Concert: Greenshape à l’épreuve de la scène pour son premier album Storyteller

Après Joseph d’Anvers, un nouveau boxeur reconverti en chanteur et songwriter fait une entrée remarquée sur la scène française.
Régis Israël devient Greenshape.

Joseph, le premier, bien installé avec 3 albums au compteur, a vite fait oublié qu’il n’était pas qu’une gueule. Le second vient tout juste de sortir un premier opus, le jour de l’anniversaire de sa soeur.

Les premiers extraits de cet album, intitulé StoryTeller, laissaient déjà entrevoir un univers tantôt poétique et sombre, tantôt sensible et désabusé. La bande-son idéale pour illustrer le road movie d’un héros made in US, écorché vif, à la James Dean.

Belle gueule, Greenshape l’a. Pour Marie, spectatrice d’une soirée de concert au Ciné 13, point d’alternative: « c’est un chanteur à minettes! ». Cécile, confortablement assise dans son fauteuil, est plus nuancée: « on sent bien qu’il essaie de casser son image de beau gosse! »  

Notre nouvel ami n’aurait donc rien d’un héros romantique. Preuve en est cette première blague sur le dress code qu’il partage avec son musicien. Un style qu’on pourrait qualifier de décontract’ – pas encore assez péchu pour avoir droit à une pleine page dans le mag ModZik.

Armée de sa voix et de sa guitare, le garçon envoie assez vite un bon upercute, « du lourd » comme dirait Cécile, histoire de calmer les mauvaises langues, sans forcer pour autant.

Et c’est bluffant de maîtrise. Dans le coffre, il n’y a pas que du Cat Stevens, sa référence depuis qu’il a 8 ans, mais on retrouve aussi du Jeff Buckley.
La version acoustique de ces premiers soirs de concerts lui apporte le plus bel écrin pour ce timbre envoutant.

Une chanson dédiée à son père en mauvaise passe. Une autre à une amie défunte. La soirée pourrait paraître plombante et pourtant, elle est hautement sensible et débordante de générosité. 

Image de prévisualisation YouTube

Lors de son tour de chant, il ose un hommage à un mec qu’il aime bien. La reprise de Wicked Game d’un autre ancien adepte du ring devenu chanteur, Chris Isaak, prouve le talent et l’audace du jeune homme.

Storyteller est la ballade parfaite pour réchauffer les coeurs amoureux, en hiver.
Alors que When finit de nous envoyer dans les airs, pour un dernier tour de planeur.

Greenshape poursuit sa route de France. Guettez-le pour profiter de l’intimité de ces premiers rendez-vous avec l’artiste.

A noter la découverte d’une jeune artiste venue de Norvège, Thea Hjelmeland, en première partie de soirée. Seule avec ces instruments à cordes (guitare, ukulele, banjo), elle a su capter la pleine attention du public. A suivre la sortie de son premier album en avril.

Greenshape, Album Storyteller
Sober And Gentle

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *