Photo du mois #87 : le village

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de Marie-Paule de proposer le thème : le village

Destination Conques pour son abbatiale et ses vitraux contemporains réalisés par l’artiste Pierre Soulages.
Un très beau village d’Aveyron qui prend bien la lumière du soleil, un souvenir d’été inoubliable. 

Conques

Pour découvrir le merveilleux des blogueurs participants, c’est par ici :

Akaieric, Alexinparis, Amartia, Angélique, Betty, Blogoth67, Brindille, Cara, Christophe, Cocazzz, Cynthia, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD’épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Julia, Krn, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanouk, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Travelparenthesis, Who cares?, Xoliv’, écri’turbulente

Share

D-Day Academy : visiter les plages du débarquement avec passion

Blogtrip avec Intercités sur les plages de Normandie, accueillis et guidés par la D-Day Academy !
Grâce à Jean-Pierre Benamou, nous avons passé une journée riche d’histoires, d’émotions et d’anecdotes sur ce qui reste la plus grande reconquête du XXe siècle : le débarquement de Normandie.

 

D-Day Academy

Et dès notre arrivée à la gare de Bayeux, le ton est donné.
Pour nos déplacements de la journée, nous avons droit à un transport de troupe G.M.C et un Command Car d’époque : le même que celui du Général Patton !

D-Day Academy

C’est un peu tape-cul mais ça met dans l’ambiance… Normal : pas de clim et pas de coussin !
Direction Saint Laurent-sur-mer et Omaha Beach, 40 minutes de secousses et d’air frais. Heureusement, les routes sont en meilleur état qu’en 1944 !

Pourquoi Bayeux comme base de départ ? Outre le nœud ferroviaire de la région, la ville a été la capitale française jusqu’à ce que Paris soit libérée. Bayeux était l’épicentre de la reconquête. Une ville hôpital avec 4 000 lits sous tentes pour soigner les blessés. Mais aussi la première ville de tourisme dès sa libération, avec la recherche des souvenirs, comme les objets oubliés par les Allemands, tout comme la première ville de commerce pour le réapprovisionnement en nourriture.

Des visites passionnantes par un passionné

Jean-Pierre est plus qu’érudit sur cette période de notre histoire.
Normal, il beigne dedans depuis des années. Ces véhicules américains, il les a récupérés de l’entreprise de son père. Ces camions ont servi à reconstruire le tissu économique français jusqu’à ce que les constructeurs nationaux puissent produire à nouveau. Il y en a eu jusqu’à 100 000 débarqués à cette époque.

L’association D-Day Academy regroupe des chercheurs-archéologues comme les appelle Jean-Pierre, toujours prêts à découvrir de nouveaux documents, de nouveaux faits.

D-Day Academy

C’est avec cette passion de transmettre que nous posons le pied sur Omaha Beach, là où les Américains se sont fracassés sur les collines ultra protégées de Colleville-sur-mer.

D-Day Academy

Face à la Manche, houleuse ce jour-là, notre conteur arrive à nous transmettre le désarroi des GI’s pris au piège des défenses allemandes. Avec des photos, des cartes et son émotion, on se sentirait presque revenu en arrière, sous le sifflement des balles et les explosions d’obus.

On apprend au passage que seule la porte avant des barges de débarquement était en acier et que leurs flancs étaient en bois. On frémit en imaginant la faible protection.

D-Day Academy

D-Day Academy

Émotion et hommages à ceux qui sont tombés

Le plus impressionnant, c’est cette carte de la Baie de Seine qu’il déroule devant nous.
Elle référence les 687 épaves de navires coulés dans cette période. “Ils renferment pour l’éternité près de 500 corps, ce qui fait de la Baie de Seine un espace funéraire naturel.” Il est d’ailleurs formellement interdit de plonger dans ces épaves.

D-Day Academy D-Day Academy

Avant de quitter la plage, nous plantons dans le sable une croix rehaussée du coquelicot anglais, symbole du souvenir des hommes abattus en ce lieu. La croix sera emportée par la marée, rejoignant les corps reposant dans la mer. Instant de recueillement.

D-Day Academy

Notre convoi reprend la route, le cimetière américain de Colleville.

Cette enclave de territoire américain en France est là où repose les dépouilles des GI’s qui n’ont pas survécu à l’assaut d’Omaha Beach.
Lorsque l’on pénètre dans ce cimetière, un premier hommage est rendu aux 1 500 disparus dont les corps n’ont pas été retrouvés.

D-Day Academy D-Day AcademyIl n’y a pas d’ordre précis d’inhumation dans ce mausolée. “La seule règle, les frères sont enterrés côte à côté.” nous confie Jean-Pierre.
Plus de 9 000 hommes reposent face à la Manche.

D-Day Academy

D-Day Academy

Et si, lors de votre passage, vous voyez une inscription recouverte de sable, c’est que la famille d’un défunt est venue récemment. La poignée de sable récupérée à Omaha Beach permet de raviver la mémoire du soldat mort loin de chez lui.

D’ailleurs, le Général Lesley J. McNair a eu la visite de sa petite-fille de 72 ans, une semaine avant notre venue. Il est enterré auprès de son fils, mort lui aussi sur le front normand.

D-Day Academy

McNair était chef d’état-major du quartier général de l’US Army, le commandant en chef de toutes les armées américaines. Il est mort sur le front, sous les bombes de son propre camp, lors d’un raid trop proche des lignes de combats. Des bombardements alliés qui, après ça, auront lieu 500 mètres en avant des lignes pour éviter les pertes.

D-Day Academy

Et des petites histoires passionnantes et tristes, Jean-Pierre de la D-Day Academy, en connait beaucoup. Laissez- le vous les conter lors de votre visite.

Le projet fou des Anglais pour Arromanches

Les bombardements alliés préparant l’invasion ayant détruits de nombreuses infrastructures, il a fallu penser au ravitaillement des troupes.
Si les Anglais avait prévu un mois de réserves, assurer le déchargement du matériel et des rations pour la suite était essentiel.

D-Day Academy

C’est là que qu’entre en jeu le port artificiel d’Arromanches-les-bains sur le site de Gold Beach. Un projet fascinant !

Des centaines de blocs de béton de 8 000 tonnes ont été acheminés depuis la Grande-Bretagne et assemblés pour former une jetée de 10 kilomètres de long. Elle devait protéger les infrastructures aménagées pour recréer un port.
Si l’idée pharaonique était brillante, son rendement a été moindre que les bateaux ferry gros porteurs US.

D-Day Academy D-Day Academy D-Day Academy

Mais la solidité du projet est telle que les blocs de bétons sont encore visibles entre Arromanches et Ver-sur-mer.

Avec Jean-Pierre, on partage aussi des histoires moins connues. Car si les Américains se sont fracassés sur Omaha Beach, à quelques kilomètres de là, c’est que les Allemands tenaient la position. Ils ont résisté aux assauts.

D-Day Academy

Les Anglais sur Gold Beach ont eu plus de chance. Si c’est bien l’armée allemande qui protégeait les plages d’Arromanches, les bataillons étaient composés de soldats enrôlés dans les camps de prisonniers du front de l’est. Préférant servir l’envahisseur contre des conditions de vie meilleure. Mais ils se sont rendus plus rapidement, plutôt que de mourir au combat.

D-Day Academy : une redécouverte de l’Histoire

Jean-Pierre Benamou et ses acolytes sont des puits d’histoire petite ou grande sur ces batailles qui ont ramené la liberté sur les plages normandes puis dans toute la France.
Avec eux, on découvre que beaucoup de produits actuels existaient déjà en 1944.

D-Day Academy

Dernière anecdote, un peu incroyable : chaque année la Manche rejette encore un ou deux corps américains et dix à douze corps allemands.
Une façon pour nous de garder à l’esprit la violence des combats qui se sont déroulés en Normandie.

On aurait aimé partager plus qu’une journée avec l’équipe de la D-Day Academy et avec Jean-Pierre…

D-Day Academy

Plus d’info sur les excursions et les programmes sur le site de l’association.

Share

La chanteuse BRUNE explore le “Sombre Animal” #interview

Presque 10 ans après son premier album éponyme et ses tubes Rupture song, Paris et Cheveu blanc, la chanteuse BRUNE est de retour pour nous dévoiler son Sombre Animal. Et nous ne boudons pas notre plaisir !

Les dernières années ont été l’occasion de travailler, de tester,  d’expérimenter la musique. Notamment en formant le duo Cavale avec son complice de toujours Valentin Montu.
C’est nourrie de toutes ces expériences que Brune nous propose de découvrir son nouvel album. Un disque résolument plus électro mais qui garde une essence pop/rock.
On ne vous cache pas que c’est en live qu’il faut découvrir cette artiste. L’occasion d’apprécier les morceaux qui ont été arrangés dans un esprit beaucoup plus rock, avec des guitares notamment, tout en mêlant habilement l’électro. Un vrai régal !

chanteuse brune

INTERVIEW / BRUNE

USofParis : Il y a 9 ans on te découvrait avec ton premier album Brune. Tu viens de sortir Sombre Animal. Que s’est-il passé pour toi pendant cette période ?

Brune : J’ai fait un duo avec Valentin Montu, réalisateur de mes albums. On a créé le duo Cavale. Une musique un peu plus pointue, un peu plus travaillée, avec des machines, des synthés, etc. Ça m’a permis de faire des mélodies un peu différentes et d’avoir une écriture un peu plus poétique. On a sorti un EP en 2016.

Tu écris et composes ?

Oui généralement je prends un piano ou une guitare et je fais mes petites démos, mes petits arrangements tous pourris 🙂 et après Valentin met en forme. Sur cet album, Valentin et moi avons composé ensemble 2 chansons. Pour Cavale, on a fait différemment, lui venait avec des instrus et je posais des mélodies dessus et un texte.

chanteuse brune

Pourquoi autant de temps pour composer un nouvel album de Brune ?

La vie ! Puis, j’ai l’habitude de bosser avec Valentin. J’ai attendu qu’il soit un peu dispo pour faire le deuxième album avec lui. Ce sont aussi des choses qui prennent du temps, il faut trouver l’argent, la bonne période. Et c’est vrai qu’on ne voit pas le temps filer. J’ai eu un enfant aussi.

En septembre 2017, tu as sorti le premier single intitulé Cyclones, en indépendant.

Oui, j’ai voulu quitter ma maison de disque car le nouveau directeur artistique voulait changer complètement mes arrangements. J’ai pris des risques car j’aurais pu sortir mon deuxième album mais je ne suis pas prête à tout. Je fais de la musique qui me touche, sincère. J’ai eu des propositions par la suite qui ne me correspondaient pas donc je me suis dit : « Tant pis je m’assume ! Je dis non pour le moment et je sors ma musique moi-même ».

chanteuse brune
Photo du clip, exclue © US of Paris
Pourquoi Cyclones comme premier extrait ?

Je trouve qu’elle représentait bien l’album et elle montrait bien une évolution musicale. Je cherchais aussi à faire un clip sur une chanson et je me disais que sur celle-ci il y aurait quelque chose de cool à faire. Puis, en avril, nous avons sorti Rien n’est grave en single qui a été en playlist sur RFI. Là nous allons bientôt lancer un autre single accompagné d’un clip.

Sur ton premier disque, il y avait Rupture song, sur celui-ci Cyclones, les relations amoureuses compliquées t’inspirent ?

Oui, c’est un sujet inépuisable 🙂 Dans Cyclones, je parle de ces gens que l’on n’arrive pas à quitter. On essaie mais finalement on reste. Et je me dis que si l’on reste c’est qu’il y a forcément une raison ! Rupture song était un titre tout aussi triste mais avec une musique plus joyeuse, histoire de garder de l’optimisme 😉

chanteuse brune
Photo du clip, exclue © US of Paris
C’est celui qu’on a le plus entendu en radio au final à l’époque.

Oui c’est vrai et cela a été une vraie chance ! Rupture song, je l’avais écrite car justement je trouvais que mon album était trop triste. J’avais un complexe du fait de faire des choses sombres. Je l’aime beaucoup mais ça ne reflétait pas l’album. Certaines personnes parfois étaient déboussolées quand elles venaient me voir en concert car tout n’était pas joyeux comme Rupture song. Et puis nos lives étaient plus rock !

Le clip tu l’as pensé, imaginé, avec Mélanie Dagnet la réalisatrice ?

Je n’ai jamais vraiment d’idées visuellement, je laisse cela à d’autres. Je l’ai contactée, elle m’a proposée une vision qui m’a plu et c’était parti.

Peux-tu me parler un plus de la conception de l’album ?

Cette fois-ci, nous sommes plutôt partis de boucles, de sons de synthétiseurs, de sons de machines de Valentin. Ensuite, il a rajouté des guitares et la batterie est arrivée par dessus, mais elle prend moins de place. Grégory Jacques a assuré les batteries, c’est un très bon ami et je joue avec lui depuis 15 ans. Il y a aussi quelques chansons que j’ai composées à la guitare au départ. C’est de la pop électronique, du pop rock. Plus électronique que le premier album et il n’y a pas de chanson avec du piano. Je l’ai laissé tombé.

Alors que c’est ton instrument de prédilection !

J’ai arrêté car je n’aime pas être assise derrière un piano. Même si je maîtrise moins la guitare, j’aime bien la liberté que cela apporte. Puis, de temps en temps, je joue du synthé quand même.
En concert, je joue même de la basse ! J’adore !

chanteuse brune

Qu’est-ce qui t’a inspiré pour cet album ?

Ce que je vis. C’est ce que je disais à Valentin d’ailleurs : « Mon dieu cet album tourne autour de mon nombril quand même ! ».  Je ferais en sorte que le troisième parle d’autre chose 🙂 . Mais quand j’ai fait écouter Cyclones à plusieurs copines, elles se sont vachement reconnues là-dedans. Ça m’a fait plaisir que ça trouve un écho chez d’autres.
Je parle d’amour, de deuil, de souvenirs, de cette envie de lâcher prise, de vouloir se sentir mieux.

Tu aimes donc les chansons sombres. Qu’écoutes-tu en ce moment ?

J’écoute beaucoup un groupe de nanas de Los Angeles : Warpaint. Et la dernière fois, j’ai partagé sur Facebook : La méditation de Thaïs de Jules Massenet, j’adore cette musique très mélancolique. Elle me fait pleurer à chaque fois que je l’écoute.

Ton dernier coup de cœur musical ?

Billie Eilish ! J’adore ses sons, sa voix. Elle me fait penser à Tricky.

chanteuse brune

Ton dernier concert ?

Celui qui m’a le plus marquée c’est celui de Alabama Shakes, j’avais l’impression d’être plongée dans une autre époque !
Le dernier concert que j’ai vu est celui de Bazbaz, plein de bonnes ondes, ça fait du bien !

Le duo de tes rêves ?

C’est peut- être bateau mais je vais te dire Alain Bashung, j’aime bien sa voix rocailleuse, grave et sensuelle.

La chanson que tu aurais aimé avoir écrite ?

Enjoy the silence de Depeche Mode, elle me fait vibrer à chaque fois que je l’écoute.

Interview by Joan

chanteuse brune

BRUNE
Nouvel album Sombre Animal
(Warrior Record)
Share

La cerise sur la pizza : parfait combo italo-marseillais dans l’assiette

Si vous ne connaissez pas La cerise sur la pizza, réservez vite une table à la nouvelle adresse du restaurant qui vient d’ouvrir Rue de Bretagne à Paris, après Belleville et Saint-Paul.
Au menu, des pizzas exclusivement. Des assiettes qui fleurent bon l’Italie, avec l’accent marseillais. 
De quoi nous donner l’eau à la bouche rien qu’en poussant la porte.

L’amour des produits

C’est sûr que Kader, le patron, l’a chevillé au corps cet amour de la pâte.
Ce Marseillais débarqué à Paris il y a 20 ans, après des formations à Londres et en Finlande, met dans ses pizzas le soleil de la Côte d’Azur. Mais pas uniquement.

La cerise sur la pizza

En effet, tous les produits qui composent ses recettes proviennent directement d’Italie (ainsi que les vins de la carte). Et comme toujours, cela change le goût ! Mais le secret de la réussite de la Cerise sur la pizza réside aussi dans la pâte. Ici, elle est fine et étalée. Et ce qui la rend si légère c’est une fermentation lente de trois jours.
Pour le reste, c’est un tour de main et des recettes assez originales que Kader a conçues avec son ami Jean-Edouard.

La pizza made in Marseille !

A la carte, Kader et Jean-Edouard proposent 22 pizzas salées baptisées d’un doux nom de quartier marseillais.

La préférée du boss ? La Joliette, en référence au quartier du port proche du MUCEM. Olives, anchois, mozzarella buffala et persillade. On est au cœur de Marseille et des saveurs du sud.

La cerise sur la pizza
La Canebière

Lors de la soirée d’ouverture, on a pu goûter à La Goude (tomate, mozza, bresaola, roquette, parmesan),  Le Panier (tomate, mozza, scamorza, saucisson piquant, roquette et La Canebière (tomate, mozza, anchois, câpres).
Trois pizzas plutôt simples mais aux saveurs vives en bouche. La simplicité n’est donc pas l’ennemi du plaisir même si notre cœur balance pour les pizzas un peu plus fournies, en général.

La cerise sur la pizza
La Goude et La Panier

La cerise sur la pizza

Rue de Bretagne : une ambiance

Côté déco, tout est chiné par Kader.
Alors, oui les chaises ne sont pas toute les mêmes. Oui, c’est très rustique. Et c’est plutôt cosy finalement.
Mais malgré tout, il se dégage du lieu une certaine authenticité. On se sent bien dans ce resto. L’étage est agréable et offre un vue agréable sur la rue, à défaut de la mer.

La cerise sur la pizza
Seule nuisance possible à notre bien-être : la circulation. Mais c’est un petit inconvénient bien surmontable quand on apprécie les produits de qualité.

Une adresse à adopter sans hésitation.

La cerise sur la pizza

La cerise sur la pizza

Rue de Bretagne
Lundi au Dimanche : 11h-15h et 19h-23h

Saint-Paul
Lundi au Vendredi : 12h-22h30
Samedi et Dimanche : 12h-22h30

Belleville
Lundi au dimanche : 12h-14h30 et 19h-22h30

Share

Cap sur les plages du débarquement en train et à prix malins

En cette année de commémoration du 75ème anniversaire du 6 juin 1944, nous avons testé l’offre combinée Intercités, train + bus, proposé par la SNCF.
À partir du 29 mai et jusqu’au 1er septembre, pour un prix modéré, partons  découvrir les plages du débarquement.

Intercités

Une offre estivale avec Intercités

Au départ de la Gare Saint-Lazare, c’est un voyage par le rail, direction Bayeux,  puis par la route, en bus, en une seule réservation, à partir de 18€.
Avec deux destinations possibles avec cette formule : Arromanches-Les-Bains et Colleville-sur-Mer.
Pour nous, ce blog trip aura une saveur supplémentaire : les véhicules historiques de la D-Day Academy assurent nos déplacements.

Intercités

La Normandie : théâtre de guerre

Intercités est alors le moyen parfait de (re)découvrir une tranche d’Histoire.
A Saint-Laurent-sur-Mer, nous foulons la plage Omaha Beach, ou Bloody Omaha, et visitons son musée à deux pas. Les témoignages des GI’s sont prenant à lire.
IntercitésIntercités

Perché sur les collines de Colleville, le cimetière américain nous accueille pour un moment de recueillement sur les tombes des soldats qui ont combattu sur cette plage lors de l’assaut.

Intercités Intercités

A Arromanches, c’est l’histoire du projet fou du port artificiel anglais que nous découvrons. Un passage dans le musée qui lui est consacré nous donne plus de détail sur ce projet fou.

Intercités

Sur les hauteurs de la ville, la mer nous dévoile un panorama magnifique sur les vestiges de ce port qui ont résisté aux marées.

Intercités

Et pour finir de nous replonger dans La bataille de Normandie, le film composé d’archives proposé par le cinéma 360° permet de bien conclure cette visite mémorielle.

Intercités

Pour ceux qui veulent donc vivre les cérémonies du 75ème anniversaire du débarquement, l’Office du tourisme des plages du débarquement organise la 13ème édition du D-Day Festival Normandie. Du 25 mai au 16 juin 2019, plus de 160 manifestations seront proposées aux visiteurs des sites historiques de la côte normande.

Ce voyage a aussi été l’occasion de discuter quelques minutes avec David, notre contrôleur du jour.

Être contrôleur : dur mais passionnant

David a en effet la passion de son métier, de ses voyages en train, du service rendu et peu importe la situation.
Quand le premier jour le départ du train est à 6h, le lendemain il peut être à 5h et le jour d’après à 4h. Ça c’est dur.
Et même si au quotidien les différents avec les clients peuvent être usants, j’aime faire ce métier.

Intercités

Ah au fait, sur les Intercités les contrôleurs, ne vont pas par paire.

Nous sommes deux dans le train, le conducteur et moi. Alors quand il faut gérer 600 passagers, dans ces moments-là, c’est pas facile. Un fois, il nous est arrivé de tomber en panne dans une zone sans réseau mobile, ni pour le conducteur, ni pour les passagers, ni pour moi. C’était stressant pour tout le monde. On avait du mal à avoir les infos et les passagers ne pouvaient pas communiquer.”

Donc pour faciliter la communication d’urgence, David vient de recevoir un nouvel équipement mobile. Il permet de se connecter à une sorte de facebook interne auquel tous les acteurs gérant une panne ont accès. Car un message type SMS nécessite moins de puissance réseau qu’un appel vocal. Pratique et utile.

David a donc en charge la sécurité du voyage. Au départ du train, il remonte les wagons pour s’assurer que les portes mécaniques des wagons CORAIL soient bien verrouillées.Intercités

Sur cette ligne, il y a beaucoup de touristes anglais ou américains. Les Américains sont habitués à avoir des arrêts en gare de 15 minutes. Ils se font surprendre par nos deux minutes d’arrêt. On a eu beaucoup de problème de sécurité car, du coup, ils descendaient au moment où le train redémarrait. Maintenant, on fait les annonces en anglais minimum 10 minutes avant l’arrivée à quai.”

Et, oui le métier de contrôleur ne s’arrête pas à verbaliser les voyageurs. 🙂

Alors, si vous prévoyez de vous rendre sur les plages du débarquement cet été, peut-être préfèrerez-vous le train.

Les plages du débarquement avec Intercités

Offre train + bus à partir de 18€
Du 29 mai au 1er septembre 2019

Et toute l’année, retrouvez les offres spécifiques à la Normandie sur le site de la SNCF.

Share

Exposition Rouge au Grand Palais : visite en 4 œuvres

Une vague rouge vient de déferler au Grand Palais.
L’art de l’après révolution de 1917 est célébré. C’est d’abord la liberté, l’incroyable foisonnement artistique qui submerge, impressionne. C’est ensuite la créativité au service du pouvoir stalinien qui révèle ses excès, ses manipulations avec la réalité et interroge notre rapport à l’image officielle.

Du foisonnement de l’exposition Rouge, nous avons extrait 4 œuvres qui révèlent la profusion de découvertes à faire dans ce parcours.

Exposition Rouge

L’Ouvrier au marteau d’Ivan Chadr

Pourquoi ce buste fascine autant ? Serait-ce parce qu’Ivan Chadr y a insufflé les influences françaises qu’il aurait glanées avec Antoine Bourdelle ou dans l’atelier d’Auguste Rodin ? Car le sculpteur russe est venu se former à Paris de 1910 à 1912.
Force est de constater que le visage angulaire et creusé de cet inconnu est impressionnant de réalisme et qu’il en impose.

Exposition Rouge

Bain de marins de la Flotte Rouge depuis le bord d’un navire

Scène assez incroyable que ce plongeon réalisé en 1933.
C’est la prouesse physique et le culte du corps qui sont mis en avant  dans cette composition d’Alexeï Pakhomov.
On imagine la synchronicité des marins s’élançant dans les vagues. La hauteur qui pourrait freiner tant de visiteurs face à cette toile.

Exposition Rouge

Maquette du Palais des Soviets, Moscou

Un projet architectural impressionnant. Une pure folie à la soviétique. Cet hommage à Lénine devait prendre place à Moscou. Finalement, sa réalisation n’aura jamais été menée à son terme. Reste cette maquette et des représentations artistiques donnant idée des proportions impressionnantes de cet édifice totalement utopique.

Exposition Rouge
Dirigeable de Vassily Kouptsov

Ce n’est pas le dirigeable qui accroche l’œil mais cet incroyable vue. Les usines et leurs nombreuses cheminées, ces étoiles rouges sur les ailes des avions. La composition du ciel, ses couleurs fascinent vraiment.

exposition rouge

Exposition ROUGE 
Art et utopie au pays des Soviets

au Grand Palais
3 avenue du Général Eisenhower 
75008 Paris

jusqu’au 1er juillet 2019

Horaires :
lundi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 10h à 20h
mercredi de 10h à 22h.
Fermeture le mardi

Image de prévisualisation YouTube
Share

Marcello : déjeuner italien gourmet en terrasse à Saint-Germain-des-prés

En contrebas du marché Saint-Germain, se loge Marcello.
Avec sa terrasse, au pied d’un grand mur, et une vaste salle, ce restaurant italien propose une carte très large : des aperitivo aux antipastis, en passant par les pastas et les plats à l’âme italienne.
On prend place sur la terrasse, pour profiter de la douceur de la journée.

Marcello

Le menu de Marcello nous avait déjà attiré l’œil, au passage d’une balade dans le quartier.  C’est donc le moment de profiter de cette carte plutôt moderne.

Une carte attractive

Formule midi ou non. Nous faisons le pari du mix… On a envie d’être éclectique dans les choix. Des pâtes, c’est sûr, mais aussi des plats plutôt originaux.

Arancini Nero

MarcelloCes trois petites boulettes de riz fleurent bon la truffe. Un aperitivo délicat et goûteux qui se dévore en quelques coups de fourchette. Le riz est parfaitement cuit et se mêle parfaitement à la truffe et à la mozzarella. Trois pour deux, c’est trop peu 😉

Tarte focaccia
Marcello
Ce petit antipasti est vraiment tout mignon.  Les couleurs pastel sont attirantes et appétissantes. Une entrée très bien équilibrée en saveurs et tout en douceur. Une assiette de sucrée-salée délicate sur une tranche de pain.

Ravioloni  (au fromage de bufflonne)
Marcello
Impossible donc de ne pas prendre un plat de pâtes dans un restaurant italien.
Les raviolis sont cuits al dente, premier point fort. La douceur de la sauce tomate est contrebalancée par la force de la roquette. Un plat de pâtes avec de jolis contrastes. La prochaine fois, nous savons déjà que nous goûterons les gnocchis !

Filet mignon de porc
Marcello

Absolument irrésistible ! Finesse des morceaux de viande accompagnement croquant (cuisson sans excès) et sauce élégante.

Une petite douceur pour finir ?

En terminant notre déjeuner, une légère hésitation face à la carte des desserts. Question d’envie ?
Si les assiettes sucrées que l’on a vu passer sur les tables voisines attiraient nos convoitises, force est de constater qu’après un repas copieux, la tentation s’émousse un peu.

Clafoutis italien aux fruits rouges
Marcello

Le clafoutis n’est pas si fréquent sur nos tables. Et qu’il soit d’origine italienne a été notre curiosité. Qu’a-t-il de spécial ? Il faut donner le premier coup de cuillère pour comprendre : il cache un lit de semoule. C’est plutôt inhabituel. Mais ça ne gâche pas pour autant notre plaisir de gourmand.

Coupe glace citron et vodka
Marcello

Le choix n’est pas très original, mais on avait envie d’un petit dessert léger pour terminer un repas. Léger, c’est le cas car la coupe joue la discrétion.

Marcello offre à ses convives un certain sens du goût à l’italienne. Un moment de plaisir culinaire qui tient compte des timings serrés des déjeuners parisiens.
Du coup, nous n’avons pas testé leur formule petit déjeuner, mais vu la qualité des plats, vous pouvez l’adopter les yeux fermés !

Marcello

Marcello

8 rue Mabillon
75006 Paris

Formule midi à 25€

Ouvert tous les jours de 8h à 23h du dimanche au jeudi
Et de 8h à 23h30 vendredi et samedi

Retrouvez la carte du restaurant ici.

Share

Villette sonique 2019 : bain musical de haute qualité #concours

Du 6 au 9 juin 2019, La Villette vous donne rendez-vous dans son parc pour le festival Villette Sonique.
Electro, pop et hip hop déploieront leurs vibes dans tous les lieux emblématiques : Trabendo, Grande Halle, Cabaret sauvage, espace Périphérique.

Image de prévisualisation YouTube

Cherchant toujours la qualité, le festival Villette Sonique offre une nouvelle programmation pleine d’éclectisme et surtout de pointures musicales dans chacun des genres musicaux proposés. Et d’ailleurs, chaque lieu du parc aura sa propre identité de style.
L’électro au Cabaret Sauvage avec Tim Hecker en guest et ses sons oniriques, le hip hop à l’espace Périphérique avec en tête d’affiche Danny Brown, la pop au Trabendo et la planante Julia Holter en représentante.
Une soirée 100 % féminine, sans oublier l’ambiance club à la Grande Halle avec le DJ allemand David August, et Stereolab, entre autres.
D’ailleurs, on vous fait gagner des invits pour cette soirée un peu plus bas. Le kiff, non ?

A chaque soirée son lieu et donc son univers. On adore !
Un programme alléchant, donc, pour tous les fans de musiques urbaines et électro.

Villette Sonique

Villette Sonique

Jeudi 6 juin à 19h30  au Cabaret Sauvage
Tim Hecker & Konoyo Ensemble, Mondkopf et Kelly Moran

Vendredi 7 juin à 19h30 à l’espace Périphérique
Danny Brown,  Channel Tres, BbyMutha et Shygirl

Samedi 8 juin à 19h30 au Trabendo
Julia Holter + Cate le Bon + Hatchie

Samedi 8 juin à 22h30  à la Grande Halle
David August, Deena Abdelwahed Khonnar Live, Ross from Friends, Objekt et Apollo Noir

Dimanche 9  juin à 19h30 à la Grande Halle
Stereolab, Jonathan Bree et Anemone

La Villette
211, Avenue Jean Jaurès
75019 Paris

Concours

USofparis vous propose de gagner des places pour la soirée du 8 juin 2019 à la Grande Halle.
A partir de 22h30 vous pourrez bouger votre body en mode clubbing sur les sons de David August, Deena Abdelwahed Khonnar Live, Ross from Friends, Objekt et  Apollo Noir.

Pour tenter votre chance, il suffit de remplir le formulaire ci dessous.
Les gagnants.es seront contactés par mail.

Bonne chance à tous et toutes !

 

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Photo du mois #86 : le merveilleux dans votre vie

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de Betty de proposer le thème : le merveilleux dans votre vie

C’était il y a quelques jours, dans une galerie parisienne.
Avoir la chance d’un face-à-face exceptionnel et quasi en solitaire avec un Caravage inconnu – car retrouvé très récemment dans un grenier à Toulouse.
Une toile qui fera le bonheur d’un collectionneur privé et se dérobera à nouveau au regard du grand public après sa mise aux enchères au mois de juin.

Photo du mois

Pour découvrir le merveilleux des blogueurs participants, c’est par ici :

Akaieric, Alexinparis, Amartia, Angélique, Betty, Blogoth67, Cara, Christophe, Cocazzz, Cynthia, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD’épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Julia, Krn, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanie, Nanouk, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Who cares?, Xoliv’, écri’turbulente.

Share

UMAWAY : irrésistibles poke bowls et tacos au déjeuner chez UMA

UMA l’adresse qui aime tant nous surprendre propose UMAWAY of life en formule déjeuner sur place ou à emporter avec l’essence du chef : du métissage (Pérou et Japon), de l’audace et de divines saveurs.

Banquettes et table haute au rez-de-chaussée du restaurant UMA.
Bien installés avec Paris la douce, la carte UMAWAY n’est pas le plus simple pour avoir l’assurance de goûter à la nouvelle vague de belles inspirations du chef Lucas Felzine.

UmawayUmaway

Poke Bowl, Wrap et Incontournables

Le poisson est en force notamment avec une trois propositions de ceviches (thon nikkei, saumon au curry noir ou daurade à la péruvienne). Esprit de contradiction, je me laisse tenter par le Japan Bowl dans lequel le poulet teryaki forme un duo irrésistible avec les pâtes japonaises que j’adore : les UDO. Du gingembre confit et des edamanes pour agrémenter le bowl et l’adhésion est totale.

Pour un peu de chaleur, je me lance dans le bol de gyozas de canard laqué. Une seule bouchée est c’est déjà le plein bonheur. Définitivement, les meilleurs que j’ai pu goûter !

L’appel du poisson se fait sentir au cours du déjeuner et le tacos au thon mariné lové dans sa tortilla et son mélange de coleslaw, guacamole, maïs me comble les papilles.

Umaway

Umaway

Une pure folie en fin de déjeuner !

Le tiramisu péruvien est absolument détonant. Une petite pointe de sel vient exciter l’ensemble. Le chef n’a pas revisité le tiramisu mais l’a sublimé avec ses différents suppléments d’ingrédients
À vous de deviner lesquels. C’est divinement onctueux.
Retourner à la version classique avec une poudre de chocolat parfois étouffante risque d’être plus difficile qu’il n’y parait.

La formule de midi d’UMA permet une belle entrée matière pour découvrir l’inventivité du chef Lucas Felzine. Car les tables à l’étage réservent au déjeuner et au diner de bien belles sources d’enchantement gustatif.

Umaway

UMAWAY of life
tous les midis
du lundi au vendredi
sur place ou à emporter

au restaurant UMA
7 Rue du 29 Juillet
75001 Paris
Tél. 01 40 15 08 15

Formules : Poke Bowl + dessert : 19e
Tacos ou Ceviche (+1e) + dessert : 19e
Poke Bowl + Gyoza (4 pièces) : 22e
Tacos ou Ceviche (+1e) + Gyoza (4 pièces) : 22e

site : uma-restaurant.fr 

Umaway

Share
Translate »