Archives de catégorie : Exposition

Les expositions du moment à ne pas manquer

Expo L’exhibitionniste : Louboutin émerveille le Palais de la Porte Dorée !

Christian Louboutin est le pape de la chaussure de luxe, autant pour les femmes que les hommes.
L’exposition L’exhibitionniste est une ode à la création, à l’originalité d’un homme n’étant pas destiné à côtoyer les grands de la mode.
Même si on n’est pas fétichiste de la chaussure, on peut vraiment le devenir après avoir parcouru les dix salles composant cette exposition au Palais de la Porte Dorée

Le déclic de la création chez Christian Louboutin a débuté par un simple dessin… Une signalétique, interdisant le port de talons hauts, découverte lors d’une exposition au Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie (ancien Musée de la Porte Dorée).

Louboutin

Car oui,  le petit Christian est un enfant du quartier. C’est donc tout naturellement que cette rétrospective se retrouve dans le musée de son enfance.

Cette interdiction allait révéler la destinée du jeune Christian afin qu’il devienne Monsieur Louboutin !

L’exhibitionniste : l’extravagance au service de la mode

Dans chacun des dix espaces composant cette exposition, on trouve des petits bijoux de mode plantaire…

Louboutin

La première salle est vraiment axée sur la recherche de l’originalité et de la création pure. Des idées à foison, avec parfois une sorte de militantisme.

Louboutin

On est aussi surpris et dans la communion avec les huit vitraux créés pour l’occasion par La maison du vitrail.Maison du vitrail

L’immense vitrine centrale de cette salle est comme un mausolée. Mais pourtant bien vivant, ce que l’on découvrira par la suite…

Louboutin

Plus on avance dans cette exposition dédiée à Christian Louboutin, plus on succombe à son art. Toutes les pièces exposées sont magnifiques, exceptionnelles.  On peut en admirer chaque détail de près. Une vraie orfèvrerie faite pour le pied.

Louboutin

 

Ce majestueux palanquin en cristal reflète bien la folie créative du maestro de la chaussure.

Louboutin

Et les artistes conviés pour lui rendre hommage sont tous aussi créatifs que lui, avec comme trait commun la même folie imaginative !

De salles en salles, le génie de Louboutin

Impossible de ne pas s’étonner de l’irrévérence du maître du pied avec cette reproduction d’un intérieur de grand-mère anglaise. Et son guest, le sieur Stéphane Bern en tête de pont télévisuel, mais dont on a coupé le sifflet.

Louboutin

Louboutin
C’est à la fois kitch et dépravé. Une mise en scène osée mais néanmoins douce.

Louboutin

La puissance de création de Louboutin provient de son immense appétit des différentes cultures. Amateur d’arts et de musique, il lui fallait créer un théâtre à sa mesure, sur un thème personnel : le Bhoutan.

Palais de la Porte Dorée

C’est une sorte de rêve en 3D qu’il nous propose entre hologrammes et chaussures plus fous les uns que les autres…

Bhoutan

Par la suite, après un retour sur l’histoire de sa vie et une salle de cinéma qui prête à la rêverie, il fallait bien un  Walk of Fame retraçant les aventures glamours et showbiz du petit frenchy !
pic walk of fame large

Palais de la Porte Dorée Mika

C’est clinquant, un peu trop pour les photos, mais cette partie lui donne une aura bien plus internationale.

Louboutin

Cette fascinante visite se conclut par deux univers totalement opposés : son musée imaginaire et la partie Fétiche.
pic photo fetiche

Louboutin

Un musée imaginaire lui rendant hommage en montrant des œuvres vraiment de toute beauté, collant à son univers…

On aime la pureté de cette création de Anne et Patrick Poirier Ruines d’Égypte (élément du surtout).

Anne et Patrick Poirier

Et les sculptures de Jean-Noël Lavesvre sont d’une folle sensualité  que l’on peut facilement rapprocher à la partie fétichisme de cette expo…

Jean-Noel Lavesvre
Jean-Noël Lavesvre

Cette exposition de Christian Louboutin au Musée de la Porte Dorée aiguise les sens. L’érotisme et la création reflètent la beauté que ce créateur désire insuffler en chaque chose…

Louboutin

L’exhibisionniste

Christian Louboutin

du 26 février au 26 juillet 2020

Mardi – vendredi de 10h à 17h30
Samedi et dimanche de 10h à 19h
Fermé le lundi et le 1er mai

Palais de la Porte Dorée
293 avenue Daumesnil
75012 Paris

 

Share

Art Capital : quatre salons sous la nef du Grand Palais !

Depuis 2006, Art Capital regroupe quatre grands salons : le Salon des Artistes Français, le Salon Dessin & Peinture à l’eau, le Salon des Artistes Indépendants et le Salon Comparaison.
Sous la nef du Grand Palais s’expose plus de 2000 artistes, confirmés ou non, dans toutes les variantes de l’art moderne et contemporain.
Une façon bien agréable d’appréhender les tendances et de découvrir les artistes de demain !

Tuyau avant votre visite : pour mieux se repérer, chaque salon a sa couleur de moquette personnalisée : gris, rouge, noir et fuchsia.

Art Capital

Salon des Artistes Français : l’héritage de Louis XIV

Créé par Colbert en 1667, ce salon se déroulait à l’origine dans le Palais du Louvre. Sa philosophie n’a pas changée depuis sa création et cette 230ème édition n’y déroge pas.

Pour les cinq sections (peinture, sculpture, gravure, architecture et photographie), la sélection se fait via un jury acceptant toutes les candidatures. Du coup, tout le monde a sa chance si son talent est reconnu !

Salon des artistes français
Gravure : Guy Braun

Pour cette édition 2020, c’est près de 650 artistes qui sont exposés. Et dans chaque section, quatre prix distingueront les artistes : médailles de bronze, d’argent, d’or et médaille d’honneur.

Seul le dernier prix permettra au lauréat d’être exposé dans un espace lui étant dédié lors de l’édition suivante.

Art Capital
Médaille d’honneur peinture : Francis Bellanger
Art Capital
Médaille d’honneur gravure : Véronique Laurent-Denieuil
Art capital
Médaille d’honneur photographie : Carole Demerin

Autant dire que parmi tous les artistes exposés, USofParis a eu de nombreux coups de cœurs… Difficile de tous vous les montrer !

Dans le Salon des Artistes Français, toutes les techniques sont représentées. Les sociétaires sont même prêts à s’ouvrir à d’autres formes d’arts comme la bande dessinée ou le street-art.

Côté architecture, on a vraiment adoré le projet de Yazgi Demirbas qui a pensé un prototype de module de colonisation de la planète Mars, avec tous les détails techniques mais aussi un travail sur l’impact psychologique des colonisateurs. Magistral !

Salon des artistes français Salon des artistes français

Salon des artistes français

Salon des Indépendants : un autre héritage historique

Ce salon est le descendant direct du Salon des refusés créé par Camille Pissarro, Paul Cézanne, Paul Gauguin, Odilon Redon…. ne supportant plus d’être rejetés par le Salon des Artistes Français.
Si le nom a changé depuis 1884, il est toujours celui des refusés avec une seule devise  : Ni jury, ni récompense !
Les artistes exposés ne sont, bien évidemment, pas dénués de talent.
L’art étant avant tout une question de goût et d’appréciation personnelle.

Vous y trouvez bien sûr des pépites attirant votre œil et animant votre âme de féru d’art… 😉

Art Capital

Art Capital
Guewen Agnès

Salon Comparaison : une vision différente

Né en 1956, ce salon voulait unir abstraction et figuration alors en plein combat artistique.
Dans chacune des 28 salles, un chef de groupe réunit les œuvres d’autres artistes proche de sa sensibilité.
Alors parfois, selon notre réceptivité artistique, ça marche bien et d’autres fois un peu moins. Mais après tout, dans la vie, on ne discute ni les goûts, ni les couleurs !

Comparaison 2020

Ainsi, dans  ce Salon Comparaison 2020, on a eu pas mal de coups de cœur.

Comparaison 2020

Comparaison 2020
Laurent Dominique

Salon Dessin & Peinture à l’eau

Autant être honnête, comparé aux autres intitulés, celui-ci nous semblait bien fade… Grave erreur ! Les techniques employées sont tellement différentes que chacun y trouvera son compte : crayon, fusain, aquarelle, pastel, acrylique ou collage….

Encore une fois, on découvre des merveilles dans cette partie du salon d’Art Capital.

Peinture à l'eau
Jean-Claude Lizerand

Durant cinq jours, Art Capital offre une immersion dans la création en mode 2020. 
Tendances de demain, artistes en devenir, c’est du bonheur visuel et esthétique en abondance !

Art Capital

Du 12 au 16 février 2020

De 11h à 20h, nocturne jusqu’à 21h le jeudi et le samedi.

Grand Palais
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris

Share

Galerie d’Apollon : l’écrin retrouvé des diamants de la Couronne !

Initiée par François 1er en 1532, cette inestimable collection a su s’enrichir au fil du temps et des souverains. Jalousement conservés dans des coffres ou mis en avant lors de cérémonies officielles, l’aura autour des Diamants de la Couronne a suscité fascination, émerveillement et convoitise… En grande partie dispersée lors d’une vente organisée par l’État en 1887, le Louvre acquiert de nouveau certaines pièces. Ainsi, la galerie d’Apollon a dû être restaurée et repensée afin de les sublimer et d’offrir une meilleure expérience au public. Opération réussie !

Découvrons tout d’abord la galerie d’Apollon, méritant une attention particulière…

Galerie d'Apollon

Galerie de réception initialement conçue pour Louis XIV, sa décoration a mis plus de 200 ans. Les thèmes retenus furent le soleil, la terre, l’eau et le temps, représentés par 105 œuvres allant de Charles Le Brun à Eugène Delacroix. Parfaitement harmonieux, cet ensemble de peintures, sculptures et tapisseries offre une vision idyllique de l’univers dont Apollon, dieu solaire, est le garant.

A noter que la galerie, avec sa somptuosité et ses presque 62 mètres de long, a servi de modèle à la galerie des glaces du château de Versailles… N’hésitez donc pas à lever les yeux !

Galerie d'Apollon

Parlons maintenant des Diamants de la Couronne avec une sélection de pièces nous ayant marqué…

Diamant, dit «Le Régent»

Découvert en Inde en 1698, ce diamant est considéré alors comme l’un des plus beaux du monde. Avec ses 140,64 carats, son eau exceptionnelle et parfaitement taillé, il est l’acquisition idéale pour le royaume de France. Au nom de la Couronne, il est ainsi acheté en 1717 par Philippe d’Orléans, assurant la régence de Louis XV. D’où lui vient son nom : «Le Régent».

Diamants de la Couronne

Pièce maîtresse de la collection, il a été porté par tous les souverains français. Que ce soit en couronne, bouton d’épaule, ganse de chapeau ou sur une épée. En effet, après leur utilisation, les pierres étaient souvent démontées puis remontées au gré des personnalités et des modes.

Dérobé en 1792, retrouvé puis mis en gage à plusieurs reprises par le Directoire, il intègre ensuite de façon pérenne le musée du Louvre.

Couronne de haut de tête de l’impératrice Eugénie

En plus de sa beauté et ses quelques 2490 diamants et 56 émeraudes, cette couronne a une histoire singulière.

Diamants de la Couronne
Couronne de haut de tête de l’impératrice Eugénie

Tout d’abord parce que son époux, l’empereur Napoléon III n’a jamais été sacré… Qu’à cela ne tienne, pour l’exposition universelle de 1855, deux couronnes furent commandées par le couple impérial. Le but est alors de montrer l’excellence du savoir-faire français à l’international. Et lorsqu’on observe la finesse des emblèmes de l’Empire avec  les aigles en or ciselé, les longues feuilles de laurier ou le raffinement des palmettes, nul doute que ces créations eurent leur effet…

Ensuite, du fait que la couronne était composée de pierres appartenant principalement à l’impératrice, celle-ci lui fut rendue lors de son exil. Ce qui en fait aujourd’hui l’unique couronne de souverain français conservée dans l’état original. En effet, s’il existe également la couronne de Louis XV, seule la base est d’origine, les pierres ayant été déposées.

Diamants de la Couronne
Couronne de Louis XV

Parure en micro-mosaïques de l’impératrice Marie-Louise

Parmi tous les joyaux présentés dans la galerie d’Apollon, il existe aussi quelques parures personnelles. C’est le cas de cet ensemble de l’impératrice Marie-Louise, composé d’un peigne, d’un collier, d’une paire de bracelets et de boucles d’oreilles.

Diamants de la Couronne

Son style emprunt de son époque la différencie des autres, ainsi que le choix des matériaux. Les délicates feuilles de vigne en or et la micro-mosaïque en verre contrastent par leur (relative…) simplicité. Elle échappe d’ailleurs à la grande vente de 1887 du fait de sa valeur, jugée “dérisoire”. Particulièrement séduisante, sa sobriété ne lui retire aucune saveur, au contraire !

De tous les monarques, Louis XIV fut sans doute le plus fervent collectionneur. Sont d’ailleurs exposées des gemmes (pierres fines d’ornement) qu’il aimait considérablement. Tout au long de son règne, il n’eut de cesse de chercher de nouveaux objets, spécialement commandés ou ayant déjà une histoire…

Galerie d'Apollon Diamants de la Couronne

Au final, il n’y a qu’une chose véritablement décevante dans cette exposition. L’impossibilité d’emprunter les Diamants de la Couronne. J’aurais bien vu le Sancy comme joyau de chapeau… Malheureusement, malgré tout mon charme, cela n’a pas suffi…

Vous aurez peut-être plus de chance ! 😉

By Jean-Philippe

Les Diamants de la Couronne

Galerie d’Apollon

Musée du Louvre
Rue de Rivoli
75001 Paris

Share

Claudia Andujar : la lutte Yanomami s’expose à la Fondation Cartier

Claudia Andujar est une photographe engagée dans le sens noble du terme. Elle a passé une vie entière à trouver son objectif, son but.
C’est en 1970 au Brésil, pays de ses parents, qu’elle rencontre une tribu : les Yanomami.
Elle abandonne alors sa carrière de photographe pour se consacrer à relater leurs vies, leurs coutumes et leurs combats.
L’exposition de la Fondation Cartier Claudia Andujar : la lutte Yanomami relate 50 années d’archives photos montrant la lutte d’un peuple pour la vie.

Claudia Andujar

Claudia Andujar : anthropologue par l’image

C’est par passion de l’humain que Claudia Andujar a noué des liens avec les Yanomami.

La vie quotidienne parmi ces indiens lui a permis d’approfondir et de documenter tous les aspects de leur culture, totalement méconnus jusqu’alors.

Claudia Andujar
Elle doit aussi s’adapter à l’humidité et la luminosité de l’Amazonie. Elle développe alors des techniques lui étant propres pour prendre ses photos, notamment sur des temps de pause longs avec un rendu de lumière particulier…

Claudia Andujar

Yanomami
Rite du Reahu avec effets de lumière

Petit à petit, une profonde amitié se crée. Elle apprend leur langue et se fait même initier à leur rite le plus intime : le Reahu.

C’est un rite funéraire mais également une cérémonie annuelle permettant aux communautés Yanomami de s’allier.

Claudia Andujar
Rite du Reahu

Passant de photographe à militante, elle prend faits et causes pour ces indiens vivant au nord du Brésil.

Elle participe aussi aux campagnes de recensement et de vaccination.

Claudia Andujar
Recensement : en haut en 1981, en bas : les mêmes en 1983

Elle voit aussi les dégâts des premiers contacts avec la civilisation extérieure à travers l’envie de conquêtes des lieux sauvages. Les grands travaux  d’infrastructures routières (abandonnés par la suite) ont apporté aux peuples Yanomami rougeole, alcoolisme, prostitution et autres fléaux jusqu’alors inconnus.

Claudia Andujar
Un Yanomami mort de la rougeole

C’est l’une des causes de révolte de Claudia Andujar… La sauvegarde des Yanomami afin de préserver une communauté.

Être Yanomami : un combat de tous les jours

Car il n’y a pas que les indiens Guarani ou les Kayopo (avec leur emblématique chef Raoni) qui luttent pour leur survie.
Et si cette exposition peut mettre en avant les combats d’une autre tribu, l’œuvre de Claudia Andujar ne sera pas vaine.

Protégés durant des décennies grâce à des accords délimitant leurs territoires, ces peuples se retrouvent de nouveau en péril…

Yanomami
Yanomami aux abord d’un base militaire aérienne

Avec le Président Bolsonaro au pouvoir, les orpailleurs clandestins sont revenus sur les terres des indiens Yanomami.
Ils sont près de 22000 actuellement et leur nombre fluctue en fonction du cours de l’or.

C’est toute cette histoire que l’exposition de la Fondation Cartier met en valeur.
50 ans d’archives de vie, de passion et d’émotions pour un combat que nous ne devrions pas occulter…
L’aventure d’une vie…

Yanomami

Claudia Angdujar : la lutte Yanomani

Du 30 janvier au 10 mai 2020
Tous les jours de 11h à 20h
Nocturne les mardis jusqu’à 22h

Fondation Cartier
261, Boulevard Raspail
74014 Paris

Share

Marie-Antoinette : le mythe décrypté à la Conciergerie !

Marie-Antoinette, c’est la reine déchue par excellence… Pourtant, c’est une femme devenue égérie au fil du temps. Un peu comme si le personnage arrivait enfin à être en adéquation avec l’époque lui correspondant !
L’exposition Marie-Antoinette : Métamorphoses d’une image à La Conciergerie propose de lever le voile sur la création du mythe en mettant en avant son influence sur les arts et les modes.

L’exposition commence bien évidemment lors de la Révolution avec son emprisonnement à la Conciergerie en août 1793.
Lettres, acte d’accusation ou habits d’époque, on replonge dans l’Histoire de France durant quelques instants…

Marie Antoinette
Acte d’accusation du procès de Marie-Antoinette
Marie Antoinette
Chemise de Marie-Antoinette pendant sa détention

Les prémices du mythe

Cette exposition n’est pas un culte voué à la reine, ni une biographie. En effet, sa vocation est plutôt d’analyser l’image qu’a laissée Marie-Antoinette derrière elle.

Marie Antoinette
Marie-Antoinette en grand habit – Atelier Élisabeth Vigée-Lebrun

Avec près de 200 objets et œuvres (tableaux, films, pièces historiques, bijoux…) le Centre des Musées Nationaux arrive à nous faire entrer dans les coulisses de la création du mythe.

L’image, forcement récupérée par les royalistes de l’époque, se crée dès 1792 avec les portraits d’Alexandre Kucharski et Jean-Louis Prieur qui seront ensuite repris.

Marie Antoinette
Portraits de Alexandre Kucharski & Jean-Louis Prieur

Marie-Antoinette : icône moderne

À partir de ce moment, la nouvelle aura de martyre de la Reine se répand dans toute l’Europe.
En témoignent les représentations de Marie-Antoinette suppliciée, sur sa charrette.

Marie Antoinette
Marie-Antoinette se rendant au supplice – François Flameng

Où encore des gravures parues dans les journaux, comme ici en Allemagne où son procès et son exécution ont choqués.

Marie Antoinette

Même la littérature regorge de centaines d’ouvrages lui étant dédiés. Que ce soit des manuels d’histoire aux romans en passant par la vulgarisation.

Marie Antoinette

Quand on avance dans l’Histoire de l’art, de grands artistes ont repris les images iconiques du passé comme Botero et sa réinterprétation du tableau de Vigée-Lebrun.

Marie Antoinette
Maria Antonieta after Vigée Lebrun – Fernando Botero

Dès sa création, le cinéma a plongé à corps perdu dans la vie de Marie-Antoinette, avec un nombre impressionnant d’actrices pour d’interpréter son rôle.

Marie AntoinetteUn seul regret sur ce trombinoscope, le nom des actrices n’est pas mentionné, on est un peu perdu du coup…

La pop culture n’est pas en reste. Côté mode avec Christian Dior ou côté jouet avec une Barbie hallucinante et choucroutée ! Mais également avec l’art moderne comme avec la Zahia de Pierre et Gilles, le cinéma avec Sofia Coppola ou même le manga de Rioyko Ikeda.

Marie Antoinette
Manteau Dior – John Galliano

Barbie

Pierre et Gilles
Marie Antoinette, le hameau de la Reine (Zahia Dehar) – Pierre et Gilles
Rioyko Ikeda
La rose de Versailles – Rioyko Ikeda

 

Une dernière anecdote afin de terminer la découverte de l’exposition : cette coupe de champagne aurait été imaginée d’après la forme du sein de Marie-Antoinette ! 😉

Marie Antoinette

Si vous voulez savoir comment passer de reine honnie à icône pop de notre culture moderne : Métamorphose d’une image vous comblera. Une exposition enrichissante à la Conciergerie de Paris à découvrir au plus vite !

Marie-Antoinette : Métamorphoses d’une image

Jusqu’au 26 janvier 2020

Tous les jours de 9h30 à 18h
Nocturnes le mercredi soir jusqu’à 20h30

La Conciergerie
2, boulevard du Palais
75001 PARIS

Share

Toulouse-Lautrec Résolument moderne : Notre avis en quatre tableaux et vidéos

L’exposition Toulouse-Lautrec du Grand Palais porte un sous-titre résumant parfaitement l’artiste : Résolument moderne.
Pour beaucoup, Toulouse-Lautrec c’est principalement des affiches et quelques portraits célèbres.
Pourtant, le réduire uniquement à cela ne serait pas lui rendre hommage tant son travail est prolifique. Les quelques 200 œuvres exposées au Grand Palais pour cette exposition temporaire en sont la preuve…
À cette occasion, Danièle Devynck, conservatrice en chef, nous sert de guide !

Lautrec Grand Palais

La première chose qui surprend dans cette exposition, c’est la scénographie ouverte et épurée. Nous sentons bien que l’afflux de visiteurs a été pris en compte. Une excellente chose, nous respirons  en nous disant que nous pourrons pleinement apprécier.

Et puis, nous plongeons dans la vie de Toulouse-Lautrec…

Toulouse-Lautrec : l’humain avant tout !

La peinture de Toulouse-Lautrec est une peinture énergique. Elle respire la vie. À l’instar de ses portraits où il capte parfaitement l’instant. C’est ce qui rend son travail unique pour son époque.

Toulouse-Lautrec
Monsieur Fourcade

Comme le souligne Danièle Devynck : “Il est toujours aussi fascinant. Ça repose sur le fait que Lautrec est intéressé par la vérité de l’humain. Dans son regard sur les autres, il y a des choses qui sont particulièrement présentes : une grande perspicacité, une acuité du regard, un sens de l’observation qui font qu’il va immédiatement saisir, capter l’individu qui est en face de lui par delà le masque social. Et l’authenticité de son regard, et donc de sa démarche qui met au service de son regard, est toujours perceptible par nos contemporains.”

Dans le lit

C’est cela qui captive dans la peinture de Toulouse-Lautrec.

En compagnie de Danièle  Devynck, conservatrice en chef et Directrice du musée Toulouse-Lautrec d’Albi, partons à la découverte de quelques toiles du Maître.

L’expo du Grand Palais en quatre œuvres : décryptage

C’est grâce sa grande passion pour le japonisme et tous les courants d’avant-garde comme le synthétisme ou le divisionnisme de Seurat que Toulouse-Lautrec dynamite les codes de la composition.
Et notamment ceux de la perspective comme dans cette toile : Au cirque Fernando (écuyère)

Impossible ne pas faire un tour dans l’univers très connu de Montmartre avec le tableau  : Au Moulin Rouge.
“Dans les scènes de maisons closes, ou dans certains portraits de femmes, il y a une forme de tendresse. Un regard qui n’est jamais dans le jugement moralisateur, notamment vis à vis des prostituées. Il témoigne de ce qu’il voit, il est assez distant pour ne pas porter de jugement.”
– Danièle Devynck

Outre ses portraits de femmes, Toulouse-Lautrec aime peindre ses amis, et surtout son cousin : Le Docteur Tapié de Céleyran. Nous retrouvons dans ce tableau l’acuité à saisir l’humain qu’avait l’artiste, même en arrière plan.

Le tout dernier tableau de chevalet de Toulouse-Lautrec est une mise en scène. Mais avec Un examen à la Faculté de médecine, il arrive à percer les sentiments, à retrouver l’émotion d’un moment malgré la reconstitution. Humain comme toujours.

https://youtu.be/roo6IBAtEzg[

Une exposition dense et complète

Passer les portes du Grand Palais, c’est se confronter à l’intime de Toulouse-Lautrec. C’est aussi se défaire des a priori sur l’artiste, comme l’évoque Danièle Devynck: “Tout le mythe autour de Lautrec (son handicap, ses origines aristocratiques, sa vie à Montmartre…) fait parfois un petit peu d’ombre à la lecture de son œuvre. Dans cette exposition, on met cela à sa juste place : tout cela existe mais l’œuvre de Lautrec, c’est bien plus que cela. On essaye de réinscrire cette œuvre en montrant sa pertinence, sa force et en montrant toutes les voies nouvelles qu’Henri de Toulouse-Lautrec va ouvrir.”

Toulouse-Lautrec
Salon de la rue des moulins

Toulouse-Lautrec

Une nouvelle fois, le Grand Palais nous livre la découverte dans son ensemble d’un artiste sous toutes ses facettes. Qu’elles soient reluisantes ou moins glorieuses, elles font parties d’un tout et offrent un regard complet et authentique sur Toulouse-Lautrec.
À ne pas manquer donc…

Toulouse-Lautrec
Allégorie Un enlèvement

Toulouse-Lautrec : Résolument Moderne

Jusqu’au 27 janvier 2020

Lundi, jeudi et dimanche de 10h à 20h
Mercredi, vendredi et samedi de 10 à 22h
Fermeture hebdomadaire le mardi

au Grand Palais
3 avenue du Général Eisenhower 
75008 Paris

Share

Greco au Grand Palais : l’extase picturale de la Renaissance #Vidéos

Difficile d’être objectif lorsque nous sommes en totale communion avec un artiste. La première fois que nous avons vu une peinture du Greco, ce fut comme un coup de foudre…
Alors, se retrouver au milieu de plus de 70 toiles du Maître avec Guillaume Kientz, le commissaire d’exposition passionné et passionnant, c’est un moment unique.
En vidéos et photos, nous espérons vous donner l’envie de rencontrer ce peintre au style si singulier.

 

Greco

Le Greco a commencé sa carrière de peintre par des icônes et des pièces liturgiques. Simplement sublimes.

Greco
La mise au tombeau du Christ

Une exposition majeure

Son passage en Italie ne se passe pas aussi bien qu’il l’aurait souhaité. Alors il part en Espagne et c’est là que son art explose.
En effet, le contraste entre le blanc et la couleur offre une esthétique du dessin novatrice. Le peintre crétois est clairement en dehors des codes du 17ème siècle. Sans filiation directe, il ne sera jamais copié.

Mais l’élément déclencheur de cette exposition, c’est “l’opportunité d’avoir à Paris la Grande assomption du musée de Chicago qui la prêtait pour la première fois en dehors de ses murs depuis 1904.”

Greco
L’Assomption de la Vierge

Le Greco est une personnalité artistique extrêmement forte qui suscite beaucoup d’empathie et nous entraîne avec lui dans un voyage géographique et temporel.

Plonger dans l’univers du Greco, c’est aborder un remarquable univers de création en admirant un style graphique unique.
Découvrons ensemble et en détail, les secrets de ses créations en compagnie de Guillaume Kientz.

Greco : focus quatre œuvres

Tout juste entré dans l’exposition, le tableau Saint François recevant les stigmates attire le regard. Une pièce magnifique qui pourrait devenir le précieux d’un membre de l’équipe !

Découverte au cours d’un voyage à New-York , la toile Portait du cardinal Niño de Guevara reste pour nous toujours aussi fascinante. Tout y est, la puissance évocatrice du Greco, l’art de mettre en lumière le sujet, tout est millimétré.

Cette Pietà est tout aussi exceptionnelle.
Les corps chez Greco sont beaux. Il n’y a pas un érotisme au sens où on l‘entend aujourd’hui. Mais il y sans doute une érotisation dans le sens où le beau doit être séduisant. Il ne doit pas entraîner vers la concupiscence, vers de mauvaises pensées. Le maniérisme est un art extrêmement sensuel, quelque fois provocateur et qui a été parfois condamné en tant que tel. Greco joue sur cette gamme.

Avant de quitter cette exposition, il faut s’arrêter sur quatre toiles au sujet identique : Le Christ chassant les marchands du temple. On reste stupéfait par la maîtrise du sujet, le mouvement des corps quasi similaire dans chaque version et la majesté des couleurs.

Prendre son temps pour Greco

Dans cette rétrospective du Grand Palais, on pourrait passer des  heures à scruter les détails des peintures du Greco.

Greco
L’adoration du nom de Jésus
Greco
L’adoration du nom de Jésus (détail)
Greco
L’adoration du nom de Jésus (détail)

Ou alors contempler avec bonheur ces portraits espagnols.

Greco
Portrait d’un gentilhomme de la maison Leiva
Greco
Portrait du frère Hortension Félix Paracivo

Impossible de vous montrer tous les chefs d’œuvres de ce peintre. Et ce serait dommage de tout vous dévoiler…
Pour chaque amateur d’art, cette exposition est tout simplement immanquable !

Et une autre video interview de Guillaume Kientz est à retrouver sur notre page Youtube

Greco

Jusqu’au 10 février 2020

Lundi, jeudi, dimanche : 10h à 20h
Mercredi, vendredi et samedi : 10h à 22h.
Fermé le mardi et le 25 décembre 2019

Grand Palais
Galerie sud-est
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris

Share

Figure d’artiste au Musée du Louvre : un concentré de chefs-d’œuvre

Dans la Petite galerie Musée du Louvre, plongeon dans le génie de la création. Figure d’artiste, à voir jusqu’au 29 juin 2020, invite visiteurs à découvrir l’évolution du statut de l’artiste au fil des siècles.
De l’antiquité au XIX siècle, ce sont 36 œuvres, issues des collections permanentes, qui nous entrainent dans l’histoire de l’art.

De l’aveu même de Jean-Luc Martinez, le président du Musée du Louvre, l’exposition Figure d’artiste a pour but d’être une tête de pont des collections permanentes, d’accrocher le visiteur pour lui donner envie de parcourir le musée.
Elle est aussi un parcours initiatique et historique sur les traces des créateurs, anonymes et célèbres.

La signature, première reconnaissance

Figure d’artiste s’ouvre sur l’importance de la signature. Ce qui fait qu’un artisan/artiste, depuis les temps anciens, sort du lot. Une signature donnait, dans l’antiquité, une valeur type AOP aux œuvres exportées, sur tout le pourtour méditerranéen.
Comme pour ce chandelier venu tout droit de Mossul, en Irak. La capitale de l’orfèvrerie du Moyen-Orient.

Figure d'artiste

Et aussi ce ciboire de Limoges, signé dans le fond : “Maitre G. Alpais“. Limoges était, au Moyen Age, le centre de création d’objets de luxe en Europe.

Figure d'artisteFigure d'artiste

L’autoportrait en majesté

C’est incontestablement avec cette thématique et dans ses deux alcôves que le visiteur aura le plus de frissons.

Figure d'artiste
Autoportrait de Jean Fouquet

De l’autoportrait de Jean Fouquet de 1452, considéré comme le premier de l’histoire de l’art, à celui d’Eugène Delacroix en 1837, les 8 toiles de cette section montrent de véritables joyaux.

Delacroix

Entre Rembrandt, Poussin ou Élisabeth Louise Vigée Le brun, notre cœur balance. Celui d’Albrecht Dürer, habituellement isolé dans l’aile Richelieu, est une pièce de toute beauté.

Figure d'artiste

L’Académie Royale : l’artiste en liberté

Fondée par Louis XIV, elle sert d’écrin à la création. L’Académie Royale faisait partie du le palais royal du Louvre : les artistes y étaient logés. Et c’est en son sein qu’ils créent abondamment peintures, sculptures et même mobiliers.
Et si le terme “Salon” est utilisé actuellement, c’est que les oeuvres étaient à l’origine exposées dans le Salon carré du Roi.

Figure d'artiste

Figure d’artiste est aussi l’occasion de faire un focus sur les femmes peintres qui ont trouvé, avec l’Académie Royale, un premier moyen de s’émanciper.

Marie-Guillemine Benoist
by Mari-Guillemine Benoist

Vigée Le Brun ou  Marie-Guillemine Benoist ont transgressé les règles établies pour obtenir leur blanc-seing. Les modèles vivants n’étant autorisés qu’aux hommes.

Vigée Le brun
By Elisabeth Louise Vigée Le Brun

L’exposition Figure d’artiste, présentée dans la Petite galerie du Musée du Louvre, offre un panorama complet sur la création au fil du temps. C’est beau et instructif !

Et une fois visitée, vous n’aurez qu’une envie, parcourir toutes les galeries du Louvre pour découvrir encore bien d’autres trésors cachés !

Exposition Figure d’artiste

du  25 septembre 2019 au 29 juin 2020

La Petite Galerie du Louvre

Musée du Louvre
Rue de Rivoli
75001 Paris

Share

La Joconde nue : épopée artistique irrésistible au Domaine de Chantilly

La Joconde nue est une épopée artistique au même titre que d’autres œuvres célèbres de l’histoire de l’art, aux côtés de L’Origine du Monde ou Salvatore Mundi de Vinci.

La joconde nue

Ce carton issu de la collection du Musée de Condé et présenté au Domaine de Chantilly est-il né de la main de Léonard de Vinci ?
Analyses scientifiques et experts ont permis de révéler quelques-uns de ses secrets.
L’exposition qui prend fin le 6 octobre les révèle et met en dialogue la Joconde nue avec ses jumelles et ses descendantes.

La joconde nue

Mona Lisa est unique et le restera !
La Joconde nue n’est donc pas son double, seule leur pose respective suggère une gémellité.

Ce carton a suscité de nombreuses interrogations au fil des siècles.
Le maître de Vinci l’aurait-il exécuté ? Ou serait-ce son atelier ?
Quid de son modèle ? Homme ou femme ?
Et ce léger strabisme, est-ce volontaire ?

La joconde nue

Les indices sont nombreux pour faire penser à un de Vinci. Mais le carton a subi quelques dommages qui faussent son entière authenticité.

Reste le voile du doute qui ne retire aucune valeur à l’œuvre présentée.
Surtout, elle a été source d’influences pour des artistes comme François Clouet et sa Dame au bain, le Titien et de nombreux anonymes.

La joconde nue

La joconde nue

L’exposition nous permet aussi d’admirer le portrait insoutenable de  beauté de Simonetta Vespucci peinte par Botticelli. Cette œuvre a quitté, pour quelques mois seulement, son collectionneur particulier. La chance ! Et quelle beauté !

Exposition La Joconde nue
Le mystère enfin dévoilé

jusqu’au 6 octobre 2019

au Domaine de Chantilly
60500 Chantilly

Share

Peinture Anglaise au Musée du Luxembourg : les bogosses de la Tate Britain

L’Age d’or de la Peinture anglaise au Musée du Luxembourg offre une plongée dans une période phare de l’art en Angleterre et méconnue en France.
Pour l’occasion, une sélection de chefs-d’œuvre de la Tate Britain à Londres a traversé la Manche pour nous en mettre plein les yeux. 
Nous avons pris le parti de vous présenter quelques bogosses du XVIIIe siècle qui viennent de débarquer à Paris.

peinture anglaise
Thomas Gainsborough, Gainsborough Dupont, vers 1770 1775

Gainsborough Dupont par Thomas Gainsborough

Le premier portrait à nous avoir impressionnés est celui de Gainsborough Dupont, neveu, élève et assistant du peintre Thomas Gainsborough. Le regard du jeune homme est perçant. Ça en deviendrait presque gênant de l’observer trop longtemps. Et pourtant, nous avons marqué un temps d’arrêt pour apprécier cet échange. L’impression d’inachevé du vêtement et du fond contribue à apporter encore plus d’intensité à cette rencontre.

peinture anglaise musée du luxembourg
Joshua Reynolds, Frederick Howard 5e compte de Carlisle, 1769

Frederick Howard par Joshua Reynolds 

Cette toile fait face à l’entrée et se trouve immanquablement à jouer avec la lumière naturelle, ce qui n’est absolument pas déplaisant malgré les reflets que cela cause pour les photos.  Les atours de Frederick Howard impressionnent, son léger dédain pour les visiteurs intriguent.

peinture anglaise musée du luxembourg
Joshua Reynolds Les archers 1769

Les Archers de Joshua Reynolds 

C’est la pièce maitresse de cette exposition. Un duo d’archers magistralement exécuté. Des dimensions impressionnantes pour cette toile réalisée en 1769.
Joshua Reynols a saisi le Colonel Acland et Lord Sydney en pleine action. Mais il ne faut pas nous tromper. Ces deux nobles messieurs sont déguisés en chasseurs.

Peinture anglaise musée du luxembourg
Philippe Jacques de Loutherbourg, La vision du cheval blanc, 1798

La Vision du Cheval Blanc de Philippe-Jacques de Loutherbourg 

Un valeureux archer lancé sur son cheval blanc. Quelle est sa cible ?  Elle est hors-champs pour garder toute notre attention sur le mouvement de ce preux cavalier et sa monture qui ne touchent plus Terre.

Avertissement : la parité est de mise dans cette exposition célébrant la peinture anglaise au Musée du Luxembourg. A vous de découvrir les visages féminins.

Peinture anglaise musée du luxembourg
Joshua Reynolds, Les archers (détail), 1769

Exposition L’Age d’or de la peinture anglaise
De Reynolds à Turner
Chefs-d’œuvre de la Tate Britain

du 11 septembre 2019 au 10 février 2020

au Musée du Luxembourg
19, rue Vaugirard
75006 PARIS

Horaires :
Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h
Nocturnes jusqu’à 22h le lundi

Share