Concert TOM JONES diabolise Jazz à Vienne & Matt Dusk

Semaine grand écart. Tout juste sorti de l’euphorie d’Arcade Fire au Zénith, j’ai pris un train express pour le sacre de Tom Jones à Jazz à Vienne.

Faut bien savoir que les vieux crooners, ça court pas les rues. Il y aurait bien Paul Auka. Mais il a un sourire trop artificiel pour être honnête.
Et puis Tom Jones ce sont des souvenirs, plutôt décalés et un organe sans pareil.

Comme beaucoup de trentenaires, je l’ai découvert dans la série Le Prince de Bel-Air lors d’une apparition surréaliste en Dieu le père entonnant son hymne:  It’s not unusual. Sans oublier une participation en guest-star inégalée dans le film de Tim Burron, Mars Attacks!

Et ce mercredi, heureux de constater que je n’étais pas le seul « jeune » de la soirée, dans les gradins et aussi sur scène avec la présence, en première partie, du canadien Matt Dusk. Un petit jeune qui minaude à n’en plus finir. Tout est tellement sous contrôle – costume serré avec chaussures vernies, choucroute de cheveux gominés, sourire de tombeur – que l’on pourrait croire à un retour violent dans les années 50.

Matt a décidemment les atouts pour être un pur crooner pour grand-mères, avec ses petites chansonnettes qui sentent bon le miel: My little miracle is you. Mais pas sûr qu’il fasse chavirer le coeur des plus jeunettes.

Passée cette jolie guimauve laquée, le public n’en pouvait plus d’attendre le King.
Tom Jones fait alors son entrée sur un très rock Burning Hell. On ne devine que sa silhouette. Ce soir, il sera démoniaque pour mieux nous accrocher à sa voix. Et quelle voix! Avec les années, sa passion pour le Dom Pérignon, il n’a rien perdu de ce coffre.

Les petits pas du crooner sur les premières chansons laissaient à penser que l’âge avait marqué quelques points. Mais Tommy est un diesel, et il s’échauffe tout au long du concert. Son regard espiègle ferait perdre le nord à un pigeon voyageur.

D’anecdotes sur les reprises de Jerry Lee Lewis aux éclats de rires, l’esprit et le déhanché d’Elvis le guettent. Notamment quand il s’agit de reprendre Run on.

Passé minuit, Tommy finit par venir à bout d’un public qui peine à quitter son siège. Vient alors le dernier titre, devant un parterre debout. Ce sera un Kiss retentissant avant le salut final.
Le public sort du Théâtre antique revigoré, avec l’idée qu’il n’est peut être pas prêt de revivre une rencontre aussi intense avec le crooner made in England.

Share

7 réflexions sur « Concert TOM JONES diabolise Jazz à Vienne & Matt Dusk »

  1. Entièrement d’accord avec vous! je l’écoute depuis 40 ans, découvert dans ses show aux USA, pour moi, il est THE BEST, avec sa voix… à tomber parterre… la classe, sa présence. C’est du bon boulot tout simplement, je crois que ça s’appelle le talent.enfin ça change avec tous ces minables d’aujourd’hui… faites le revenir à Vienne!

      1. Je ne sais pas qui vous êtes mais je suis contente de voir qu’Il est aimé car franchement en France on ne le voit jamais à la télé. Et pourtant il rempli les salles malgré tout! J’aurais tant aimé pouvoir aller à Carcassonne. Je l’ai vu à Paris en novembre 09. Alors jamais 2 sans 3! je surveille! je voudrais juste le remercier pour le bonheur que j’ai de l’écouter chaque jour

  2. Quel interprète extraordinaire ! quel talent ! quel charme ! quelle voix ! et en plus quel bel homme !
    on ne s’en lasserait pas ! et nous attendons qu’une chose, c’est qu’il revienne le plus souvent en France.
    Vivement Carcassonne

  3. Ping : Interview ETHAN JOHNS : premier album If Not Now Then When ? & concert au Café de la Danse le 1er octobre | Blog Paris / United States of Paris
  4. Ping : Interview ETHAN JOHNS : premier album If Not Now Then When ? & concert au Divan du Monde le 1er octobre | Blog Paris / United States of Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *