Claustrophobia

Da Vinci Code : escape game de ouf by Claustrophobia

Paris 13e, rendez-vous avec la dernière-née des enseignes d’escape game parisien : Claustrophobia.
Il parait que les décors sont fous et qu’il n’y a aucun cadenas dans leurs aventures.
Une porte noire et borgne, avec une grosse clef sérigraphiée. On sonne.
Derrière se cache l’antre parisien de la franchise russe.

Claustrophobia

C’est dans un ancien entrepôt que s’est installé Claustophobia en mars 2017.
La porte de livraison a été conservée, comme le sol qui est d’origine.
Et dans le hall d’accueil : une déco sobre et cosy.
Au mur aucun record d’équipe, aucune phrase drôle.

Anna nous accueille simplement. Après les informations d’usages sur la salle, notre team se dirige vers la porte d’entrée.

Da Vinci Code et Le Graal

Première surprise : il n’y a aucune horloge, aucun chrono.
Livrés à nous-mêmes, on commence à fouiller, retourner les objets… Bref on cherche les premiers indices.

On avance petit à petit, on déjoue les énigmes, on se confronte aux mécanismes. On peste, on râle mais on arrive à déchiffrer les secrets de Léonard de Vinci.
Au bout d’un moment, une voix retentit dans la pièce : «il vous reste 30 minutes». Ce sera la seule indication de temps.

Claustrophobia

La mécanique de jeu est particulière chez Claustrophobia.  C’est l’équipe qui demande les indices quand elle sent qu’elle en a besoin.
Alors il y a débat : «c’est trop tôt, on va y arriver», «non maintenant c’est bon». Une demande comme une sorte de vote. Mais il faut bien avouer que demander le premier indice est un peu un crève-cœur.

Il nous aura fallu 3 indices pour sortir de la salle en 46 minutes. Il y en a un dont on aurait pu se passer… Mais c’est la loi de l’escape gamer.

Le taux de réussite de la salle de 65%. Mais uniquement de 2% sans indice.
Pourtant elle semble être faisable sans aide. Il faut interpréter les infos, les mécaniques et les intrigues d’une façon nouvelle. C’est hyper stimulant !

Claustrophobia

La team USofParis vs Claustrophobia

Avec 3 aguerris et 2 novices, notre team s’est donc bien défendue.
En général, la perte de repère temporelle, même si elle déstabilise a été bien appréhendée.
Clovis n’en démord pas : «c’est ma 2e salle sans chrono. Et c’est mieux !» Même s’il a eu «l’impression de salles vides et où tu ne sais pas où tu vas aller. Une sensation de passer à côté de la fouille, quand c’est vide comme ça. C’est devenu plus clair à partir d’une énigme.»

Claustrophobia

Car oui il y a très peu de fouille dans cette salle, et ça change.
C’est 70% de réflexion pour sortir vainqueur.  Ce qui n’a pas dérouté Léo (12 ans).
Il a trouvé dans cette première expérience stimulante : «quelques trucs compliqués : mais j’aime ça. C’est mieux. Les décors sont top !»
Pour sa première, Jean-Marie a adoré l’histoire : le thème du musée. «C’est très bien fait au niveau des mécanismes, des énigmes. L’heure passe vachement vite. On a une sensation de waouh !»

Cette sensation «waouh», on l’a tous eu. On pousse un bouton : un tiroir s’ouvre, de la fumée sort parfois des décors. On se prend un peu pour Indiana Jones. Surtout à la fin de l’histoire…

Mais pour résumer : «Quand t’es pas à fond, tu arrives dernier.» Merci Jean-Marie !

Claustrphobia Paris : une franchise libre

Côté chiffre Claustrophobia c’est 50 aventures différentes à Moscou, sur 350 salles ouvertes dans la ville.

Anna & Nicolas, les gérants de la salle de Paris, ont testé beaucoup d’aventures russes avant de choisir celles à implanter à Paris.
Pour Da Vinci Code, ils ont adapté le scénario. Le début de l’intrigue se passe au Louvre. Alors qu’à Moscou, ça se passe dans l’intérieur de collectionneur.

Armés de 5 game-masters, ils développent déjà deux autres salles. Dont la création LOFT, une aventure policière et psychologique pour 2 à 3 joueurs.
Le scénario : le corps d’une fille de 18 ans retrouvée morte dans un loft du 13e, à Paris, sans son cœur. Tous ceux qui y ont enquêté sont devenus fous ou refusent de raconter ce qu’il ont vu.

La salle sera réservée aux plus de 16 ans et devrait ouvrir le 6 septembre 2017.

Claustrophobia

Avant de partir, Anna nous a livré ses impressions sur les escapes games parisiens.

Elle aime The Game et Lock Academy. Même si elle et son acolyte en ont testé certains autres.
Elle reproche aussi à certains escape games de refuser de donner des indices si vous êtes bloqués ou si vous êtes en avance dans l’énigme.
On comprend mieux la philosophie de jeu de Claustrophobia.
Et elle nous plait !

Claustrophobia

127 Rue Jeanne d’Arc
75013 Paris

site officiel : claustrophobia.com/fr

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *