, les premiers accrocs. 

Les esprits vont s’échauffer assez vite, pour aller de plus en plus dans le trash à mesure que les révélations des uns viennent heurter l’entendement des autres.

Comme à la maison

Comme à la maison est drôle, provoquant, bien écrit! 

Pierre Cassignard a été témoin de sessions d’écriture des auteurs : « C’était Roland Garros entre eux, quand j’allais les voir les dernières semaines. »

Un auteur de théâtre venu voir la pièce a avoué à Pierre-Olivier Mornas : « Quand on écrit, on s’arrête juste avant… avec le déballage. » Preuve de l’audace du duo d’auteurs qui n’a peur de rien et qui est allé jusqu’au bout du règlement de compte familial.
#jouissif

Bonus : 

Lisa Martino nous a confirmé que les matinées du dimanche étaient plus dissipées côté public qu’en semaine avec des commentaires qui fusent : « Le pauvre ! », « il y va pas de bon cœur ! »

Avant de rajouter que la réaction la plus mignonne entendue était celle d’un enfant assis au 1er rang qui voit entrer la comédienne emmitouflée : « Regarde la petite-fille, elle a froid ! » #cute 

Comme à la maison

Comme à la maison 

Auteurs : Bénédicte Fossey et Eric Romand
Mise en scène : Pierre Cassignard
Avec : Annie Gregorio, Lisa Martino, Françoise PinkwasserAude Thirion, Pierre-Olivier MornasJeoffrey Bourdenet

du mardi au samedi à 21h
matinées : le mardi à 17h et dimanche à 15h

au Théâtre de Paris – Salle Réjane
15 rue Blanche
75009 PARIS

Page officielle de la pièce : commealamaison 

Share

Ramsès II aux Bouffes Parisiens : facétieux Sébastien Thiéry !

Sébastien Thiéry frappe un nouveau coup avec une situation rocambolesque, un gros lot de quiproquos et de l’humour décalé. Ramsès II à l’affiche des Bouffes Parisiens ne laisse pas indifférent. Cette création peut aussi bien surprendre que déconcerter, faire rire qu’irriter.

Ramses II

Ramsès II quelle folie ! 

Si l’on accepte le deal de se faire surprendre, de retrouver l’écriture particulière de Sébastien Thiéry – celle qui nous avait autant enthousiasmé que touché avec Momo  -, il y a de fortes chances de passer une bonne soirée aux Bouffes Parisiens.

On ne comprend pas tout de suite que c’est le gendre Matthieu qui rend visite à ses beaux-parents, Jean et Elisabeth. La discussion est un peu décousue puis arrive le sujet essentiel : « où est Bénédicte ?« 

Interrogation légitime des parents. Matthieu manque de précision, noie le poisson, répond à côté, oublie même l’accident de son beau-père désormais en fauteuil roulant. 

Ramses II

Le doute s’installe dans le cerveau des parents. Jean est plus véhément, violent, vulgaire que sa femme. La tension est palpable. 

François Berléand a eu droit à un traitement tout particulier, lié à son âge. C’est lui-même qui nous l’a confié après la représentation. Alors en tournée avec Thiery pour Momo, le comédien est consterné de recevoir autant de mails de propositions d’équipements spécifiques pour les plus de 60 ans. L’auteur lui promet de l’équiper d’un siège remonte escaliers pour sa prochaine pièce. 

Ramses II

Le résultat, Berléand est en fauteuil roulant mais son jeu ne perd rien en intensité face à un Elmosnino démoniaque. 

L’affrontement des deux hommes réserve des séquences décalées, improbables, surprenantes, jusqu’à la dernière, intense.

Confidences en coulisses 

Eric Elmosnino avoue avoir été surpris par le « premier degré du public, très réactif. C’est assez beau à voir. Il y a des réactions d’enfants. On est dans le temps présent. »

La pièce a volontairement un titre improbable. François Berléand nous confirme qu’il n’est pas nécessaire d’y trouver un sens : « Thiéry a cherché le titre le plus absurde ! » 

Ramses II


Bonus
: applaudir ou non l’entrée en scène de Berléand ? Habituellement, le public reste silencieux. Mais le soir de notre venue, il y a eu des claquements de mains, surprenant le comédien qui n’a pu s’empêcher de rire. Quelques minutes avant le sujet avait été abordé entre les comédiens, en coulisses.

Ramses II

Ramsès II

de Sébastien Thiéry
Mise en scène : Stéphane Hillel
avec : François Berléand, Eric Elmosnino, Evelyne Buyle, Elise Diamant

aux Bouffes Parisiens
4 rue Monsigny
75002 PARIS

du mardi au samedi à 21h
matinées : le samedi à 16h30 et dimanche à 15h

Share

La Perruche @ Théâtre de Paris : un vrai bonheur

Au Théâtre de Paris, Audrey Schebat nous embarque pour une soirée entre rires, révélations et vérités frontales. L’auteure metteure en scène de La Perruche ausculte le couple avec une justesse rare. Il y a des mots qui troublent, d’autant plus quand ils font sens dans notre cœur. 

La Perruche

Il est probable de se reconnaître dans certains traits de caractère et dans cette histoire d’amour, comme toutes les autres (?).
Barbara Schulz et Arié Elmaleh forment un couple presque parfait : 20 ans de mariage, un train de vie enviable, une garde-robe maîtrisée avec style.
Ce soir, ils reçoivent un couple d’amis, qui se fera attendre.

L’absence des uns va être le déclencheur d’un échange aussi intense, cash que révélateur.

Difficile aussi de ne pas reconnaître une situation contée par un.e ami.e, de ne pas nous retrouver dans notre incapacité à ré-accorder la mélodie de l’amour. Et surtout dans cette histoire : « il y a pleins de secrets dans cette pièce, de tiroirs » comme le dit Barbara Schulz, lors de notre rencontre.

La Perruche

Même s’il est question de séparation, cette pièce fait un bien fou car il y a toujours des saillies drôles qui viennent dédramatiser tout ce qui arrive.
L’écriture est excellente, palpitante provocante parfois aussi.

Audrey Schebat confie après la représentation : « j’ai mis un an et demi à écrire cette pièce. Au début, mes personnages ne voulaient que rire. Je me suis battue pour qu’ils s’affrontent. »

L’interprétation de Barbara Schulz et Arié Elmaleh est jouissive à souhait. Débutant dans la caricature puis laissant percevoir les aspérités, les motivations réelles. Un régal ! 

Bonus : le conseil d’Audrey à Arié pour son entrée en scène : « tu commences connard ! » Et le comédien de remarquer : «  plus je suis connard, plus les gens rient !« 

La Perruche

La Perruche
écrit et mis en scène d’Audrey Schebat
avec Barbara Schulz et Arié Elmaleh

du mardi au samedi à 19h
matinée le dimanche à 17h

au Théâtre de Paris
15, rue Blanche
75009 PARIS

Page officielle de la pièce : theatredeparis.com/spectacle/laperruche

La Perruche

Share

Requiem pour les artistes au TEC : audacieux et ténébreux !

Lors de la visite inaugurale du tout nouveau Théâtre Elizabeth Czerczuk ou TEC, l’esprit insufflé par la maîtresse des lieux nous avait impressionnés… L’initiation à son univers confidentiel se poursuit avec sa dernière création, Requiem pour les artistes. Ce « théâtre chorégraphique » nous mène d’un ballet funèbre à une apologie de la vie dans un style dont la beauté viscérale se trouve être à la fois saisissante et envoûtante.

Requiem pour les artistes

Une musique ardente et imperceptiblement inquiétante accueille un cortège de morts-vivants aux costumes et maquillages troublants de perfection. Ces pantins désarticulés aux valises trop lourdes entament une danse convulsive dont la vigueur et l’intensité semblent trouver leurs sources dans le désespoir qui les habitent.

La purification nécessaire aux défunts pour atteindre un état de grâce va alors se manifester sous la forme d’une transe exutoire. Avec les valises en allégorie, ils explorent le passé, se heurtent à lui et éventuellement tentent de le rectifier. Finalement, ils vont parcourir un chemin les ramenant à la vie. Telle une résurrection, les personnages réinvestissent leurs corps avec agilité et alacrité.

Requiem pour les artistes

La portée de ce spectacle est d’éveiller en chaque individu la conscience de sa propre condition. En effet, nous caressons tous l’espoir du bonheur. Mais lorsque celui-ci nous échappe, il ne reste plus que l’angoisse… L’aspect dramatique et funeste  qui nous est présenté a pour but d’éveiller en nous une catharsis.

Elizabeth Czerczuk sait guider sa troupe de façon à ce que l’individualité de chacun magnifie l’ensemble de cet art vivant. C’est assez époustouflant de voir à quel point les comédiens sont animés. Ils rendent chaque représentation unique car ils n’interprètent pas une chorégraphie, ils la vivent avec ferveur et passion.

Mention spéciale à l’accompagnement musical et visuel tout à fait remarquable !

Une chose est sûre, l’empreinte insolite et unique d’Elizabeth Czerczuk ne vous laissera pas indifférent…

by Jean-Philippe

Requiem pour les artistes

Requiem pour les artistes

Mise en scène et chorégraphie : Elizabeth Czerczuk
Musique originale : Sergio Gruz, Julian Julien
Chant : Erik Karol
Scénographie, décors : Joseph Kruzel
Costumes : Joanna Sroka Jasko
Régie Son, Lumières : Tsiresy Begana, Adrien Colomb
Avec : Marie Chéreau, Laurence Crémoux-Colson, Szandra Deáki, Angela Diana, Aurélie Gascuel, Roland Girault, Valentina Gonzales Salgado, Yvan Gradis, Marie-Cécile Gueguen, France Hervé, Erik Karol, Yann Lemo, Barbara Orzelowska, Chantal Pavese, Sarah Pierret, Coralie Prosper, Zbigniew Rola, Elzbieta Rosa Desbois, Elzbieta Swiatkowska, Roxy R.Théobald, Miguel Angel Torres Chavez, Özge Pelin Tüfekçi, Julien Villacampa Boya Saura.

jusqu’au 2 décembre 2017

Les jeudi, vendredi et samedi à 20h30

Théâtre Elizabeth Czerczuk
20 rue Marsoulan
75012 Paris

Share

Être ou paraître / Julien Derouault : audacieux et beau !

Avec Être ou paraître, Julien Derouault impressionne en roi-clown-danseur pris entre la poésie, la nuit et la tragédie de la vie couchées par le génie d’Aragon et de Shakespeare. Télescopage en jean bleu, couronne de roi, canne de bonimenteur et rythmes électro au Studio Hébertot. 

Julien Derouault

Être ou paraître : solo de danse poétique 

Il faut le voir pour le croire. La force d’interprétation qui confère presque à la folie est spectaculaire. Julien Derouault danse, vit les mots qu’il interprète dans tout son corps, les transpire.
Ses contorsions sont aussi vitales que les mots qu’il nous lance.

Les extraits de textes sont chargés de sens, de génie, ce qui n’empêche pas l’interprète de faire preuve d’humour, de détourner le propos, de désarçonner le sacré.

On croit parfois halluciner, comme si l’interprète devant nous étant pris d’une transe, sous influence d’un dieu ou d’un démon inconnu.
Sa vibration corporelle est palpable, son souffle si près de nos oreilles grâce à la proximité de la salle.

Être ou paraitre : une interprétation subjuguante, animale, essentielle.

Ma voisine ce lundi – qui est aussi ma mère – résume le mieux la performance : « Julien a donné tout ce qu’il pouvait donner. C’était prenant. Je suis abasourdie. J’ai été soufflée. Se donner à fond, comme ça, j’en avais mal pour lui. »

Julien Derouault

Être ou paraître 

Avec Julien Derouault
Mise en scène et chorégraphie : Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault
musique : Yannael Quenel

Un spectacle du Théâtre du Corps

Le dimanche à 19h
Le lundi à 20h 

au Studio Hébertot
78 bis Boulevard Batignoles
75017 PARIS

Share

(In)achevé @ Théâtre La Croisée des Chemins : authentique & passionné

Dans la vie, il n’y a pas d’échappatoire. C’est également le cas en amour. Il n’est jamais aisé d’aborder le déclin d’une relation qui nous a longtemps transportée sans ressentir de la souffrance. Cette affliction, il faut la vivre. Elle fait de nous des êtres particuliers et nous accorde ainsi notre valeur. Puis, discrètement, ressurgit en nous un sentiment que nous pensions avoir perdu à jamais : l’espoir. C’est tout cela que Zem-Zem nous livre dans (In)achevé une pièce qui ne laisse rien au hasard…

Inachevé

Nous découvrons Elle et Lui, deux personnes partageant leur ultime moment à deux : la rupture. C’est alors qu’ils revivent devant nous, telle une rétrospective, les moments forts et intenses de ce qui fut Eux.

En premier lieu, il y a la rencontre, drôle, touchante, unique, qui vous fera sourire. Puis l’euphorie des débuts, jusqu’aux premiers instants où la résistance fait timidement place à la confiance. Aux moments heureux se succèdent les doutes et les premières blessures. Chacun va alors les combattre pour retrouver la complicité donnant toute la beauté à la relation. Seulement parfois, les sentiments et les efforts ne suffisent pas…

Inachevé

Zem-Zem et Maxime Couette font vibrer cette partition humaine par leur énergie, exprimée aussi bien par les mots que par l’expression physique. En effet, comment parler d’amour sans y inclure la sensualité du corps ? Il est le miroir de nos sentiments. La mise en scène souligne parfaitement son importance jusqu’à le laisser parfois s’exprimer seul, apportant une légèreté parfois nécessaire.

Bien que relatant l’histoire d’un couple, cette pièce est une révérence à toutes les rencontres humaines, bouleversant une vie, dont l’empreinte reste immuable…

En sortant du théâtre, une pensée positive nous traverse. Si parfois la vie nous laisse quelque part entre l’agonie, l’optimisme et l’expectative, cela nous rappelle que nous sommes des êtres humains et que nous sommes en vie… 😉

by Jean-Philippe

(In)achevé


De et mise en scène : Zem-Zem
assistée pour la mise en scène de Ghislaine Bizot

avec : Zem-Zem et Maxime Couette
Musique : Folo

Jusqu’au 5 novembre 2017

les samedis et dimanches à 19h30

au Théâtre La Croisée des Chemins
43, Rue Mathurin Régnier
75015 Paris

Réservations : 01 42 19 93 63

Share

Au départ… : parenthèse incisive & pleine de vie au Théâtre La Croisée des Chemins

Telle une déclaration envers les femmes et leurs combats, le Théâtre la Croisée des Chemins initie cette saison un cycle intitulé : Récits de femmes. Au cours de certains spectacles, des thématiques variées seront abordées d’un point de vue féminin. L’adaptation du roman Au début… de François Bégaudeau ouvre ce cycle. La rencontre de deux femmes nous livre un portrait aussi impétueux que tendre sur la maternité, avant, pendant et après la naissance.

Au départ

Judith est une institutrice belle et rebelle, garçon manqué, ex-punk qui a longtemps rejeté sa féminité. Avoir un enfant ? La belle affaire… Certainement pas ! Au fil du temps se mature une pensée inspirée par une phrase de son père… Ou la grossesse d’une collègue qui… À moins que peut-être son compagnon… ?

Emmanuelle, ingénieur agronome, a vu sa construction identitaire entachée par les nuisances de sa mère à son propos. Sa souffrance grandit en même temps qu’elle. Son désir d’enfanter est inexistant tellement la peur de reproduire ce schéma est intense. Néanmoins, son corps semble prendre peu à peu le dessus sur son esprit…

Au départ

C’est avec tendresse et fougue que ces deux destins vont se mêler, s’enlacer, s’entrechoquer ou se compléter. Le chemin menant au désir d’enfant, à la grossesse, à l’accouchement et aux premiers instants d’être maman est ainsi livré sans fard. Entre joies et désillusions, attentes et surprises, le spectateur se retrouve à faire des liens entre ces deux personnages attachants qui ne nous laissent pas indifférents.

La mise en scène permet de dégager véritablement les émotions du texte. Le jeu des comédiennes est abouti, les chorégraphies libératrices, l’interaction avec le public présente sans être intrusive. Cette pièce avait pour but d’exposer le lien indéfectible que la maternité révèle entre les femmes. Pari tenu ! Avec beaucoup de pudeur, d’humour et de délicatesse, nous levons le voile sur les méandres de secrets enfouis…

by Jean-Philippe

Au départ

Au départ…



d’après Au début… de François Bégaudeau
Adaptation et mise en scène : Jacques Grange
Avec : Cécile Martinet et Yasmine Bargache

Jusqu’au 3 novembre 2017

les jeudis et vendredis à 21h30

au Théâtre La Croisée des Chemins
43, Rue Mathurin Régnier
75015 Paris

Réservations : 01 42 19 93 63

Share

Marco Polo et l’hirondelle du Khan : splendide voyage onirique

Marco Polo et l’hirondelle du Khan : partir du réel et se laisser porter par l’imaginaire… C’est dans la Mongolie du XIIIe siècle qu’Eric Bouvron revisite la rencontre de deux grands hommes : Kublai Khan et Marco Polo.
Ils représentent respectivement l’Orient et l’Occident, la vieillesse et la jeunesse, la souveraineté et l’idéologie, la terreur et le charme… Malgré toutes ces oppositions, un lien les unit…
Ce choc culturel nous livre, au Théâtre La Bruyère, une fantastique épopée où se mêlent politique, pouvoir et bien évidemment l’amour…

Marco Polo et l’hirondelle du Khan

C’est dans l’intimité d’une chambre que nous rencontrons Kublai Khan, un Empereur vieillissant et malade. Auprès de lui se trouve sa quatrième femme, sa préférée, son « hirondelle ». Il lui parle d’un jeune homme venu d’Occident, un certain Marco Polo, dont la fougue et l’impertinence l’ont interpellé. Kublai Khan voit en lui l’initiateur d’une impulsion novatrice nécessaire à la poursuite de l’expansion de son Empire.

Marco Polo et l’hirondelle du Khan

Marco Polo est subjugué par ce Grand Khan, sa puissance, sa splendeur mais aussi sa défiance. Ce sont deux mondes qui se confrontent, un Orient éclatant à son apogée et un Occident en plein essor, prêt à le supplanter. C’est entre ces deux univers que va virevolter une certaine belle et innocente hirondelle, quitte à se brûler les ailes…

Débute alors de façon insidieuse un combat mêlant passion dévastatrice, lutte pour le pouvoir et désir dont l’issue ne peut être que fatale… Mais pour qui ?

L’intrigue est parfaitement menée par une interprétation époustouflante des comédiens, agrémentée d’effets sonores et lumineux réussis ! Le décor est modeste, mais une chanteuse lyrique et deux musiciennes mongoles aux costumes chatoyants accentuent les sentiments dégagés par le texte, ce qui crée une atmosphère enveloppante et fascinante.

Marco Polo et l’hirondelle du KhanPlus que du théâtre, c’est un véritable spectacle qui nous mène très loin au cœur de l’Asie…

By Jean-Philippe

Marco Polo et l'hirondelle du Khan
Marco Polo et l’hirondelle du Khan

de et mis en scène par : Eric Bouvron assisté de Victoire BERGER-PERRIN
Collaboration artistique : Damien RICOUR-GHINEA
Costumes : Sarah COLAS
Lumières : Edwin GARNIER

Avec Jade PHAN-GIA, Laurent MAUREL, Kamel ISKER en alternance avec Eliott LERNER
Musiques et chants : Ganchimeg SANDAG, Bouzhigmaa SANTARO, Cécilia MELTZER et Didier SIMIONE

du mardi au samedi à 21h
matinée le samedi à 15h30

Théâtre La Bruyère
5, Rue La Bruyère
75009 Paris

Tel : 01 48 74 76 99

Share