Archives par mot-clé : villette

CNAC 2017 à la Villette : mystérieux, fougueux, audacieux

Audacieux de débuter et terminer un spectacle de troupe (15 jeunes artistes) par un solo. La mise en scène de la 28e promotion du Centre national des Arts du Cirque est revigorante, une pommade contre le froid, une petite cure de jouvence pour les plus de 30 ans. Le spectacle Vanavara est à découvrir bien au chaud sous le chapiteau de La Villette. 

CNAC 2017 Vanavara spectacle 28e promotion centre national des arts du cirque La Villette Paris photo usofparis blog

CNAC 2017 : très bon cru
Juste avant de débuter le spectacle, une femme enrhumée ne pouvant saluer comme elle veut ses amis leur lance un : »je vous embrasse avec le cœur. »
Très belle entrée en matière, généreuse et bienveillante qui donne le pouls volontaire ou pas à ce qui va suivre sous le chapiteau.
Tout débute donc par un solo féminin avec une roue Cyr. C’est tout de suite captivant : le look, la chevelure, l’aisance de la circassienne, Lucie. On se laisse prendre dans un tour d’acier et on ne lâche plus.
Déboulent assez vite les 14 autres compagnons de tournée de la jeune fille.

CNAC-2017-Vanavara-dessin-sur-la-piste-chapiteau-spectacle-28e-promotion-centre-national-des-arts-du-cirque-La-Villette-Paris-photo-usofparis-blog

Ça rampe, dessine sur la piste, courre avec des pierres sur les bras, tombe, virevolte, saute, joue de la musique avec troncs d’arbre. Tout est à la fois léger, inattendu, généreux.
Vient aussi une vague de maladresse. Celle d’une jeune clown également adepte du mât chinois, Camila, qui n’a pas besoin de nez rouge pour faire rire. Cette parenthèse absurde est bienvenue pour ne pas prendre tout ce que l’on voit au premier degré.
Rien de grave donc, même si les visages sont bien souvent peu souriants.

La mise en scène de Gaëtan Levêque joue avec intelligence sur les rythmes : il y a des moments en suspension, de la lenteur et puis des bourrasques qui balaient tout. On a aussi envie de chanter en chœur sur cet air inconnu, battre le rythme sur cette fausse pierre.
Et surtout oser les hauteurs, le vertige de la piste, les bras tendus par les sangles (Theo) pour une envolée qui nous réveille de notre torpeur urbaine. Marlène tout en haut de son trapèze « ballant » clôture avec un balancement sans relâche tout simplement hyptonisant et grisant.

CNAC-2017-Vanavara-piste-sous-chapiteau-spectacle-28e-promotion-centre-national-des-arts-du-cirque-La-Villette-Paris-photo-usofparis-blog

Finalement, on n’attendait rien de Vanavara, si ce n’est qu’il nous surprenne.
Ce spectacle nous a pris au col avec tout ce qu’il faut de curiosité, d’attraction et nouveauté.
Le trampoline a remplacé l’éternel numéro de bascule qui ennuie #bonheur

Image de prévisualisation YouTube

VANAVARA

par la 28e promotion du Centre national des arts du cirque
CNAC 2017
mise en scène : Gaëtan Levêque, du collectif AOC

Espace Chapiteaux
La Villette

du 18 janvier au 12 février 2017
du mercredi au samedi à 20h
dimanche à 17h

Share

Klaxon d’Akoreacro @ à La Villette : palpitant !

Il y a toujours de belles surprises sous les chapiteaux de cirques à la Villette. Et Akoreacro qui fête cette année ses 10 ans de pure folie douce a de quoi faire palpiter un très large public jusqu’au 25 décembre. Klaxon est taillé pour le succès avec ses tranches d’humour, des tableaux d’une pure poésie et ses jeux d’équilibre grandioses. 

klaxon-akoreacro-spectacle-cirque-sous-chapiteau-musicien-et-circassien-photo-niels-benoist
Akoreacro ne vous lâche pas ! 

Les circassiens sont déjà en piste que le public commence tout juste à s’installer dans les gradins. Tour de chauffe, premiers eye contacts avec les spectateurs. L’ambiance est bon enfant, débridée.
On ne comprend pas la langue : du polonais ? Un argot venu de l’est de l’Europe ? Un beau mélange que les artistes eux seuls peuvent connaitre ?
Par chance (ou pas), nous avons droit à une traduction simultanée en espagnol.
Nul besoin de sous-titres pour se prendre la folie de la troupe en pleine face et vite comprendre que la parité n’est pas respectée : une seule femme pour dix hommes. Quel mérite ! 🙂

klaxon-spectacle-de-cirque-compagnie-akoreacro-chapiteau-la-villette-paris-photo-niels-benoist

Les premiers numéros déboulent avec fougue et force dans les poignets, biceps et épaules, le tout accompagné d’une bande-son en live (batterie, accordéon, violon…).
Le membre de la troupe le plus maltraité n’est finalement pas l’espagnol à moustache (bien que… à être trainé par les pieds…) mais plutôt le piano sur roues.
Il est malmené d’un bout à l’autre du spectacle. Il est forcé à rouler sur lui-même quitte à avoir le tournis. On lui saute dessus, on le chevauche, sans compter les multiples cabrioles en solo ou à plusieurs.
Il est au cœur de cette création et apporte un vrai décalage à sa manière, comme un clown dans un cirque traditionnel.

akoreacro-klaxon-numero-cerceau-au-sol-cirque-sous-chapiteau-la-villette-paris-photo-niels-benoist

On retrouve les numéros qui font le succès du cirque contemporain mais avec toujours une pointe d’inédit ou de poésie en plus. Les séquences de trapèze sont couplées à des portées magistrales. Le jonglage n’est pas qu’un simple divertissement, comme d’habitude, avec des baballes. Il devient l’occasion d’une battle avec une session de beat-box.
Les circassiens font aussi des voltiges avec un accordéon – on craint à chaque fois pour la réception et leur dos. Et surtout, ils sont tous prêts à attraper un instrument au vol pour notre plus grande surprise.

Klaxon d’Akoreacro est vibrant, poétique et généreux ! 

Image de prévisualisation YouTube

Akoreacro-spectacle-KLAXON-cirque-sous-chapiteau-La-Villette-Paris-photo-salut-usofparis-blog

Klaxon
Compagnie Akoreacro / Alain Reynaud

spectacle de cirque dès 5 ans

Acrobates : Claire Aldaya, Basile Narcy, Romain Vigier, Maxime Solé, Antonio Segura-Lizan, Maxime La Sala
Musiciens : 
Mathieu Santa-Cruz, Guillaume Thiollière, Guilhem Fontes, Boris Vassallucci, Vladimir Tserabun

Espace Chapiteaux
La Villette

Mercredi au samedi à 20h
Dimanche à 16h

Jusqu’au 25 décembre 2016
Relâche le 24 décembre

Share

100 % : Le nouveau festival global et explosif @ La Villette

Exposition, théâtre, danse, cirque, performance et balade à travers le parc : c’est toutes les promesses du festival 100 % imaginé par La Villette. Ce nouvel évènement a la volonté d’englober tous les lieux du site afin de mettre en avant des arts pluridisciplinaires.

Image de prévisualisation YouTube

100 % Expo

16 artistes, 17 œuvres, installations, ou performances, 3 lieux.
La pièce maîtresse de 100 % Expo sera bien évidement la Grande Halle de la Villette. Charles Carpopino a créé un parcours parmi des œuvres interactives, plus ou moins technologiques. Petit tour d’horizon.

Une sphère de 3 mètres de diamètre implantée de fusains dans une pièce blanche, voilà ADA de Karina Smigla-Bobinki. Le visiteur est invité à pousser, faire rouler ou simplement jouer avec l’œuvre pour laisser la trace de son passage sur les murs de la pièce : totalement interactif et poétique.

Photo © DR
Photo © DR

Mettez votre casque et plongez dans le virtuel avec The Nail Polish Infern « Born Digital » : immersion totale dans l’univers psychédélique de Geoffrey Lillemon. Déambulez dans l’espace d’exposition transfiguré par les yeux de l’artiste à la rencontre de créatures grotesques ou effrayantes.

Photo © Geoffrey Lillemon
Photo © Geoffrey Lillemon


A Two Dogs Company / Kris Verdonck
propose deux installations dans des styles opposés.
Les neuf boites d’Isos renferment des vidéos 3D, des détails d’une même scène, pensées comme des sculptures virtuelles. Et c’est à vous de réaliser le montage, suivant votre ordre de visionnage, de ces différentes scènes pour réaliser votre propre court-métrage.

Photo © atwodogscompany.org
Photo © atwodogscompany.org

Avec Bogus, c’est le gigantisme qui envahit la Grande Halle. Titillant le faîte du lieu, ces structures gonflables sont des totems symboliques qui sortent avec répétitions de leur boîte. Elles figurent une ville renaissant de ses cendres.

Photo © Anna Scholiers
Photo © Anna Scholiers

Toujours à la Grande halle, Le Fresnoy (Studio National des Arts Contemporain) met en avant cinq artistes pour 100 % Expo.

Lukas Truniger pose ses écrans et haut-parleurs avec Déjà Entendu, une création effectuée à partir de mélodies d’opéra autour du mythe de Faust. Les 102 écrans forment un espace immersif permettant d’explorer la nature rythmique et mélodique du langage.

Photo © Le Fresnoy
Photo © Le Fresnoy

La dernière révolution technologique, l’impression 3D, entre dans l’art. Mais Ludivine Sibelle en inverse le processus. De manière imprévisible l’imprimante de Burn out creuse un bloc de sel pour façonner une sculpture unique et propre au lieu d’exposition.

Photo © Le Fresnoy - Cyprien Quairiat
Photo © Le Fresnoy – Cyprien Quairiat

Après la Grande Halle, poussez les portes du WIP et la Folie L5, plus orientés vers les performances, pour terminer votre exploration de 100 % Expo.

100 % festival Focus sur la danse, le théâtre, et les performances

Le spectacle vivant a une place majeure dans la programmation de la Villette tout au long de l’année.
Voici une petite sélection des spectacles qui nous ont tapés dans l’œil.

Speak Low if you speak Love
Wim Vandekeybus/ Ultima Vez reviennent à La Villette avec un spectacle de danse autour de l’amour. Parmi les clins d’œil et les séquences décalées, on plonge dans tous les états de l’amour.
Mais dans l’amour il n’y a pas que des choses tendres. Le chorégraphe propulse sur scène un ballet passionné, en explorant les tréfonds de ce sentiment.

 Photo © Danny Willems
Photo © Danny Willems

Horror
Méliès, Hitchcock, Kubrick, Carpenter ou Polanski sont convoqués sur scène. Dans cette maison hantée, les objets s’animent, les souvenirs refont surface et l’ambiance s’alourdit. Entre illusion,  humour noir et effets visuels, la compagnie Stichting Pels / Jacob Ahlbom joue de l’épouvante et du gore (parfois) : un spectacle garanti 100 % frissons !
Attention : spectacle déconseillé au moins de 15 ans

Photo © Sanne Peper
Photo © Sanne Peper

Retrouvez toute la programmation, les horaires et tarifs des spectacles sur le site de La Villette.

100 festival la villette grande halle expo exposition danse théâtre cirque paris Blog United States of Paris

100 % Festival

du 22 mars au 10 avril 2016

100 % Expo
Tarif : 8 €  en plein tarif
Accès gratuit pour les détenteurs d’un billet spectacle

La Villette
211, Avenue Jean Jaurès
75019 PARIS

Share

Villette en cirques – Zampanos et Cirque Aïtal : 2 bijoux de créativité !

C’est la folie cirque à partir du 15 janvier à la Villette. L’année 2016 commence avec une série de rendez-vous aussi festifs, acrobatiques, poétiques que dépaysants.
Pendant 4 mois complets, Villette en cirques partage avec un maximum de curieux, de passionnés, enfants, ados, adultes, des créations originales de cirque contemporain.
En 8 spectacles, c’est une pleine bouffée de force, de fraicheur qui va nous réchauffer en hiver et nous faire encore plus aimer le printemps.

Villette en cirques spectacles espace chapiteaux janvier 2016 programmation cirque contemporain avec Zampanos Aïtal Centre national des arts du cirqueFocus sur les deux premiers spectacles de cette programmation foisonnante.

Le Cirque Zampanos nous accueille dans le chapiteau le plus intimiste qui soit. Imaginez : 40 petites places seulement pour une proximité totale avec un clown pas tout à fait comme les autres. Ici, Le Petit cercle boiteux de mon imaginaire ouvre un charmant monde en miniature avec des sculptures mobiles, des petits bouts de rien. L’acrobatie n’est pas pour autant absente de la piste, bien au contraire. Les prouesses sont d’un autre ordre.
Un spectacle poétique et tendre qui accueille les petits bouts de chou dès 4 ans et attendri forcément les plus grands.

Cirque Zampanos spectacle le petit cercle boiteux de mon imaginaire mise en scène Anne et Michel Gibé Villette en cirques janvier février mars 2016 espace chapiteaux photo Georges Bartoli
Le Cirque Aïtal nous emmène dans le tourbillon d’une tournée d’artiste. Un couple (Victor et Kati) nous en ouvre les coulisses. Pour le meilleur et pour le pire nous décrit l’amour autrement, à la force des bras et dans la totale confiance en son partenaire.
La voiture de tournée – bien installée sur la piste en terre – est à la fois décor et accessoire pour ce spectacle original créé en 2011 et qui n’en finit pas de subjuguer les spectateurs.

Depuis notre visite, nous ne nous sommes pas remis de l’inventivité, de la beauté et de l’émotion qui transpirent de ce spectacle porté par deux artistes incroyables de présence et d’humour.
Ils ne sont pas seuls, bien sûr. Leur voiture et leur fidèle chien sont aussi deux partenaires de jeux qui font la réussite de ce petit bijou de cirque.
C’était notre premier cirque à deux interprètes – nous sommes habitués aux troupes – et pas un seul temps mort ressenti dans ce chapiteau bien isolé du froid extérieur.

Ce rendez-vous est aussi l’occasion de découvrir la spécialité de ces deux circassiens, le « main à main« . On ne vous en dit pas plus, laissez-vous embarquer, tout simplement !

Photo : Christophe RAYNAUD DE LAGE/WikiSpectacle
Photo : Christophe RAYNAUD DE LAGE/WikiSpectacle

CONCOURS !

Comme on aime partager nos coups de coeur spectacles, nos émotions scéniques et pour fêter les 5 ans du blog, nous vous offrons des invitations pour le vendredi 15 janvier 2016.
Au choix, deux spectacles :
Le Petit cercle boiteux de mon imaginaire (Zampanos) à 18h30
Pour le meilleur et pour le pire (Cirque Aïtal) à 20h

CONCOURS TERMINE !! 

Les gagnant(e)s seront tiré(e)s au sort parmi les inscrits. Ils recevront un mail leur confirmant leur lot : 2 places pour le spectacle de Zampanos ou 2 places pour le spectacle du Cirque Aïtal

 

Villette en Cirques à partir du 15 janvier2016
à l’Espace Chapiteaux

Le Petit cercle boiteux du mon imaginaire par Zampanos jusqu’au 6 mars
du mercredi au dimanche à 14h30 (sauf mercredi 20 et 27 janvier)
vendredi et samedi à 18h30
spectacle à partir de 4 ans

Pour le meilleur et le pour le pire par le Cirque Aïtal
jusqu’au 24 janvier
le vendredi et samedi à 20h
dimanche à 16h
spectacle à partir de 6 ans

Concours Villette Jan 2016
Sending
Share

Compagnie XY – Il n’est pas encore minuit : euphorie aérienne !

Ça danse, se fighte, saute, chute, se maintient. Il n’est pas encore minuit joue collectif. Et la force du nouveau spectacle de la Compagnie XY est cimenté par la complicité, l’entre-aide et la confiance totale non pas en son mais en ses partenaires.
Car les couples, les combinaisons s’unissent et se disloquent à tombeau ouvert sous le chapiteau de la Villette parmi les 22 acrobates qui n’ont pas peur de la chute. 

(c) Christophe Raynaud de Lage
(c) Christophe Raynaud de Lage

Ça commence bien pourtant. Les hommes portent chemise, cravate ou noeud pap’, les filles sont en jupe. Mais les techniques d’approche déroutent. Il s’agit plus de se malmener, de s’étreindre avec force que réellement faire ami-ami. Le spectacle est fort d’entrée de jeu. Et offre une très bonne manière de découvrir les artistes qui font leur entrée progressivement sur la scène centrale. 22 au total dont le doyen « Abdel » Senhadji, 50 ans, au physique sec, initiateur de la compagnie avec Mahmoud Louertani.

Ici, point de metteur en scène, ni de directeur artistique. Les idées ont fusée pendant 4 mois et tous les membres de la compagnie pour créer Il n’est pas encore minuit. Seule l’aide d’un chorégraphe a été sollicitée Loïc Touzé essentiellement pour avoir « un regard extérieur« , comme confie un des interprètes. Alors que le précédent spectacle, Le Grand C, était un peu trop centré sur les portées (un acrobatique debout, les pieds bien arrimés aux épaules de son ou sa partenaire), les sauts périlleux, joyeux, multiples et autres figures enchanteresses de cette création 2015 impressionnent avec une réelle intensité.

(c) Christophe Raynaud de Lage
(c) Christophe Raynaud de Lage

Pièce montée athlétique
La Compagnie XY prouve qu’elle peut se renouveler, ne serait-ce qu’en accueillant une dizaine de nouveaux partenaires de jeu. En s’accordant aussi des pas de danse (libérateurs pour les corps et pause délicate pour les spectateurs).
Plus d’une fois, on a mal aux cervicales pour les acrobates, on craint la chute. Et tomber fait aussi partie du show. Une des artistes rencontrée après la première nous confirme qu’il n’y jamais eu de « mauvaise chute » et donc jamais « aucune n’a été traumatisante« .

La séquence intégrant des plaques de bois malmènera aussi vos nerfs. Les sauts spectaculaires à quelques mètres de hauteur et les réceptions sur ces plaques ne rassurent pas toujours, mais elles bluffent avec une réelle intensité.

Les regards complices, les rires mais aussi les tatouages que l’on entrevoit – des étoiles sur le pied d’un, un diable rouge sur le mollet d’un autre – sont autant de détails accrocheurs participent à ce besoin de nous sortir de notre dure gravité terrestre.
Avec la Compagnie XY, on croit à l’impossible, à la possibilité de pouvoir tomber en pleine rue et d’être retenu in extremis dans sa chute par un(e) inconnu(e). Mais aussi à sourire face à l’impossible qui est retenu à la simple force des bras.

Affiche Compagnie XY specacle Il n'est pas encore minuit à la Villette Paris espace chapiteaux cirque acrobatie photo F Moreau_CrÇa SL-Change is good

Il n’est pas encore minuit
par la Compagnie XY

à l’Espace chapiteaux du Parc de la Villette

Mercredi, vendredi et samedi à 20h
Jeudi à 19h30
Dimanche à 15h

jusqu’au 27 décembre 2015

BON PLAN : restauration sur place et sous chapiteau avant et après spectacle.

SAVE THE DATE! 
Le dimanche 29 novembre : bal swing entre 16h30 et 18h30 sous le chapiteau

La représentation du jeudi 10 décembre à 19h30 sera audio décrite (information : Nicolas Wagner, n.wagner@villette.com)

Share

JAZZ à la VILLETTE : programme hallucinatoire de concerts et séances ciné

Du 3 au 13 septembre, la Villette va vibrer aux sonorités jazzy, métissées, festives, soul, hip-hop d’artistes internationaux. Avec des Américains à Paris : le saxophoniste Steve Coleman qui donnera 3 concerts (Trabendo, Grande Halle de la Villette et Philharmonie 2), le rappeur Mos Def qui deviendra Yasiin Bey pour l’occasion. Sans oublier des hommages, à l’iconique Nina Simone et à un génie méconnu William Onyeabor.

Affiche festival Jazz à la Villette édition 2015 concerts Steve Coleman Cécile McLorin Salvant Nina Simone Tribute Hugh Coltman The Bad Plus Who is William Onyeabor Jurassic 5

Ce n’est pas nous qui voyons des champignons de toutes les couleurs ! Mais bien l’affiche du festival cette année. Preuve de l’explosion de couleurs et de sensations au programme pendant 10 jours.
Atomic Bomb pourrait être aussi le sous-titre de l’édition 2015 mais, en l’occurence, il s’agit du titre d’un projet qui mérite toute votre attention.

Atomic Bomb who is William Onyebar concert hommage Jazz à la Villette vendredi 11 septembre 2015 avec Jamie Lidll Alexis Taylor Luke Jenner Money Mark Pat Mahoney Sinkane

Plutôt cocasse : les noms des participants à cette soirée événement du 11 septembre nous inspirent plus que celui de l’artiste qui a les honneurs de cet hommage. Précisément, c’est toute la créativité du nigérien William Onyeabor qui est convoquée à l’occasion de cette unique date. Un personnage unique en son genre qui, malgré une carrière relativement courte, fait l’objet d’une admiration sans borne de nombre de musicos (Damon Albarn, Carl Craig). Sur scène, on retrouvera les chanteurs des groupes The Rapture, Luke Jenner et Hot Chip, Alexis Taylor, des anciens membres de LCD Soudsystem et Beastie Boys ou encore Jamie Lidell. En tout, une quinzaine d’artistes vont pallier définitivement à notre méconnaissance de ce monument de la musique

Image de prévisualisation YouTube

Autre soirée métissée de tant d’influences musicales : le 9 septembre avec le batteur culte Tony Allen, 73 ans au compteur. Et le nouveau projet du rappeur Mos Def qui n’en finit pas de tisser des liens sonores à chaque fois plus forts. Cette fois, il fait équipe avec le pianiste Robert Glasper.

Image de prévisualisation YouTube

Les femmes seront aussi à l’honneur avec la participation de Cécile McLorin Salvant, le 5 septembre, qui partagera l’affiche avec Hugh Coltman qui offre un brillant hommage à Nat King Cole. La franco-américaine donnera un avant-goût de For One to Love, son nouvel album lumineux qui sort le 8 septembre.

Cécile McLorin Salvant cover album For One To Love new Mack Avenue Harmonie Mundi Jazz à la Villette concert photo by united states of paris blog

Un projet barré à 10 euros la place (pourquoi s’en priver ?) retient toute notre attention : Cheekies & Babies par Under The Radar un quatuor réunit pour l’occasion avec piano, violon, violoncelle et contrebasse. Un dialogue 100% original entre membres du Tricollectif et de l’Ensemble Intercontemporain, le vendredi 4 septembre à 20h.

Cheekies & Babies under the radar Roberto Negro Théo Ceccaldi Jean concert Jazz à la Villette 2015 amphithéâtre Cité de la Musique Philharmonie 2 paris photo by Pascal Retel

En parallèle du programme des concerts, des séances de cinéma à suivre du côté du MK2 Quai de Seine. On ne saurait trop vous conseiller d’aller à la rencontre de l’acteur, réalisateur, compositeur et producteur américain, Melvin Van Peebles, qui fera le voyage après avoir fêté, il y a quelques jours, ses 83 ans.

Les enfants ne seront pas les parents pauvres du festival. Jazz à la Villette for kids accueille les petits à partir de 5 ans pour des formes courtes et spécialement conçues pour eux avec : concerts, ciné-concerts et même BD live. Les horaires 11h et 15h, le samedi et dimanche sont étudiés pour leur assurer le meilleur des accueils. De quoi leur stimuler l’imaginaire.

Image de prévisualisation YouTube

JAZZ à la Villette 2015

du 3 au 13 septembre 2015

à La Philharmonie 1 et 2, Grande Halle de la Villette, Dynamo de Banlieues Bleues
mais aussi au Cabaret Sauvage, Trabendo, Atelier du Plateau

CONCOURS !

Parce qu’on aime partager avec vous, nous vous proposons de nous rejoindre non pas pour un concert bien pour deux, le samedi 12 septembre. Au choix :
The Bad Plus joue Science Fiction d’Ornette Coleman à 16h30 (1ère partie Supersonic plays Sun Ra)  à la Philharmonie 2
– Romano, Sclavis, Texier pour Carnet de Routes à 20h (1ère partie John Greaves) à la Grande Halle de la Villette.

Pour cela, rien de plus simple, remplissez le formulaire ci-dessous avant le 7 septembre 23h59, en n’hésitant surtout pas à nous laisser un ptit commentaire, on adore ça !

Les gagnants seront tirés au sort parmi les inscrits. Ils recevront un mail lui confirmant leur lot : 2 places pour le spectacle de leur choix.

CONCOURS TERMINE ! Merci à tous les participants !

Concours Villette Jazz
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Felice VARINI hypnotise La Villette (en suites) – Prêt pour une fiesta visuelle ?

Nantes, Reims, Londres, Zurich, Felice Varini aime faire voyager ses compositions géométriques aux couleurs accrocheuses et se frotter chaque année à de nouveaux lieux, de nouvelles contraintes spatiales. Cette année, deux sites en France ont les honneurs de toute son attention : le Domaine de Trévarez (Saint-Goazec) et la Villette à Paris.

Felice Varini artiste suisse vernissage de La villette en suites exposition Grande Halle et Pavillon Paul Delouvrier oeuvres in situ photo united states of paris blog

L’artiste suisse avenant avec celles et ceux avec qui il dialogue a, de son propre aveu, cherché un peu plus l’inspiration pour la Villette qu’habituellement : « j’ai beaucoup trainé pour ce projet« . Il a dit oui sans difficulté mais il lui a fallu 2-3 visites pour le convaincre alors qu’il n’y voyait qu’un parc avec « des arbres et des feuilles. »

Arcs de cercle sur diagonale
Arcs de cercle sur diagonale

La Grande Halle a laissé son charme opérer : « elle s’est imposée » nous confirme Varini qui est sorti définitivement de son atelier en 1978 pour faire déborder son art sur tout type d’architectures, sans limite de frontière.

Rouge jaune noir bleu entre les disques et les trapèzes
Rouge jaune noir bleu entre les disques et les trapèzes

Ses idées ont ensuite mis du temps à trouver leur chemin, « elles arrivent toujours le plus tard possible« . Sa technique ? « Je prends des bains chauds, je ferme les yeux ; je peux être inspiré en faisant mes courses« , confie-t-il non sans humour.

Quatorze triangles percés/penchés
Quatorze triangles percés/penchés

Et des défauts apparents de ce Pavillon Paul-Delouvrier avec ses lumières contradictoires et ses nombreuses colonnes, l’artiste a tiré une nouvelle fois pleine inspiration. Son attente le soir du vernissage était de découvrir ses oeuvres à la lumière du soleil de 20h.

Il faut dire que les formes jouent à merveille avec le soleil et cet espace original. Il est aussi passionnant de se placer dans l’axe parfait pour découvrir l’anamorphose que de voir ces structures se disloquer à mesure de nos déplacements.

Sept carrés pour sept colonnes
Sept carrés pour sept colonnes

Bien sûr, toutes ces pièces peuvent trouver une nouvelle vie dans un autre espace. Mais si tel est le cas, le rapport aux visiteurs change irrémédiablement à chaque fois.
Il ne faut donc pas tarder à profiter de ces jeux visuels qui amusent aussi bien petits et grands dont l’accès est entièrement gratuit.

Après Nantes et le Grand Palais, nous ne nous lassons toujours pas de retrouver l’art de Varini sur notre route.

Exposition Felice Varini, La Villette En Suites

jusqu’au 13 septembre 2015

au Pavillon Paul-Delouvrier
du mercredi au dimanche de 15h à 19h

et sous la Grande Halle de la Villette

Accès gratuit

Catalogue de l’exposition disponible depuis le 2 juillet
édition originale sous forme de coffret avec photographies et textes de 16 personnalités du monde de l’art et de la recherche
(25 euros)
Editions Dilecta

Share

GENESIS : retour envoûtant de Sidi Larbi Cherkaoui à la Villette

Un mois de décembre dansant et international a débuté ce lundi à la Villette avec le retour du chorégraphe flamand Sidi Larbi Cherkaoui. Son seul nom rempli les gradins de la Grande Halle de spectateurs fidèles, connaisseurs de la promesse de dépaysement, d’épopées à travers le globe.

Genesis spectacle danse Sidi Larbi Cherkaoui Yabin Wang Grande Halle de la Villette Paris nuit néon photo by United States of Paris blog

 

Après le Japon, la Chine. Après l’hommage à un artiste majeur du manga, c’est au tour de la célébration de la cinégénie d’une danseuse et chorégraphe qui s’est notamment illustrée dans le film Le Secret des poignards volants (de Zhang Yimou).

Le bouillonnant Tezuka présenté en 2012 à Paris, laisse place cette semaine à Genesis initiée par l’artiste chinoise Yabin Wang.

Cette fois, Cherkaoui nous offre une chorégraphie douce plus que spectaculaire, sur la corde raide de la retenue, sensible et incroyablement métissée.

Métissage des danseurs venus de Chine, du Japon ou encore de Grèce, soutenus dans leurs envolées par le métissage des musiciens d’Inde, d’Afrique, Pologne… À cet ensemble, le chorégraphe audacieux donne une troublante cohésion, à la fois énigmatique dans le véritable sens de ce ballet et captivante à travers les différents tableaux.

Genesis de Sidi Larbi Cherkaoui Tezuka La grande Halle La Villette Yabin Wang ©Koen Broos

Tout glisse sur la scène : les pieds des interprètes, leurs mains, les cages de plexiglas. Déplacement aussi entre les disciplines avec 2 danseurs, Johnny Loyd et Kazutomi ‘Tsuki’ Lozuki, qui se font aussi formidables chanteurs ou inversement. De quoi perdre la maîtrise totale de ce que l’on perçoit pour aller au-delà de ce que l’on peut connaître. L’envoûtement n’est forcément là où on l’attend.

Le large plateau de la Grande Halle est entièrement comblé des mouvements des danseurs, amples et incarnés.
Pour les accompagner, la bande son interprétée live peut impressionner par l’incroyable richesse des sonorités. Telle une bande originale de film, elle participe à cette immersion poétique dans cette nouvelle oeuvre chorégraphiée de l’artiste belge au passeport international.

Image de prévisualisation YouTube
生长 Genesis

création 2013
chorégraphie : Sidi Larbi Cherkaoui
danseurs : Yabin Wang, Quing Wang, Fang Yin, Chao Li, Elias Lazaridis, Johnny Lloyd Karutomi ‘Tsuki’ Kozuki

du 1er au 5 décembre 2014

à la Grande Halle de la Villette, Paris

Sites : www.east-man.be
www.yabinandherfriends.com

A suivre Le Sacre du Printemps de Romeo Castellucci
et Political Mother de Hofesh Shechter

Share

Spectacle 100% PARIS à la Grande Halle de la Villette : le bonheur des statistiques à visage humain

Première française du spectacle 100% PARIS du collectif berlinois Rimini Protokoll. Après avoir été présenté à Berlin, Tokyo, Londres, San Diego, le spectacle mettant en scène les statistiques d’une ville à travers 100 personnes est à découvrir jusqu’au 25 mai à La Villette.

Les badges aux phrases insouciantes (Je m’endors toujours avec un livre) ou plus engagées (Reprenons la Bastille !) n’ont pas manqué de capter la curiosité des amoureux de la ville. Le hastag #100PARIS a fait le reste : initier la rencontre, sur les réseaux sociaux de parisiens et parisiennes qui vont entrer dans la lumière, celle de la Grande Halle de la Villette.

Les stats vous barbent ? Nous aussi. Alors courrez voir 100% Paris une proposition originale et captivante donnant corps, chair et plein mouvement à une série de données démographiques, géographiques, sociétales, existentielles… Au total 100 personnes de tout âge – de petits bambins timides à la doyenne de plus de 70 ans – font le pari fou de représenter les plus de 2 millions de parisiens. Cocasse.

Le spectacle débute par un passage en revue des 100 participants, les uns après les autres se présentent avec leur objet fétiche. Chacun-chacune introduit son voisin par son prénom, comme une chaine humaine sans fin. Ces parisiens face à nous ne sont donc plus tout à fait des inconnus, surtout quand on sait que l’une ne supporte pas le gluten et fait le malheur de son amoureux, qu’une petite fille rêve d’être princesse et qu’un autre est escrimeur ou d’origine bulgare. Après la curiosité, le spectateur-voyeur finira par s’identifier à telle situation (son activité au cours de la journée), telle donnée (la somme d’argent dépensée la veille) ou tel parcours de vie (qui a connu une guerre ?, qui aimerait encore pouvoir faire un enfant ?)

Toute question ou donnée est suivie de mouvements de foule pour illustrer le pourcentage de personnes favorables ou pas, grâce à un écran géant composant des graphiques en temps réel.  L’enjeu de ce spectacle est aussi de créer une série de mises en scène permettant au public de ne pas perdre son attention. Quand on croit avoir fait le tour d’une forme comme la séquence Moi – Pas Moi, une autre forme arrive comme le sondage anonyme dans le noir et avec lampe torche. Si bien que ça n’étonne personne de voir arriver un groupe de musiciens pour un accompagnement live. Désopilant et efficace.

Bien sûr la quantité d’informations et de visages font qu’il est difficile au final d’associer une personne à une réponse, qu’elle soit indolore ou plus poil à gratter. Difficile donc de se souvenir qui a répondu précisément qu’il ou elle était favorable à la peine de mort, quelle personne ira voter aux prochaines élections, lequel laquelle a une préférence pour une personne du même sexe.  Mais il y a, aussi surprenant que cela puisse paraître, dans ce tourbillon de données de vrais moments émouvants d’échanges.

Et ne croyez pas que les bobos aient la primeur de la représentation. Bien au contraire. Tout le monde est représenté : de l’individu qui a une dette, à celui qui vit dans un appartement de plus de 60 m2, d’une personne qui a déjà vécu sans toit à celui qui vit dans les beaux quartiers de la rive gauche.

Tantôt informative, tantôt provoc, ludique et sensible, 100% PARIS entre dans l’intimité des parisiens et parisiennes avec une réelle tendresse. On rit, sourit et l’on se trouve toucher en plein coeur par une phrase, un regard ou la réponse simple à un sondage d’opinions habituellement barbant.

100 % PARIS
à la Grande Halle de la Villette
du 16 au 25 mai 2014

Vendredi et samedi à 20h30
dimanche à 16h30

Share

Festival HAUTES TENSIONS 2013 à la Villette – Livereport hip hop avec SERIAL STEPPERZ, RAULI KOSONEN, la Cie S’POART…

Première scène partagée à la Grande Halle de la Villette pour le Festival Hautes Tensions 2013.
Faisceau de lumière sur scène. Un premier danseur fait son entrée.
Les mouvements se font progressifs. Lumière de jour – lumière de nuit 
Le rythme se porte sur chaque partie du corps. Les mouvements prennent de l’ampleur. 
Jusqu’à l’arrivée d’un second danseur qui prend le relais du premier, tout en glissade. 
Les danseurs de Serial Stepperz Quartet débutent alors un cycle. La précision des mouvements hypnotise. 

La partition de ce nouveau spectacle intitulé Motherland propose un retour sources d’Afrique tout en finesse.
Mélange d’influences à travers les corps des danseurs portés par les sonorités d’un autre continent. 

Cette danse est généreuse. Nous procurant ce que la danse contemporaine a trop tendance à nous priver: un mouvement en continu, fait de rythme et d’envolées acrobatiques.
En une trentaine de minutes le charme opère, si bien que le public n’attend pas la fin du show hip hop pour battre des mains.
Aparté féminin avec la Cie Lady Rocks portée par 4 filles de caractère, habillées de noir et de bandana.
Une spectatrice du 2e rang de la Grande Halle commente en live et lance à sa voisine: « Ça envoie! J’aimerais pas les croiser!« 
Preuve que ces filles-là ont de la technique.
Rencontre de courte durée. 8 minutes de pas assurés, non dénués de charme.
Vient la séquence de trampoline bluffante, celle qui intriguait dans le programme de la soirée. Oubliez les exercices scolaires et autres démonstrations des pompiers de Paris (par exemple) auxquelles vous avez pu assister.
Le jeune  Rauli Kosonen  arrive à renouveler le genre avec une pointe d’humour ravageuse.
Imaginer le garçon, exceptionnellement privé de ses mains car entravées par un film plastique. Il trouvera pourtant suffisamment de force dans les jambes et la tête pour arriver à se propulser.
Quand il se libère enfin de ses liens, ses sauts ne sont que plus impressionnants encore.
Dernier tour de piste avec la Cie S’Poart accompagnée d’une bande-son qui vaut de l’or.
Presley, Hendrix, Nirvana ou encore Daft Punk sont convoqués pour ce Rock it Daddy tonique et désopilant.

Ça débute un peu comme une blague potache entre potes avec les tubes de papa ou grand-père: Jailhouse Rock, Swing The Mood (Jive Bunny & The Mastermixers)  ou Great Balls of Fire (Jerry Lee Lewis).
Hip hop et rock font plutôt bon ménage malgré le côté Forbans de la bande-son.Virage à 180 degrés avec Jimi Hendrix, Metallica et Rage Against the Machine.
Les danseurs prennent le rythme à contre-pied de ce que l’on pourrait attendre.
La fougue et la bonhomie des danseurs nous emportent dans un trip musical surprenant.Changement de tenues de scène pour chaque univers musical.
Final sur Robot Rockde Daft Punk, futuriste et diablement euphorique.

Dernière date de cette scène partagée: samedi 20 avril à 20h30

Prochaine plateau du 25 au 27 avril avec: Madrootz, Zamounda Crew, La Meute, R.A.F Crew !

HAUTES TENSIONS édition 2013
au Parc de la Villette

Jusqu’au 28 avril 2013

Share