Archives par mot-clé : voyage

Photo du mois #77 : Trophée

Alors Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de LaTribu de Chacha de choisir le sujet : Trophée.

Eté 2017 à Berlin.
On m’a parlé de Teufelsberg et de ses radars abandonnés aux graffeurs depuis de nombreuses années.

Eté 2018 retour à Berlin.
Alors en route pour les 3,5 km de marche et de montée pour accéder à cette station américaine abandonnée. Une balade en forêt avec crapaud sauvage, verdure chatoyante et moustiques en pagailles. 🙂
Cela faisait donc un an que je voulais découvrir ce site. Et une fois devant les grilles, les jours d’ouverture ont été modifiés sans préavis… #Frustration !

Du coup, j’ai suivi le chemin autour du site derrière les barrières. Et au détour d’un virage, là, derrière les cimes des arbres : mon trophée. La plus haute tour du complexe de Teufelsberg trône en majesté, comme une consolation.

Teufelsberg

Pour découvrir d’autres surprenants trophées, faites-un tour sur les autres blogs participants :
Josette, Tambour Major, Chiffons and Co, Morgane Byloos Photography, Lau* des montagnes, Giselle 43, Christophe, Pat, Escribouillages, Pilisi, Nanie, Sandrin, Danièle.B, Lavandine, Xoliv’, Renepaulhenry, Blogoth67, Laurent Nicolas, Philisine Cave, écri’turbulente, Betty, J’habite à Waterford, magda627, Julia, Alexinparis, Mamysoren, Krn, Sous mon arbre, La Tribu de Chacha, Gilsoub, Mirovinben, Weeteweete, Nanouk, Gine, Nicky, Pink Turtle, FerdyPainD’épice, Lilousoleil, Josiane, El Padawan, Frédéric, Céline in Paris, Akaieric, Dr. CaSo, Travelparenthesis, Jakline, Cricriyom from Paris

Share

Château de Voltaire à Ferney : superbe rénovation pour indispensable visite

Rénovation complète du Château de Voltaire qui a été la dernière résidence de l’écrivain pendant 20 ans. Un cadre de vie devenu lieu de mémoire d’un penseur qui suscite toujours l’admiration, si ce n’est la passion, à travers les siècles et le globe. Un grand nombre d’Américains serait venu au cours des premières semaines après la réouverture du monument.
Accessible en bus depuis Genève, Ferney est une ville plus qu’accueillante, comme l’écrivain en son temps. 

Château de Voltaire Château de Voltaire

Voltaire en son château

Ma relation avec Voltaire fut finalement brève : Candide, les Lumières, la rivalité avec Jean-Jacques Rousseau.
Le redécouvrir à travers ce monument de la ville de Ferney a réveillé en moi mon intérêt pour l’auteur et l’homme qu’il a pu être. Et puis, une personnalité qui a comme particularité, entre autres, d’avoir refusé à son époque la visite d’un jeune compositeur en tournée européenne nommé Mozart, ça force le respect. 🙂

Qui sait que Voltaire avait appris à parler en rime ? Saviez-vous qu’il appréciait l’art de la controverse et qu’il traduira Shakespeare qu’il découvrit lors d’un voyage en Angleterre.

Château de Voltaire

La mise en espace du Château de Voltaire révèle l’influence que Voltaire avait sur le monde : accueillant nombre d’invités venus le rencontrer ou lui demandant de l’aide.
C’est aussi l’évocation de son écriture qui est mise en avant. L’écrivain a sans cesse enrichi ses écrits, annotant, rajoutant des mots, des phrases dans ses livres pour les rééditions successives de ses écrits.
Le château a une vraie importance dans la biographie de son hôte. « Les plus grands combats de Voltaire ont été dirigés ici » comme nous le confirme l’administrateur du Château, François-Xavier Verger.

Et sa conception de la cité idéale en incitant les initiatives locales, en participant à l’essor de sa commune est née ici-même à Ferney.

Chateau de VoltaireChâteau de Voltaire

Château de Voltaire : heureuse rénovation

Ce qui est incroyable c’est la documentation qui a traversé les siècles : plans, maquette, échantillons de tissus, gravures, inventaire… Ces éléments ont permis de restituer ce qu’était le château à l’époque de Voltaire.
La rénovation n’a donc été que plus fidèle.
Bien sûr, la bibliothèque n’est plus – acquise pas l’impératrice Catherine II après la mort du « patriarche de Ferney« , elle se trouve à Saint-Petersbourg. Certains murs sont tombés, la chambre a changé de place mais l’évocation n’est pas fantaisiste pour autant.

La façade a retrouvé son éclat.

Le deuxième étage qui n’est pas accessible au public réserve de très belles pièces qui pourront accueillir chercheurs, étudiants, dans des conditions optimales.

Le jardin offre différents points de vue sur le monument tout en proposant un cadre paisible. Car il est bon de faire une pause avant ou après la visite, de prendre le temps de la contemplation.
Peut-être que l’inspiration de l’auteur viendra vous titiller l’esprit et qui sait révélera l’auteur qui sommeille en vous.

Une chose est certaine : l’attraction de ce beau décor sur ses visiteurs. Il ne fait aucun doute que j’y retournerai.

Château de Voltaire

BONUS : Voltaire s’était fait construire un tombeau, en forme de pyramide, accolé à une église. Son nom, sur la façade, est plus gros que celui de Dieu juste en-dessous.
Finalement, il ne séjournera pas dans cette dernière demeure. Ses restes seront transférés au Panthéon. Saviez-vous qu’il y est le plus ancien pensionnaire ?

Château de Voltaire

Château de Voltaire
Allée du Château
01210 Ferney-Voltaire
Tél. 04 50 40 53 21 

Ouvert tous les jours 
sauf le 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre, 25 décembre

site officiel : www.chateau-ferney-voltaire.fr

Château de Voltaire

Share

Pâtisseries new-yorkaises : nos 4 adresses alléchantes à Manhattan

À New York, en bon européen on tente toujours de manger en mode healthy.
Mais on craque toujours, avec plaisir,  pour quelques douceurs et viennoiseries grasses ou très sucrées.

Lors de notre dernier périple dans la Big Apple, l’équipe a testé 4 petites perles de pâtisseries new-yorkaises qui vous feront oublier Dunkin’ Donuts, Manoglia Bakery et même les Cronuts de Dominique Ansel.
Subtilité, gourmandise et tradition avec Eileen’s Special Cheesecake, Supermoon Bakehouse, Besfren et Little Pie Company.
Partant pour notre tour des pâtisseries new-yorkaises ?

Supermoon Bakehouse

En une visite, cette pâtisserie au design épuré est devenue le phare de nos mâtinées.
Impossible de ne pas s’y arrêter pour y dégoter une viennoiserie qui rivalise avec le savoir-faire français, mais twistée en mode Kawaii.

Donut Gelée de Litchi

Côté donuts, si celui à la Gelée de Litchi est très agréable, on mettra un gros cœur créatif à celui au sésame noir et fruit de la passion.

Donut Sésame noir et fruité de la passion

Les croissants sont haut de gamme (et grand format), aussi fin que les meilleurs de notre côté de l’Atlantique.  Et le gros plus c’est les versions fourrées comme le Matcha-citron à l’intérieur vert émeraude.

Mais le Spécial wknd est définitivement hors catégorie.
Lors de notre séjour, c’est un Toasté dôme de mousse au chocolat avec un cœur de caramel au beurre salé, des touches de gelée aux fruits format cube.

Et pour les réfractaires du sucré, il y a aussi un croisant jambon-fromage et la version tourte épinard doublement dorée au four.
A vous de les tester !

Prix : de 3,75 $ à 8 $

Supermoon Bakehouse
120 Rivington Street
New York, NY, 10002

Eileen’s Special Cheesecake

A quelques rues de Supermoon (et 15 min de marche à pied  ;-), vous trouverez les cheesecakes d’Eilleen’s.
Oubliez tout de suite les parisiens Berko ou Rachel’s, aucune adresse parisienne et même new-yorkaise ne pourrait tenir la comparaison.

Avec environ 28 parfums différents, il faut prendre son temps et ne pas être accompagné d’un(e) balance pour assurer un choix judicieux.
Dans tous les cas, ce sera toujours le bon !

Tous fondent en bouche et le sucre est toujours bien dosé. Alors inutile de réfléchir trop longtemps.

On a jeté notre dévolu sur le cheesecake Pumpkin (courge) : un parfait mélange de sucré/salé, le cookie (Oreo) savoureux, le Blackberry (mûre) et sa gelée de fruits qui ne coule pas sur les doigts quand on le mange dans le métro. Et sans oublier le Salted Caramel (caramel salé) aussi doux que gourmand.

Si vous souhaitez faire une cheesecake party un soir, vous pouvez commander un grand format (avec aussi des gluten-free, des sugar-free ou au tofu )

Prix : 3,50$ pour les individuels

Eileen’s Special Cheesecake
17 Cleveland Place
New York, NY 10012

Little Pie Company

Une vraie Apple Pie de tradition, c’est ce que promet Little Pie Company.
Petit détour dans Hell’s Kitchen entre la 9e et la 10e avenue pour plonger la cuillère dans la Old Fashionned Apple Pie.


Après quelques mots en français échangés avec la serveuse, un sourire (chose devenue rare à New York), la tarte nous est servie tiède dans une assiette et plusieurs cuillères pour partager.

Premier coup de cuillère, la masse de l’Apple Pie décompresse. Avec plaisir, on détache une portion de ce dessert. Les goûts sont parfaits, les pommes fondantes. Les papilles sont ravies. Surtout que côté sucre, c’est très light.

On recommande tout de même de prendre une portion pour deux, sauf si vous n’avez pas fait de pause dej.  🙂
Sinon les différentes recettes sont servies à la part.

Prix : entre 9,5$ et 12 $ la tarte portion

Little Pie Company
424 West 43 Street
New York, NY 10036

Besfren

En descendant la 5e avenue, à deux pas de l’Empire State building, on tombe sur Besfren : une pâtisserie moderne empreinte de l’esprit du quartier : Koreantown.

Au départ, on est attiré par les glaces au matcha ultra photogénique.
Et puis, on se laisse séduire par le gâteau nuage, une sorte de donut ultra léger avec un nappage au choix.
On a choisi framboise-camomille, un mélange subtil et très savoureux.

Besfren
315 5th Avenue
New York, NY 10016

Et vous, quelles sont vos bonnes adresses de pâtisseries new-yorkaises ?

Share

L’épopée du canal de Suez : remarquable aventure au cœur du monde à l’Institut du monde Arabe

1869. L’Égypte se prépare à un grand bouleversement : l’inauguration d’une voie maritime permettant de relier l’Europe à l’Asie sans contourner l’Afrique. Une véritable révolution ! L’Institut du Monde Arabe retrace les dessous d’un des projets les plus fous de notre monde moderne. De son histoire antique jusqu’à la percée d’une deuxième tranchée en 2015, L’épopée du canal de Suez nous permet de mieux comprendre les enjeux d’un canal dont l’histoire ne fait que débuter.

L’exposition s’ouvre sur l’inauguration du canal de Suez à Port-Saïd, le 17 novembre 1869. Parmi les milliers d’invités conviés à cette occasion figure l’impératrice Eugénie. Le faste et la somptuosité exigés par le Khédive et vice-roi d’Égypte Ismaïl Pacha nous saisissent d’emblée. Cet événement représente l’entrée de son pays dans une ère moderne et indépendante. Il est donc crucial.

épopée du canal de Suez

Une histoire ancienne

En raison de sa position géographique stratégique, la percée du canal de Suez n’est finalement que l’aboutissement de nombreux autres projets ayant vu le jour au cours de l’Histoire. Tout commence il y a près de 4 000 ans avec Sésostris III. Il crée un canal entre le Nil et la mer Rouge afin de faciliter le commerce. Au fil du temps, il fut ensablé, modifié, prolongé, délaissé avant d’être détruit au VIIIe siècle pour éviter une invasion maritime.

épopée du canal de Suez

Par la suite, l’exploitation de l’isthme a été envisagée à de multiples reprises, sans succès. Il faut attendre l’accord de 1854 entre le diplomate français Ferdinand de Lesseps et le roi d’Égypte Saïd Pacha pour aboutir à l’élaboration du canal que nous connaissons.

Une prouesse technique

Entre les conditions météorologiques, les contraintes géographiques et la pénibilité du travail, des dizaines de milliers d’Égyptiens réquisitionnés périssent. Profitant de l’essor technologique de l’époque, de nombreuses machines innovantes sont alors créées de façon à améliorer les conditions de travail. Au terme de dix années de travaux colossaux, le chantier s’achève enfin.

Néanmoins, sa position stratégique dérange…

épopée du canal de Suez épopée du canal de Suez

Une source de convoitise

Peu de temps après, face à son déficit important, l’État égyptien est contraint de céder ses parts de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez. Suite à leur rachat par la Grande-Bretagne, l’Égypte se trouve ainsi sous tutelle financière franco-britannique.

Face à une occupation étrangère de la zone du canal de Suez, sa reconquête devient une priorité nationale.

épopée du canal de Suez

C’est chose faite le 26 juillet 1956 lorsque Gamal Abdel Nasser annonce la nationalisation du canal. Alors, les relations internationales avec l’Égypte deviennent houleuses et de nombreuses guerres s’ensuivent jusqu’en 1975 dans le but d’obtenir le contrôle de cette zone géographique privilégiée.

Un pari pour l’avenir

Régulièrement élargi ou creusé, le canal atteint son record d’affluence en 2008. Il se voit même doublé en 2015 dans le but de faciliter le croisement des bateaux. Son importance est telle qu’il est la troisième source de revenu du pays.

Situé au centre du monde et lien tangible entre les civilisations, le canal de Suez n’a donc pas fini de nous surprendre !

Bonus : de nombreuses activités sont proposées en lien avec l’exposition : visites guidées, concerts, conférences, ateliers pour ravir petits et grands !

by Jean-Philippe

épopée du canal de Suez

Exposition L’épopée du canal de Suez

Jusqu’au 5 août 2018

du mardi au vendredi de 10h à 18h
samedi et dimanche de 10h à 19h

À l’Institut du Monde Arabe
1, rue des Fossés-Saint-Bernard
75015 Paris
Tél : 01 40 51 38 38

Share

Origines @ Jardin du Luxembourg : la force naturelle de la Terre

Les expos du Jardin du Luxembourg sont le plus souvent l’occasion d’en prendre plein les yeux, à travers des voyages en photographies. Avec Origines d’Oliver Grunewald, on se prend une grande claque visuelle.
Énergie, couleurs, passion et écologie sont les maitres-mots du photographe.

Origines

En 80 photos, c’est une rétrospective de 35 ans de travail qui s’affiche sur les grilles du Palais du Luxembourg, pour un projet né il y a 7 ans.

Origines : la Nature dans l’obturateur

Après ses études aux Gobelins, il a fallu peu de temps à Olivier Grunewald pour se rendre compte que c’était la nature qui l’obnubilait avant tout.
Cette exposition Origines, est l’occasion de mettre en avant sa passion pour les forces de la Nature, les énergies de la Terre et les beautés géologiques.

Origines
Photos © Olivier Grunewald

A travers 35 ans de reportages, avec des clichés réalisés en argentique à la chambre photographique jusqu’au numérique pour ces dernières années, le photographe transcende les forces de la nature.

Et ce n’est pas un exercice facile, même en mode 2.0.
Mais l’artiste applique toujours sa devise : « La photo c’est une tranche de vie » : attendre le bon moment,  la bonne ambiance et la bonne lumière, même en numérique…
Toucher et capturer un instant unique.

Origines

« Ce qui est fascinant, c’est de voir que la Terre vit »

Et avec Olivier Grunewald, on reste bouche-bée face à ces décors qui vivent, vibrent !
Il faut dire aussi que les tirages réalisés par le labo Phidap sont magnifiques. Sur certaines photos exposées, on a  la sensation de relief alors qu’elles ne sont qu’en 2D. Les contrastes noir/couleurs sont bluffants.
#Exceptionnel !

Origines
Photo © Olivier Grunewald
Origines
Photo © Olivier Grunewald
Photo © Olivier Grunewald

C’est fou d’être si proches de la force de la nature par ces images, et c’est si rare d’avoir quasiment des frissons devant des vues si énergiques et si humblement réalisées.

Origines

Photo © Olivier Grunewald

Origines
Photo © Olivier Grunewald
Origines
Photo © Olivier Grunewald

Avant tout c’est l’humanité du photographe qui séduit. Lui qui est l’un des 3 ou 4 spécialistes mondiaux de la photo de volcan et force le respect : « avec la nature, on est hors de notre contrôle. »

Et pour ceux qui ne pourraient venir à Paris, rendez-vous sur le site dédié.
#Classe

Exposition Origines

de Olivier Grunewald

du 17 mars au 15 juillet 2018

Grilles du Jardin du Luxembourg
Rue de Médicis
75006 Paris

Exposition gratuite

Share

Pop-up store Food is Great @ Galeries Lafayette Gourmet

Jusqu’au 6 mars, les Galeries Lafayette Gourmet nous font économiser le prix d’un billet aller-retour Eurostar. Le pop-up store Food is Great concocté par Emma’s Corner regorge de produits anglais de qualité pour s’inspirer de saveurs inédites.

Food is greatFood is great Bonne nouvelle ! Le porridge, une des exceptions culinaires anglaises, est apprécié par les Français, la preuve avec la marque Rude Health dans plusieurs enseignes parisiennes. Et pourtant c’était encore inimaginable il y a une dizaine d’années.
Maintenant que nous sommes prêts aux audaces Made in England, cédons à d’autres tentations !

Sous le thème de Shakeaspeare in love, en mode trendy, quirky et innovant, le pop-up store Food is Great dévoile quelques merveilles à tester sans attendre.

Food is greatBien sûr, c’est le sucré qui nous a tapé dans l’œil en premier.
Notamment la belle collection de tablettes de chocolat carrées signées Willie’s Cacao. On a adore les noms : Milk with the stars, Luscious Orange, Milk of the Gods… Il y en a une dizaine d’autres à découvrir sur place.

Food is great

La représentante de l’Ambassade de Grande-Bretagne nous a conseillé de céder au sticky toffee pudding, à réchauffer pour une pause sucrée, idéale en plein hiver. Il faut aussi goûter aux pies, les tourtes salées anglaises : traditionnelles (creamy mushroom) ou un peu plus originales (épinards). Les produits de la marque Clive’s sont bio, vegan et faits maison. Une gageure.

Food is great

La famille royale est représentée dans les rayons du pop up store avec la Mey Selections du Prince Albert qui valorise les producteurs autour du Castle of Mey, demeure royale en Écosse.

Préparons-nous dès maintenant à l’été, il va vite arriver. En réserve : la boisson rafraichissante number 1 en UK et encore inédite en France, Pimm’s. Car aussi incroyable que cela puisse paraitre : « il peut y avoir les mêmes vagues de chaleur à Londres qu’à Paris ! »

Food is Great

Pop-up store FOOD IS GREAT
by Emma’s Corner

aux Galeries Lafayette Gourmet
Rez-de-chaussée
35, Boulevard Haussman
75009 Paris

jusqu’au 6 mars 2018

Share

Voyager en mode Planète Geek avec Lonely Planet : le pied

Quand on part à l’autre bout du monde, on a tous des envies, des lieux incontournables que l’on veut visiter. Et s’ils sont uniques ou décalés c’est encore plus trippants !
Planète Geek de Lonely Planet nous propose de trouver les spots qui font référence à un film, une série, un jeu vidéo ou encore plus forts : à des animaux fantastiques…
Bref de faire de la magie une image réelle et un souvenir incroyable.

Planète Geek : un guide décoiffant !

Ce guide n’est pas un guide de voyage traditionnel que avez en main. C’est plus un complément pour vous détourner des chemins habituels du voyageur-barroudeur.

Planète Geek
Les décors sont regroupés en 73 grandes thématiques : Alien et Predator, Vaudou et sorcellerie, Le Maine de Stephen King, Les rendez-vous de l’e-sport, Sciences bizarroïdes…et bien sûr les grands classiques Starwars, Game of Thrones, Harry Potter
Un recueil pour tous les geeks, pour tous les fans !
A travers chaque thème, vous pouvez quasiment toujours faire le tour du monde.

La Planète Geek x USofParis

Bien sûr, il n’y a pas que des lieux qui ont servi de décor à des tournages référencés. Vous y dénicherez des salons de fans, des bars, des musées, des monuments.

La team a fait une courte sélection d’endroits insolites, bizarres,  connus ou non des fans afin de montrer la diversité de ce guide.

Pas très loin, en France !

La Reine Alien dans le Vieux Lyon

Le Musée Miniature et Cinéma créé par Dan Ohlmann dans un immeuble du XIVe siècle déborde de costumes, maquettes et autres trouvailles issues de plateaux de tournages.
LA pièce maîtresse la Reine alien, du film de James Cameron. Dan l’a dénichée abandonnée dans un hangar, puis l’a restaurée. Elle est donc à admirer dans une mise en scène apparemment surprenante.
Beaucoup d’autres pépites pourraient aussi faire votre bonheur.

Planète Geek
Photo © musée miniature et cinéma

La petite fête du Loup-Garou

Voici la seule commémoration pour ces personnages fantastiques connu dans le monde.
Depuis 1997 à Amange, petit village du Jura, chaque année on célèbre la capture et la mise au bûcher de Gilles Garnier, en 1574. Il est l’un des rares criminels condamné comme loup-garou par la justice.
Et pour les fans d’excursion, tentez le Sentier du loup-garou.

Tout près de la Capitale et du Capitole

Rendez-vous à l’Espace d’Abraxas à Noisy-le-Grand au nord de Paris.
Devenez Katniss Everdeen ou Peeta le temps d’une visite de cet ensemble immobilier de 600 logements.

Planète Geek
Photo de l’artiste AHTLAQDMM


L’architecture néo-classique de l’Espagnol Ricardo Bofill a séduit l’équipe de production qui y a tourné une des séquences majeures de Hunger Games, la Révolte épisode 2.
A noter que ces bâtiments sont déjà apparus dans Brazil de Terry Gilliam, en 1985.

Un peu plus loin, un saut en train ou en avion…

Le quartier général des Ghostbusters

En plein cœur de Tribeca, à New York, cet immeuble est l’emblématique extérieur du film S.O.S. Fantômes, version 80’s.

Planète Geek
Cette caserne, construite en 1903, abrite toujours la Hook & Ladder Company 8.
Et lorsque qu’on lui tombe dessus au détour d’une rue, on a forcément les yeux qui pétillent !

Le Musée dédié à Schwarzenegger

Bienvenue en Autriche dans la petite ville de Thal Bei Graz (oui, ça ne fait pas très autrichien…) Mais c’est bien ici, dans la ville natale d’Arnold, que sa maison d’enfance a été transformée en musée.

Planète Geek
Photo © Planet Geek

Tenu par un ancien camarade de classe, vous pourrez parcourir la vie d’Arny : de Mister Olympia à l’acteur jusqu’au gouverneur de Californie.
T-800 en taille réelle, en chair et en exosquelette, l’épée de Conan le Barbare, mais aussi son lit d’enfant.
Insolite et culte !

Le restaurant classé secret

Downtown Chicago, sans le mot de passe, impossible de diner au Safehouse, sans subir un interrogatoire digne d’un espion.
Ce restaurant caché vous fera entrer l’instant d’une soirée dans la peau d’un espion lors d’un rendez-vous secret.
La légende veut qu’un agent du FBI airt perdu un suspect dans l’établissement d’origine à Milwaukee…

Le Manoir de la Famille Wayne

Batman by tim Burton, Downtown Abbey, The Queen ou 28 semaines plus tard ont aimé le style gothique du manoir Knebworth House en Angleterre. Ce lieu majestueux ouvert au public vous permet de visiter l’intérieur ou les jardins qui ont accueillis Oasis, Metallica ou les Pink Floyd.
Un moment magique de temps suspendu comme seule l’âme british le permet.

Planète Geek

Difficile de faire un choix parmi les 500 lieux proposés.
Alors il vous reste à découvrir la librairie Lello de Porto qui inspira J. K. Rowling pour Harry Potter, les paysages de Nouvelle-Zélande qui ont accueillis les tournages des films du Seigneur des Anneaux.
Et pour un trip technologique, cet hôtel japonais géré par des robots…

So geek notre planète !

Planète Geek

Éditions Lonely Planet

Auteurs : William Audureau, Damien Leloup, Joffrey Ricome, Morgane Tual

Share

Château de Cheverny : l’escapade familiale idéale !

Inaltérable joyau de la Sologne depuis le 17ème siècle, Cheverny est aujourd’hui le deuxième château de la Loire le plus visité. La raison d’un tel engouement ? L’attrait insufflé par une famille ingénieuse et passionnée pour ce décor déjà exceptionnel. À travers une présentation autant ludique qu’instructive, enfants et plus grands (re)découvrent un lieu dont le présent compte tout autant que le passé.

Un patrimoine familial

Depuis plus de six siècles, le domaine de Cheverny a traversé les aléas de l’Histoire en restant dans la même famille. Aujourd’hui encore, le château est habité par le Marquis et la Marquise de Vibraye. C’est probablement de là que vient le charme si singulier de cet endroit.

L’intérieur nous fait découvrir l’ambiance chaude et feutrée de véritables lieux de vie aux styles variés. Le mobilier, les tapisseries et les œuvres d’art sont dans un état de conservation remarquable. De la salle à manger à la chambre du Roi en passant par la salle d’armes, c’est toute la quintessence de l’art de vivre à la française depuis 1634 qui s’offre à nous.

Si de charmants chérubins restent insensibles aux subtilités du style Empire, ce n’est pas bien grave ! Ils s’amuseront alors à reconnaître les fables de La Fontaine en Lego® disséminées un peu partout dans les pièces. C’est ça, le petit plus Chevernyen 😉

Chateau de ChevernyChateau de Cheverny

Des invités surprenants !

Mais que font donc Tintin et ses acolytes à Cheverny ? Observez-bien les lignes classiques du château, Hergé s’en est inspiré pour créer Moulinsart ! Partez à l’aventure à travers un parcours interactif, sensoriel et stimulant qui recrée les scènes mythiques de la bande dessinée.

Dans le grand salon, le téléphone sonne. Répondez ! Nestor est absent, c’est peut-être urgent. Vous pouvez également mettre en marche les inventions farfelues du Professeur Tournesol dans une réplique fidèle de son laboratoire. Gare à vous !

En outre, de nombreux objets tirés de la saga ont été fabriqués. Vous verrez ainsi un disque de Bianca Castafiore, une reproduction de La Licorne mais surtout le sous-marin requin de Tournesol.

Chateau de ChevernyChateau de Cheverny

Haut lieu de vénerie

La chasse à courre fait partie de l’héritage culturel du château. Une meute de plus de cent chiens y réside à l’année. Ainsi, vous pourrez assister à la « soupe des chiens », moment insolite où nous observons la subordination des chiens à l’homme qui les a élevés.
Bluffant : l’homme en question connaît le nom de chaque chien !

Chateau de ChevernyChateau de Cheverny

La nature comme écrin

Le parc arboré à l’anglaise se distingue par sa grande diversité : séquoias, tilleuls, cèdres, labyrinthe en lauriers du Caucase…

Des espaces verts viennent ponctuer la balade avec en premier lieu le Jardin des Apprentis. Mélangeant avec subtilité la rigueur d’un jardin à la française et la liberté d’un jardin à l’anglaise, vous aurez plaisir à le traverser pour vous rendre à l’orangerie savourer un chocolat chaud « maison ».

Il y a également le Potager-Bouquetier, où les légumes côtoient les fleurs avec une certaine poésie. C’est une parenthèse très agréable.

Chateau de Cheverny

Enfin, pour un instant bucolique, privilégiez la visite du domaine forestier en bateau sur l’ancien canal. Vous succomberez à coup sûr au charme des cyprès chauves…

Vous souhaitez profiter plus longuement du scintillement magique des décorations de Noël sur le château ? Cheverny propose d’agréables suites dans ses dépendances. De surcroît, des activités éphémères s’ajoutent quasiment tous les mois.
Ainsi, l’expérience est sans cesse renouvelée.

Par ailleurs, si vous avez le plaisir de croiser le Marquis et la Marquise de Vibraye, partagez un moment avec eux. Avec leur dynamisme et leur humour, vous percevrez mieux la magie du lieu 🙂

Des échafaudages gâchent vos photographies ? Gardez à l’esprit cette citation du Marquis : « Un château en travaux est un château en vie ! Il s’inscrit ainsi dans l’éternité ! »

C’est tout ce que nous lui souhaitons !

Chateau de Cheverny

Château de Cheverny

Avenue du Château
41700 CHEVERNY

Tél. : 02 54 79 96 29

Ouvert tous les jours sans exception

Site officiel : www.chateau-cheverny.fr

Share

Un Grand Week-end à Paris 2018 : pour un séjour parfait #concours

L’édition 2018 guide Un Grand Week-end à Paris a une invitée de choix : Isabelle Spanu, la truculente et inspirée blogueuse de Mon Joli Paris.
Au programme : des coups de coeur, des adresses rares, originales et des must-see (21 quartiers à arpenter).
On a repéré 5 bons conseils dans ce guide parmi une bonne centaine d’activités, visites et autres incontournables.
Un grand week à Paris

Ensuite : une des meilleures adresses healthy

On a testé le brunch du samedi ! On l’a aimé.
Ici, de 11h à 15h, les larges tables font face à l’activité à plein régime des 3 gars derrière le comptoir. On s’est fait la totale : jus détox, assiette gourmande (au choix végétarienne ou poulet aux herbes de Provence) et un super dessert, des pancakes au lait de coco.

Un grand week-end à Paris

Gravity Bar : cocktails au top

Isabelle raffole de l’ambiance et de la déco.
Nous, on a testé les cocktails en mode fooding et les bons petits plats.
Le repère de la rue des vinaigriers n’est pas grand mais il est vraiment attachant.

IDA : prochain coup de cœur 
Un restau qui est dans notre todo list depuis un moment.
L’avis d’Isabelle est sans appel : « j’y ai mangé les meilleures pâtes à la carbonara de Paris » et sans crème !
Il y a donc urgence pour vous comme pour nous de nous rendre à cette adresse  de la rue Vaugirard et ainsi faire la connaissance du bogosse Denny Imbroisi.

Visite guidée du Père Lachaise
Aussi dans notre todo-list : la visite de Thierry Le Roi. Ce guide connait le cimetière comme sa poche. Il en connait les recoins et les anecdotes capables de laisser sans voix le Parisien blasé. Bref, un incontournable quand on pense avoir vu les plus belles tombes.
Des petites merveilles se dérobent au grand public.

Sergeant Paper
On adore la palette de sérigraphies proposées. Il y a des artistes inconnus et des incontournables comme Shepard Fairey, alias Obey.
Ne pas manquer la partie livre avec de belles éditions. Il y a aussi des t-shirts de créateurs, des events sympa. Que des bonnes raisons de passer par la rue Quincampoix.

Encore beaucoup d’autres découvertes à faire avec Un Grand Week-end à Paris 2018 qui conseille celles et ceux qui veulent se faire un beau séjour dans la capitale et qui réserve de belles surprises aux Parisiens.

CONCOURS

Des exemplaires du guide Un grand week-end à Paris 2018 sont à gagner ici !!

Le principe est simple : nous laisser un commentaire juste en-dessous en n’hésitant surtout pas à partager ce que vous rêvez de faire à Paris.

Tirage au sort parmi tous les participants dans 2 semaines.
Les gagnants recevront un mail pour leur demander leurs coordonnées complètes pour l’envoi du guide.

AUGMENTEZ VOS CHANCES DE GAGNER en likant le post du concours sur la page officielle FB du blog

Bonnes chances à tous et toutes !

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Granville : ville d’histoire, plage et Musée Dior à 3h de Paris

Éclectique, dépaysante, attachante, ensoleillée… 
Les qualificatifs ne manquent quand on passe plus d’une journée à Granville.
3h de train seulement dans un Intercités moderne et confortable séparent Paris de la ville de naissance de Christian Dior.
Blog trip survitaminé pour découvrir tout le charme de cette destination normande revigorante !
Etape 1 : les essentiels
DiorChristian Dior

Musée Christian Dior

C’est la visite incontournable pour la maison, le jardin, la vue sur la mer, l’Ile de Jersey et l’exposition temporaire.
Cette villa qui a résisté à la destruction a été un lieu important qui a marqué la vie et la création du couturier. Deux couleurs importantes ont bercé la jeunesse de l’artiste : le gris inspiré des teintes du paysage qui se déploie depuis le jardin – car il peut aussi pleuvoir en Normandie – et le rose de la façade et des fleurs environnantes. La silhouette de femme fleur du premier défilé signé Dior en 1947 aura donc bien une origine normande.
Le jardin est fidèle à ce qu’il était par le passé, grâce à des photos d’époque. En revanche, l’aménagement des intérieurs de la belle demeure n’a pas été recréé par manque de source, alors que l’on sait que la mère du couturier avait le goût des belles choses.

Christian DiorChristian Dior

Christian Dior
Costume marin d’enfant évoquant le jeune Christian Dior

L’exposition Christian Dior et Granville révèle les belles affinités, entre l’homme et la ville : la plage, le carnaval, les amitiés. Il y avait une sorte de « Granville Connection » autour de l’artiste qui s’était entouré de beaucoup de ses amis d’enfance pour créer ses collections. Évocation aussi de sa famille, ses parents, ses frères et sœurs dont Catherine qui aura droit à un parfum Miss Dior.
Dans les différents espaces, des pièces historiques signées Yves Saint Laurent, John Galliano ou encore Raf Simons viennent révéler la fidélité des couturiers qui ont suivi le créateur.

Trip nature en gyropode 

Une activité décoiffante à faire à plusieurs pour découvrir les alentours de Granville, la campagne, la verdure, la plage…
Pascal, notre génial moniteur, est prêt à tout pour nous faire aimer le gyropode. Il prend ton smartphone pour immortaliser, sécurise les passages étroits. Aucun risque pour détente maximale.
Etonnamment, l’appareil est bluffant. Il faut 4-5 min seulement pour trouver l’équilibre. C’est instinctif et donc surprenant de facilité.
Les paysages défilent entre 15 et 20 km/h. On peut faire des pauses pour apprécier des points de vue sur la plage, mais aussi dévaler un terrain vierge pour une prise en main grisante.
8 km plus tard, on rentre les poumons gorgés d’air pur et iode.
#bonheur

Granville : ville d’histoire

Il est passionnant de se pencher sur l’histoire de Granville. Avant le 15e siècle, ce bout de terre n’était qu’une roche qui comptait quelques cabanes de pêcheurs. Les premiers à s’installer sont les Anglais au cours de la guerre de 100 ans, ce sont eux qui ont posé la toute première pierre et à qui l’on doit la fortification.
Une fois la cité reprise après un chaud affrontement, Charles VII incitera à s’installer à Granville en proposant la Charte des Franchises en 1445. Le principe : exonération de taxes et autres impôts, en contrepartie : être prêt à se battre de battre comme de jour. Cette charte prendra fin avec la Révolution.

Saviez-vous que la station balnéaire compte 3 villes en une ? Il y a le centre, la vieille ville sur les hauteurs et le quartier St Paul.

Et que la plus belle vue est depuis l’Église Notre Dame, un monument aux styles s’accordant parfaitement entre eux : roman, gothique et gothique flamboyant. Cette église est dédiée aux marins pêcheurs qui venaient et viennent toujours chercher le soutien de la Vierge pour braver la mer.

La suite du blog trip –> Granville, ville bouillonnement artistique et culturel

Granville

Liaison directe en Intercités depuis Paris Montparnasse Vaugirard 3
3 heures pour 326 km

Bon plan : petit prix à 25e
Possibilité de réserver sa place à bord

Site officiel : ville-granville.fr 

Christian Dior
Rosier « Jardin de Granville »


BONUS

Pascal, moniteur et acrobate

 

Share