Tony Cragg : le flegme british

Un anglais ne manquant pas de patience, était de passage à Paris à l’occasion du vernissage de son exposition au Musée du Louvre.
Lors d’une séance de dédicaces à la Librairie Flammarion du Centre Pompidou, Tony Cragg s’est prêté, de bonne grâce et sans rechigner, au jeu de la rencontre avec les geeks d’art (oui c’est comme en BD mais en pire).

Ce jour-là, les pires stratégies étaient de mises : amadouer le sculpteur en lui demandant une photo tout en lui fixant les règles « Thank you Mr Cragg, mais on les refait à la lumière ! », ne pas faire partie des premiers à demander la dédicace, car « passer le groupe, on pourra toujours lui demander plus ». Et oui, pourquoi ne pas lui demander un dessin sur une innocente feuille blanche délicatement posée sur une page de son dernier ouvrage ?

Passée la surexcitation d’un fan prêt à débourser 450 euros pour un tirage de tête, l’artiste esquisse donc au premier du groupe une petite structure à main levée, rendant jalouse toute l’assemblée. Manque de bol, il ne la signera pas. Il sera donc bien difficile de fixer à ce dessin une quelconque valeur.

Le second geek, qui avait « fermé (son) cabinet plus tôt pour venir », a prévu plus large : trois feuilles sont présentées avec le livre. Cette fois, Tony Cragg se fera plus joueur encore: ce sera une série de signatures. Intérêt zéro pour le collectionneur.

Le troisième aura lui ce qu’il mérite : un gribouillis peu délicat représentant une paire d’yeux affublée d’une chevelure sans aucune finesse. Bref, une petite horreur sur un beau livre.

Heureusement que les beaux yeux d’une jeune admiratrice auront fait oublier à Tony Cragg le peu de délicatesse de certains « amateurs » d’art.

Share

5 réflexions sur « Tony Cragg : le flegme british »

  1. salut
    je suis aller voir l’expo de Tony Cragg et je l’ai trouvé super =P
    je vous conseille d’y aller 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *