Photo du mois : Transmission

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est à notre tour, USofParis, de proposer le thème de la photo du mois : Transmission.

La transmission c’est le cœur même d’un blog !
Depuis dix ans nous avons pris plaisir à partager les évènements qui ont rythmés nos vies.

Nos moments riches et variés à la rencontre d’autres blogueurs, attachés de presses…
Nos tests d’escape games avec les potes, dans de beaux fous rires, avant qu’ils ne deviennent aussi populaires,
Nos avant-premières cinéma fantastiques,
Nos soirées de théâtres vibrantes et émouvantes avec des rencontres inoubliables,
Nos visites presse d’expositions folles, en toute intimité, avec des passionnés décortiquant leurs trésors en nous offrant une place clairement privilégiée,
Nos balades street-art cosmopolite à travers le monde,
Nos plaisirs gastronomiques parfois organisés mais souvent improvisés,
Nos reports de festivals durant lesquels nous nous sommes éclatés à photographier les artistes sur scène,
Nos interviews complices, souvent plus longues que prévues, comme ici avec Gaël Faye en avril 2017 au Printemps de Bourges,

Et j’en oublie…

Transmission
Gaël Faye, interview au Printemps de Bourges 2017

Au quotidien, la transmission c’est surtout la joie de communiquer nos engouements à nos proches.
Et parfois il suffit d’une personne pour pousser plus loin notre curiosité. 😉

Alors, pour tous ces rendez-vous offerts par le monde de la Culture pendant ces dix années,
Pour l’exaltation d’écrire un article,
Pour la frénésie de vouloir tout mettre sur les réseaux sociaux afin de transmettre, relayer et faire découvrir tout ce que le monde peut offrir de beau et de doux,
Pour tous les lecteurs, vos retours, vos encouragements, votre soutien,
Pour tous ces bons moments, avec parfois certains remords mais aucun regret,

Avec sincérité,

Merci !

A toutes les personnes côtoyées grâce à United States of Paris, vous laissez en bien comme en moins bien, une trace indélébile et singulière dans nos coeurs.

Ainsi, vous y êtes gravés.

L’équipe d’USofParis

La transmission est propre à chacun, alors découvrez celle des blogueurs participants :

Akaieric, Betty, Blogoth67, Chris M, Christophe, Cynthia, Danièle.B, El Padawan, Escribouillages, Frédéric, Gilsoub, Gine, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Julia, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, Luckasetmoi, magda627, Marie-Paule, Marlabis, Morgane Byloos Photography, Philisine Cave, Pilisi, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Xoliv’.

Share

AVBE : un premier EP “Dawn” musicalement abouti – #Interview

AVBE (prononcé aube), Raphaël Olivier, c’est un beau gosse qui vient de sortir un EP : Dawn.
On pourrait s’arrêter à son physique et ses yeux bleus qui rappellent le lac Michigan qui enserre Chicago, sa ville de cœur et de vie.
Mais non ! AVBE ce n’est pas que cette façade. Ce sont des choix musicaux assumés, une passion pour la musique qu’il transmet. Passion qui rythme sa vie depuis ses 3 ans, dans une famille qui se consacre à la musique.

Son titre Where I go nous a conquis à la première écoute. Et les six autres titres de son EP Dawn ( et ceux disponibles sur Youtube) sont tout aussi créatifs et accrocheurs.

Alors, on n’allait pas se priver de passer un moment en tête à tête à discuter musique avec lui. Une rencontre en mode terrasse chauffée, avant son retour outre-Atlantique.
Franchement, on a kiffé ce moment d’échange !

Avbe
Selfie interview pour USofParis

USofParis : Pourquoi avoir choisit Chicago ?
Avbe : C’était un peu un concours de circonstances. En fait j’ai bougé là-bas quand j’avais 15 ans. J’allais aller à New-York comme plein de Français qui bougent à l’étranger. Et en fait moi et ma mère, qui est musicienne aussi, on a eu cette occasion de partir là-bas à ce moment-là. En plus c’était les années lycée, les années où tu te constitues beaucoup. J’ai vraiment eu un coup de cœur avec cette ville, un truc identitaire. C’est marrant parce que j’ai passé un peu de temps à Los Angeles et quand je suis retourné dans cette ville, je me suis dit « C’est Chicago, il n’y a plus de question ! ».
À la base on voulait faire une année blanche, et cette année s’est transformée en trois ans. C’est vraiment un choix qu’on a fait tous les deux.
Tu connais cette ville ?

Oui, j’y suis déjà allé il y a quelques années. J’avais enchainé après une visite à New-York. C’est une ville qui a une âme particulière.
C’est un peu plus ancré que New-York. Los Angeles c’est l’entertainment, l’industrie.
Chicago est la troisième plus grande ville américaine mais c’est la première vraie ville américaine. C’est la ville du Midwest, du milieu des États-Unis. Et pour avoir une expérience américaine, il me semble que c’est un très bon point de départ. Une ville magnifique qui évolue très bien. Mais elle se gentrifie énormément.
C’est l’énergie américaine qu’on connaît bien.

Chicago
Vue Chicago @ USofParis

Mais pour moi ça a été surtout des rencontres. Des jeunes comme moi qui ne se posaient pas la question de faire de la musique. Ça s’est fait organiquement, naturellement. Ça a été vraiment le point d’entrée.
J’ai débarqué là-bas, je parlais un anglais niveau collège. Et les trois premiers mois, j’ai écouté comment les gens parlent, parce qu’avant tout, c’est un truc social. C’est pas juste le verbe et la conjugaison. L’idée c’est : « qu’est-ce que tu dis à quel moment ? ». Je m’imprègne de ça et au bout d’un moment je deviens très américain…
J’adore le base-ball, le foot américain. Ma copine est folle de foot américain. Je me fais les matchs du PSG à 13h et après on se fait les matchs de foot américain.

Avbe

Du coup tu vis depuis tes 15 ans à Chicago ?
Oui depuis 2012, ça fait  8 ans.
Quand j’ai eu mon bac,  je suis revenu en France. Je me tâtais à aller à Princeton, mais j’ai eu l’opportunité de venir au CNSM de Paris. Et du coup j’ai fait trois années complètes en France. Et après est revenu cet appel des États-Unis .
J’y suis retourné de plus en plus. Et maintenant j’ai la carte verte, je suis résident là-bas, je repars dans 3 jours.

Malgré la situation sanitaire ?
Oui, mais à Chicago ça se passe mieux qu’à Paris. C’est surtout dans les états du Sud que c’est la merde.

J’ai beaucoup aimé l’énergie de Where I go , cette chanson aurait presque pu faire un tube de l’été !
Ouais, ça devait être un titre de l’été.
J’aurais voulu le sortir début Juillet. Mais on a tourné le clip au début de l’été, donc c’était impossible de le faire. Et à partir du moment où je sortais ce titre, il fallait la campagne de l’EP. Malheureusement c’était trop tôt.
Mais je l’ai sorti début septembre et  je suis très heureux car il a été

Where I go a l’esprit des six titres que l’on retrouve dans l’EP : un coté soleil. Après j’en ai que je préfère plus que d’autres comme Stick to itDown ou Sunflowers.
D’ailleurs s
ur Down il y a un truc plus particulier avec les cuivres ?
Oui c’est mon père au saxophone (Sylvain Beuf, NDLR)
Et  Stick to it et Sunflowers ne sont pas sur l’EP. Mais c’est gentil !

Et si tu as aimé Stick to itMoon en est très proche. Ce qui est intéressant dans ce morceau c’est que j’ai vraiment expérimenté au niveau du sound design. J’ai de la chance de faire de la musique pure. Sampler des trucs des machins, j’ai vraiment expérimenté.

C’est ce qu’il y a dans Sitck to it, beaucoup de voix samplées ?
En fait toutes les voix c’est moi. Que j’ai repiquées dans tous les sens,  je les ai pitchées.

Qu’est-ce que t’a apporté ta formation classique au CNSM?
Le CNSM a été une expérience très profonde pour moi.
Ça a été un immense cadeau car on est que sept de pris dans ce département. Je l’ai été guitare jazz et je faisais de la composition en option.
D’ailleurs mon chef de département jazz me disait « Passe moins de temps avec l’équipe de composition ». Moi je l’envoyais un peu se faire foutre car j’adorai ça.
Ça a été une grande pression. Car tu as ce côté élite très français des écoles supérieures. En fait au bout d’un an, je savais que j’allais arrêter. Je savais qu’il fallait que je me lance. Pour faire de la musique, pas en parler.

Tu me disais que tu aimes les arrangements sur Down, mais avec du recul, je les dois à mon prof du CNSM, François Théberge qui est un monstre musicien, qui nous a donné des trucs genre l’unisson sur la mélodie. Tu me parlais aussi de Sunflowers, et bien la mélodie c’est le même thème sur plein d’octaves et d’instruments différents. Ça donne une force à la mélodie. C’est un de ses conseils que je vais porter toute ma vie. C’est avant tout la mélodie qui est importante.

Avbe

Il y a un vrai rapport différent à la musique entre les Etats-Unis et la France ?
Il y en a plusieurs. La première qui me vient à l’esprit c’est l’approche la musique.
En France on est plus dans le style, l’esthétique, la scène en générale : la scène classique ou jazz. L’ensemble de jazz qui se produit sur une scène nationale ne pourra pas se produire au Zénith.
Il n’y pas cette question d’être au service de la musique contrairement aux Etats-Unis. On peut écouter n’importe quoi. C’est une vraie différence.
La musique européenne est profondément influencée par son histoire. Très établie par les écoles classiques.
L’autre différence c’est que la musique américaine vient de l’esclavage en partie et comment les esclaves ont métamorphosé cette culture. Et d’un autre côté toute la musique folk, la musique blanche, vient plus des traditions irlandaises et européennes.

Aux Etats-Unis, il y a un côté très brut dans la musique, ancrée dans la terre, dans l’histoire.
Quand tu écoutes un blues de Robert Johnson des années 30, il reste sur l’accord tant qu’il n’a pas fini sa phrase. Et ça c’est vraiment un héritage africain.

Et aussi aux Etats-Unis quand tu as une différence, c’est excitant : on te dit de la développer. En France, la différence est plus vue comme une problème.
Je l’ai un peu vu quand j’ai fais mon récital de fin de première année au CNSM. J’ai pris mon parti de jouer mes morceaux de jazz avec un son de country. Et je crois avoir fait un truc hyper honnête.  La première chose qu’on m’a dit c’est «  tu es hors des clous ». C’était un reproche.

Tu parles de musique de films, quel est ton compositeur préféré ? 

Ça paraît très touriste de dire ça mais il faut le citer : c’est John Williams. Ça reste une base parce qu’il a réussi le coup de maître de faire les plus grands thèmes d’Hollywood que l’on connaît, tout en ayant un niveau d’orchestration et une finesse dans l’écriture digne d’un Stravinsky. J’ai eu la chance de voir ces partitions écrites à la main, tu vois les détails qu’il y met.
J’adore aussi les musiques d’Alexandre Desplat qui écrit pour énormément de films par an.

Ma dernière claque, c’étaient les bandes originales des films de Paul Thomas Anderson.
En fait le compositeur c’est Jonny Greenwood, le guitariste de Radiohead, et qui écrit du symphonique comme un grand. Il a fait ses trois derniers films et notamment The Master, qui date de 2008.

Tu écoutes sa musique sans le film et les textures qu’il trouve sont juste extraordinaires. C’est une grosse inspiration pour moi.
Du coup tu comprends pourquoi Radiohead est génial en fait. C’est que lui, tout comme Thom Yorke, sont des gens qui ont cette ouverture d’esprit : ils sont capables de passer du jazz au symphonique ou au rock .
C’est des vrais artisans de la matière.

 Et est-ce qu’il y a un réalisateur pour qui tu voudrais composer ?
C’est une très bonne question ! Extrêmement complexe parce que tu en dis un, tu as envie d’en dire dix mille.

C’est aussi une question de feeling ?
Oui ! La relation entre un compositeur et un réalisateur est quelque chose de très profond et personnel. Il faudrait que je m’entende humainement avec lui.

Bizarrement j’aurai envie de te dire, mais ça paraît totalement absurde parce que j’ai regardé toutes ses interviews : j’aurai adoré composer pour Orson Welles. Ça va être un peu complexe ! Il était tellement fou, génial et travailleur.
En fait, on aurait bu des coups, beaucoup de coups ensemble ! On aurait énormément mangé et fumé pleins de cigares.
Netflix vient de sortir son film The other side of the wind. C’était trente ans de travail. Il ne l’a jamais fini, il est mort avant. Musicalement, j’aurai adoré mettre une patte là-dessus.

Ton top 3 musical du moment ? 

  • Les terres noires et leur album  Les forces contraires
  • Luc Ferry : Schopenhauer: la philosophie en podcast, c’est monstrueux surtout quand tu fais tes courses aux Etats unis
  • The 1975 : Notes on a Conditional Form

Une chanson pour séduire ?
Herbie Hancock  : Butterfly.

C’est les années 70’s, c’est hyper smooth. Et il y a un son de bongo qui est comme un son de  baleine.
Si tu veux pécho c’est top il y a un solo de clarinette basse au milieu. Il fait 15 minutes, tu as 100% de chances que ça marche.

Une chanson pour rompre ?
J’écoute mes chansons ! (rires).
Bon Iver, le premier album For Emma, Forever Ago, c’est un album majeur, un immense chef d’œuvre. C’est très dark,  tu l’écoutes tu n’en sors plus.

Une chanson que tu pourrais écouter en boucle ?
Ma mère quand j’étais gamin, elle écoutait les suites de Bach. Ça m’a influencé. C’est pour ça que j’ai fait du violoncelle.
Il y a ces morceaux classiques qui sont si bien écrits. C’est comme le nombre d’or de la musique.
Mais moi, le morceau qui me touche le plus c’est le premier mouvement du quatuor en Fa de Ravel. Tu écoutes ça et c’est toutes les unités de temps en une fois. C’est extraordinaire.

Un artiste pour lequel tu pourrais faire des folies pour le voir
J’ai envie de te citer des gens morts… Voir Ravel et fumer un cigare avec lui. Et même Jimmy Hendrix.
Mais ça ne serait pas temps les plus gros artistes en terme de vente. Je donnerais beaucoup pour voir dans les immenses jazzmen qui vont partir comme Wayne Shorter, qui est un immense saxophoniste de jazz qui a 90 ans. Le voir encore une fois.
Ou un artiste, qui est le plus grand, et je  fais tout pour le voir quand il passe quelque part : c’est  Bill Frisell : c’est le plus grand guitariste pour moi.

Une musique pour Chicago ?
Je vais t’en donner une qui a été enregistrée à Chicago et qui est pour moi une des plus belles de tous les temps. C’est un vieux blues chanté par un immense artiste. : Parchman Farm de Mose Allisson. C’est le son de Chicago. 

 Une musique pour Paris ?
Une musique que j’aime beaucoup écouter quand j’atterris en avion : Le tombeau de Couperin de Ravel, une pièce pour piano seul. Notamment le premier mouvement. Écoute ça la prochaine fois, ça va te faire chialer.

Si vous aimez l’univers de Avbe, foncez découvrir son EP Dawn.
Vous ne serez pas déçus.
On le redit : on a adoré les mélanges des styles !
#Enjoy !

Avbe
Couverture de l’EP Dawn

Avbe : EP Dawn

Disponible sur toutes les plateformes et en support physique

Share

Photo du mois: que faites vous ce matin ?

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de Laurent Nicolas de proposer le thème : Que faites-vous ce matin ?

Je pensais prendre une photo en mode travail, mais ma journée de montage a été annulée hier.

Alors il ne restait qu’une chose à faire en priorité : la photo du mois.
Le back office d’un blog : chacun de nous y est habitué et c’est aussi notre routine et une façon de partager nos découvertes avec  plaisir !
#MiseEnAbyme

Blog
Curieux du quotidien des blogueurs participants ?

Akaieric, Amartia, Betty, Blogoth67, Chris M, Christophe, Cynthia, Danièle.B, El Padawan, Escribouillages, Frédéric, Gilsoub, Gine, J’habite à Waterford, Jakline, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marlabis, Philisine Cave, Pilisi, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Xoliv’.

Share

De Chirico à l’Orangerie : une autre façon de découvrir cet artiste

Le musée de l’Orangerie met à l’honneur Giorgio de Chirico, peintre majeur du début du 20é siècle.
Artiste de l’épure architecturale et de la géométrie, cette exposition montre aussi quelques toiles de ses débuts.
Où comment retracer une partie du parcours de ce peintre qui a été l’un des premiers maîtres des surréalistes.

Vraiment, on ne sait pas pourquoi le travail de Chirico nous touche autant. Une dose de rêverie créative mêlée à un univers onirique unique. Une approche surréaliste de la peinture qui n’est pas totalement abstraite.

Centauro Morente

La peinture métaphysique : percé le créateur

C’est la volonté de cette exposition à l’Orangerie: entrer dans les méandres de la création de Chirico, approcher son évolution stylistique. Mais surtout montrer en quoi son style a été révolutionnaire à cette époque.

Chirico
La tour rouge

Adoubé rapidement par les milieux intellectuels, littéraires et picturaux, Giorgio de Chirico fait partie d’une avant-garde picturale.
Guillaume Apollinaire et le marchand d’art Paul Guillaume seront les premiers à admirer son talent et seront de fervents admirateurs.

Chirico
Portait de Guillaume Apollinaire

Une autre vue sur Chirico

La rétrospective du Musée d’Art Moderne de Paris en 2009 montrait tout l’éventail du travail de Chirico, une expo foisonnante.
Le musée de l’Orangerie se recentre sur l’évolution de sa patte, de sa façon de voir le monde, d’aborder un nouvel univers.

Pour les visiteurs adeptes de son oeuvre, c’est un plaisir plus précis, notamment avec l’ouverture sur le travail d’autres artistes de son époque.
Pour les autres, cette plongée dans l’oeuvre de Chirico est une belle porte ouverte pour découvrir ses créations.

Chirico
La récompense du divin
Chirico
La récompense du divin – étude

La découverte de dessins au crayon montre un contraste fort entre le travail préparatoire plein de vie et de mouvements et la toile plus austère et figée.

Il y aurait bien un bémol explicatif dans ce parcours autour des autres artistes présents. On ne sait pas qui à influencer qui : Chirico sur Carrà ou Morandi, ou l’inverse.
Dommage de ne pas avoir un peu plus d’explication sur cette partie de l’exposition.

Chirico
Nature morte de Giorgio Morandi

En revanche, il faut bien avouer que grâce à Giorgio Morandi, on s’est réconcilié avec les natures mortes qui prennent une autre dimension graphique.

A noter aussi que le Musée de l’Orangerie met en avant, à travers ses  collections permanentes, Paul Guillaume : le premier marchand d’art à avoir cru en Giorgio de Chirico.
L’occasion de voir ou revoir des toiles de Picasso, Modigliani, le Douanier Rousseau, Renoir ou Soutine.
Toujours #magique !

Chirico
Le vaticinateur

Giorgio de Chirico : La peinture métaphysique

Du 16 septembre au 14 décembre 2020
de 9h à 18h tous les jours sauf le mardi

Réservation obligatoire

Musée de l’Orangerie
Jardin de Tuileries
Place de la Concorde (côté Seine)
75001 Paris

Share

Golden Years à la Galerie Artes : Dans les archives du Rock !

Les notions de loisirs et de liberté sont quelque peu malmenés en cette période de crise sanitaire… L’exposition Golden Years à la Galerie Artes est une bulle d’évasion salvatrice d’un temps où artistes et photographes aimaient se jouer l’un de l’autre avec une certaine complicité. Ainsi, sous l’oeil passionné de François Dumont, nous retrouvons David Bowie, Iggy Pop, Alain Bashung ou encore Serge Gainsbourg sur des clichés rares voir inédits !

Tout commence, comme souvent, un peu par hasard…

Golden Years
Serge Gainsbourg

François Dumont fait du tri et tombe sur des photographies faites dans le courant des années 90. A cette époque, il était photographe professionnel pour des agences et la ville de Noisy-le-grand. De ce fait, il avait accès à de nombreux événements musicaux.

Golden Years
Keith Richards

Emilie, trentenaire férue de musique, est immédiatement fascinée par ces clichés et l’indéniable talent du photographe. En effet, ses clichés sont sensibles, énergiques et solaires, captant à chaque fois LE bon moment… Mais aussi par cette étonnante liberté d’accès aux artistes, caractéristique de cette période.

La photographie n’était alors pas aussi développée. Elle n’était ni instantanée, ni à la portée de tout le monde. Certains clichés ont été publiés mais la grande partie de la collection est composée d’inédits qu’ils décident de partager : sur scène, en sortie de concerts ou dans la rue,  posés ou volés !

Golden Years
Alain Bashung

Aussi, François Dumont est présent tous les jours à la galerie. Allez à sa rencontre afin d’obtenir des détails ou anecdotes sur son travail. Il est resté un enfant, ses yeux brillent quand il parle, la passion est évidente et échanger avec lui est un plaisir… 🙂

En tirage limité et numéroté, les photographies sont disponibles à la vente sous différents formats.

Golden Years

By Jean-Philippe

Exposition Golden Years

Jusqu’au 4 octobre 2020

Galerie Artes
11, rue Frédéric Sauton
75005 Paris

Tel. : 06 37 98 40 95

Share

Photo du mois : the paire de chaussures

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de Xoliv’ de proposer le thème : The paire de chaussures.

Ma paire de chaussures, c’est elle qui me permet d’arpenter Paris : les expos, les galeries, les musées, les rues à la recherche de graff en mode balade et parfois sauter durant les concerts.
Mais elles ont aussi de véritables compagnons sur les lieux de vacances.
Je ne sais plus si celle-ci à parcouru certains quartiers de Brooklyn, délaissés par les touristes, lors de mon dernier voyage à New-York.
Ce qui est sûr c’est que ces chaussures sont des alliés  pour ne pas avoir mal aux pieds 🙂

chaussures

Pour voir les pieds des autre participants :

Akaieric, Amartia, Betty, Blogoth67, Chris M, Christophe, Danièle.B, El Padawan, Escribouillages, Frédéric, Gilsoub, Gine, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Julia, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marie-Paule, Marlabis, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Xoliv’.

Share

Photo du mois : Solidarité

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de El Padawan de proposer le thème : Solidarité.

Après ces mois à penser à notre famille, nos proches et nos amis, ce petit épisode de canicule nous rappelle que nous ne sommes pas les seuls à souffrir.

Alors une petite pensée pour nos amis à plumes et à poils qui subissent eux aussi cette chaleur hors normes, sans oublier ceux qui nous agacent comme les guêpes et autres insectes…

Cette mangeoire à oiseaux se transforme donc en une mini-oasis pour que la vie de la campagne continue, qu’on aime, ou pas, ceux qui en profitent.
Une solidarité sans restriction…

oiseau

Pour voir l’esprit de solidarité des autres blogueurs participants, c’est par ici :

Akaieric, Amartia, Blogoth67, Chris M, Christophe, El Padawan, Frédéric, Gilsoub, Gine, J’habite à Waterford, Jakline, Julia, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, magda627, Marie-Paule, Marlabis, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Xoliv’, écri’turbulente.

Share

Photo du mois : Transformation

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de Pilisi de proposer le thème : Transformation.

Découvert un peu par hasard, l’équipe du blog est immédiatement tombée sous le charme du cabaret de Madame Arthur !

Reprenant les classiques du monde entier (mais toujours en français), la magie opère à chaque fois. Le show laisse une part belle à l’improvisation, à la créativité et à l’interaction avec le public, lui conférant une saveur unique.

Parmi toutes les créatures de la nuit qui envahissent cette scène, clin d’oeil à la Vénus de Mille Homme.
Elle est à la fois drôle, incisive, enjôleuse et attachante. Sous le feu des projecteurs, elle rayonne et s’épanouit devant nous, un vrai délice…

Au final, lorsque la Vénus de Mille Hommes se pare de ses plus beaux atours et entre en scène, elle ne se transforme pas, elle se révèle…

Cabaret

Pour voir la transformation des autres blogs participants :

Akaieric, Amartia, Blogoth67, Brindille, Chris M, Christophe, Cynthia, Danièle.B, El Padawan, Escribouillages, FerdyPainD’épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Julia, Kemba, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marie-Paule, Marlabis, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Xoliv’, écri’turbulente

Share

Photo du mois : mon amie mon ombre

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Les photos sont alors publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 du mois à midi, heure de Paris.

 

Cette fois, c’est au tour de Akaieric de proposer le thème : mon amie mon ombre.

Peu de temps après cette photographie, l’être m’ayant éveillé à la vie s’en est allé.


Pétri de douleur, je suis ainsi devenu une ombre, me déconnectant peu à peu d’un monde dans lequel je ne me retrouvais plus.

C’est alors qu’elles sont arrivées, les ombres de mon ombre.

Partageant une solitude malgré les frontières, me tenant la main afin d’apaiser mon sommeil ou me gavant de chocolat jusqu’à en devenir dodu. Mais aussi en insistant pour conserver un contact malgré l’agressivité de ma détresse…

La vie est drôle parfois. Une vague connaissance d’un jour finit par devenir un complice de toujours.

L’amitié véritable est une ombre de toi-même, elle te suit et ne t’abandonne jamais. Cependant, elle a l’avantage de te guider (en râlant souvent 😉 ) lorsque tu oublies ta route… 

Mes amis, mon ombre.

By Jean-Philippe

Photographie : Emilie Bacher

Ombre

Pour découvrir l’ombre amie des autres participants :
Akaieric, Amartia, Betty, Blogoth67, Brindille, Chris M, Christophe, Cynthia, Danièle.B, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD’épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Julia, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marlabis, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Who cares?, Xoliv’, écri’turbulente.

Share

Photo du mois : en mai fais ce qu’il te plaît !

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de Lavandine de proposer le thème : En avril, ne te découvre pas d’un fil, en mai fais ce qu’il te plaît.

Déconfinement : tout le monde a ce mot sur les lèvres.

Un mot plein d’espoir et d’envies. Retrouver ses amis, ses proches, les serrer dans nos bras. Mais aussi, finalement, prendre du temps pour soi sous d’autre formes. Ça peut passer par une terrasse, un dîner, des galeries d’art, un musée ou encore un ciné…

Mais l’envie d’évasion reste forte après cette période et je n’arrête pas de penser à une ville dont le cœur bat fort, pleine de surprises, d’Histoire et de vie…

Berlin 🙂

Y découvrir de nouveaux musées, faire une balade en forêt à la découverte de mystérieux dômes et d’un cimetière perdu, arpenter les rues avec ses spots de street-art et trouver des lieux étonnants comme cette piscine en plein air bondée d’estivants…

Au final, se souvenir que les étés étaient beaux et doux, insouciants en somme… 😉

Déconfinement
Piscine Badeschiff @ Berlin

Envie de découvrir la folie d’autres blogueurs pour ce mois de mai :

Akaieric, Amartia, Betty, Blogoth67, Brindille, Chris M, Christophe, Cynthia, Danièle.B, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD’épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Julia, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marie-Paule, Marlabis, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Who cares?, Xoliv’, écri’turbulente.

Share

Blog Paris – La capitale autrement WITH TIPS IN ENGLISH !

Translate »