We Love Green 2017 : Solange subjugue, Justice l’apothéose #report

We Love Green c’est des bisous sur l’épaule, des amoureux mixtes ou pas, des filles avec des couronnes de fleurs, un soleil intense, une ptite fille qui aime les licornes et une programmation de haute volée.
Ce samedi : la très très attendue Solange, la déflagration Shame, Pépite la bande-son de ton été, Benjamin Clementine avec un chœur de femmes, Flying Lotus qui se prend pour Michael Jackson et Justice en apothéose.

Solange sur toutes les lèvres

La désirée parmi tous et toutes : Solange Knowles ! Elle nous avait privé de concert suite à la sortie de son nouvel album A seat at the table. Intenable de savoir si elle assurera niveau style et sur scène pour sa rare apparition en France.

Écran géant, rond rouge en son centre. Attente encore avec un léger retard de plus de 10 minutes. Pas le temps de comprendre pour quelle raison un fan du premier rang s’est passé de la bombe verte dans les cheveux. Plus d’une vingtaine de photographes en fosse. Ça parle Janet Jackson derrière moi.
La belle Américaine salue le public en arrivant, avec la tête et le haut du corps. Débute Rise de profil avec ses deux choristes. Dress code rouge passion pour tous et toutes. Pas d’extravagance fashion pour la sœur de Beyoncé. Et pour cause ! Elle partage un peu plus tard une petite anecdote : coup de fil à sa sœur pour lui dire qu’elle avait perdu ses bagages avec ses costumes de scène pendant le transport en avion. Mais l’accueil de ses fans lui font oublier toute cette « shit« . Le public connaît les paroles par cœur.

Chorégraphie avec balancé de tête et de cheveux, à la Pina Bausch. Weary puis l’excellent Cranes in the sky. Les musiciens font partie du show, en se déhanchant tout autant que la chanteuse.
Elle descendra de scène aidée par les mains des vigiles pour un bain de foule maîtrisé mais avec force cri.
Difficile de ne pas être captivé par la performance. Quelques sourires viennent adoucir le visage de l’artiste. Elle semble vraiment apprécier ce premier vrai concert à Paris. Fin de show avec deux derniers tubes Loose You et Don’t touch my hair pour finir en beauté.

Un rayon de soleil nommé Pépite 

L’après-midi a débuté avec Pépite. Le groupe avec ses chemises ou combinaisons colorées qui nous fait déjà entrevoir l’été, la plage, les coups de cœur ou de foudre.

Belle L’Impératrice 

Le groupe français partage avec une belle énergie quelques extraits de son album à venir. Il va falloir attendre encore un peu avant la sortie. L’électro est aussi dansante, légère que maîtrisée. ,En prime, le band nous gratifie d’une une ballade « la plus lente composée » : totale exclu !

Shame hurlant 

Bras dans le dos, à la Liam Gallagher. Mais Shame est un groupe de South London et non de Manchester. Charlie Steen, le leader, arpente le devant de scène, se plante de face, comme un prédateur qui étudie sa proie avant de lui planter les crocs.
Et on ne s’attendait pas à cette déflagration. Un visage juvénile, yeux bleus troublants mais ça balance, ça hurle dans le micro, se remonte le jean avec les deux mains.


Charlie fait avancer le public devant la scène après le 2e titre. Le jeune homme a un vrai charisme. Et ne craint pas de se vautrer en remontant sur la scène.
Et de se passer les mains sur le torse pendant une instru, une fois la chemise ouverte. Il finira torse poil et se titillera les tétons sur un titre.
Il n’y a en apparence pas de volonté d’émoustiller les filles. Le naturel prime sur tout. Le set surprend, impressionné aussi. Ce rock non infusé vient pulser dans nos veines avec un vrai plaisir.

Parcels rétro à mort 

Le vent dans les cheveux, foulard au cou, coupe rétro à mort. Back to the 70’s avec Parcels. Ces Australiens n’ont pas le style de dieux du surf, carrure de fou, bogosses attitudes. Le répertoire n’en est pas moins entraînant. La brise de fin de journée nous fait penser à un bord de mer. Fraîcheur au rdv. Le groupe n’en ait pas moins joueur : »You look hot! » lance le leader. Et surprise : « C’est certainement la grande foule que l’on ait eu. »

La bombe Abra
Celle qui se surnomme the Dark Wave Duchess sur les RS est apparue sur la scène de la Clairière avec un haut légèrement transparent. Seule en scène, elle a fait le show en danse, cheveux dans le vent et avec une setlist dansante à souhaite.

Benjamin Clementine

L’impressionnant chanteur-pianiste fait son entrée en bleu de travail avec ses musiciens et un chœur de cinq femmes en blanc. Dress-code décalé pour un concert qui tutoie les hauteurs. La coupe de Benjamin bluffe.
Encore fois, l’artiste emporte le public dans des envolées intenses, rares et addictives.

Flying Lotus est un homme heureux : ‘j’ai l’impression d’être Michael Jackson ce soir« . On devine sa silhouette derrière l’écran géant qui projette un patchwork d’images en continu.

Justice une tuerie

Déluge d’effets lumineux, techniques et de fumée pour un set qui envoie un grand coup dans ta gueule. La fatigue n’est pas de mise face à un show aussi spectaculaire. Original, les deux DJ jouent de profil et non face au public. On surprend même Gaspard jouer de dos. Difficile de distinguer les visages dans la décharge de faisceaux de lumière qui viennent de partout. La foule exulte, on verra passer une bouée flamant rose. L’hymne de jeunesse : We are your friends termine pour nous le DAY 1 de We Love Green.

We Love Green n’est pas fini !
Encore une journée de concerts ce dimanche avec Camille, Perfume Genius, Nicola Jaar, Amadou & Mariam, François and The Atlas Mountains….

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *